Lotus Notes refuse de mourir, encore une fois, alors que HCL lance Domino 12 • The Register


HCL a lancé la version 12 de Domino, le serveur de groupware hérité d'IBM, qui l'a à son tour acquis avec Lotus Software en 1995.

« Notes et Domino ont été transformés », a proclamé HCL dans une vidéo de lancement. C'est strictement vrai, même si bon nombre des « transformations » ne sont, en réalité, que des tentatives de rattrapage.

Le nouveau HCL Nomad, par exemple, permet aux applications Domino de s'exécuter dans un navigateur. Il permet également aux développeurs Domino d'écrire pour le Web et une application sans modifier aucun code, ce qui sera le bienvenu. Nomad est également présenté comme signifiant la fin des mises à jour des applications clientes, reflétant les racines de Notes/Domino au milieu des années 90 et l'énorme plaisir à avoir à l'époque avant que l'automatisation ne rende la gestion des PC et la distribution des logiciels moins onéreuses.

Le nouveau Domino Volt est présenté comme un environnement de développement low-code qui permet aux utilisateurs professionnels de créer des applications et des formulaires sans avoir besoin d'en savoir beaucoup sur le fonctionnement de Domino. HCL en a parlé à l'aide d'exemples tels que son propre service marketing créant des formulaires et un cabinet d'avocats fournissant à son personnel un accès aux documents et aux fonctionnalités de flux de travail.

Domino est désormais également capable de fonctionner dans les nuages. AWS, Azure et Google sont tous disponibles en tant qu'hôtes, le déploiement sur Kubernetes est possible et le logiciel a été certifié pour la plateforme OpenShift de RedHat.

Et c'est tout ce que Richard Jefts, vice-président principal et directeur général de HCL pour les solutions numériques, a jugé digne de figurer parmi les « wow » dans ce qu'il a appelé une « version d'évasion » pour Domino.

Le titre du discours d'ouverture de Jefts lors du lancement virtuel de Domino V12 était "Le monde est (toujours) alimenté par Domino". Il a ensuite révélé que la plate-forme comptait 15 000 clients, que 42% utilisent la version 11 de 2020 et que certains (comme LG) étendent leur utilisation de Domino.

C'est la preuve que Domino peut toujours être une entreprise rentable, et l'événement de lancement virtuel de HCL comprend un témoignage d'un nouveau client qui a migré loin de Microsoft Exchange.

Les valeurs de production de l'événement de lancement virtuel de Domino 12 étaient plutôt moins lisses que presque tout autre événement virtuel auquel votre correspondant a assisté au cours de la dernière année – il s'agissait essentiellement de Jefts debout dans un bureau, avec une mauvaise production audio et quelques diapositives.

Pour faire court : HCL ne semble pas lancer de mégabucks pour commercialiser cette version, et ses nouveaux morceaux sont de beaux rattrapages – pas des tueurs Exchange. HCL semble le savoir, car il propose également de généreuses offres de mise à niveau. Des licences gratuites pour Volt et l'assistance gratuite de HCL pour développer une application Nomad sont proposées à ceux qui souhaitent passer à la version 12 dans les 12 prochaines semaines.

Les utilisateurs de Domino peuvent cependant se consoler du fait que HCL a créé trois versions majeures depuis l'acquisition de Domino en 2018. Les utilisateurs fidèles à GroupWise de Novell, qui a affronté Domino dans les années 1990, n'ont pas eu de version majeure depuis la version 18 de 2017. ®



Source link

Il n’a des fois été aussi facile d’envoyer un site commerce électronique de nos jours, il assez de voir le nombre de websites e-commerce en France pour s’en rendre compte. En effet, 204 000 plateformes web actifs en 2016. En 10 ans, le taux le montant le pourcentage de websites est multiplié par 9. Avec l’évolution des technologies, médias à grand coup d’histoire de succès story, (si si je vous assure, je suis aussi tombé dans le panneau) le e-commerce est longuement été vu comme un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le jour dans thématiques.