Tempur Sealy International, inc (TPX) Transcription de l'appel sur les résultats du deuxième trimestre 2021


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image : L'imbécile hétéroclite.

Tempur Sealy International, inc (NYSE : TPX)
Appel des résultats du deuxième trimestre 2021
29 juil. 2021, 8 h 00 HE

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants

Remarques préparées :

Opérateur

Bonne journée et merci d'être à vos côtés. Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du deuxième trimestre 2021 de Tempur Sealy. À ce stade, tous les participants sont en mode écoute uniquement. Après la présentation du conférencier, il y aura une session de questions et réponses. (Instructions de l'opérateur) Veuillez noter que la conférence d'aujourd'hui est enregistrée. (Instructions de l'opérateur)

J'aimerais maintenant céder la parole à votre conférencière d'aujourd'hui, Aubrey Moore, Investor Relations. S'il vous plaît allez-y.

Aubrey MooreRelations avec les investisseurs

Merci, opérateur. Bonjour à tous et merci d'avoir participé à l'appel d'aujourd'hui. Je suis accompagné aujourd'hui de Scott Thompson, président du conseil, président et chef de la direction; et Bhaskar Rao, vice-président exécutif et directeur financier. Après les remarques préparées, nous ouvrirons l'appel aux questions-réponses.

Cet appel comprend des déclarations prospectives soumises aux dispositions de la sphère de sécurité de la loi Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations prospectives impliquent des incertitudes, et les résultats réels peuvent différer sensiblement en raison d'une variété de facteurs qui pourraient affecter négativement le Affaires de l'entreprise. Ces facteurs sont discutés dans les documents déposés par la société auprès de la SEC, y compris son rapport annuel sur formulaire 10-K et ses rapports trimestriels sur formulaire 10-Q sous les rubriques Note spéciale concernant les déclarations prospectives et les facteurs de risque. Toute déclaration prospective ne vaut qu'à la date à laquelle elle est faite. La société ne s'engage aucunement à mettre à jour les déclarations prospectives. Le commentaire de ce matin comprendra des informations financières non conformes aux PCGR. Les rapprochements de ces informations financières non conformes aux PCGR sont disponibles dans le communiqué de presse ci-joint, qui est publié sur le site Web des investisseurs de la Société à l'adresse Investor.tempursaly.com et déposé auprès de la SEC. Nos commentaires viendront compléter les informations détaillées fournies dans le communiqué de presse.

Et maintenant, avec cette introduction, j'ai le plaisir de passer l'appel à Scott.

Scott ThompsonPrésident et chef de la direction

Merci Aubrey. Bonjour à tous et merci de vous joindre à nous lors de notre appel aux résultats du deuxième trimestre 2021. Je commencerai par quelques points saillants de notre performance financière record au deuxième trimestre. Bhaskar examinera ensuite notre performance financière plus en détail. Enfin, je terminerai par quelques commentaires sur la santé de l'industrie et notre tendance actuelle de commandes robustes. Avec le rapport de ce trimestre, l'équipe a maintenant augmenté ses ventes et ajusté le BPA à deux chiffres pour huit des neuf derniers trimestres. Plus précisément pour le deuxième trimestre 2021, les ventes ont augmenté de 76% en glissement annuel. Plus notable, les ventes ont progressé de manière très robuste, de 62% très robustes par rapport au deuxième trimestre 2019, une période non impactée par la pandémie.

Nous avons réalisé de solides performances dans tous les segments de l'Amérique du Nord et de l'international, avec une croissance dans toutes les marques, canaux et gammes de prix. Notre solide performance commerciale est due au succès des initiatives de l'entreprise, à une demande record de Tempur-Pedic aux États-Unis et à un solide contexte industriel. En conséquence, nous avons généré un BAIIA ajusté record de 270 millions au deuxième trimestre, soit une augmentation de 147 % par rapport à la même période l'an dernier. Le BPA ajusté était de 0,79 $, une augmentation de 295 % par rapport à la même période l'an dernier. Le BPA PCGR du deuxième trimestre a augmenté de 527 %. Nous avons obtenu ces résultats malgré d'importants problèmes de chaîne d'approvisionnement qui entravent l'ensemble de l'industrie de la literie. Ces problèmes ont limité notre capacité à répondre pleinement à la forte demande pour nos produits et devraient continuer d'avoir un impact sur notre potentiel de vente jusqu'au troisième trimestre 2021. Bhaskar discutera de ce point plus en détail dans un instant.

Je voudrais souligner quelques éléments du trimestre. Premièrement, notre concentration sur une stratégie globale omnicanal continue de stimuler la croissance et la rentabilité. Notre canal direct, à la fois les magasins appartenant à l'entreprise et le commerce électronique, a enregistré des performances exceptionnelles par rapport à 2020 et 2019. Nous avons constaté un fort trafic piétonnier dans nos points de vente, car de plus en plus de clients reviennent faire leurs achats en magasin. Nous avons également constaté une augmentation de la conversion et une forte croissance des ASP. Nos ventes sur le Web ont généré une forte croissance à deux chiffres, une performance remarquable compte tenu de la concurrence difficile du deuxième trimestre 2020, où notre activité en ligne a augmenté de plus de 125 % par rapport à 2019. À l'instar de nos détaillants tiers, de notre canal direct et des magasins appartenant à la société. a également dû faire face aux problèmes d'approvisionnement du trimestre en cours, qui affectent également tous les canaux de distribution.

Deuxièmement, je tiens à souligner les nombreux investissements que nous réalisons pour étendre notre capacité de fabrication en Amérique du Nord afin de répondre aux perspectives de demande à long terme que nous envisageons pour nos marques et nos produits. Comme annoncé précédemment, nous avons sélectionné des emplacements dans le centre de l'Indiana comme site pour ce que nous prévoyons être la plus grande usine de fabrication Tempur Sealy. La première phase est prévue pour environ 700 000 pieds carrés avec la possibilité d'étendre au fil du temps à environ un million de pieds carrés. Nous prévoyons de commencer la construction sur le site plus tard ce trimestre et prévoyons que l'usine sera opérationnelle en 2023. De plus, nous ouvrons deux nouvelles installations ce trimestre, notre cinquième usine de Sherwood dans le nord-est des États-Unis soutiendra les initiatives OEM et un nouveau utiliser l'installation d'assemblage sur la côte ouest, ce qui soutiendra les détaillants de la côte ouest et devrait réduire les délais de livraison. Comme vous pouvez le voir, nous positionnons l'entreprise pour une croissance organique à long terme.

Passant au dernier élément que je veux souligner. Comme annoncé précédemment, nous avons récemment signé un accord pour acquérir Dreams, le principal détaillant de literie au Royaume-Uni. Ils opèrent grâce à une stratégie de vente au détail multicanal réussie comprenant plus de 200 emplacements physiques et des capacités numériques de pointe à travers le Royaume-Uni. En plus de leur présence dans le commerce de détail, ils sont intégrés verticalement aux actifs de fabrication et de distribution. Nous sommes très heureux d'annoncer que nous avons reçu toutes les approbations réglementaires et que la transaction devrait être finalisée début août. Nous nous attendons à ce que cette transaction soit immédiatement relutive aux bénéfices. Mike Logue, PDG de Dreams, rejoindra l'équipe de direction de TPX, et nous sommes ravis que tous les employés de direction de Dreams rejoignent notre organisation.

Nous pensons que l'acquisition fait de Tempur Sealy un leader des parts de marché au Royaume-Uni. Dreams fonctionnera de manière autonome. Ils seront signalés dans notre canal direct, qui, au cours des cinq dernières années, a augmenté à un taux de croissance annuel composé de 40 %. Après l'acquisition de Dreams, notre activité de vente directe aux consommateurs représentera 25 % de nos ventes mondiales sur les 12 derniers mois, contre seulement 4 % il y a cinq ans.

Avant de passer l'appel à Bhaskar, permettez-moi de prendre du recul un instant et de réfléchir à notre parcours au cours des deux dernières années. De toute évidence, nos ventes ont été et continuent d'être solides. Nous tablons sur une croissance des ventes d'environ 60 % en 2021 par rapport à 2019, une période non impactée par la pandémie. Je veux vous donner un aperçu des principaux moteurs de cette croissance. Bien que la force du marché ait été un vent favorable pour nous au cours de cette période, la croissance de nos ventes et de nos bénéfices a été nettement supérieure à celle de l'ensemble du secteur et peut être liée aux initiatives de notre entreprise.

Nous estimons que notre nouvelle distribution a généré environ 50 % de notre croissance sur deux ans. Pour être clair, il ne s'agit pas d'un changement dans l'équilibre des parts de marché. Ce sont de nouveaux clients. Environ 35% de notre croissance provient des fusions et acquisitions et des gains de parts de marchés adressables auparavant inexploités. Cela inclut des projets tels que l'expansion de nos activités de vente directe aux consommateurs et OEM. Cela laisse environ 15 % de notre croissance sur deux ans qui peut être attribuée à la croissance de l'industrie dans son ensemble. Nous avons des initiatives claires à long terme, des flux de trésorerie disponibles solides et un bilan solide, qui, selon nous, nous positionnent bien pour générer une croissance des bénéfices à deux chiffres en 2022 et au-delà.

Sur ce, je vais laisser Bhaskar vous expliquer plus en détail les états financiers.

Bhaskar RaoVice-président exécutif et chef de la direction financière

Merci, Scott. Avant d'entrer dans les détails, je voudrais souligner quelques éléments par rapport à l'année précédente.

La marge brute ajustée s'est améliorée de 370 points de base à 44,3 %. La marge opérationnelle ajustée s'améliore de 770 points de base à 19,4 %. Le BAIIA ajusté a augmenté de 147 % pour atteindre 270 millions de dollars et le bénéfice ajusté par action a augmenté de 295 % pour atteindre 0,79 $. Je voudrais commencer par discuter des contraintes de la chaîne d'approvisionnement à l'échelle de l'industrie. Comme Scott l'a mentionné, la demande record pour nos marques et nos produits a entraîné des perturbations de la chaîne d'approvisionnement dans plusieurs catégories.

Alors que la disponibilité de certaines marchandises s'est améliorée tout au long du trimestre, la disponibilité d'autres composants clés ainsi que le fret entrant et sortant s'est détériorée. Nous continuons de refuser de nouveaux clients nord-américains et d'attribuer nos clients existants, y compris nos propres opérations en ligne et au détail. Ces problèmes de chaîne d'approvisionnement continuent d'avoir un impact sur nos activités nord-américaines Sealy et OEM, ce qui fait que notre carnet de commandes augmente et reste élevé tout au long du deuxième et du troisième trimestre. Bien que notre offre de ces produits se soit améliorée conformément à nos attentes, nous prévoyons maintenant que la demande record pour nos produits dépassera très probablement l'offre au quatrième trimestre.

Nos activités de Tempur n'avaient jusqu'alors pratiquement pas été affectées par les contraintes de la chaîne d'approvisionnement en raison de notre solide stock de produits finis et de matières premières, y compris les produits chimiques. La demande record de produits Tempur en Amérique du Nord a créé un mix de marques favorable pour le deuxième trimestre. Cependant, la limitation de la chaîne d'approvisionnement a conduit Tempur à réduire ses stocks à un niveau sous-optimal. En raison de la diminution des stocks et de la demande record continue au troisième trimestre, le délai de livraison de la commande sur Tempur est temporairement prolongé de plusieurs semaines. Nous prévoyons que notre carnet de commandes Tempur nord-américain atteindra un sommet au troisième trimestre et diminuera au quatrième trimestre.

Dans l'ensemble de nos activités nord-américaines, nous estimons que les ventes auraient été de 150 millions de dollars plus élevées au deuxième trimestre si nous n'avions pas connu les contraintes de la chaîne d'approvisionnement. Cela s'ajoute à l'augmentation de l'arriéré dont je viens de parler. En raison de ces ventes limitées, nous ne prévoyons pas la saisonnalité normale de nos activités pour le second semestre de cette année. Nous nous attendons à ce que le quatrième trimestre soit exceptionnellement solide alors que nous réduisons un important carnet de commandes du troisième trimestre et, espérons-le, retirez des clients de l'allocation. Nous nous attendons à ce que cette variation et cette saisonnalité se traduisent par des ventes nettes et des bénéfices plus élevés au quatrième trimestre qu'au troisième trimestre. Sur la base de nos perspectives actuelles, nous prévoyons que ces contraintes seront en grande partie résolues d'ici la fin de l'année, et nous prévoyons qu'elles ne seront pas contraintes d'ici 2022.

L'équipe a également géré un environnement de matières premières fortement inflationniste. Comme prévu, notre marge brute a été affectée négativement au cours du deuxième trimestre par le moment des augmentations de prix pour les détaillants par rapport au moment de l'inflation des matières premières. On le ressent encore un peu au troisième trimestre. La bonne nouvelle est que nous avons pris des mesures de tarification en Amérique du Nord qui profiteront au quatrième trimestre et au-delà. Bien que nous ayons neutralisé l'impact du dollar sur les matières premières en Amérique du Nord grâce à nos mesures de tarification, notre taux de marge brute est impacté par l'augmentation des ventes sans changement dans les bénéfices en dollars. En 2022, en supposant qu'il n'y ait pas de changement dans les coûts des produits de base, nous prévoyons de retirer des bénéfices et une marge de nos actions de tarification cette année alors que nous réalisons l'année complète de nouveaux prix.

Passons aux résultats nord-américains; les ventes nettes ont augmenté de 75 % au deuxième trimestre. En données publiées, le canal de gros a augmenté de 77 % et le canal direct a augmenté de 62 %. La marge bénéficiaire brute en Amérique du Nord s'est améliorée de 360 ​​points de base à 42 %. La marge d'exploitation nord-américaine du deuxième trimestre a atteint un record de 21,4 %, une amélioration de 640 points de base par rapport à l'année précédente. Ces améliorations sont dues à l'effet de levier, car l'année précédente a été fortement impactée par COVID. International; le chiffre d'affaires a augmenté de 79 % en données publiées et, à taux de change constants, de 65 %. La solide performance des ventes à l'international a été largement répartie en Europe et en Asie-Pac. Par rapport à l'année précédente, notre marge brute internationale s'est améliorée de 440 points de base à 59,8 %. La marge opérationnelle internationale s'élève à 27,9 %, soit une amélioration de 840 points de base par rapport à l'année précédente. Ces améliorations sont dues à l'effet de levier, car l'année précédente a été fortement impactée par le COVID.

Passons maintenant aux éléments du bilan et des flux de trésorerie ; nous avons généré un flux de trésorerie d'exploitation record de 227 millions de dollars au deuxième trimestre. Comme indiqué précédemment, nous gérons très peu nos stocks et je m'attendrais à ce que nos jours d'inventaire reviennent à un niveau normalisé d'ici la fin de l'année. À la fin du deuxième trimestre, la dette consolidée moins les liquidités s'élevaient à 1,5 milliard de dollars, et notre ratio de levier financier sur notre facilité de crédit était de 1,4 fois, en baisse significative par rapport à 2,8 fois à la fin du deuxième trimestre de 2020. Une fois l'acquisition de Dreams conclue. , nous prévoyons que notre ratio de levier sera d'environ 1,8 fois. Au cours des 12 derniers mois, nous avons alloué plus d'un milliard de dollars en capital pour l'acquisition de Dreams, les rachats d'actions et les dividendes. Nous avons racheté 62 millions de dollars d'actions au deuxième trimestre, portant le total de nos rachats d'actions au premier semestre 2021 à 376 millions de dollars et au cours des 12 derniers mois à environ 0,5 milliard de dollars. Comme nous l'avons indiqué précédemment, pour l'ensemble de l'année 2021, nous prévoyons de racheter au moins 6 % des actions en circulation.

Je suis heureux d'annoncer que notre conseil d'administration a déclaré une augmentation de près de 30 % de notre dividende trimestriel, tout en maintenant un ratio de distribution prudent. Cette augmentation significative de notre dividende trimestriel démontre la confiance que nous avons dans nos perspectives, qui incluent l'impact de l'acquisition de Dreams ainsi que nos activités élargies de vente directe aux consommateurs et OEM, qui ont toutes diversifié nos ventes et amélioré considérablement notre trésorerie d'exploitation. Dans ce contexte, le conseil d'administration a décidé d'augmenter le dividende trimestriel en l'alignant plus près de l'objectif de dividende annuel annoncé précédemment par la société de 15 % du bénéfice net. À l'avenir, nous nous attendons à ce que le conseil évalue notre stratégie de dividendes trimestriels sur une base annuelle.

Passons maintenant aux prévisions de 2021. Nous avons mis à jour nos prévisions annuelles pour refléter notre performance du deuxième trimestre, l'inclusion de cinq mois de Dreams, notre quatrième série de mesures de tarification et nos perspectives mises à jour de la chaîne d'approvisionnement. Nous prévoyons actuellement une croissance des ventes supérieure à 35 %, un BPA ajusté entre 3,10 $ et 3,25 $, un taux de croissance de 64 % à mi-parcours. Cela implique un EBITDA d'environ 1,1 milliard de dollars à mi-parcours. Enfin, je voudrais signaler quelques éléments de modélisation. Pour l'année 2021, nous prévoyons actuellement des investissements totaux compris entre 150 et 165 millions de dollars. Les investissements ont été augmentés pour refléter la dernière estimation des extensions de capacité discutées précédemment, D&A compris entre 175 millions de dollars et 185 millions de dollars, des intérêts débiteurs d'environ 55 millions de dollars, un taux d'imposition de 25 % avec un nombre d'actions dilué de 204 millions d'actions.

Et sur ce, je vais renvoyer l'appel à Scott.

Scott ThompsonPrésident et chef de la direction

Merci, Bhaskar. Bon travail. Je veux prendre quelques instants pour discuter de la santé de l'industrie de la literie et des récentes tendances de consommation. Comme je l'ai mentionné au dernier trimestre, nous ne nous sommes jamais sentis mieux dans l'industrie de la literie. Au cours des dernières années, il y a certainement eu une période de transformation qui a créé un environnement d'exploitation plus sain pour tous les acteurs de la literie. Cette transformation a été motivée par la rationalisation de l'empreinte des magasins de détail ; étendre les capacités de marketing numérique et de vente au détail ; une orientation plus centrée sur le client ; des mesures antidumping limitant la vente de matelas importés sur le marché américain ; start-ups « bed-in-the-box » qui se concentrent sur la rentabilité ; et la stabilisation de l'industrie résultant d'un rapprochement avec le plus grand détaillant de literie des États-Unis. De plus, nous avons observé un changement dans les habitudes de dépenses discrétionnaires des consommateurs. Au cours de la dernière décennie, nous constatons que les consommateurs ont constamment sous-investi leurs revenus discrétionnaires dans la maison et l'ameublement.

Au cours de la dernière année, les consommateurs ont investi une partie légèrement plus importante de leur revenu discrétionnaire dans la catégorie. Bien que leurs dépenses en pourcentage de leur part de portefeuille ne soient pas revenues aux niveaux d'avant la Grande Récession, nous nous attendons à ce que les dépenses de consommation restent fortes. Avant la pandémie, nous commencions déjà à voir de fortes tendances vers une plus grande concentration sur la santé et le bien-être, et la tendance s'est accélérée au cours de la dernière année. Les consommateurs associent de plus en plus une bonne nuit de sommeil à leur état de santé général et sont plus disposés à investir dans un matelas innovant de haute qualité, et nous pouvons les aider à y parvenir. Cela a entraîné une forte demande, une augmentation de l'ASP et un raccourcissement potentiel du cycle de remplacement dans l'ensemble de l'industrie.

Nous constatons également que l'environnement global de la consommation macro continue d'être solide. La performance du marché de la literie a historiquement été positivement corrélée à diverses mesures macroéconomiques. Les indicateurs économiques clés, tels que la confiance des consommateurs, les dépenses de consommation, l'épargne des consommateurs, les tendances du chômage et les mesures du logement, restent tous solides. Cela nous indique que les dépenses de consommation en matière de santé et de bien-être continueront probablement d'être robustes à l'avenir. Nous prévoyons qu'un consommateur soucieux de sa santé, des dépenses de consommation robustes et une industrie de la literie solide nous fourniront une toile de fond attrayante pour continuer à accroître notre part de marché sur le marché mondial de la literie de 50 milliards de dollars.

Nous prévoyons d'atteindre une croissance soutenue à long terme grâce à notre engagement à mener nos quatre initiatives clés : premièrement, développer des produits de literie de la plus haute qualité sur tous les marchés que nous desservons ; deuxièmement, promouvoir des marques mondiales avec un marketing convaincant ; troisièmement, optimiser notre puissante plateforme de distribution omnicanale ; et quatrièmement, augmenter l'EBITDA et déployer prudemment le capital. Nous prenons les mesures suivantes pour mettre en œuvre ces initiatives. Nous continuerons à tirer parti de notre siècle de connaissances et de nos capacités de développement à la pointe de l'industrie en proposant des produits primés qui offrent une solution de sommeil révolutionnaire aux consommateurs du monde entier.

Nous avons un riche héritage dans la fourniture de produits innovants qui trouvent un écho auprès des consommateurs. Par exemple, plus des deux tiers de nos ventes au deuxième trimestre provenaient de produits qui n'existaient pas il y a cinq ans. Nous avons environ 900 brevets sur nos produits et d'autres brevets en instance dans de nombreux domaines. Nous avons un solide pipeline de produits en cours de développement pour intégrer des technologies, des capacités et une construction de pointe afin d'apporter en permanence une expérience de sommeil améliorée sur le marché. Ces produits innovants de nos marques hautement reconnues sont soutenus par un marketing convaincant, conçu pour accroître la notoriété de la marque et l'intention d'achat. Nous avons un bilan de succès ici. Et actuellement, nos recherches indiquent que les consommateurs affichent un niveau record d'intention d'achat et de considération pour nos produits.

En fait, Sealy et Tempur ont été classés numéro un et numéro deux des marques de matelas les plus vendues aux États-Unis par Furniture Today en 2020. Sealy a non seulement pu étendre son avance en première position, mais Tempur-Pedic a devancé deux concurrents clés. pour revendiquer la deuxième place. Furniture Today a également estimé que Tempur-Pedic avait la plus forte croissance de tous les producteurs de literie américains l'année dernière. De plus, en 2020, pour la deuxième année consécutive, Tempur-Pedic s'est classé numéro un dans le rapport américain sur la satisfaction des matelas de J.D. Power.

Bien que nous soyons largement distribués avec notre produit de marque, nous reconnaissons qu'il y a une partie du marché américain auquel nous ne participions pas, le marché OEM. Il y a un an, nous avons commencé à étendre notre portée dans le segment du marché et généré 150 millions de ventes nettes en 2020. Nous pensons pouvoir atteindre 600 millions de dollars de ventes OEM au cours des cinq prochaines années en utilisant notre meilleur capacité de fabrication et de logistique pour vendre un produit sans marque. Cela nous permettra de gagner notre juste part du marché de la literie OEM, qui représente environ 20 % de la literie domestique totale. Cette expansion a l'avantage supplémentaire de réduire notre coût par unité de produit de marque, car nous répartissons les coûts fixes et conduisons des accords d'approvisionnement plus avantageux.

Nous avons également un plan en place pour accélérer nos gains de parts de marché sur le marché international de la literie au détail de 30 milliards de dollars. Nous prévoyons de débloquer la croissance organique des ventes en élargissant la distribution de notre produit de marque sur le marché asiatique en croissance rapide. Nous élargissons notre marché international total adressable via le lancement de notre nouvelle gamme de matelas Tempur-Pedic à partir de 2022. Nous repositionnons la marque Sealy au Royaume-Uni pour répondre aux besoins non satisfaits des consommateurs haut de gamme. Et enfin, nous prévoyons, au fil du temps, tirer parti des compétences de base de Dreams en matière de vente au détail pour stimuler une croissance internationale supplémentaire. Nous continuerons de tirer parti de nos flux de trésorerie et de notre bilan solides tout en déployant notre capital avec prudence. Cela comprend la réalisation d'investissements opérationnels, la recherche d'opportunités de fusions et acquisitions intéressantes et le retour de capitaux aux investisseurs par le biais de dividendes et de rachats d'actions.

Se tourner vers l'ESG ; Je pense que nous savons tous que le succès ne se limite pas aux ventes et aux bénéfices. J'aimerais prendre un moment pour souligner quelques-unes de nos récentes initiatives ESG. Ces initiatives continues reflètent notre engagement envers notre communauté et notre environnement.

Au cours du trimestre, la Tempur Sealy Foundation a fait aujourd'hui son plus gros don sous la forme d'un don de 2 millions de dollars pour soutenir la création du Tempur Sealy Pediatric Sleep Center au Kentucky Children's Hospital situé à Lexington, Kentucky, siège de notre siège social mondial. Au cours du trimestre, nous avons également progressé vers notre objectif d'atteindre la neutralité carbone pour nos opérations mondiales. Je suis heureux de partager que nous avons terminé l'installation de panneaux solaires dans notre plus grande usine de fabrication à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Ces panneaux généreront suffisamment d'énergie propre pour alimenter toutes ses chaînes d'assemblage de matelas. De plus, nous avons récemment approuvé l'installation de panneaux solaires dans notre usine de fabrication européenne Tempur.

Maintenant, avant de passer l'appel pour les questions-réponses, je vais brièvement commenter les tendances actuelles des commandes. Comme Bhaskar l'a indiqué, la demande pour notre marque et nos produits reste robuste. En fait, nous constatons une tendance des commandes du troisième trimestre en hausse d'environ 20 % en glissement annuel avec Tempur North America, particulièrement robuste. Cette forte demande pour notre marque et nos produits nous donne confiance dans notre capacité à continuer à générer une forte croissance à l'avenir.

Sur ce, opératrice, veuillez ouvrir l'appel pour les questions.

Questions et réponses:

Opérateur

(Instructions pour l'opérateur) Notre première question vient de la lignée de Curtis Nagle de Bank of America. Votre ligne est maintenant ouverte.

Curtis NagleBofA Securities — Analyste

Bonjour les gars. Merci beaucoup d'avoir répondu à ma question. Donc, un suivi sur vos commentaires, Scott, sur le trimestre. La demande est impressionnante, n'est-ce pas. De toute évidence, le modèle est dans une forme fantastique. Mais pourriez-vous simplement fournir un peu plus de détails en termes de croissance des ventes réelle, je suppose, attendue pour les 3e et 4e trimestres, beaucoup de pièces en mouvement ici. Juste une sorte de ces cas, du moins je pense, où je pense que nous pourrions juste voir un peu plus de prise en main en termes de modèle, juste pour que nous devions, je suppose, répondre correctement à nos attentes.

Scott ThompsonPrésident et chef de la direction

Bien sûr et bonjour. J'apprécie toujours l'opportunité de vous tenir la main. Alors merci pour la question. Écoutez, le deuxième trimestre, comme vous l'avez décrit, était soit génial, soit exceptionnel, ou quelle que soit la terminologie que vous souhaitez utiliser. De toute évidence, c'était au-dessus de nos attentes. Tempur en Amérique du Nord a été particulièrement solide au deuxième trimestre. Et comme vous le savez, nous avons construit un inventaire, et les détaillants ont réussi à épuiser notre inventaire à un niveau qui était sous-optimal, je pense, est le terme que nous avons utilisé. Alors quand on entre dans le troisième trimestre, bien que les commandes soient très robustes, et c'est ce que je soulignais à la fin des remarques préparées, l'inventaire que nous réalisons au troisième trimestre en Amérique du Nord avec Tempur est un peu inférieur à nous le ferions normalement. Et cela va créer des problèmes de retard dans Tempur à la fin du troisième trimestre. Ce problème particulier crée une saisonnalité non naturelle. Et je pense que c'est ce que Bhaskar soulignait dans sa région. Les commandes ont donc augmenté de 20% dans le monde jusqu'à présent ce trimestre, l'Amérique du Nord plus forte et Tempur en particulier. Mais une partie de ce qui serait naturel au troisième trimestre va se déplacer au quatrième trimestre. Et puis je pense que nous vous avons donné quelques indications sur l'année complète. Ce serait la première chose que je vous dirais.

La deuxième chose que je voudrais souligner que nous avons signalée dans les remarques préparées, comme vous vous en souvenez l'année dernière, Sealy était très limitée en raison de la pénurie printanière à laquelle nous étions confrontés, très franchement, dans le monde entier, mais plus particulièrement en Amérique du Nord. Nous avons donc eu un mélange de marques inhabituellement riche. Cette année, les sources sont en pleine forme. En fait, il y a beaucoup de sources dans le monde et en Amérique du Nord, et il n'y aura aucune contrainte sur les sources. Et il y aura encore une certaine contrainte sur la question de la mousse. Mais nous nous attendons à ce que, au cours du troisième trimestre, une partie du carnet de commandes de Sealy que nous prenions au cours du trimestre réduise. Et nous nous attendons, espérons-le, à ce que tous les problèmes liés à la chaîne d'approvisionnement se résolvent au cours du quatrième trimestre. Il s'agit d'un trimestre de volume naturellement plus faible pour nous, et nous voyons de bonnes tendances, à la fois dans les problèmes de produits chimiques et d'autres composants. Nous pensons donc que nous le nettoyons et nous entrons en 2022 sans contrainte. Espérons que cela en aide certains.

Opérateur

Merci. Notre prochaine question vient de la lignée de Seth Basham de Wedbush Securities. Votre ligne est maintenant ouverte.

Seth BashamWedbush Securities — Analyste

Ma question porte aussi sur le court terme. Assurez-vous simplement que nous avons la bonne visibilité et que nous serons en mesure de voir ce résultat de carnet de commandes au quatrième trimestre. Y a-t-il des preuves que vous pouvez partager avec nous qui vous portent à croire que vous serez en mesure de surmonter cet arriéré au quatrième trimestre ?

Scott ThompsonPrésident et chef de la direction

Sûr. Sûr. Premièrement, la saisonnalité naturelle est certainement un bon guide pour nous lorsque vous en parlez. De plus, nous avons… je pense que vous savez, le plus gros problème en ce moment, ce sont les produits chimiques, et c'est un problème national. Ce n'est pas un problème mondial. C'est un problème chimique ici au niveau national. Tout le monde, y compris nous, avons commandé des produits chimiques à l'étranger. Ces produits chimiques sont sur l'eau. Dans certains cas, ils sont dans le port. Et nous avons donc une bonne visibilité pour résoudre le problème chimique plus que de simplement compter sur les fabricants nationaux. Mais cela va prendre du temps.

Et je suis sûr que vous savez, grâce à vos autres clients et clients, que la logistique dans le monde n'est pas aussi précise qu'elle l'est normalement. Et nous avons affaire à un petit problème de logistique là-bas. Mais vous parlez de mois, pas de trimestres, pour probablement envoyer certains de ces produits chimiques à terre et alléger une partie de la pression sur cette situation particulière.

Opérateur

Merci. Notre prochaine question vient de la lignée de Peter Keith de Piper Sandler. Votre ligne est maintenant ouverte.

Peter KeithPiper Sandler & Company — Analyste

Hé bonjour. Excellents résultats, les gars. Je vais donc poser un petit peu deux questions sur le non-respect des règles. À la question de Chris, juste avec le Q3, Q4, je suppose, ma préoccupation est que nous pourrions modéliser des revenus trop élevés au Q3. Si vous rencontrez un retard dans le calendrier de la main-d'œuvre, il semble que les ventes pourraient passer du troisième trimestre au quatrième. Donc une préoccupation ou une quantification là-bas? Et puis séparément, quelle est la taille totale du carnet de commandes pour la seconde moitié de l'année que vous prévoyez de réduire ?

Scott ThompsonPrésident et chef de la direction

Sûr. Laissez-moi voir si je peux répondre à cette question et peut-être que Bhaskar pourra vous donner plus de détails. Et regardez, c'est une science imprécise, et nous faisons des devinettes. Mais si je devinais aujourd'hui, je suppose qu'à la fin de – nous allons penser à Tempur comme ayant un carnet de commandes relativement inexistant ou limité au troisième trimestre. Je pense qu'à la sortie du troisième trimestre, vous devriez penser probablement à un carnet de commandes de Tempur d'environ 100 millions. Il passerait ensuite au quatrième trimestre. Quand on parle de ventes totales pour le troisième trimestre, on ne lâche pas vraiment. Nous ne parlons que par quarts. Mais vous vous attendriez à ce que les ventes soient plus importantes au troisième trimestre qu'au deuxième trimestre. Vous avez dit croissance. Mais il va être atténué par cet arriéré de Tempur.

L'autre chose que je voudrais souligner est celle indiquée dans le script que je veux être très clair, en plus de l'arriéré, comme nous en avons parlé au deuxième trimestre, nous avons des clients importants sur l'allocation. Devenir un peu chaud en fait. Et nous avons probablement au moins reporté 150 millions de ventes au deuxième trimestre. Donc, quand vous regardez vraiment la demande, c'est un gros problème de demande sur lequel nous travaillons. Nous avons des clients au troisième trimestre sont poursuivis sur l'allocation. Et avec un peu de chance, lorsque nous arriverons au quatrième trimestre, nous nous attendons à ce que nous enlevions des clients avec l'allocation et que nous revenions à un flux normal.

Bhaskar, pensez-vous pouvoir aider avec le modèle ?

Bhaskar RaoVice-président exécutif et chef de la direction financière

Je pense qu'une autre façon d'y penser, Peter, est de penser à notre pile de deux ans que nous avons citée au deuxième trimestre. Nous sommes arrivés à peu près à ce que nous pensions à environ 62%, nous avons impliqué 35% au-delà de 35% de la façon de le faire. Si vous pensez au reste de l'année, cela vous amènera quelque chose un peu au nord de ces 62 %, donc une accélération. Et pensez-y davantage au quatrième trimestre qu'au troisième trimestre. Comme Scott l'a mentionné, nous pensons qu'environ 100 millions de dollars de carnet de commandes s'effondreront au quatrième trimestre. J'espère donc que cela aidera.

Scott ThompsonPrésident et chef de la direction

Oui. Et Bhaskar, je suis content que vous ayez évoqué ces 62 % parce que, très franchement, de tous les chiffres peut-être autres que le BPA dont j'étais satisfait, c'est quand vous regardez la pile sur deux ans, c'est une augmentation de 62 %. Donc, il y aura beaucoup d'entreprises qui connaîtront une forte croissance époustouflante parce que vous avez obtenu une comparaison facile l'année dernière en raison de la pandémie. Mais le chiffre qui me fait vraiment du bien dans l'équipe est le recul de deux ans à 62 %.

Opérateur

Merci. Our next question comes from the line of Atul Maheswari from UBS. Your line is now open.

Atul MaheswariUBS Investment Bank — Analyst

So Scott, in the press release, you highlighted that 15% of your revenue growth over the last two-years, what was driven by the strong market backdrop. And I know you are expecting that the market is going to be fairly good going forward. But to the extent that it does current trends do reverse and you kind of see some pressure going forward, what avenues do you have to offset this market pressure and still meet consensus expectations of mid- to high single-digit growth for the next few years. Thank you.

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

I think the first thing, let me point out the reason I kind of dissected our growth. It is my perception that most people think the industry is more robust than the actual industry is. You see public company sales numbers, the public companies that you see are taking share and some of the private companies are donating share. So, I don't think the industry has actually realized the growth rate that most investors think because the industry has been constrained. And I don't think we have been pulling forward sales. I think we have been pushing off sales. And so that was the main reason kind of dissected it. So the foundation of your question is it is like a booming market and what happens when it is not a booming market? So I'm going to push it back a little bit. I don't think it is been that big a booming market because we haven't been able to build the beds as an industry, OK.

The second point is, OK, so it does slow down a little bit. We have got lots of drivers. When you look at our direct business, I mean, when you look at the web business alone in the second quarter, even though it had triple-digit growth last year, we had double-digit growth on top of that. So we are doing great on the web business. We have got our own stores. We have got expansion in our Tempur stores, flagship stores. We have got expansion in Sleep Outfitters. We have got new initiatives in Europe and all over International in Tempur as we go forward a larger addressable market with the Tempur product. Asia, whether-I think your question is mainly focused on the U.S., but Asia has continued to grow. So, even if it slows back down to what would be normal trend, it looks like to me, we have got good growth at the top line, but we also got a lot of opportunity on the bottom line. Look, this disruption from a component standpoint has been around sloppy.

Bhaskar has called that out of several quarters, and I'm going to call it $5 million to $10 million a quarter swap because of the supply chain. We have got significant free cash flow, but we have got to invest somewhere, whether that be in share buyback or whether that be in highly accretive acquisition, I'm not sure yet, but it is certainly got to be invested in somewhere because our debt leverage pay down went 1.4 times at the end of the quarter. We have got a very accretive acquisition that gets layered into next year, and we get the full benefit of pricing increases that we took this year with the full benefit next year. So it looks like it is good failing, I'm going to say, for quite a while. But again, I think the main point I want to make is the foundation of sales overall in the industry are extremely robust. I think orders and demand is very robust, but I actually think the industry sales are lower than some people perceive.

Bhaskar RaoExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Right. And let me just do that math. 16% of the growth that would equate to about 5%. And if you just think about the industry over the last 20, 30 years, that is not far off round.

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

Yes. And I guess I forgot to mention, we have customers on allocation. And we are not accepting new customers. And so I guess all of that combined, although we haven't done our budgeting for next year yet, I think we are going into the budget season feeling good about next year.

Operator

Thank you. Our next question comes from the line of Jenna Giannelli from Goldman Sachs. Your line is now open.

Jenna GiannelliGoldman Sachs Group — Analyst

Hi guys, thanks for taking my question. I guess the first one is really just on the backlog with some of the customers on allocation and potentially having to turn some new ones away. I guess a few things, has that put any sort of pressure on the relationships or satisfaction or is it understood that this is just a general industry headwind? And also, I guess, is there a risk that they potentially go elsewhere just to get product? And then just finally, has there been any resistance to increases in pricing? Thanks so much.

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

Very artfully got 12 questions in one, and I'm going to try to remember Bhaskar is writing very quickly. Yes. First of all, this is an industry issue. It is not a company-specific issue. It is an industry issue as far as constraint. So, I think everybody understands that. And not only is it just a bedding industry issue, I think we all know whether you try to order a car or you try to order furniture or you try to order a boat or whether you try to order anything. Right now, the world is a little different. And so not that people are particularly wonderfully happy about having to wait, I do think that helps. And we are not seeing any issues, both in our own stores or with retailers as far as from cancellations. So, as long as you can tell a customer when they are going to get their product, hold their delivery time and communicate with them, no issues from that point. Put pressure on relationships, yes, sure, I'm going to say, I have some customers that aren't happy because they think they could sell more and they probably could if we could build more faster but it kind of comes with the territory.

One thing we are doing is we are treating all channels. And so you could argue that if you just wanted to optimize our EPS for this quarter or last quarter or anything else, we would benefit our direct channel over the other channels, and we are not doing that. We are constraining our direct business in the same way that we are constraining the rest of the channel. We are treating everybody what we believe is fairly. And again, we also see an end to this, and it is a relatively short period of time. But we as a company are disappointed that we are not able to deliver as quickly as we have in the past.

Bhaskar RaoExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Any pushback on price?

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

No. On the price, glad you asked, look, over the last 12 months or so, the industry has pushed more pricing through the system than it ever has in the history of bedding by a large amount. The pricing has gone through crisply. Industry has accepted it and quite frankly, customers have accepted it. For us, we push pricing through, we don't put margin on it. So our sales go up, but our gross profit percentage can go down. So it can't put some pressure on the percentage, but it offsets the cost. For the retailer, quite frankly, to the extent customers accept the pricing, there is margin in there, and the retailers have had-it has been good for the retailers how the pricing moved through the system. But again, whole industry moved it based off commodities and no resistance. And I don't see any resistance of. Quite frankly, if the commodities go up again, if we have to push pricing again. But right now, it feels like we have probably done enough in it domestically. You might have to do some more internationally to see how things go.

Operator

Thank you. Our next question comes from the line of Bobby Griffin from Raymond James. Your line is now open.

Robert GriffinRaymond James — Analyst

I'm going switch to competition to international a little bit. And Scott or Bhaskar, can you give us maybe an update on the 2022 launch? Has any of the supply chain issues may be impacted that? And then I guess, more importantly, now that you will own Dreams by then, how does Dreams come into play for the big international launch and any potential benefits you see there that might not have been visible before you acquired Dreams?

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

Sure. The launch and the products in development are in great shape. It is tracking to plan. As I have mentioned before, the biggest chemical issue and constraints are really domestically, not internationally. So, we are not having any significant issues internationally relative to the constraint. The pandemic is a little bit more challenging, getting people together and that kind of stuff, but we are working through that. But right now, I would tell you, the large international launch is on plan, on time, on budget, yes everything. So then you asked about how does Dreams kind of fit into that? Let's talk about Dreams for a minute. Dreams is — it is a retail, it is going to be run stand-alone. But certainly, it helps. And we will get very focused Dreams on the new product. But I think that for them to be successful. They have to decide what their merchandising plan is and they will decide that. But we are expecting big things at launching. Quite frankly, we are expecting big things from Dreams. And although nobody asked, I guess I can tell you that the U.K. bedding market in Dreams is performing very well, even though we haven't quite closed it yet.

And I think that acquisition does need some skill set that we didn't have before. And I think over time, and we are talking years, I think that that will be a good foundation for growth in Internationally.

Operator

Thank you. Our next question comes from the line of Jonathan Matuszewski from Jefferies. Your line is now open.

Jonathan MatuszewskiJefferies — Analyst

Great thanks for taking my question and nice results. I have a question around some of your key retail distribution partners. It seems like they are revamping their own marketing campaigns recently around the importance of sleep. You see it on a national basis across advertising medium. Curious how much you think this kind of raises awareness? And how it could benefit industry sales in the back half and beyond?

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

Sure. And I'm not going to talk about any individual customer, but it is a great question. I'm going kind of step back because it is more than just really this quarter. I mean if you look at the quality of the industry's advertising, both in content and how they go to market, whether it be online, it has improved. I mean our major customers have really done an outstanding job in the marketing department. And I think that that is part of the underlying demand that the whole industry is playing. But I continue to be impressed by the major retailers, new ad campaigns, more professional, more customer focused. And I guess I can really just not just go through the advertising. The industry in total and especially the large customers have become so much more focused on the customer, customer experience, customer service, that I can't — couldn't be prouder of our large customers in the way they have pivoted over the last five-years from a go-to-market standpoint.

Operator

Thank you. Our next question comes from the line of Carla Casella from JPMorgan. Your line is now open.

Carla CasellaJPMorgan Chase & Company — Analyst

Hi, I'm wondering-I had two questions I want to wrap in here. But I'm wondering if you think that the supply chain disruption has been-you have picked up any sales actually that from competitors, who may have had even greater supply chain disruption. And then you mentioned your order to delivery times. Can you just give us a sense of where they are in terms of the best and the worst markets today to put in the context of the expansion you are doing on the West Coast?

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

Sure. From a supply chain standpoint, I don't know, it is pretty hard to-I don't think we picked up any particular share relative to supply chain. Here is the challenge. Because we have been growing so much faster than everybody else, we have great relationships with our suppliers, but we have to get more components, not just what we got last year. Some of our competitors, who are not growing or not going very fast, their challenges might have been less because they are not asking more components, if that makes sense to you. But as I said, we have 62% on a two-year stack. So we are having to go out and get more components. So I'm going to say, on total, we are probably-it was neutral from a market share standpoint. As far as order to delivery, you got to do it by brand. I'm going to say, normally, Sealy order to delivery three-days faster, give or take. In a normal world, order delivery three-days if it is a Sealy product. And we are probably how many weeks out you think in Sealy? A few. Yes, three, three to four. I will call it, three to four. It is going to vary by product by plant, kind of thing, but that kind of gives you an idea. Tempur is built to inventory. So it is an inventory in DCs, all over the United States. And that is normally, you just order it and you are going to get it within a week. And probably some of our large retailers have obviously their own DC.

And now Tempur's probably three, four weeks out, again, depending on product and location. We think the Sealy backlog might come down a little bit in the third quarter, but still be there. Tempur backlog should probably peak at the end of the third quarter, and we should be able to work it all off, hopefully, in the fourth quarter and unconstraint our customers.

Operator

Thank you. Our next question comes from the line of Brad Thomas from KeyBanc. Your line is now open.

Bradley ThomasKeyBanc Capital Markets — Analyst

Hi thanks for taking the question. Congrats on a great quarter here. A question for Scott and Bhaskar, if I could. Scott, you mentioned the 20% growth in orders that you are seeing. I wonder if you could maybe speak to some of the data points you are getting from your own direct business just to make sure we are pulling out any extra orders that you are seeing maybe as retailers are trying to fill inventories. And then Bhaskar, I was hoping you could just talk a little bit about your latest expectations for raw material impact on EBITDA through the balance of the year and for the year on the whole.

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

Yes. The number I gave you is what I will call a clean number for orders. We don't let retailers order up or buy up or do things like that to try to kind of game the system. So that would be a solid worldwide order number correct. And then I would tell you, North America is stronger. And then within North America, I would say Tempur is really strong.

Bhaskar RaoExecutive Vice President & Chief Financial Officer

That is right. As it relates to raw material, if I just go backwards a bit, in the second quarter, we had an expectation about what we would see, let's call that $20 million to $25 million. And we did anticipate at that time that some of that would dissipate as we get into the back half. Good news, bad news. Bad news is that sitting here today is that, that did not happen. However, as part of the contemplation during the second quarter is that we did indicate, if pricing was more sustained or inflation will more be sustained, we put in a price increase. So we have done that. The price increase does go and it is our fourth round. It will go into place in the third quarter. And we haven't specifically talked about the size of raw materials. However, what I would say to that is that it is significant. And because of the strength of our brands and products, what we have been able to do is we have put in pricing that fully offsets all of the pricing, the inflation that we see and the anticipated inflation that we see for the balance of the year. And then as you think about 2022, as Scott said, is that we will get the wraparound effect. So pricing will be a help or a tailwind as we get into 2022 and beyond.

Operator

Thank you. Our next question comes from the line of Judy Merrick from Truist. Your line is now open.

Judith MerrickTruist Securities — Analyst

Okay thank you. This is Judy in for Keith Hughes. Most of our questions have been asked, but just a follow-up on the international question on the Dreams. So that hasn't changed anything about your Tempur-Pedic rollout next year in Europe for either the pace or how you are going to do that. Is that right?

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

That is correct. I mean Dreams is already an outstanding customer of ours. So I don't think it really changes much for the Tempur rollout. Where there is some possibly incremental opportunities is on the Sealy side. Sealy is — they are not a big Sealy retailer at this point. And we just recently acquired our Sealy rights back. And so we will work through that over the next year and see what the opportunity is for the Sealy brand on the Dreams floor. But from a Tempur standpoint, they are great Tempur customers already.

Operator

Thank you. Our next question comes from the line of Bob Duval from Guggenheim. Your line is now open.

Robert DrbulGuggenheim Securities — Analyst

Hey good morning. Just a quick question. Following on the discussion around advertising and marketing, when you think about sort of the strong demand that you are seeing in some of the supply chain challenges, how are you guys managing your own advertising investments and marketing expenses and I guess, the plans for the remainder of the year that would be helpful.

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

Yes. No, a very astute question. Look, we could manage the business and optimize earnings per share. And maybe that is what we should do. Maybe there are some people, who think that is what we should do. But that is not what we are doing, OK. Even though the demand is great, we are not trying to optimize EPS for a particular quarter. This is going to be the biggest year of advertising history of the company, and we have not pulled back on our advertising during this period because the advertising is brand building for the long-term, and we are setting ourselves up for next year and 2022, especially over in Europe. So, it is really — but we debated internally. And you wonder like, OK, should you try to optimize? And we look at it as a long-term commitment, our retailers expect us to be in the market to continue to drive business. And so we are not really turning on and turning off advertising, trying to manage it.

We are committed to the brand. And the good news is when we do our brand tracker and we look at customer intent, we continue to see building strength in our brands relative to other people in the market. So, we think this long-term consistent commitment to drive advertising and marketing is the right for the long-term. So that is what we are doing. It is an interesting question that we have debated several times this year within the group, but we are in it for the long-term.

Operator

Thank you. The allocated time for questions has come to an end. I would like to turn the call back over to Scott Thompson for closing remarks.

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

Thank you, operator. To the over 9,000 employees around the world, thank you for what you do every day to make the company successful. To our retail partners, thank you for your outstanding representation of our brands. To our shareholders and lenders, thank you for your confidence in Tempur Sealy's leadership team and its Board of Directors. This ends the call today. Thank you, operator.

Operator

(Operator Closing Remarks)

Duration: 59 minutes

Call participants:

Aubrey MooreInvestor Relations

Scott ThompsonPresident & Chief Executive Officer

Bhaskar RaoExecutive Vice President & Chief Financial Officer

Curtis NagleBofA Securities — Analyst

Seth BashamWedbush Securities — Analyst

Peter KeithPiper Sandler & Company — Analyst

Atul MaheswariUBS Investment Bank — Analyst

Jenna GiannelliGoldman Sachs Group — Analyst

Robert GriffinRaymond James — Analyst

Jonathan MatuszewskiJefferies — Analyst

Carla CasellaJPMorgan Chase & Company — Analyst

Bradley ThomasKeyBanc Capital Markets — Analyst

Judith MerrickTruist Securities — Analyst

Robert DrbulGuggenheim Securities — Analyst

More TPX analysis

All earnings call transcripts


AlphaStreet Logo

This article represents the opinion of the writer, who may disagree with the “official” recommendation position of a Motley Fool premium advisory service. We’re motley! Questioning an investing thesis — even one of our own — helps us all think critically about investing and make decisions that help us become smarter, happier, and richer.



Source link

On voit clairement qu’il est plausible de se lancer dépourvu argent et inconscient technique particulière. Je vous conseille de vous jeter rapidement en dropshipping principalement ne pas mettre trop d’argent sur votre site. Il vous faut rigoureusement avoir un budget marchéage pour faire venir internautes sur votre boutique : c’est le nerf de la guerre. Car comme nous-mêmes l’ai dit, vous pouvez avoir la plus belle boutique. Sans trafic, vous ne ferez à la saint-glinglin de chiffre d’affaires. Une que vous aurez testé, votre marché vous allez pouvoir alors commander un stock.