Voici toutes les entreprises du jour 2 de la journée de démonstration de l'été 2021 de Y Combinator – TechCrunch


Bienvenue dans la couverture continue de TechCrunch de la journée de démonstration de l'été 2021 de Y Combinator ! C'est le deuxième jour. Si vous n'avez pas encore compris ce qui s'est passé au cours de la première journée, vous pouvez lire notre récapitulatif de toutes les sociétés présentatrices ici, nos favoris de cette première série ici et un podcast rapide sur tout ce qui précède.

Aujourd'hui, nous sommes de retour dans l'action, écoutant quelques centaines de pitchs à tir rapide tout au long de la journée. Ce qui suit est un bref aperçu de chaque entreprise sur la base de son argumentaire d'une minute. Ailleurs sur le site, nous aurons bientôt nos favoris du deuxième jour pour que vous puissiez en profiter, alors soyez à l'affût!

Entreprises du deuxième jour

Intellect : un service de santé mentale qui propose une téléthérapie aux employeurs en Asie. Ils ont également une application grand public gratuite au sommet de l'entonnoir qui a vu 2,5 millions d'utilisateurs depuis son lancement il y a un an. La société affirme qu'elle a atteint 500 000 $ ARR au cours des six derniers mois.

MazumaGo : Service de paiement bancaire et électronique pour les entreprises de construction. MazumaGo vise à aider cette industrie archaïque à passer de la banque traditionnelle à un grand livre unifié. Le produit d'infrastructure bancaire met les cartes de crédit et de débit entre les mains des clients, en commençant par les États-Unis.

Pandai : Pandai aide les élèves du primaire et du secondaire en Asie du Sud-Est à améliorer leurs notes grâce à une application d'apprentissage qui remplace les cahiers d'exercices à emporter. Avec plus de 1 600 abonnés payants utilisant l'application pendant près d'une heure par jour, Pandai est peut-être en passe d'aider des milliers d'autres à obtenir l'A.

Crédits image : Lieu

Locale : Vous pensez que DoorDash n'a pas assez d'options de restauration ? Locale parie que certaines personnes veulent plus d'options et sont prêtes à payer pour cet accès. La startup veut aider les restaurants à vendre plus loin de leurs opérations, et son modèle montre une certaine traction. Les revenus de la société (GMV, peut-être) sont passés de 145 500 $ en juillet à 192 000 $ en août. La startup revendique une rétention de 70 % d'un mois à l'autre et une commande moyenne d'un peu plus de 100 $.

Arrow : Arrow construit une infrastructure de paiement en un clic pour les vendeurs en ligne en Asie du Sud-Est dans le but de stimuler le commerce social parmi les petits vendeurs. L'équipe derrière Arrow a aidé à lancer GrabPay et a déjà fait passer GMV au démarrage à 150 000 $.

Talentdrop : un marché de recrutement où les offres d'emploi sont publiées avec des « primes ». Si quelqu'un que vous parrainez est finalement embauché et reste un certain temps, vous obtenez la prime. La société affirme qu'un million de dollars de primes ont été publiés sur le site jusqu'à présent.

Infina : une application d'investissement de détail visant à être le Robinhood du Vietnam. Depuis son lancement en janvier, Infina a atteint plus de 2,5 millions de dollars d'actifs sous gestion. Son premier objectif était d'ouvrir des fonds communs de placement et des produits à revenu fixe, et maintenant il veut se lancer dans les actions et la crypto pour sa base d'utilisateurs plus jeune.

BlackOakTV : les milléniaux noirs sont de plus gros consommateurs de contenu en streaming que les autres groupes démographiques, mais relativement peu de ce contenu est conçu pour eux. Black Oak TV est un service de streaming par abonnement par et pour les créateurs et stars noirs – le prochain Dave Chappelle ou Issa Rae pourrait-il venir d'ici au lieu de YouTube ou TikTok ?

HEO Robotics : Cette startup veut tirer parti du temps inutilisé sur les satellites existants qui surveillent la planète pour trouver des trucs dans l'espace. Pas des ordures, comme la startup qui a présenté hier qui veut nettoyer l'espace autour de la Terre, mais des choses comme d'autres satellites. HEO dit qu'il vend au gouvernement australien et a exécuté une démonstration en orbite en direct pendant Y Combinator. Il y aura beaucoup plus de satellites dans l'espace au fil du temps, selon la société, ce qui pourrait augmenter la demande pour son service.

Gallery : Gallery construit une plate-forme pour aider les développeurs à créer rapidement des environnements de mise en scène autonomes, économisant du temps et de l'énergie. L'équipe fondatrice a l'expérience de Facebook et de Goldman Sachs et espère s'attaquer à ce qu'elle estime être un marché de 5 milliards de dollars pour les seules équipes d'ingénierie de taille moyenne.

Crédits image : Adra

Adra : l'IA pour aider les dentistes à trouver des caries qu'ils pourraient autrement manquer. Il peut également convertir les rayons X flous en quelque chose d'un peu plus facile à comprendre pour les patients. Actuellement dans un projet pilote avec 20 dentistes.

Tantl : Les API low-code sont très populaires, et une équipe d'ingénieurs de Google et d'Apple est en train de créer Tantl pour le rendre aussi rapide. Tantl permet aux développeurs de créer des flux de travail internes plus rapides – pour 20 dollars par siège. Pensez à ignorer le code répétitif, l'authentification facile et les interfaces utilisateur client. L'activité SaaS a été lancée la semaine dernière et a intégré trois clients.

Titipku : Un grand nombre de personnes en Indonésie veulent faire leurs achats locaux en ligne comme beaucoup d'entre nous le font déjà, et Titipku est prêt à y arriver. Ils sont "Instacart pour l'Indonésie" et c'est tout. Les ventes explosent déjà et le modèle a fait ses preuves, alors félicitons-nous à titre préventif pour leur succès.

Flok : Flok construit ce qu'il décrit comme un Airbnb pour les entreprises hors site. Cela signifie que la startup aide à connecter les entreprises cherchant à héberger des activités IRL avec un emplacement qui conviendra. Dans une zone éloignée d'abord, se dirigeant vers un avenir convivial à distance, les entreprises peuvent consacrer plus de temps et d'argent à réunir le personnel de manière sporadique. Flok veut aider ces événements à se réunir. Selon la startup, cela prend environ 15% des réservations et a réservé jusqu'à présent 45 événements d'une valeur d'environ 200 000 $ de revenus.

Spark Studio : L'équipe de Spark Studio est en train de construire un hub pour les cours parascolaires en ligne conçus pour les enfants, reflétant les changements de l'ère COVID dans la façon dont les enfants apprennent sur le Web. L'équipe se concentre particulièrement sur la musique, l'art et les compétences en communication, dans l'espoir de rationaliser les larges offres d'Internet en une plate-forme où réside un contenu de haute qualité et contrôlé.

BrightReps : un outil sans code destiné à vous aider à transformer les flux de travail de réponse des clients de votre entreprise des organigrammes/feuilles de calcul à quelque chose de plus facile à mettre à jour et à itérer. Le fondateur Brittani Dunlap affirme que l'entreprise est rentable avec 740 000 $ en ARR.

Verihubs : L'Indonésie a un secteur fintech florissant, avec des centaines de startups et la célèbre licorne Gojek. Verihubs lance une plate-forme de données et de vérification permettant aux fintechs régionales de faire des choses comme authentifier les identités des clients et accéder aux données financières. Le service a attiré 45 clients, générant 41 000 $ de revenus mensuels.

Aleph : De nombreuses banques, fintechs et autres entreprises souhaitent utiliser les derniers modèles financiers mais préfèrent également s'appuyer sur le bon vieux tableur. Aleph permet aux feuilles de calcul ordinaires dans Excel ou Google Sheets d'avoir des outils financiers spécialisés intégrés et toujours à jour. Le meilleur des deux mondes, si vous aimez vraiment les tableurs et les modèles financiers !

Sirka : Noom est maintenant si grand que les startups cherchent à étendre son modèle à de nouveaux marchés. Sirka est l'une de ces entreprises, qui se concentre sur la région de l'Asie du Sud-Est. La startup veut reproduire l'approche scientifique de Noom en matière de contrôle du poids, notant qu'il y a 150 millions de personnes en surpoids ou obèses dans la zone SEA. La startup a également noté que ses utilisateurs perdent 4% de leur poids en moyenne. C'est beaucoup ? Pour moi (Alex) à environ 160 livres, ce serait environ 6,4 livres.

Watu : Watu veut aider les détaillants à conclure la vente qu'ils ont presque conclue. La plate-forme crée un flux de travail d'achat qui réside dans les e-mails et permet aux acheteurs d'effectuer un achat sans être renvoyés sur le Web mobile.

Stownest : espaces de stockage à la demande et à service complet pour l'Inde. Ils emballent vos affaires, les stockent et les ramènent quand vous en avez besoin. La société affirme avoir aidé plus de 12 000 clients à ce jour, gérant plus de 20 000 ramassages/livraisons.

Comet Health : une plate-forme de physiothérapie numérique qui combine la télésanté avec un programme vidéo. Comet Health se lance en mettant l'accent sur la thérapie physique du plancher pelvien et a déjà mené un projet pilote de validation de principe en Virginie.

Lemonade Finance : Le système bancaire africain évolue rapidement, comme nous l'avons vu avec d'autres startups de ce lot. Lemonade Finance est une conséquence de cela – une banque pour les millions d'Africains qui sont partis pour d'autres rivages mais qui ont encore besoin d'interagir avec des comptes ou des personnes à la maison, d'envoyer ou de recevoir de l'argent, etc. Ayant eux-mêmes rencontré ce problème, les fondateurs ont créé Lemonade Finance pour faciliter la banque à l'étranger pour la diaspora africaine.

Bio parallèle : trouver des idées pour de nouveaux produits pharmaceutiques, les tester sur des non-humains et les étendre ensuite aux tests sur notre espèce prend beaucoup de temps et coûte cher. Parallel Bio prétend avoir créé un système immunitaire humain dans une boîte de Pétri, ce qui peut aider à tester de nouveaux médicaments sans utiliser les humains en première ligne des tests. Comme pour toutes les préoccupations en matière de biotechnologie, j'ai (Alex) du mal à évaluer les possibilités de percée technologique de l'entreprise, mais le concept ici est très soigné.

Atmana : L'équipe d'Atmana construit une plate-forme pour aider les 15-30 ans à briser les dépendances technologiques, en particulier les dépendances aux jeux, à la pornographie et aux médias sociaux. L'entreprise adopte une approche sérieuse avec ses plans de traitement de 90 $ par an, qui combinent des groupes de soutien, la responsabilité et l'éducation.

Flotteur : financement de la chaîne d'approvisionnement – en d'autres termes, ils paient votre inventaire à l'avance, vous les remboursez au fur et à mesure de la vente. Le co-fondateur de Float, Rob LaFave, a précédemment co-fondé/vendu Foodzie, tandis que le co-fondateur Zack Kim était le CTO de Zaarly. Float dit qu'ils ont déployé 50 000 $ d'avances à cinq clients jusqu'à présent.

Kitchenful : Dirigé par un ancien cadre de Hellofresh, Kitchenful pense que la commidification de la livraison d'épicerie signifie qu'il est temps pour de nouvelles innovations. L'application donne aux utilisateurs des recommandations personnalisées pour les recettes, puis livre les ingrédients directement à partir d'une épicerie locale. L'équipe a conclu des partenariats avec Walmart, Kroger, Target et REWE pour la logistique, et s'est lancée dans une ville jusqu'à présent.

Crédits image : TransAstra

TransAstra Corporation : Les remorqueurs spatiaux sont un élément chaud dans l'espace : de petits engins spatiaux qui aident à amener d'autres engins spatiaux là où ils doivent aller. TransAstra, d'un ancien PDG de Momentus, utilise un nouveau "moteur de fusée thermique solaire" super efficace qui, selon lui, accomplit ce type de mission mieux que tout ce qui existe. Avec des millions d'argent de la NASA et des centaines de millions de lettres d'intention, de protocoles d'entente et de contrats, TransAstra semble être en passe de devenir le plus grand nom des remorqueurs spatiaux.

Comadre : Nubank ne contrôlera pas l'ensemble du marché néobancaire brésilien si Comadre parvient à ses fins. La société construit une nouvelle banque numérique pour les familles à faible revenu, un groupe de personnes qui, selon elle, doivent mettre leurs fonds en commun pour payer leurs factures à temps, elles ont donc besoin de nouvelles technologies. La startup a l'intention de facturer 8 $ par famille et par mois, en plus de générer des revenus d'échange. Bien sûr, la fintech est un marché concurrentiel, mais si Comadre peut attirer une clientèle, son histoire de revenus s'écrit d'elle-même.

Toku : La startup aide les sociétés d'abonnement à collecter des revenus en Amérique latine où 15% des frais récurrents échouent. Alors que les options traditionnelles reposent sur des agences de recouvrement, Toku utilise la sensibilisation multicanal pour se connecter avec les abonnés et les ramener dans le giron.

Makani Science : Cette équipe a construit ce qu'elle dit être le « premier patch sans fil au monde capable de surveiller avec précision et en continu la respiration ». Le cofondateur Michael Chu a déclaré que la société s'attend à obtenir l'autorisation de la FDA d'ici un an.

Verde : Les petites et moyennes exploitations agricoles au Brésil peuvent désormais avoir une nouvelle carte de crédit préférée. Verde est une plateforme de fintech qui souhaite faciliter la demande et l'accès des agriculteurs à des prêts. Au-delà des cartes de crédit, les services de Verde incluent l'assurance et les banques numériques.

Anakin : Chaque site de commerce électronique veut savoir exactement comment tous les autres sites de commerce électronique évaluent les mêmes produits, mais il n'est pas toujours facile de le faire de manière systématique et complète. Anakin remplit ce rôle, en surveillant les plates-formes concurrentes pour leurs clients et en fournissant des données de tarification en temps réel afin qu'elles puissent être réduites ou traitées d'une autre manière afin d'arracher ce client. Avec trois entreprises de « plusieurs milliards de dollars » qui paient déjà un demi-million de dollars par an, Anakin semble en bonne voie vers le succès. Et peut-être que cela vous fera également économiser quelques dollars.

TAG : Tag construit une néobanque pour le Pakistan, un marché qui, selon lui, compte 100 millions de personnes non bancarisées sur une population de 250 millions. La startup a déclaré qu'elle travaillait avec les employeurs pour aider les employés à faire déposer leur salaire sur leur compte TAG au lieu d'être remis en espèces. La société dispose d'une approbation réglementaire locale et est présente sur son marché avec un produit de carte de débit.

FirstIgnite : L'équipe crée un marché qui associe des entreprises à des experts universitaires pour relever les défis auxquels elles sont confrontées. L'équipe a déjà des pilotes avec l'Université de Chicago et Carnegie Mellon, entre autres.

Perfekto : Présenté comme « des aliments imparfaits pour l'Amérique latine », Perfekto propose une boîte d'abonnement de produits savoureux mais pas nécessairement jolis. Le co-fondateur Anahí Sosa a précédemment dirigé le déploiement d'Uber Grocery en Amérique latine, et affirme que Perfekto réalise actuellement 8 000 $ de revenus mensuels.

SFA Therapeutics : À mesure que la santé numérique mûrit, SFA Therapeutics est le dernier à se concentrer sur le traitement de la cause première de la maladie, au lieu de supprimer les symptômes pour un soulagement momentané. L'équipe parie sur une solution orale pour les plus de 100 millions de patients qui souffrent de maladies auto-immunes (et qui traitent actuellement les injections douloureuses comme solution classique). La société thérapeutique a un essai de phase 1B en cours et a référencé des « données cliniques solides » sur l'utilisation de son médicament dans la lutte contre le psoriasis.

Levo : Levo est un compte d'épargne suralimenté au Mexique, offrant jusqu'à trois fois le rendement moyen (6,5% contre 2,1%) en combinant les comptes des clients et en négociant de meilleures offres avec les banques et autres organisations financières avec lesquelles ils travaillent. C'est une idée intelligente utilisée dans le monde entier, mais apparemment pas pour les comptes d'épargne individuels au Mexique – pour l'instant !

Louable : Le processus de vente B2B doit dépasser le monde du PDF, estime Laudable. La startup souhaite aider ses clients à trouver et à partager des vidéos de leurs clients utilisant leur produit à partager au lieu de témoignages écrits. Nous avons quelques questions sur le fonctionnement de son produit, mais le démarrage est passé de 0 $ à 27 000 $ en MRR en deux mois, il semble donc être sur quelque chose. De plus, les outils de technologie de vente ont permis de récolter beaucoup d'argent au cours de la dernière année, il y a donc probablement un appétit pour Laudable.

Monto : L'équipe de Monto est en train de construire une plate-forme qui offre aux entreprises mexicaines la possibilité de donner aux travailleurs un « salaire à la demande », ce qui n'est pas une avance mais permet aux travailleurs de demander le salaire qu'ils ont déjà gagné entre les chèques de paie. Les travailleurs paient un taux forfaitaire de 34,50 $ + TVA.

Mindstate Design Labs : Mindstate dit qu'il travaille sur des thérapies psychédéliques de « nouvelle génération » pour traiter des choses comme le SSPT. Une chose sur laquelle ils travaillent est une « MDMA plus sûre » qui, selon eux, ne provoque pas de dépression post-traitement et permettrait une « plus grande capacité de redose pour une efficacité accrue ».

Beau : Les petites entreprises ont finalement subi la pression de leurs pairs pour numériser leurs opérations pour des expériences client plus transparentes – il n'a fallu qu'une pandémie. Beau construit un flux de travail client sans code pour les communications avec les clients. Avec Beau, ces entreprises peuvent collecter des soumissions, des fichiers, des paiements et envoyer des messages pour fidéliser (et faire leur travail). Le produit minimum viable a été lancé auprès de sept clients payants et 65 entreprises actives.

Ruth Health : Les femmes enceintes reçoivent beaucoup de soins, mais une fois que le bébé est né, il reste des mois de problèmes de santé auxquels elles doivent encore faire face – et peu de soutien fourni par les prestataires médicaux existants. Ruth Health est une clinique de télésanté axée spécifiquement sur les soins post-partum, avec des séances de 150 $ pour régler les problèmes courants des femmes comme les relations sexuelles douloureuses et les mictions non désirées. Leur cri de ralliement est « pour les propriétaires de vagin, par les propriétaires de vagin !

Crédits image : Axolo

Axolo : Offrant ce qu'il appelle une « salle de guerre pour chaque demande d'extraction », Axolo est un bâtiment de démarrage dans ce que nous pourrions appeler l'espace de productivité des développeurs. Son service crée un canal Slack autour des demandes d'extraction qui aide les ingénieurs à éviter de revenir de Github à leurs discussions internes. La société affirme qu'environ 35 organisations utilisent aujourd'hui son produit et ont l'intention de le monétiser en utilisant un modèle freemium. Axolo coûtera environ 8 $ par ingénieur par mois.

Ananya Health : L'équipe d'Ananya Health construit un appareil médical portable qui peut congeler des cellules anormales beaucoup moins cher que les solutions existantes. L'équipe se concentre spécifiquement sur l'utilisation de l'appareil pour traiter le « pré-cancer » du col de l'utérus dans les régions du monde où l'aide médicale est la plus difficile à atteindre.

Noloco : Un outil sans code pour les agences/sociétés immobilières/petites entreprises pour créer facilement des portails de marque pour interagir avec les clients, gérer des choses comme la communication et le partage de fichiers. Le co-fondateur Simon Curran a déclaré que la société bénéficie actuellement d'un MRR de 1 500 $.

Govly : La paperasserie a un moyen de rassembler les gens. Govly aide des entreprises comme Cisco et Nutanix à s'associer pour soumissionner des contrats gouvernementaux. Il veut se développer au-delà d'un outil SaaS et devenir un marché qui aide les entreprises à vendre au gouvernement. L'équipe espère offrir une meilleure visualisation de l'espace d'approvisionnement entre entreprises et gouvernements.

Morse : d'innombrables jeunes en Inde ouvrent leur premier compte bancaire chaque année. Walrus pense que ce serait bien s'ils s'inscrivaient avec eux – une néobanque qui propose une simple carte de débit et des outils pour économiser, budgétiser et investir. Avec un modèle de frais de transaction simple de 1%, cela pourrait être le moyen le plus simple pour les gens de commencer leurs opérations bancaires.

Crédits image : Mach9

Mach9 Robotics : Ah le monde moderne, plein de merveilles et d'infrastructures vieillissantes. Bien sûr, nous avons beaucoup construit, mais une grande partie de notre infrastructure s'effiloche. Et cela signifie que les inspections sont un gros problème. Mais inspecter des trucs dans le sol est une énorme douleur dans le dos. Mach9 utilise une caméra thermique fixée à une voiture pour scruter la Terre et trouver des problèmes d'infrastructure. La compagnie revendique trois pilotes rémunérés.

Université d'Algo : L'Université d'Algo applique le modèle d'apprentissage ISA en Inde, y formant des étudiants universitaires pour qu'ils deviennent de solides ingénieurs en logiciel. Les étudiants ont également la possibilité de payer d'avance pour la plate-forme éducative, qui regroupe des cours en direct, des devoirs et des concours pour aider les étudiants à acquérir des compétences qui, espérons-le, leur permettront d'accéder aux meilleurs emplois technologiques.

Therify : La thérapie fonctionne mieux lorsque vous parlez à quelqu'un qui, selon vous, vous comprend. Therify fournit des soins de santé mentale comme un avantage aux entreprises, en se concentrant sur la mise en correspondance des patients avec des thérapeutes ayant des antécédents similaires. Le co-fondateur James Murray dit qu'il gère actuellement 100 000 $ de pilotes rémunérés avec "quatre sociétés mondiales".

Jovian : La « grande démission » a conduit les entreprises à devenir très astucieuses avec leurs avantages, avec un impact étant l'augmentation des investissements dans la formation des employés. Pour tirer parti de ces habitudes d'employeur changeantes, Jovian a un objectif ambitieux : être la meilleure université technique en ligne. La plate-forme de formation orientée vers l'emploi aide les professionnels à se forger des compétences en science des données et en ML. Il a un revenu mensuel de 20 000 $ et augmente de 35% d'un mois à l'autre.

Argonaut : Pratiquement toutes les entreprises technologiques qui souhaitent évoluer devront déployer une infrastructure dans le cloud, ce qui entraînera la prononciation de mots tels que Kubernetes, Terraform et la conteneurisation. Argonaut automatise ce déploiement autant que possible pour réduire ou éliminer le besoin de travaux d'ingénierie spécialisés, afin que même les nuls comme moi puissent lancer une entreprise.

Abhi : Voici une autre startup travaillant sur le marché pakistanais. Abhi veut offrir un accès instantané aux salaires aux travailleurs du pays. La traction précoce semble être bonne, avec quelque 15 000 $ de volume de paiement total au cours de son premier mois. La startup prétend avoir 45 protocoles d'entente – un type de contrat très non conforme aux PCGR, si vous voulez – qui représentent environ 200 000 employés. S'il en convertit quelques-uns en véritables accords, Abhi devrait disposer d'un volume suffisant pour véritablement tester son modèle dans le pays.

Dots : Dots (l'une des deux sociétés appelées Dots dans cette cohorte !) développe un produit logiciel pour aider à automatiser les communautés de clients en ligne, se connectant à des plateformes comme Slack et Discord et permettant aux entreprises d'automatiser certaines tâches et de les aider à s'assurer que les nouveaux membres de la communauté ne le font pas. t glisser à travers les mailles du filet.

Stack : Présenté comme « Avant-garde pour l'Inde », Stack essaie de faciliter l'investissement pour les 130 millions de ménages à revenu intermédiaire de la région. Lancés il y a six semaines, ils ont plus de 1 000 utilisateurs avec 250 000 $ sous gestion.

Epinome : CRISPR a transformé la biologie et la compréhension mondiale du génome humain. Epinoma, dirigé par trois experts en biogénétique, s'appuie sur ces apprentissages pour les appliquer au monde de l'épigénétique. La première application de sa protéine concerne le marché de la biopsie liquide, que l'équipe estime représenter une opportunité de 50 milliards de dollars.

Koshex : De toute évidence, la classe moyenne en Inde a besoin d'un endroit où mettre son argent. S'ils ne veulent pas utiliser Stack (deux entrées ci-dessus), ils opteront peut-être pour Koshex, qui se présente comme « Wealthfront for India ». Intégré à plus de 40 institutions financières déjà, Kosher est prêt à gérer des milliards de dollars de petits investissements indiens.

Shimmer : La thérapie est bonne et si tout le monde pouvait accéder à une thérapie régulière, ce serait bon pour le monde. Mais il n'y a pas assez de thérapeutes et le service est souvent trop cher pour les personnes dans le besoin, si elles peuvent y avoir accès. Shimmer veut combler l'écart entre les besoins et la couverture des besoins en proposant des groupes de soutien en ligne en matière de santé mentale dirigés par des entraîneurs. Le soutien par les pairs peut être essentiel pour résoudre divers problèmes, comme toute personne en rétablissement peut vous le dire. La société compte aujourd'hui 105 utilisateurs et revendique 2 fois la rétention de la thérapie traditionnelle.

FrontPage : S'appuyant sur le boom des investisseurs de détail, FrontPage souhaite créer un site Public.com pour l'Inde, en aidant les investisseurs du marché et les commerçants à trouver une communauté de personnes intéressées par le monde de la finance tout en parcourant les transactions, les graphiques et les nouvelles discussions en temps réel.

HyperGlue : une fois que vous avez un large public, il devient difficile de garder une trace de ce que vos utilisateurs disent de vous sur Internet. HyperGlue analyse les choses que les gens partagent dans des endroits comme Reddit et Discord pour donner aux chefs de produit une ventilation automatisée de ce que les gens disent de votre produit : les choses qu'ils détestent, les fonctionnalités qu'ils veulent, etc.

Oneistox : cours en ligne basés sur des cohortes pour les concepteurs, les architectes et les ingénieurs – vendus à environ 900 dollars la pièce. Oneistox souhaite combler les lacunes en matière de compétences de l'industrie grâce à l'école virtuelle, qui s'adresse principalement aux personnes dans la mi-vingtaine et plus. Les taux d'achèvement précoce sont de 82%, des dizaines de points de pourcentage au-dessus des normes de l'industrie des fournisseurs de cours en ligne ouverts et massifs – signalant que son format peut fonctionner.

Greenwork : Avec l'énorme projet de loi sur les infrastructures, la demande de cols bleus qualifiés va bondir au cours des prochaines années. Greenwork souhaite l'organiser avec un site de type LinkedIn pour ces personnes, souvent des experts formés par le gouvernement qui ont besoin de trouver un projet auquel appliquer leurs compétences. Une plate-forme de recrutement et de réseautage réservée à cette précieuse catégorie de travailleurs pourrait être la solution idéale pour remettre les gens au travail.

marketfeed : C'est amusant. Marketfeed est une application qui forme les utilisateurs indiens à la négociation d'actions. Son fondateur prétend être apparenté au Jim Cramer de l'Inde, avec une cargaison d'abonnés YouTube pour étayer cette affirmation. Jusqu'à présent, l'application a atteint environ 100 000 $ en MRR. Voir à quel point le trading est devenu populaire en Europe et aux États-Unis au cours des derniers trimestres, l'orientation générale de marketfeed est logique.

Warrant : Warrant construit une plate-forme qui aide les développeurs à ajouter des autorisations et un contrôle d'accès à leurs applications Web et mobiles. L'API de l'entreprise gère la complexité tandis que les utilisateurs sont en mesure de définir des règles qui répondent aux besoins de leur produit.

SalaryBox : À ne pas confondre avec « SalaryBook » d'hier, SalaryBox est aussi visant à être Gusto pour l'Inde, aidant les millions de PME là-bas à numériser leur paie sur papier (etc.). L'équipe affirme qu'elle a enregistré un chiffre d'affaires annuel de 18 000 $ quelques mois seulement après le lancement.

Preuve : Codez ! Code! Code! Evidence aide les équipes de données à remplacer les outils de business intelligence par glisser-déposer par un workflow basé sur du code, ce qui est une façon élégante de dire que cela simplifie le travail. L'entreprise parie qu'elle peut créer le front-end par défaut pour la gestion des données, car « chaque entreprise devient une entreprise de données ». Preuve de cela ? Evidence a 46 projets actifs après son lancement la semaine dernière.

Investissement féminin : L'investissement est une industrie dominée par les hommes, mais les femmes disposent d'une proportion croissante des revenus investissables. Female Invest a pour objectif d'éduquer et de mobiliser ce contingent grandissant et compte déjà plus de 17 000 abonnés payants dans sa communauté. Bientôt, elles activeront également le commerce et réaliseront leur ambition de devenir le « Robinhood for women ».

Espace d'inversion : au lieu de prendre des trucs à space, Inversion Space veut en ramener de espacer. C'est une, hum, inversion de ce que nous avons tendance à entendre des startups spatiales. La startup construit une "capsule" de retour de quatre pieds de diamètre et veut pouvoir larguer des objets de l'espace vers la planète en moins d'une heure. Notamment, la startup revendique quelque 225 millions de dollars de lettres d'intention, ce qui peut sembler beaucoup, mais étant donné ce qu'il en coûte pour faire quoi que ce soit dans l'espace, gardez le nombre à l'échelle. Inversion vise un premier lancement (drop ?) à la mi-2023.

Advantage Club : l'équipe est en train de créer une vaste plate-forme pour l'engagement des employés, les avantages de l'équipe, les récompenses exclusives et l'accès à des salaires anticipés. Ils espèrent apporter de multiples avantages sur une seule plate-forme tout en s'adressant aux meilleurs clients avec leur Deep Web de plus de 10 000 partenaires de marque.

DigiBuild : Logiciel de gestion de construction construit sur la blockchain pour donner une « version unique vérifiable de la vérité » à tous les propriétaires/entrepreneurs/sous-traitants/etc. Le cofondateur Rob Salvador a déclaré que la société voyait actuellement un MRR de 58 000 $, qui devrait atteindre 75 000 $ d'ici octobre.

Rivia.AI : Les marques D2C en Inde ont besoin de meilleurs moyens de mettre leurs produits entre les mains de consommateurs toujours impatients. Au lieu de forcer les marques à s'appuyer sur Amazon pour une vitesse de livraison de deux jours, Rivia.AI construit sa propre agence de distribution pour aider cette clientèle à obtenir le même résultat, mais moins cher. En ignorant Amazon, Rivia.AI aide les marques de commerce électronique en Inde à réaliser une expédition en deux jours, tandis que la startup gagne 0,65 $ sur chaque livraison. Rivia.AI a 2 400 transactions mensuelles – et une mission pour atteindre les milliards.

Palla : Envoyer de l'argent au-delà des frontières n'a jamais été facile. Ou plutôt, si c'est facile, c'est cher. Palla vise à rendre à la fois facile et bon marché l'envoi d'argent vers et depuis l'Amérique latine, d'une personne à une autre. Ils s'associent à de grandes sociétés financières et bancaires pour que des milliers de personnes s'inscrivent et soient prêtes à obtenir de l'argent de l'étranger sur leurs cartes de débit en quelques secondes plutôt qu'en quelques heures.

Suplias : C'est cool. Il y a 13 millions de petites épiceries en Afrique, dit Suplias, qu'elle veut aider à approvisionner. La startup propose un marché mobile B2B qui utilise des prestataires logistiques tiers pour fournir rapidement de nouveaux stocks aux petits épiciers. La numérisation des PME dans les marchés émergents est une tendance bien connue, mais c'est un peu différent. Et si les marges sont bonnes, cela pourrait évoluer assez rapidement. Suplias revendique aujourd'hui 230 000 $ de GMV par mois, un chiffre qui, selon elle, augmente de 40 % chaque mois.

Marble : Marble aide les propriétaires à gérer leurs propriétés à distance. La plate-forme gère la collecte et la maintenance des loyers en plus des projections à distance, collectant 50 $ par unité et par mois, ce qui réduit considérablement les prix des concurrents.

Zoios : L'analyse des ressources humaines qui, selon l'entreprise, peut prédire qui va démissionner, qui est épuisé, etc. Le co-fondateur Christian Højbo Møller dit qu'ils ont actuellement 12 entreprises en tant que clients payant 500 sièges et ont atteint un ARR de 24 000 $.

BoldVoice : Duolingo est peut-être l'application d'apprentissage des langues la plus connue du marché, mais BoldVoice se concentre sur un domaine qui manque à la licorne : la parole intelligente. La startup veut aider les anglophones non natifs à trouver (et à faire étalage) leur voix. La startup utilise des vidéos courtes, enseignées par des coachs d'accent hollywoodien qui aident traditionnellement les acteurs, pour fournir du contenu. Le programme s'articule autour de trois P : la posture, pour aider à ressentir physiquement l'utilisation d'un R anglais par rapport à un R espagnol ; la phonologie, les voyelles et les consonnes ; et la porosité, qui est la musicalité d'un accent. En deux mois, il a atteint 5 000 $ de revenus mensuels pour plus de 200 utilisations payantes. Nous avons écrit plus sur le démarrage sur TechCrunch.

Élégant : les achats impulsifs sur Internet ne sont en fait pas plus faciles que les gros achats. Vous devez toujours passer par tout le processus de paiement, sauf dans les quelques magasins qui proposent un paiement en un clic. Mais et si je vous disais qu'il existe une startup proposant une extension de navigateur qui permet à chaque boutique en ligne de passer à la caisse en un clic… ET cela vous donne de l'argent ? C'est le pitch avec le bot de paiement optimisé par ML de Sleek. En empêchant la pourriture des chariots, ils augmentent les ventes, collectent les commissions et vous répercutent les économies. Bien sûr, vous n'avez toujours pas payé le coût de cet achat impulsif que vous auriez laissé derrière vous… mais n'en parlons pas.

Cloudanix : De nombreuses entreprises utilisent désormais plus d'un fournisseur de cloud public. Donc pas seulement AWS, ou juste Azure, mais GCP et d'autres aussi. Cloudanix souhaite fournir un tableau de bord unifié pour aider les entreprises à sécuriser tout leur travail dans le cloud public à partir d'un seul tableau de bord. Selon son site Web, la startup fournit une surveillance de la sécurité et des « flux de travail de correction » en cas de besoin. Alors que le monde devient de plus en plus un domaine multicloud, l'entreprise pourrait se trouver confrontée à un changement séculaire.

FastFarma : une pharmacie numérique qui promet une livraison de médicaments en 30 minutes pour l'Amérique latine, actuellement en activité en Équateur et au Mexique. Le cofondateur de Santiago Ribadeneira a déclaré que la société réalise actuellement un chiffre d'affaires mensuel de 20 000 $.

Crédits image : Stipop

Stipop : un SDK facile à installer que les développeurs peuvent utiliser pour ajouter des autocollants à leurs applications de chat grand public. A déjà 150 000 autocollants conçus par 5 000 artistes et a été intégré dans plus de 100 applications. Stipop monétise grâce à des partenariats de marque-autocollant.

Siglo : Les fournisseurs d'accès Internet sont compliqués à travailler, ce qui est toujours un feu vert pour les entrepreneurs avisés. Siglo bouleverse le marché des FAI pour les communautés urbaines d'Amérique latine. Focusing on easy-to-pay and simplified processes, Siglos’ wireless home broadband service currently connects over 1,700 homes with $26,000 in monthly recurring revenue. Its revenue is growing 30% monthly.

Telivy: SMBs need cyber insurance, and Telivy wants to give it to them. C'est aussi simple que ça. They specialize in this and offer better and cheaper coverage so that SMBs can meet compliance and other requirements easier.

CartX: Shopify’s huge growth is drawing startup attention. CartX wants to build something akin to Shopify for the Brazilian market. As companies like Nubank have shown, the Brazilian digital market can prove lucrative. So to see CartX work on its e-commerce infrastructure is not a surprise. The company, now around two years old, is doing just under $1 million in yearly revenue today.

HomeBreeze: A home repair marketplace that is aiming to get rid of the annoying back-and-forth estimate process, instead providing up-front fixed/guaranteed prices and instant service scheduling. They’re focusing on water heaters first. Co-founder Vineet Mehta says the company is seeing over $60,000 in monthly revenue after launching in May.

Tuli Health: Tuli Health is building software that helps pharmacies in the U.K. perform in-house diagnostic tests. It started with COVID testing but is now expanding into allergy testing. Co-founder Jiawei Li says the company has onboarded 147 pharmacies that have run over 7,000 diagnostic tests so far, accounting for $400,000 in revenue.

Alchemy: Sure, Shopify made it easier for businesses to sell online, but how do those same businesses create a dynamic, differentiated experience for their customers? Alchemy is a visual development platform that enables brands to build unique e-commerce experiences, sans the code. It launched in late July and has so far landed 11 initial customers accounting for $2,800 in monthly recurring revenue.

Okani: In LatAm, millions of people without primary care physicians either find a specialist by other means or end up going to the hospital instead. Okani acts as a digital primary care provider living in WhatsApp, so patients can meet with a doctor and get tailored referrals rather than take on the time and expense of a hospital trip.

Image Credits: The Breakaway

The Breakaway: Ah, do you need more motivation to get back on your indoor bike? Is your Peloton sitting idle because you are worried that Matt will judge you for not doing enough Power Zone Max rides? The Breakaway is building a “motivational coaching” application for fitness dweebs like me. Its iOS app will link to your Peloton, so you can, well, cycle more? Better? I would joke that surely the $50 you already pay Peloton is enough, but since we’re already paying that, why not tack on more to perhaps cycle a bit more?

Hypercontext: This company says it helps managers run better meetings by streamlining their meetings according to their team’s OKRs and providing a dedicated place for agendas, feedback, follow-up steps, etc. The team says its MRR is currently at $37,000, charging teams $7 per user per month.

Fella: Telehealth for men with obesity. Combines recently FDA-approved medication with health coaching, charging $150 per user per month. The company has worked with 13 patients so far after launching in Texas two months ago.

Bedrock AI: Some of the best gems sit in the footnotes of corporate filings, from 10-K annual reports to Form D filings. Bedrock AI’s software extracts key factoids to limit information overload and better supplement those who spend their days working though the fine text of public company data.

Hiration: LinkedIn may have disrupted resumes, but Hiration wants to disrupt LinkedIn’s role in the job search process. The startup is building a way for job seekers to quickly create efficient resumes. Through partnerships with over 80 institutions, including Stanford and The University of Texas at Austin, Hiration created 125,000 resumes in August. It has an annual recurring revenue of $500,000.

CellChorus: All kinds of medicines, therapies, vaccines and other research processes need to understand what effects they create on a cell-by-cell level, but observing this directly can be very difficult. CellChorus does it, though, and has trained a machine learning model to watch footage of cell interactions and automatically derive conclusions like which cells perform best and why. They’ve already got traction and have been in multiple prestigious journals, so while it’s not something you’ll be using at home, it could be standard issue tech in medical research soon.

Secoda: Secoda wants to aggregate your company’s data in a single place, so that internal teams can better work together and share metadata, queries and more. Part of its pitch is that current tools in its domain are more targeted at enterprise-scale companies, while it wants to target smaller startups to start. That’s a standard GTM model for YC startups, but in this case it doesn’t bother us. The company claims $40,000 in ARR today.

Flowly: Pairs virtual reality headsets with a heartrate sensor to generate visualizations that the team is proving can reduce pain (and thus, opioid usage). They’ve got a $1.2 million grant from the NIH, and co-founder Celine Tien says the company is currently seeing over $40,000 in monthly revenue.

outloud.ai: Records and analyzes conversations in drive-thru restaurants to help owners figure out the best ways to upsell. Co-founder Sasha Miagkyi says they’re currently analyzing 700,000 orders per month at over 50 restaurants.

Baraka : An investment app built explicitly for the Middle East. Baraka launched one month ago and has attracted over $340,000 in assets under management with 70% week-over-week growth. Its mission is to give local retail investors the ability to put money into the U.S. stock markets.

Image Credits: Genomelink

Genomelink: Once you’ve had your DNA sequenced and analyzed by 23andMe or Ancestry, what else can you do with it? Upload it to Genomelink and you can activate any number of “apps,” — other forms of analysis that show more traits that the big companies don’t list. It’s your genomic data; you can do what you want with it, right?

PAYZE: Pitched as “Stripe for former Soviet Union countries,” PAYZE takes the fragmented payment solutions in the region and unifies them into a single payment platform. Co-founder Giorgi Tsurtsumia says they’re working with 350 merchants 8 months post-launch.

Revery AI: Revery is building a “virtual dressing room” that helps online shoppers visualize how clothing they’re shopping for will actually look like on a person, tapping AI to impose clothing images on models while allowing users to customize said model to look more like they do.

Plug: One API to process payments across multiple providers. Alex Vilhena says they take a 1% cut while saving teams up to 30% in processing fees and have processed over $230,000 to date.

Abbot: This former GitHub team saw firsthand the power of a streamlined, remote-first operating system, and now it’s building tools for other startups to do the same. Abbot makes the traditional team chats on Slack or Discord into a command center to get tasks done. It reacts to messages by running programs, deploying software or, heck, even displaying the weather.

Mecho Autotech: Believe it or not, the global logistics revolution is powered by drivers in actual vehicles, and those vehicles need maintenance, which cuts into earnings. Mecho Autotech is tackling the issue in Nigeria, where truckers sacrifice a lot of income to shoddy or inconvenient repairs. Instead, Mecho will let them summon one of the 2,000 mechanics on demand via a web app to fix things when and where they’re needed.

mello: After the absurd last few years, it’s no surprise we’re seeing an uptick in companies focusing on burnout. Mello reduces burnout by regularly checking in with employees, detecting shifts in happiness/productivity and offering up ways you might help them dig their way out. Currently ties into Slack, with plans for Teams/Discord/Google integrations on the roadmap.

Quest: An audio Q&A platform where experts can share advice and stories in short audio clips; think a micropodcasting Quora. The startup is focusing specifically on business advice early on and has over 10 hours of content from speakers at companies like YC and Google.

Concord Materials: Helps construction companies check invoices for accuracy and detect unauthorized charges. Founder Anthony Valente says they’ve got contracts in place to verify over $20 million of GMV.

Baubap: Baubap is a microfinancing platform for the traditionally underbanked in Mexico. The already-profitable mobile-lending app doles out capital to its users with a 90% return rate. Baubap’s mission isn’t small: It wants to become the largest lender in Latin America.

Image Credits: SnapCalorie

SnapCalorie: Nobody likes counting calories, because (A) calories are great and (B) it’s a pain. But SnapCalorie could at least address B by providing a calorie estimate of a meal from a single image that they claim is more accurate than a nutritionist’s. The founder also co-founded Google Lens and the Cloud Vision API so he knows of what he speaks. Don’t make it too convenient though buddy, because then I would have to use it.

Bree: Zero interest cash advances (up to $100) in Canada; instead of fees, Bree allows users to tip the service when it’s been helpful. Co-founder Alexander Li says the company did $14,000 in advances and saw $1,800 of revenue in July.

Zuma: Zuma is building out an “AI leasing agent” that helps make the most of web interest by responding and following up on every lead. In eight months, the team has grown to $388,000 ARR.

Medium Biosciences: Uses machine learning to find new/novel enzymes for biotech companies. The company says by cutting out much of the trial-and-error, it cuts a 10-week process down to two weeks.

Hyperseed: Already backed by Silicon Valley investors, Hyperseed makes it easier for finance professionals to create custom pricing and billing applications. The full-stack development environment helps finance teams add their thoughts into tech stacks, doing what the no-code team thinks Excel can’t.

Glitzi: An alternative to actually going to a salon or spa to get beauty or grooming services, Glitzi is an on-call service that connects beauty professionals directly to clients. The clients get the convenience of home care and the pros make more for the personalized service and no fees or rent for spa space. Everyone wins, and of course everyone is beautiful … that means you!

StandardCode: An API meant to help gaming/social companies deal with COPPA/GDPR compliance, automating the ID/parental approval/age verification process. Charges $0.50 per verification.

Payhippo: Payhippo is building a loan platform for small businesses in Nigeria, hoping to help bring access to working capital that can make a difference. They say that many of these businesses they lend to aren’t able to get loans from the bank due to high collateral requirements and the scarcity of credit scores in the region.

Image Credits: MayaEats

MayaEats: Pitching itself as “Uber for kitchens,” MayaEats works with “underutilized” kitchens to analyze their region/potential audience and build a virtual brand to sell on platforms like DoorDash and Uber Eats. Vijayaraj Gopinath says they’ve already processed over 57,000 orders, accounting for $2 million in GMV and a monthly recurring revenue of $30,000.

Contalink: Startups love to build SaaS for sales teams, but Contalink is refreshingly looking at another team for its software-based tool: the accounting department. The platform helps accountants move off of desktop software into the electronic cloud, a shift the team claims will make bookkeeping a much faster task. Starting with a focus on Mexico SMBs, Contalink has landed 2,700 paying users with $50,000 in monthly recurring revenue.

Numary: Moving large amounts of money around within or between organizations is something that needs to be done constantly and flawlessly. Numary wants to be the next standard financial ledger for money movements, starting with an open source base and taking aim at developers — the power behind the power.

Stepful : Helps those without college degrees train for and find entry-level healthcare jobs. Charging $3,000 per student, co-founder Carl Madi says the company has graduated 36 students to date.

Vinco: Vinco is a corporate benefits startup aiming to connect employees at Latin American companies with online education opportunities. The startup’s service is live at more than 30 companies, promising a way to improve employee retention and satisfaction.

Invezo: An investing research/analysis tool for stocks and crypto assets, tying social media data (read: hype!) and financial data together. Lets you, for example, track mentions of a cryptocurrency over Reddit/Twitter/Google/etc. Co-founder Emmett Miller says they’ve doubled weekly active users to over 5,000 in the last month.

Chipax: Describing itself as a “Quickbooks for SMBs in LatAm,” Chipax wants to give business owners real-time visibility on receivables and payables. The startup is expanding its revenue opportunities with invoicing and B2B payments. It has landed $1.6 million in annual recurring revenue across over 1,100 customers.

Catena Biosciences: Autoimmune disorders are devastating and difficult to treat. Catena has a new approach born out of work at CRISPR co-inventor Jennifer Doudna’s lab. By attaching custom proteins to red blood cells, they can retrain the immune system to cease its mistaken and destructive response, potentially providing a treatment for Graves’ disease, celiac disorder, multiple sclerosis and more. Big Pharma is already nosing around, as you might expect, and I predict a large valuation quite soon. (But more importantly, treatments for serious disorders.)

Kapacity.io: Connects to existing devices/products (like HVAC) in a building and controls them via API to reduce electricity costs, aiming for a 25% reduction and taking a cut of the savings.

Ancana: Ancana is a marketplace for fractional ownership of fully managed vacation homes, taking the idea of timeshares and Airbnb and creating a platform for shared homes where owners actually own a percentage of their property. Users collaborate with their co-owners to book time through the platform instead of relying on fixed timelines.

Keyri: A passwordless authentication API, a la WhatsApp’s web/desktop login experience. Tap an in-app button or scan an on-screen QR code to start the sign-in process, then use biometrics to prove you’re you — no passwords to type or share. Co-founder Zain Azeem says the company has four LOIs signed and is already working with 57 startups.

Fitia: The app creates personalized nutrition plans, using ingredients in local grocers, for LatAm users who want to lose weight. Users pay $55 per year, and the now-profitable startup attracts $70,000 in monthly revenue. Beyond trying to democratize the nutritionist, Fitia is also growing a database of over 1 million Latin American foods and recipes.

Evidently AI: Machine learning models are used almost universally in tech stacks, but telling when they’re failing and how isn’t as simple and established as something like “500 Error server not found.” Evidently wants to make tracking and debugging ML systems simpler and easier, so that faults can be identified and fixed faster. As authors of dozens of ML models themselves, the team thinks they’ve got the chops to do it. And who will naysay them?

Adaptyv Biosystems: A smaller, faster chip for biotech companies to synthesize and screen proteins. CEO Julian Englert says their chip is 100,000x smaller than existing options, allowing them to screen “millions of drugs instead of thousands.”; from the data they’ll gather, they’ll build “the world’s largest protein database.”

Awesomic: The team at Awesomic is building a design freelancing platform with a big emphasis on getting design jobs done quickly without the stress of hiring a designer.

Luable: Helps users in Latin America find saving accounts with better yields. Acting as a broker, Luable takes a 1.5% commission. The team says it currently has over $450,000 under management, averaging 2x growth month over month.

Render of a Craft aircraft flying over a city.

Image Credits: Craft Aerospace

Craft Aerospace: Craft Aerospace is designing and testing a totally novel new vertical take-off and landing aircraft designed to fly and land in and around cities, making regional travel faster and cheaper. The design of the aircraft is pretty wild, but it actually makes a lot of sense and could help change SF-to-LA into Tenderloin-to-Silverlake (well, maybe not that, but you get the idea). I wrote more about their new approach here.

Snowboard Software: If you know what the “Snowflake data cloud” is, Snowboard might be for you. Snowboard is a data catalog for Snowflake, allowing you to dig through your data on the platform faster, find data issues, etc. You can self-host it, or they’ll host for you; it’s free to start tinkering with, and you start paying after 1,000 indexed columns. The company says it’s currently seeing $15,000 ARR with four companies onboarded.

Jupe: First up, the Jupe founder who presented had an excellent hat. He was also living in a Jupe in a parking lot. Pourquoi? Because Jupe sells glamping-in-a-box. The company has booked some $6.5 million in revenue this year and claims to be profitable. It sells software and hardware and takes a pretty big cut of total spend. Er, is glamping a big industry? I have glamped. It was nice. Perhaps it is growing during the COVID era.

Hera: The team at Hera is building a Calendar app with an emphasis on productivity, with a number of overt and more subtle features aimed at helping people get the most out of their meetings without living in a bloated calendar app.

Astek.: Helps doctors find the right antibiotic faster — an hour, the company says, instead of days — in emergency situations. The company expects to charge $100 per test.

Protego: Founded by ex-Rappi entrepreneurs, Protego helps LatAm companies recover lost revenue. It automates the chargeback process, a process that currently requires quite a bit of manual labor. Since launch, it has attracted $4,300 in monthly recurring revenue and has turned its former employer into a pilot customer.

V-Flow Medical: Millions of Americans suffer from compressed pelvic veins, a dangerous condition usually treated with stents — which have a 20% failure rate. V-Flow has designed a device to treat the huge number of people who need an alternative treatment. With a track record of medical device approvals and exits behind them, the team says they have this whole thing mapped out and hopefully ready to keep hundreds of thousands of people healthy.

bloop: An extension for your code editor that surfaces code examples from each library’s official documentation. Works with VS Code, with support for other IDEs on the way.

Instacrops: An agtech startup focused on helping farmers in Latin America maximize their crop yields using technology like IoT sensors and drones while integrating data sources to help farmers make the best decisions with the best information available.

Bite Ninja: Bite Ninja wants drive-thru restaurants to use its freelancers (ninjas) to help others order and receive food (bites), allowing people to take drive-thru orders from home. One of the co-founders ran a BBQ restaurant chain called Baby Jacks, where he built out the initial concept. The team says it’s currently running pilots with five chains and would make $150,000 per restaurant location.

Pylon: One way to stand out in Y Combinator is to be a fully bootstrapped company making nearly double-digit revenue. That’s what Pylon, a platform to help water and electricity companies manage infrastructure, did in its pitch today. The profitable company improves its clients operations by detecting and reducing leakages, consumption theft and uncollected bills.

ClearMix: Organizing an in-person video team at a global company can be tough at the best of times, let alone during a pandemic. ClearMix is a fully remote video production suite that lets video teams record and produce videos quickly and professionally, but entirely online. No doubt it’s going up against some heavy hitters in the Adobe vein, but the need is clear.

Sequin : A fintech play, Sequin wants to give women debit cards to help them build credit — the card features what the company called “live credit reporting” — so that more women can access debt products. The company plans to eventually build a credit card product as well. Per Sequin, it expects to generate around $60 per user per year thanks to interchange incomes.

Teamspace: A remote collaboration platform built by a Facebook product designer who worked on the company’s Workplace product. The startup hopes to reduce team misalignment by giving them a “shared canvas” where they can tackle problems together.

Repool : Pitched as “AngelList for hedge funds,” Repool wants to let more people build hedge funds. “Focus on trading, we’ll take care of the rest,” they say. Co-founder Kevin Fu says the company has two funds onboarded after launching two weeks ago, already accounting for $36,000 in ARR.

SigmaOS: A browser designed for work. SigmaOS wants to be the main tool startups use to access the web, with an interface meant to promote multitasking and collaboration. Flagship features include split-screen capabilities, browser-based collaboration pages and focus mode. The productivity software startup charges $10 a month — and claims it’s gaining one customer every two minutes.

Whalesync: No-code tools are definitely popular (there have been plenty in the last two days) but they don’t solve every problem. And it turns out they create at least one new one — keeping data in sync between no-code tools can be tough and your devs end up having to code a data pipeline anyway. Whalesync connects no-code tools with each other, staving off the “real” coding for another step or two.

Yummy: Co-founded by a Postmates alum, Yummy is building a super app for Venezuela that it intends to expand to Peru and Chile. The company’s application includes food, CPG and entertainment products and claims to have expanded to ride-hailing as well. Yummy says that it is doing $1.6 million in monthly GMV, a figure that is growing by 35% each month. If that growth keeps up, expect to hear more about the company.

Level: A fintech financing platform that buys loans from fintech startups helping them gain access to capital to scale faster. The company analyzes the fintech company’s performance and loan portfolio to source low-risk loans it can purchase at a discounted rate.

Inflow: A self-help app for helping people manage ADHD. The company is promising symptom improvement on par with in-person treatment while making it “100x more affordable and accessible.” Co-founder Levi Epstein says Inflow has 2,700+ paying members and is currently seeing $33,000 in monthly recurring revenue.

Keeper: Bookkeepers often stick to spreadsheets and email, so Keeper has built a software solution with them in mind. The startup gives bookkeepers a suite of tools to communicate with clients and deliver reports. Focusing on the quiet but complicated has helped Keeper hit $6,400 in monthly recurring revenue.

Jingu Health: Millions of women suffer from vaginal infections with no effective treatment, but Jingu Health is coming to the rescue with a powerful tool. They target the underlying cause of these infections by analyzing the microbiome with computational biology tools and reprogramming it (think “more of this, less of this,” not bioengineered microorganisms). They claim to have the first pill-based treatment. It’s even FDA approved even though it doesn’t need to be … just in case.

Echoes HQ: This one could prove controversial. Echoes wants to measure engineering output and align time spent to different corporate OKRs. If TechCrunch rolled this out to measure writer output, there would be pitchforks in the streets.* Precisely how much engineers want to have their work monitored so that a manager elsewhere can chide them for whatever they deem to be “less than productive” is not clear. However, given how tight the market is for technical talent, if this introduces any sort of material friction, it would drive regretted employee churn, as they say.

*And by streets we mean various Slack channels.

Image Credits: Litnerd

Litnerd : Litnerd wants to help make kids better readers by keeping them more engaged in reading. They livestream actors into the classroom on a weekly basis to act out and advance stories the kids have spent the last few days reading, provide lesson plans for teachers and more. We wrote about Litnerd here!

DocVita: Telehealth has exploded during the pandemic. DocVita is looking to scale telehealth in India further with a platform that connects consumers with generalists and specialists across a wide network. The founders have experience in the healthcare software industry and have scaled the company to $12,000 in monthly GMV after just a few months on the market.

Waterplan: Tech and water may not usually mix well, unless you’re Waterplan. The startup helps industrial facilities mitigate water risk, a growing threat due to climate change and deterioration. It has $345,000 in annual recurring revenue thanks to 12 pilot customers.

Moxion Power: I (Alex) half expect this company to announce a SPAC-led deal to go public in the next month. It’s building large, mobile batteries that construction sites and other commercial operations can use to provide power in locations where they today use generators. Lower emissions is a win. The company expects to get its first production facility online in Q1 2022. Given the huge interest in EV tech more generally today, we like Moxion’s chances of raising the capital it needs to give its business a shot.

Lightly: A machine learning startup that helps ML teams prioritize the data most in need of labeling, pointing them to the data subsets that will have the biggest impact on their overall model accuracy.

Beeper: You probably use like a half dozen chat apps. Beeper merges them all together  — even iMessage, through some hackery involving forwarding messages from a Mac or jailbroken iPhone — and adds things like unified search. Co-founders Eric Migicovsky and Brad Murray previously worked together at Pebble, the early smartwatch company Eric founded.

Rendalo Maq: A digital broker for construction equipment in LatAm. Clients turn to Rendalo Maq to procure and handle fleet management for construction companies in the region. While the startup’s software is focused on used equipment and rentals, it’s also a marketplace and operating system.

Basis: Look, if you’re in business automation like me, you understand that a dynamic end-to-end data pipeline is worth its weight in bitcoin. Was that convincing? Okay, I’m not in business automation but I can guess that with the amounts of data coming in and the number of places it needs to go, you want a big-time solution, and that’s what Basis wants to be. “Yes code” instead of no code, giving superpowers to your dev team so they don’t have to hire a specialist in data handling just to make things work.

Levro: Something that I’ve noticed among lots of smaller companies is building in many countries at once. That means that business itself is increasingly global. Which is great for remote workers, but a bit wonky when it comes to payments and banking. Levro appears to be prepping to help smooth the currency situation by offering a multicurrency banking service. The company dangled a hook during its pitch, offering free payments up to a transaction cap for folks tuned into Demo Day. Let’s see if that helps it drive early sign-ups. Its website currently only lets folks sign up for updates, so it may be some time until we fully grok Levro’s early traction.

Zazos: A no-code tool for HR teams that helps them build the exact functionality they need and leave out what they don’t while allowing customizations across interfaces, permissioning and data integrations.

Filadd: Helps students in Latin America pass their college entrance exams, then provides them with 24/7 access to tutors until they graduate. Co-founder Joaquin Olmedo says the company is currently seeing $800,000 in annual revenue.

testRigor: A better way to test for quality assurance. TestRigor has created technology that allows companies to run tests that better emulate the way end users engage with their applications. The software claims to be faster, non-engineer friendly, and thus more scalable for its clients. Netflix is one of the customers fueling testRigor’s $700,000 annual recurring revenue.

Heimdal: Heimdal pulls valuable minerals out of seawater while simultaneously sequestering carbon dioxide, producing carbon-negative materials for the concrete and glass industries. Cement manufacturing is notoriously a huge polluter, so with regulations coming in, they and everyone else are jonesing for green processes and raw materials. I wrote this up in more detail here!

Unbox: QA doesn’t get enough love in the ML world, but it matters. ML models can be biased as heck, or simply broken. Unbox wants to help ML team members, both technical and not, to find issues in ML models and create tests to check to make sure that fixes work. The team hails from Apple. Unbox did not share growth metrics.

Fizz: Fizz is building a debit card that helps college students in the U.S. start building out their credit without having to learn lessons about overzealous credit use the hard way. Building good credit early is critical but can be tough for college students operating on tight budgets, Fizz is building a platform designed for college students specifically.

Mentorcam: A marketplace connecting people with those they admire for advice — sorta like Cameo for 1:1 advice. Charging $20-$300 per video, they saw $7,000 in gross sales in August. Notably, the company says, nearly half of its users are repeat customers.

Telmai: Data quality can make or break a startup, so Telmai wants to be the reliable sidekick that sniffs out inaccuracies or anomalies before you do. The data observability platform uses a no-code onboarding process and claims it can begin working for clients within minutes. Beyond fighting bad data, Telmai offers high-level visualization, and soon, proactive alerts and user inputs for correctness. For data analytics teams, which are constantly deciding whether to escalate a blip, Telmai is meant to take some of the guesswork out of their days and more broadly simplify operations.

Amenli: Amenli is the first licensed online insurance broker in Egypt. Able to sign customers up in a few minutes for low-cost premiums around $200 per year, it’s hard to see how this can be anything but a runaway success assuming they do it right. Go get it, Amenli!

Nash: This is fun. Nash has built software atop mass-market delivery APIs (it listed DoorDash and Uber, among others) to allow other companies to offer same-day delivery. Why is it neat? Because SMBs can’t code, having another company plug them into delivery networks could unlock the delivery market for companies that can’t afford an engineering team. Per Nash, it has a 10% take rate and is doing around $60,000 in GMV.

Byte Kitchen: Byte Kitchen wants to build ghost kitchens that make the best dishes from the best restaurants in the country, licensing brands and recipes and bringing them access to more markets. Its first kitchen is live, and the team says its has “20+ LOIs with popular restaurants.”

Tenyks: Helps AI developers figure out how/why their computer vision systems are doing what they’re doing and build more reliable systems. With both co-founders having Ph.D.s in “Explainable AI,” this one seems like a good fit. Founder Botty Dimanov says they’re currently working with one customer, with four more getting set up now and seven+ on the waitlist.

Maroo: “Save the date” doesn’t exactly scream stable revenue, so Maroo is building a payments service for the wedding industry. The startup is rethinking how the business owners within the wedding industry — from caterers to that charming venue you eye every time you drive past it — receive payments. As for the happy couple, Maroo offers a buy now, pay later service for a more accessible financing option,

Tavus: Here’s one that might make you squint a little. Tavus wants to replace written outreach (think sales emails and such) with computer-generated deepfakes. Yes, you read that correctly. Customize the name, company and other aspects and get hundreds of tailored videos that look just like someone recorded a video message just for the recipient. Is it a good idea? We’ll see … but like it or not it’s here, and it seems to be effective. Let you and I proceed into this strange new world together, my friend.

MarqVision: Monitors the large ecommerce marketplaces and aims to automatically detect/flag counterfeits while providing brands a dashboard for sending take-down requests. Co-founder Mark Lee says that they’ve reached $100k in MRR after launching 9 months ago, citing LVMH (read: Louis Vuitton, Christian Dior, Fendi, Off-White, etc.) as a client.

Enso: The team at Enso is building a data processing tool that helps automate developer processes that require a ton of repetitive manual work. The no-code platform wants to put components built by its community of experts into the hands of data scientists.

Brite: When your employer offers you a zillion different benefits/insurance options, Brite helps you wade through it and figure out what’s right. Co-founder Ben Hale says they’ve already worked with over 400,000 employees (across 250+ employers) and are seeing an MRR of $28,000.

Metlo: The truth wins, and that’s a lesson for life and for startups. Metlo, built by former Facebook and Uber engineers, helps companies store their business metrics (like “daily active users”) in a standardized, transparent way across different tools without a bunch of duplicated work. In seven weeks, the startup landed four design partners.

MergeQueue: When you’ve got 20 engineers all coding separately to build a new feature, it can take as long to integrate and reconcile their work as it does to do it in the first place. MergeQueue automates code submission workflows to avoid build failures that result in costly code reviews and delays. The team encountered this issue at Google (easy to imagine) and hacked together their own solution there — now they’ve built something for everyone else to use.

CostCertified: Bringing price transparency to an opaque market is never too bad an idea. CostCertified wants to make the worlds of construction materials and labor more transparent with a marketplace and “real-time quoting engine” that it has built. Per the startup, it has around $250,000 in ARR from SaaS revenues today and intends to take a 1% cut of GMV in the future.



Source link

Il n’a ne été aussi facile d’envoyer un website commerce électronique de à nous jours, il assez de voir le nombre de websites commerce électronique en France pour s’en rembourser compte. En effet, 204 000 websites actifs en 2016. En 10 ans, le taux le montant le pourcentage de websites a été multiplié par 9. Avec l’évolution des technologies, médias à grand coup d’histoire de succès story, (si dans l’hypothèse ou nous-mêmes vous assure, je me nomme aussi tombé dans le panneau) le e-commerce est longuement été vu comme un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le le jour dans thématiques.