Vous n'avez pas besoin d'aimer ces photos de vacances


Envoyez vos questions sur le bureau, l'argent, les carrières et l'équilibre travail-vie à workfriend@nytimes.com. Incluez votre nom et votre emplacement, ou une demande de rester anonyme. Les lettres peuvent être modifiées.

Je travaille pour une organisation à but non lucratif qui aide à atténuer les conditions de pauvreté. Mon patron et un autre collègue plus expérimenté ont la chance d'être nés riches et n'ont pas besoin de travailler. Au fur et à mesure que le travail à distance s'est développé au cours de la dernière année, leur partage fréquent d'histoires et de photos de vacances luxueuses, de rénovations de plusieurs maisons et de fêtes extravagantes s'est également développé, auxquelles je pense que je suis censé répondre. Comme beaucoup de mes collègues, j'ai du mal à subvenir aux besoins de ma famille et la pandémie a aggravé ces défis. Je ne reproche à personne ses bénédictions, mais je trouve que la poussée de mes collègues à afficher la richesse personnelle manque d'empathie et déconcerte dans le contexte de notre travail. Je ne sais pas s'il existe une manière appropriée d'aborder ce sujet avec mes coéquipiers, ou si je devrais simplement laisser tomber. Que conseillez-vous ?

— Anonyme, New York City

Il est de mauvais goût pour vos collègues seniors d'afficher leur richesse tout en gérant une organisation à but non lucratif qui contribue à atténuer les conditions de pauvreté. Parlez de dissonance cognitive. Et l'obligation implicite de vos réactions positives à leur mode de vie est une frustration supplémentaire. Quant à la façon dont vous devez procéder, cela dépend du tempérament de vos collègues seniors et des conséquences professionnelles de l'expression de vos préoccupations. Seraient-ils ouverts à des commentaires constructifs ? Si c'est le cas, mentionnez avec tact vos préoccupations concernant l'optique de leur partage personnel compte tenu de la mission de l'organisation. Vous pourriez leur rappeler que pour beaucoup trop de gens, la perception est la réalité et qu'en tant que telle, il vaut mieux ne pas saper le travail que vous faites en donnant l'impression que les personnes qui dirigent cette organisation à but non lucratif sont complètement déconnectées des réalités de la pauvreté. Je ne pense pas non plus que vous ayez à répondre à leur surpartage privilégié. Cela ne fait pas partie de votre description de poste. Vous pouvez être collégial sans admirer leur nouveau bateau comme ils le souhaitent.


J'ai commencé un nouveau poste professionnel en finance il y a un mois, et je suppose que la lune de miel est officiellement terminée. Mon manager, la personne qui m'a embauché, s'est montré hostile et impoli avec moi trois fois en une journée. Pour être juste, elle traverse une période difficile d'attrition extrême parmi le personnel et de maladie, entraînant l'absence de la moitié de son service. De plus, elle souffre elle-même d'une blessure au bras.

Je la respecte et l'aime vraiment, quand elle est de bonne humeur. Cependant, elle est très réactive, impulsive et directe. Elle appelle tout le monde dans son personnel en insultant des « surnoms », à la fois en face devant les autres membres de l'équipe, et souvent en chuchotant à leurs collègues (grinçants), dans leur dos. Les insultes sont souvent en réponse à des questions commerciales légitimes ou à des personnes essayant simplement de faire leur travail. Ce nouvel environnement de travail difficile m'a très découragé. Le moral du personnel est très modéré, et personne ne parle de quoi que ce soit à personne.

Nous nous sommes tous réunis récemment pour notre réunion régionale d'entreprise mensuelle et personne n'a présenté trois nouveaux employés aux divers membres des autres départements. C'était comme si les compétences sociales étaient interdites. J'aime l'entreprise et j'apprécie le salaire, les avantages, les opportunités de carrière ici. Je pars du bon pied, en ce qui concerne le travail. Que dois-je faire pour me défendre des mauvaises humeurs et des pratiques non professionnelles de ce manager ?

– Anonyme

Nous vivons tous cela en ce moment d'une manière ou d'une autre. Idéalement, nous devrions être plus patients et attentifs aux autres. Et parfois, le stress prendra le dessus sur nous. Mais votre patron sort de façon chronique ses problèmes personnels dans un cadre professionnel. Ce n'est pas seulement méchant. C'est improductif et inacceptable. Comment se défendre de la volatilité d'un gestionnaire quand on ne peut pas la prévoir ? Et lorsque vous essayez de développer des stratégies défensives pour vous protéger d'un collègue, vous vous positionnez comme le problème alors que vous ne l'êtes pas. Le seul vrai moyen de se protéger est de rester en dehors de l'orbite de ce manager, ce qui ne semble pas possible. La réalité frustrante est qu'il y a peu de recours lorsqu'un gestionnaire se comporte mal. Il y a les ressources humaines, mais ce service est au service de l'organisation plutôt que des employés. Ce ne sont pas toujours des alliés. Il semble que votre manager ait beaucoup de choses à faire et qu'il ne soit pas irrémédiablement mauvais. Existe-t-il un moyen de lui donner un retour direct sur son comportement lorsqu'elle est de mauvaise humeur ? Elle peut ne pas être consciente de l'effet qu'elle a sur le moral de l'équipe ou sur les membres individuels de l'équipe. Lorsque votre manager dit quelque chose d'inacceptable, pouvez-vous le signaler et le repousser ? Pouvez-vous encourager les autres à faire de même ? La confrontation est inconfortable, mais un patron abusif l'est aussi. Je choisirais le premier.



Source link

Il n’a à la saint-glinglin été aussi facile de lancer un web site e-commerce de à nous jours, il assez de voir le taux le montant le pourcentage de websites commerce électronique en France pour s’en rendre compte. En effet, 204 000 plateformes web actifs en 2016. En 10 ans, le taux le montant le pourcentage de plateformes web a été fois 9. Avec l’évolution des technologies, les médias à grand coup d’histoire de succès story, (si si nous-mêmes vous assure, je suis aussi tombé a l’intérieur du panneau) le commerce électronique est longtemps été vu comme un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le journée dans thématiques.