Le cofondateur d'Arbisoft, Yasser Bashir, sur le renforcement de la confiance avec les startups en démarrage – TechCrunch


Co-fondé en 2007 par Yasser Bashir, Arbisoft appartient à l'extrémité la plus large du spectre des partenaires de développement de logiciels que nos lecteurs ont recommandés dans notre enquête en cours.

Aujourd'hui, l'entreprise compte quelques centaines d'employés répartis au Pakistan, en Australie, au Texas et en Malaisie, mais elle continue de servir des startups de toutes tailles, explique Bashir.

Omri Traub, PDG de la startup de commerce électronique Popcart, a déclaré à TechCrunch que leur entreprise travaillait avec Arbisoft depuis ses débuts.

« Nous avons eu accès aux meilleurs talents et, surtout, à l'élasticité de l'embauche. Si nous voulions ajouter un développeur, nous pourrions en avoir un incroyable dans notre équipe en moins d'une semaine », a déclaré Traub. « Il nous aurait fallu des semaines et des mois pour recruter et embaucher un développeur à Boston ou aux États-Unis. »

Le PDG d'Arbisoft, Yasser Bashir

Crédits image : Yasser Bashir

Selon Anna Bailey, chef de produit chez Volta Charging, "l'aide (d'Arbisoft) nous a permis de construire de manière fiable et à grande échelle sans avoir à surcharger nos ingénieurs internes".

Nous avons parlé à Bashir pour en savoir plus sur la façon dont Arbisoft travaille avec ses clients, dont la plupart « ont soit clôturé ou sont sur le point de clôturer des tours de série A », a-t-il déclaré. Au cours de notre conversation, il a discuté du développement agile, de la science des données, de la satisfaction des clients et des employés.

Note de l'éditeur : Cette interview a été modifiée légèrement pour plus de longueur et de clarté.

Pouvez-vous nous parler brièvement de votre parcours et de ce qui vous a inspiré pour créer Arbisoft ?

Yasser Bashir : J'avais 10 ans lorsque mon père et mon frère m'ont acheté un Commodore 64. Dans la petite ville où j'ai grandi, nous étions parmi les trois seules familles à posséder un ordinateur. Je connais très peu de gens qui ont utilisé une de ces machines C-64 dans les années 80 et qui n'ont pas fini par aimer les ordinateurs ou l'informatique. Je ne faisais pas exception. J'ai ensuite obtenu un diplôme de premier cycle en informatique de la meilleure école d'informatique de mon pays d'origine, puis je me suis retrouvé à l'Université de Stanford pour un diplôme d'études supérieures.

Chacune de ces étapes a ouvert la voie, d'une manière ou d'une autre, vers une carrière dans l'informatique en général et la création d'une entreprise technologique en particulier.

En 2007, avec quelques autres collègues, j'ai fondé Arbisoft parce que nous aimions résoudre une variété de problèmes informatiques plutôt que de rester proches d'un domaine ou d'une technologie en particulier. Nous avons pensé qu'il était beaucoup plus facile de le faire dans une société de services logiciels que dans une société de produits logiciels.

En plus de notre amour pour le développement de logiciels, nous avions également des idées fortes sur le type de culture qui inciterait probablement les personnes intelligentes à faire de leur mieux dans une organisation axée sur la technologie. Arbisoft est une manifestation de bon nombre de ces idées.

Comment Arbisoft a-t-il évolué depuis sa création il y a 13 ans, et comment s'est-il développé ?

Ce qui a commencé avec trois personnes en 2007 est maintenant l'une des sociétés de logiciels les plus prospères de notre région. Nous avons près de 750 personnes, principalement du personnel d'ingénierie, et nous sommes des partenaires de développement de logiciels pour de nombreuses organisations leaders dans leurs secteurs verticaux, notamment KAYAK, MIT, edX, Insurify et bien d'autres.

La quasi-totalité de notre croissance a été organique ; Les entreprises qui ont une grande expérience de l'externalisation de leurs besoins de développement de logiciels nous recommandent fortement nos services à d'autres. Sans surprise, nous obtenons systématiquement un score net de promoteur de 75 ou plus de nos clients dans nos enquêtes NPS semestrielles. Notre croissance est une conséquence directe de la promotion de nos clients auprès des autres.


Aidez TechCrunch à trouver les meilleurs consultants logiciels pour les startups.

Fournissez une recommandation dans cette enquête rapide et nous partagerons les résultats avec tout le monde.


Comment est structurée votre équipe ?

Arbisoft est structuré comme un réseau d'équipes indépendantes et transverses. Chaque équipe travaille généralement sur un seul projet client à un moment donné. Nous croyons fermement aux équipes autonomes, autogérées, agiles et en constante évolution pour améliorer leur efficacité.

Parmi les nombreux livres qui ont façonné ma réflexion sur les structures organisationnelles, l'un des plus importants est « Reinventing Organizations » de Frédéric Laloux. Ses concepts pour les organisations sarcelles sont très ambitieux – parfois trop idéalistes – mais brossent définitivement le tableau d'une organisation bien plus évoluée que la majorité des entreprises dans le monde aujourd'hui. Pour façonner nos structures d'équipe, nous avons emprunté de nombreuses idées du livre.

Quelle gamme de services proposez-vous ? Pourquoi avez-vous choisi d'aller au-delà ?

Notre gamme de services, en raison de notre taille, est assez large. Nous proposons un développement complet d'applications Web et mobiles, DevOps pour le cloud computing, l'apprentissage automatique, l'IA, la conception d'interface utilisateur/UX/de produits, la gestion de projet et l'assurance qualité logicielle manuelle et automatisée. Fondamentalement, nous fournissons la plupart, sinon la totalité, des services dont une startup technologique moderne peut avoir besoin pour obtenir une solution prête pour la production. Au-delà du lancement, nous continuons à soutenir nos clients avec la maintenance, la correction de bogues et le développement de nouvelles fonctionnalités.

Parmi vos clients, à quelles étapes sont les startups avec lesquelles vous travaillez ? À quel point peuvent-ils être précoces ?

Nous travaillons avec des startups à toutes les étapes de leur évolution, mais plus généralement avec celles qui ont clôturé ou sont sur le point de clôturer les séries A. Il n'y a cependant aucune restriction sur la phase de démarrage en tant que telle. Pour la bonne idée, nous pouvons commencer dès sa création.

Comment créer une relation de confiance avec vos clients qui les rend potentiellement disposés à s'appuyer sur Arbisoft pour tous leurs besoins d'ingénierie ?

L'ouverture et la transparence sont des catalyseurs fondamentaux de la confiance que nos clients nous accordent. Nous nous assurons de représenter nos capacités exactement telles qu'elles sont afin que nous puissions définir les bonnes attentes et les dépasser dans la mesure du possible. Nos équipes travaillant sur des projets clients sont intégrées de manière transparente dans les propres équipes des clients et, à toutes fins pratiques, travaillent comme si elles faisaient partie de l'entreprise des clients.

La vulnérabilité joue également un rôle dans l'établissement de cette confiance – lorsque nous commettons des erreurs, nous sommes ouverts à les partager et à en tirer des leçons, afin qu'elles ne se répètent pas. D'autres principes agiles aident aussi, mais rétros irréprochables sont probablement l'outil le plus efficace pour discuter ouvertement et apprendre de ses erreurs.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le côté data d'Arbisoft ?

Pour bon nombre de nos clients, notre service principal est la collecte, le nettoyage, l'analyse et la présentation des données. Nous avons développé une expertise approfondie dans les bibliothèques et les frameworks qui nous aident dans notre pratique de la science des données. Dès le départ (sans jeu de mots), Python était l'un de nos langages de prédilection. Heureusement, Python est l'un des langages les plus puissants pour traiter les données. Des bibliothèques comme Scrapy, NumPy, Pandas, SciPy, Plotly, etc. sont très utiles pour tous nos besoins en science des données et nous en avons une expertise assez approfondie.

Vous avez également créé des solutions telles qu'Edly, ListenTool et bien d'autres. Pouvez-vous nous en parler et nous expliquer pourquoi vous le faites ?

C'est une excellente question. Considérant qu'Arbisoft est aujourd'hui une organisation de taille raisonnable, nous avons souvent besoin de technologies pour gérer nos processus plus efficacement et maintenir notre position de leader en tant que fournisseur de services logiciels. Lorsque nous ne parvenons pas à trouver une bonne adéquation à nos besoins, nous élaborons des solutions pour résoudre nos propres problèmes. Si cela fonctionne pour nous, nous produisons ensuite la solution afin qu'elle puisse résoudre des problèmes similaires pour d'autres organisations.

Par exemple, nous avons créé ListenTool parce qu'Arbisoft est un grand spécialiste des retours fréquents basés sur les instances. Nous avons créé Edly parce que nous nous sommes retrouvés fréquemment à créer des systèmes de gestion de l'apprentissage (LMS) personnalisés pour nos clients et il nous a semblé naturel d'abstraire de nombreuses complexités d'une solution d'apprentissage en ligne dans une offre de produits personnalisable.

Cette stratégie a été couronnée de succès et nous continuerons probablement à développer de tels produits à l'avenir. Nous transformons également certains de ces produits en organisations qui peuvent se maintenir et se développer indépendamment d'Arbisoft.

Pourquoi avez-vous des bureaux au Texas, en Australie et en Malaisie en plus du Pakistan, et quels sont les avantages de cette configuration et de ces emplacements ?

La plupart de ces emplacements sont des bureaux d'accueil plus proches de l'endroit où se trouvent nos clients. Étant donné que 80 % de nos clients sont aux États-Unis, cela aide vraiment d'avoir une présence sur le terrain. Nos clients sont bien répartis entre la côte ouest (San Francisco) et la côte est (New York et Boston), donc avoir un bureau au milieu optimise le chevauchement de temps et les déplacements. Nos clients peuvent bénéficier de la haute disponibilité et de la qualité de service d'un fournisseur onshore avec le coût et les autres avantages d'une opération offshore. C'est le meilleur des deux mondes.

La scène technologique pakistanaise semble décoller. Quelle a été votre implication personnelle et quel impact cet écosystème en pleine croissance a-t-il pour Arbisoft, le cas échéant ?

Je suis très impliqué dans l'écosystème startup et tech du pays depuis sa création. Il décolle en effet comme une fusée en ce moment, et nous ne pourrions pas être plus excités à ce sujet. Cette année, les startups ont levé plus de fonds que toutes les années précédentes réunies. Arbisoft est ravi parce que beaucoup de ces startups ont besoin de services technologiques et, par conséquent, nous avons un nouveau marché exaltant à notre disposition. Nous avons une excellente marque et la plupart des entreprises considèrent Arbisoft comme l'un des partenaires technologiques les plus fiables et les plus fiables qu'elles puissent espérer avoir. La demande pour nos services a donc augmenté d'un ordre de grandeur.

Quels sont les arguments pour Arbisoft pour attirer et retenir les talents ?

Arbisoft est connu pour avoir une grande culture organisationnelle – nous nous soucions profondément de nos employés et leur créons des opportunités d'apprendre et de développer constamment leurs capacités. Je dois dire que c'est la principale raison pour laquelle les gens viennent chez Arbisoft et y restent. Nous avons l'un des taux de roulement les plus bas de l'industrie. Lorsque les gens partent, c'est généralement pour des opportunités à l'extérieur du pays ou des ambitions comme l'enseignement supérieur. Invariablement, vous constaterez que les anciens d'Arbisoft sont nos meilleurs ambassadeurs, qui nous aident non seulement à trouver de nouveaux talents pour les remplacer, mais aussi à nous rediriger de nouvelles affaires.



Source link

Un situation e-commerce donne l’occasion de se lancer à moindres frais parmi rapport aux entreprises classiques. De plus, vous pouvez vous lancer autrement rapidement. La contrôle d’un endroit e-commerce ne demande pas de présence physique à un endroit précis, sauf peut-être pour le stockage et la préparation des commandes que vous pouvez tout à fait externaliser, mais aussi mieux dans l’hypothèse ou vous ne possédez pas de modération (on en parlera plus tardivement dans l’article).