Que se passe-t-il avec Pinterest, Upwork et Microsoft ?


Dans cet épisode de Secteur d'activité : technologie, l'animateur Dylan Lewis et le contributeur de Motley Fool Brian Feroldi explorent les chiffres derrière Pinterest's (NYSE : PINS) Baisse de 20 % après les gains, comment Upwork (NASDAQ : UPWK) trouve une croissance accélérée, et pourquoi Microsoft (NASDAQ : MSFT) pourrait devenir un jour la plus grande entreprise du monde.

Pour regarder des épisodes complets de tous les podcasts gratuits de The Motley Fool, consultez notre centre de podcast. Pour commencer à investir, consultez notre guide de démarrage rapide pour investir en actions. Une transcription complète suit la vidéo.

Cette vidéo a été enregistrée le 30 juillet 2021.

Dylan Lewis : Nous sommes le vendredi 30 juillet et nous allons vérifier les bénéfices de certaines actions technologiques. Je suis l'hôte Dylan Lewis, et je suis rejoint par Brian Feroldi, le sultan inférieur de Follow.com aux actions SaaS stratosphériques. Brian, comment vas-tu ?

Brian Feroldi : Dylan, bon vendredi à toi. Nous sommes au milieu de la saison des résultats, nous avons donc littéralement eu un milliard de choix ici. Nous avons décidé de partager un peu avec les bonnes personnes pour Argent fou hétéroclite, donc nous ne nous sommes pas chevauchés.

Lewis : C'est exact. Nous essayons de maintenir une belle expérience de contenu cohérent ici à The Fool, vérifié avec Chris Hill. Ils vont faire beaucoup de gros revenus technologiques. Si vous cherchez les pannes sur Facebook, Alphabet, Pomme, Shopify, ils s'occupent de vous. Nous allons parler de quelques noms qui ne font pas leur liste d'épisodes pour MarchéFoolerie et argent fou hétéroclite cette semaine. Dans ce cas, nous allons parler de Pinterest, nous allons parler d'Upwork, nous allons parler de Microsoft. Nous avons glissé un de ces grands noms de la technologie là-dedans, Brian, parce que nous sentions que nous devions le faire un peu.

Feroldi : A tout hasard, vous n'écoutez que l'édition du vendredi de Secteur d'activité : technologie et tu n'écoutes que argent fou hétéroclite, nous vous donnerons un gros stock technologique.

Lewis : Voilà. C'est trop pertinent. C'est trop important dans le grand schéma de l'économie pour que nous ne parlions pas d'au moins un de ces noms. Mais nous allons commencer par parler de Pinterest. C'est un nom que je pense que beaucoup de fous suivent. C'est un qui est dans mon portefeuille et c'est un dans le vôtre. Brian, ça fait partie de mon portefeuille en partie parce que tu as tapé sur la table avec cette entreprise pendant si longtemps. Les gens qui ont écouté plus tôt sont certainement assez satisfaits des résultats. La société a publié des chiffres trimestriels assez solides.

Feroldi : Pourtant, encore une fois, nous avons vu un rapport de bénéfices fantastique en regardant en arrière. Cependant, Pinterest stockait au moment de cet enregistrement, n'ayant pas passé une bonne journée, donc quelque chose s'est clairement mal passé. Mais les gros titres de cette entreprise étaient fantastiques. Le chiffre d'affaires a augmenté de 125 % pour atteindre 613 millions de dollars. Non seulement cela dépassait les prévisions de la direction, mais il dépassait également l'estimation de Wall Street de 562 millions de dollars. Si vous regardez d'où viennent les revenus, les États-Unis continuent d'être le moteur de croissance dominant ou le moteur des revenus totaux. Le chiffre d'affaires aux États-Unis a augmenté de 65 %. Le chiffre d'affaires international, qui est pour moi l'histoire de croissance la plus excitante pour cette entreprise, a augmenté de 170 %. Nous avons vu cette entreprise faire beaucoup d'investissements pour développer ses activités internationales, et ces investissements portent déjà leurs fruits. La croissance du chiffre d'affaires est énorme et, au niveau du résultat, le chiffre du résultat ici est également impressionnant. Le bénéfice ajusté était de 169 millions de dollars, soit 0,25 $ par action. Wall Street ne s'attendait qu'à 0,13 $, donc les gros titres de cette entreprise sont superbes.

Lewis : Oui. Je veux juste cliquer sur une partie de l'aspect des revenus basés sur la géographie que vous avez donné. La dynamique est toujours intéressante avec ces entreprises basées sur la publicité parce que l'Amérique du Nord et les États-Unis frappent toujours un peu plus haut que le reste du monde, simplement parce que les taux de publicité vont être plus élevés sur ces marchés, vous avez donc vraiment besoin d'un plus grande entreprise internationale en termes d'utilisateurs pour qu'elle se transforme en tout ce qui correspond même à ce qui se passe en Amérique du Nord en termes de revenus. Nous le voyons lorsque nous examinons les chiffres ARPU pour cette entreprise. Mais même si les États-Unis seront le moteur et que les taux de publicité seront généralement les meilleurs là-bas, vous voulez toujours voir l'expansion, vous voulez toujours voir la TAM en croissance, car cela crée simplement plus d'opportunités commercialisables pour l'entreprise.

Feroldi : Oui, et pour ceux qui pourraient être confus par ce terme ARPU, c'est le revenu moyen par utilisateur, essentiellement, combien de revenus une entreprise génère-t-elle pour chacun de ses utilisateurs. Si vous regardez la répartition, il y a deux mondes différents en termes d'échelle. Aux États-Unis, l'utilisateur moyen de Pinterest génère plus de 5 $ de revenus pour l'entreprise. Ce chiffre a doublé d'une année à l'autre pour atteindre plus de 5 $. À l'échelle internationale, encore une fois, où ils ne font que monter en puissance, ce chiffre est passé à 0,36 $. Ce chiffre a augmenté de 163%. Cela vous montre simplement qu'un utilisateur aux États-Unis est littéralement 15 fois plus qu'un utilisateur sur les marchés internationaux du point de vue des revenus. Je pense qu'avec le temps, ces deux chiffres convergeront l'un vers l'autre, mais cela vous montre simplement combien de revenus proviennent des États-Unis.

Lewis : C'est incroyable pour moi de voir cette croissance à trois chiffres juste compte tenu à certains égards de la maturité de cette entreprise. Je sais qu'ils sont au début de leurs efforts de monétisation à bien des égards depuis combien de temps l'entreprise existe. Mais pour que l'ARPU augmente et vers la droite et qu'il augmente à trois chiffres, cela signifie généralement que vous voyez plus d'inventaire disponible dans l'expérience utilisateur et que les annonceurs constatent un retour sur investissement très élevé sur leurs dépenses publicitaires et les tarifs que les gens paient pour ces spots publicitaires augmentent avec le temps.

Feroldi : C'est exactement l'histoire que nous voyons. Encore une fois, les gros titres, les chiffres financiers rétrospectifs pour Pinterest étaient excellents, il n'y a pas d'autre mot pour cela. Cependant, la partie dont Wall Street n'est vraiment pas satisfaite est le nombre moyen d'utilisateurs mensuels. À l'échelle mondiale, le nombre moyen d'utilisateurs mensuels de l'entreprise a augmenté de 9 % pour atteindre 454 millions. Cela sonne bien. Cependant, lorsque vous creusez dans les détails, il y a des raisons d'être un peu prudent ici. Aux États-Unis, le nombre d'utilisateurs actifs mensuels a diminué de 5% à 91 millions. Alors qu'à l'échelle internationale, ils ont augmenté de 13%, c'était d'une année sur l'autre. Si vous regardez réellement les chiffres d'un trimestre à l'autre, ils ont diminué dans les deux zones géographiques. Les utilisateurs moyens mensuels internationaux sont passés de 380 millions au dernier trimestre à 363 millions ce trimestre. Aux États-Unis, il était encore plus important, 98 millions le trimestre dernier à 91 millions ce trimestre, ce qui a effrayé certaines personnes à Wall Street.

Lewis : Oui. Ca a du sens. Les utilisateurs sont la pierre angulaire d'une entreprise de médias sociaux. Je sais que vous pouvez débattre si Pinterest est un média social ou s'il s'agit d'une découverte visuelle, s'il s'agit d'un commerce électronique adjacent, mais les personnes sur la plate-forme sont vraiment ce qui va stimuler l'activité. C'est ce qui va générer des unités monétisables en termes de publicités, tout ce genre de choses. Toute interruption de la thèse de la croissance des utilisateurs au fil du temps, cela va faire une pause. Dans le cas de Pinterest aujourd'hui, nous assistons à une baisse de près de 20 % de l'action, c'est donc une réaction très vive. Mais Brian, quand je regarde cela, dans une certaine mesure, je pense que c'est juste nous nous rappelant qu'il y a une saisonnalité avec certaines de ces entreprises et que les gens retournent dans le monde un peu plus qu'ils ne l'ont fait. Je sais qu'il se passe beaucoup de choses avec les différentes variantes en ce moment avec COVID, mais beaucoup d'entreprises qui ont été d'énormes bénéficiaires de COVID voient un peu de blocage comme vous le verriez généralement pendant l'été de n'importe quelle année sauf pour 2020 .

Feroldi : Surtout si l'on considère uniquement la nature de l'activité Pinterest. À votre avis, ce n'est pas un réseau social. C'est à certains égards, mais à bien des égards ce n'est pas d'autres. Pinterest n'est pas un site sur lequel tout le monde se rend tous les jours pour voir des photos de ses amis ou pour voir les tendances. C'est un endroit où vous allez quand vous avez besoin d'inspiration. À cause de cela, je comprends pourquoi les chiffres d'un trimestre à l'autre ne semblent pas si bons. Il y a un an, tout le monde était coincé à la maison. Tout le monde n'avait rien d'autre à faire que de passer du temps dans sa maison et sur sa maison. Cela se traduit naturellement par une forte demande pour Pinterest. Maintenant que rester à la maison s'atténue et que les gens sont dans le monde, je comprends pourquoi le nombre de personnes qui se rendent sur le site Pinterest a diminué. Mais si vous double-cliquez un peu plus sur les chiffres, je pense qu'il y a lieu d'être optimiste. Tout d'abord, la direction a déclaré que les internautes étaient les moins engagés. En fait, les utilisateurs mobiles ou les personnes qui utilisent Pinterest sur leur téléphone mobile, restent très actifs. Les utilisateurs actifs mensuels de leur application mobile ont en fait augmenté de 20 % d'une année sur l'autre. La direction a déclaré que l'ensemble du delta pour le manque d'utilisateurs moyen mensuel était basé sur des navigateurs Web qui ne sont pas aussi fidèles. L'autre chose à noter est que la génération Z, donc son public le plus jeune, continue de croître à un rythme à deux chiffres. Je pense que cela a plus à voir avec le moment de ces chiffres qu'autre chose, mais ne vous y trompez pas. Ce sera l'histoire que les investisseurs devront surveiller pour aller de l'avant.

Lewis : Oui. Je pense que c'est une de ces histoires qui est à la fois quand vous regardez en arrière sur les résultats immédiats, un peu troublant et avec ce que l'entreprise a guidé, également quelque peu troublant. Nous ne voyons pas nécessairement un quart d'entre eux se faire pincer sur ce marché américain, ils montrent, hé, c'est probablement quelque chose que nous allons voir à la fois au cours du trimestre que nous venons de signaler et au trimestre suivant. dans laquelle nous sommes en ce moment.

Feroldi : Pour le trimestre à venir, la direction a déclaré que depuis le début du trimestre et encore une fois, il n'y a que quelques semaines de données ici, mais ils ont dit que ce trimestre à ce jour, donc pour le troisième trimestre, les utilisateurs moyens mensuels aux États-Unis étaient en baisse de 7% par an. sur l'année. Sur les marchés internationaux, qui s'agrandissent à partir d'une base par utilisateur, ils sont en hausse de 5 %. Nous pourrions assister à une plus grande normalisation là-bas. En conséquence, compte tenu de ce qui se passe avec le nombre de membres, la direction prévoit une croissance des revenus de 40 % au cours du prochain trimestre. Gardez à l'esprit que cette entreprise vient d'annoncer une croissance de 125 % de ses revenus. Bien qu'ils soient peut-être conservateurs, je comprends pourquoi vous, si vous étiez dans le stock à court terme, vous ne vous sentez pas bien aujourd'hui.

Lewis : Oui. Je me souviens qu'à un moment donné, je pense que nous avons parlé de Pinterest dans l'émission. J'ai dit, la façon simple et stupide d'expliquer la thèse de cette entreprise est que leur ARPU est d'environ 5 $. Facebook est, je pense que c'est environ huit à dix fois cela. C'est l'opportunité de croissance pour eux. Même s'ils n'ont pas vraiment une augmentation spectaculaire du nombre d'utilisateurs sur la plateforme, s'ils sont capables de conserver la masse critique dont ils disposent et de trouver des moyens de mieux la monétiser. Il y a une croissance incroyable devant eux, Brian. Je ne sais pas si j'ai vu quoi que ce soit qui interrompe cette partie de la thèse.

Feroldi : Oui, je suis là avec toi. En fait, la direction a déclaré que même si le nombre moyen d'utilisateurs mensuels et l'engagement étaient en baisse, ils ont déclaré que les achats sur leur plate-forme continuaient d'être très élevés et bien plus résistants que l'ensemble de l'entreprise. Ils ont également déclaré que le trafic de recherche est en fait plus élevé qu'il ne l'était aux niveaux d'avant la pandémie. La société a également déclaré que le récent partenariat avec Shopify portait ses fruits. Ils y voient des avantages et au cours du prochain trimestre, ils vont déployer ces futurs avec BlueCommerce, qui est un service de type Shopify, pas à peu près la taille et l'échelle, mais un autre. L'entreprise continue d'investir massivement pour faire de Pinterest une plateforme d'achat. En tant qu'investisseurs, c'est quelque chose qui devrait nous enthousiasmer, car cela générera des revenus. À votre avis, le revenu moyen par utilisateur de cette entreprise dans le monde au dernier trimestre était de 1,32 $. Facebook au dernier trimestre, c'était plus de 10 $. Aujourd'hui encore, cette entreprise est encore un neuvième de l'ARPU de Facebook. Y a-t-il de la place entre ces deux nombres ? Je pense que la réponse est oui.

Lewis : Oui. Je pense que même si vous appliquez une forte remise et dites qu'ils obtiennent la moitié de ce que Facebook a, cela signifie toujours qu'ils ont quoi, deux et demi, 3x devant eux. Il y en a une bonne quantité, et je pense que cela vaut la peine de prendre du recul, une des erreurs que j'ai commises, nous en avons parlé Se casser dans l'émission récemment. Nous les avons essentiellement examinés lorsqu'ils ont été rendus publics pour la première fois et avons eu beaucoup de questions, beaucoup de préoccupations, je ne les rejette pas et c'était une entreprise qui rencontrait des problèmes d'utilisateurs à certains moments. Ils ont eu des trimestres moches avec ce qu'ils ont rapporté, trimestre après trimestre et année après année. Cette société n'a été multipliée que par 10 depuis que nous avons signalé certaines de ces préoccupations. Je pense qu'il peut y avoir des écueils en cours de route avec les utilisateurs. C'est juste une question de savoir s'il s'agit de quelques problèmes trimestriels ou voyons-nous des gens quitter la plate-forme ? J'ai tendance à penser que c'est la saisonnalité, étant donné que tout le reste se passe actuellement dans le monde.

Feroldi : Ce sera aussi ma supposition. Mais encore une fois, c'est quelque chose que nous n'allons pas savoir sur la base de ce que nous voyons aujourd'hui. je me souviens de Netflix. Il y a un an, Netflix a enregistré une croissance énorme au fil des ans. Le trimestre le plus récent, leur croissance du nombre total d'abonnés a considérablement diminué. Il s'agit essentiellement de tirer vers l'avant la demande qui devrait se produire au cours de ce trimestre. Je pense que nous assistons à une dynamique similaire avec Pinterest, mais encore une fois, c'est quelque chose que nous ne saurons pas tant que nous n'aurons pas vu quelques trimestres de revenus supplémentaires.

Lewis : Je pense que c'est 100%. En tant que personne assise sur des actions Pinterest et que certaines de mes positions sont en baisse depuis que je les ai achetées, je suis assise dans le rouge, je regarde cela et je dis que c'est la raison d'acheter des actions au fil du temps. Oui. (rires) On en parle aujourd'hui. Des règles stupides m'empêcheront de faire quoi que ce soit. Mais je pense que je vais probablement ajouter à la position à un moment donné dans les deux prochaines semaines. Sachant simplement que la thèse de l'ARPU est toujours là. Les gens aiment cette plate-forme. Il n'y a rien qui interrompe cette partie. Nous voyons juste une certaine incohérence dans l'entreprise en raison de ce qui se passe avec la pandémie et de certains des efforts de réouverture.

Feroldi : Je pense que c'est juste. Une chose que la direction a soulignée lors de l'appel sur les bénéfices est qu'elle expérimente cette chose appelée Idea Pins, qui sont des vidéos courtes qui, selon elles, sont très populaires auprès de leurs utilisateurs. Ils croient qu'en investissant dans cela et en les déployant, cela ne conduira pas à une croissance immédiate des revenus, mais cela devrait contribuer à accroître l'engagement. Si vous pensez que cette équipe de direction sait ce qu'elle fait, vous devez être sûr qu'elle finira par récupérer le numéro MAU, dans la bonne direction.

Lewis : C'est exact. La deuxième entreprise dont nous parlons a également rencontré des problèmes de saisonnalité, mais peut-être pas aussi prononcés que Pinterest et c'est Upwork. Pour les gens qui ne sont pas familiers, le Pepsi à Cinquièmes Coca ou peut-être, selon votre point de vue, le Coca au Pepsi de Fiverr. Cela dépend de l'appréciation du cours de l'action ou des revenus, je suppose. Mais il s'agit d'une plate-forme de pigiste très utilisée sur le marché des entreprises. En particulier, le ticker y est UPWK. Beaucoup de gens connaissent celui-ci, nous l'utilisons ici à l'abondance Fool. Pas de surprise, Brian, c'est l'une de ces entreprises qui a incroyablement bien réussi pendant la pandémie. J'ai eu une balle dans le bras à cause de la pandémie, puis je suis passé au numérique. De nombreuses entreprises doivent soutenir leurs efforts sur le Web, avoir besoin de copie pour leurs sites Web, avoir besoin d'aide pour le référencement, obtenir de l'aide sur les réseaux sociaux. C'est là qu'ils sont capables de se brancher assez bien. Ce que nous avons vu pour le trimestre le plus récent, des chiffres impressionnants. Le volume brut des services a augmenté de 50 % d'une année sur l'autre pour atteindre 876 millions de dollars. Les revenus ont augmenté légèrement moins que ces 42 % d'une année sur l'autre. Un rappel que le chiffre d'affaires a augmenté de 24% d'une année sur l'autre pour l'exercice 2020. Nous constatons une accélération avec cette activité, ce qui est encourageant, Brian, car j'ai déjà mentionné cette dynamique Fiverr et je pense que l'une des choses sur laquelle nous nous sommes longtemps interrogés Upwork est : "Vous êtes la plus grande entreprise, vous êtes dans cet espace, et il semble que vous ayez pris pied sur le marché des entreprises. Pourquoi cette autre entreprise mange-t-elle votre déjeuner lorsqu'il s'agit de croissance ?"

Feroldi : Oui, c'était notre grand point d'interrogation depuis le début. Nous pouvions résumer la réponse, mais nous ne le savions pas parce que Fiverr est devenu public après Upwork. Je me souviens quand vous et moi avons fait la répartition S-1 sur Upwork, nous nous sommes dit tous les deux : "Il y a beaucoup à aimer dans cette entreprise et l'homme est-il sur le thème de l'orientation du monde, alors pourquoi ne se développe-t-il pas plus rapidement ?" Ils ont eu un changement de direction au cours des 18 derniers mois, et il est possible que ce soit le problème. Mais quand je vois une croissance de 50 % du volume de service brut, une croissance de 42 % des revenus et une accélération là-bas, cela me dit que cette croissance est de nouveau sur les rails.

Lewis : Je pense que c'est vrai, et vous pouvez trouver la dynamique concurrentielle juste en regardant le compte de résultat, ça rebondit sur la page. L'entreprise perd toujours de l'argent et accuse un retard d'environ 16,5 millions de dollars pour le trimestre. La raison de cela, Brian, était en grande partie les dépenses SG&A. Il a augmenté de 52 % en glissement annuel. Il a augmenté plus rapidement que la croissance du chiffre d'affaires et a grimpé à 63% du chiffre d'affaires, ce qui est le montant le plus élevé que j'ai vu depuis que j'ai suivi cette entreprise. Je pense qu'une grande partie de cela est qu'ils sont dans la zone vierge. Ils essaient d'acquérir autant de clients et de mettre en ligne autant d'entreprises que possible. Parce que je pense que la concurrence est en grande partie chauffée par Fiverr.

Feroldi : C'est quelque chose qu'ils doivent vraiment faire. Parce que Fiverr grandissait tellement plus vite qu'eux et grignotait vraiment au bas de l'échelle. Nous avons vu Fiverr commencer à monter en gamme et devenir encore plus un concurrent direct. Ce n'est pas génial quand vous devez voir une entreprise dépenser comme un fou pour maintenir ce qui devrait être une position de leader, mais je pense que c'est la bonne décision.

Lewis : Je pense que ça l'est aussi. Je veux dire, si vous pensez à l'économie des petits boulots, aux indépendants, aux réseaux distribués d'employés et aux contributeurs, nous sommes probablement dans l'une de ces histoires. Nous sommes très précoces et donc attirer des gens sur la plate-forme va être énorme. Ils ont ajouté des offres qui, je pense, les aident à mieux rivaliser dans cet espace. L'un d'eux étant ce produit de catalogue de projet. C'est quelque chose qu'ils ont lancé fin 2020. Fondamentalement, cela permet de proposer des projets prédéfinis de la même manière que vous achèteriez presque quelque chose sur un site Web de commerce électronique. Les projets sont définis à l'avance, il est disponible à l'achat instantané. Ce que je pense est utile à ce sujet, c'est que cela élimine les frictions pour les acheteurs potentiels et fournit un menu pour les personnes qui opèrent dans différents espaces quant à ce dont ils pourraient avoir besoin. Ils n'ont pas à inventer le projet pour que quelqu'un le remplisse, il est là pour eux. Je pense que c'est une offre très intéressante si vous êtes dans l'espace indépendant et que vous travaillez avec de nombreux entrepreneurs qui savent qu'ils doivent faire X, Brian, mais n'ont peut-être même pas le langage pour savoir précisément ce que cela signifie .

Feroldi : Je pense que c'est une bonne décision car lorsqu'il s'agit d'utiliser des sites Web comme celui-ci, il est facile de se laisser submerger. Même si vous êtes une entreprise, les entreprises aiment que les choses soient faciles, elles ne veulent pas avoir à réinventer la roue. Plus cet Upwork peut faire pour rendre sa plate-forme simple à utiliser pour les entreprises et pour les indépendants eux-mêmes, mieux ce sera pour l'engagement.

Lewis : Oui, vous voulez supprimer le nombre de décisions que les gens doivent prendre et leur permettre d'utiliser la plate-forme aussi simplement que possible. Il semble que le catalogue de projets aide les gens à le faire. C'est vraiment juste essayer de réduire les décisions et cela crée une autre façon pour les gens de s'engager avec Upwork. Au cours du trimestre le plus récent, ce produit spécifique était responsable de 10 % des nouveaux clients qu'ils ont attirés. Ils considèrent cela comme quelque chose qui peut les aider à attirer de nouveaux clients, mais aussi à créer des opportunités de vente croisée sur la plate-forme, ce que je trouve convaincant. Vous regroupez ces éléments et je pense que lorsque vous identifiez un cas d'utilisation spécifique pour un client, d'autres apparaîtront. Nous voyons des choses assez fortes du côté des clients pour cette entreprise, les clients principaux en hausse de plus de 20 %. D'une année sur l'autre, il s'agit de certains de leurs plus gros clients et les dépenses des clients au sein de ces gros clients ont augmenté de 114 %. Les trimestres précédents ont été de 106 %, 102 % et 100 %. Ce chiffre va dans la bonne direction et je pense que nous sommes heureux de le voir, mais je pense que ce qui est intéressant, c'est que nous n'allons pas voir ces mesures à l'avenir. Je ne sais jamais trop quoi penser de ce Brian, lorsqu'une entreprise a un chiffre qui semble s'améliorer et qu'elle arrête de le signaler.

Feroldi : Lorsqu'une équipe de direction signale une métrique depuis le premier jour et qu'elle dit tout d'un coup que nous n'allons plus la signaler, cela me dit qu'elle pense que cette métrique est sur le point d'aller dans la mauvaise direction. Je déteste quand les entreprises retirent tout d'un coup les informations sur les investisseurs. Ils feraient mieux d'avoir une très, très bonne raison de le faire. Ce geste de leur part m'agace définitivement.

Lewis : Oui, ce n'est pas génial. Nous allons toujours vouloir de plus en plus d'informations. La transparence nous aide à comprendre les choses, sans impliquer quoi que ce soit de malveillant ici. Nous voudrions simplement avoir une vision aussi bonne d'une entreprise que possible. Je mourrai sur la colline qu'Apple devrait nous fournir l'ASP et le nombre d'unités pour leurs ventes d'iPhone. Mais Tim Cook ne semble pas m'écouter. Nous y sommes, Brian. Ils font d'autres choses sur la plate-forme qui sont également intéressantes. Ils ont lancé au deuxième trimestre cette offre de recherche de talents. Aide essentiellement les entreprises à recruter sur le terrain et évite l'agence de recrutement traditionnelle. Ce que je vois ici, ce sont beaucoup d'efforts pour consolider ce qu'ils offrent du côté des entreprises, je pense que cela fait partie de s'isoler d'une partie de la pression concurrentielle de Fiverr. Parce que comme vous l'avez déjà dit, Fiverr monte en gamme, et vous n'aurez probablement qu'une seule solution de freelance dans une entreprise donnée, du moins pour le côté entreprise.

Feroldi : Oui, je pense que c'est juste. Mais à votre avis, je sais que nous l'avons dit à plusieurs reprises, Fiverr et Upwork sont tous deux en concurrence et prennent des parts sur un marché si énorme que ces deux sociétés ont des vents arrières énormes derrière cela. Je ne pense pas que ce sera un seul gagnant pour les gouverner tous. Je pense qu'il n'y a rien de mal si vous aimez les deux entreprises, alors achetez les deux.

Lewis : Oui. J'allais dire si dans ce cas vous vous dites "Oh, je ne sais pas lequel", achetez-les tous les deux et oubliez-le. Je pense que c'est une tactique tout à fait valable. Je ne possède qu'Upwork et je me suis reproché de ne pas avoir acheté Fiverr plus tôt. C'est l'une de ces actions qui est sur ma liste de surveillance et je vais probablement finir par grignoter à un moment donné simplement parce qu'elle a été très performante, et c'est agréable d'avoir deux chevaux dans la course, pour ainsi dire. Si vous recherchez cette entreprise et que quelqu'un est similaire à Pinterest avec l'histoire, mais pas aussi grave, la direction a noté qu'elle constate une certaine saisonnalité estivale dans son entreprise. En règle générale, ils verraient un peu d'activité réduite en été. Une fois qu'ils n'avaient pas vu cela en 2020, ils se heurtent maintenant à ces comparaisons en 2021. Ils visent une croissance de 30% d'une année sur l'autre au troisième trimestre et ils ont augmenté leurs prévisions pour l'année complète à environ 490 à 494 millions de dollars. du chiffre d'affaires, qui représenterait une croissance d'un peu plus de 30 % d'une année sur l'autre, une accélération pour eux. Je pense que beaucoup de choses qui les placent dans cette position vont rester. La question existentielle pour cette entreprise et pour Fiverr, Brian, est de savoir que signifie la réouverture et une réouverture soutenue que nous n'avons pas à retourner dans un abri sur place ou une situation de type quarantaine pour une entreprise comme celle-ci et est-ce que toute l'activité que nous avons vue est avancée en 2020, reste-t-elle?

Feroldi : Personnellement, je suis moi-même un pigiste techniquement, et je ne me vois jamais revenir à l'ancienne façon de faire les choses. Je connais tout un tas de personnes qui ont été obligées de travailler à domicile, et des entreprises comme Fiverr et Upwork leur permettent de continuer à le faire. Bien qu'il puisse y avoir des obstacles à court terme en raison du retour des gens au bureau, je pense que ces deux entreprises ont un bel avenir devant elles.

Lewis : Oui. Je pense que c'est une tendance contre laquelle il serait idiot de parier. Trop de gens en profitent et les avantages sont là à la fois pour le client et pour le fournisseur. Je veux dire, les gens aiment la flexibilité. Les gens ont pu gagner leurs heures et pour les entreprises, il est vraiment utile de pouvoir obtenir des conseils ou un travail réel pour vous sans avoir à embaucher cette personne à temps plein si vous essayez simplement de faire évoluer quelque chose dans votre domaine relativement petites opérations. Je suis à 100% avec toi. Brian, notre dernière compagnie ici. Tout le monde possède ce stock. Je pense que nous pouvons le cadrer de cette façon. J'ai parlé de deux entreprises que les gens n'ont peut-être pas dans leur portefeuille. Si vous possédez un fonds indiciel, vous possédez Microsoft et vous possédez une quantité décente de Microsoft simplement parce que le S&P 500 est un indice pondéré par la capitalisation boursière. C'est une entreprise que nous voulons toujours regarder parce qu'elle a été très performante et qu'elle est l'une des plus importantes de l'économie.

Feroldi : Microsoft a annoncé une croissance de son chiffre d'affaires de 21% à 46,2 milliards de dollars. C'est incroyable pour moi. Cette société est devenue publique dans les années 1980. C'est terminé, je ne sais même pas combien de milliers de pour cent à ce stade et pourtant 40 ans plus tard, ils rapportent une croissance des revenus de plus de 20% au cours du trimestre, incroyable. Ce chiffre n'était pas seulement fantastique en termes absolus, il dépassait de près de 2 milliards de dollars ce que Wall Street s'attendait au cours du trimestre. La marge brute a augmenté de 200 points de base à 70 %. Ajoutez-les à quelques rachats d'actions, et nous avons vu le bénéfice par action augmenter de 49 % à 2,17 $. Cela a battu l'estimation du consensus d'un quart. C'était un nombre très fort du point de vue des gros titres.

Lewis : Ouais, Brian, je ne pense pas que s'il y a jamais eu un moment dans l'histoire, peut-être que je me trompe, peut-être que Bill Mann aurait sauté et serait comme, en fait. Mais je ne pense pas qu'il y ait jamais eu un moment dans l'histoire de l'humanité où des entreprises de cette taille ont connu une croissance aussi rapide.

Feroldi : C'est vraiment incroyable. Les actions FAANG ont été des performances incroyables, et quand vous voyez des résultats comme celui-ci, il est compréhensible que leurs activités soient tout simplement incroyables et qu'elles profitent de toute l'échelle qui accompagne l'informatique moderne. Les gros titres pour Microsoft étaient fantastiques et si vous creusez encore plus dans les résultats, les résultats ne cessent de s'améliorer. L'activité commerciale Cloud a désormais 69 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel. Ce chiffre a augmenté de 34 %. J'adore cette statistique de l'entreprise. Nous avons trois franchises Microsoft au cours des dernières années qui ont toutes dépassé les 10 milliards de dollars de revenus annuels. Jeux, sécurité et LinkedIn. Vous vous souvenez de LinkedIn ? LinkedIn se porte très bien. Leur chiffre d'affaires a augmenté de 46% au cours du dernier trimestre, et je ne pouvais presque pas y croire. LinkedIn compte 774 millions de membres qui l'utilisent, 774 millions. C'est comme le réseau social que nous oublions simplement parce qu'il vit à l'intérieur de cette énorme entreprise, donc ils font du très bon travail avec cette acquisition. 10 milliards de dollars de revenus annuels, c'est incroyable.

Lewis : Je pense que beaucoup de gens se demandaient ce qui allait en résulter parce que quand vous avez quelque chose comme LinkedIn, c'est une marque grand public, quelque chose que beaucoup de gens connaissent. Se faire engloutir par une grande entreprise. C'est merveilleux qu'il soit devenu un bon contributeur de revenus pour Microsoft. Mais si ce n'était pas le cas, Brian, une entreprise de la taille de Microsoft aurait pu annuler cela et cela n'aurait pas été un problème.

Feroldi : Microsoft a l'habitude de faire exactement cela, de prendre des milliards de dollars, d'acquérir quelque chose, puis plus tard de l'annuler complètement. Il est bon de voir que cette acquisition porte ses fruits. Maintenant, si nous approfondissons les segments de reporting de Microsoft, pour rappel, cette société a trois segments de reporting majeurs. Les résultats dans l'ensemble ont été bons, même si certains segments font mieux que d'autres. Avec le segment de la productivité et du traitement des affaires de l'entreprise, le chiffre d'affaires a augmenté de 25 % pour atteindre 14,7 milliards de dollars. Cela inclut des choses comme Microsoft Office, qui a augmenté de 20 %, LinkedIn, qui a augmenté de 46 %, les produits dynamiques, qui ont augmenté de 33 %, et Microsoft Teams, ce qui est encore un autre quoi ? Les équipes de cette société comptent 250 millions d'utilisateurs actifs par mois, dont 80 millions de membres qui utilisent le produit téléphonique de Teams, donc les outils de productivité d'entreprise de Microsoft le tuent.

Lewis : Il n'y a rien à ne pas aimer dans cet aperçu de ce rapport. Non seulement vous avez une entreprise incroyablement bien diversifiée à certains égards, Office, nous le savons, est une si grande partie de l'histoire et Cloud est aussi une énorme partie de l'histoire, et nous y arriverons dans une seconde. Mais tous tirent sur tous les cylindres.

Feroldi : Une croissance à deux chiffres à ce stade du jeu est tout simplement incroyablement impressionnante. Ainsi, l'activité Intelligent Cloud de l'entreprise, ce chiffre d'affaires a augmenté de 30 % pour atteindre 17,4 milliards de dollars. C'est le segment le plus important de l'entreprise à l'heure actuelle, et cela comprend les produits et outils de serveur qui ont augmenté de 34 %. Azure a augmenté de 51%. Encore une fois, le Cloud est le cadeau qui rapporte à Microsoft. Maintenant, si vous regardez l'informatique plus personnelle de l'entreprise, qui comprend des éléments comme Surface, Search et Xbox, les revenus n'y ont augmenté que de 9%, ce qui reste globalement bon. L'une des raisons est que leurs revenus Windows sont toujours en baisse, ce qui est logique puisque de nombreuses personnes se tournent tellement vers le cloud. Mais leurs produits commerciaux Windows et leurs revenus Cloud ont augmenté de 20 %, de sorte que l'activité Windows dans son ensemble continue de croître. Les revenus Xbox, qui peuvent être irréguliers en fonction de la saisonnalité et des choses, ont en fait diminué de 4% et les revenus de Surface ont chuté de 20%. La raison de cela, a déclaré la société, était due à des pénuries d'approvisionnement, de sorte que la pénurie de puces frappe Microsoft dans ces départements. Mais comment est celui-ci ? rechercher des revenus publicitaires sur Microsoft ? Oui, les revenus publicitaires liés aux recherches ont augmenté de 53 %. Dylan, tu te souviens de Bing ? C'est encore une chose.

Lewis : J'attends, Brian, que tu sois du genre « Revenus des restaurants chez Microsoft ». C'est comme s'ils commençaient à jeter les catégories. Ils ont la main dans tout. Nous sommes arrivés à une section où il y a enfin des chiffres qui ne sont peut-être pas aussi encourageants, mais ils sont une si petite partie de l'histoire globale qu'ils n'ont même presque pas d'importance, surtout quand vous avez quelque chose qui ressemble à un nuage segment qui s'est considérablement développé, mais qui ressemble fondamentalement à ce que la prochaine décennie, deux décennies de technologie, ils sont carrément l'un des trois meilleurs acteurs là-bas, et vous savez donc que ce sera le cadeau qui continue de donner.

Feroldi : Given the numbers this company is reporting and given the megatrends that are behind it, if you are a Microsoft shareholder, you should feel nothing but smiles about this report and feel really good if the company is just going forward.

Lewis: Yeah. I think that's a good point, Brian, because it is easy when you see a company hit, in Microsoft's case, it's a $2.14 trillion valuation. When you see Apple hit two trillion a little while ago and you see Microsoft hit that number, it invites the question, "OK, well, how big can this thing really get?" When the growth rates are as strong as they are for a business like that, the answer is going to be bigger, the answer is just going to continue to be bigger because it deserves to be worth more as it posts those overall growth rates. I think if you're a shareholder, props to you, especially if you saw the cloud transformation that the company went through because you've been rewarded handsomely for that foresight, but if you're not directly a shareholder, you're still benefiting as long as you're on the S&P 500.

Feroldi: You sure are. Well, that is a very natural question I'll throw out there. But if I was to bet between Microsoft and Apple, I would have more confidence, possibly, in Microsoft continuing to grow at a double-digit rate than I would in Apple just given the nature of its business. But if you feel otherwise, that might be a fun bet that we could make.

Lewis: That's an interesting bet. To think about that for a second, Brian, Apple needs hardware for its software to flourish. The software and high-margin sales they make are dependent on them selling phones and computers, not the case for Microsoft. I think that gives Microsoft the long-term edge. The mitigating factor's Apple's so good at hardware that it insulates them a little bit. But the Microsoft Cloud segment is something that is hard for Apple to replicate even with services, it just doesn't sniff what the cloud potential could be. I think you're probably right.

Feroldi: OK, so you're not going to take me up on that?

Lewis: I know, but I wanted to reason through it a little bit before I decided yes or no. That's been a thought for a long time, they've jockeyed a little bit for position, Apple's generally been the leader. I would not be shocked if in two or three years, we're talking about Microsoft being the largest company in the world. Amazon might hop in there, too, it's hard to say.

Feroldi: I bet that Microsoft regains its title and currently it's about $300 billion smaller than Apple, but those two numbers bounce around anyway.

Lewis: What's $300 billion between time, Brian?

Feroldi: What's a PayPal valuation between tech titans?

Lewis: Before we wrap up today's show, because we're hitting so much earnings news, we very serendipitously got this question at industryfocus@fools.com from one of our listeners and I want to hit it. From GKM, asking, "Can you discuss the various reasons for a stock sell-off after reporting good earnings? For example, Apple and Starbucks reported good earnings with their stocks trading lower today and a little bit earlier in the week." The day-to-day movements might not be captured there. But Brian, I think this is a great question because we've done shows so many times where we've said, wow, you look backwards and the results are just incredible. Then you see in the case of Pinterest, 20% decline. We talked a little bit in the case of Pinterest about why that might be happening, broaden this conversation out a little bit and talk about some of the different considerations that go into that.

Feroldi: That can be one of most confusing things, and one thing that I've heard Seth Jayson say and I fully agree with it, you could give me the earnings report ahead of time and I'm the only one that has it, I still couldn't predict which way the stock is going to go the next day. There's a bunch of reasons that stocks can report good earnings and the stock can decline. It's also worth asking what is the decline even for me? Sometimes I've seen plenty of cases where stock gets crushed in the after hour trading and market trading, and it actually closes the next day up. It really depends on what timeframe you're talking about. But I would say the No. 1 reason that that happens has to do with what happened with the stock before it reported earnings? If the stock was on an upward trajectory and it was going higher and higher and higher, and then it reported earnings and they were great, but they weren't great enough, sometimes stocks just get hit because their stock had appreciated too much.

The other reason that stocks are hit very hard often is not so much about what did you just do? It's what are you about to do? In other words, Wall Street pays far more attention to what management says about forward guidance than it does to the absolute earnings and behind. As we just said, for Pinterest, 125% revenue growth, they almost doubled the estimate on the bottom line. That's fantastic. But the only thing that Wall Street cared about was monthly active users. They are hyper-focused on monthly active users and what's going to happen next. That's why I think Pinterest is getting smacked around. One of the things to keep in mind's what is happening with the overall market that day? Sometimes, the company can report great results and they just happen to report on a bad day for the market when everything's getting sold off, or maybe their competitor reported earnings the same time and it was slightly better, and they're getting sold off. This's a bazillion reasons why it can happen, but as Foolish investors, you should focus on the business and not so much the stock.

Lewis: Yeah. I think that that breakdown is great, Brian. The quarter that just happened versus the guidance is also helpful because that work reminds us that companies are, in a lot of ways, the reflection of future cash flows brought to present, and we have to remind ourselves of that, and even an amazing quarter is three months of that, and it already happened. When we start getting into what guidance looks like, we start getting into expectations, particularly for richly valued stocks, maybe a little bit less for the likes of Apple and Starbucks, any interruption to that growth story is going to cause an outsized impact in the stock. It's just the nature of it because so much of the valuation for those businesses is what will become not necessarily what they are right now.

Feroldi: I think that that's completely fair and, again, it can be so confusing to say, "This company just did great, shouldn't stock be up today?" But yeah, that could happen all the time. Previously, I was a shareholder of LinkedIn and I vividly remember one time when they reported earnings and that next day the stock fell like 45% or something like that. I mean, it was a stunning decline the next day. Jeff Lerner, the CEO, actually had to have an all-hands meeting with the company to say, this is fine, (laughs) we're still in great shape. If you bought after that marriage decline, you may do it well because Microsoft bought them out at above where the stock had declined. I always try and keep things like that in mind because I've seen fantastic long-term investments like Netflix, like Apple, like Amazon, just get punished brutally the day after they report great earnings. But if you believe in the company and the thesis is in the long term, that's what really matters.

Lewis: Yes, and to your point about the run-up, Brian, if you're using that on a company like Pinterest so down a little over 20% this week, which is tough to stomach if you're a recent shareholder, that's basically back where they were in mid-May. They're basically flat from the bottoms of mid-May, so the company went on a pretty stellar run in a really short period of time and we have to remind ourselves that seeing a stock increase about 40% in two months. It feels great if you're a shareholder, it's not necessarily the way that share price depreciation or company growth always happens. It tends to happen slowly and success doesn't look like a line that's consistently up into the right.

Feroldi: That's right, and one thing that I take part in and as a Pinterest shareholder, Pinterest the business today is worth $37 billion, Facebook the business is over $1 trillion, in other words more than 30 times bigger. Again, is there room between those two numbers for Pinterest to appreciate? I think the answer is yes.

Lewis: I do too, Brian, and that's why it's sitting in my portfolio. I might be adding a little bit more later in August, we'll see.

Feroldi: We will see.

Lewis: Brian, it's always nice to commiserate (laughs) when stocks are down a little bit. But it's fun to go through earnings and like I said, folks, if you're looking for some discussion on big tech head over to the MarketFoolery feed or the Motley Fool Money feed, folks over there have you covered. We all have them this time, Brian, sometimes, we have the earnings but we got a lot of them.

Feroldi: You're welcome, Chris Hill, you're welcome.

Lewis: Brian, thank you so much for joining me on today's show.

Feroldi: Thanks and have a wonderful weekend.

Lewis: You too. Listeners, that's going to do it for this episode of Industry Focus, if you have any questions you want to reach out and say "Hey," shoot us an email at industryfocus@fool.com or tweet us at @MFIndustryFocus. If you want more of our stuff, subscribe on iTunes or wherever you get your podcasts. As always, people on program may own companies discussed on the show, and The Motley Fool may have formal recommendations for or against stocks mentioned, so don't buy or sell anything based solely on what you hear. Thanks to Tim Sparks for all his work behind the glass today and thank you for listening. Until next time, Fool on.

This article represents the opinion of the writer, who may disagree with the “official” recommendation position of a Motley Fool premium advisory service. We’re motley! Questioning an investing thesis — even one of our own — helps us all think critically about investing and make decisions that help us become smarter, happier, and richer.



Source link

Il n’a onques été aussi facile de projeter un site e-commerce de nos jours, il assez de voir le taux le montant le pourcentage de sites e-commerce en France pour s’en remettre compte. En effet, 204 000 plateformes web actifs en 2016. En 10 ans, le taux le montant le pourcentage de sites est fois 9. Avec l’évolution des technologies, média à grand coup d’histoire de succès story, (si si nous-mêmes vous assure, je me nomme aussi tombé a l’intérieur du panneau) le e-commerce est longtemps été vu comme un eldorado. Du coup, une concurrence accrue est vu le journée dans de nombreuses thématiques.