Perion Network (PERI) Transcription de l'appel sur les résultats du troisième trimestre 2021


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image : L'imbécile hétéroclite.

Réseau Perion (NASDAQ : PERI)
Appel des résultats du troisième trimestre 2021
26 octobre 2021, 8 h 30 HE

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants

Remarques préparées :

Opérateur

(Écart audio) conférence téléphonique du troisième trimestre 2021. L'appel d'aujourd'hui est enregistré. Le communiqué de presse contenant les détails de la transaction est disponible sur le site Web de la société à l'adresse perion.com. Avant de commencer, j'aimerais lire la déclaration de sphère de sécurité suivante.

La discussion d'aujourd'hui comprend des déclarations prospectives. Ces déclarations reflètent les opinions actuelles de la société en ce qui concerne les événements futurs. Ces déclarations prospectives impliquent des risques connus et inconnus, des incertitudes et d'autres facteurs, y compris ceux discutés sous la rubrique Facteurs de risque et ailleurs dans le rapport annuel de la société sur le formulaire 20-F, qui peuvent entraîner des résultats réels, des performances ou des réalisations sensiblement différentes. ou tous résultats, performances ou réalisations futurs anticipés ou sous-entendus par ces déclarations prospectives. La société ne s'engage pas à mettre à jour les déclarations prospectives pour refléter des événements ou des circonstances futurs.

Comme au cours des trimestres précédents, les résultats publiés aujourd'hui seront analysés à la fois sur une base GAAP et non GAAP. En mentionnant l'EBITDA, nous ferons référence à l'EBITDA ajusté. Nous avons fourni un rapprochement détaillé des mesures non conformes aux PCGR avec leurs mesures conformes aux PCGR comparables sur le formulaire 6-K, qui a été déposé et est également disponible sur notre site Web. L'hôte de l'appel aujourd'hui est Doron Gerstel, PDG de Perion; Maoz Sigron, directeur financier de Perion.

J'aimerais maintenant passer l'appel à Doron Gerstel. S'il vous plaît allez-y.

Doron GerstelPrésident-directeur général et fondateur

Merci, Kévin. Merci à tous d'avoir participé à notre appel. Nous allons le faire via Zoom afin de mieux montrer ce que nous avons pu réaliser ce trimestre. Le thème est que l'élan se poursuit définitivement.

Avec moi à l'appel, Maoz Sigron, notre CFO, et commençons. Le thème de cet appel est donc que l'élan est continu. Et très bien, le troisième trimestre a été un trimestre record en termes de revenus. Nous avons construit une technologie innovante qui nous permet d'évoluer.

Je vais vraiment plonger dans tous ces moteurs de croissance dans une seconde. Mais d'abord, prenons du recul. Et comme nous essayons de le faire à chaque appel et regardons ce qui se passe sur le numérique à la dépense, le marché se développe et se développe rapidement. Comme vous pouvez le voir, à ce stade, le TCAC pour les quatre prochaines années est de 14,3 %.

Et puis tout est motivé par le fait que de plus en plus de dollars sont transférés du canal traditionnel au canal numérique. C'est certainement quelque chose qui arrive sur tous les canaux. Je voudrais mentionner, car on me demande à chaque appel ce qui s'est passé lorsque nous sommes en post-COVID. Nous pensons donc que lorsqu'il s'agit de publicité à la performance, elle est définitivement là pour rester, et elle se développera beaucoup plus rapidement uniquement parce que de plus en plus de consommateurs sont exposés aux possibilités d'achat en ligne et à la publicité — acheter en ligne et annonceur suivent définitivement cette tendance.

Il y a une tendance très intéressante que nous avons remarquée, et qui a à voir avec le type ou le format de la publicité numérique. Et dans ce cas, nous avons vu que les annonceurs se tournent vers ce que nous appelons des formats à fort impact. J'en parlerai davantage et je vais en fait vous montrer quelques-unes des grandes publicités à fort impact, qui ont un niveau de créativité différent, un niveau d'engagement différent, des interactions avec les utilisateurs, avec les consommateurs, quelle publicité ils aiment et ils ont pu voir un retour sur les dépenses publicitaires bien plus élevé. C'est donc certainement une tendance très intéressante que nous remarquons.

Comme je l'ai mentionné, le troisième trimestre de 2021 a été un chiffre d'affaires record. Nous avons affiché une croissance de 45 % d'une année sur l'autre, comme vous pouvez le voir sur le côté gauche de la barre. Entre le troisième trimestre 2020 et le troisième trimestre 2021, nous fournissons des orientations, nous parlerons des orientations, mais puisque c'est — nous parlons maintenant du dernier trimestre, du quatrième trimestre et de 2022, nous sommes s'attendant pendant trois ans entre 20 et 2022 à un TCAC de croissance des revenus de 34%. Pour cette année, de 2021 à 2020, nous nous attendons à une croissance de 40 % d'une année sur l'autre.

Alors d'où vient la croissance ? Qu'est-ce qu'il y a derrière? Et quels sont les moteurs de la croissance ? D'abord et avant tout, les revenus de la vidéo et de CTV ont augmenté de 245 % d'une année à l'autre. C'est certainement le principal moteur de croissance. Et quand nous mentionnerons l'acquisition que nous avons faite début octobre, qui est la plate-forme de monétisation vidéo, Vidazoo, je pense que vous aurez une idée globale de la façon dont cela correspond parfaitement à ce que nous faisons. Et en ce qui concerne l'autre taille moyenne des transactions (inaudible) plus élevée, c'est l'un des KPI les plus importants que nous examinons, cela a augmenté de 32% d'un trimestre à l'autre.

Et du point de vue de la fidélisation de la clientèle, nous bénéficions de 109% de fidélisation de la clientèle. Du point de vue de l'EBITDA, nous sommes donc en mesure de tirer parti de nos dépenses fixes et de maintenir un contrôle budgétaire, comme vous pouvez le voir ici. Et l'EBITDA du troisième trimestre, l'EBITDA ajusté du troisième trimestre 2021, qui s'élevait à 17,6 millions de dollars, reflète une croissance de 101% d'une année sur l'autre par rapport au dernier – le troisième trimestre de 2020. C'est sur une base trimestrielle.

Sur une base annuelle, nous parlons d'environ 60 millions de dollars d'EBITDA ajusté pour l'ensemble de 2021. Cela reflète 83% de la croissance d'une année à l'autre entre 2021 et 2020. Avec les perspectives jusqu'en 2022, nous pouvons dire qu'avec 76,5 millions de dollars, le TCAC global au cours de ces trois années, de 20 à 2022, nous pouvons voir un TCAC de 53% entre ces trois années. Alors qu'est-ce qu'il y a derrière ? Le plus important est la mise en œuvre que nous avons faite du hub-and-spoke de ce que nous appelons le hub intelligent.

Je parlerai davantage de la valeur que l'Intelligent Hub apporte, à ce stade, très, très loin de notre capacité à tirer parti de nos coûts. C'est le hub intelligent. Deuxièmement, le fait que nous soyons capables d'évoluer et d'avoir un effet de levier sur les coûts, d'améliorer le contrôle budgétaire et d'améliorer l'automatisation des processus, le montant des dollars d'ingénierie que nous investissons dans l'automatisation des processus nous permet d'étendre notre entreprise, mais en même temps temps, étant de plus en plus rentable. Allons-y et plongeons-nous dans certains des moteurs de croissance que j'ai mentionnés.

De toutes les statistiques que nous pouvons obtenir des différentes sources, j'ai choisi celle-ci, qui m'excite beaucoup et a à voir avec le temps moyen passé par jour en vidéo numérique par appareil, même – c'est à partir d'avril 2020 , mais les chiffres n'ont pas changé. C'est juste en train de grandir. Et d'après ce que nous avons vu juste avant l'appel, c'est près de deux heures, deux heures que le consommateur passe par jour sur du contenu vidéo. Et c'est le principal déclencheur.

Le premier déclencheur est pour l'annonceur, et nous aimons dire qu'il poursuit le consommateur. Et si les consommateurs passent plus de temps sur la vidéo, quel que soit l'écran, ils suivent cette tendance et investissent davantage dans toutes sortes de publicités vidéo. Et par conséquent, nous développons notre entreprise, et nous développons, comme vous pouvez le voir, de façon exponentielle, notre publicité liée à la vidéo et à la CTV. D'une année à l'autre, nous avons presque triplé le chiffre d'affaires entre les neuf premiers mois de 2020 et les neuf premiers mois de 2021 à 32,8 millions de dollars.

Sur une base trimestrielle, ce fut un excellent trimestre pour nous, où nous sommes en mesure de développer notre activité vidéo et CTV de 245 %, ce qui est certainement l'un des principaux moteurs de ce trimestre, mais l'un des plus importants pour ne pas juste le quatrième trimestre, mais l'année prochaine et l'année d'après avec l'acquisition de Vidazoo, et j'y reviendrai plus tard. Je veux vous montrer ces diapositives et vous amener à ce que nous pensons être vraiment inspirant. Et le point ici était de savoir comment nous pouvons avoir un minimum de clics. Et comme vous pouvez le comprendre, il s'agit de clics minimum entre le visionnage de l'annonce et l'achat.

Et c'est un excellent exemple. J'espère que cela fonctionnera ici, mais vous pouvez voir la vidéo s'exécuter sur votre écran. Et puis grâce à un code QR, vous êtes en mesure de faire la transaction. Mais la partie intéressante, ce n'est pas le code QR qui permet d'obtenir cette annonce sur votre appareil mobile.

Le code QR est capable de transmettre l'expérience d'achat de votre marque, comme vous pouvez le voir ici sur l'écran jusqu'au – du grand écran au code QR directement au panier, et c'est la technologie très intéressante que nous avons – nous permet être fier avec un CTR de 1,4%. Ainsi, parmi les centaines qui l'ont essentiellement vu, nous en avons un qui termine la transaction, des résultats étonnants par tous les moyens, et le prend du grand écran, de la publicité de CTV jusqu'à votre carte. Le prochain exemple dont nous sommes vraiment fiers est le CTV en direct. Comme vous pouvez l'imaginer, le CTV en direct est très difficile, uniquement parce que l'insertion d'annonces télévisées n'est pas planifiée à l'avance, comme vous le savez probablement.

Et toute l'idée, et ici, j'utilise beaucoup l'un des principaux dirigeants de DraftKings qui cherchait quelque chose d'excitant et comment dépenser son argent sur les téléviseurs en direct et l'intégrer dans le jeu, alors que nous ne voulons pas pour gâcher l'expérience. Alors c'est comme ça que ça se passe. (Lecture vidéo) Je pense que vous avez l'idée, mais nous sommes vraiment fiers de ce que c'est un retour sur les dépenses publicitaires de 19:1, ce qui est un résultat incroyable que nous sommes en mesure de combiner SSAI sophistiqué, insertion d'annonce côté serveur , dans un événement en direct tout en gardant l'utilisateur très engagé, ne perturbant pas l'expérience d'un événement sportif. C'est donc cet exemple.

Enfin et surtout, l'indicateur de performance clé dont nous parlions ici a augmenté de 40 % la taille moyenne de nos transactions. Et c'est un facteur très important. Comment nous pouvons le faire passer de près de 80 000 $ à 103 000 $ d'une année à l'autre. Et comme vous pouvez l'imaginer, les dépenses liées à la réalisation de cette campagne sont les mêmes.

Il y a beaucoup de dépenses fixes. Et tandis que nous augmentons la moyenne des ordres d'insertion ou de la campagne avec nous, cela nous donne un excellent moyen d'optimiser nos coûts. C'est l'exemple d'un HBO qui va du grand, grand écran, c'est le CTV à un écran plus petit qui est iPad à votre mobile, tout est en train d'être synchronisé et cette synchronisation nous permet de porter ces dépenses à un niveau supérieur. Et comme je l'ai mentionné, 40 %, et c'est un moteur de croissance, sans aucun doute.

C'est certainement un moteur de croissance. Un taux d'interaction de 7,9%, c'est un résultat incroyable et leur permet certainement de dépenser plus avec nous. Et lorsque nous parlons de revenus de rétention, qui sont de 109 %, c'est en grande partie l'une des raisons pour lesquelles ces revenus de rétention ont augmenté au fil du temps. Donc, lorsque nous avons parlé de vidéo, je dois mentionner, même si cela s'est produit le 3 octobre, et ce sera, le quatrième trimestre sera le premier trimestre où ils étaient avec nous.

Donc, tous les chiffres que vous voyez au troisième trimestre et qui rapportent aujourd'hui, bien sûr, n'incluent pas Vidazoo. Je veux le mentionner parce que, d'abord et avant tout, je pense que c'est tout à fait un bon ajustement. Je pense que nous avons coché toutes les cases. Pour ceux d'entre vous qui ont participé à nos appels d'analystes au début de l'année, lorsque nous avons parlé de ce que nous recherchons, de ce que nous recherchons en termes d'acquisition, nous avons fait un suivi très fructueux, et nous cherchaient patiemment la bonne personne.

Je pense que Vidazoo est la bonne solution. Je pense, d'abord, du point de vue de la culture et des fondateurs là-bas. Mais plus important encore, le fait que notre vidéo soit à la hausse, comment nous pouvons la faire passer au niveau supérieur. Et Vidazoo, qui est le système de monétisation vidéo, nous apporte une énorme quantité d'offre vidéo qui fonctionne avec leur éditeur, c'est très important.

Et la raison pour laquelle j'ai ajouté ici la suite vidéo à fort impact et maintenant, je pense que vous avez compris, quel est cet impact élevé. Et ce fort impact nécessite une intégration étroite, comme vous pouvez le voir à l'écran, une intégration étroite entre la partie créative et le player, et la monétisation vidéo. Cette intégration étroite est quelque chose que nous ne pouvons pas, par tous les moyens, travailler avec des tiers, nous atteignons nos limites. Nos techniciens en ont donc de plus en plus besoin.

Et la seule façon de le faire est d'avoir une intégration étroite, de la personnaliser selon nos propres besoins et de porter définitivement la vidéo à fort impact à un autre niveau. C'est un. Il est relutif dès le premier jour. C'était une autre case que nous avons cochée.

Et je pense que la structure joue très bien avec ce que nous avons partagé avec la rue, et je pense que cela doit faire lors de l'acquisition d'une entreprise de technologie publicitaire, comprendre, d'une part, le risque, d'autre part, le potentiel, qui est un tiers en espèces et deux tiers sur un complément de prix. Donc, dans ce cas, nous avons définitivement coché toutes les cases. Et je pense que cela a considérablement augmenté notre portée sur la vidéo générale, mais plus spécifiquement sur le marché CTV. J'aimerais — je viens d'ajouter cette diapositive, je pense qu'hier ou la veille, je pense que c'est ce qui s'est passé vendredi et nous avons tous vécu ce qui s'est passé dans Snaps.

Pour ceux qui ne sont pas familiers, j'aimerais beaucoup vous emmener dans iOS 14, cela continuera probablement et sera autour de nous. Donc, sur le côté gauche, vous pouvez voir les captures d'écran et je vais les marquer ici. Et c'est un message. C'est un message que vous recevez de l'iOS 14, bien sûr, si vous utilisez un iPhone.

Et depuis le système d'exploitation de l'iPhone, cela vous demande vraiment si vous autorisez cette application à suivre votre activité sur d'autres entreprises, applications, sites Web, etc. C'est le grand changement. C'est le grand changement. Maintenant pour ceux qui ne le font pas, ceux qui le permettent, très bien.

Mais qui ne l'a pas fait, qu'arrive-t-il à l'application elle-même pour qu'elle perde sa capacité à suivre ce que vous avez fait sur l'iPhone. Cette piste a un et un seul but. Cela a à voir avec le ciblage. C'est ça.

Et si vous l'utilisez dans votre capacité de ciblage, votre publicité n'est pas si efficace. Tout est dans le ciblage. Il y a une autre chose que je n'entrerai pas là-dedans, elle doit faire son efficacité de reportage, mais laissons cela de côté. Je pense que le ciblage est définitivement le grand drame ou, disons, le manque de cible.

Et je dois dire que nous étions bien préparés dans les deux sens. Tout d'abord, cela a à voir avec notre exposition. Donc, quand je parlais, encore et encore, de diversification, de notre stratégie publicitaire, je veux dire, diversifiée et préparez-vous à l'inconnu. Donc, d'une certaine manière, je me prépare à l'inconnu, et nous ne savions pas que cela allait arriver.

Lorsque nous avons décidé de diversifier, nous avons dit que près de 45% de notre activité provenait de la publicité par recherche, qui n'a rien à voir avec iOS 14, quoi qu'il en soit. Donc c'est — nous sommes bien sur la moitié des affaires. La deuxième partie du business, qui est à 57,9% qui a à voir avec l'affichage dans la publicité, je dois dire que c'est la suivante. Le tiers ou 18% est uniquement sur smartphone.

Tout le reste, soit les deux tiers, se trouve sur le bureau. Regardons donc seulement le troisième, qui est sur smartphone. En dehors de cela, je dois dire que 90% est Android, 90% est Android, ce qui n'a laissé que 10% sur iPhone ou iOS ou si vous regardez toute la partie, nous parlons de 2% de l'ensemble des revenus proviennent de la publicité, qui a à voir avec l'iPhone. Il y a donc certainement très peu d'impact d'iOS 14 ou de celui-ci.

Mais ce n'était qu'un côté de la médaille. Je veux vous emmener de l'autre côté de la médaille, quelque chose sur lequel nous travaillons parce que tout a à voir avec une chose, d'où vient cet iOS 14. Cela vient d'une chose. Cela vient de la confidentialité des consommateurs, de la confidentialité des consommateurs liée à votre iOS ou de votre système d'exploitation et de la confidentialité des consommateurs liée aux cookies, c'est-à-dire sur mobile et celle-ci sur ordinateur, ce qui est une excellente séquence pour moi de présenter ce que nous vient d'annoncer, et nous avons annoncé SORT.

SORT est un ciblage sans cookie axé sur la confidentialité. Des entreprises qui travaillent sur cette technologie d'IA depuis près de deux ans, et nous sommes très, très heureux de partager avec vous que nous avons atteint une solution de ciblage évolutive sans cookie qui est égale ou supérieure aux options de ciblage tierces basées sur les cookies. J'ai dû lire mot à mot qu'il émanait du PDG et co-fondateur de Neutronian, qui est l'organisme qui a certifié notre solution. Nous sommes donc passés par une certification qui se fait avec une campagne en direct, et nous avons fait côte à côte, SORT d'un côté, cookies de l'autre.

Et la beauté était que nous avons pu obtenir un retour sur les dépenses publicitaires plus élevé, le traduire – CTR ou taux d'interaction plus qu'avec les cookies. C'est incroyable, et cela a à voir avec le grand, un investissement, mais les bons gars que nous avons à bord. Nous avons ici une équipe d'élite d'IA qui est à l'origine de ce développement révolutionnaire. Maintenant, que se passerait-il ? L'annonceur qui choisira d'utiliser SORT et se souciera de la confidentialité de son utilisateur ne le voudra pas — ne fera aucun compromis sur le résultat et pourra même utiliser ce symbole.

Et ce symbole est un symbole qui montrera à son utilisateur que ce bloc d'annonces, dans ce cas, est (inaudible), le bloc d'annonces n'utilise pas de cookies. Et nous pensons qu'un annonceur qui s'en soucie utilisera certainement davantage cette technologie. Et le consommateur qui s'en soucie n'aura pas peur que quelqu'un soit suivi sur ce qu'il fait. Donc ça vient des deux sens.

Et nous nous attendons à ce que les résultats soient que l'annonceur nous conduira plus d'affaires. C'est en grande partie ce que nous faisons et plus que toute autre chose. Et je ne pouvais pas me retenir, mais d'être fier de ce que fait l'équipe. Je pense que c'est la diapositive la plus difficile que j'aie dans ma présentation parce qu'elle est entièrement technique.

Mais en fin de compte, je ne veux pas entrer dans les détails, mais notre prédiction est si élevée qu'elle peut entrer dans un certain sens. Donc, si vous avez une offre problématique ici, nous pouvons certainement dire qui est peu susceptible de regarder la vidéo, qui est peu susceptible d'interagir, ceux qui sont susceptibles de cliquer sur le site, ceux – ce sont les personnes que nous sommes en mesure de cibler et devinez quoi, échelle plus tard. Et c'est certainement quelque chose dont nous sommes fiers. Nous sommes fiers que non seulement nous nous soucions des annonceurs et de leur défi, nous nous soucions également des consommateurs, ce qui, je pense, est une chose très, très importante pour nous en tant qu'entreprise, en tant que consommateur capable d'apporter cette innovation sur le marché.

En ce qui concerne la publicité de recherche, comme nous l'avons mentionné, notre publicité globale de recherche a augmenté de 14%. Mais je veux plonger profondément dans quelque chose que vous allez dire en gros et dire, OK, comment se fait-il que ça grandisse ? Eh bien, nous pouvons voir que c'est très plat, si c'est le troisième trimestre ici. C'est très plat. C'est le revenu quotidien moyen que nous obtenons.

Et vous pouvez voir que le nombre moyen de recherches est en baisse. Alors comment se fait-il que nous augmentions notre activité ? Ce qui est le plus important à faire attention, c'est ceci. Intention de recherche transactionnelle. L'ensemble du mot de recherche est divisé en trois.

Nous l'appelons informatif, directionnel et transactionnel. Seules les transactions sont les transactions pour lesquelles nous obtenons notre part de revenus et payons une part de revenus à notre éditeur. Donc, ce qui est plus important, c'est de voir que la quantité d'intention de recherche transactionnelle sur l'ensemble des recherches augmente et augmente rapidement, et cela a beaucoup à voir avec ce que j'ai mentionné, ce consommateur fait de plus en plus de transactions de commerce électronique. Et devinez quoi, ils cherchent avant d'acheter.

Et tandis qu'ils recherchent davantage, ils recherchent davantage le type d'intention transactionnelle. D'ACCORD. Avancez dedans. En ce qui concerne l'Intelligent Hub, comment toutes les pièces s'assemblent-elles ? Et nous avons ajouté Vidazoo dans notre graphique, dans le modèle en étoile et en étoile que d'une part nous avons l'ensemble des actifs d'approvisionnement.

D'un autre côté — désolé, l'actif de la demande. D'autre part, nous avons l'actif d'approvisionnement. Mais ce qui est plus important, c'est l'Intelligent Hub ; que tout se passe dans ce hub. Et ce hub est évalué sur la base de trois facteurs : la capacité à créer de la valeur en réduisant les coûts d'exploitation, et je l'ai mentionné parce que nous avons un actif partagé commun que nous faisons parmi les autres – des services partagés que nous faisons parmi les différents actifs.

Cela porte donc déjà ses fruits. Et quand j'ai parlé de notre capacité à tirer parti de nos dépenses, celle-ci en est une, réduisez cela parce que nous fermons la boucle. Mais le plus important est de savoir comment nous augmentons la valeur client. Et tout ce que nous avons fait dans SORT, cela a à voir avec le fait que nous sommes assis ici sur la mine d'or qui est capable d'obtenir leur indicateur de tant de clients qui passent par notre hub, consommateur qui fournit cet indicateur d'engagement très important qui permet nous de développer ce type de technologie SORT basée sur l'IA qui s'améliorera au fil du temps.

Nos machines fonctionnent donc 24h/24 et 7j/7 afin de le rendre de mieux en mieux. Vous pouvez donc voir les premiers fruits de notre Intelligent Hub, qui a à voir avec l'augmentation de l'événement client. Sur ce, je voudrais le transmettre à Maoz pour nos résultats financiers du troisième trimestre. Maoz ?

Maoz SigronDirecteur financier

Merci Doron. Bon matin tout le monde. L'objectif que nous avons mis est de construire une plate-forme publicitaire vraiment innovante et différenciée qui génère des résultats financiers puissants. Au cours des 12 derniers mois, nous avons généré près de 439 millions de dollars de revenus, 56 millions de dollars d'EBITDA ajusté, représentant 30 % d'EBITDA par rapport aux revenus et 33 % d'EBITDA par rapport aux revenus, hors TAC.

Comme Doron l'a mentionné, début octobre, nous avons immédiatement conclu l'acquisition de Vidazoo relutive. Aux termes de l'accord d'acquisition, Perion a acquis toutes les actions de Vidazoo pour 35 millions de dollars en espèces à la clôture avec un gain de 58,5 millions de dollars, structuré comme une performance liée à des mesures basées sur l'EBITDA. Ce montant sera payé en totalité si Vidazoo génère 32,4 millions de dollars d'EBITDA au total jusqu'à la fin de 2023. Le complément de prix sera mesuré sur la base d'un objectif d'EBITDA périodique et cumulé jusqu'à la fin de 2023.

A 5% du paiement total de la contrepartie alloué à 2020, 14% alloué à 2023 et 44% alloué à 2024. Cette transaction est alignée sur le modèle de fusion et acquisition de Perion consistant à payer un tiers de la contrepartie à la clôture et les deux tiers au fur et à mesure que la performance gagne. -out, incluant un élément de rétention pour la période d'earn-out. Je pense que Vidazoo, avec ses capacités vidéo uniques, étendra notre modèle hub-and-spoke et stimulera davantage la rentabilité et la croissance de Perion dans les années à venir. Passons maintenant à nos résultats financiers.

Au cours du troisième trimestre 2021, les revenus de Perion ont totalisé un record de 121 millions de dollars, soit une augmentation de 45 % par rapport aux 83,4 millions de dollars du troisième trimestre de l'année dernière. Nous avons réalisé cette croissance tout en continuant à améliorer notre efficacité opérationnelle et notre rentabilité. Cette augmentation provient principalement de la croissance de 82 % de nos revenus de publicité display. La croissance de ces revenus est principalement due à la croissance de 245 % de la vidéo et de CTV, passant de 4 millions de dollars à 14 millions de dollars au troisième trimestre de cette année, ce qui représente 20 % des revenus de publicité display.

La taille moyenne des clients a augmenté de 30 %, passant de 78 000 à 102 000 au troisième trimestre 2021. Le nombre de clients a augmenté de 12 %. Les ventes et les revenus publicitaires ont augmenté de 14 %, principalement en raison d'un nombre plus élevé de recherches et de requêtes monétisables quotidiennes envoyées à Microsoft Bing et à d'autres. Notre nombre quotidien moyen de recherches était de 14,7 millions de dollars, contre 12,8 millions de dollars l'année dernière.

Nous avons ajouté 17 nouveaux éditeurs à notre réseau. En termes de mix, la publicité display de 69 millions de dollars représentait 57 % du chiffre d'affaires consolidé du troisième trimestre 2021, tandis que la publicité par recherche représentait 51,8 millions de dollars ou 43 % des revenus consolidés. Les coûts d'acquisition de clients au troisième trimestre 2021 se sont élevés à 73,3 millions de dollars, soit 60,7 % des revenus, contre 49,9 millions de dollars ou 59,8 % des revenus au troisième trimestre de 2020. Notre marge média est restée stable.

La marge média moyenne des six derniers trimestres était de 39 %. Les charges d'exploitation pour le troisième trimestre de 2021 se sont élevées à 33,1 millions de dollars ou 27 % des revenus, comparativement à 27 millions de dollars ou 32 % des revenus au même trimestre l'an dernier. Avec une baisse de 5 % des dépenses d'exploitation, le chiffre d'affaires a continué de croître et reflète l'évolutivité du modèle économique de Perion. Le bénéfice net de Perion pour le troisième trimestre 2021 a atteint un record de 10,6 millions de dollars ou 0,30 $ par action diluée, contre un bénéfice net de 2,1 millions de dollars ou 0,08 $ par action diluée au troisième trimestre de 2020.

Le bénéfice net non conforme aux PCGR au troisième trimestre 2021 était de 15,4 millions de dollars ou 0,40 $ par action diluée, contre 5,9 millions de dollars ou 0,21 $ par action diluée au troisième trimestre de 2020. L'EBITDA ajusté est passé de 8,7 millions de dollars à 17,6 millions de dollars pour le troisième trimestre de 2021. millions d'euros au troisième trimestre 2020. Cela représente des marges de 15 % du chiffre d'affaires ou 37 % du chiffre d'affaires, hors frais d'acquisition de trafic. Nos efforts continus pour maintenir le niveau de marge des médias stable et générer des revenus supplémentaires avec un faible coût variable améliorent l'efficacité et la rentabilité de Perion.

Au cours du trimestre, nous avons généré 14,2 millions de dollars de flux de trésorerie provenant des activités d'exploitation pour le troisième trimestre, comparativement à 6,6 millions de dollars l'an dernier. Au 30 septembre 2021, nous disposions d'espèces, d'équivalents de trésorerie et de dépôts bancaires à court terme non affectés de 156 millions de dollars, contre 60 millions de dollars au 31 décembre 2020. Ceci conclut donc mon aperçu financier. Je vais maintenant rappeler Doron pour la déclaration de clôture.

Doron GerstelPrésident-directeur général et fondateur

D'ACCORD. La déclaration de clôture avant le — avant la dernière diapositive concerne les directives révisées. Je dois dire que le fait que nous soyons en mesure de générer des revenus des deux côtés du Web ouvert, la demande et l'offre. Et le fait que nous soyons en mesure de connecter tous les actifs opérationnels, comme je l'ai mentionné, dans un hub central augmente, d'abord et avant tout, notre visibilité et augmente notre modèle commercial durable.

À cet égard, nous avons révisé nos prévisions pour 2021. D'un point de vue des revenus de 465 millions de dollars, ce qui reflète une croissance de 40 % d'une année sur l'autre. C'est un. Et du point de vue de l'EBITDA ajusté, le point médian est de 60 millions de dollars, ce qui reflète une croissance de 83 % d'une année sur l'autre.

Autre chose à noter, l'EBITDA rapporté au chiffre d'affaires, hors TAC, est de 33%, ce qui nous place, je pense, dans le haut de gamme de nos pairs. Du point de vue de l'orientation 2022, nous avons également amélioré cette orientation. Nous demandons 590 millions de dollars comme point médian, ce qui reflète une croissance de 28 % d'une année sur l'autre. Et le point médian de l'EBITDA est de 76,5 millions de dollars pour 2022, ce qui reflète une croissance de 28 % d'une année sur l'autre.

Et l'EBITDA par rapport au chiffre d'affaires, hors TAC, en 2022 est de 34%, ce qui reflète une excellente façon dont nous sommes en mesure d'adapter et de tirer parti de nos dépenses fixes. Et nous avançons également dans cette direction. Enfin et surtout, je voudrais terminer notre appel avec cette photo, qui est notre équipe de direction. Et heureusement, les trois cadres qui sont aux États-Unis.

n'ont pas pu le faire : Dan, Asaf et Ziv. Nous avons passé un bon moment dans le désert israélien et nous attendons avec impatience le prochain appel. Merci beaucoup. Opérateur?

Questions et réponses:

Opérateur

Merci. (Instructions de l'opérateur) Notre première question aujourd'hui vient de Jason Helfstein. Votre ligne est maintenant en ligne.

Jason HelfsteinOppenheimer & Co. Inc. — Analyste

Salut les gars. Comment ca va?

Doron GerstelPrésident-directeur général et fondateur

Salut, Jason.

Jason HelfsteinOppenheimer & Co. Inc. — Analyste

Quelques questions. J'apprécie toute la couleur sur les diapositives. Donc, d'abord, je veux poser une question sur l'impact général du format vidéo sur la marge brute. La marge brute a bien augmenté d'une année sur l'autre depuis le deuxième trimestre.

Le mélange de vidéo au sens large, à la fois CTV et autres vidéos d'affichage iCTV, est en train d'augmenter. Alors peut-être parlons-nous de la manière dont nous devrions nous attendre à ce que les marges brutes continuent d'augmenter largement au cours des 18 ou 24 prochains mois ? Deuxièmement, peut-être parlez-vous de l'inflation des prix Android par rapport à iOS à cause de quoi – avec la dépréciation d'Apple. Vous voyez ça ? Avez-vous un plus grand mélange d'Android, et c'est peut-être bénéfique pour vous ? Et enfin, y a-t-il des capacités que les clients demandent et que vous n'avez pas en ce moment, étant donné que vous avez souligné le gros solde de trésorerie, et nous nous attendons à ce que vous continuiez à vous concentrer sur les fusions et acquisitions. Merci.

Doron GerstelPrésident-directeur général et fondateur

Très bon. Merci pour la question. Alors d'abord et avant tout, parlons de la marge vidéo. Et je pense que la direction que nous avons prise jusqu'à pivoter de la vidéo standard et mettre ces types de format créatifs et innovants.

À un moment donné, peut-être rétrécir notre marché adressable parce que nous recherchons vraiment le haut de gamme de l'annonceur. D'abord et avant tout, chercher à conserver leur — voir une corrélation entre la création et la valeur de leur marque. C'est un. Deuxièmement, ils sont prêts à dépenser, et ils ont dépensé un CPM très élevé par rapport aux vidéos standard, ce qui, je dois dire, nous laisse une marge saine dans tous les aspects.

C'est donc la direction. Et nous prévoyons de le faire de plus en plus et j'ai mentionné que nous avons vraiment atteint la limite de ce que nous pouvons faire en utilisant un lecteur tiers et un système de monétisation tiers que nous avons fait, et c'était le principal déclencheur derrière le rachat de Vidazoo. Maintenant, je pense que le ciel est la limite de ce que nous pouvons faire. Et notre annonceur nous pousse de plus en plus vers cette suite vidéo et CTV à fort impact.

C'est donc la seule chose. J'ai oublié votre deuxième question.

Maoz SigronDirecteur financier

A propos de la vidéo.

Doron GerstelPrésident-directeur général et fondateur

C'était la vidéo.

Jason HelfsteinOppenheimer & Co. Inc. — Analyste

Il s'agissait de la tarification Android par rapport à iOS. Et dans la mesure où vous — si vous avez un mélange plus élevé d'Android que d'iOS, cela devrait vous être bénéfique pour (Inaudible).

Doron GerstelPrésident-directeur général et fondateur

Oui. Donc, dans — tout de suite, d'ailleurs. Je pense qu'avec la limitation sur iOS, nous voyons une sorte de ruée vers l'or dans un Android. La compétition là-bas est plus que ce qu'elle était avant, définitivement difficile.

Nous espérons que la façon dont SORT nous aidera à surmonter la concurrence, c'est trop tôt pour le dire. Mais sur la base des premiers indicateurs que nous avons, nous pouvons certainement proposer ce genre de bataille iOS, Android plus fort qu'avant.

Jason HelfsteinOppenheimer & Co. Inc. — Analyste

Et puis le dernier était juste sur y a-t-il des capacités que les clients vous demandent et que vous n'avez pas, nous devrions nous attendre à ce que vous vous concentriez sur l'avenir ou exigez d'aller de l'avant ?

Doron GerstelPrésident-directeur général et fondateur

Eh bien, nous cherchons sur quelques dimensions, en quelque sorte, en renforçant beaucoup notre relation avec les marques. Rien n'est dans — disons-le de cette façon, dans une étape de LOI, mais nous cherchons définitivement. Nous devons digérer l'acquisition que nous venons de faire. Donc rien de concret.

Et je dois vous dire que les annonceurs ne sont pas — ils ne nous poussent pas dans cette direction. Je pense que ce que nous avons actuellement avec le fait que nous couvrons très bien les deux côtés, du côté de la demande, ainsi que du côté de l'offre. Je pense que notre principal défi est l'exécution. Il ne s'agit pas d'ajouter d'autres choses, même si nos yeux sont (Inaudible).

Jason HelfsteinOppenheimer & Co. Inc. — Analyst

Thank you.

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

You're welcome.

Operator

Thank you. our next question today is coming from Laura Martin. Your line is now live.

Laura MartinNeedham & Company — Analyst

Hi there. can you hear me OK?

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Hi, Laura.

Laura MartinNeedham & Company — Analyst

Hi. Thanks for the — by the way, great numbers, and thanks for the explanation of the marketplace. I'd like you to step it up a level and go back to the Snap and Facebook commentary, Snap is down about 30% since its earnings last Thursday night. And talk to — they both said that in the fourth quarter, they are seeing weakness in labor shortages and supply chain, which is cutting ad budgets for the fourth quarter.

Have you seen anything outside of your premium products, just back in the normal world? Have you seen any ad budget pulling back because of these two items affecting the fourth-quarter outlook or early next year?

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

So first of all, as you can imagine, most of the fourth quarter is — it's not unrecognized revenue, but you see in our pocket in terms of insertion order. So according to revenue recognition, we need to deliver it, but we do not see any cancellation. We just see that there is a furious competition among those high-end brands. Yes, there are some issues in supplies.

I'm reading the Wall Street Journal and other, but we not see any cancellation, any decline vice versa. I think that they're adding more. And in some cases, in some products, we definitely see that the shopping season started earlier. So no slight decrease on on demand, not at all.

Laura MartinNeedham & Company — Analyst

OK. That's super helpful. Can you put up the guidance slide again, Doron? And I just wanted to focus on the fact that you really over-delivered this year — yes, this slide right here. But — and you had very dramatic margin expansion, that adjusted EBITDA number really like doubled your revenue growth.

But next year, you're showing that your EBITDA growth is going to be the same level. By the way, I see you're blowing through your $500 million of revenue. I hope you don't go on vacation for too long after you hit that metric. But tell me why we aren't going to have much more robust EBITDA margin expansion again in 2022 according to your guidance?

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

So first of all, I asked for vacation and they allowed me to go only to a weekend, so we're going to Greece for the weekend. That's the only thing that they — as you can imagine, they want more, more and more. But the point here, when it comes to, I think, 2022 is the following. I think that what you definitely see is a floor.

And with all the improvement that we have in terms of visibility and the modeling and diversification and the two dimension of diversification. The cross-channel on one side of the dimension and the fact that we happen to do business from both sides of the open web is another side of dimension to the specification. We need to be cautious here. And we rather, I think — so on one hand, it's impressive, the $28 million, as you mentioned.

But on the other hand, I think we need to be careful, and we always like to under-promise and over-delivery. The other thing is, and we just finished a two-day offsite with our board. They are definitely calling for additional investment that we are doing on our technology. I must say that they are really encouraged by the investment that we did on SORT.

We established an A-class AI team, which we are — start seeing fruit. They very much would guide us to double down on this technology. And that's — it's calling for additional engineering investment that we are doing here in offshore in Ukraine, mainly in Ukraine. So all in all, the being a bit cautious and trying to surprise an additional engineering investment is causing this growth, which you looked at the numbers that you need to sound — that you apologize for it.

It's another thing. But I understand where you're coming from. And let us surprise you.

Laura MartinNeedham & Company — Analyst

OK. And then my last question, it has to do with search and the role of search, search revenue was quite robust. But it does hold down your growth, your overall, it is a headwind to your overall revenue growth. Can you talk about why, like strategically, how search adds to the overall story or whether letting Bing go would really actually hurt the value proposition at all?

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Yeah, absolutely. So first and foremost, the search is two very important strategic role. First, it's a very stabilized, I think, business, and the fact that we're working with Microsoft Bing and now we added Yahoo into the picture, is very much stabilized it. It's growing.

We have a publisher that is working for us for years, and we have a very, very good, stable type of business. And I think that fact, as I said, the transactional searches among the entire searches is growing, that's great. This is from the revenue and the EBITDA, I think, contribution standpoint. But the most important part, and this is a very interesting, and I must say that it's growing and it's growing in such a way that it's going to be a huge factor is how search, and in this case, D to S is display to search.

Display is an ad unit that we are very much placed either in our site or site that we operate in, generating search. This is a very interesting technology that we develop based on contextual match and other things. So we are having an endless demand that is coming from this direction through the Microsoft Bing. So we are definitely looking to invest more on this segment of the search business.

So I think that we are happy with the results. Last note. I think that the company, two years ago, made quite a decision. And the main decision for us was to invest on the right side, the supply side of the open web, which is something that we didn't have before.

And you can't do all. I mean, we understand that we can't do all. Now we're able to leverage these assets that are on the supply side in order to drive business that is coming from the search demand that we have on the left side. So it will come together.

It will grow up, and it's a very nice, steady type of growth of business.

Laura MartinNeedham & Company — Analyst

Thank you very much.

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

You're welcome, Laura.

Operator

Thank you. Our next question today is coming from Jeff Martin. Your line is now live.

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Hello? Hello?

Jeff MartinROTH Capital Partners — Analyst

Yeah. Hi. I keep unmuting myself, and I keep getting muted. Sorry about that.

Can you hear me OK?

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Yeah, absolutely.

Jeff MartinROTH Capital Partners — Analyst

OK, great. Wanted to ask you a little bit more about SORT. It seems like a very encouraging value proposition. Curious what your go-to-market strategy is there? If you've had any initial feedback from clients? And if you are targeting more the mobile side of the display or if that's across your display business?

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Right. So thanks for the question. I will — hold on for a second. Just a minute.

I want to put this slide. So in the notion of time, I couldn't explain what is a very — first of all, very important factor. The very important factor is the more we are using, not just the SORT, the more that we are — analyze those contextual information, user signal, external signal that we are doing on our network, and I'm referring to both the left side and the right side of what they showed on the hub-and-spoke, the better we are. So regardless if someone is using SORT or not using SORT, what is really important is, for us, those machines are working again and again, in order to do one thing is to increase the prediction.

The prediction here of who is going to click on this ad. That's very much the prediction. This is what allows us, first and foremost, to go to market, and the challenge was for our engineering team and says we will never, ever can go to the market and showing the results, CTR wise or interaction rate wise, or all has to do with return on ad spend, which is lower than what they used in cookies. That was the main design factor behind SORT.

That's very much it. This is a precondition even before customer will get it. That's one. Now when we're talking with the brand and we're talking with some, as I said, the really reputable brand.

They like one thing because a purpose has become a keyword for them. And part of the purpose that we're talking if, and sorry that I talk 100,000 feet here. They're definitely looking about how is they are developing a trustworthy relationship between them and their consumer. And this whole digital advertising business, I think that kind of the wrong image by consumer.

As consumers said, yes, they're following us, how come they know that I looked at this site and now they offer me that because they know that I'm going to, as I mentioned, to Greece or I already returned from Greece, and they are still offering me hotel in Athens. And that's creating the wrong perception. Now this perception is not — has to do with the ad network vendor. The user is now one thing.

What is the interaction? The interaction is with (Inaudible). It's not about the ad network or the technology and the ethic that is behind it. And the point that I want to make, what I'm hearing from advertiser is how this is going to improve their perception as honest companies that definitely not tracking this user. And I do believe that brands are looking for this type solution.

Not to overcome, let's say, the Google Chrome limitation or overcome the iOS 14 or overcome this. No, they very much would like and because consumers don't care about the ethic. What they care about is the brand advisors. So this whole thing was very much came by us working with our brand, which some of them are our design partners.

And they definitely challenge us. I think that the first call was almost two years ago. We're able to gain more time, by the way, when at the beginning of the year, Google postponed its limitation on chrome, which was a great thing because we submit the patent. It was a nightmare to get the certification here.

We had to run it live campaign, as I mentioned before. But all in all, the trigger is coming from the brands. And I think the brand is able to use it to their favor, and I'm glad that we picked this, the glove, and able to demonstrate such a great performance.

Jeff MartinROTH Capital Partners — Analyst

Great. Look forward to watching that develop here. And then second question, it sounds like you're stepping up your technology investment based on commentary from the board and recent success in your technology spend. I was curious if that's part of why your 2022 guidance for EBITDA margins isn't perhaps a little bit higher?

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Yes. Absolutely.

Jeff MartinROTH Capital Partners — Analyst

OK, great. And then last question was, can you give us an update on travel-related advertising? I know that that was originally a pretty significant part of the advertising segment, and you hadn't expected that to come back to a great degree this year. Curious if you could just give us an update there.

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Yes. So travel is not back to where they were before. I don't know if you guys are aware, but it's impossible for some countries in Europe to travel to the States yet, unless you're U.S. citizen.

So definitely not back. I think that we're — if I'm using 2019 and compare it to where we are today, I think that we are 20% to 25% when it comes to advertising spend to what it was before. I'm glad that despite of it, we are showing these results, and we are looking forward that this will be behind us. And I know that there are some initial discussion that we have with our travel companies and that they are well trying to be prepared for the summer.

Huge amount of investment, and I'm talking about advertising investment is being allocated for the next number under the assumption that the market will open for travelers, and I think it will be a huge boost for the industry in large.

Jeff MartinROTH Capital Partners — Analyst

Wonderful. Thanks for your time.

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Thank you, Jeff.

Operator

Thank you. Our next question today is coming from Eric Martinuzzi. Your line is now live.

Eric MartinuzziLake Street Capital Markets — Analyst

Hi. Question regarding the iOS issue again. Just — you talked a little bit about Android benefiting at the expense of iOS. But is there any evidence anecdotally maybe from the undertone folks as far as campaigns, desktop benefiting versus mobile, Doron?

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

So that's a very good question. As you know, currently, mobile is growing way more than desktop as far as being used. I think that you need to look at it. So mobile definitely is getting all the attention.

You spend way more on mobile. I think I have it here somewhere. Look at this chart on the left, when it comes to number of minutes on mobile versus desktop, this is double. I think that only because for consumer spend the time, you can imagine that advertising is spending two times as much in mobile than in desktop.

That's fact of the matter. Now another very important factor has to do, of course, with the CTV, which it has to do with the big screen. This is definitely a challenge. But more, it has to do with this.

I think it has to do with the multiple screen. It has to do with the ability to synchronize between the big screen, the desktop, and the mobile. That has to do very much of in way to work, at work, at home kind of way of us to synchronize in a single campaign between all of those channels. Did that answer your question?

Eric MartinuzziLake Street Capital Markets — Analyst

The question was really about, have you anecdotally seen evidence of the shift to desktop from mobile, and you're saying the answer is no, not really.

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

No, not really.

Eric MartinuzziLake Street Capital Markets — Analyst

OK. All right. And then second question for me. We — it was just three weeks ago, you announced Vidazoo.

What are the mechanics of integrating Vidazoo? Obviously, you've bundled them in as far as the guidance go. But behind the scenes, the engineering part of the equation.

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

So first of all, our philosophy when it comes to acquiring company is to leave it alone as much as we can. I mean, I think after that, I think more than a dozen acquisitions that I did in my career. I came into this conclusion that any tight integration is the recipe for failure. So at this point, even keep them there and then try to find out how we're able to developing a synergy.

And the reason I pull up the Intelligent Hub slide is, first and foremost, has to do with the revenue growth, not shared resources, nothing. I mean, just about how we're able with the fact that we have now on the player, video player, and have a great network of publishers that using Vidazoo, how we're able to scale and sell more. This is the only thing that we are doing at this point and only thing that interests us. So how it's able to drive more synergistic type of revenue.

That's the first phase of our PMI. And the second phase, we're going to get into some cost savings because, as I mentioned, currently they're not utilizing a lot of the shared resources that we develop on our hub. They have their own, for instance, head server, etc. That definitely will come, but we are doing it in two phases from PMI standpoint.

Eric MartinuzziLake Street Capital Markets — Analyst

Got you. OK. Thanks for taking my question, and congrats on the quarter and the strong outlook.

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Thanks.

Operator

Thank you. We reached the end of our question-and-answer session. I'd like to turn the floor back over to management for any further or closing comments.

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Guys, thank you very much for joining. I enjoyed the call, as well as Maoz, so see you on next call. Thanks so much. Take care.

Operator

(Operator signoff)

Duration: 60 minutes

Call participants:

Doron GerstelChief Executive Officer and Founder

Maoz SigronChief Financial Officer

Jason HelfsteinOppenheimer & Co. Inc. — Analyst

Laura MartinNeedham & Company — Analyst

Jeff MartinROTH Capital Partners — Analyst

Eric MartinuzziLake Street Capital Markets — Analyst

More PERI analysis

All earnings call transcripts

This article represents the opinion of the writer, who may disagree with the “official” recommendation position of a Motley Fool premium advisory service. We’re motley! Questioning an investing thesis — even one of our own — helps us all think critically about investing and make decisions that help us become smarter, happier, and richer.



Source link

Il n’a jamais été aussi facile de jeter un website commerce électronique de nos jours, il assez de voir le taux le montant le pourcentage de plateformes web e-commerce en France pour s’en redonner compte. En effet, 204 000 sites actifs en 2016. En 10 ans, le nombre de sites est fois 9. Avec l’évolution des technologies, média à grand coup d’histoire de succès story, (si si je vous assure, je suis aussi tombé dans le panneau) le e-commerce est longtemps été vu tel que un eldorado. Du coup, une concurrence accrue est vu le jour dans de nombreuses thématiques.