12 émissions et films à regarder sur Netflix avant leur expiration en septembre


Le dramaturge primé aux Tony et scénariste nominé aux Oscars John Logan a créé cette ingénieuse série Showtime, mélangeant un savoureux ragoût de monstres de l'ère victorienne, de mythologie et de fioritures littéraires. Eva Green est une merveille – effrayante, drôle, divertissante – en tant que chasseuse de monstres dont les aventures à la fin du 19e siècle à Londres se croisent avec les mondes de "Dracula", "Frankenstein", "The Picture of Dorian Grey" et "Dr. Jekyll et Mr. Hyde », ainsi que divers flingueurs, loups-garous et aliénistes. Ceux qui connaissent les personnages et les livres qu'ils habitent dévoreront avec impatience les références et les intersections, mais même les débutants peuvent facilement s'accrocher à l'humour noir, aux récits complexes et au gore copieux de la série.

Diffusez-le ici.

Le grand public qui a découvert le charismatique acteur hongkongais Tony Leung Chiu-wai par le biais de "Shang-Chi et la légende des dix anneaux" de Marvel serait sage de faire la queue pour ce drame d'arts martiaux de 2013, l'une des nombreuses collaborations de l'acteur avec l'éblouissant réalisateur Wong Kar-wai. Leung joue le rôle d'Ip Man, maître du style de kung-fu de la Chine méridionale connu sous le nom de Wing Chun, qui a formé un jeune Bruce Lee. Mais le film de Wong est moins un biopic qu'une aventure à la Lee, remplie de séquences de combat et de décors d'action étonnamment photographiés. Netflix diffuse la version américaine du film, qui est plus courte et simplifiée mais moins impressionnante. Pourtant, même sous cette forme tronquée, "The Grandmaster" est une expérience bouleversante.

Diffusez-le ici.

« Descends de mon avion ! » grogna Harrison Ford dans cette extravagance d'action de 1997 qui, en termes simples, est "Die Hard" dans l'avion du président. Ford incarne le président James Marshall, qui est en route de Moscou vers la Maison Blanche lorsqu'un groupe de terroristes détourne Air Force One, prenant en otage sa famille et son personnel. Mais Marshall est un vétéran du combat et décide de soutenir sa rhétorique de « non-négociation avec les terroristes » par des actes. Le réalisateur Wolfgang Petersen sait comment diriger une action claustrophobe (son film révolutionnaire était "Das Boot"), et Ford est un point d'ancrage solide, conservant sa crédibilité même dans les moments les plus stupides du scénario. Gary Oldman, quant à lui, s'éclate, mâchant de nombreux paysages en tant que chef des pirates de l'air.

Diffusez-le ici.

Avec la deuxième saison de ce drame surnaturel migrant de CBS vers Paramount +, il n'est pas trop surprenant que la première année quitte Netflix pour le rejoindre. Katja Herbers, Mike Colter et Aasif Mandvi jouent le rôle de trois « évaluateurs » pour l'Église catholique romaine, presque comme une équipe de Ghostbusters pour les biens, envoyés pour déterminer la validité de telles rencontres. Mais "Evil" n'est pas juste une autre arnaque "Exorcist"; il a un pedigree élégant, provenant des stylos de Robert et Michelle King, l'équipe derrière "The Good Wife" et "The Good Fight". Il est relevé par son dialogue inhabituellement intelligent et ses caractérisations pointues – et alors il livre les marchandises du genre.

Diffusez-le ici.

Il est pardonnable de supposer que ce favori familial de 2008 était la tentative transparente de DreamWorks de recréer le succès de "Shrek": un film d'animation par ordinateur potentiellement lancé par la franchise, riche en références à la culture pop et construit autour de la personnalité d'une superstar de la bande dessinée. Et ces hypothèses ne sont pas tort. Mais « Kung Fu Panda » est agréable malgré sa formule indubitable, notamment à cause du charisme incalculable de sa star, Jack Black ; il est à la fois drôle, câlin, sympathique et inspirant comme un panda enclin aux slapsticks qui doit accomplir son destin de « guerrier dragon ». (La première suite quitte également Netflix le 30 septembre.)

Diffusez-le ici.



Source link

On voit clairement qu’il est plausible de se lancer rapidement dépourvu argent et inconscient technique particulière. Je vous conseille de vous lancer en dropshipping absolument ne pas mettre trop d’argent sur votre site. Il vous faut surtout avoir un budget marketing pour exécuter venir internautes sur votre boutique : c’est le tendon de la guerre. Car comme je l’ai dit, vous pouvez avoir la plus belle boutique. Sans trafic, vous ne ferez des fois de chiffre d’affaires. Une que vous allez avoir testé, votre marché vous allez pouvoir alors chiner un stock.