Facebook (FB) Transcription de l'appel sur les résultats du deuxième trimestre 2021


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image : L'imbécile hétéroclite.

Facebook (NASDAQ : FB)
Appel des résultats du deuxième trimestre 2021
28 juil. 2021, 17h00. HE

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appeler les participants

Remarques préparées :

Opérateur

Bon après-midi. Je m'appelle France et je serai votre opératrice de conférence aujourd'hui. En ce moment, je souhaite la bienvenue à tout le monde à la conférence téléphonique sur les résultats du deuxième trimestre 2021 de Facebook. (Instructions de l'opérateur) Cet appel sera enregistré.

Mme Deborah Crawford, vice-présidente des relations avec les investisseurs de Facebook, vous pouvez commencer.

Deborah CrawfordVice-président des relations avec les investisseurs

Merci. Bonjour et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du deuxième trimestre de Facebook. Mark Zuckerberg, PDG, se joint à moi aujourd'hui pour discuter de nos résultats ; Sheryl Sandberg, directrice de l'exploitation ; et Dave Wehner, directeur financier. Avant de commencer, j'aimerais profiter de cette occasion pour vous rappeler que nos remarques d'aujourd'hui comprendront des déclarations prospectives.

Les résultats réels peuvent différer sensiblement de ceux envisagés par ces déclarations prospectives. Les facteurs qui pourraient entraîner une différence importante entre ces résultats sont énoncés dans le communiqué de presse d'aujourd'hui et dans notre rapport trimestriel sur formulaire 10-Q déposé auprès de la SEC. Toutes les déclarations prospectives que nous faisons lors de cet appel sont basées sur des hypothèses à ce jour, et nous n'assumons aucune obligation de mettre à jour ces déclarations à la suite de nouvelles informations ou d'événements futurs. Au cours de cet appel, nous pouvons présenter à la fois des mesures financières GAAP et non GAAP.

Un rapprochement des mesures GAAP et non GAAP est inclus dans le communiqué de presse sur les résultats d'aujourd'hui. Le communiqué de presse et une présentation aux investisseurs l'accompagnant sont disponibles sur notre site Web à l'adresse Investor.fb.com. Et maintenant, j'aimerais passer l'appel à Mark.

Mark ZuckerbergChef de la direction

Salut à tous. Merci de nous rejoindre aujourd'hui. Ce fut un bon trimestre pour notre produit et notre activité. Aujourd'hui, plus de 3,5 milliards de personnes utilisent activement un ou plusieurs de nos services.

Et je suis enthousiasmé par la feuille de route de nos produits à venir. Je veux commencer aujourd'hui par discuter de certains des thèmes que nous voyons dans nos efforts majeurs autour des créateurs, du commerce et de la prochaine plate-forme informatique. Chacun de ces domaines est important et va libérer beaucoup de valeur en soi, mais ils constituent également des éléments constitutifs de l'avenir d'Internet et de la vision future de notre entreprise. Et j'en discuterai aussi.

Alors d'abord, parlons des créateurs. Maintenant, nous voulons que nos plateformes soient le meilleur endroit pour que des millions de créateurs gagnent leur vie. Et si nous pouvons le faire, alors nos services auront également le meilleur contenu sur de nombreux types de médias différents, du texte et des photos à l'audio, aux jeux et à la vidéo. La vidéo, en particulier, devient le principal moyen par lequel les gens utilisent nos produits et s'expriment.

Je sais que c'est un thème dont nous parlons depuis quelques années maintenant, mais nous l'exécutons depuis un certain temps, et la vidéo est devenue de plus en plus importante dans notre produit. La vidéo représente désormais près de la moitié de tout le temps passé sur Facebook, et Reels est déjà le plus gros contributeur à la croissance de l'engagement sur Instagram. Dans toutes les formes de vidéo, les vidéos courtes comme Reels se développent particulièrement rapidement. Nous nous efforçons de faciliter la création de vidéos pour quiconque, puis de les visionner sur tous nos différents services, en commençant par Facebook et Instagram.

Désormais, les gens aiment regarder les vidéos recommandées par nos algorithmes personnalisés. Cela donne donc aux créateurs un bon moyen d'atteindre de nouvelles personnes qui ne les suivent pas encore. Et c'est aussi un bon complément à nos flux sociaux, et c'est un domaine où nos progrès en IA vont rendre l'expérience bien meilleure dans les mois et les années à venir. La vidéo à la demande comme dans Facebook Watch se développe également rapidement et se développe désormais plus rapidement que les autres types de vidéo ou de contenu dans le fil d'actualité. Nous développons un certain nombre de nouveaux outils de monétisation vidéo pour les créateurs qui peuvent être rémunérés pour la création de contenu de qualité. Ainsi, par exemple, l'année dernière, les gens ont dépensé plus de 50 millions de dollars d'étoiles pour les créateurs de flux de jeux en direct sur Facebook uniquement.

Et maintenant, nous étendons les étoiles afin que les fans puissent également les envoyer à n'importe quel créateur pendant la vidéo à la demande. Je veux aussi appeler la vidéo en direct pendant un moment. Il s'agit d'un pourcentage plus faible de notre vidéo globale sur nos services, mais c'est l'un des contenus les plus uniques et donne aux créateurs un moyen de créer une communauté et d'interagir avec leurs abonnés. Et nous nous concentrons également sur le développement d'outils de monétisation tels que les pauses en direct pour les annonces midroll et les achats en direct, afin que les créateurs puissent gagner leur vie et engager davantage leurs communautés dans le commerce avec leur contenu.

Donc, dans l'ensemble, il y a beaucoup plus à faire ici. Et comme cela deviendra la majorité de l'engagement dans nos services dans les années à venir, nous allons continuer à nous concentrer sur cela. Nous nous concentrons également sur d'autres types de créateurs au-delà de la vidéo. Et certains des comportements émergents les plus intéressants que nous observons sont les créateurs qui utilisent de nombreux types de contenu différents pour engager leurs communautés.

Nous avons donc lancé Live Audio Rooms ce trimestre, ainsi que des podcasts. Nous avons également lancé Bulletin, notre service de publication et d'abonnement pour les écrivains, et avec des fonctionnalités pour les aider à trouver et à développer leur audience, y compris des intégrations avec les groupes, Facebook Live et Live Audio Room. Pour aider à développer l'économie des créateurs dans son ensemble, nous allons garder nos outils de création gratuits jusqu'en 2023. Et nous avons récemment annoncé que nous investissons 1 milliard de dollars dans les créateurs sur Facebook et Instagram.

Je suis donc optimiste que les créateurs auront plus d'opportunités de faire le travail qu'ils veulent, et cela va amener les gens à entendre beaucoup de nouvelles voix à travers nos différents services. Le deuxième domaine dont je veux parler aujourd'hui est le commerce. Notre objectif ici est de créer de meilleures expériences pour les personnes interagissant avec les entreprises et d'aider les entreprises à se développer encore plus sur notre plate-forme. Notre approche consiste à progresser dans la pile et à créer des services de classe mondiale à chaque niveau du commerce, de la découverte au sommet de la pile jusqu'aux paiements.

Et tout comme nous voulons être le meilleur endroit pour que des millions de créateurs gagnent leur vie, nous voulons aussi être le meilleur endroit pour que les entreprises se développent. Nous avons commencé ici en créant des outils publicitaires de classe mondiale pour aider les entreprises à atteindre des clients potentiels et à aider les gens à découvrir de nouveaux produits et services qui pourraient leur plaire. Mais ce que nous avons constaté, c'est que lorsque ces annonces sont liées hors du site, vous accédez souvent à une page Web qui n'est pas personnalisée ou optimisée ou sur laquelle vous devez ressaisir vos informations de paiement, et ce n'est pas une bonne expérience pour les gens, et ce n'est pas le cas. conduire aux meilleurs résultats pour les entreprises non plus. Notre prochaine phase se concentre donc sur la création de boutiques, de places de marché, de messagerie professionnelle dans WhatsApp et Messenger pour créer des expériences de commerce plus natives dans nos applications.

Il y a beaucoup de travail à faire ici pour prendre en charge tous les outils métier qui existent déjà pour le Web en mode natif. Mais au fur et à mesure que nous mettons plus de cela en ligne et permettons plus de cela, cela va créer une expérience client supérieure, et cela va mieux se convertir pour les entreprises. Cela conduira à davantage d'entreprises à investir et à renforcer leur présence dans nos services, et cela conduira à encore plus de diversité de produits que les gens pourront découvrir et avec lesquels interagir. Il s'agit donc d'une stratégie à long terme.

Cela va prendre un certain temps avant que cela ait un sens, surtout compte tenu de l'ampleur de notre activité publicitaire déjà, mais je suis convaincu que c'est le bon pari à long terme et la bonne direction du produit. Et au fur et à mesure que nous progressons dans la pile, de la découverte et des publicités à la vitrine du commerce natif, nous faisons également des progrès sur les paiements en même temps. Ainsi, les paiements WhatsApp sont désormais disponibles pour tout le monde au Brésil, ainsi qu'en Inde. Beaucoup de gens l'utilisent déjà comme un moyen simple et sécurisé d'envoyer de l'argent à des amis.

Nous ajoutons de nouvelles fonctionnalités de paiement dans Messenger aux États-Unis, comme les codes QR. Nous venons également d'annoncer que nous rendons Facebook Pay disponible en dehors de nos applications pour la première fois, ce qui signifie que vous allez commencer à le voir comme une option de paiement sur le Web et en particulier dans les vues Web que vous voyez dans notre application. après avoir cliqué sur des publicités ou d'autres contenus commerciaux. Les expériences commerciales sont désormais accessibles dans la plupart de nos services, et nous avons une feuille de route complète d'intégrations plus approfondies qui m'enthousiasment pour les mois à venir.

Le troisième domaine dont je veux parler est la construction de la prochaine plate-forme informatique. Nous continuons à investir massivement dans la technologie et les produits de construction pour offrir un sentiment de présence complet. Cela va être essentiel pour déverrouiller la prochaine génération de services Internet sociaux. Quest 2, en particulier, continue de bien se porter, et il continue de s'améliorer chaque mois à mesure que nous publions des mises à jour logicielles régulières, y compris plus récemment, nos API pass-through, afin que les développeurs puissent commencer à créer des expériences de réalité mixte sur Quest.

La gamme de contenus et d'expériences que nous voyons ne cesse de s'élargir au point qu'il existe actuellement de nombreuses expériences de réalité virtuelle populaires au-delà des jeux. Les applications les plus populaires sur Quest sont sociales, ce qui correspond à notre thèse originale selon laquelle la réalité virtuelle sera une plate-forme sociale. Et c'est pourquoi nous sommes si concentrés sur sa construction. Mais nous voyons également des cas d'utilisation convaincants dans d'autres formes de divertissement, ainsi que dans le travail, la créativité et la forme physique.

Dans l'avenir, la prochaine sortie du produit sera le lancement de nos premières lunettes intelligentes de Ray-Ban en partenariat avec EssilorLuxottica. Les lunettes ont leur facteur de forme emblématique et elles vous permettent de faire des choses assez soignées. Je suis donc ravi de les mettre entre les mains des gens et de continuer à progresser vers des lunettes de réalité augmentée à l'avenir. Maintenant, les domaines dont j'ai discuté aujourd'hui : les créateurs, le commerce et la prochaine plate-forme informatique, ce sont chacun des priorités importantes pour nous, et ils vont chacun libérer beaucoup de valeur par eux-mêmes.

Mais ensemble, ces efforts font également partie d'un objectif beaucoup plus vaste : aider à construire le métavers. Et je partagerai beaucoup plus à ce sujet dans les mois à venir. Je voulais donc en discuter maintenant afin que vous puissiez voir l'avenir vers lequel nous travaillons et comment nos principales initiatives à travers l'entreprise vont s'y adapter. Alors qu'est-ce que le métaverse ? C'est un environnement virtuel.

Nous pouvons être présents avec les gens dans les espaces numériques. Et vous pouvez en quelque sorte considérer cela comme un Internet incarné dans lequel vous êtes plutôt que de simplement regarder. Et nous pensons que ce sera le successeur de l'Internet mobile. Vous allez pouvoir accéder au métaverse à partir de tous les appareils différents et de différents niveaux de fidélité, des applications sur téléphones et PC aux appareils de réalité virtuelle et augmentée immersifs.

Dans le métaverse, vous pourrez sortir, jouer à des jeux avec des amis, travailler, créer et plus encore. En gros, vous allez pouvoir faire tout ce que vous pouvez sur Internet aujourd'hui, ainsi que certaines choses qui n'ont pas de sens sur Internet aujourd'hui, comme danser. La qualité déterminante du métavers est la présence, qui est ce sentiment que vous êtes vraiment là avec une autre personne ou dans un autre endroit. La création, les avatars et les objets numériques vont être au cœur de la façon dont nous nous exprimons, et cela va conduire à des expériences et des opportunités économiques entièrement nouvelles.

Je pense que, dans l'ensemble, c'est l'un des projets les plus excitants sur lesquels nous allons travailler au cours de notre vie. Mais ça va demander beaucoup de travail. Et aucune entreprise ne sera capable de construire cela toute seule. Une partie de ce que j'ai appris au cours des cinq dernières années, c'est que nous ne pouvons pas nous concentrer uniquement sur la création d'expériences formidables, nous devons également nous assurer que nous aidons à créer des écosystèmes afin que des millions d'autres personnes puissent participer à la hausse et l'opportunité de ce que nous créons tous.

Il va falloir de nouveaux protocoles et normes, de nouveaux appareils, de nouvelles puces, de nouveaux logiciels, des moteurs de rendu aux systèmes de paiement, et tout le reste. Et pour que le métavers remplisse son potentiel, nous pensons qu'il doit être construit d'une manière ouverte à la participation de tous. Je m'attends à ce que cela crée beaucoup de valeur pour de nombreuses entreprises de haut en bas, mais cela nécessitera également un investissement très important sur de nombreuses années. Je vois notre objectif ici comme une continuation de notre travail pour construire une technologie qui rassemble les gens.

À bien des égards, le métavers est l'expression ultime de la technologie sociale. Certaines des expériences que j'ai rêvé de construire bien avant de commencer Facebook commencent seulement à devenir possibles maintenant. Si vous regardez les investissements que nous avons faits au fil des ans, vous pouvez voir que cette vision commence progressivement à se concrétiser. Et vous pouvez voir pourquoi nous sommes si excités à ce sujet.

Ainsi, en plus d'être la prochaine génération d'Internet, le métaverse sera également le prochain chapitre pour nous en tant qu'entreprise. Et dans les années à venir, je m'attends à ce que les gens passent de nous voir principalement comme une entreprise de médias sociaux à nous voir comme une entreprise métaverse. Et il y a beaucoup de choses que nous devons faire pour y arriver. Et il y aura de nombreuses étapes passionnantes en cours de route, dont certaines que nous partagerons dans les mois à venir.

Mais en attendant, je veux juste prendre un moment pour remercier tous les membres de notre communauté, tous nos partenaires et employés, et tous ceux qui nous ont soutenus jusqu'à présent. Je continue d'être reconnaissant de faire ce voyage avec vous tous. Et maintenant, voici Sheryl.

Sheryl SandbergPrésident directeur général

Salut à tous. Merci, Marc. J'espère que vous êtes tous en sécurité et en bonne santé. Ce fut un très bon trimestre pour notre entreprise.

Notre chiffre d'affaires total pour le deuxième trimestre s'élevait à 29,1 milliards de dollars, soit une augmentation de 56 % en glissement annuel. Nous avons constaté une forte croissance dans toutes les régions et dans la plupart des secteurs verticaux. Nos secteurs verticaux les plus solides sont ceux qui ont bien performé tout au long de la pandémie, y compris le commerce électronique, la vente au détail et les CPG. Et nous constatons également une reprise continue dans d'autres comme les voyages qui ont été durement touchés par COVID.

Notre performance continue d'être tirée par la transformation numérique en cours, qui s'est accélérée pendant la pandémie, et nos investissements à long terme dans des outils et des produits pour aider les entreprises à faire le changement en ligne. Il n'y a pas si longtemps, il était beaucoup plus difficile et beaucoup plus coûteux pour les entreprises de créer une présence numérique, de prendre des commandes en ligne et d'atteindre les clients à distance. Nos outils et produits rendent ces choses plus faciles et plus accessibles. Les entreprises et les créateurs peuvent créer des pages, des profils et des boutiques depuis Facebook et Instagram.

Ils peuvent dialoguer avec les clients directement dans des groupes ou via Messenger et WhatsApp, et ils peuvent raconter leurs histoires de manière créative avec des histoires vraies ou en direct sur Facebook et Instagram. Avec des publicités personnalisées, ils peuvent facilement atteindre les personnes les plus susceptibles d'être intéressées par leurs produits ou services pour quelques dollars seulement. Cela a aidé tant d'entreprises, en particulier les petites entreprises, à réussir lorsqu'il a été beaucoup plus difficile d'atteindre les gens en personne. Un bon exemple est The Pizza Cupcake, une entreprise familiale de boulangerie à New York.

Ils vendent dans des magasins éphémères depuis 2018. Mais lorsque COVID a frappé, les emplacements éphémères ont fermé et les événements de restauration annulés. Ainsi, en mars de l'année dernière, ils sont devenus une entreprise de commerce électronique. Au troisième trimestre, ils ont testé leurs premières campagnes publicitaires Facebook dans la région des trois États de New York.

Et au trimestre suivant, ils ont augmenté leur budget pour vendre dans 28 États. Depuis, ils ont embauché trois nouvelles personnes et prévoient de commencer à expédier dans tout le pays cette année. Ils ont augmenté leur production, ce qui a également entraîné la création d'emplois dans des centres de distribution du Maryland, de la Floride, de l'Arizona et de la Californie. Nous nous efforçons constamment d'améliorer l'efficacité de nos produits publicitaires afin d'aider des entreprises comme The Pizza Cupcake à atteindre les clients et à obtenir un excellent retour sur investissement.

Pour ce faire, nous investissons dans l'apprentissage automatique et la monétisation de nouvelles surfaces telles que les histoires et les bobines. Dans tout cela, nous planifions sur le long terme. Mark a parlé de certains des éléments clés de notre stratégie pour l'avenir. Je vais donc me concentrer sur la stratégie pour le secteur des publicités.

Si vous pensez au parcours que nous avons parcouru au cours de la dernière décennie, nous avons commencé avec des publicités pour ordinateur sur le côté droit des flux des personnes. Ensuite, les consommateurs sont passés au mobile, et nous avons mis des publicités dans le fil d'actualité. Et trimestre après trimestre, année après année, au fur et à mesure que nous créons de nouveaux produits grand public comme des histoires ou des bobines, nous avons trouvé le bon moyen pour les annonceurs d'atteindre les consommateurs avec ces produits. Et nous nous efforçons constamment de rendre nos publicités plus intéressantes pour les entreprises et plus pertinentes pour les utilisateurs.

Pour soutenir la croissance de notre activité publicitaire au cours des 10 prochaines années, il faudra un effort similaire. Nous devons capitaliser sur notre succès en développant de nouveaux produits innovants et des expériences de découverte tout en donnant à chacun plus de contrôle sur ses informations personnelles. Pour construire la prochaine ère d'expériences personnalisées, nous nous concentrons sur les innovations de produits dans quatre domaines. Le premier est la découverte.

Nous voulons continuer à faire de notre application les meilleurs endroits pour découvrir des produits et des entreprises que vous adorerez. Par exemple, nous testons une nouvelle expérience dans le fil d'actualités où vous pouvez appuyer pour parcourir le contenu des entreprises sur des sujets tels que la beauté, la forme physique ou les vêtements. Et nous utilisons le contexte pour faire des recommandations plus intelligentes sur les annonces à diffuser. Ainsi, si vous regardez une vidéo de voyage, nous pouvons diffuser des annonces pour des hôtels et des vols.

Le deuxième domaine est le commerce, dont Mark a parlé il y a un instant. Nous construisons un système de commerce moderne à travers les publicités, les outils communautaires, la messagerie, les boutiques et les paiements. Il s'agit de créer un parcours client personnalisé et transparent où il est plus facile de découvrir des produits, de les acheter, de les payer et de les faire livrer à votre porte. Le troisième domaine concerne les technologies de protection de la vie privée.

Nous savons que les entreprises rencontrent des difficultés en raison des changements de plateforme. Nous voulons nous assurer qu'ils peuvent continuer à obtenir d'excellents résultats grâce à des publicités personnalisées et respectueuses de la vie privée à long terme. Nous collaborons donc avec l'ensemble du secteur pour développer de nouvelles technologies afin de minimiser la quantité d'informations personnelles que nous traitons tout en nous permettant de diffuser des publicités pertinentes et de mesurer leur efficacité. Le quatrième consiste à créer des outils qui aident les entreprises au-delà du marketing.

Nous voulons aider à résoudre toutes sortes de besoins commerciaux, qu'il s'agisse de gestion de la relation client, d'outils de messagerie professionnelle ou d'embauche via des emplois Facebook. Nous aidons les gens à gérer facilement leur entreprise à travers nos applications avec Facebook Business Suite. Nous facilitons l'envoi de messages aux clients via nos applications à partir d'une interface unique. Et nous développons notre API Messenger pour Instagram car les clients comptent de plus en plus sur la messagerie plutôt que sur les appels téléphoniques.

La transformation numérique est une tendance de long terme qui ne va pas disparaître. En nous concentrant sur l'innovation dans ces quatre domaines, nous continuerons d'aider les entreprises de toutes tailles à faire le changement en ligne et à atteindre les clients avec des publicités personnalisées et respectueuses de la vie privée. Comme toujours, je suis reconnaissant envers toutes les entreprises qui travaillent avec nous, et je continue d'être émerveillé par nos équipes partout dans le monde. Tout au long de cette période, nous avons eu beaucoup de chance d'avoir autant de personnes brillantes qui travaillent dur pour garder les gens connectés et aider les entreprises à survivre et à prospérer en ligne.

Passons maintenant à Dave.

Dave WehnerDirecteur financier

Merci Sheryl et bon après-midi à tous. Nous avons enregistré de solides résultats au deuxième trimestre, car nos services continuent d'aider des millions d'entreprises à atteindre des clients dans le monde entier. Commençons par nos métriques de communauté. Nous estimons qu'environ 2,8 milliards de personnes ont utilisé au moins un de nos services quotidiennement en juin et qu'environ 3,5 milliards de personnes en ont utilisé au moins un par mois.

Notre communauté mondiale continue de croître alors même que nous avons dépassé la croissance élevée d'utilisateurs au deuxième trimestre de l'année dernière liée à la pandémie. Les utilisateurs actifs quotidiens de Facebook ont ​​atteint 1,91 milliard, en hausse de 7% ou 123 millions par rapport à l'année dernière. Les DAU représentaient environ 66% des 2,9 milliards d'utilisateurs actifs mensuels en juin. Les MAU ont augmenté de 194 millions ou 7 % par rapport à l'année dernière.

Passons aux finances. Toutes les comparaisons sont effectuées sur une base annuelle, sauf indication contraire. Le chiffre d'affaires total du deuxième trimestre s'est élevé à 29,1 milliards de dollars, en hausse de 56 % ou 50 % à taux de change constants. Nous avons bénéficié d'un vent arrière sur les devises.

Et si les taux de change étaient restés constants par rapport au deuxième trimestre de l'année dernière, le chiffre d'affaires total aurait été inférieur de 982 millions de dollars. Sur deux ans, la croissance du chiffre d'affaires total du deuxième trimestre a ralenti à 72 %, contre 74 % au premier trimestre. Les revenus publicitaires du deuxième trimestre se sont élevés à 28,6 milliards de dollars, en hausse de 56 % ou 51 % à taux de change constants. L'environnement macroéconomique de la publicité en ligne reste très solide.

Comme l'a noté Sheryl, la croissance des revenus publicitaires a été largement tirée par les secteurs verticaux qui ont bien fonctionné pendant la pandémie, tels que le commerce en ligne et les biens de consommation emballés. De plus, nous avons – nous avons constaté une amélioration des tendances de croissance dans les secteurs verticaux particulièrement difficiles pendant la pandémie, tels que les voyages, les divertissements et les médias. Sur la base de la géographie des utilisateurs, la croissance des revenus publicitaires s'est accélérée dans toutes les régions alors que nous avons dépassé le trimestre le plus solide de l'année dernière, il s'agit du deuxième trimestre de l'année dernière, qui a été la période la plus durement touchée par la pandémie. La croissance a été la plus forte dans le Reste du Monde à 86%.

L'Europe, l'Asie-Pacifique, les États-Unis et le Canada ont augmenté respectivement de 63 %, 56 % et 48 %. L'Europe, l'Asie-Pacifique et le reste du monde ont tous profité des vents favorables des devises. Au deuxième trimestre, le nombre total d'impressions d'annonces diffusées sur nos services a augmenté de 6 % et le prix moyen par annonce a augmenté de 47 %. La croissance du nombre d'impressions a été principalement tirée par les marchés en développement, en particulier en Asie-Pacifique, tandis que la croissance des prix a bénéficié de la vigueur généralisée de la demande des annonceurs.

Rappelons qu'au deuxième trimestre 2020, les effets de la pandémie ont contribué à des impressions élevées et à des prix déprimés, que nous rodons maintenant. Les autres revenus se sont élevés à 497 millions de dollars, en hausse de 36 %. La croissance des autres revenus continue d'être tirée par les ventes de Quest 2, bien que le taux de croissance ait ralenti au deuxième trimestre alors que nous entrions dans une période de ventes saisonnièrement plus lente. Nous avons également enregistré un ajustement des revenus pour les retours liés au rappel de l'interface faciale en mousse Quest 2.

Passons maintenant aux dépenses. Les dépenses totales du deuxième trimestre se sont élevées à 16,7 milliards de dollars, en hausse de 31 % par rapport à l'année dernière. En termes de postes spécifiques : le coût des revenus a augmenté de 41 % en raison des coûts du matériel grand public, des partenaires de paiement et des investissements dans l'infrastructure de base. La R&D a augmenté de 37 %, principalement grâce à l'embauche pour soutenir nos produits de base et nos efforts en matière de matériel grand public.

Le marketing et les ventes ont augmenté de 15 %, principalement grâce à l'embauche et aux dépenses de marketing. Enfin, les frais généraux et administratifs ont augmenté de 23 %, principalement en raison des frais de personnel et des frais juridiques. Nous avons ajouté plus de 2 700 nouvelles embauches nettes au deuxième trimestre, principalement dans les fonctions techniques. Nous avons terminé le trimestre avec plus de 63 400 employés à temps plein, en hausse de 21 % par rapport à l'an dernier.

Le bénéfice d'exploitation du deuxième trimestre s'est élevé à 12,4 milliards de dollars, soit une marge d'exploitation de 43 %. Notre taux d'imposition était de 17 %. Le bénéfice net était de 10,4 milliards de dollars ou 3,61 $ par action. Les dépenses en capital, y compris les contrats de location-acquisition, se sont élevées à 4,7 milliards de dollars, tirées par les investissements dans les centres de données, les serveurs, l'infrastructure réseau et les bureaux.

Les flux de trésorerie disponibles s'élevaient à 8,5 milliards de dollars. Nous avons racheté 7,1 milliards de dollars de nos actions ordinaires de catégorie A au deuxième trimestre et nous avons terminé le trimestre avec 64,1 milliards de dollars en espèces et en titres négociables. En ce qui concerne nos efforts de développement durable, nous restons concentrés sur la réalisation de notre objectif d'atteindre zéro émission nette pour l'ensemble de notre chaîne de valeur en 2030. En juin, nous avons publié notre deuxième rapport annuel sur le développement durable, qui détaille notre travail pour atteindre nos objectifs.

Passons maintenant aux perspectives. Comme au deuxième trimestre, nous prévoyons que la croissance des revenus publicitaires sera principalement tirée par les augmentations des prix publicitaires d'une année sur l'autre pendant le reste de 2021. Aux troisième et quatrième trimestres de 2021, nous prévoyons une croissance des revenus totaux d'une année sur l'autre de décélération significative sur une base séquentielle alors que nous traversons des périodes de croissance de plus en plus forte. Lorsque nous examinons la croissance sur deux ans pour exclure les impacts du chevauchement de la reprise COVID, nous nous attendons à ce que les taux de croissance des revenus totaux sur deux ans décélèrent légèrement au second semestre par rapport au taux du deuxième trimestre.

Nous continuons de nous attendre à une augmentation des vents contraires en matière de ciblage publicitaire en 2021 en raison des changements de réglementation et de plate-forme, notamment les récentes mises à jour iOS, qui devraient avoir un impact plus important au troisième trimestre par rapport au deuxième trimestre. Comme indiqué dans les récents appels de résultats, nous continuons de surveiller les développements liés à la viabilité des transferts de données transatlantiques et à leur impact potentiel sur nos opérations européennes. Passons maintenant aux dépenses. Nous prévoyons que les dépenses totales de 2021 se situeront entre 70 et 73 milliards de dollars, sans changement par rapport à nos perspectives précédentes.

La croissance des dépenses d'une année sur l'autre est principalement due aux investissements dans les talents techniques et produits, l'infrastructure et les coûts liés au matériel grand public. Nos dépenses – nos perspectives de dépenses reflètent notre engagement à investir avant les opportunités de croissance à long terme convaincantes que nous voyons dans notre portefeuille de produits. Nous prévoyons que les dépenses en capital de 2021 se situeront entre 19 et 21 milliards de dollars, sans changement par rapport à notre estimation précédente. Nos dépenses en capital sont principalement motivées par nos investissements dans les centres de données, les serveurs, l'infrastructure réseau et les bureaux.

Nous nous attendons à ce que notre taux d'imposition pour l'ensemble de l'année 2021 se situe dans la tranche supérieure de l'adolescence. En conclusion, nous sommes satisfaits de la solide performance de notre entreprise et restons déterminés à innover au nom des personnes et des entreprises qui utilisent nos services dans le monde entier. Sur ce, France, ouvrons l'appel aux questions.

Questions et réponses:

Opérateur

(Instructions de l'opérateur) Notre première question est de la lignée de Brian Nowak avec Morgan Stanley. S'il vous plaît, allez-y, monsieur.

Brian NowakMorgan Stanley — Analyste

Merci d'avoir répondu à mes questions. J'en ai deux. Le premier sur les achats et en quelque sorte tous les efforts d'achat sur Instagram et Facebook. Cela fait plus d'un an que vous êtes en quelque sorte dans ce domaine.

Et Mark, j'ai pensé que vos commentaires sur "Ça va prendre du temps avant que ça ait un sens", ce soir étaient quelque peu significatifs. Parlez-nous de l'un ou des deux domaines d'exécution clés que vous devez vraiment surmonter pour que l'opportunité d'achat soit vraiment plus grande pour l'entreprise au cours des prochaines années. Et deuxièmement, sur l'économie des créateurs, il y a beaucoup de plates-formes différentes avec une portée et des algorithmes qui attaquent en quelque sorte cette économie des créateurs. Aidez-nous peut-être simplement à mieux comprendre la façon dont vous comptez vraiment rivaliser pour que les créateurs apportent plus de contenu exclusif à votre plate-forme.

Mark ZuckerbergChef de la direction

Sûr. Je pense que je peux probablement prendre les deux. En ce qui concerne le commerce, je pense que la principale chose à garder à l'esprit est que le secteur des publicités est si important qu'il faudra beaucoup de temps avant que tout ce que nous faisons avec le commerce ne soit particulièrement significatif à grande échelle. Mais je pense que dans l'ensemble, la stratégie consiste vraiment à parcourir l'entonnoir de la découverte et à tout ce qui était déjà de classe mondiale, avec des publicités pour faire en sorte que ces publicités pointent de plus en plus vers les magasins de nos différents services.

Pour ce faire, chaque couche de l'entonnoir sur laquelle nous travaillons, nous voulons être de classe mondiale à part entière, ce qui signifie qu'en gros, il y a toute cette longue queue de fonctionnalités que les entreprises attendent sur le Web et à partir d'autres outils, et nous devons nous assurer que cela est disponible pour les boutiques, la messagerie commerciale et tous les outils, que nous le fassions par le biais de partenariats avec d'autres sociétés de commerce électronique ou que nous le développions nous-mêmes. C'est donc — nous constatons des améliorations significatives chaque trimestre en termes d'efficacité. Il existe déjà un nombre assez important de commerçants et de personnes qui utilisent les boutiques, et nous nous attendons à ce que cela s'aggrave au cours des années à venir. Mais je pense simplement qu'en termes d'échelle de l'activité publicitaire dans laquelle nous commençons, je pense simplement que de manière réaliste, nous ne devrions pas nous attendre à ce que cela soit un moteur significatif de notre entreprise ou de notre rentabilité à court terme.

Cela va juste prendre un certain temps pour que cette composition devienne des nombres significatifs. Mais je pense que la stratégie est la bonne. Cela crée une meilleure expérience produit pour les gens. Lorsque vous cliquez sur une annonce ou lorsque vous vous engagez avec une entreprise, il sera bien mieux de le faire nativement, que vous soyez sur Instagram, Facebook ou WhatsApp ou tout ce que vous utilisez, que d'aller sur un site Web qui ne vous n'avez pas vos informations de paiement et elles ne sont pas personnalisées.

Je pense donc que nous sommes sur la bonne voie ici, et nous nous concentrons sur l'aggravation de cela aussi rapidement que possible. Je suppose que pour la deuxième question sur l'économie des créateurs, je veux dire, oui, il y a un certain nombre d'entreprises différentes qui se concentrent sur cela. Je dirais qu'il y a deux ou trois choses ici qui sont des propriétés intéressantes de cela. La première est que si vous êtes un créateur et que vous essayez de diffuser votre contenu et que vous essayez de gagner votre vie, vous voulez être sur toutes ces différentes plateformes.

Donc, je pense que beaucoup de ce que nous essayons de faire, c'est que ce n'est pas nécessairement le cas que les gens vont être sur une plate-forme plutôt que sur une autre. Nous voulons juste faire en sorte que les créateurs aient leur meilleur contenu ici et que nous puissions les aider à gagner leur vie mieux que d'autres plateformes. Et nous pensons que si nous le faisons, nous aurons un avantage sur le contenu sur le long terme. Mais ce n'est pas comme si nous devions fondamentalement gagner des créateurs d'un autre endroit.

Nos outils de monétisation, je pense, sont un assez gros avantage que nous apportons à la table. Notre publicité est de classe mondiale. Donc, la capacité d'aider les créateurs à gagner plus d'argent avec le travail qu'ils font déjà, je pense que c'est quelque chose que nous devrions vraiment être en mesure d'apporter cet ensemble d'outils à la table. Nous avons également beaucoup de distribution qui – et la capacité de – pour que les gens trouvent leurs communautés et aident à personnaliser les recommandations pour aider à connecter les gens avec les personnes qui vont être intéressées par leur contenu.

Donc je parie que c'est – c'est une partie de ce que nous voyons et pourquoi beaucoup de créateurs sont enthousiasmés par le travail que nous faisons. Et à long terme, je pense que si nous parvenons à faire en sorte que des millions de créateurs puissent gagner leur vie sur nos plateformes, je pense que cela signifiera simplement qu'il y aura une ampleur à long terme et healthy set of content across the systems that I think is going to be increasingly important, especially as video becomes more important on our platforms, like what we're seeing both with Watch and Reels now.

Dave WehnerChief Financial Officer

And France, we can go ahead and take the next question.

Operator

Our next question is from Justin Post with Bank of America. Please go ahead.

Justin PostBank of America Merrill Lynch — Analyst

Génial. Thanks for taking my question. maybe one for Dave and one for Mark. First, on the DAUs, you're kind of back where you were in Q1 last year for U.S.

and Europe. How do you feel about how reopening is affecting activity? And penetration levels today, where could they go from here? And then, Mark, really appreciate all the commentary on meta universe. I think some companies would build them private. I appreciate the thoughts around that.

Maybe first, what's kind of the business model on a very high level? And second, what kind of disclosures could we see on expenses around AR, VR? It looks like maybe up to 20% of job openings are Oculus. So it looks like the investments already started. I was wondering if you might be able to — how you're thinking about giving us updates around that.

Dave WehnerChief Financial Officer

Oui. Thanks, Justin. On the DAU front, we are seeing those trends being impacted by COVID. That's especially noticeable in some of the larger markets where we have high levels of penetration like North America and Europe.

And I'd say in North America, given our high level of penetration, we do expect sort of MAU and DAU levels to sort of bounce around from quarter-to-quarter given kind of how significantly penetrated we are in that market. And then in Europe, we're seeing a combination of seasonal slowness, as well as COVID-related softness, when we saw restriction ease — restrictions ease. Obviously, with Delta, we might see other trends. It's hard to predict how that's going to play out in this cycle.

But that's kind of the best read on it I can give you at this point.

Mark ZuckerbergChief Executive Officer

Sure. And on the metaverse point, what we're primarily focused on here, before I get into the business model, our basic playbook as a company is build products that get to scale, especially social products. It's important that the people you want to interact with are there. So we're going to focus on having hundreds of millions of people use the metaverse and the new platforms that we're building before we really turn this into what I expect to be a very important and big part of the business.

But overall — and I think that there's — as we embark on this next chapter, ads are going to continue being an important part of the strategy across the social media parts of what we do, and it will probably be a meaningful part of the metaverse, too. I think commerce is going to be increasingly important, which is why we're — one of the reasons why we're focused on this across our current apps and the current economy. But I think digital goods and creators are just going to be huge, right, in terms of people expressing themselves through their avatars, through digital clothing, through digital goods, the apps that they have, that they bring with them from place to place. A lot of the metaverse experience is going to be around being able to teleport from one experience to another.

So being able to basically have your digital goods and your inventory and bring them from place to place, I think that's going to be a big investment that people make. And our focus, for now, is really on helping to develop the community, helping to develop the number of people who — and grow the number of people who can be in these metaverse experiences and can experience in these next computing platforms like virtual and augmented reality. And that's, I think, what you should expect us to focus on over the next period. But over the long term, I think that there's going to be a very big digital economy around this.

And that's what we're primarily going to be shooting for. Our business model isn't going to primarily be around trying to sell devices at a large premium or anything like that because our mission is around serving as many people as possible. So we want to make everything that we do as affordable as possible, so as many people as possible can get into it and then compounds the size of the digital economy inside it. So that's kind of at a high level how I'm thinking about this.

And I'm happy to talk about this more as we continue to evolve the investment. And Dave can speak about the expenses and disclosures and all that. But I will note that I appreciate the ingenuity and cleverness of looking to our job descriptions to — just to see where we're investing. This is a big focus, as I called out in my comments at the beginning.

Dave WehnerChief Financial Officer

Oui. And Justin, I mean, obviously, from a capital allocation perspective, our overall focus is on growth. And we've repeatedly called out that as it relates to our investments in innovation, FRL is a big focus area for us and a major investment driver in our expense outlook. So we have mentioned that we're investing billions of dollars annually, and we expect to invest in this area for the foreseeable future.

As we make progress toward building this next computing platform, there's a lot of hard work that needs to be done, but it is a big focus, but we haven't provided any more granularity on it. OK, France, the — you can go ahead and go to the next question, please.

Operator

Our next question is from Doug Anmuth with J.P. Morgan. Please go ahead with your question.

Doug AnmuthJ.P. Morgan — Analyst

Thanks for the questions. I'm going to go two for Dave. Just first on the mix of slower impression growth and then with price as the driver here for the year, is there anything else that we should be thinking about beyond the comps from last year? And how do you think about expanding surfaces to create more ad inventory going forward? And then secondly, just curious if your view on ATT has changed over the past three months at all? And if you could comment at all just early on, on some of your mitigation efforts and what you're seeing there.

Dave WehnerChief Financial Officer

Oui. Sure, Doug. In terms of impression growth, we had called out last quarter that we would expect for the remainder of 2021 for pricing to be a bigger driver of growth. So — and mentioned at that time, there were a few factors driving it.

The biggest factor is lapping the COVID engagement that we saw that was particularly pronounced in North America where we saw more engagement related to the lockdowns and higher impression growth last year. So that is one of the big factors. The other factor that we're seeing is a shift toward video, both for our products and other products. And that's just generally a big trend in the market, and that tends to have a — lower impressions per the amount of engagement than things like News Feed.

So kind of both those things are factors, but the COVID factor is the one that I would call out. And when you think about how we're expanding services to create more ad inventory, I would say that we've got a number of impression growth opportunities. We've seen growing impression contributions from new services like Instagram Explore broadly within video, Marketplace. And then when we look forward, I think Reels is a really significant future opportunity.

We've only just really begun to make ads available globally on Reels. So when you kind of look at all of these different services, we think there are a lot of good growth opportunities. They're still small in absolute size compared to things like Feed and Stories but big opportunities for growth. In terms of your question on ATT, so the impact from the ATT changes has really generally been in line with our expectation.

We're obviously benefiting, as others are, from a very strong macro environment for advertising. But look, this has been very challenging for advertisers to navigate, and we're working with them to help them navigate these changes. And we've introduced solutions to help them do that through approaches like our Aggregated Events Management API, which is aggregated data for targeting and measurement. Obviously, we're doing a lot of work on using machine learning and AI to help rank apps and make them more valuable.

But overall, we do think there are opportunities to continue to improve our capabilities through investments in areas like machine learning and AI to make ads more effective. And if we can get advertisers to get the same number of conversions from fewer ads, that's great. That works for them, and it creates more value for the ads for us. OK, France, we can go to the next question.

Operator

Our next question is from Mark Mahaney with Evercore ISI. Please go ahead.

Mark MahaneyEvercore ISI — Analyst

D'ACCORD. Two questions, please. Back on the metaverse investments, Dave, will you take a swing at that question about how much expense associated with building out the metaverse that investors should expect? We came up with our own crude numbers of maybe $5 billion a year. Are we anywhere, ballpark, close on that? And then given the rise in pricing, just to address the issue.

I know you've done it in the past, the extent to which that's had a material impact on ROI for marketers. I know it's an auction-based system. But as prices rise, is there — should — is there any reason to be concerned about whether there will be some marketers that would be priced out because of that and create less optimal outcomes for your platform?

Dave WehnerChief Financial Officer

Oui. Sure, Mark. And I can certainly hit this with Justin's earlier question. We haven't given a specific breakout on what we're investing in FRL.

It's obviously a significant investment. We've categorized it as billions and so your number is billions. So it's consistent with us saying billions. But beyond that, we don't have any more specificity to give, but it is certainly a significant investment.

And I would say that is inclusive, obviously, of all of the efforts we're making across FRL, not just the metaverse. And then on pricing and ROI, Sheryl, you might be able to give some color on that as well. You're muted, Sheryl. Hang on a second.

Sheryl SandbergChief Operating Officer

Pardon. On pricing and ROI, the beauty of an auction is that people can see the prices they're paying. They're able to measure the results, and then bid appropriately. As people get more specific, more personalized, more targeted in what they're doing, even if prices are rising, they can find the buys within the system network for them.

And the good news is that's good pressure in the system because it makes the ads more relevant for the people who are seeing them. Once you are really incentivized within an auction to find the thing that is returning for you, that's actually almost always the thing that is the most relevant for people who are seeing the ads. And I think that's been a good system and good pressure within the system going forward. We're certainly seeing our large brand advertisers continue to spend and get better at using personalization in our ad formats.

And we're seeing small advertisers be able to compete very effectively. Doesn't mean that rising prices aren't an issue sometimes. But I think overall, this is where the auction system serves us well and most importantly, serves consumers well.

Dave WehnerChief Financial Officer

Great, France, we can go to the next question.

Operator

Our next question is from Youssef Squali with Truist. Please go ahead.

Youssef SqualiTruist Securities — Analyst

Génial. Merci. Two questions, please. First, with Mark — for Mark, maybe going back to the metaverse vision.

How much of the building blocks that you need to basically build this future is within your control versus maybe pieces that other areas need to build, I'm thinking particularly around the hardware side because just listening to you, it seems like this is more of a communal thing that many, many, many people, many parties, even maybe some walled gardens would need to kind of open up to embrace this. Just wondering how you kind of look at that. And then maybe Dave or maybe Sheryl, I was — I want to go back to the impact of iOS 14.5 on target in general, but maybe DR in particular. We heard from several marketers throughout the quarter that they had pulled back, not just on Facebook, but really across the board on some ad formats like app-installed ads because of ATT.

I was wondering if you can maybe speak to DR versus brand.

Mark ZuckerbergChief Executive Officer

I can start off with the metaverse question. I do think that this is going to be a macro wave overall that a lot of companies are going to be able to ride and benefit from. So whether that's companies like NVIDIA that are building a lot of the graphics chips that are going to be really important for a lot of the content that I think is going to be increasingly graphically intense, that's — certainly, building those kind of graphics chips is not a thing that we're intending to get into. So we're certainly counting on companies like that in the industry to kind of continue improving and compounding overall.

But on the hardware side, I would say that we have a pretty big program on building virtual and augmented reality devices. And I mean sure, a lot of people are still going to be using phones and computers for a long time. But I think when it gets to what are the devices that are going to deliver the deepest sense of presence and that are going to be increasingly important over the next decade, we're certainly investing in that because we want to make sure that those develop in a way that's in line with the vision of these platforms helping people to interact with each other and socialize. And that means prioritizing certain feature development or certain sensors in the devices that we want to make sure that we can help push that in a direction that will help leave these to become a very social platform.

So overall, I do think this is going to be a big space. The point that I was making is that I think there are going to be a lot of winners. And there's — and this is going to be not something that one company builds alone, but I think it is going to be a whole ecosystem that needs to develop. But we're certainly making a lot of the key investments that we need to make in the foundational technology to be able to deliver the parts that we want to.

Dave WehnerChief Financial Officer

Why don't — Youssef, why don't I start off on it, and then if Sheryl wants to add any color, she can jump in and add that. So in terms of Facebook Ads performing well in both direct response and brand this quarter, we continue to see solid growth across both direct response and brand. And direct response continues to be the bulk of our business and the primary driver of growth, but we did see a nice rebound consistent with others in the market of brand spend back on platform. And brand obviously took a big hit on a year-ago basis.

Really saw a bigger pullback in brand. And so brand came back more strongly than DR. But DR is still doing quite well. We're seeing a lot of the categories that led during the pandemic continue to do well, and those are all highly DR-centric verticals like commerce.

So continuing to see good performance there.

Sheryl SandbergChief Operating Officer

The only thing I'll add is that increasingly, the brand/DR distinction is less and less traditional. Large brand advertisers that have done brand advertising for a very long time, are increasingly learning to do direct response ads and use our different formats and use our different measurement tools. So even the categories that people are used to thinking about, I think it's more the buy than the advertiser. As our largest brand advertisers, I think many of them are becoming increasingly proficient and effective in what would traditionally be considered DR advertising.

Dave WehnerChief Financial Officer

France, you can go ahead and go to the next question, please.

Operator

Our next question is from Ross Sandler with Barclays. Please go ahead.

Ross SandlerBarclays Investment Bank — Analyst

Just one question for Mark or Dave, I guess, a follow-up on the creator economy topic. So YouTube pays $0.50 on every dollar to the creator, about $15 billion or so this year. So I guess, Dave, what's the view on the financial model and how that might change as you guys lean in, in this area? I know that influencers are getting paid maybe not directly by Facebook today, but by other folks to post things on Facebook. So I guess in the new world, are we looking at lower margins and other things that might offset that, like higher engagement? And then is the creator content going to be on just the new surfaces like Reels? Or is it likely to proliferate everywhere, including like the News Feeds on blue and Instagram?

Dave WehnerChief Financial Officer

Yes, Ross, I can take that. I think it's a question of definition as well. I mean we already, like YouTube, pay a lot out to the creative industry more broadly as opposed to specific individual creators. So for instance, we pay to — on the music licensing front, we do a fair amount of that.

There's significant payments we make there above and beyond what we're talking about with the $1 billion commitment to creators that Mark outlined. This is obviously something that is part of the cost structure, but it's something that we've long had in our outlook. So I don't think it's a meaningful change in the business model or outlook, but it is something that we're committed to helping people continue to build vibrant communities and businesses on our platform just like we have with advertising. So France, you can go ahead and go to the next question, please.

Merci.

Operator

Our next question is from Mark Shmulik with Alliance Bernstein. Please go ahead.

Mark ShmulikAB Bernstein — Analyst

Thanks for taking my questions. A couple for Sheryl or Dave. The first on Reels ads, a lot of talk around kind of the upgrade cycle to video and any color you can share around the engagement, traction or effectiveness of kind of video ads on that type of a platform? And secondly, with 1.2 million stores now on Shop, specifically those selling on Facebook, are there any learnings or noticeable differences in the effectiveness of the ad — of their advertising or conversion rates?

Sheryl SandbergChief Operating Officer

I can start by talking about Reels ads. Our process has been — as I talked about, we roll out consumer products and then we find the right ad format, so that businesses can take those opportunities as well. And I think that's what we're seeing. We now have Reels ads available to advertisers in almost all markets where Reels is live.

It's a pretty similar format to Stories. It's full screen and in between Reels videos up to 30 seconds. We think it's a pretty natural fit in Reels. It's a really great discovery surface.

And we're seeing engagements and effectiveness parallel to some of our other products. And we're really pleased with that. It's still early, but we think this has a lot of potential. Do you want me to take the second question?

Dave WehnerChief Financial Officer

Either way, Sheryl. I'd take it, if you want.

Sheryl SandbergChief Operating Officer

Go ahead, Dave. Oui.

Dave WehnerChief Financial Officer

Oui. So Mark, on the second question, we're obviously very focused on making sure that our ads are effective, and we've got good conversion rates for our advertising partners. So part of what we're doing there, and Mark talked about this in the Q1 call, is making sure that the ad units optimize for whichever experience is converting the best. So if you've got a store, a shop on Facebook or Instagram, is that converting better? Or is your own web store converting better? And then that allows us to also just get better at making our Shops more effective.

And so we want to do what's best for the advertiser and also continue to make our online and our own Shops more effective. So no specific numbers to share there, but we're continuing to work to make our Shops convert better. And France, we can go ahead and go to the next question, please.

Operator

Our next question is from Brent Thill with Jefferies. Please go ahead.

Brent ThillJefferies — Analyst

Merci. Dave, just the modest deceleration to your stack, there are a lot of investor questions. Do you mean more 2 or 3 points or — decel? Or is it more five to seven? Any more granularity you can add to what that modest decel looks like would be extremely helpful.

Dave WehnerChief Financial Officer

Thanks, Brent. We didn't provide specific guidance on it. We obviously saw a deceleration from Q1 to Q2 from 74% to 72%. And we expect modest deceleration in the second half of the year, but we haven't put a specific number on that.

And France, you can go ahead and go to the next question.

Operator

Our next question is from John Blackledge with Cowen. Please go ahead.

John BlackledgeCowen and Company — Analyst

Génial. Merci. Two questions. On the iOS changes, any color on the opt-in rates for Facebook and Instagram? Are they kind of in line, better or worse than your expectations at this point? And then on opex at the midpoint of the guide implies 39% growth in second half versus 28% in the first half.

Just any color on key drivers of the accelerating opex growth in the back half of the year.

Dave WehnerChief Financial Officer

Yes, yes. Thanks, John. On the iOS changes, really very much in line with expectations on things like opt-in rates. So I would say, overall, the impact has been in line with our expectations.

So not a huge surprise there. We're not fully rolled out with those changes, but Q3 will have the impact, more or less, of those being fully rolled out. And then in terms of the opex guide, yes, we do expect accelerating expense growth in the back half of 2021, and we're going to see that in areas like consumer marketing. So some of the nonheadcount-related spend we expect to accelerate in the back half of the year.

So that's the expectation on that front. And France, we can go to the next question, please.

Operator

Our next question is from Colin Sebastian with Baird. Please go ahead.

Colin SebastianBaird — Analyst

Génial. good afternoon, everyone. Maybe a couple of higher-level questions, really coming out of F8 refresh. First off, can you talk about the integration of messaging across the family of apps and how the opening of messaging APIs is adding functionality to apps, and if this is contributing incrementally to more business activity through messaging? And then with advanced AI and machine learning now seemingly table stakes for most platform companies, Mark, I'm just kind of curious if this is still a significant competitive advantage for you, in your view.

And based on what you heard at F8, I wonder how important a product like PyTorch is in terms of moving faster and new product development, things like that.

Mark ZuckerbergChief Executive Officer

Sure. I can take both of those. So in terms of messaging, we're working on cross-app communication between them, business messaging APIs. I mean a lot of this is very much — the business messaging, I think, is going to be an important part of commerce and helping people interact with businesses in a way that is natural to them.

The cross-app communication in terms of helping people reach people wherever they are, it kind of fits into this vision that we have for the future of people being able to easily teleport between experiences that I think is going to be increasingly important as we move toward the metaverse. People are going to need messaging services, they're — that's going to continue to be a core way that people communicate. People are going to want to reach the people they care about no matter what service they're on and be able to move between these. So when I talk about kind of interoperability and moving more there in the future, we're trying to get our core experiences today aligned with that as well.

The other thing I'd say on messaging is — the connect to the business today is that click-to-messaging ads are one of the parts of the ad business that is growing quickly and doing quite well. And part of that is because even if we're not charging a lot directly for the messaging APIs for businesses that if the interactions between people and businesses end up helping businesses convert better and drive more sales, then business is naturally going to want to pay to have their ads point toward that rather than other services that we may not control or that may be a worse experience. So that's on the messaging side. On the AI side, I think this is a really good question.

It's probably something that doesn't come up as much on these earnings calls is it probably should for how important of a driver of the progress in AI is for our overall results. One of the things that I've observed in just running the business over the last couple of years is there's a lot of focus on kind of different headwinds that we may face, whether it's from other platforms or regulation or different things. But one of the areas that I think has routinely outperformed our expectations is progress on AI. And we don't have a single product, which is like an AI product that's sort of the embodiment of all the AI work.

That's not something that we've done yet. But we basically — we have a very large investment in AI and we build out this platform that then all of our products use. So when we make foundational improvements, it makes ranking better in News Feed and in Reels and in ads, and it makes our spam detection and our integrity systems more effective at identifying stuff. Everything just gets better.

And this has really been one of the big tailwinds or waves that we've been riding. And just from what I can see technologically on the horizon, it really doesn't seem like this is going to be slowing down anytime soon. And I don't think that this is a Facebook-specific thing. I think that this is probably across the whole industry or maybe even across the whole economy more broadly.

But I do think that the progress that's being made at the fundamental levels with AI is driving a lot of progress and is one of the important macro effects that we're seeing. For PyTorch specifically, I mean it certainly helps that the framework that we use to develop our AI work is one that's embraced by the community. So a lot of times when we go to spin up a new project, it's — there will already have been some team that contributed an open-source library to it, and that makes it easy. So I think that there certainly are dividends that we get from having developed or helped develop PyTorch to become an increasing standard, especially among researchers.

And it's certainly an area that we're going to focus on, on investing more in. I think that the core AI platform is just an important part of the progress that we're seeing overall.

Dave WehnerChief Financial Officer

And France, I think we have time for one last question.

Operator

Very good. Then our last question will be from the line of Michael Nathanson with MoffettNathanson. Please go ahead.

Michael NathansonMoffettNathanson — Analyst

Génial. One for Sheryl and one for Dave. Sheryl, in the past, I've asked this question, but now we're seeing it. So post pandemic, there's been a real weakness in TV impressions.

And those TV dollars are going, it looks like, to AVOD and YouTube. So can you talk a bit about your vision for video and how they may sink with the opportunity to maybe grab some of those TV dollars? And would you expand the definition of creators to include premium video content or sports? And then for you, Dave, following up on Doug's question, can you talk a bit — I know it's early about the learnings from your Aggregated Event Measurement, what has been the impact on things like signal loss, ROI or spending from those who've used it in the early days?

Sheryl SandbergChief Operating Officer

So I can talk about video ads. So we're seeing very strong growth in video monetization across Watch, Feed, Reels. And we think we're continually getting better at monetizing video, but they are still monetizing at lower rates versus Feed, Stories, but we have a lot here. We have two billion people watching in-stream ad-eligible videos per month.

Mobile-first video is increasing, meaning even brand advertisers are getting better at doing mobile-first video. And certainly, we think advertisers are looking for the best place to reach audiences, and we compare very favorably across the board. I'll share really, I think, a cool recent example. Walmart, a very — a large advertiser, engaged Ree Drummond, who's The Pioneer Woman cooking show host, to host their first Live Shopping event.

And the event was to launch her Walmart exclusive line of home and fashion products. And they used a mix of our personal ads to drive awareness to a Live Shopping event and then reengaged with viewers after the purchase, and they had really great results across the board. They ran part of that live as video ads and resulted in thousands of engagements, a lot of engagement with people and sales. And so I think that's a good example of our products like Live, combined with the use of video on our platform, combined with people taking an opportunity for video ads and putting it all together in ways I think will compete very favorably with older formats like TV.

Dave WehnerChief Financial Officer

And Michael, I'll take the second question. I don't have specific data to share, but I mean I — just contextually, the work that we're doing with the Aggregated Events Management API is part of the broader work that we're doing to rebuild meaningful elements of our ad tech so that our system can continue to perform while having access to less data in the future. And it really dovetails into some of the work that Mark was talking about with machine learning and AI because that's going to be an important part of being able to make better use of less data. And so again, why having access to the ML and AI capabilities that we have with Facebook are — is going to be so important to the future and maintaining and growing the efficacy of ads.

So I think broadly, we're pleased with the progress we're making on this. It is disruptive for advertisers to have to go through the process of also learning how to retool. So I don't want to lessen the impact this is having on our advertisers. I think it is a challenging period for them, and we're trying to help them work through it as effectively as we can.

So with that, I think we are done. So thank you, everybody, for joining us on the call today, and hope everybody stays safe.

Operator

(Operator signoff)

Duration: 65 minutes

Call participants:

Deborah CrawfordVice President of Investor Relations

Mark ZuckerbergChief Executive Officer

Sheryl SandbergChief Operating Officer

Dave WehnerChief Financial Officer

Brian NowakMorgan Stanley — Analyst

Justin PostBank of America Merrill Lynch — Analyst

Doug AnmuthJ.P. Morgan — Analyst

Mark MahaneyEvercore ISI — Analyst

Youssef SqualiTruist Securities — Analyst

Ross SandlerBarclays Investment Bank — Analyst

Mark ShmulikAB Bernstein — Analyst

Brent ThillJefferies — Analyst

John BlackledgeCowen and Company — Analyst

Colin SebastianBaird — Analyst

Michael NathansonMoffettNathanson — Analyst

More FB analysis

All earnings call transcripts

This article represents the opinion of the writer, who may disagree with the “official” recommendation position of a Motley Fool premium advisory service. We’re motley! Questioning an investing thesis — even one of our own — helps us all think critically about investing and make decisions that help us become smarter, happier, and richer.



Source link

Pourquoi confectionner un magasin sur la toile ?

Il n’a à la saint-glinglin été aussi facile de jeter un site commerce électronique de nos jours, il assez de voir le nombre de plateformes web e-commerce en France pour s’en rendre compte. En effet, 204 000 websites actifs en 2016. En 10 ans, le nombre de plateformes web est multiplié par 9. Avec l’évolution des technologies, médias à grand coup d’histoire de succès story, (si si nous-mêmes vous assure, moi c’est aussi tombé a l’intérieur du panneau) le commerce électronique a longuement été vu comme un eldorado. Du coup, une concurrence accrue est vu le jour dans de nombreuses thématiques.