Démystifier les mythes du jeu mobile pour les annonceurs, Actualités marketing et publicitaires, ET BrandEquity


Démystifier les mythes du jeu mobile pour les annonceurs
Démystifier les mythes du jeu mobile pour les annonceurs

Par Prabhat Dwivedi

Candy Crush Saga, un jeu de puzzle vieux de près de dix ans dans lequel les joueurs associent des bonbons, compte toujours 273 millions d'utilisateurs actifs mensuels (DAU). Pokemon Go, le jeu AR qui a pris d'assaut le monde en 2016, compte 153 millions de DAU par mois. Et Roblox, la plate-forme de jeu qui permet aux utilisateurs de créer leurs propres mondes 3D, compte 33 millions de DAU.

Ces jeux illustrent non seulement la taille du marché du jeu mobile, mais aussi le potentiel de son audience pour les annonceurs. Et pourtant, les recherches montrent que les acheteurs de médias le sous-estiment encore, ainsi que les publicités mobiles dans le jeu.

Comme son nom l'indique, la publicité mobile dans le jeu fait référence aux publicités dans les jeux mobiles. Les formats incluent des bannières statiques et dynamiques, ainsi que des publicités vidéo et audio. Naturellement, les publicités mobiles dans le jeu les plus performantes sont celles qui sont intégrées à l'expérience de jeu et qui font partie du jeu.

Une occasion manquée

Les jeux mobiles ont connu une croissance de 20 % d'une année sur l'autre pour atteindre 76 milliards de dollars l'année dernière, mais cela n'a pas entraîné d'augmentation proportionnelle des dépenses médias. Cela s'explique en partie par le fait que de nombreux acheteurs de médias s'accrochent encore à l'idée que les joueurs mobiles sont jeunes et masculins. En fait, l'âge moyen d'un joueur est maintenant de 36 ans.

Voici quatre principaux mythes du jeu mobile démystifiés et pourquoi ils peuvent être une opportunité manquée pour votre marque.

Mythe 1 : Les publicités interrompent le jeu

Les joueurs sont en fait assez ouverts aux publicités en échange de récompenses qui améliorent l'expérience de jeu, telles que le jeu gratuit ou des vies supplémentaires. Mais ce n'est vrai que si les annonceurs intègrent la messagerie dans le jeu avec une philosophie axée sur le joueur. En d'autres termes : n'interrompez pas, améliorez.

Mythe 2 : les jeux sont des environnements de marque violents et donc dangereux

De nombreuses marques ont qualifié les jeux mobiles de violents et donc risqués. Mais ils peuvent en fait être plus sûrs que les canaux publicitaires que vous utilisez déjà. C'est parce que le contenu des jeux est rarement, voire jamais, généré par les utilisateurs. Cela réduit considérablement les chances que vos annonces apparaissent à côté de tout contenu problématique.

Mythe 3 : Les publicités dans le jeu ne touchent que les jeunes hommes

Le stéréotype du jeune joueur masculin est peut-être le plus répandu. Et pourtant, le public des joueurs est de plus en plus diversifié. Même en 2014, la mondaine Kim Kardashian a prouvé que ce mythe était faux avec un jeu mobile qui permettait aux joueurs d'essayer des vêtements et d'aller à des séances photo virtuelles. Il a été installé près de 23 millions de fois au cours de ses cinq premiers mois et les joueurs y ont passé 5,7 milliards de minutes au cours de la même période.

Mais, bien sûr, comme tout effort de publicité numérique, les marques devront faire leurs recherches pour déterminer quels jeux partagent leur public cible, afin de ne pas gaspiller les dépenses publicitaires sur des joueurs indifférents à leurs produits ou services.

Mythe 4 : La mesure n'existe pas

Au contraire, de nombreux développeurs de jeux permettent aux annonceurs d'utiliser des outils de mesure tiers tels que des kits de développement logiciel (SDK) ou le SDK Open Measurement de l'IAB. Cela leur permet de partager des données de performance avec de nombreux outils d'analyse et de voir où leurs dépenses donnent les meilleurs résultats.

Pour en savoir plus sur l'opportunité offerte par la publicité mobile dans le jeu et sur la manière d'en tirer parti, consultez ce Deep Dive Special sur le marché, que nous avons produit avec ExchangeWire.

L'auteur est le directeur associé, solutions publicitaires, Inde chez PubMatic.



Source link

Pourquoi confectionner un magasin en ligne ?

On voit clairement qu’il est plausible de se lancer dépourvu argent et sans connaissance technique particulière. Je vous conseille de vous jeter en dropshipping et de malgré tout ne pas mettre trop d’argent sur votre site. Il vous faut principalement avoir un budget marketing pour accomplir venir internautes sur votre boutique : c’est le nerf de la guerre. Car comme je l’ai dit, vous pouvez avoir la plus belle boutique. Sans trafic, vous ne ferez onques de chiffre d’affaires. Une que vous allez avoir testé, votre marché vous allez pouvoir alors acquérir un stock.