La chute fulgurante de Roland Mouret, le génie derrière la robe la plus iconique du monde, après Covid


Magnifiquement coupée en crêpe de laine, avec chaque pince soigneusement placée et un décolleté carré séduisant qui révélait la quantité parfaite de chair, c'était la robe que toutes les femmes voulaient.

Le Roland Mouret Galaxy a fait ses débuts en 2005. C'était un hymne à la féminité, célébrant des courbes là où d'autres créateurs les avaient ignorées.

Comme le dit le suave Mouret, né en France, qui vit dans le Suffolk et travaille à Londres : "Quand je dessine une robe pour une femme, je pense aussi à l'homme qui va l'enlever."

Carol Vorderman a déclaré à propos de la robe emblématique : « La galaxie a vu mes courbes et au lieu de devoir les cacher, cette robe m'a fait me sentir belle. Il est toujours dans ma garde-robe'

Carol Vorderman a déclaré à propos de la robe emblématique : « La galaxie a vu mes courbes et au lieu de devoir les cacher, cette robe m'a fait me sentir belle. Il est toujours dans ma garde-robe'

Roland Mouret photographié avec Dita Von Teese, portant la robe Galaxy qu'il a conçue, lors d'une remise de prix en 2006

Roland Mouret photographié avec Dita Von Teese, portant la robe Galaxy qu'il a conçue, lors d'une remise de prix en 2006

Vu sur tout le monde, de Halle Berry et Cameron Diaz à Rachel Weisz et Sienna Miller, la gaine élégante semblait conférer équilibre et confiance.

Le secret de sa forme séduisante résidait dans la sous-couche en maille épaisse et élastique, fabriquée à partir d'un matériau appelé Powerflex qui était utilisé dans les corsets dans les années 1950.

Il resserrait la taille, remontait la poitrine et surélevait le bas.

Une autre partie de son génie était les célèbres épaules drapées en origami, qui l'ont rendu instantanément emblématique.

Il était également – ​​le plus inhabituel pour la mode de créateurs haut de gamme – disponible dans des tailles allant jusqu'à 20.

Initialement vendu au détail à 990 £, il s'est vendu chez Harvey Nichols en quelques jours et pendant des mois, il y avait une liste d'attente.

Vogue a écrit: "Pendant des semaines, vous ne pouviez pas ouvrir un journal ou un magazine sans voir un autre jeune vedette d'Hollywood le porter."

Demi Moore en avait un, tout comme Scarlett Johansson, Nicole Kidman et Jodie Foster. Victoria Beckham en avait apparemment un dans toutes les couleurs et portait le successeur du Galaxy, la Lune, en rose vif pour les débuts de son mari David à LA Galaxy en 2007.

Mme Von Teese portant la conception emblématique de la robe moulante lors du Polo Day de la Cartier Queen's Cup en 2012

Mme Von Teese portant la conception emblématique de la robe moulante lors du Polo Day de la Cartier Queen's Cup en 2012

La robe, comme illustrée sur l'actrice Rachel Weisz, confère équilibre et confiance avec sa silhouette classique

La robe, comme illustrée sur l'actrice Rachel Weisz, confère équilibre et confiance avec sa silhouette classique

Mouret a organisé un événement à Selfridges en 2006 et a été ravi lorsqu'une soixantaine de femmes se sont présentées dans la galaxie.

Il a déclaré: «Chacun d'eux se complimentait. Dites-moi, quand les femmes veulent-elles jamais porter la même robe ? »

Il a engendré des milliers d'imitations – à un moment donné, Topshop vendait 5 000 robes de style Galaxy par semaine pour 65 £.

La robe originale est toujours disponible aujourd'hui, pour 1 595 £ via le site Web de Mouret et sa boutique à Mayfair. Les couleurs de cette saison incluent l'orange sanguine et le rose layette.

Cependant, si vous avez toujours voulu un Galaxy, le moment d'acheter est maintenant – l'entreprise a déposé un avis de son intention de nommer des administrateurs.

Il semble que même la fidélité de clients dont les duchesses de Cambridge et de Sussex n'ait pas pu sauver Mouret des effets financiers désastreux de la pandémie. Et c'est ainsi que le créateur de la Galaxie est retombé sur terre.

Pour un homme dont les créations étaient adorées par les stars mais étaient également à la portée des femmes ordinaires, son revers de fortune montre à quel point l'impact de Covid a été dévastateur sur l'industrie.

Plusieurs saisons annulées, aucun événement social, aucun voyage international et la fin des achats hors taxes ce printemps – qui, sans les remises disponibles pour les touristes, ont porté un coup de marteau au statut de Londres en tant que capitale de la vente au détail de mode – ont aggravé la douleur.

Mouret, 60 ans, a déclaré dans une interview plus tôt cette année que les ventes avaient chuté de 80%. "Nous avons perdu 20 ans en un jour", a-t-il ajouté.

Mais il était déterminé à survivre et, il y a seulement deux mois, il avait promis qu'il serait "le dernier homme debout" à la mode britannique, après la disparition de labels tels qu'Alice Temperley, Amanda Wakeley et Ralph & Russo.

En effet, il y a seulement trois semaines, il a lancé sa propre gamme de vêtements de sport.

Le label Roland Mouret est détenu conjointement par le designer et magnat du divertissement Simon Fuller – pendant de nombreuses années, un acteur majeur de la marque David Beckham et toujours actionnaire de la marque de mode en difficulté de Victoria.

Il a été rapporté le mois dernier que les investisseurs de Mouret, y compris son propriétaire londonien Grosvenor Estates, discutaient des options de financement pour rester solvable.

Halle Berry portait le design flatteur en 2012. Le secret de sa forme séduisante résidait dans la sous-couche en maille élastique épaisse, fabriquée à partir d'un matériau appelé Powerflex qui était utilisé dans les corsets dans les années 50.

Halle Berry portait le design flatteur en 2012. Le secret de sa forme séduisante résidait dans la sous-couche en maille élastique épaisse, fabriquée à partir d'un matériau appelé Powerflex qui était utilisé dans les corsets dans les années 50.

En 2019, la dernière année pour laquelle des comptes sont disponibles, la marque a enregistré un bénéfice avant impôts très mince de 242 667 £ sur des ventes de 16,1 millions de £. L'entreprise compte actuellement 84 employés.

Ancien mannequin, le beau Mouret vit dans une chaumière du Suffolk avec son mari sculpteur James Webster.

Le créateur est connu pour sa nature charmante, et parmi ses amis, Meghan Markle, qui a choisi les robes Mouret à plusieurs reprises tout au long de son mandat de royale active et a porté l'une de ses créations la veille de son mariage.

Edward Enninful, rédacteur en chef de Vogue britannique, est également un ami.

Pourtant, l'histoire de Mouret est l'une des plus étonnantes de la mode. Il est presque sans formation, n'ayant obtenu que trois mois d'études en mode, et il n'a démarré son entreprise qu'à l'âge de 36 ans.

Mouret a grandi dans un petit village près de Lourdes en France, fils d'une femme de chambre et d'un boucher.

Il a regardé son père au travail, coupant de la viande, et a déclaré que cela avait inspiré son amour de la mode: "Cela m'a fait aimer le muscle, l'os et la graisse."

Il s'installe à Paris et passe trois mois dans une école de mode parisienne en 1979. Il travaille ensuite comme mannequin, avant de devenir styliste puis directeur de création au magazine Gai Pied Hebdo.

Finalement, il a déménagé à Londres, où il a tenu un bar. Mais la mode continue de le fasciner. Il croyait pouvoir créer des vêtements « irrésistibles ». « J'aime le toucher du tissu. . . J'aime la façon dont les vêtements tombent sur le corps », s'est-il enthousiasmé.

A 36 ans, il décide de poursuivre ses rêves. "Je pensais que si je ne le faisais pas, j'allais être vraiment amer", a-t-il déclaré au Financial Times.

Il a postulé pour un emploi chez Jean Paul Gaultier et a été rejeté. « On m'a dit : « Vous n'êtes pas assez bien pour nous ». À partir de ce jour, j'ai refusé d'être employé par qui que ce soit – je ne voulais plus être rejeté.

Avec un prêt de 2 000 £, il a créé une première collection en 1997. Les robes ont été confectionnées sur une machine à coudre domestique sans motifs : il a simplement enroulé le tissu autour des modèles.

Il se souvient : « Je ne pouvais pas faire de chemisiers ; L'Italie l'a fait moins cher. Mais si vous étendiez [le dessin] de quelques centimètres, vous auriez une robe, et je pourrais gagner de l'argent sur les robes.

Il fait partie du mouvement « demi-couture », avec des créateurs comme Alexander McQueen et Julien Macdonald, bousculant le monde de la mode avec une sensibilité d'outsider.

Mouret a déclaré au magazine Forbes: «C'était génial de faire partie de quelque chose qui n'existait pas auparavant.

"Cependant, à ce moment-là, j'ai dû faire face à la réalité que j'étais au bord de la faillite, mais je ne pouvais pas m'arrêter: j'étais accro."

Victoria Beckham portant la Galaxy en 2005, année de sa sortie. C'était un hymne à la féminité, célébrant les courbes là où d'autres créateurs les avaient ignorées

Victoria Beckham portant la Galaxy en 2005, année de sa sortie. C'était un hymne à la féminité, célébrant les courbes là où d'autres créateurs les avaient ignorées

Il a pris l'investissement de la femme d'affaires écossaise Sharai Meyers et de son mari banquier, Andre, en 1998, et a commencé à toucher les grands détaillants.

Au moment où le Galaxy est sorti, il s'était forgé la réputation de créer des vêtements magnifiquement portables.

Linda Fargo, directrice de la mode du grand magasin new-yorkais Bergdorf Goodman, a déclaré : "Les femmes adorent porter du Roland parce qu'il a une façon unique d'être à la fois sexy et sophistiquée."

En 2006, alors que le Galaxy faisait toujours sensation, survint une crise déterminante : il quitta sa propre étiquette à cause de « différences créatives » avec les Meyer.

Il s'est tourné vers le monde du showbiz pour son retour avec Simon Fuller, ancien manager des Spice Girls, en investissant dans sa ligne RM by Roland Mouret, lancée en 2007.

Enfin! Une robe qui a célébré mon gros cul et mes seins

Par Carole Vorderman

Demandez-moi à quel événement j'ai porté ma première robe Roland Mouret Galaxy et mon esprit est vide. Mais la façon dont je me sentais dedans – glamour, confiant et fier de mes courbes pour la première fois – est quelque chose que je n'oublierai jamais.

C'était en 2005 et à une époque où, pour être belle en robe, il fallait être super mince. Je suis construit avec un gros derrière et des seins et une taille minuscule, ce qui signifie que la plupart des robes à l'époque claquaient autour de ma taille mais étaient trop serrées sur mes fesses.

Les robes désormais légendaires de Roland Mouret étaient différentes.

Je me souviens d'être entré dans ma première, cette désormais célèbre galaxie bleue, et je me suis immédiatement sentie différente.

Le matériau en laine de haute qualité était extensible; il a fait des choses que le tissu n'avait pas faites auparavant.

Il s'enroulait sous la courbe de mes fesses, entrait avec ma taille puis ressortait sur mon buste.

TA DAHHHH ! Merci, merci Roland Mouret !

Le Galaxy a vu mes courbes et au lieu de devoir les cacher, cette robe m'a fait me sentir belle.

Il est toujours dans ma garde-robe, avec une douzaine de variations sur le design. Je ne peux pas imaginer un jour où j'arrêterai de les porter.

La Galaxy était vraiment la robe qui changeait la donne qui défendait le corps des vraies femmes.

Avec son lancement, Roland a semé une idée qui est devenue un mouvement qui signifie que les femmes peuvent profiter de la forme ou de la taille que Mère Nature leur a donnée.

Quoi qu'il arrive à la marque, personne ne peut le lui enlever.

Fuller a investi 50 pour cent de l'argent, Mouret les 50 pour cent restants – le concepteur conservant le contrôle créatif total.

Le premier spectacle présentait des robes «easy chic» qui étaient – ​​dans une grande innovation – disponibles à la commande le lendemain. — Pourquoi devraient-ils attendre ? dit Mouret.

À ce stade, Fuller nourrissait également les ambitions de Victoria Beckham en matière de mode – avec son soutien, elle a lancé sa propre marque en 2008.

Sa première collection a été une surprise pour tous, avec des robes magnifiquement taillées, dont beaucoup ressemblent aux célèbres silhouettes élégantes de Mouret. Mouret a dit qu'il avait été un mentor pour elle et rien de plus.

Miranda Kerr en 2011, portant la robe Galaxy. Une autre partie de son génie était les célèbres épaules drapées en origami, ce qui l'a rendu instantanément emblématique

Miranda Kerr en 2011, portant la robe Galaxy. Une autre partie de son génie était les célèbres épaules drapées en origami, ce qui l'a rendu instantanément emblématique

Sa propre entreprise a été particulièrement réussie. La galaxie a été suivie par les conceptions de la Lune et du Titane. Des robes plus récentes, avec le drapé emblématique, ont été portées par la duchesse de Sussex.

En 2010, il rachète les droits de son propre nom et ouvre un an plus tard un magasin indépendant face à l'hôtel Connaught de Londres.

De nombreux autres créateurs se lancent dans les cosmétiques et les sacs à main, mais Mouret s'en tient aux robes et aux séparations – et gagne de l'argent grâce à des ventes répétées à des clients fidèles.

« En tant que designer, vous devez comprendre pourquoi cette femme va venir vers vous. Je sais où je me situe; Je connais mon espace », a-t-il déclaré.

Les femmes – de Beyonce à Theresa May – se sentaient puissantes dans ses robes. Il n'y a jamais eu de forme idéale.

Comme il l'a dit : « Soit vous faites des vêtements pour le monde de la mode, soit vous faites des vêtements pour des gens qui ne vivent pas comme sur les photos.

«Je ne suis pas un fattiste – j'accepte tous les corps. Je coupe mes robes et m'adapte à des modèles de toutes tailles. Le vrai succès n'est pas la robe, c'est la taille et sa consistance.

Il a ajouté: «J'aime faire de belles fesses. Je dois être honnête. C'est la meilleure partie du corps. Ma façon de savoir si j'ai fait quelque chose de bien est de savoir si le client a un bon a**.’

Il n'a pas non plus peur du grand public et a collaboré avec Banana Republic et même une robe pour Gap.

Cependant, la pandémie l'a anéanti. Il a annulé son défilé automne/hiver 2020, et il y a eu une restructuration pour réduire les coûts, avec la fermeture du magasin de Manhattan et une décision de se concentrer sur le commerce électronique.

En juin, Grosvenor Britain & Ireland a annoncé qu'il avait pris une participation minoritaire pour aider à « développer et diversifier l'entreprise ».

Les fonds ont été utilisés pour lancer la ligne de vêtements de sport de Mouret le mois dernier.

Quelques semaines plus tôt, il avait dit qu'il craignait qu'il ne faille cinq ans pour se remettre complètement de la catastrophe pandémique. Malheureusement, son temps semble s'être écoulé plus tôt.

Les clients célèbres espèrent sans aucun doute, avec son histoire de rebondissement, les créations emblématiques de Mouret ne seront pas consignées trop longtemps dans une galaxie très lointaine.



Source link

Pourquoi confectionner un magasin virtuels ?

On voit clairement qu’il est plausible de se lancer sans argent et inconscient technique particulière. Je vous conseille de vous lancer en dropshipping particulièrement ne pas mettre trop d’argent sur votre site. Il vous faut à tout prix avoir un budget marketing pour élever venir visiteurs sur votre boutique : c’est le ligament de la guerre. Car comme nous-mêmes l’ai dit, vous pouvez avoir la plus belle boutique. Sans trafic, vous ne ferez des fois de chiffre d’affaires. Une fois que vous aurez testé, votre marché vous pourrez alors acheter un stock.