WestRock (WRK) Transcription de l'appel sur les résultats du troisième trimestre 2021


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image : L'imbécile hétéroclite.

WestRock (NYSE : WRK)
Appel des résultats du troisième trimestre 2021
05 août 2021, 8 h 30 HE

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants

Remarques préparées :

Opérateur

Bonne journée. Merci de votre attente et bienvenue dans les résultats du troisième trimestre de l'exercice 2021 de WestRock Company. (Instructions de l'opérateur) Veuillez noter que la conférence d'aujourd'hui est enregistrée. (Instructions de l'opérateur) Je voudrais maintenant céder la conférence à votre orateur aujourd'hui, M.

James Armstrong, vice-président des relations avec les investisseurs. Monsieur, s'il vous plaît allez-y.

James ArmstrongVice-président, Relations avec les investisseurs

Bonjour et merci d'avoir participé à notre appel aux résultats du troisième trimestre fiscal 2021. Nous avons publié notre communiqué de presse ce matin et affiché la présentation de diapositives qui l'accompagne dans la section Relations avec les investisseurs de notre site Web. Ils sont accessibles sur ir.westrock.com ou via un lien sur l'application que vous utilisez pour visionner cette webémission. Avec moi à l'appel d'aujourd'hui se trouvent le directeur général de WestRock, David Sewell; notre directeur financier, Ward Dickson; ainsi que Pat Lindner, président, commercial, innovation et durabilité.

Suite à nos commentaires préparés, nous ouvrirons l'appel pour une session de questions-réponses. Au cours de l'appel d'aujourd'hui, nous ferons des déclarations prospectives concernant nos plans, attentes, estimations et convictions liés à des événements futurs. Ces déclarations peuvent impliquer un certain nombre de risques et d'incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux dont nous avons discuté lors de l'appel. Nous décrivons ces risques et incertitudes dans nos documents déposés auprès de la SEC, y compris notre 10-K pour l'exercice clos le 30 septembre 2020.

Nous ferons également référence à des mesures financières non conformes aux PCGR lors de l'appel. Nous avons fourni un rapprochement de ces mesures non conformes aux PCGR avec les mesures conformes aux PCGR les plus directement comparables dans l'annexe de la présentation de diapositives. Comme mentionné précédemment, la présentation des diapositives est disponible sur notre site Web. Cela dit, je vais maintenant vous céder la parole, David.

David SewellChef de la direction

Merci James et bonjour. J'aimerais commencer aujourd'hui par un résumé des performances de WestRock au troisième trimestre, ainsi que donner une perspective sur nos progrès et le travail en cours depuis que j'ai rejoint l'entreprise. Ensuite, je céderai la parole à Ward, qui fournira des détails supplémentaires sur nos performances financières et nos perspectives pour le reste de l'année. Nous avons réalisé de très bonnes performances au cours de notre troisième trimestre fiscal, la demande d'emballages à base de fibres restant robuste.

Nous avons généré un chiffre d'affaires record de 4,8 milliards de dollars, soit une augmentation de 14 % d'une année sur l'autre. L'EBITDA sectoriel ajusté a augmenté de 15 % à 811 millions de dollars, et le BPA ajusté a augmenté de 32 % à 1 $ par action. Il s'agit d'une excellente performance dans un environnement inflationniste difficile et nous positionne bien pour l'avenir. Nous avons enregistré une forte croissance des ventes dans toutes nos activités, avec des ventes d'emballages en hausse de 15 % au cours du trimestre.

La demande est restée forte sur les marchés clés que nous desservons, notamment le commerce électronique, l'alimentation, les boissons et l'industrie. Les expéditions de boîtes par jour en Amérique du Nord ont augmenté de 9 % d'une année sur l'autre. Nous mettons en œuvre les augmentations de prix précédemment publiées pour nos principales qualités de papier. Ces gains de prix, combinés à la croissance de nos volumes et à l'amélioration de notre mix, ont dépassé l'inflation et ont entraîné une croissance de 15 % de l'EBITDA ajusté d'une année sur l'autre et des marges d'EBITDA ajustées de 16,8 %.

Nous continuons de générer de solides flux de trésorerie disponibles que nous avons utilisés pour renforcer notre bilan tout en investissant dans nos activités et en offrant de la valeur aux actionnaires. Dans l'ensemble, l'effet de levier net à la fin du troisième trimestre est de 2,54 fois, contre 3,13 fois à notre sommet. Le trimestre dernier, j'ai parlé des priorités stratégiques clés de WestRock : tirer parti de la puissance de l'entreprise, être leader en matière de développement durable, accélérer l'innovation et exécuter un programme d'allocation de capital discipliné. Et je voudrais prendre une minute pour passer en revue certains de nos progrès dans chacun de ces domaines et notre chemin à parcourir.

Nous avons évolué rapidement au cours de mes quatre premiers mois de travail. Pendant ce temps, j'ai continué à visiter nos installations et à passer du temps avec nos clients. Ces visites ont renforcé ma conviction dans l'opportunité unique que nous avons de fournir de la valeur grâce à notre large portefeuille de solutions de papier et d'emballage et d'aider nos clients à répondre à leurs besoins les plus exigeants en matière de solutions d'emballage durables. Nous avons lancé un examen détaillé de l'ensemble de l'entreprise, en cherchant comment renforcer davantage notre concentration sur des marchés finaux attrayants où notre portefeuille différencié est récompensé.

Nous n'en sommes qu'aux premiers stades de ce processus, mais le réalignement de nos équipes récemment annoncé est un pas en avant important pour tirer pleinement parti de la puissance de notre entreprise. Nous renforçons notre concentration sur l'excellence commerciale, l'innovation et la durabilité dans l'ensemble de l'entreprise et combinons ces fonctions. Le regroupement de ces activités essentielles permet de se concentrer, de s'intégrer et de s'aligner sur les disciplines qui nous permettront de développer notre entreprise et d'être leader dans la fourniture de solutions durables et innovantes à nos clients. Nous nous concentrons sur la croissance de notre activité d'emballage et sur la maximisation de nos opportunités dans l'ensemble du portefeuille.

Nous avons combiné l'ancien MPS et notre activité d'emballage alimentaire et de boissons en une seule équipe, unifiant ces équipes commerciales et opérations pour mieux servir nos clients et maximiser la productivité de nos opérations mondiales. Nous avons également intégré les équipes de vente de nos activités de cartons grand public et de cartons-caisses et regroupé nos usines de fabrication de cartons-caisses grand public et de cartons-caisses en un seul système. Au cours du troisième trimestre, nous avons poursuivi la mise en œuvre de notre stratégie d'allocation de capital disciplinée et renforcé davantage notre bilan. Au cours des trois derniers trimestres, nous avons réduit la dette nette ajustée de 1 milliard de dollars, augmenté notre dividende de 20 % et complété les investissements dans nos projets d'immobilisations stratégiques.

Alors, qu'est-ce qui attend WestRock ? L'équipe de WestRock se concentre sans relâche sur l'exploitation de la puissance de l'entreprise pour améliorer les marges et les rendements, tout en continuant à fournir d'excellents flux de trésorerie disponibles. Nous investirons dans nos systèmes de transformation pour soutenir la croissance de l'emballage et dans notre système d'usine pour améliorer notre structure de coûts globale. Ces investissements permettront d'améliorer encore nos capacités d'emballage pour servir les marchés où nos clients apprécient notre différenciation. Cela signifie également travailler à réduire notre exposition aux marchés où nous ne voyons pas ce potentiel, tels que les entreprises de carton-caisse d'exportation et les entreprises SBS à faible marge.

Nous restons également disciplinés dans notre allocation de capital. Nous nous efforçons d'assurer la solidité et la flexibilité de notre bilan alors que nous investissons pour faire croître notre entreprise. Nous restons déterminés à maintenir notre profil de crédit de première qualité et à augmenter constamment notre dividende. Nous investirons dans notre avenir par le biais de projets d'investissement et d'opportunités de fusions et acquisitions qui s'alignent clairement avec notre stratégie et offrent des rendements attrayants sur le capital investi.

Et nous procéderons à des rachats d'actions opportunistes pour restituer de la valeur aux actionnaires. Les progrès significatifs que nous avons réalisés dans la réduction de notre ratio de levier nous offrent une option supplémentaire alors que nous examinons nos priorités d'allocation de capital à l'avenir. Nous serons équilibrés dans notre approche, cherchant toujours à maximiser les rendements, tout en maintenant la solidité financière et la flexibilité nécessaires à l'exécution de notre stratégie. Alors que nous nous efforçons d'être à l'avant-garde en matière de développement durable, nous avons annoncé notre engagement à établir un objectif scientifique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Alors que nous travaillons en partenariat avec nos clients pour améliorer leur durabilité, nous nous concentrons également sur l'amélioration de la nôtre. Les emballages durables à base de fibres sont essentiels pour réaliser le plein potentiel de l'économie circulaire, et nous travaillons à accélérer notre pipeline d'innovation pour aider nos clients à répondre à la demande d'emballages durables. Notre nouveau produit EverGrow est un excellent exemple d'exploitation de la puissance de l'entreprise WestRock avec des capacités qu'aucune autre entreprise d'emballage ne peut apporter au client. Ce produit tire parti de notre capacité de conception, de nos emballages de consommation et en carton ondulé et de notre expertise en matière de machines, et crée une alternative recyclable durable à base de fibres aux emballages de produits en plastique.

Il a un grand attrait en rayon, protège les produits et peut être recyclé dans de nouveaux emballages. Vous pouvez utiliser le code QR sur cette page pour voir de plus près ce nouvel emballage passionnant. Et avec cela, je vais maintenant demander à Ward de fournir des détails sur nos performances financières au troisième trimestre. Quartier?

Quartier DicksonDirecteur financier

Merci, David. Nous avons bien performé au troisième trimestre, et nos résultats le reflètent. Comme David l'a mentionné, nous avons généré des revenus de 4,8 milliards de dollars, un BAIIA sectoriel ajusté de 811 millions de dollars et un BPA ajusté de 1 $ par action. Ces résultats ont dépassé la limite supérieure de notre fourchette de prévisions que nous avons définie le trimestre dernier.

La demande a été forte avec des ventes nettes record qui ont augmenté de 14 % par rapport à l'année précédente. Nos revenus ont augmenté dans toutes nos activités et nous continuons de nous concentrer sur l'amélioration de notre mix d'activités. La mise en œuvre des augmentations de prix publiées et l'amélioration du mix d'activités ont entraîné une amélioration des bénéfices de 320 millions de dollars d'une année sur l'autre et ont dépassé l'inflation des coûts de plus de 100 millions de dollars. L'inflation des coûts s'explique par la hausse des coûts du transport, de l'énergie, des produits chimiques et des fibres recyclées.

Les coûts d'exploitation étaient plus élevés d'une année à l'autre en raison de la nature non récurrente de certaines des mesures de coût prises l'année dernière dans le cadre du plan d'action en cas de pandémie. En outre, le troisième trimestre a été notre pic de panne pour maintenance au cours de l'exercice '21. Nous avons généré plus de 550 millions de dollars de flux de trésorerie disponibles ajustés au cours du trimestre et avons utilisé la majorité de ces liquidités pour réduire la dette. Notre effet de levier net approche le haut de notre objectif d'effet de levier de 2,25 à 2,5 fois.

Nos activités d'emballage continuent de croître avec des ventes augmentant de 15 % d'une année sur l'autre. Cette augmentation du chiffre d'affaires est due à la fois à une forte demande et à la mise en œuvre des hausses de prix publiées. Comme vous pouvez le voir sur cette diapositive, nos ventes d'emballages représentaient 71 % de nos ventes totales au troisième trimestre, tandis que les ventes de papier représentaient 29 % des ventes totales. Les volumes d'emballage ont augmenté d'une année sur l'autre, avec une forte demande dans les secteurs de l'alimentation et des boissons, de la vente au détail, du commerce électronique et de la distribution.

La demande sur des marchés tels que les cosmétiques et les spiritueux s'est également améliorée alors que les économies mondiales continuent de se redresser. Les ventes externes de papier ont augmenté de 10 %, les hausses de prix compensant largement la baisse des volumes. Nous nous concentrons sur la croissance de nos activités d'emballage intégré, de carton-caisse domestique et de carton. Nous nous efforçons également de réduire nos volumes sur les marchés des SBS spécialisés à faible marge et des cartons-caisses d'exportation.

À titre de référence, la combinaison des marges d'EBITDA ajustées sur nos marchés de SBS spécialisés à faible marge et de carton-caisse d'exportation est inférieure à 10 % par rapport à la moyenne totale de 16,8 % de WestRock. En gérant activement notre mix, nous améliorerons notre rentabilité à l'avenir. Nous sommes impatients de vous tenir au courant de nos progrès. Nous pensons qu'il est important de discuter également de nos résultats sur une base séquentielle pour mettre en évidence les tendances actuelles.

Nous avons annoncé une amélioration significative des bénéfices avec des revenus en hausse de 8,5% et un EBITDA sectoriel ajusté en hausse de 27% d'un trimestre à l'autre. L'augmentation des prix et l'amélioration du mix nous ont permis de dépasser l'inflation d'environ 100 millions de dollars en séquentiel. Alors que nous avons bénéficié séquentiellement de l'impact des ransomwares et des conditions météorologiques au deuxième trimestre, le troisième trimestre a été notre période d'interruption de maintenance maximale. Les stocks dans nos deux secteurs d'activité sont restés serrés.

Passons aux résultats du segment. Notre segment de l'emballage en carton ondulé a déclaré un chiffre d'affaires de 3,2 milliards de dollars et un BAIIA sectoriel ajusté de 557 millions de dollars. Les marges d'EBITDA ajustées de notre activité de carton ondulé en Amérique du Nord étaient de 19,3 % et nos marges d'EBITDA ajustées au Brésil de 23,2 %. Comme je l'ai déjà mentionné, la demande reste forte sur un large éventail de marchés finaux.

Les expéditions de cartons ondulés ont augmenté de 3 % en séquentiel. L'inflation séquentielle des coûts est due à la hausse des coûts de la fibre recyclée, qui ont augmenté de 22 $ la tonne par rapport au deuxième trimestre, ainsi qu'à l'augmentation des coûts de transport, d'énergie et de produits chimiques. L'emballage en carton ondulé, les prix et le mélange ont dépassé l'inflation de 89 millions de dollars entre le deuxième et le troisième trimestre. Les niveaux de stocks sont restés bas alors que nous sortions de notre pic d'arrêt du broyeur.

Nous n'avons que 11 000 tonnes d'arrêts planifiés pour maintenance au quatrième trimestre. Enfin, l'usine de Florence continue d'augmenter sa production et fonctionne bien, et nous nous attendons à ce que l'usine atteigne son plein niveau de production à la fin du quatrième trimestre fiscal. La demande est très forte sur le marché brésilien et nous nous attendons à ce que les marges s'améliorent au quatrième trimestre fiscal alors que l'usine de Tres Barras continue de monter en puissance. Passons aux emballages de consommation.

Le segment a déclaré des revenus de 1,7 milliard de dollars et un BAIIA sectoriel ajusté de 269 millions de dollars. Les marges d'EBITDA ajustées du segment ont été de 15,5 % au cours du trimestre et ont augmenté de 210 points de base en séquentiel. Le mix des ventes continue de s'améliorer, grâce à une forte demande de ventes d'emballages pour aliments et boissons et de cartons à marge plus élevée. Les ventes d'emballages ont augmenté en Amérique du Nord, en Europe et en Asie et les ventes de carton ont augmenté dans tous les substrats en séquentiel.

Nos arriérés restent très importants et sont actuellement de six à sept semaines dans tous nos grades. Notre système de broyage s'est exceptionnellement bien comporté avec une forte production et des taux d'exploitation élevés. Sur le prix/mix, nous avons vu le bénéfice du flow-through des hausses de prix publiées. Notre composition des ventes s'est améliorée, car nous avons vendu moins de pâte et enregistré des ventes plus élevées de carton-caisse et de CNK grâce à la reconfiguration de notre usine d'Evadale, au Texas.

Au troisième trimestre, nous avons produit 44 000 tonnes de revêtement kraft et 18 000 tonnes de CNK dans cette usine. L'inflation des coûts a augmenté à des niveaux supérieurs à la normale tout au long de l'année. Bon nombre de nos coûts d'intrants ont considérablement augmenté, y compris l'OCC, qui est en hausse – juillet est en hausse de 77 $ la tonne depuis la fin de l'exercice '20. Cependant, nous avons réussi à mettre en œuvre des augmentations de prix publiées précédemment dans l'ensemble de notre système, qui ont compensé cette inflation.

Au troisième trimestre fiscal, l'écart entre les prix et l'inflation est devenu significativement positif. L'augmentation de prix publiée pour les cartons-caisses en avril devrait être entièrement mise en œuvre dans notre système à la fin du mois d'août. Nous mettons également en œuvre des augmentations de prix publiées pour le papier kraft et réalisons des prix plus élevés pour les cartons-caisses destinés à l'exportation. Le transfert des prix à la consommation continuera de s'accélérer au cours de l'exercice 2022.

Nous avons généré plus de 1,1 milliard de dollars de flux de trésorerie disponibles ajustés au cours des trois premiers trimestres de cet exercice. À la suite de l'acquisition de KapStone, notre dette nette ajustée a culminé au deuxième trimestre de l'exercice 2019 à 10,5 milliards de dollars. Nous avons fait des progrès remarquables dans la réduction rapide de cette dette et avons terminé le troisième trimestre avec une dette nette ajustée de 7,9 milliards de dollars. Nous approchons rapidement du haut de notre objectif d'endettement net de deux fois et quart à deux fois et demie.

Nous continuons de réduire la dette et de renforcer notre bilan. Nous avons récemment annoncé le rachat de 400 millions de dollars de nos billets de premier rang venant à échéance en mars 2022. Le rachat aura lieu en septembre au moyen de l'encaisse, ce qui réduira encore davantage notre dette. Passons aux prévisions fiscales du quatrième trimestre.

nous nous attendons à des prix plus élevés, des volumes plus importants, des temps d'arrêt de maintenance planifiés minimes et une productivité améliorée. Cela sera partiellement compensé par des coûts séquentiels plus élevés de fibre recyclée, de fibre vierge et d'énergie. Par conséquent, nous prévoyons que l'EBITDA ajusté du segment se situera entre 870 et 920 millions de dollars et que le bénéfice ajusté par action se situera entre 1,15 et 1,29. Et maintenant, je vais le remettre à David.

David SewellChef de la direction

Nous avons de grandes opportunités de développer notre entreprise et d'améliorer nos marges tout en offrant de la valeur à nos clients, nos coéquipiers et nos actionnaires. Nous progressons rapidement sur nos priorités stratégiques. Premièrement, nous tirons parti de la puissance de l'entreprise. Ce trimestre, nous avons procédé à plusieurs changements de direction commerciale et opérationnelle qui alignent davantage nos équipes sur notre stratégie.

Cette nouvelle structure améliorera l'alignement du marché, permettra une plus grande agilité et offrira des gains d'efficacité. Et nous nous efforçons de déterminer comment nous nous développons plus rapidement sur les marchés à forte valeur ajoutée et de minimiser notre exposition sur les marchés des cartons-caisses d'exportation et des SBS spécialisés à faible marge. Deuxièmement, nous nous efforçons d'être à la pointe de la durabilité et d'accélérer l'innovation. Nous restons enthousiasmés par l'opportunité croissante de nous associer à nos clients pour améliorer la durabilité de leurs emballages.

Comme je l'ai mentionné plus tôt, nous nous sommes engagés à établir un objectif scientifique pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et faisons d'excellents progrès dans la commercialisation de nos solutions de remplacement du plastique. Et enfin, nous serons disciplinés dans l'allocation du capital. Au fur et à mesure que nous atteignons notre objectif d'endettement, nous avons plus d'opportunités d'utiliser nos solides flux de trésorerie pour créer de la valeur pour les actionnaires. L'avenir est prometteur chez WestRock et je tiens à remercier les 50 000 membres de notre équipe pour leur travail incroyable.

C'est une équipe qui s'engage vraiment à résoudre les défis les plus difficiles de nos clients. J'ai confiance en notre capacité à atteindre nos objectifs avec succès. Et comme nous fournissons des solutions différenciées que les clients apprécient, nous continuerons à offrir d'excellentes performances. Avec notre portefeuille complet et différencié, nous disposons de multiples leviers pour créer de la valeur et faire croître les ventes et les bénéfices.

Nous sommes enthousiasmés par les opportunités à venir. Cela conclut mes remarques préparées. James, nous sommes maintenant prêts pour les questions-réponses.

James ArmstrongVice-président, Relations avec les investisseurs

Merci, David. Pour rappel à notre public, pour donner à tout le monde la possibilité de poser une question, veuillez limiter votre question à une question avec un suivi, au besoin. Nous en aurons autant que le temps le permettra. Opérateur, pouvons-nous répondre à notre première question ?

Questions et réponses:

Opérateur

Merci. Votre première question vient de la lignée d'Anthony Pettinari de Citi. Votre ligne est ouverte.

Antoine PettinariCiti — Analyste

Bonjour. David, avez-vous un échéancier pour le moment où l'examen stratégique pourrait être en grande partie terminé ? Et puis, lorsque vous examinez le type de personnes, les processus, la technologie, y a-t-il quelque chose qui vous a marqué au cours de vos premiers mois en tant que force particulière au sein de WestRock ou comme besoin particulier au sein de l'organisation ?

David SewellChef de la direction

Oui, merci Antoine. Deux ou trois choses à votre question. Je pense que nous en sommes aux premiers stades de notre examen de stratégie, et vous verrez des annonces tout au long de l'année et à travers les activités que nous menons au fur et à mesure que nous progressons. Mais nous sommes vraiment impatients de les annoncer.

Mais les changements de structure ont été la première étape pour soutenir notre stratégie. Et je vais vous dire qu'il y aura quelques éléments dans notre approche qui sont vraiment importants. Et je pense que cela va à la deuxième partie de votre question, c'est quelle est la force que j'ai vue au cours des quatre mois que je suis ici. Et la plus grande force que je vois, à part les gens qui ont été formidables, est la valeur de notre portefeuille unique, comment continuons-nous à en tirer parti, à la fois du point de vue de la croissance et du point de vue de l'efficacité, et nous avons une formidable opportunité de le faire .

Nos entreprises clientes qui achètent à la fois du carton ondulé et des consommateurs approchent les 8 milliards de dollars par an, et elles souhaitent s'associer à nous pour des solutions en matière d'innovation et de durabilité, ce qui est une énorme demande de nos clients. Nous voulons donc continuer à pousser cela. Et nous sommes ravis que Pat dirige notre innovation et notre durabilité, et se concentre sur la croissance du marché où nous pouvons être récompensés, tout en continuant à être implacables dans nos efforts de productivité. Donc, je suppose que, pour répondre à votre question, je dirais que le calendrier sera pour le reste de l'année.

Je pense que la structure en était la première pièce. La force est vraiment notre large portefeuille avec nos gens et l'exécution de cela. Et nous juste — l'opportunité que je vois est une intégration et des synergies supplémentaires à partir des acquisitions que nous avons faites. Et je pense que nous avons la possibilité de continuer à réduire les coûts de nos systèmes.

C'est donc là que je le vois jusqu'à présent au cours des quatre premiers mois, et je pense que vous en verrez beaucoup plus ici pendant le reste de l'année.

Antoine PettinariCiti — Analyste

D'accord, c'est très utile. Et puis, juste en consommation, est-il possible de dire quelle est selon vous la demande sous-jacente durable sur ce marché ? Voyez-vous des preuves réelles qu'il a augmenté en raison de la durabilité ou de la substitution du plastique ? Je demande juste parce qu'il y a beaucoup de pièces en mouvement avec la réouverture et le service alimentaire et la comparaison contre COVID, essayant juste de comprendre quelle est la croissance sous-jacente ici.

David SewellChef de la direction

Oui, oui, nous sommes enthousiasmés par notre activité grand public. Comme vous le savez, nous avons consolidé notre ancienne activité MPS avec notre activité grand public, notre activité agroalimentaire. Et c'est vraiment excitant, encore une fois, en raison des gains d'efficacité en aval, mais aussi de la croissance que nous pouvons apporter en les rassemblant. Nous voyons le commerce de détail revenir, évidemment, pas mal.

Et ce qui est également très excitant dans le secteur des consommateurs, c'est notre capacité à améliorer les marges, ce qui est une priorité pour nous. Notre lien avec le secteur des machines permet des solutions vraiment uniques. Nous pensons donc que le consommateur a d'énormes opportunités de croissance future. Nous observons cette croissance aux États-Unis.

et en Europe. Nous voyons donc cela se poursuivre pendant le reste de l'année et jusqu'en 2022.

Antoine PettinariCiti — Analyste

D'accord, c'est très utile. Je vais le retourner. Merci.

Opérateur

Et votre prochaine question vient de la lignée de Phil Ng de Jefferies. Votre ligne est ouverte.

Phil NgJefferies — Analyste

Hé, David, le changement que vous cherchez à accomplir, reporter l'intégration de l'entreprise et extraire plus de synergies est certainement très excitant. Curieux, faudra-t-il un montant notable de capital pour passer à la vitesse supérieure ? Et pensez-vous avoir les bonnes personnes pour exécuter les objectifs que vous essayez de mettre en œuvre à l'avenir ?

David SewellChef de la direction

Oui, Phil, merci pour la question. Les gens ont été formidables. Nous avons les bons leaders qui dirigent nos entreprises maintenant. Je suis donc vraiment excité par notre chemin à suivre.

La pièce sur le capital, nous sommes vraiment concentrés sur nos efforts de productivité et sur l'apport – comme en témoigne le rapprochement des systèmes de l'usine. Et il y aura des dépenses en capital supplémentaires pour extraire d'autres opportunités de réduction des coûts. Nous nous sommes engagés à investir entre 900 et 1 milliard de dollars au cours de l'exercice 22 en dépenses d'investissement. Nous sommes donc à l'aise avec ce nombre.

Et avec ces investissements et nos efforts de productivité, nous sommes vraiment convaincus que nous allons commencer à voir des résultats et à extraire de la valeur de nos opérations.

Phil NgJefferies — Analyste

J'ai compris. Et puis, peut-être une question pour Ward. Certes, c'est un contexte très inflationniste. Je pense que, implicitement dans vos prévisions du quatrième trimestre, le prix-coût est toujours un peu le vent contraire.

Lorsque nous examinons le premier trimestre et en supposant que l'augmentation d'août soit reflétée par les indices du carton-caisse, pensez-vous que vous serez toujours en retard sur la courbe prix/coûts au premier trimestre fiscal ? Et avez-vous suffisamment de productivité pour au moins augmenter votre marge d'une année à l'autre ? Merci.

Quartier DicksonDirecteur financier

Merci, Phil. Alors je vais te défier un peu. Je pense que notre – si vous regardez nos tendances d'inflation des prix, à la fois séquentiellement et d'une année à l'autre, nous conduisons en fait plus de réalisation de prix que nous ne le sommes, c'est une relation positive entre le prix et l'inflation. En ce qui concerne le quatrième trimestre, clairement, le plus gros élément inflationniste que nous ayons est l'augmentation de l'OCC, et c'est vraiment 45 $ à 50 $ la tonne intégré dans nos prévisions.

Mais nous avons également le flux continu et le flux continu sur un trimestre complet des augmentations de prix publiées par PPW dans les cartons-caisses à partir d'avril et l'accélération que nous avons dans la réalisation de la – toutes les augmentations de prix sur le prix publié augmente dans l'ensemble de l'entreprise de consommation. Alors que nous nous dirigeons vers le premier trimestre, qu'est-ce que – je pense que si PPW publie, en fait, nous commencerons à générer des avantages vraiment au premier trimestre assez rapidement. Nous n'obtiendrons pas grand-chose au quatrième trimestre. Ce sera — il augmentera au premier trimestre, puis passera au deuxième trimestre.

Je pense donc que nos prévisions sont en fait — nous augmentons nos bénéfices séquentiellement du T3 au T4. Et une partie de son volume, une partie de cela est le fait que nous sommes — nous sommes sortis de notre panne de maintenance de pointe, mais c'est aussi la relation prix-coût aussi. Nous pensons donc avoir une dynamique de bénéfices à l'approche de l'année prochaine, bien que dans un environnement où nous avons des coûts de transport élevés, des coûts de fibres recyclées et vierges.

Phil NgJefferies — Analyste

J'ai compris. D'accord, c'est très utile. J'apprécie vraiment cela.

Opérateur

(Instructions de l'opérateur) Votre prochaine question vient de la lignée d'Adam Josephson de KeyBanc. Votre ligne est ouverte.

Adam JosephsonKeyBanc Capital Markets — Analyste

David et Ward, bonjour. Merci beaucoup. Juste une dernière question sur les hypothèses intégrées dans les orientations 4Q. Donc pour OCC, il était en hausse de 20 en juillet.

Donc, je suppose que vous pensez que ce sera un autre, appelez-le, du 25 au 30 août, veuillez simplement confirmer ou réfuter cela. Et puis, qu'en est-il de l'assurance – tout produit d'assurance que vous attendez au cours du quatrième trimestre fiscal par rapport à ce qui était dans vos prévisions pour l'année précédente. Et puis, tout impact de la troisième augmentation potentielle des prix dans cette orientation.

Quartier DicksonDirecteur financier

Ouais, alors laissez-moi d'abord prendre le trimestre, et ensuite, je vais donner — je vais passer une minute sur la seconde moitié par rapport aux conseils que nous vous avons donnés en avril. Ainsi, notre coût OCC moyen pour le troisième trimestre était d'environ 105 $ la tonne, ce qui est intégré dans nos prévisions est d'environ 145 $ à 150 $ la tonne pour le quatrième trimestre. Cela implique donc également des augmentations séquentielles d'août à septembre. Mais vous pouvez — j'ai toujours essayé d'être très transparent sur nos hypothèses OCC, et je pense que je l'ai fait ici aussi.

Ce que nous avons avec le prix, la réalisation du prix a été très, très cohérente par rapport à ce que nous avions dans les prévisions d'avril pour le troisième trimestre et pour l'année entière. Vraiment, le moteur du point médian étant inférieur aux prévisions de 3,05 pour l'année complète que nous avons données à la fin de – lors de l'appel d'avril, a simplement été l'environnement d'inflation élevée. Donc, nos hypothèses à l'époque, et je pense que vous pouvez probablement vous reporter à la transcription, c'est que nous pensions sortir du quatrième trimestre avec un OCC d'environ 105 $ la tonne. Donc, ça va être 45 $ à 50 $ de plus que ce que nous avions supposé en avril.

Et puis, nous avons eu des coûts de gaz naturel plus élevés que nous pensions commencer à modérer et ils sont restés élevés. Et puis, la fibre vierge est aussi un peu plus élevée. Mais nous avons été en mesure de nous frayer un chemin à travers cela et nous nous sentons toujours très bien dans l'élan que nous avons dans l'exercice '22, la génération de flux de trésorerie que nous avons. Et Adam, je ne l'ai pas fait — nous avons déposé notre réclamation auprès de nos compagnies d'assurance pour la récupération du ransomware.

Parce que je n'ai intégré aucun recouvrement dans les prévisions du trimestre en cours concernant la partie interruption d'activité de la réclamation, je sais simplement que je suis très confiant que nous allons récupérer notre réclamation. Je n'ai tout simplement pas de clarté sur le timing. Et au fur et à mesure que nous obtiendrons plus de clarté, je le communiquerai.

Adam JosephsonKeyBanc Capital Markets — Analyste

J'apprécie ça, Ward. Et David, un pour vous, juste sur le commentaire sur l'exportation de cartons-caisses. Comment comptez-vous réduire durablement votre exposition à ce marché ? Est-ce par des acquisitions d'indépendants ? Est-ce par d'autres moyens ? Parce que, évidemment, dans les bons moments où la demande intérieure est en plein essor, c'est assez facile à faire. Mais quand les choses vont dans la direction opposée, il est d'autant plus difficile de ne pas être impliqué dans les marchés d'exportation à un certain titre.

Alors je me demande juste comment tu penses à ça.

David SewellChef de la direction

Oui, j'apprécie la question là-dessus, Adam. Un certain nombre de choses. Il existe des marchés intérieurs de cartons-caisses très attrayants dont nous bénéficions et qui présentent de bonnes marges. Nous avons amélioré avec succès notre intégration au cours des dernières années, passant de la moyenne à 60 % à environ 80 %, et nous avons dit que nous voulions être à environ 90 % du point de vue de l'intégration verticale.

Et ce que nous allons faire pour continuer à faire c'est exactement ce que vous avez dit. Nous continuerons d'examiner les acquisitions ciblées d'indépendants qui continueront de se produire à mesure que nous avançons. Et nous avons également un plan d'investissement pluriannuel dans nos systèmes d'exploitation. Nous continuerons donc à investir là-bas pour optimiser la bonne empreinte de fabrication afin de soutenir les marchés sur lesquels nous voulons être et croître.

Et cela fait partie de notre travail stratégique en cours en ce moment, c'est notre désir d'accélérer cela et de faire avancer les choses plus rapidement. Et je pense que vous verrez en conséquence une expansion continue des marges dans ce segment. Et nous pensons que nous avons un excellent chemin pour y arriver.

Adam JosephsonKeyBanc Capital Markets — Analyste

Merci beaucoup, David.

David SewellChef de la direction

Merci.

Opérateur

(Instructions de l'opérateur) Votre prochaine question vient de la lignée de Cleve Rueckert d'UBS. Votre ligne est ouverte.

Cleve RueckertUBS — Analyste

Merci beaucoup, et merci pour toutes les couleurs déjà. Je voulais juste vous demander un suivi sur l'intégration et la nature de vos projets pour le marché du carton-caisse. Je comprends qu'il s'agit d'un axe stratégique et qu'il s'agit depuis quelques années d'améliorer l'intégration. Pouvez-vous nous dire où il était dans le quartier ? Et puis, je suppose, quel est le calendrier de votre plan d'investissement? Avez-vous aujourd'hui une capacité excédentaire dans le secteur des boîtes que certains de ces changements du côté de la force de vente vont aider à améliorer cela ? Ou cela va-t-il vraiment nécessiter des investissements et le type d'acquisitions ciblées dont nous avons discuté ?

David SewellChef de la direction

Nous sommes donc sortis — merci pour cette question, Cleve. Nous avons terminé le troisième trimestre, je crois, à 81 % d'intégration dans le système. Et encore une fois, c'est le progrès continu de l'endroit où nous voulons être. En ce qui concerne le timing, c'est quelque chose que nous examinons en ce moment, et nous le partagerons certainement avec vous dès que nous le ferons vraiment.

Mais vous verrez des progrès continus et vous vous concentrerez sur cela. Et encore une fois, ça va aller exactement — comme vous l'avez dit, ça va aller dans le cadre de nos investissements dans notre système. Cela va se déplacer vers des marchés stratégiques dans lesquels nous voulons être, c'est-à-dire avec notre système d'usine, offrant de la flexibilité là où nous voulons jouer et mettant également l'accent sur les endroits où nous ne voulons pas jouer. Et puis, il y aura des fusions et acquisitions stratégiques qui aideront également à soutenir cela.

Il s'agira donc d'une approche à multiples facettes. Nous voulons accélérer cela parce que c'est une partie importante de la direction que nous voulons prendre en tant qu'entreprise. Je ne suis pas encore prêt à vous donner le calendrier exact, mais nous le partagerons avec vous dès que nous commencerons à établir le plan pour le faire. Et Ward, je vous la céderai juste pour tout autre commentaire.

Quartier DicksonDirecteur financier

Et Cleve, ce que je voudrais noter, c'est que nous avons investi dans notre système de box plant. Si vous regardez au cours des cinq dernières années, nous avons investi près de 750 millions de dollars pour mettre à niveau notre système et nous avons installé plus de 43 EVOL. So we've had a path that we've been on, and we'll continue to do that, and then, we'll supplement it with the potential of tuck-in acquisitions as well for more vertical integration.

Cleve RueckertUBS — Analyst

Yeah, so I mean, I guess, I don't know, it sounds almost like more of a sales focus at this point than an investment focus, but I guess, we'll sort of stay tuned and see how you go.

David SewellChief Executive Officer

Yeah, I would actually say it's both. I would say it's both. I mean, it's also part of just how do we optimize what we have and there will be investments on our infrastructure toward point on what we've done in our facilities. There'll be the M&A piece and there'll be the strategic focus piece.

Cleve RueckertUBS — Analyst

Right, right, yeah, that makes sense. Thanks for that detail. I just wanted one follow-up on OCC and OCC availability. I guess, sort of one of the thematic just some things that we heard throughout the first half was that recycling rates were quite a bit lower in OCC last year with sort of the shift to at-home consumption.

I'm just wondering if you're seeing any increase in OCC availability within your system as a sort of the reopening has played out through the middle part of the year.

David SewellChief Executive Officer

Yeah, that's a really good question because, as you know, we operate our own — we operate 18 plants of our own recycling facilities and many single streams facilities. And it's interesting, our generation over the last year is actually up 3%. And what we've done inside of our system is we've actually made some investments in our single-stream capabilities to ensure that we can capture some of the smaller sort packaging that we see from the e-commerce stream. So generation in our facilities has been up.

But we've made investments to make sure that we can capture the shift. And remember, we also, from a fiber security point of view, we manage more tons than we actually consume. So we have brokerage relationships with other generators of OCC to ensure that we've got fiber security into our system.

Cleve RueckertUBS — Analyst

Got it. Thanks, guys. Good luck this quarter.

David SewellChief Executive Officer

Thanks.

Opérateur

And your next question comes from the line of George Staphos with Bank of America. Your line is open.

George StaphosBank of America Merrill Lynch — Analyst

Hi, everyone. Hope you're doing well. Thanks for taking the questions. So David, I want to ask you a question.

Given your past experience, obviously, you haven't been running WestRock for very long. But what experience do you have in adjusting and consolidating operations and sales forces? There's frequently sensitivities around doing that. What do you think is key about enabling that effectively? And kind of a related point, I did not see the detail, perhaps it's in the deck and I've missed it, on the number of accounts and combined revenue to customers who are buying over $1 million of both consumer and corrugated, so if you can sort of update us on that in your answer, and then, I had a quick question on the quarter itself coming up.

David SewellChief Executive Officer

Sûr. Thanks, George, for the question. From an experience standpoint, going back to my previous life at Sherwin-Williams, being part of an $11 billion acquisition of Valspar, that's exactly what we did. We fully integrated that business.

We segmented where appropriate. We brought teams together where we brought more value from a customer standpoint to bring solutions. And then, on the infrastructure side, we brought operations into — under one leader to really drive those efficiencies. And I'm really proud of the work I was a part of with that team to really drive a lot of value.

So there's a playbook that I use when bringing on acquisitions to ensure that you just don't do a bolt-on, you do it for how do you drive more growth, bring more value to customers, where they get excited about it and then, also drive the synergies on the infrastructure. And I think, that's really important, and it's been a lot of what I've done throughout my career. And I'm excited about the opportunities here. There's just really good opportunities for us to continue to further integrate this business and bring value.

As far as the enterprise piece, we have — we will approach on a yearly basis about $8 billion in sales of customers that buy over $1 million in consumer and over $1 million in corrugated. So there is, obviously, with that data tells us there is value in customers wanting to come to us with solutions for all of our products. And I thought EverGrow, which we highlighted, is a great example of that. When you tie in our machinery business, and even if you look at our Victory Packaging distribution business with e-commerce.

So where we're focused is we know our customers want innovation and sustainability. They're looking for us to help them achieve their sustainability goals. Those enterprise customers are the ones pushing us the hardest. And we can combine our complete solutions, we're seeing a lot of value in that, and we're getting rewarded for that.

And Pat, maybe I'll turn it over to you just to extract a little bit about what we're doing on enterprise and the excitement we have there.

Pat LindnerPresident, Commercial, Innovation and Sustainability

Sûr. Thanks for that, David, and good morning. So as David mentioned, we are making good progress and increasing our sales across the enterprise and up to almost $8 billion from about $5 billion at the time of the merger. So that's a really good progress.

I think, as we go forward, we're going to put even more focus on those top strategic accounts. I was with a very important customer earlier this week, and they were commenting on the importance of WestRock providing unique solutions, particularly to optimize primary, secondary and tertiary packaging, and we're the only ones that can do that. I mean, we have a unique capability to pull all of those together, mix it in with machinery, drive the automation, our digital capability. We don't often talk about the displays business, but that's a really important part of it, too, because every time you have a display in retail, which is gaining some strength now, you have a carton, a folding carton in that.

So there's opportunities for us all the way throughout the value chain to optimize primary, secondary and tertiary packaging. And from a commercial standpoint, sustainability, innovation, we are going to put a lot more focus on those top accounts, and we certainly look forward to sharing many of those examples with you where we've been successful, as we've done in the past, but sharing some more examples in the future.

George StaphosBank of America Merrill Lynch — Analyst

Thanks for that. Just prices are going up, so $8 billion is great relative to the $7.5 billion you're at in the prior quarter. Just can you talk about the number of accounts, you were at 169 last quarter? Have you added accounts here? And then, my follow-up just on the quarter, can you talk about how volumes are shaping up so far early in fiscal 4Q? And what the maintenance step-down adds to your earnings? Thank you. Good luck in the quarter.

Pat LindnerPresident, Commercial, Innovation and Sustainability

Oui. So just on the — from the 169, we're up to 178. So we continue to add customers. So it's a number of customers, as well as the revenue that continues to climb, and that's just really important to us, not only in cross-selling, but leveraging the overall power of the enterprise.

I think, if I understand your second question, it was really around how the quarter — the current quarter is starting off?

George StaphosBank of America Merrill Lynch — Analyst

Yeah, it's more for Ward.

Pat LindnerPresident, Commercial, Innovation and Sustainability

OK, Ward, do you want to handle that one?

Ward DicksonDirecteur financier

So remember, in the earnings — the sequential earnings, I think, we have one more shipping day sequentially, so that's a part of the driver of volumes. There is volume contribution to earnings sequentially. The comparisons — the year-over-year comparisons, obviously, get harder as we go into the end of the calendar year when everything started to reopen and demand started to strengthen across both of our businesses. Your maintenance downtime question, it's down almost 110,000 tons sequentially.

George, I would say that's $15 million to $20 million of earnings contribution sequentially.

George StaphosBank of America Merrill Lynch — Analyst

Thank you very much, Ward. Thank you, guys.

David SewellChief Executive Officer

Thanks, George.

Opérateur

Your next question comes from the line of Mark Weintraub of Seaport Research Partners. Your line is open.

Mark WeintraubSeaport Research Partners — Analyst

Thank you. First one, big picture question. As you're looking at the two businesses, containerboard and consumer packaging, for a long time you've been getting pretty substantially higher margins in the corrugated business than the consumer business, I think it's like 400 basis points right now. When you think about these businesses and their capital intensity and other various ingredients, is there reason for there to be on, an average basis, that sustained spread in the margins in those businesses? Or is that something that you think will equalize more over time?

David SewellChief Executive Officer

Mark, thanks for that question. I want to make sure I understand it. Are you talking about the consumer business margins matching our corrugated business margins?

Mark WeintraubSeaport Research Partners — Analyst

Yeah, comparing those two, the EBITDA margins.

David SewellChief Executive Officer

Oui. So our goal is to continue to drive our packaging margins to a much more attractive level to where we're at. We have further to go in consumer, as you well know. But I'm really pleased with the progress we're making.

I'm not sure we'll get all the way to where we think our corrugated margins can get to, but we want to get very close to that. I think, our EBITDA margins in the quarter have improved sequentially over 200 basis points on consumer, and we expect that to continue. The other thing about that is we are reporting our paperboard sales in there. So if you extract the lower margin external SBS, our margins are even more attractive.

So that's why that focus of reducing our exposure to the external market in SBS, combining our former MPS business with the consumer business, with that opportunity, plus the plastics replacement opportunity, we really believe that it's going to enhance continued acceleration of our margin expansion.

Mark WeintraubSeaport Research Partners — Analyst

Génial. That's helpful. And then, and I apologize if you had some technical difficulties earlier, but I've picked up some indications there's gonna be a little bit more capital to achieve the various goals. Can you give us kind of a general view as to what average capex might be in the next couple of years?

David SewellChief Executive Officer

Well, we've come out with a capex of $900 million to $1 billion for fiscal-year 2022. I would expect us to maintain that range moving forward. We'll look at opportunities with our capital allocation, though. So with the strong cash generation, we're going to look at with the excess cash we have, where do we provide the best return? So if there's great return with further capex to drive out costs, we'll look at that.

We'll continue to look at other opportunities for bolt-on M&As, and we'll look at opportunities and share repurchases. So from a capital allocation standpoint, we wanna be very disciplined in where we go with our capex, with our sustainable and growing dividend. And then, with the excess cash and where we are with our debt levels, we're excited about the opportunities that brings for flexibility.

Mark WeintraubSeaport Research Partners — Analyst

Appreciate it. I'll hand it over. Thank you.

David SewellChief Executive Officer

Thanks, Mark.

Opérateur

(Operator instructions) Your next question comes from the line of Mark Wilde of Seaport. Your line is open.

Mark WildeBMO Capital Markets — Analyst

Good morning, David, different firm, but you get the idea. When you talk about these investments in the mill and converting businesses, is it possible to give us some examples of what you're thinking about in both cases? I mean, there has been a fair amount of money, as Ward mentioned, that's going into the converting business over the last five years. And really, if we go back over the last eight to 10 years, there were a number of mill projects at Hodge, at Hopewell and then, most recently at Florence. So trying to get a sense of what those projects might look going — like going forward, how they might be different.

David SewellChief Executive Officer

Yeah, thanks, Mark. Appreciate the question. I'll start, and then, I'll turn it over to Ward with any additional commentary. As Pat alluded to earlier, we continue to invest in EVOLs at our conversion plants.

We think they really bring a great return for us. We look to do things like Florence. We, obviously, had the investment in Brazil as well. Tres Barras was, I believe, a $345 million investment.

Florence was $400 million investment. So we've made some really large investments in our mill systems and we continue to make investments in our conversion plants. One of the things that we really are looking at to is flexibility in our mill systems. So if you recall at Evadale, we converted SBS to CNK that provided us an ability to get into higher-margin businesses, and again, get into the strategy of exiting lower-margin SBS business.

So with that, there was no capital needed to do that. But as we look at our footprint now that we have one mill system, we're going to continue to look at those flexibility options. Some of them may require capex. But if we can invest in flexibility in what we want to produce depending on demand, which provides the best return for us in those high-margin growth segments, we'll continue to do that.

Ward, I'll certainly turn it over to you as well.

Ward DicksonDirecteur financier

Yeah, I mean, Mark, again, I'll kind of reiterate some of the key themes of the investments that we've made in the container system, the EVOL deployment, the corrugator upgrades. We actually did build on greenfield box plant a couple of years ago in Soland. And then, on the mill side, there's continued opportunities for woodyard upgrades, other debottlenecking projects and numerous projects that are focused on reducing costs.

Mark WildeBMO Capital Markets — Analyst

Yeah, that's helpful. David, for my follow-up, I just wondered you've been in the sales for four or five months now, just any thoughts on potential changes in terms of how you'd like to set up incentive comp structures at WestRock?

David SewellChief Executive Officer

Yeah, Mark, that's a really good question because for me, it's really important to reward our sales team with where we want to grow. So part of that is revamping and reinvigorating our sales incentive plans to reward the behaviors that we want to do. So as we go into fiscal-year '22, that's a high priority for us, and it's something we're working with the teams on right now.

Mark WildeBMO Capital Markets — Analyst

OK, very good. I'll turn it over. Thanks, David.

David SewellChief Executive Officer

Thanks, Mark.

Opérateur

Your next question comes from the line of Mark Connelly of Stephens. Your line is open.

Mark ConnellyStephens Inc. — Analyst

Thank you. David, now that the teams are in place, can you give us a little more insight into the benefits you're expecting to get from combining containerboard and paperboard mill operations? In containerboard, it's been more common to tightly align the mills with the box plants, and that was the strategy of some of the companies that WestRock acquired. Does this new approach put more separation between your board manufacturing and your converting operations?

David SewellChief Executive Officer

Actually, what we hope is to allow — and we will allow our mill systems to be 100% focused on being as efficient as possible and supporting our converting systems the most effective way possible. So with allowing this structure, and again, talking about some of the flexibility, optimizing our supply chain, understanding the — with the strong demand we have, how do we ensure we have the most efficient supply chain as well. This structure allows us to do that. I just really believe in focus and segmentation.

And as the mill systems wake up every day, they're gonna be thinking about safety, quality, cost and service. And that's going to benefit both our customers and our shareholders.

Mark ConnellyStephens Inc. — Analyst

OK. Now second question, following up on Mark Weintraub's question. You have a lot more recycled in your containerboard system than some of your competitors do. Does that significantly reduce your ongoing capex requirements at those mills? And is it a goal to introduce more recycled fiber as you reinvest in that system? I'm really wondering about the systems capital intensity relative to your peers.

Ward DicksonDirecteur financier

Yeah, so Mark, this is Ward. Our fiber mix is approximately 65% virgin, 35% recycled. And you're right, the virgin, I mean, the capex load for a recycled fiber mill is lower than it is for the virgin mills. We've always liked the balance that we have in the system because, ultimately, we have a very broad offering to our customers in terms of lightweight, heavyweight, virgin and recycle liners and mediums, and we think that ultimately positions us to support a wide range of customers.

And so, David, I'll ask you to see a comment about whether you think that mix is appropriate, but it gives — we have balance in the system and we've always felt comfortable with the balance. And again, Mark, I think, another thing to remember is we've got some fiber flexibility across our mills, too, to be able to take advantage of introducing more recycled fiber mix into our virgin system and vice versa as market conditions for those critical input costs change.

David SewellChief Executive Officer

Yeah, Ward, I think, you hit it right on. And I think, there's a theme here of — I think we're in a great position from a flexibility standpoint. And that's the benefit of our broad portfolio is we can pivot and shift to provide the best returns and service to our customers as needed throughout our system. So I think, Ward, you covered that well.

Mark ConnellyStephens Inc. — Analyst

Very helpful. Thank you.

Opérateur

Your next question comes from the line of Gabe Hajde of Well Fargo. Your line is open.

Gabe HajdeWells Fargo Securities — Analyst

David, Ward, good morning. Curious just have you guys put any thought into revisiting your leverage target? I mean, I spent some time kind of beyond the upper bound for a while. Obviously, you guys were doing some acquisition activity, but it just — and I appreciate it, it seems like you guys are committed to an investment-grade rating. But to afford you the flexibility to do things you would like to do seems like a pretty tight window.

I'm just curious if you guys have thought about that.

Ward DicksonDirecteur financier

Well, we talk about it a lot. We talk about it with the board. And investors have — I've had some investors ask us to consider expanding the range and others to talk about tightening the range and lowering it. Frankly, you helped to answer part of the question.

We like the flexibility that this target provides us. We do like the investment-grade credit profile and the discipline that that brings into our organization and capital allocation. And I think, we've talked about in the past and we've had a track record of saying if the right opportunity exists for us to lever up for a short period of time above the target to generate synergies and then, pay down debt to get back within the target, then we're not prohibited from doing that. So I've always felt that this gives us the strong balance sheet that we need to be able to execute our strategy and also to have the flexibility in a business that has some variability in input cost and supply demand conditions from period to period.

David, do you want to add anything to that?

David SewellChief Executive Officer

Well, I would just say, as we talked about our capital allocation approach, where we want to put our cash is where we can get the best return. So part of that, the must-haves are a growing a sustainable dividend, reinvesting in our business, investment grade profile. And with the — again, the available cash, we'll look at should we — how should we look at debt, how should we look at share repurchases or even additional investments. So I think, that flexibility is really important.

And as Ward mentioned earlier, calling a bond in 2022 to pay it in the fourth quarter with our available cash was a good use of our cash, but we still have additional opportunities to look at other areas of investment. So we'll continue to do that.

Gabe HajdeWells Fargo Securities — Analyst

OK, thank you. And one last one. I appreciate it's challenging sometimes on an open format like this. But in terms of the strategy, is there anything that's off the table? Or can you give us a couple of ideas of things you might look at? I mean, could it include things up to divesting certain mills or product lines or something like that? Or is it everything you feel like you have you're going to keep and it's more about investing and figuring out the way to maximize returns?

David SewellChief Executive Officer

Yeah, I appreciate that follow-up question. My approach always when you go into strategy is everything is on the table. We have to evaluate everything. We have to evaluate our businesses, our footprint, the markets that we're going after, our structure that supports the strategy.

So to answer your question, I would tell you, we're looking at everything in fairness. And we will continue to communicate with you throughout the year on what that means. But the ultimate goal results of our strategy will be organic profitable growth, margin expansion and improved return on invested capital.

Gabe HajdeWells Fargo Securities — Analyst

Understood. Thank you.

David SewellChief Executive Officer

Thank you.

Opérateur

Your next question comes from the line of Mark Weintraub of Seaport Research Partners. Your line is open.

Mark WeintraubSeaport Research Partners — Analyst

Thank you. Just a quick follow-up, if I could. As you have on that Page 13, you've got a lot of published price increases recognized in the consumer packaging grades. And I think, most of us have a pretty good understanding of how the containerboard flows through, etc.

Can you just remind us how the consumer packaging price increases tend to flow through and the degree to which there might be cost tight elements that also flow through into pricing?

Pat LindnerPresident, Commercial, Innovation and Sustainability

Yeah, great, thanks very much. This is Pat. So let me try to handle that from a commercial standpoint. So as you mentioned, containerboard is a pretty good understanding of that.

And majority of the corrugated box and containerboard is linked to PPW and pass us through in three to four months, as we've indicated in the past. Consumer is a bit more complicated because of the number of substrates and the different routes to market or different integration levels across those different substrates. And so we use a number of different value capture and pricing mechanisms in the consumer segment. In aggregate, I can say about half of that is tied to PPW, and those flow through in different time periods.

The other models, pricing models are based on cost, and also a fair amount of open market, which gives us quite a bit of flexibility. And so the way we think about pricing overall is that it's just the price and the lag and the type of model that we have is just part of the overall value capture and negotiation and discussion with the customer. As far as timing is concerned, we start flowing through and you can see some of this starting in the third quarter and more in the fourth quarter, and as Ward indicated, accelerating into fiscal-year '22, we start to see that right away. It will ramp up, and it's really based on a previously published price increase.

It's usually about six to nine months for that all to flow through. But again, it doesn't wait for the six to nine months. It's flowing through and it will continue. In our case, with the published price increases to date, it will continue to flow through into fiscal-year '22.

Opérateur

And there are no further questions at this time. I would like to turn it back to Mr. James Armstrong for the closing remarks.

James ArmstrongVice President, Investor Relations

Thank you, operator, and thank you for joining our call today. If you have any further questions, please don't hesitate to reach out. And have a great day.

Opérateur

(Operator signoff)

Duration: 63 minutes

Call participants:

James ArmstrongVice President, Investor Relations

David SewellChief Executive Officer

Ward DicksonDirecteur financier

Anthony PettinariCiti — Analyst

Phil NgJefferies — Analyst

Adam JosephsonKeyBanc Capital Markets — Analyst

Cleve RueckertUBS — Analyst

George StaphosBank of America Merrill Lynch — Analyst

Pat LindnerPresident, Commercial, Innovation and Sustainability

Mark WeintraubSeaport Research Partners — Analyst

Mark WildeBMO Capital Markets — Analyst

Mark ConnellyStephens Inc. — Analyst

Gabe HajdeWells Fargo Securities — Analyst

More WRK analysis

All earnings call transcripts

This article represents the opinion of the writer, who may disagree with the “official” recommendation position of a Motley Fool premium advisory service. We’re motley! Questioning an investing thesis — even one of our own — helps us all think critically about investing and make decisions that help us become smarter, happier, and richer.



Source link

Pourquoi confectionner une vitrine online ?

Il n’a onques été aussi facile de jeter un website commerce électronique de nos jours, il assez de voir le taux le montant le pourcentage de plateformes web commerce électronique en France pour s’en remettre compte. En effet, 204 000 websites actifs en 2016. En 10 ans, le taux le montant le pourcentage de sites est fois 9. Avec l’évolution des technologies, les médias à grand coup d’histoire de succès story, (si si je vous assure, je me nomme aussi tombé a l’intérieur du panneau) le e-commerce est longuement été vu comme un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le le jour dans thématiques.