Rent-A-Center Inc (RCII) Transcription de l'appel sur les résultats du troisième trimestre 2021


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image : L'imbécile hétéroclite.

Rent-A-Center Inc (NASDAQ : RCII)
Appel des résultats du troisième trimestre 2021
4 novembre 2021, 11 h 30 HE

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants

Remarques préparées :

Opérateur

Bonjour et merci d'avoir tenu. Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du troisième trimestre de Rent-A-Center. Jeudi 4 novembre 2021.

J'aimerais maintenant céder la parole à M. Metrono. S'il vous plaît, allez-y, monsieur.

Brendan MetronoVice-président des relations avec les investisseurs

Merci à tous d'avoir rejoint l'équipe Rent-A-Center ce matin pour discuter de nos résultats pour le troisième trimestre 2021. Nous avons publié notre communiqué de résultats après la fermeture du marché hier, et j'espère que vous avez eu l'occasion de l'examiner. Le communiqué et tous les documents connexes, y compris un lien vers la diffusion Web en direct, sont disponibles sur notre site Web à l'adresse investisseur.rentacenter.com. À l'appel aujourd'hui de Rent-A-Center, nous avons Mitch Fadel, notre directeur général ; Jason Hogg, vice-président exécutif d'Acima ; Anthony Blasquez, vice-président exécutif du secteur d'activité Rent-A-Center ; et Maureen Short, directrice financière.

Pour rappel, certaines des déclarations fournies lors de cet appel sont des déclarations prospectives, qui sont soumises à de nombreux facteurs qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement et défavorablement de nos attentes. Ces facteurs sont décrits dans notre publication des résultats ainsi que dans les documents déposés par la société auprès de la SEC. Rent-A-Center n'assume aucune obligation de mettre à jour ou de réviser publiquement les déclarations prospectives, sauf si la loi l'exige. Cet appel comprendra également des références à des mesures financières non conformes aux PCGR. Veuillez vous reporter à notre publication des résultats du troisième trimestre, qui peut être consultée sur notre site Web pour une description des mesures financières non conformes aux PCGR et des rapprochements avec les mesures financières conformes aux PCGR les plus comparables.

Sur ce, je vais passer l'appel à Mitch.

Mitchell FadelDirecteur et chef de la direction

Merci, Brendan, et bonjour à tous ceux qui nous ont rejoints aujourd'hui pour discuter de nos résultats du troisième trimestre. Nous apprécions certainement votre intérêt et sommes heureux d'avoir l'opportunité de vous tenir au courant des développements de notre entreprise alors que nous continuons d'être parmi les leaders dans l'avancement du crédit-bail en tant que solution alternative pour les consommateurs dans le paysage actuel du commerce et des paiements en évolution rapide.

Au cours de ma carrière, je ne peux pas penser à une autre période d'innovation et de perturbation comme nous le voyons aujourd'hui avec la gamme de développements, des choses comme les portefeuilles numériques et la crypto-monnaie et les super applications et acheter maintenant-payer plus tard et surtout, de nouvelles options de location avec option d'achat, que nous appelons souvent LTO. Et avec notre position de leader dans les solutions de crédit-bail grand public, nous sommes bien placés pour profiter de cet environnement. Prenez, par exemple, la prolifération actuelle de l'achat immédiat et du paiement plus tard.

On nous demande souvent si c'est une menace. Mais nous pensons que c'est en fait le contraire. La location avec option d'achat est très complémentaire à l'achat immédiat, car nous constatons peu de chevauchements entre les segments de clientèle et le LTO peut générer des ventes supplémentaires dans la cascade d'achat immédiat. En fait, nous voyons cet avantage de première main dans notre entreprise aujourd'hui avec un intérêt croissant pour notre offre LTO virtuelle de la part de partenaires marchands potentiels qui se rendent compte qu'ils laissent de l'argent sur la table avec des clients qui ne sont pas éligibles pour l'achat immédiat. payer plus tard.

De même, les consommateurs recherchent des services de paiement qui fonctionnent pour eux plutôt qu'au profit d'un système établi qui est perçu comme profitant et excluant les consommateurs. En revanche, LTO est l'une des options de paiement les plus inclusives, même pour les consommateurs non bancarisés, et est très flexible, et l'approbation ne nécessite pas de demande de crédit sérieuse pouvant avoir un impact sur les cotes de crédit. Étant donné que les solutions LTO incluent des produits durables de consommation consignés tels que des meubles, des appareils électroménagers et des appareils électroniques, les transactions ont généralement une taille moyenne de ticket plus élevée et un horizon de paiement moyen plus long et d'autres solutions de paiement comme acheter maintenant-payer plus tard.

Vous pouvez donc comprendre pourquoi nous sommes vraiment optimistes quant à notre avenir à la suite de la transaction Acima plus tôt cette année, qui a fait de nous un acteur LTO de premier plan et le seul à disposer de nos capacités omnicanales sur nos segments. L'intégration se déroule bien et nous sommes sur la bonne voie pour atteindre nos objectifs de synergie.

En plus de cela, vous pouvez prendre en compte l'écosystème Acima qui devrait être opérationnel au début de l'année prochaine, et nous pensons qu'il peut révolutionner le LTO, doublant potentiellement notre marché adressable à environ 100 milliards de dollars. Alors que LTO continue de prendre de l'ampleur, nous pensons que notre évolutivité et nos capacités omnicanales nous offrent un avantage concurrentiel, car le traitement de plus de demandes et la gestion de plus de relations clients nous permettront d'affiner encore plus ces capacités. Cela devrait se traduire par encore plus de consommateurs et de partenaires marchands.

Cet aspect des données et de la technologie de notre entreprise est sous-estimé et nous investissons de manière significative pour en tirer parti. Et d'ici le milieu de l'année prochaine, nous aurons migré l'entrepôt de données d'entreprise vers un environnement basé sur le cloud et utiliserons des outils de pointe tels que Snowflake et Databricks, qui amélioreront encore nos capacités d'analyse prédictive et d'apprentissage automatique de l'IA.

Ces initiatives permettront de réaliser des économies sur les coûts des centres de données, les gains de productivité et les activités de traitement, et elles peuvent profiter à nos activités commerciales en réduisant le temps de lancement des solutions. Lorsque vous rassemblez ces éléments, une forte dynamique de catégorie, une position concurrentielle favorable et un programme de croissance dynamique devraient se traduire par des performances financières convaincantes.

Nous continuons de croire qu'en 2023, la société générera au moins 6 milliards de dollars de revenus dans la marge d'EBITDA ajustée des adolescents. Compte tenu de notre forte génération de flux de trésorerie disponibles, de notre situation financière déjà solide et de notre concentration sur le déploiement de capitaux pour générer de la valeur pour les actionnaires, nous pensons que le BPA devrait augmenter considérablement au cours des prochaines années.

Passons maintenant au troisième trimestre. L'équipe a continué à très bien exécuter. L'activité en magasin a avancé un certain nombre d'initiatives axées sur le commerce électronique et l'expérience en magasin, dont Anthony vous informera. Chez Acima, nous avons continué à ajouter de nouveaux partenaires marchands, y compris un compte stratégique exclusif, P.C. Richard & Son, l'un des plus grands détaillants d'électroménagers aux États-Unis. C'était une victoire concurrentielle pour nous, et nous pensons que cela démontre la proposition de valeur que d'autres partenaires stratégiques trouveront dans nos capacités différenciées.

Nous avons également vu des développements positifs avec l'écosystème Acima, et Jason en parlera plus en détail sous peu. Notre chiffre d'affaires de 1,2 milliard de dollars au troisième trimestre a augmenté de 66 % en glissement annuel sur une base publiée et de 13 % sur une base pro forma, en d'autres termes comme si nous détenions Acima au cours de la période de l'année précédente, et nous avions une bonne croissance organique dans tous les segments.

Acima a généré une croissance du GMV pro forma de 19 % en glissement annuel et le portefeuille d'activités Rent-A-Center était en hausse de 14 % en glissement annuel à fin septembre. En règle générale, le troisième trimestre est une saison creuse pour l'industrie de la location avec option d'achat, car avec les vacances du calendrier de la rentrée scolaire, les gens ont tendance à moins se concentrer sur les biens durables des ménages.

Nous sommes donc ravis de voir que les principales tendances restent favorables, même avec des mesures de relance et même avec d'autres programmes d'aide aux consommateurs qui se terminent. Avec la forte dynamique de notre portefeuille de baux à l'aube des derniers mois de l'année, nous pensons être très bien positionnés pour le quatrième trimestre et pour le début de 2022.

La marge d'EBITDA ajusté pour le troisième trimestre de 14,4% était en baisse séquentielle par rapport au deuxième trimestre, ce qui était cohérent avec nos remarques sur l'appel des résultats du deuxième trimestre en août. Nous nous attendions à ce que la saisonnalité et une activité de paiement des clients moins favorable liée à la fin de la relance entraîneraient une certaine contraction des marges. Le bénéfice par action non-GAAP était de 1,52 $ au cours du trimestre, contre un bénéfice par action pro forma non-GAAP de 1,04 $ l'année précédente.

Maintenant tournés vers l'avenir, nous avons mis à jour nos prévisions pour l'ensemble de l'année 2021, reflétant principalement les changements dans le calendrier de la normalisation et de l'activité de paiement des clients en raison de la fin de la relance ainsi que de l'impact sur les partenaires marchands de la perturbation de la chaîne d'approvisionnement mondiale, affectant principalement l'activité d'Acima. Nous nous attendons à ce que l'activité de paiement des clients se normalise au second semestre et, franchement, elle se normalise plus rapidement que prévu. Nous avions appelé un peu à court de notre main-d'œuvre de collecte et avons dû rattraper notre retard.

Depuis, nous avons renforcé nos effectifs et pris des mesures pour stabiliser les tendances des activités de paiement pour Acima, en fait, nous nous attendions à ce qu'elles se normalisent. Les vents contraires de la chaîne d'approvisionnement chez nos partenaires de vente au détail, comme je l'ai mentionné, affectent également la croissance d'Acima et l'impact combiné de ces deux choses est un chiffre d'affaires et une marge inférieurs au quatrième trimestre pour Acima que nous l'avions prévu précédemment. Même avec ce problème lié au calendrier, nos perspectives pour 2021 de chiffre d'affaires consolidé et de BPA non conformes aux PCGR se situent toujours dans la fourchette que nous avons fournie avec nos résultats du deuxième trimestre en août lorsque nous avons augmenté nos prévisions pour l'année 2021.

Nous avons donc augmenté en août, et nous sommes toujours dans cette fourchette maintenant. Et Maureen fournira une discussion supplémentaire sur les conseils ici dans quelques minutes. Donc, en terminant, je tiens à remercier tous les membres de l'équipe Rent-A-Center pour leurs efforts et leur dévouement continus. Cela a été tout un voyage au cours des dernières années, et je suis vraiment ravi des progrès que nous avons réalisés en 2021 et de l'énorme opportunité que je vois à l'avenir.

Sur ce, je vais passer l'appel à Jason pour nous tenir au courant de l'activité Acima.

Jason HoggVice-président exécutif

Merci, Mitch. En reprenant vos commentaires sur l'opportunité du marché, il est vraiment étonnant de voir comment les gens changent leur façon de penser au paiement des produits et services, à la satisfaction d'autres besoins financiers et même au style de vie auquel les gens aspirent. Les consommateurs d'aujourd'hui apprécient de plus en plus les services flexibles, personnels et inclusifs par rapport aux services traditionnels qui sont rigides, uniformes et exclusifs.

Cela perturbe le paysage concurrentiel et profite à des modèles commerciaux innovants comme acheter maintenant-payer plus tard et d'autres solutions de paiement alternatives comme Acima. Alors que nous assistons à ce jeu, cela valide l'acquisition d'Acima, notre stratégie et la formidable opportunité que nous avons pour l'avenir de l'entreprise. Ces mêmes tendances nous ont amenés à développer une suite de produits il y a plus d'un an que nous avons finalement recadrée sous le nom d'écosystème Acima, comprenant l'application Acima, l'extension de navigateur Acima, le marché Acima et la carte Acima LeasePay.

Nous avons longuement discuté de l'écosystème lors de notre appel du deuxième trimestre en conjonction avec un lancement en douceur annoncé début août. Donc, avant d'entrer dans une discussion sur les performances plus larges pour le trimestre, je vais partager quelques idées de nos conclusions préliminaires. Gardant à l'esprit que l'objectif principal du lancement à ce stade a été les tests et l'apprentissage, nous avons vu des premiers résultats encourageants pour renforcer notre croyance dans le potentiel de transformation de l'écosystème.

L'application Acima, qui est essentiellement un contrôle de mission pour l'écosystème, compte déjà plus de 220 000 utilisateurs actifs au bout de trois mois. Les utilisateurs sont en grande partie constitués de clients existants qui ne sont pas convertis ou dont les montants d'approbation n'ont pas été utilisés. Pour l'avenir, nous pensons être sur la bonne voie pour atteindre le seuil du million d'utilisateurs au cours du deuxième trimestre de 2022. Pour mettre cela en perspective, il a fallu respectivement 12 et 24 mois à Facebook et Twitter pour franchir ce cap. Certaines des principales sociétés de technologie financière d'aujourd'hui, telles que Klarna et Afterpay, ont atteint le cap du million de téléchargements en six à 12 mois environ, ce qui est tout à fait conforme à notre projection pour Acima.

Parmi ces utilisateurs actifs, nous observons des taux de conversion convaincants. Par exemple, les utilisateurs d'applications mobiles ont en moyenne 2,07 baux par client, ce qui est nettement supérieur à la moyenne du portefeuille. Bien que nous pensons que cela reflète l'exubérance des premiers utilisateurs, nous nous attendons à ce que cette facilité d'accès améliorée augmente le ratio de durée de vie des baux par client.

Alors que nous constatons un engagement client accru via l'application mobile et l'écosystème, la taille moyenne des tickets reste similaire à la moyenne du portefeuille. Depuis le lancement de l'écosystème, nous avons vu les taux de conversion augmenter de 20 % au cours des deux derniers mois, les clients se familiarisant davantage avec les choix élargis. À ce jour, l'écosystème a généré des transactions avec plus de 2 200 emplacements marchands différents, dont plus de 40 marchands qui ne sont même pas intégrés à Acima comme Best Buy.

Cela démontre la capacité d'Acima à utiliser une technologie en instance de brevet pour permettre aux clients d'utiliser des options de paiement LTO avec des marques ou des commerçants qui n'ont pas de relation avec Acima sans les lourds investissements dans des intégrations compliquées. Les commentaires des clients suggèrent que la proposition de valeur résonne à travers des facteurs de décision pertinents, comme offrir "une expérience merveilleuse", fournir "un accès facile et des informations utiles" et "travailler avec les clients". Passage du côté marchand.

Ces transactions illustrent la valeur potentielle importante qu'Acima peut apporter par rapport à d'autres partenaires en générant un montant interne de ventes auprès de clients de location-acquisition qui, autrement, n'auraient peut-être pas été en mesure de traiter avec ces détaillants. Plutôt que d'offrir simplement une autre forme de paiement aux clients existants, Acima peut apporter des clients et des revenus supplémentaires au détaillant. L'activité précoce de l'écosystème fournit également des données et des informations importantes que nous réintégrons dans nos offres pour les améliorer en vue de la montée en puissance vers un déploiement complet prévu pour début 2022.

Par exemple, l'application Acima vient d'avoir sa quatrième version, et nous continuons d'itérer et d'affiner le produit. À ce jour, les améliorations comprennent un processus de demande client rationalisé, l'intégration de l'application mobile dans notre processus de demande de texte en magasin, l'expansion du marché mobile, l'ajout de la fonctionnalité de localisation du magasin et la possibilité de créer et d'exécuter un bail dans l'application. Plus important encore, nous pouvons désormais utiliser notre présence sur l'appareil mobile du client pour stimuler le réengagement et les opportunités de retour en magasin pour nos détaillants.

Nous avons connu des coûts d'acquisition de clients constants bien inférieurs à 100 $ par bail et nous voyons ces CAC continuer à diminuer à mesure que le nombre de baux par client augmente. De plus, l'augmentation de nos volumes de location appliquera les enseignements tirés des transactions pour améliorer davantage l'efficacité du marketing et les conversions alors que nous intensifions nos efforts jusqu'en 2022. Les données préliminaires sont donc vraiment encourageantes, mais il est prématuré de prévoir avec confiance le calendrier de l'impact matériel sur le compte de résultat.

Il est probablement plus facile de conceptualiser l'ampleur de l'opportunité au cours des trois à cinq prochaines années. Considérez que nous avons une base de données de consommateurs cibles d'environ 15 millions de consommateurs qui correspondent au profil d'un client Acima. La carte Acima LeasePay augmentera effectivement le réseau Acima de 30 000 commerçants à plus de deux millions de commerçants Mastercard où sont vendus des biens durables.

En ce qui concerne les prochaines étapes, la carte virtuelle Acima LeasePay est déjà disponible, et nous sommes sur la bonne voie pour piloter la carte physique d'ici la fin de l'année. Passant à des performances plus larges, nous avons fait des progrès significatifs dans l'intégration d'Acima, en mettant en place la bonne structure organisationnelle et en améliorant les capacités opérationnelles. Dans le même temps, nous continuons à bien exécuter commercialement, en ajoutant plus de 2 700 nouveaux partenaires commerciaux au cours du trimestre.

De plus, nous avons repris plus de 750 détaillants à nos concurrents, dont P.C. Richard & Son et Sonic Electronics, en tirant parti de notre proposition de valeur améliorée, de la capacité d'acquérir nos propres clients, de l'écosystème numérique et d'améliorer l'engagement des détaillants via l'application mobile. Nous avons également signé un partenariat exclusif avec Whirlpool, qui est une relation e-commerce et démontre notre capacité à gagner sur le canal e-comm.

Tous ces facteurs équivalent à des ventes supplémentaires pour nos partenaires de vente au détail, ce qui, comme nous le voyons, est préférable aux rabais offerts par nos concurrents. L'intégration d'Acima continue d'être une priorité élevée pour le troisième trimestre. Cela s'est généralement déroulé comme prévu, et nous continuons de nous attendre à réaliser 25 millions de dollars de synergies en 2021 et, à terme, 40 à 70 millions de dollars de synergies au cours de l'exercice. Une autre initiative importante ce trimestre a été la conversion d'anciens emplacements de location privilégiés dotés de personnel en emplacements Acima virtuels.

Il s'agissait d'une entreprise majeure qui comprenait, entre autres, la conversion de Cons et Ashley Corporate Stores. Les conversions sont souvent non seulement rentables, mais devraient également se traduire en fin de compte par une meilleure expérience pour les partenaires marchands et les consommateurs, car Acima offre une expérience plus flexible et transparente. Nous avons essentiellement finalisé la structure de l'organisation, en alignant les principales activités connexes sous un seul chef afin de faciliter une meilleure coordination des activités de soutien et de contact avec le marché.

Ainsi, notre organisation des ventes et des opérations relève d'un seul dirigeant, Ron Schoolcraft. Le développement de produits numériques et la gestion des produits relèvent de Tom Able, et les services de technologie et de données relèvent de Chris Uriarte, qui a récemment rejoint l'entreprise. Je travaille avec Chris chez AON et chez American Express. C'est un leader technologique talentueux et il sera un atout considérable pour Acima alors que nous poursuivons notre chemin pour devenir une entreprise fintech orientée vers le numérique.

Je crois que nous avons les bons éléments en place pour exécuter avec succès notre stratégie. Passons aux résultats financiers du troisième trimestre. Mes commentaires refléteront la performance pro forma car cet Acima a été inclus l'année précédente. Les revenus commerciaux des partenaires de vente au détail ont augmenté de 17,1 %, tirés par une croissance de 19 % du GMV face aux vents contraires de la chaîne d'approvisionnement de la vente au détail et au changement de comportement des consommateurs alors que le soutien financier du gouvernement s'arrêtait. Le e-commerce continue de monter en puissance et représente 14 % du volume des transactions locatives, y compris le partenariat Wayfair.

La marge d'EBITDA ajusté était de 13,9% au cours du trimestre contre 16,5%. Les pertes ajustées pour les sauts/vols étaient de 8,7 %, en hausse d'environ 30 points de base d'une année sur l'autre sur une base pro forma. Comme Mitch l'a noté dans ses commentaires, nous avions prévu qu'au cours du troisième trimestre, le comportement des clients commencerait à revenir à des tendances plus normales pour l'activité de paiement des clients et les pertes, ce qui aurait un impact négatif sur les marges sur une base séquentielle.

Nos attentes étaient directionnelles justes, bien que nous ayons sous-estimé l'ampleur de la baisse séquentielle des marges en raison des facteurs évoqués précédemment par Mitch. Pour le reste de l'année, notre objectif principal est de nous assurer que l'entreprise est bien positionnée pour un bon départ jusqu'en 2022. Sur ce, je vais céder la parole à Anthony.

Anthony J. Blasquez, Rent-A-Center, Inc.-EVP de Rent-A-Center Business Five

Merci Jason. En restant sur le thème de l'environnement changeant que les consommateurs de notre entreprise connaissent aujourd'hui, il peut être surprenant pour certaines personnes à quel point le segment commercial Rent-A-Center a bien fonctionné. Mais pour ceux d'entre nous qui sont proches de l'entreprise, nous savons à quel point les fondamentaux sous-jacents sont solides et combien il existe d'opportunités pour générer une croissance constante sur le long terme.

Cela s'est à nouveau illustré au troisième trimestre avec une croissance des revenus de 5,6%, dont une croissance des ventes à magasins comparables de 12,3%, et qui se comparait à une croissance des revenus de 8,6% et à une croissance des ventes à magasins comparables de 13% au cours de la période de l'année précédente. Cela fait 15 trimestres consécutifs que nous avons généré une croissance positive à magasins comparables et cinq trimestres consécutifs de croissance à magasins comparables à deux chiffres, ce qui témoigne de la proposition de valeur unique que nous offrons à nos clients : produits de haute qualité, -propre solutions pour s'adapter à tout le monde et une grande expérience.

Surtout, nous continuons d'évoluer avec le consommateur et répondons à ses préférences avec une plate-forme omnicanale en pleine croissance qui a joué un rôle clé dans nos performances au cours des 1,5 dernières années. Au troisième trimestre, notre chiffre d'affaires e-commerce a augmenté de 9 % alors qu'il avait dépassé 71 % l'année précédente. Le commerce électronique a représenté 21 % du chiffre d'affaires, une augmentation substantielle par rapport à seulement 13 % au troisième trimestre de 2019. Surtout, nous pensons que nous n'en sommes qu'aux premiers balbutiements pour saisir l'opportunité à long terme du canal du commerce électronique.

La solide exécution de l'équipe, y compris l'approvisionnement en produits, le marketing, le merchandising et les collections, s'est traduite par une croissance de 14% d'une année sur l'autre du portefeuille pour le troisième trimestre. Nous pensons donc que nous sommes en excellente position pour la dernière ligne droite cette année et pour un début solide jusqu'en 2022.

La rentabilité est également restée solide au troisième trimestre, avec des marges d'EBITDA ajustées de 22,9 %, en hausse de 60 points de base d'une année sur l'autre, malgré une augmentation du taux de perte de 140 points de base en raison de la normalisation des tendances après la fin des mesures de relance gouvernementales. Nous pensons toujours qu'à long terme, nos taux de perte devraient se situer autour de 3%, compte tenu des améliorations que nous apportons en matière de recouvrement et de décision. À plus long terme, je pense que l'entreprise est bien placée pour capitaliser sur l'intérêt croissant des consommateurs pour des options de paiement flexibles et abordables.

Nous avons une base de consommateurs relativement importante à qui nous fournissons un service spécialisé qui fait une différence dans la vie des gens chaque jour. Nous avons encore des opportunités considérables d'étendre nos activités de vente au détail dans notre empreinte existante grâce à des ouvertures chirurgicales, de nouveaux concepts de magasins et à l'expansion dans de nouvelles catégories de produits.

De plus, nous avons une formidable opportunité de commerce électronique qui tire parti de nos capacités omnicanales différenciées. Bien que le commerce électronique jouera un rôle essentiel dans notre avenir, nous pensons que le commerce physique est tout aussi important car nombre de nos consommateurs d'aujourd'hui, en particulier les clients en location avec option d'achat, préfèrent toujours une expérience en magasin.

De plus, la brique et le mortier nous permettent de participer aux transactions de manière holistique, y compris l'approvisionnement en produits, l'achat au prix de gros, la capacité d'établir des prix compétitifs pour les clients et de fournir la logistique du dernier kilomètre pour notre canal de commerce électronique. Au cours des prochains mois et jusqu'en 2022, nous nous sentons bien dans l'environnement commercial et pensons que l'ensemble d'initiatives sur lesquelles nous nous concentrons, telles que les améliorations e-com, l'engagement et l'assistance client, et l'utilisation de tactiques d'amélioration continue devraient nous mettre en place. très bien pour l'année prochaine.

Je vais maintenant passer l'appel à Maureen.

Maureen ShortVice-président exécutif et chef de la direction financière

Merci Antoine. Comme Mitch l'a noté plus tôt, nous avons obtenu des résultats solides au troisième trimestre malgré certains vents contraires anticipés que nous avons annoncés lors de l'appel du deuxième trimestre, notamment une saisonnalité typique du troisième trimestre et un retour à des fourchettes plus normales pour l'activité de paiement des clients, les taux de perte et les paiements anticipés. .

Les revenus déclarés de 1,2 milliard de dollars ont augmenté de 66 % en glissement annuel et le BAIIA ajusté consolidé de 170 millions de dollars a presque doublé. Une grande partie de cette croissance est attribuable à l'acquisition d'Acima qui a été conclue à la mi-février. Sur une base pro forma, le chiffre d'affaires consolidé a progressé de 13,3% et l'EBITDA ajusté de 4,1%. Cela s'est traduit par une marge de 14,4% au troisième trimestre contre 15,7% pour la période de l'année précédente.

La contraction des marges d'une année sur l'autre est principalement attribuable à la normalisation et à l'activité de paiement des clients pour les défauts de paiement, et aux taux de perte dus à la réduction progressive des mesures de relance gouvernementales ainsi qu'au changement de mix vers les activités à forte croissance d'Acima. Les marges du segment d'activité Rent-A-Center, du segment Mexique et des coûts d'entreprise ont toutes été favorables d'une année sur l'autre, tandis que les marges du segment des franchises ont baissé de 135 points de base.

En dessous de la ligne, les intérêts débiteurs nets se sont élevés à 19,7 millions de dollars, reflétant le financement par emprunt de l'acquisition d'Acima. Le taux d'imposition effectif sur une base non-GAAP était de 24% contre 23,3% au cours de la période de l'année précédente, et le nombre d'actions dilué était de 68,2 millions. Le BPA selon les PCGR était de 0,31 $ au troisième trimestre, contre 1,15 $ au cours de la période de l'exercice précédent et comprenait des coûts non récurrents liés à la transaction et à l'intégration d'Acima.

Après ajustement des éléments spéciaux qui, selon nous, ne reflètent pas la performance sous-jacente de notre entreprise, le BPA non conforme aux PCGR était de 1,52 $ au troisième trimestre 2021, contre 1,04 $ au cours de la période de l'année précédente. Nous avons généré 55 millions de dollars de flux de trésorerie disponibles au troisième trimestre et remis 38 millions de dollars aux actionnaires grâce à un dividende trimestriel de 0,31 $ et à des rachats d'actions. Depuis le début de l'année jusqu'en octobre, la société a racheté 80 millions de dollars d'actions ordinaires à un prix moyen de 56 dollars par action.

Fin octobre, la société disposait d'environ 170 millions de dollars restants sur son autorisation actuelle de rachat d'actions. À la fin du trimestre, nous avions un solde de trésorerie de 159 millions de dollars, une dette brute de 1,3 milliard de dollars, un levier net de 1,7 fois et des liquidités disponibles de plus de 600 millions de dollars. En ce qui concerne nos perspectives financières pour l'ensemble de l'année 2021, nous abaissons le haut de nos fourchettes de prévisions précédentes pour le chiffre d'affaires consolidé et le BPA non-GAAP. Nous prévoyons désormais des revenus consolidés de 4,55 à 4,64 milliards de dollars et un BPA non conforme aux PCGR de 5,90 à 6,15 dollars.

Les prévisions pour l'EBITDA ajusté devraient maintenant se situer entre 645 millions de dollars et 675 millions de dollars, et les flux de trésorerie disponibles dans la fourchette de 280 millions de dollars à 320 millions de dollars. Pour le segment Acima, nous prévoyons des revenus de 2,32 à 2,38 milliards de dollars et un EBITDA ajusté de 300 à 320 millions de dollars. Ces perspectives reflètent les difficultés persistantes de la chaîne d'approvisionnement auxquelles nos partenaires commerciaux sont confrontés et un retour plus rapide aux tendances d'avant la pandémie que nous ne l'avions prévu pour l'activité de paiement des clients et les réserves pour pertes en raison de la réduction progressive des programmes gouvernementaux qui avaient soutenu les dépenses de consommation au cours de la pandémie.

Nous avions précédemment incorporé une inversion plus progressive de ces facteurs, qui ont un impact à la fois sur le chiffre d'affaires et la marge au cours des deux prochains trimestres dans nos prévisions. Même avec des vents contraires dans la chaîne d'approvisionnement et des mesures de performance de location plus normalisées, nous prévoyons toujours qu'Acima générera une croissance annuelle de 20 à 25 % du GMV en 2021 et des marges d'EBITDA d'environ 14 % au quatrième trimestre. Au-delà du quatrième trimestre, l'activité devrait largement dépasser cet ensemble d'ajustements internes et externes. Et comme Mitch l'a mentionné, nous restons confiants dans nos objectifs à long terme pour l'entreprise.

Pour le segment d'activité Rent-A-Center, nous n'ajustons pas les prévisions antérieures. Les revenus devraient toujours se situer entre 2,02 et 2,06 milliards de dollars. Et la croissance des ventes à magasins comparables au quatrième trimestre devrait à nouveau être inférieure à deux chiffres. L'EBITDA ajusté devrait toujours se situer entre 480 millions de dollars et 500 millions de dollars, et le point médian de nos prévisions implique une marge d'EBITDA d'environ 23% au quatrième trimestre, supérieure à celle de l'année dernière et stable en séquentiel malgré les récentes augmentations de salaires et l'augmentation des effectifs.

Passons à l'allocation du capital. Nos priorités sont inchangées. La priorité absolue est de financer de manière appropriée notre entreprise et d'investir dans une croissance créatrice de valeur. Ensuite, nous examinerons de manière opportuniste les fusions et acquisitions qui peuvent générer des rendements favorables. Après avoir satisfait les besoins d'investissement, nous avons remboursé du capital aux actionnaires par le biais d'une combinaison de dividendes et de rachats d'actions, les rachats d'actions étant utilisés de manière opportuniste.

Nous restons attachés à une structure financière solide qui soutient notre stratégie de croissance et nos objectifs de rendement total pour l'actionnaire. Pour conclure mes commentaires, nos efforts au troisième trimestre ont été un élément fructueux de l'énorme entreprise dans laquelle l'entreprise s'est engagée au cours des 10 derniers mois. Nous avons réalisé la plus importante acquisition de l'histoire de l'entreprise, intégré deux organisations sans relâcher l'exécution, et nous avons développé et lançons un nouvel écosystème de paiements fintech.

Pour l'avenir, je pense que nous sommes bien positionnés pour cette prochaine étape de notre évolution et les opportunités très intéressantes de création de valeur pour les actionnaires devraient devenir plus évidentes. Je suis également très heureux d'annoncer que nous prévoyons une journée des investisseurs pour la fin du premier trimestre de l'année prochaine, et bien sûr plus de détails à venir. Nous publierons des comptes de résultat détaillés par segment sur notre site Web et déposerons notre 10-Q plus tard dans la journée. Merci pour votre temps ce matin.

Je vais maintenant passer l'appel pour vos questions.

Questions et réponses:

Opérateur

(Instructions pour l'opérateur) Votre première question vient de Bobby Griffin avec Raymond James.

Bobby GriffonRaymond James — Analyste

Bonjour, J'espère que tout le monde va bien.

Mitchell FadelDirecteur et chef de la direction

Bonjour, Bobby.

Bobby GriffonRaymond James — Analyste

Tout d'abord, je voulais juste parler de peut-être juste mois par mois. Je sais qu'en général, vous n'entrez pas dans ce type de couleur, mais juste maintenant que les choses commencent à se normaliser, ce serait utile. Quelle a été l'évolution du type d'activité de paiement, des sauts et des vols au cours du trimestre ? Et ensuite, cela s'est-il en quelque sorte stabilisé en octobre, et c'est ce que vous supposez être reporté au quatrième trimestre? Ou pensez-vous qu'il continue de se reconstruire un peu en novembre et décembre.

Mitchell FadelAdministrateur et chef de la direction

Oui. Bonne question, Bobby. Le – il s'est détérioré au fur et à mesure que le trimestre avançait à mesure que nous nous éloignions du stimulus. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'au cours du mois d'octobre, d'autant plus que nous avons augmenté du point de vue du personnel, que cela a été rattrapé du point de vue du personnel dans le centre de collecte, nous avons constaté de très bonnes tendances en octobre. Cela nous donne donc la certitude que nous nous sommes certainement normalisés plus rapidement que nous ne le pensions. Mais octobre nous donne un bon sentiment pour l'avenir et la confiance qu'il s'agissait d'un incident à court terme.

Bobby GriffonRaymond James — Analyste

D'accord. C'est utile. Et deuxièmement, c'est plus qu'à plus long terme au sein de l'entreprise Acima. De toute évidence, nous avons une perspective de très bonne croissance des revenus. Aidez-nous peut-être simplement à déterminer où vous voyez des opportunités de marge après cette activité dans le compte de résultat, car je sais que la marge brute peut beaucoup varier en fonction de ce que sont les clients et d'autres choses. Alors peut-être que nous pensons dans deux ou trois ans, où il pourrait y avoir une hausse sur les marges et quelles sont certaines de ces pièces mobiles?

Jason HoggVice-président exécutif

Merci Bobby. Lorsque vous regardez certaines des choses dont je parlais plus tôt, nous avons des différenciateurs clés qui existent, en particulier lorsque vous regardez l'écosystème. Ainsi, le fait d'avoir des coûts d'acquisition de clients en baisse tout en ayant des augmentations du nombre de baux par client lorsque le ticket moyen tient, nous permet d'obtenir une expansion de la marge à cet égard. Et donc avoir cette relation continue est essentiel. De plus, alors que nous continuons à attirer plus de partenaires, comme j'ai mentionné P.C. Richard et nous avons Whirlpool et Sonic Electronic, vous obtenez une sorte d'effet de co-tail qui se produit là aussi parce que nous avons non seulement la possibilité de provenir des emplacements traditionnels, mais maintenant de créer nos propres clients et de les conduire vers des expériences d'origination au détail optimisées.

Mitchell FadelAdministrateur et chef de la direction

The other thing — I'm sorry, Bob, the other thing I'd add to that, when we think down the road is in our legacy business, the staff legacy business, we've got about half of those stores converted and would do the other half early next year. And with the Acima decisioning and so forth and what you've seen in the numbers, we'd expected in the long term the losses to be lower in our legacy business as we convert over to Acima. And as well as it's a faster platform and can it reduce labor a little bit in those stores that are — that we haven't converted yet. So I think as we go forward, the staff business has some opportunity. That's part of the long-term synergies we expect anyhow. So I think we — overall, in the business, you'd see lower losses as well.

Jason HoggExecutive Vice President

Oui. And we're going to continue optimizing by channel using, as Mitch was talking about our machine learning and AI, so that every partnership, every channel, every product continues to get crisper from an underwriting perspective.

Bobby GriffinRaymond James — Analyst

Okay. That's very helpful. That was actually my follow-up was just the labor opportunity. So I'll go ahead and jump back in the queue because you answered it, but I appreciate the time and best of luck here in the fourth quarter.

Jason HoggExecutive Vice President

Thanks, Bobby.

Opérateur

Your next question comes from John Rowan with Janney.

John RowanJanney — Analyst

Good morning, Can you guys remind me what is included and not included out of your current objectives in the guidance for 2023? Just run through because I believe there was a lot that was basically excluded from that number that you're currently undertaking. Merci.

Maureen ShortExecutive Vice President and Chief Financial Officer

So the guidance excludes any share repurchases, and so — but really, that's the only stipulation when it comes to our guidance.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

We're really talking EBITDA margins. When we say $6 billion, we expect to be at least $6 billion of mid-teens EBITDA margin. From an EPS standpoint, it certainly would not include that if you try to back in the EPS numbers. But it's got 20% to 25% GMV growth over those couple of years to get there. It's got us achieving the synergies that we're on track to achieve. It's got the Rent-A-Center business, John, running mid-single-digit growth next year because there's quite a tail coming into the year with that portfolio, as Anthony mentioned. It's still up 14% year-over-year and then in 2023, you'd look at low to mid single-digit growth in that business. So those are the base assumptions that we've talked about.

John RowanJanney — Analyst

But what about big retail partner wins and/or additional growth spurred by the omnichannel fintech platform.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Oui. I think that's a really good follow-up question. What we don't know is — we know — as Jay was pointing out, we know how big the total addressable market is with the Acima Ecosystem and LeasePay Card and the marketplace and so forth, and we're already seeing some great results as he mentioned, doing transactions in stores that we're not even integrated in. It's really exciting. It's transformational. But we don't have that figured in. I mean that's — you could — it's hard to make those assumptions. And will it be worth $200 million in revenue next year or $500 million or in 2023, at this point we're trying not to build that in. I think it's certainly that number, the 20%, 25% is going to take continuing to add on good strategic accounts for sure. But as far as the Acima Ecosystem, it's — there's certainly upside when you think about it that way. Oui. I think that's a really good follow-up question. What we don't know is — we know — as Jay was pointing out, we know how big the total addressable market is with the Acima Ecosystem and LeasePay Card and the marketplace and so forth, and we're already seeing some great results as he mentioned, doing transactions in stores that we're not even integrated in. It's really exciting. It's transformational. But we don't have that figured in. I mean that's — you could — it's hard to make those assumptions. And will it be worth $200 million in revenue next year or $500 million or in 2023, at this point we're trying not to build that in. I think it's certainly that number, the 20%, 25% is going to take continuing to add on good strategic accounts for sure. But as far as the Acima Ecosystem, it's — there's certainly upside when you think about it that way.

John RowanJanney — Analyst

Ok, Thank you.

Opérateur

Your next question comes from Vincent Caintic with Stephens.

Vincent CainticStephens — Analyst

Good morning guys, Thanks for taking my question. So first, just kind of trying to think about the run rate maybe going into 2022, and I understand you're not giving '22 guidance yet, but when I think about the fourth quarter guidance, is there any sort of one-timers or anything that might change as we run rate into next year? Because it seems like when I look at fourth quarter guidance, you are having EBITDA margin expand quarter-over-quarter. And then maybe the credit normalization in the third quarter, maybe the — I guess, the reserving maybe is taking upfront. So I'm just kind of wondering if there's anything when we think about the fourth quarter that we should be thinking about if we're modeling onto next year. Merci.

Jason HoggExecutive Vice President

Go ahead, Maureen.

Maureen ShortExecutive Vice President and Chief Financial Officer

I was just going to mention, there are some reserve adjustments that were made, both in the Rent-A-Center business as well as the Acima business, that is meant to predict based on customer payment activity and loss trends, what we think should be reserved for — into the future. So there were some onetime adjustments made for that normalization. As we mentioned in our prepared comments, we expected that normalization to happen over a couple of quarters, maybe even slightly into '22. So there were some adjustments made this year that should set us up better for '22 since we've taken some of those reserves that we likely would have taken a couple of quarters from now.

Vincent CainticStephens — Analyst

Okay. C'est utile. And I guess was there — is there anything else in the fourth quarter just kind of when we're thinking about it going into '22 or is the fourth quarter kind of a good proxy for how we should be thinking about the going forward?

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Well, I think you're talking about a growing business. And as you go into the future, still 19% GMV growth last quarter. And as we think about the year, we're starting to comp over a big account like Wayfair added last year at this time of year. So that can decelerate the GMV a little bit like the 19%. But we — converting the staff stores to the Acima system, you got some short-term drop in when you think about any time you're doing a conversion, and it takes — you take one step back to take two steps forward. But then you got the new accounts coming in like Jay was mentioning, and that's what continues to drive it. And would you say, Jay, 2,700 new accounts in the last quarter. So there's a lot of ins and outs comping over a large addition. Obviously, you're not going to comp over it unless you have other large additions and we feel real good about the large retailer in the northeast, P.C. Richard, that we just signed an exclusive with and we're kicking off here in November. For those who don't know it, they're one of the top 10 appliance retailers in the country. And so that's when you're growing the way we're growing, even though the third quarter the margins went down because of all the stuff we talked about, stimulus and winding down normalization faster, caught a little bit light on staffing as that happened, supply chain, obviously and you can guess on when that gets better. But when you have a growing business, even it might be lumpy a quarter here or a quarter there like we just went through, Vincent, but overall, you got those 20% to 25% growth rates. It would give or take a quarter of some kind of lumpiness like the stimulus ending but overall, I mean, think about the stores we added, not even talking about the Acima Ecosystem, but 2,700 new stores, Jay, and so forth.

Jason HoggExecutive Vice President

To answer your point, I mean, it's a step function, but what we're seeing is the lead indicators are the competitive wins, the new products hitting marketplace like Mitch's saying, then there's a ramp that gets associated with them. So you start to see an acceleration once they get to their sort of exit velocity, right, when they normalize out.

Maureen ShortExecutive Vice President and Chief Financial Officer

There's also additional synergies that we're assuming will take place in '22 that we haven't seen yet. We haven't finished the full integration yet. Some of those synergies were masked in the back half of this year because of some of the changes that we've seen with the normalization. But the good news is we're seeing strong growth, and we're seeing those synergies play out. It's just some of that normalization that occurred that made it a little choppy. But '22, we should be at a normalized rate.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Oui. Nothing that has changed our long-term outlook.

Vincent CainticStephens — Analyst

Okay. Perfect. That's really helpful. And then a follow-up question on Acima. So a lot of really exciting data. I saw the ecosystem video on your website that was really interesting as well as the marketplace, and it's really interesting to see that marketplace with you've got Best Buy, Home Depot, overstock.com. You've got a bunch of merchants in there and I was wondering if you can maybe talk about kind of your pipeline, how you're seeing that? You kind of answered it a little bit, but if you could talk about the pipeline there. And even partnerships such as you kind of touched on these buy-now-pay-later partnerships and they're taking an interest in lease-to-own and in Acima. So maybe if you could talk about the pipeline, both in terms of the merchant side as well as partnership sides and what's the, I guess, the time frame look like for that?

Jason HoggExecutive Vice President

Oui. Merci. So I'll sort of take that in reverse order. The — when you look at the partnerships, the interesting thing, what we've been sort of saying for a couple of quarters now is we see this as a complementary set. As people become more used to buy-now-pay-later as a solution, it addresses a different segment than we address and so for us, it's actually having the effect of getting people more accustomed to these alternative solutions and so that's been feeding very nicely into our ecosystem, like you talked about. With regard to the ecosystem itself, we are a test-and-learn type of environment reiterating. So we rolled out the mobile app, like I talked about, with over 220,000 active users. Now that we've started to get all of our metrics there in line and we've tested it out, we're continuing to add to the marketplace. We're seeing fantastic volume going through the — some of the merchants that you just mentioned, despite not having the integration. And what you'll start to see is that we're accelerating then our efforts from a consumer standpoint. One very important thing, and as Mitch mentioned, that with the 2,700 wins in other areas where we're succeeding, it gives our merchants the opportunity to take other bites at the apple because we are embedding our native mobile app whereas before customers walk in, have a very friction-free experience in the store, but then they leave.

And now we have the ability to execute and what we're going to be launching is executing on the mobile app and now having a stacking effect of customers so that when they do leave, we can continue to allow our merchants to continue to market to them and more importantly, transact on their phones now versus having to come back into the store. And so the effect of that is that that will have a sort of a forced multiplier effect. So — and then the last thing I would say to which Mitch was talking about, and I mentioned briefly also, the LeasePay Mastercard, as we build a larger and larger base of consumers on our platform, we have more opportunities to allow them. So — in on our direct-to-consumer plays, we not only have the ability for them to make purchases at the merchants that you just described, but once we move the physical piece of plastic into that consumer base, their ability to start going to 2.2 million locations makes it a ubiquitous solution that is very similar. And why that's important is when we're having discussions with large national retailers, it helps us with integration. It helps us with not having to have a heavy integration. It also has completely changed the dynamic on how those retail partners view our solution as just another means like a debit card or a credit card or any other means for their customers to spend in the retail location.

Opérateur

Your next question comes from Anthony Chukumba with Loop Capital Markets.

Anthony ChukumbaLoop Capital Markets — Analyst

Good morning, Thanks for taking my question. Just one quick point of clarification first. You said you keep using the word accounts and then you also said stores. I'm assuming the 2,700, that's 2,700 doors, right? That's just 2,700 stores, not like 2,700 completely disparate retailers, right?

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

That's correct. It's 2,700 doors.

Anthony ChukumbaLoop Capital Markets — Analyst

Okay. So since — given the fact that you mentioned that 2,700 number, I guess my question is so what's the total number of doors for Acima at this point? Can you disclose that?

Jason HoggExecutive Vice President

No. I mean, we don't talk about that other than we've made previous statements as to the size and like I said in my comments, we say over 30,000 right now so that's growing at a pretty significant rate still.

Anthony ChukumbaLoop Capital Markets — Analyst

Okay. Fair enough. And then, OK, just one last follow-up. So I just wanted to get back to the sort of the normalization of the collection activity. So I just want to make sure I understand it. So basically, it sounds like the effect from the stemi-checks started to wear off and maybe you guys haven't been as aggressive or didn't feel the need to be as aggressive with collections because everyone had stemi-checks and was making their payments and doing early buyouts. And so it sounds like you hired more people to now the collection — or customer payment activities normalizing to go after that? Or do you allocate more hours or a combination of those? I'm just trying to understand exactly what that means.

Jason HoggExecutive Vice President

Oui. I'll start out on the Acima side and then pass it to Anthony for the Rent-A-Center side. So when Mitch was talking about being caught a little bit short, what we're talking about is we were converting over our operations and in doing so, that's when we started to see the normalization accelerate. So what we've seen now is our staffing ratios come back in line with regard to our account loads from a delinquent account load. And so the key is that our exit velocity for '22 will be back in line with the guidance that we've provided.

Anthony ChukumbaLoop Capital Markets — Analyst

And you're talking — in that call center?

Jason HoggExecutive Vice President

That's correct. And then the other thing is we've brought other — one of the nice benefits is the Acima platform has a number of other streams that are automated that enable us to enhance not just having to have collectors, and we were able to then bring those online with the general portfolio.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

For the Rent-A-Center business, historically, the third quarter is softer from a payment perspective. So we know that yearly going in, the third quarter is going to wind down a bit as people go ahead and get prepared for school and vacations right before the school year begins. So you're right, the people had stimulus checks in their pocket, but we knew that those were winding down. We knew that enhanced unemployment was ultimately going to end as well. So we took a proactive measure throughout the quarter to go ahead and get staffed back up. Actually, headcount year-over-year is up 7%. So that not only benefited the opportunity when the normalization occurred to go ahead and react, it also sets us up for the fourth quarter from a demand perspective. But that one sort of unique situation that occurs is, you're right, the customers were more flush with cash in their pocket, and it's almost like a wait and see, like when is the period that this normalization occurred. It occurs quickly. We, in turn, go ahead and respond, but there's also that balancing act to make sure that we don't overcorrect because we don't want to go ahead and harm the portfolio as well. So we went ahead, we normalized and what we're seeing now in our leading indicators, we feel very confident that the historical trends for the fourth quarter will continue. And the loss rates, like I said, around 3% going forward, we feel confident about that.

Anthony ChukumbaLoop Capital Markets — Analyst

Got it, Very helpful. Keep up the good works guys. Thanks.

Jason HoggExecutive Vice President

Merci.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Merci.

Opérateur

Your next question comes from Brad Thomas with KeyBanc.

Brad ThomasKeyBanc — Analyst

Thanks. Good morning,Just to follow-up on that last line of questioning. So on the Rent-A-Center side, as we look out to 2022, you think that annual losses can still be in the 3% range and just any level of detail you go into on your confidence and that would be great.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Yes, I do expect that that's going to occur. First off, the normalization happening and what we're seeing right now from a customer payment perspective, we do feel confident and when you think about normalization, the way that I look at it in the Rent-A-Center business is, I'm not expecting that we're going to go back to pre-pandemic numbers. And the reason that I can feel confident about that is because now we have centralized decisioning that's available inside of all of our stores. In addition to that, as a byproduct of the pandemic, customer communication tactics and the initiatives that we employed there and then the ramping up of digital payments. So when you put those things together, that's what makes me confident in the go-forward of 3%, around 3% being the range for RAC.

Anthony BlasquezExecutive Vice President

Yes, almost 60% of payments are now happening outside the store now.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Oui. Yes, approaching 60%. So we feel good about that.

Brad ThomasKeyBanc — Analyst

That's really helpful. And maybe a similar question for Jay on the Acima side. I mean, the theme of this call and I think others in the sector for this quarter has been normalization happening faster than expected. Yet the Acima side we're still seeing the losses down partially from having Acima within the mix. Can you just talk a little bit more, Jay, about your line of sight to '22 and how you make sure you don't get overly confident in the algorithms and miss what perhaps would be a more violent move back to normal trends on consumer spend?

Jason HoggExecutive Vice President

Oui. When you look at our 2022 loss projection, we're looking at somewhere around a normalization rate of 6% to 8% within the virtual book. The key thing is how we don't end up getting kind of overconfident to your point with regard to the underwriting, is this ability to break it down by channel, by product, by partner. So there's not just one monolithic decision engine, but our machine learning and our AI is constantly running optimization and looking for exploiting the good portion of the population while minimizing the riskier portion of the population along that lines. And we're able to track that in real-time and we need on it on a regular basis.

Brad ThomasKeyBanc — Analyst

Really helpful. And Maureen, I apologize if I missed it, but can you just give us an update on where we stand year-to-date on synergies? How much do you think we'll get in the fourth quarter and your current plan for 2022?

Maureen ShortExecutive Vice President and Chief Financial Officer

We believe by the end of the year, we'll achieve the $25 million that we talked about. There were a number of different initiatives, part of which we've deployed, others still extend within '22, which is why we talked about a longer term run rate of $40 million to $70 million. Most of what we had anticipated rolling out in 2021 has already occurred, but we are expecting some of those benefits to show through within the fourth quarter. So like I mentioned earlier, we're on track with achieving those synergies. There's been some offset with the timing of the normalization, but we still feel very confident that integrating the preferred lease business with Acima, bringing those two companies together, will make us a better company, will get us to mid-teens EBITDA margins over the next year or two.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Oui. I think the other thing, Brad, when you think about the future and a lot of questions, obviously, this morning about the future as compared to the lumpiness of where we are today, remember the normalization of payments, what comes with that is a tighter credit environment. You're talking — Jay is talking about the — our own decisioning and certainly by vertical and even by retailer, and same in Anthony's business by vertical, how do we decision and there's a tightening going on out there without stimulus. We just — one needs to remember that tighter credit environments are beneficial to us in the long run, even if in the short term they're not. But in the long run, lease-to-own business benefits from tighter credit out there above us. So and we're already seeing some of that in our vintages, in the — in our, what we call vantage scores as people come into our portfolio, we're seeing a slight uptick in that customer, the creditworthiness, I guess, you'd call it or vantage score, you call it a lot of different things. But we're seeing a better customer already and we would expect that to accelerate. And everybody just needs to remember, a tighter credit environment, even though in the short term, we get — it has impacted us in the third quarter and as we go into our fourth quarter in the guidance we gave, but in the long run, this is something that benefits LTO.

Brad ThomasKeyBanc — Analyst

Absolutely, Thank you all so much.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Merci.

Jason HoggExecutive Vice President

Merci.

Anthony BlasquezExecutive Vice President

Thanks.

Opérateur

Your next question comes from Kyle Joseph with Jefferies.

Kyle JosephJefferies — Analyste

Hey, Good morning. Thanks for taking my question. Not to beat a dead horse, but on the credit side, obviously it's normalizing. Can you just give us a sense for are there any potential offsets in the credit normalizing environment and then kind of remind us how the Rent-A-Center business did in a negative economic scenario like the GFC and then how you envision the Acima business performing in an environment like that?

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Oui. I think they both outperform in an environment like that as we go and think about 2022 and 2023 as credit tightens. We've certainly seen that over the years with Rent-A-Center. If you go back to one of the worst recessions in the history of the company — in the country in 2008, and we had good growth rates, certainly outperformed just about everybody when it comes to not only revenue, but our losses didn't go up and so forth. And Acima should be very, very similar, Kyle. I mean it's the same business. It's through retail partners of course, the Acima ecosystem stands — can stand on its own. But it's still the same business. It's still leasing where they can return the product and we can rerent those products through Rent-A-Center. So the recession resiliency store, I'm sure, in 2022 and 2023, not that would necessarily be in a recession of the country, but the impact will be there from a credit tightening standpoint and credit tightening is good in the long run. Rent-A-Center, when you look at not having to where we reduce the guidance on — the annual guidance on Acima in that Rent-A-Center, keep in mind, I mean, Rent-A-Center — a couple of thousand Rent-A-Centers out there have collectors in each store on the street. If people aren't paying, they can react much faster to a technological collections of a centralized call center through virtual payments and so forth. So the impact is going to be much less on Rent-A-Center than Acima when this happens in the third quarter when the normalization was faster. But overall, in the long term, both should benefit from the tighter credit environment.

Kyle JosephJefferies — Analyste

Oui. That makes sense. And then a quick follow-up from me. Obviously, you talked about the supply chain impacting Acima, but just walk us through the Rent-A-Center side of the business. Any impacts from the supply chain, how your inventories position heading into the holiday season there?

Anthony ChukumbaLoop Capital Markets — Analyst

Yes, Kyle. We're in a strong position from all the major categories. Good inventory levels actually ended the quarter with held-for-rent up 24% versus the prior year. So the merchants and the vendor partners have done a good job of sourcing inventory. And we've said it before, just remember in the Rent-A-Center business, we're able to go ahead and source for fewer skews, but buy deeper in them, so that we have the stable items for the customers that are available. We're still seeing good expansion in categories like tools and tires and handbags and e-bikes, etc. And we're looking for opportunities to expand the assortment that's available on the website as well strategically though because we want to make sure that whatever we're showcasing to our customers online that from a customer experience perspective, there are things that we can get. So we'll ramp those up as time goes on as the supply chain loosens up but overall, to meet the demand of the fourth quarter, we feel confident, especially with that held-for-rent being up 24% year-over-year.

Kyle JosephJefferies — Analyste

J'ai compris. Thank you very much for answering my questions.

Anthony BlasquezExecutive Vice President

Thanks.

Opérateur

Your next question comes from Tim Vierengel with Northcoast Research.

Tim VierengelNorthcoast Research — Analyst

Good morning, Thanks for taking my questions. It seems like most of my actually questions were already answered, but I do have one bigger picture question for Anthony and Mitch. It seems like consolidation is happening in most fragmented industries in the U.S. with all these supply chain issues and kind of really limited capital of these smaller operators. I was wondering if we should expect something similar in the legacy brick-and-mortar business and if you guys have seen any kind of easing competitive environment recently? Merci.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Yes, Tim, this is Mitch. There's — besides us and the obvious one other public competitor Aarons, there's not near as much competition in the Rent-A-Center, either e-com or brick-and-mortar business as there is in the virtual environment. So it's not like competition has grown. We're growing. We're opening some stores here. We'll open stores next year. We're about the only ones growing stores. Our competitors shutting down stores. On the regional side, we're not seeing any real growth there. So we're the only ones growing. I think honestly, I think there'll be some opportunities for us to do some acquisitions here and there. There'll be small ones. There's only one large competitor anyhow. So there'll be small ones, probably not all that material. Again, a few million dollars of EBITDA here or there. But I think the — certainly, there are probably some of them, but they'll be pretty small in that side of the business. I think when you think about M&A, the — and using our great balance sheet for M&A or share repurchases and the capital allocation stuff that Maureen was talking about, I think the opportunities are probably more on the Acima side and other business verticals like that in the payments world than it is on the Rent-A-Center side. We'll do up on the Rent-A-Center side, but they're going to be pretty small.

Tim VierengelNorthcoast Research — Analyst

Oui. It's not so much the M&A activity. Understood. And you guys have been outperforming by, I'm going to say, high single digits for almost 24 months now. So I was just trying to gauge how sustainable that is. Can you maybe remind us, I have a number in my head that 45% of the store doors in the industry are run by independents. Is that number much smaller now? Am I thinking a number that's maybe five years old?

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

I'd say it's — you're not that far off. It's between 35% and 45%.

Tim VierengelNorthcoast Research — Analyst

Ok,Alright. Thank you so much for answering my questions.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Merci.

Opérateur

Your next question comes from Carla Casella with JPMorgan.

Carla CasellaJPMorgan — Analyst

Hi, Just two quick ones here. One on the labor cost front, it sounds like you pre hired labor in third quarter. But I'm wondering, are you expecting — are you still hiring in through fourth, are you fully staffed and how comfortable are you with the labor cost levels?

Anthony BlasquezExecutive Vice President

Yes, Good morning Carla. I'd say we caught up in the third quarter and into October. There's still hiring going on. There always is because, unfortunately, we have turnover as well. So I'd say we — by the end of October, we're in pretty darn good shape and it's kind of normal going forward, the number of people we need to hire, but the third — late third quarter and then in October was more of a catch-up.

Carla CasellaJPMorgan — Analyst

Okay. Super. And then just as you mentioned a few times a, we will return to more normal pattern sooner than you expected. As you see that, are you seeing any kind of uptick or change in the way you have to compete for either on the Acima side, retail partners or customers there or on the Rent-A-Center side for your traditional customers like are you changing any of the terms or do you see any change in the average length of the contracts or anything unusual as you return to normal?

Anthony BlasquezExecutive Vice President

No. The good news in our business is that as credit tightens, as people get tighter on money, it certainly impacts our payments, as we've been talking about this morning. But then — but from a demand standpoint, it actually pushes more demand as credit tightens above us, if you will, in the funnel. So I think overall, from a — and I think Jay mentioned this on the Acima side, the proliferation of the buy-now-pay-later space where — we really don't compete for that same customer, but there's a lot of turndowns in that space with our retail partners and we're hearing from retail partners, say, what we need to talk to you about those — the turndowns we're seeing. So it's more people add more prime and near prime payment options for their customers, they start to see more and more customers they can't do business with as they add those options, and that just benefits us and actually, I don't want to call it easy, but it makes it easier to get their attention that they need the LTO option in the store.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Yes, Absolutely.

Carla CasellaJPMorgan — Analyst

Great, Thank you.

Anthony BlasquezExecutive Vice President

Thanks, Carla.

Opérateur

I will now turn the conference over to Mitch Fadel for closing remarks.

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Well, thank you, operator, and thank you, everyone, for your interest this morning. Appreciate your time. It's an interesting time. It's been a heck of a year so far. We got to finish strong. And a heck of a year, when you start off the year with an acquisition like Acima and I just — we had some lumpiness in the third quarter, things normalize a little faster, we talked about the supply chain. Overall, if we either go back to our guidance at the beginning of the year as we close Acima, but we'd be delighted to be where we are today from an EPS standpoint at a midpoint range in the $6. So that's a lot higher than what we were when we — where we thought we'd be when (Indecipherable) Acima things. So some lumpiness in quarters, but big picture, keep that in mind and just keep in mind and our outlook for the long-term has not changed and in fact, a tighter credit environment is a benefit to lease-to-own over the next couple of years so we're really excited and with that, we'll let you get back to your — probably have another call coming anyhow, and we'll get back to work. Thank you, everyone.

Opérateur

(Operator Closing Remarks)

Duration: 69 minutes

Call participants:

Brendan MetranoVice President of Investor Relations

Mitchell FadelDirector and Chief Executive Officer

Jason HoggExecutive Vice President

Maureen ShortExecutive Vice President and Chief Financial Officer

Anthony BlasquezExecutive Vice President

Bobby GriffinRaymond James — Analyst

John RowanJanney — Analyst

Vincent CainticStephens — Analyst

Anthony ChukumbaLoop Capital Markets — Analyst

Brad ThomasKeyBanc — Analyst

Kyle JosephJefferies — Analyste

Tim VierengelNorthcoast Research — Analyst

Carla CasellaJPMorgan — Analyst

More RCII analysis

All earnings call transcripts


AlphaStreet Logo

This article represents the opinion of the writer, who may disagree with the “official” recommendation position of a Motley Fool premium advisory service. We’re motley! Questioning an investing thesis — even one of our own — helps us all think critically about investing and make decisions that help us become smarter, happier, and richer.



Source link

Il n’a onques été aussi facile de projeter un site e-commerce de nos jours, il assez de voir le taux le montant le pourcentage de plateformes web commerce électronique en France pour s’en livrer compte. En effet, 204 000 plateformes web actifs en 2016. En 10 ans, le nombre de plateformes web a été fois 9. Avec l’évolution des technologies, les média à grand coup d’histoire de succès story, (si si nous-mêmes vous assure, moi c’est aussi tombé a l’intérieur du panneau) le e-commerce a longuement été vu tel que un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le journée dans de nombreuses thématiques.