Transcription de l'appel sur les résultats du premier trimestre 2021 de Grocery Outlet (GO)


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image: The Motley Fool.

Épicerie (NASDAQ: GO)
Appel aux résultats du T1 2021
11 mai 2021, 16h30. ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

Opérateur

Salutations et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2021 de l'épicerie. (Instructions opérateur) Pour rappel, cette conférence est en cours d'enregistrement. Je voudrais maintenant céder la parole à votre hôte Joseph Pelland, vice-président des relations avec les investisseurs. Merci.

Vous pouvez commencer.

Joseph PellandVice-président des relations avec les investisseurs

Merci. Bonjour, et merci de vous joindre à nous à l'appel d'aujourd'hui pour discuter des résultats financiers du premier trimestre 2021 de Grocery Outlet. Le président-directeur général de Grocery Outlet, Eric Lindberg, se joint à moi pour l'appel d'aujourd'hui; président, RJ Sheedy; et directeur financier, Charles Bracher. Suite à nos remarques préparées, nous ouvrirons l'appel à questions.

Cette conférence téléphonique est diffusée en direct sur le Web et un enregistrement sera disponible par écoute téléphonique pendant environ deux semaines. Il sera également archivé dans la section investisseurs de notre site Web. Les participants à cet appel feront des déclarations prospectives, y compris nos perspectives pour l'exercice 2021 et les performances futures. Ces déclarations prospectives sont soumises à divers risques et incertitudes qui pourraient faire en sorte que nos résultats réels diffèrent sensiblement de ces déclarations.

Une description de ces facteurs peut être trouvée dans le communiqué de presse de cet après-midi ainsi que dans nos rapports périodiques que nous déposons auprès de la SEC, qui se trouvent tous sur notre site Web à l'adresse investisseurs.groceryoutlet.com ou sur sec.gov. Nous n'assumons aucune obligation de réviser ou de mettre à jour les déclarations ou informations prospectives. Ces déclarations ne sont que des estimations et ne constituent pas une garantie de performances futures. Au cours de notre appel, nous ferons également référence à certaines informations financières non conformes aux PCGR, y compris les éléments ajustés.

Les rapprochements des mesures PCGR avec les mesures non conformes aux PCGR, ainsi que la description, les limites et la justification de l'utilisation de chaque mesure, peuvent être trouvés dans les tableaux financiers supplémentaires inclus dans le communiqué de presse de cet après-midi et nos documents déposés auprès de la SEC dans l'onglet Investisseurs de notre site Web. Sur ce, je cède la parole à Eric.

Eric LindbergChef de la direction

Merci, Joe. Bonjour et merci de vous joindre à nous pour discuter de nos résultats du premier trimestre. Nous sommes heureux d'avoir répondu à nos attentes au cours du premier trimestre, alors que nous avons commencé à éviter l'apparition de la pandémie l'année dernière. Notre capacité à exécuter constamment à ce niveau élevé n'aurait pas été possible sans le travail acharné et le dévouement de nos équipes d'entreprise et IO.

Je tiens à les remercier une fois de plus pour leur engagement envers nos clients, les communautés locales et notre mission de toucher des vies pour le mieux. Leurs efforts combinés ont conduit à une solide performance financière au premier trimestre. Les ventes de Comp ont diminué de 8,2%, après une augmentation de 17,4% au cours de la même période l'an dernier. Les nouveaux magasins ont continué d'afficher des performances conformes à nos attentes et ont contribué de manière significative au volume total des ventes, qui a légèrement diminué de 1%.

La rentabilité est restée solide avec une marge d'EBITDA ajusté supérieure aux niveaux de 2019. Nous attribuons notre solide performance continue à l’exécution constante de notre modèle d’affaires différencié. Notre proposition de valeur est plus forte que jamais, et notre capacité à offrir des économies extrêmes, une expérience de chasse au trésor et un assortiment organisé localement dans un environnement convivial continue de résonner auprès des clients. Cela a été réaffirmé par notre récent travail d'enquête, qui montre que nos clients continuent de considérer la valeur comme le critère le plus important pour déterminer où acheter.

Nos clients restent extrêmement satisfaits de la valeur que fournit constamment Grocery Outlet. Nous sommes confiants dans notre capacité à continuer de fournir une valeur de premier plan de l'industrie, comme nous l'avons fait tout au long de nos 75 ans d'histoire. Passons à quelques faits saillants opérationnels de notre premier trimestre. Notre équipe des achats fait un travail exceptionnel en travaillant avec les fournisseurs pour s'assurer que nous sommes le partenaire privilégié pour les produits opportunistes.

La flexibilité de notre modèle d'achat et l'expertise de nos acheteurs nous permettent de fournir systématiquement l'assortiment équilibré de produits opportunistes et quotidiens qui crée le WOW! expérience d'achat. Au niveau du magasin, nos OI restent déterminés à aider leurs communautés respectives, leurs clients et les uns les autres. Ils tiennent constamment les clients au courant des dernières offres sur les produits de marque et maintiennent un environnement d'achat propre et sûr. Beaucoup de membres de notre équipe d'entreprise, y compris moi-même, ont eu la chance cette année de passer beaucoup plus de temps dans les magasins avec les OI.

Ces visites sont toujours une expérience positive car nous constatons de première main le véritable engagement de nos opérateurs. Bien que l'incertitude et les défis demeurent, le moral de nos OI est très élevé et leurs perspectives sont positives. Sur le front de l'immobilier, nous continuons à équilibrer nos ouvertures entre les marchés matures et en développement pour renforcer notre notoriété et toucher de nouveaux clients. Au cours du premier trimestre, nous avons ouvert 10 nouveaux magasins, en fermant un, ce qui porte notre nombre de magasins à la fin du trimestre à 389.

Jusqu'à présent, au deuxième trimestre, nous avons ouvert six emplacements supplémentaires et continuons de voir de nouveaux magasins bien performer dans toutes les zones géographiques. Au cours des prochains mois, nous ouvrirons notre 400e magasin à Hailey, Idaho, une ville située juste au sud de la station de ski de Sun Valley et à l'est de Boise. En plus de créer des emplois locaux, nous sommes impatients de faire partie intégrante de la communauté de Hailey. Conformément à notre objectif annuel de 10%, nous restons sur la bonne voie pour ouvrir entre 36 et 38 magasins en 2021.

Trois à cinq de ces magasins seront situés dans l'est, y compris les deux que nous avons déjà ouverts depuis le début de l'année. Alors que nous continuons d'ouvrir des magasins, nous maintenons également une approche disciplinée pour réinvestir dans notre base de magasins existante. Pour ces investissements, nous évaluons en permanence les mises à jour potentielles de mise en page et de montage afin d'améliorer l'expérience client et de soutenir le merchandising. Certains tests récents incluent le déplacement de notre section de produits à l'avant du magasin et le déplacement de NOSH, l'une de nos catégories les plus performantes, dans la première allée.

De plus, nous continuons à investir dans les installations en magasin pour soutenir les achats et la croissance des paniers, y compris des balances pour produits, de nouveaux luminaires réfrigérés autonomes et de nouvelles tables de produits qui permettront aux OI de mieux mettre en valeur notre offre fraîche. En fin de compte, nous voulons que nos magasins offrent une expérience optimale aux clients, et cette évolution n'est que l'une des nombreuses façons dont nous envisageons d'améliorer continuellement l'environnement d'achat des clients. Avant de passer l'appel à RJ, j'aimerais prendre un moment pour discuter de l'impact positif que nous avons en ce qui concerne les considérations environnementales, sociales et de gouvernance exposées dans notre récent dépôt de procuration. Notre orientation ESG reflète notre engagement envers notre mission de toucher des vies pour le mieux et de servir au mieux les intérêts de toutes nos parties prenantes.

Avoir un impact positif sur tous ceux que nous touchons fait partie de notre histoire et de notre culture chez Grocery Outlet depuis 75 ans et continue d'être un principe directeur alors que nous développons notre entreprise. Notre modèle commercial génère un certain nombre de résultats environnementaux et sociaux positifs, de la réduction du gaspillage alimentaire grâce à nos achats opportunistes, à la fourniture d'une alimentation saine et abordable à tous les membres de nos communautés, à l'opportunité pour les OI d'atteindre la liberté financière tout en servant leurs communautés locales. . Nous sommes fiers de l'influence positive que nous avons eue tout au long de notre longue histoire, et nous continuons à nous concentrer sur le développement de notre entreprise pour étendre notre impact à l'avenir. Bien sûr, tout commence avec notre équipe talentueuse, qui comprend des employés de l'entreprise, ainsi que des opérateurs indépendants.

Ils sont au cœur de qui nous sommes et de ce que nous faisons. Nous restons attachés à leur santé, leur sécurité et leur bien-être. Nous pensons qu'il est d'une importance vitale de créer et de favoriser une culture d'inclusion et d'appartenance qui permette à chacun de nos employés et OI de se sentir engagé, responsabilisé et en sécurité. En conclusion, nous croyons que notre engagement envers notre modèle d'affaires, notre philosophie de réinvestissement et de croissance et notre solide exécution sont à la base de la cohérence de notre performance financière.

Alors que nous continuons à naviguer à travers COVID, nous sommes encouragés par la santé de notre entreprise, la force durable de notre proposition de valeur, le dévouement des employés de nos opérateurs indépendants. Nous sommes enthousiasmés par la longue piste de croissance alors que nous étendons notre présence et restons déterminés à faire les bons investissements à long terme à mesure que nous progressons. Sur ce, je vais passer l'appel à RJ.

RJ SheedyPrésident

Merci, Eric. Nous restons reconnaissants à notre réseau d'opérateurs indépendants, à nos équipes d'achat et de distribution et à nos précieux partenaires pour avoir livré le WOW! une expérience d'achat que nos clients apprécient chaque jour. Notre offre solide de valeurs extrêmes à travers un assortiment passionnant de produits opportunistes et quotidiens continue de résonner auprès des clients. Nous constatons un flux d'affaires sain, car l'évolution de la demande des clients, l'innovation des produits et la montée en puissance de la production contribuent tous à une offre excédentaire.

Nos relations de longue date avec nos fournisseurs, combinées à notre approche d'acquisition et de développement de fournisseurs, nous donnent un avantage concurrentiel et un accès privilégié au produit excédentaire au fur et à mesure qu'il devient disponible. Il y a plusieurs années, nous avons redéfini les rôles au sein de notre équipe achats pour nous spécialiser dans les activités autour des achats opportunistes, des produits du quotidien et de la gestion des catégories. Cette évolution a augmenté l'évolutivité de notre modèle et s'est avérée bénéfique car nous avons élargi notre réseau de fournisseurs, fait évoluer notre assortiment et étendu notre portée géographique et client. La spécialisation permet à nos acheteurs opportunistes d'approfondir les relations de longue date avec les fournisseurs, de développer des partenariats stratégiques avec des marques à forte croissance et d'élargir notre base de fournisseurs.

Nous continuons à rechercher les meilleures offres tout en établissant des partenariats stratégiques avec des fournisseurs pour développer des solutions mutuellement avantageuses à une variété de défis de la chaîne d'approvisionnement. La communication et la connexion avec nos partenaires n'ont jamais été aussi bonnes, et nous avons hâte de revoir nombre d'entre eux en personne pendant le reste de cette année. Nos capacités quotidiennes d'approvisionnement et de gestion des catégories ont également bénéficié d'une spécialisation. Nous faisons évoluer continuellement notre assortiment pour offrir aux clients les articles les plus demandés en complément des offres opportunistes en constante évolution.

Notre ampleur et la force de nos partenariats ont de plus en plus soutenu le développement de produits et d'étiquettes exclusivement pour les clients de Grocery Outlet. Ces articles offrent une grande valeur avec des marges saines, et ils représentent une partie importante du WOW! expérience d'achat. Nous sommes satisfaits de la réponse des clients à ces produits et des performances qui en résultent dans un certain nombre de catégories, y compris les noix de grignotage, le café et la boulangerie. L'adaptation de l'assortiment aux préférences régionales est un autre élément important de la gestion des catégories.

Nous nous sommes particulièrement attachés à adapter notre assortiment aux goûts locaux dans le cadre de notre expansion géographique. C'est une stratégie que nous avons déployée dans le sud de la Californie, et nous suivrons un playbook similaire au fur et à mesure que nous renforcerons notre présence dans l'Est. Nous avons récemment embauché des acheteurs locaux pour notre équipe de l'Est pour aider à développer notre réseau de fournisseurs régionaux et à introduire plus de marques et d'articles spécifiques à la demande locale. Cette approche est étroitement intégrée à notre équipe centralisée, tirant parti des investissements que nous avons réalisés dans l'infrastructure et la chaîne d'approvisionnement pour optimiser l'assortiment sur l'ensemble du réseau.

Nous sommes satisfaits des améliorations que la spécialisation a apportées à notre entreprise et nous croyons que nous en tirerons profit dans le futur. Notre assortiment a évolué et continuera d'évoluer alors que nous cherchons à offrir le meilleur équilibre entre valeur extrême et cohérence pour stimuler la fidélité des clients et les ventes. Notre succès commence avec l'achat, mais une communication efficace avec nos clients est tout aussi importante. Nous accordons une attention particulière à la satisfaction et à l'engagement de nos clients, et les retours d'enquête réguliers que nous recevons nous tiennent informés des tendances en matière de perception ou de comportement des clients.

Ces enquêtes, combinées aux commentaires d'E / S, nous fournissent des informations utiles sur les clients. Notre enquête la plus récente montre que la valeur reste le critère le plus important lors du choix du lieu d'achat et que nos clients cibles sont extrêmement satisfaits des économies que nous réalisons. Nous continuons à voir des scores NPS de plus de 70%, ce que nous attribuons à notre combinaison unique d'une valeur imbattable, d'offres de chasse au trésor passionnantes, d'un service client amical et d'une expérience de magasinage amusante. Les récents commentaires des clients confirment également l'état de santé des nombreuses mesures basées sur la valeur que nous suivons, telles que la profondeur des économies de panier et le nombre d'extrêmes Wow! articles par magasin.

Nous pensons que l'importance de la valeur ne fait qu'augmenter avec l'avenir. En tant que tel, nous continuons à communiquer les offres imbattables dans toute la boutique que propose notre assortiment. Nous avons avancé le marketing des médias numériques en mettant l'accent sur la diffusion de nos meilleures offres via de nouvelles plates-formes et au niveau local. Et nous continuons à introduire des outils pour soutenir nos OI et leurs efforts de marketing local.

Nos tactiques de marketing continueront d'évoluer au fur et à mesure que nous développerons de nouvelles façons convaincantes d'informer les clients de notre proposition de valeur unique. En résumé, nous sommes satisfaits de la solidité de notre pipeline d'approvisionnement et nous sommes impatients de continuer à étendre et à renforcer les douves différenciées autour de notre entreprise. La fidélité élevée de la clientèle est la raison pour laquelle nous avons réussi pendant de nombreuses décennies, couvrant tous les cycles économiques, les environnements macro et concurrentiels. Nous continuons à réinvestir dans l'entreprise et restons enthousiasmés par notre potentiel de croissance à long terme.

Je vais maintenant passer l'appel à Charles.

Charles BracherDirecteur financier

Merci, RJ. Et bon après-midi à tous. À la suite de notre discussion sur les résultats du premier trimestre, nous fournirons quelques commentaires sur les tendances du trimestre à ce jour et nos perspectives par rapport à l'année en cours. Pour le premier trimestre, les ventes nettes se sont chiffrées à 752,5 millions de dollars, une baisse de 1% par rapport à la même période l'an dernier.

Les ventes des magasins comparables ont diminué de 8,2% contre une augmentation de 17,4% au premier trimestre de l'année dernière. Le trafic client absolu et les tendances moyennes des anneaux restent largement cohérents avec le quatrième trimestre. La contribution aux ventes de 34 nouveaux magasins nets ouverts depuis la fin de la même période l'an dernier a partiellement contrebalancé la baisse de la rémunération. Au cours du seul premier trimestre, nous avons ouvert 10 nouveaux magasins et en avons fermé un, pour terminer avec 389 emplacements.

Nous restons satisfaits de la performance de nos nouveaux magasins, ainsi que des millésimes récents, qui ont continué à générer une productivité des ventes, en ligne avec nos attentes de souscription. Le bénéfice brut du premier trimestre était de 231,9 millions de dollars, en baisse de 2,2% par rapport à l'année précédente. Notre taux de marge brute a terminé à 30,8%, en ligne avec les résultats historiques malgré l'impact de la hausse des coûts des matières premières et du fret et la normalisation de la rotation des stocks. Les frais généraux et administratifs ont augmenté de 0,9% pour s'établir à 188,6 millions de dollars en raison de l'augmentation des frais d'occupation et d'entretien des magasins liés à l'agrandissement des magasins et aux investissements dans le personnel et l'infrastructure.

Cela a été largement compensé par une baisse des commissions variables versées aux opérateurs indépendants ainsi que par une réduction des frais de déplacement et des dépenses médianes. L'amortissement a augmenté à 15,5 millions de dollars, en hausse de 20,1% par rapport au premier trimestre de l'an dernier, en raison de la croissance des magasins et des investissements en immobilisations. La charge de rémunération à base d'actions s'est élevée à 3,9 millions de dollars au premier trimestre, comparativement à 20,3 millions de dollars à la même période l'an dernier, les charges de l'exercice précédent comprenant l'acquisition initiale des options de performance liées à notre plan d'actions de 2014. Nous avons encouru un taux d'imposition effectif de 5,3% au cours du trimestre en raison de l'avantage fiscal associé à l'exercice d'options des employés.

En tant que tel, le bénéfice net GAAP pour le trimestre a augmenté de 49,4% à 18,9 millions USD ou 0,19 USD par action diluée. En ce qui concerne les mesures non conformes aux PCGR, le BAIIA ajusté du premier trimestre a légèrement dépassé nos attentes à 48,8 millions de dollars ou 6,5% en pourcentage des ventes, car nous avons bénéficié de la nature variable de notre structure de coûts et d'une solide gestion des dépenses. Le bénéfice net ajusté s'est établi à 23,1 millions de dollars ou 0,23 $ par action diluée sur la base d'une moyenne de 99,6 millions d'actions diluées au cours du trimestre. En ce qui concerne notre bilan et nos liquidités.

Nous avons terminé le trimestre avec 95,3 millions de dollars en espèces. Nous avons investi 36,6 millions de dollars en investissements totaux au cours du trimestre alors que nous continuions à construire de nouveaux magasins, à réinvestir dans le parc existant et à faire des investissements continus dans l'infrastructure et la technologie. Passons aux tendances actuelles. Les ventes des magasins comparables du deuxième trimestre se situent à deux chiffres négatifs.

En valeur absolue, les tendances des ventes hebdomadaires moyennes sont restées cohérentes avec celles du premier trimestre, soutenues à la fois par un trafic client stable et des tailles moyennes de panier. Alors que nous nous tournons vers l'avenir, plusieurs facteurs transitoires sont difficiles à prévoir, notamment le rythme et le degré de déploiement des vaccins, les réouvertures du marché local et l'impact des fonds de relance sur le consommateur. En supposant que les tendances actuelles se poursuivent, nous prévoyons que les ventes de comp pour tout le deuxième trimestre resteront dans les deux chiffres négatifs. À mesure que l'environnement d'exploitation évolue, nous tirerons parti de la flexibilité inhérente à notre modèle et à notre proposition de valeur unique pour mieux servir nos clients.

Passons à la marge brute. Nous prévoyons que la performance du deuxième trimestre sera d'environ 30,5%, ce qui reflète la rotation des stocks normalisée. Comme toujours, nous continuerons d'utiliser la flexibilité de notre chaîne d'approvisionnement pour atténuer les vents contraires, y compris les coûts des marchandises et du fret. En termes de rendement net, nous prévoyons de dégager des marges d'EBITDA ajusté au deuxième trimestre, conformes à notre modèle financier, à environ 6,5% des ventes.

Enfin, nous continuons à faire des investissements importants pour soutenir notre croissance future. Nos plans d'investissement restent inchangés pour l'exercice 2021 à environ 130 millions de dollars, déduction faite des allocations aux locataires, reflétant l'ajout de 36 à 38 nouveaux magasins, l'entretien et les améliorations des magasins existants, ainsi que les investissements continus dans l'infrastructure et la technologie. En résumé, nous sommes confiants dans la force sous-jacente de l'entreprise, qui est soutenue par notre solide position d'inventaire et notre haut degré d'engagement et d'enthousiasme avec la clientèle. Nous continuons à gérer l'entreprise sur le long terme et croyons que notre modèle est particulièrement bien placé pour réussir.

Alors que nous nous tournons vers l'avenir, nous restons déterminés à atteindre nos objectifs à long terme de 1% à 3% de croissance comp, de 10% de croissance annuelle des unités et de marges constantes. Et avec cela, nous pouvons revenir à l'opérateur pour commencer les questions et réponses.

Questions et réponses:

Opérateur

Merci. (Instructions pour l'opérateur) Notre première question est John – de John Heinbockel avec Guggenheim. S'il vous plait procédez.

John HeinbockelGuggenheim Partners – Analyste

Peut-être pour Eric ou RJ. Quand vous pensez à un contexte, n'est-ce pas, d'inflation au-dessus de la moyenne, si c'est là que nous allons en être pour les six à 12 prochains mois, alors quels changements dans le modèle? Et comment gérez-vous cela en termes de produits que vous voyez, achetez, comment les fournisseurs évoluent, n'est-ce pas? Comment pensez-vous du pass-through? Que faites-vous différemment? Et comment le – comment pensez-vous que votre client se comporte différemment?

RJ SheedyPrésident

Hé, John, je vais prendre ça. C'est RJ. Merci pour la question. Je vais – permettez-moi de parler de l'inflation et probablement de cette question aussi, plus largement, de certains des autres stress que nous constatons sur la chaîne d'approvisionnement, qui sont nombreux, bien médiatisés, et nous l'entendons directement de conversations avec les fournisseurs auxquelles nous participons chaque jour.

L'économie est définitivement en mouvement, et nous voyons ces pressions se faire sentir. Et je voudrais – je signalerais les augmentations des coûts des produits de base. Celles-ci ont été assez larges. J'inclurais certaines des pressions sur les taux de fret, les pénuries de main-d'œuvre que nous constatons également dans la chaîne d'approvisionnement.

Nous avons toujours dit, et c'est vrai, que ce modèle est dans une certaine mesure gonflé par ces pressions par rapport aux détaillants plus traditionnels. Cela dit, nous ressentons toujours les effets de ces choses. Pour répondre à votre question précise sur la façon dont nous atténuons ou ce que nous faisons pour réagir à ces facteurs, j'aimerais souligner un certain nombre de choses. Le premier est l'offre opportuniste.

C'est un modèle d'achat unique, comme vous le savez bien. Et la façon dont nous achetons ces produits est très différente d'un modèle conventionnel où les prix peuvent être plus fixes et plus affectés par certaines des pressions inflationnistes. Nous avons une base de fournisseurs extrêmement diversifiée. Nous entrons et sortons des produits entre les fournisseurs, ce qui se traduit par un mix en constante évolution.

Les produits changent tout le temps. Et je dirais que c'est vrai pour les articles opportunistes et quotidiens. Et c'est quelque chose auquel nos clients sont habitués, en fait, ils apprécient l'expérience d'achat. C'est une partie importante de la chasse au trésor qu'ils attendent et apprécient.

Et puis, je voudrais également indiquer comment nous évaluons les articles. Nous fixons les prix des articles tous les jours. Et pour ce faire, nous établissons un rapport prix / valeur sur le marché, et nous gardons donc un œil très attentif sur notre positionnement concurrentiel en matière de prix. Et de cette façon, nous sommes en mesure de conserver un degré élevé de flexibilité dans la façon dont nous évaluons les produits, la valeur que nous fournissons et, finalement, les marges saines et la stabilité de ces marges que nous sommes en mesure de fournir cela. nous le faisons depuis de nombreuses années et nous parlons de maintenir longtemps dans le futur.

En plus de ces éléments, qui sont des attributs de l'entreprise, je voudrais également souligner le maintien d'une liste saine d'initiatives d'amélioration des marges que nous poursuivons toujours. Nous pensons que cela nous a été bénéfique ces derniers mois. Et certainement, ceux-là et d’autres en plus d’eux nous profiteront à l’avenir. Donc, tout cela dit, nous nous attendons à ce que les pressions existent.

Nous prévoyons de gérer les marges au sein de cette fourchette plus stable que nous avons pu conserver historiquement au cours des cycles précédents et pendant de nombreuses années et quelque chose que nous maintiendrons cette année et certainement à plus long terme également.

John HeinbockelGuggenheim Partners – Analyste

Oui. Et peut-être pour faire suite à cela, si vous – je ne sais pas si vous avez récemment travaillé sur votre panier, à droite, les écarts de prix, à droite, par rapport à la concurrence, en particulier traditionnelle, car ils sont allés plus loin – – à droite, lancer des promotions via des cartes de fidélité. L'écart traditionnel s'est-il élargi pour autant que vous puissiez le voir? Et si oui, les clients le perçoivent-ils?

RJ SheedyPrésident

Oui. Nous suivons donc la valeur de différentes manières, John. L'épargne du panier en est certainement une, mais je voudrais en signaler d'autres que nous mesurons – que nous considérons comme une mesure de la valeur pour le client. Les valeurs restent très saines tout au long de l'année dernière, puis cette année.

Nous établissons également des prix et mesurons la valeur par rapport aux prix promotionnels. Et comme je l'ai mentionné, nous sommes en mesure de réagir très rapidement aux changements que nous avons constatés. Tellement satisfait de l'état des stocks, vraiment satisfait du mélange entre opportuniste et quotidien et vraiment satisfait de la valeur que nous offrons aux clients.

John HeinbockelGuggenheim Partners – Analyste

Merci.

Opérateur

Merci. notre prochaine question vient de Randy Konik avec Jefferies. S'il vous plait procédez.

Randy KonikJefferies – Analyste

Pouvez-vous m'entendre?

Eric LindbergChef de la direction

Oui, on vous entend bien, Randy.

Randy KonikJefferies – Analyste

Salut les gars. Donc, je ne sais pas si vous en avez parlé, mais un commentaire sur la variabilité de la performance par région géographique et une mise à jour sur le type de Mid-Atlantic? Désolé, je suis arrivé un peu en retard, donc je ne savais pas si vous aviez déjà dépassé ce point.

Eric LindbergChef de la direction

Ouais, ouais, Randy, je prendrai le Mid-Atlantic, et alors peut-être que Charles pourra intervenir à l'arrière pour une partie de la variabilité. Mais oui, 2020 a été une excellente année pour nous. Heather a embarqué. Une grande partie de la construction des fondations, de la mise en place de l'équipe, se sent vraiment bien à ce sujet.

Nous prévoyons y ouvrir trois à cinq magasins cette année. Je viens d'ouvrir notre magasin Mount Airy, qui est notre deuxième magasin. Ils vont ressembler beaucoup à ce que nous avons déjà là-bas avec de légères nuances. Evidemment, pas de bière et de vin.

Mais nous aimons l'opportunité immobilière. Nous aimons construire l'équipe. Nous apprécions le fait que nous ayons fait une partie de cette pièce de construction fondamentale et que nous restions vraiment très enthousiastes à propos de toutes les opportunités que nous voyons.

Charles BracherDirecteur financier

Et puis, Randy, c'est Charles. Juste pour répondre à votre question sur une sorte de performance régionale, cela a été intéressant. Donc, même si nous sommes dans les premiers jours de la réouverture ici, cela n'a clairement pas été un début binaire. Sur nos marchés californiens, nous assistons à une réouverture progressive, mais il s'agit essentiellement d'une approche par étapes, comté par comté.

Et puis, à l'inverse, alors que nous regardons le nord-ouest du Pacifique, nous avons constaté une récente augmentation des tendances COVID là-bas, et ils ont donc commencé à instituer de nouvelles restrictions qui vont dans le sens inverse. Cela dit, quand on regarde les performances régionales, la tendance générale des clients qui continuent de consolider leurs déplacements en magasin se poursuit. Et donc, ce que cela signifie du point de vue de la composition, nous avons vu des performances de composition largement cohérentes à la fois au premier trimestre et au deuxième trimestre à ce jour. Donc, bien que, encore une fois, la réouverture commence, nous n'avons pas vu ce filtre se traduire par un changement dans le comportement d'achat de produits d'épicerie à ce stade.

Randy KonikJefferies – Analyste

Et êtes-vous capable d'analyser comment vous envisagez les changements transactionnels de – je sais que les clients existants consolident les voyages – mais êtes-vous en mesure d'analyser le comportement de ce qui se passe avec l'acquisition de nouveaux clients et des trucs comme ça? Donnez-nous simplement quelques réflexions sur ce que vous voyez là-bas.

RJ SheedyPrésident

Ouais, ouais, salut, Randy. Ouais, nous le faisons. Je dirais, tout d'abord, que nous sommes satisfaits des augmentations que nous avons constatées dans la sensibilisation, l'engagement et les essais chez tous les types de clients. Ce serait donc ceux-là – ce magasin en tant que magasin principal, magasin secondaire, puis acheteurs tertiaires également.

Je dirais également que nous recevons des commentaires positifs ou que nous voyons des commentaires positifs de nos sondages de la part de nouveaux clients et de ceux qui nous ont achetés pendant de plus longues périodes. L'attrait des clients pour cette entreprise est assez large. Cela concerne donc de nombreux segments démographiques différents, et les clients nous achètent de différentes manières. Et donc, vous les faites venir à Grocery Outlet s'ils sont neufs, et ils tomberont dans des modèles différents s'ils sont primaires, plus secondaires ou tertiaires, et cela fait partie du fonctionnement de ce modèle.

Et puis, vous tenez compte des changements par rapport à COVID, vous y voyez également différents modèles. Et donc, ce sont toutes des choses que nous suivons et que nous avons une bonne idée des résultats de l'enquête que nous examinons. Et dans l'ensemble, les retours sont positifs. Cela confirme et est cohérent avec notre propre suivi interne des économies.

L'épargne du panier est forte. Bonne représentation de WOW! éléments. La combinaison unique de nos attributs résonne avec les nouveaux clients. Et tout cela est de très bon augure.

Et en fin de compte, la valeur est très importante et nous pensons qu'elle ne fait qu'augmenter l'importance. Et pour tous ces nouveaux clients qui nous ont fait des achats au cours de l'année écoulée, attendez-vous à ce que cela continue à conduire à des voyages plus fréquents et à des paniers plus volumineux.

Randy KonikJefferies – Analyste

Droite. Entendu. Merci les gars.

Opérateur

Merci. Notre prochaine question vient de Michael Lasser d'UBS. S'il vous plait procédez.

Michael LasserUBS – Analyste

Bon après-midi. Merci beaucoup d'avoir répondu à ma question. Je sais que vous avez dit que les volumes hebdomadaires sont comparables d'un trimestre à l'autre par rapport à ce qu'ils étaient au premier trimestre, mais vos volumes hebdomadaires, vraisemblablement au cours de la période de l'an dernier, étaient plus élevés au deuxième trimestre qu'au premier trimestre. Parce que comme nous alignons uniquement les calculs arithmétiques, la pile de deux ans est plus lente – pour commencer ce trimestre qu'elle ne l'était au dernier trimestre.

Alors, pensez-vous qu'il y a juste – alors que le monde rouvre, il y a une précipitation pour retourner manger, et c'est changer la nourriture à la maison à la nourriture loin de chez vous sur votre marché? Ou pensez-vous qu'il s'agit d'une tendance à plus long terme où la pénétration du commerce électronique est plus élevée, ce qui pourrait réduire votre marché adressable en conséquence, ayant un peu moins de présence dans le commerce électronique?

Eric LindbergChef de la direction

Ouais, hey, Mike. Ouais, non, il y en a beaucoup là-bas. Merci. Ouais, donc je dirais de notre point de vue, nous sommes au milieu d'une période très instable pour le consommateur.

Des choses comme les tendances de consommation, les comportements, même la psychologie des clients, ils sont vraiment difficiles à prédire, je pense, à court terme. Nous n'essaierons donc pas de faire ça. Ce que nous avons fait, c'est gérer notre entreprise pendant cette pandémie du mieux que nous savons, en contrôlant les choses sur lesquelles nous avons un impact réel. Vous avez d'excellents acheteurs qui offrent des super valeurs aux magasins, des opérateurs de transport, des services et un type de marketing et continuent de dialoguer avec de nouveaux clients intéressés par ce que nous proposons.

Je dirais, dans l'ensemble, nous sommes vraiment convaincus que rien n'a fondamentalement changé avec le modèle à long terme, offrant une à trois compositions, augmentant la base de magasins de 10%, remplissant l'espace blanc, réinvestissant dans la valeur, ce qui c'est ce que nous défendons, puis, en fin de compte, des bénéfices croissants plus 10% par an. Je dirais que nous sommes arrivés à 21, et cela vous oblige vraiment à regarder l'année à cause du bruit un peu différemment. Donc, pour 21, nous nous concentrons vraiment sur les absolus des ventes hebdomadaires moyennes, du trafic, de l'engagement client avec lequel RJ a parlé, de l'excitation dans le magasin. Et à cela, je dirais, regardez, après avoir modéré tout au long du second semestre de l'année dernière, les ventes se sont stabilisées, et c'est bien.

Nous sommes vraiment satisfaits de la qualité de l'inventaire, du merchandising IO et de tout ce que RJ a dit sur le client, ce qu'il nous dit à travers des sondages. Et donc, bien qu'il y ait certainement des facteurs macro qui peuvent largement avoir un impact sur le comportement des consommateurs à court terme, nous sommes vraiment convaincus que l'algorithme à long terme auquel tout ce dont j'ai parlé va revenir. Le client va revenir à la valeur et que nous reviendrons à des chiffres moins bruyants en 2022.

Michael LasserUBS – Analyste

Et comme suivi, étant donné que les volumes hebdomadaires moyens ont été stables, le volume global au troisième trimestre de l'année dernière était inférieur à ce qu'il était au quatrième trimestre. Faut-il donc supposer que les comps seront moins négatifs au troisième trimestre? Et puis, en supposant que ce nombre de volume hebdomadaire moyen se maintienne jusqu'au quatrième trimestre, alors vous pourriez voir un petit glissement dans votre comp à nouveau au quatrième trimestre. Je sais que vous ne donnez pas de conseils. Mais dans la mesure où vous pourriez nous donner une idée de la façon dont vous pensez cela, ce serait extrêmement utile.

Charles BracherDirecteur financier

Yeah, Michael, it's Charles. Let me — I'll just say, there are so many sort of short-term factors here at play that are really challenging to kind of parse apart. As Eric mentioned, you got the pace and the timing of the vaccine rollout. You've got reopenings by market.

You've got macroeconomic factors, including the impact of stimulus funds on the consumer. So as we look at all of those things and try to predict exactly how the near term will unfold, we recognize we don't have the crystal ball, and so it's just really tough to pin down those numbers with any degree of certainty. So our objective was just to provide commentary with respect to what we're seeing so far in the quarter and give a sense to folks in terms of if those current trends continue, what it looks like. But if the environment continues to evolve, as RJ mentioned, we're gonna do everything to leverage the inherent flexibility of our model to our advantage.

We are staying very focused on managing the business for the long term and focusing on what we can control, so we think that's a really good setup for us over the long term.

Michael LasserUBS — Analyst

OK, thank you very much. Good luck.

Operator

Our next question comes from Paul Trussell with Deutsche Bank. Please proceed.

Krisztina KataiDeutsche Bank — Analyst

Hi, good afternoon. This is Krisztina Katai on for Paul, and I thank you for taking our question and for all of the details. So I wanted to stay with the top line. When we're looking at your quarter-to-date performance, the low double-digit comp decline would imply a two-year stack of about in the mid-single-digit range, which is really what you were putting up on a one-year basis pre-pandemic.

So how are you thinking about trip consolidation that's really been benefiting your conventional peers, reengaging with some of your last consumers and just your overall ability that you have, so you can really reaccelerate the comp rate going forward?

Charles BracherChief Financial Officer

Hi, Krisztina, it's Charles. Let me provide again with a little bit more color — I'm getting some background noise there. But I think this is another example where it is important to distinguish between the absolute trends and the percentage comparison. So as we look at absolute traffic and ring levels, we feel good that those levels were stable in Q1.

That's continued into Q2 here. So again, customers continue to consolidate their trips and purchase larger baskets. As we look at the year-over-year comparisons, admittedly, those are becoming increasingly noisy. You recall that last year is COVID took hold, that initial wave of demand came from both the surge in traffic and ticket.

And then, as the lockdown really took hold, customers move to trip consolidation. We saw traffic declines, but that continued larger basket size that moderated over the course of 2020 and then again stabilize here in Q1. So that year-over-year relationship of traffic and ticket from a comp standpoint is changing. But again, those absolute numbers are staying stable, which makes us feel great.

And that's really what we're focusing on to look through the noise. So we feel great about, again, the long-term positioning of the business, the fact that our value orientation, we're supremely confident we'll win the day over the long term. So everything we are doing to make the right investments in the business and pursue those objectives, we think, is the right thing to do.

Krisztina KataiDeutsche Bank — Analyst

Got it. And just wanted to ask a follow-up. What is your gauge of how you're performing in your markets, if we're looking at your older markets and the newer markets maybe out in the East Coast from a share standpoint? But also what are you seeing more broadly as it relates to competition and promotional activity?

Eric LindbergChief Executive Officer

Yeah, hey, Krisztina, yeah, as predictable, I think the result of everyone lapping 2020 COVID buildup from last year, we're seeing a lot of promotional activity from other retailers. We've stayed pretty focused on maintaining the value proposition. We're following our pricing strategy, monitoring pricing really, really closely, ensuring that we maintain that value prop. We've seen this deep promotional environment in the past.

I don't think it's necessarily sustainable. Look, we are not confident that the suppliers are willing to fund it. We're pretty confident that, from our past, retailers aren't gonna be able to sustain it. So we're pretty confident it will taper by some period of time this year.

And we're gonna continue to ultimately play the game that we play, which is providing value on brand names, local shopping experience delivered by the IO. So that's what I'd say relative to sort of the competitive environment.

Krisztina KataiDeutsche Bank — Analyst

Great. Thank you so much, and good luck.

Operator

Thank you. our next question comes from Robby Ohmes with Bank of America. Please proceed.

Robby OhmesBank of America Merrill Lynch — Analyst

Oh, hey, guys. I was hoping to get you guys to maybe help us understand what may be the strategy is for your IOs in this environment, kind of what you're seeing? Are they — with this volatility, did they overbuy? Are they having to be more promotional than they would like to be, in some cases, because of the promotional environment you're talking about? I'm just curious what their — how the IOs are responding to all this with the gross margins coming in so much on a year-over-year basis in sales down so much?

Eric LindbergChief Executive Officer

Yeah, you know, Robby, this is the environment we thrive in. This model was built for this. Buyers are definitely on offense, going after product, IOs are super flexible to take advantage of everything we are seeing. And I'd say, coming off of one of the most difficult operating environments last year, anything that feels like that's letting up a bit as the economy starts to reopen feels really good.

So all of the restrictions that they were under, all of the cleaning mandates, all of the COVID scares, all of the regulations, enforcement agencies climbing up and down the stores, this year feels like a lot of wind in their sails. Inventory has never been in a better position than it is today. I'd say that holds for the last year. So they're really excited about the opportunistic that they're seeing and really excited about those opportunities.

So they might be a little bit more focused on the micro than we are focused on the macro, but we've been out of ton, been over to 120 stores this year. And I'd say the morale is really high. We feel like we've gotten through the bulk of the difficult operating environment, and they're just looking forward. And look, they're looking at the same thing we are as an operator.

They're looking at the sales they run through, and they're looking at their expense level. And that's all healthy as it stabilized in Q1, so it feels good.

Robby OhmesBank of America Merrill Lynch — Analyst

And the — just to understand the — is the traffic — so is the traffic basically running somewhat flattish on a year-over-year basis? Is that the way we should think about what you guys are saying?

Charles BracherChief Financial Officer

Yeah, Robby, it's Charles. So traffic has been flat with respect to Q1 and Q2, and it really has been, I'd say, consistent traffic pattern since the onset of COVID. Initially, there was that demand push of customers into the stores as they did that first wave of stocking up. But after that, it really has been trip consolidation that has continued.

Robby OhmesBank of America Merrill Lynch — Analyst

And then, just real quick, just to understand, on the IOs, do they — with traffic maybe not coming back as much as basket is kind of coming in, do they try and buy more opportunistic or they look for more in-line programs for you guys? How do they think about managing what's going on?

Eric LindbergChief Executive Officer

Oui. So they're looking at the order guide. They're probably a little bit more shorter-term focused than that. They're looking at the order guide, which is a representation of what's in the warehouse that given time they're ordering.

They're ordering six, seven times a week, so they are certainly looking to build inventory on those items that are most exciting to the customer. And what they're saying to us is the order guide, which, again, is sort of their bible for ordering, is looking really strong right now. So with that opportunistic inventory, they know they have a greater ability to excite the customer and usually a little better margin. So that gets them really excited.

Robby OhmesBank of America Merrill Lynch — Analyst

And just very last one. Are they seeing deflation given the promotions? Are they having to be more price aggressive versus last year at this time where you didn't have to be price aggressive at all?

RJ SheedyPresident

Oui. So Robby, yes, in terms of competitive promotion, I think Eric just spoke to this a little bit, but we — from a pricing strategy standpoint, from a marketing strategy standpoint, that is shared between activities that we would do centrally and the operators do in their stores. And ultimately, for us, I'd say, regardless of promotional environment because we've been through all of them, we're focused on highlighting the best deals and the best values to our customers. So the operator role here, which is extremely powerful would be as they're communicating specific items that are in their stores showing great value, they'll post that on social media.

They do have flexibility in pricing so they can take a hot deal and make it even hotter and then promote that widely in social media. And that's just one example of many where the flexibility of this model allows them to adjust for the inventory in their store and the specific customers they have within their market. So we talk about a more local assortment and more specific to customer needs. So that flexibility serves us really well in these months but throughout time, historically.

So those are the types of activities that you see them engage in.

Operator

Our next question comes from Simeon Gutman with Morgan Stanley. Please proceed.

Simeon GutmanMorgan Stanley — Analyst

Hey, everyone, good afternoon. Following up on the sales question that you've been getting If, I guess, our model is right, it looks like if this low double-digit run rate holds that the sales per foot could be a little lower than where it was in 2019 Q2. If that math is sort of right, I know you mentioned not worried about long term, we're in a weird time. Is there any more parsing out you can do whether new customers versus existing? Because it implies something that either new aren't repeat — new aren't coming back anymore at the same rate or that existing baskets are changing.

Can you share what's changing, if that's the right way the data is shaking up?

RJ SheedyPresident

Yeah, hey, Simeon, yeah, I can comment on that. So again, pleased with the increase in awareness and new customers that we've seen over the past year. The trip consolidation does continue. That's true for new customers as well as existing customers.

So I'd say there's a lot of noise still in traffic patterns as we look at new customers, long-standing customers, primary, secondary, tertiary. We look mostly to levels of satisfaction and excitement they have with the shop, and we feel really good about that. In terms of what's changed, I think you asked within your question, as we've surveyed customers continually, and I take you back to last year, I mean, certainly noticed a change in terms of the increased importance of health and safety, cleanliness of the stores. I'm going back to March, April, May time frame last year when this pandemic hit us all.

With that, we also saw increased importance and engagement with local. So the local nature of the shop was resonating. And we also saw from surveys that they were consolidating trips and increasing the basket, reducing trips outside of the house. All of these things that we noted as changes back a year ago have eased back from where they were Q2, Q3 last year.

And that comes with reopenings and the vaccine rollout and consistent with what we've observed in sales patterns. What I would say is consistent throughout — or what has remained consistent throughout of the value we deliver, that's remained strong. They're enjoying the treasure hunt. The connection with the operator continues to be a differentiator.

In-stock levels are healthy. And so, those are the things that we look at to best gauge future sales performance, not just for this year, but ultimately, for longer term in terms of how we think about the business.

Simeon GutmanMorgan Stanley — Analyst

And then, as a follow-up, within the low double-digit negative quarter to date, are there any categories that are bucking the trend? Can you share with us if there are examples and why? And I guess, look, sales are declining given the comparison. Do you see a divergence between stores that are operated with more highly tenured IOs versus less experienced one? Do you see divergence? Is that opening up over the last couple of quarters or at least in the quarter-to-date trends?

RJ SheedyPresident

Oui. So to answer your first question in terms of growth by category, I'd point to NOSH that spans departments, but it's a group of products that continues to grow at rates above average, perform above average. We've got a nice and growing mix of the total assortment. And I'd say, further within that, we see varying ranges and levels of growth by store.

I think getting to your — the second part of your question, NOSH is probably a good example where the operator for the items that they pull into their store and how they merchandise then caters to local customer preferences in demand. And so, those performance patterns, I would say, are more specific to the market than they are necessarily to tenure, to different characteristics of the operator. We've also seen some nice growth in fresh, a nice performance in fresh produce, meat. We introduced fresh seafood recently.

So that continues to increase in customer adoption. And I'd also mention beer and wine is a category that's performed well. We did expand spirits up in the Northwest over the past year. So that's contributed there but also just demand given extended closures of bars specifically within that category.

Eric LindbergChief Executive Officer

Hey, hey, Simeon, Eric. I'll take that second part of your question. So I'd say the only differentiation in performance that you'd see from tenured IOs might be in some of the operator stores that have been in an existing market for a long, long time in the same store, and they've just sort of had the market growth aspect that some of the newer operators and newer markets don't yet have because of the lack of maturity of their store. But if you look across 400 operators and said, "Is there a meaningful difference in performance between tenured and experienced that would either get you, one, hopeful and excited or disappointed," I'd say no.

Operator

(Operator instructions) Our next question comes from Karen Short with Barclays. Please proceed.

Karen ShortBarclays — Analyst

Hey, thanks very much. A couple — well, I do have two questions. But first is on the gross margin. You were very specific, I think, on 2Q, calling out 30.5%.

So wondering if you could give a little bit more color on that. That's, obviously, down more than we would have thought. And then, just on that front with respect to the environment broadly, inflation is, obviously, high. And I'm wondering if you could just talk to how that would impact your like buy opportunity just broadly? Does that actually make it easier or harder with respect to inflation and also rationalization of SKUs with respect to the manufacturers?

RJ SheedyPresident

Yeah, Karen, this is RJ. I'll start with your second question, and maybe Charles can cover your first. Yes, I'd say neither positive nor negative. We — in terms of access to supply, the — we're seeing incredible deals right now across all of our categories.

We are really excited, and we remain bullish on future opportunistic supply trends. Pipeline is strong, and we're seeing deals come to us in a variety of ways. There's, as you're well aware, an unprecedented amount of supply chain disruption. You've got the product innovation that's alive and well.

You've got production, I'll say, coming back online to catch up finally with demand, and that will continue through the rest of the year. And so, all of this contributes to more surplus product, and we love the relationships we have and how well we're positioned to capture those when they come through.

Charles BracherChief Financial Officer

Karen, this is Charles. Just a little bit more color there, and I think RJ talked a lot of this earlier. But it's pretty unique the way our model allows us to mitigate some of these margin headwinds. Can't fully ignore them, but it definitely helps us to absorb them.

And you can see that when you look back over a longer time period in terms of our margin performance through a variety of cycles, different inflationary environments. And so, Q1, I think, was a good example where we felt some of those higher commodity and freight costs, and we had — we are back to normalized turns relative to where we were last year. And so, really pleased with our margin performance in the first quarter. In Q2, I think some of those same headwinds are gonna exist, just to a greater degree.

And that is really the thought behind our guidance of approximately 30.5% for the second quarter. But for us, again, those quarterly fluctuations, very normal for our business. We look at the margin and feel like it's very healthy and continue to have confidence in our ability over the long term to deliver margin stability.

Operator

Our next question comes from Oliver Chen with Cowen. Please proceed.

Oliver ChenCowen and Company — Analyst

Thank you. in your remarks on the regional specialization opportunity and also exclusive products, how do you see that manifesting in your buyer, teams and/or your mix over time and/or thoughts on margins and how that may interplay? Thank you.

RJ SheedyPresident

Oui. So we've managed changes in mix, I'll say, during shorter periods of time and then over a longer period of time with always delivering value and maintaining stable margins. So I — we don't anticipate nor are we planning for this continued evolution of the assortment to have any meaningful impact on margin, if that's your question. As the business has evolved over the years and as we expected and we'll manage it to continue to evolve to stay relevant for customer demands and to always delivering industry-leading value, we expect to maintain stable margins.

We, across opportunistic and every day, are very flexible. So both of those sides of the assortment, there's an extreme amount of flexibility. And we're able to capture the best opportunities that deliver the right balance of value to the customer and then margin to the business. So as you talk about regional products being more relevant at geography level or product development, labels exclusive to Grocery Outlet, we think that only enhances the experience and overall strength of the business.

Operator

Thank you. our next question comes from Joe Feldman with Telsey Advisory. Please proceed.

Joe FeldmanTelsey Advisory Group — Analyst

Yeah, hey, guys. Thanks for taking the question. I apologize if I did miss it, but you alluded to some in-store changes that you were doing, I think, maybe down in California or something. And I was just wondering, what kind of lift you might be seeing from changes like by moving the NOSH to the first aisle? And what kind of drove the change in the first place? Was it a few IOs did it and kind of bubbled up and made sense? Or just any color commentary about that would be helpful.

Thanks.

Eric LindbergChief Executive Officer

Yeah, hey, Joe, thanks for the question. So let me just set the tone for what we do, do relative to new stores. We're always attempting to innovate, I would say, each store opening is an opportunity to try something new or move something around. Keep in mind that each of our boxes can be somewhat dissimilar from the last.

We're not sort of stamping out a sort of a static box, so a lot of the flexibility we look at, and I'd say, Mount Airy is a good example in the East is as a result of the box that we took and then certainly has a lot to do with the urban nature of the customer walking to the store within sort of a six-block area. So the changes are really in pursuit of where the customer is already headed, more fresh. So we put the fresh produce and meat and some of the fish products upfront. Then I'd say, NOSH, we've talked about that for years, is sort of a double-digit growing comp in category, lots and lots of new supply.

We need more space so we've taken that to the first aisle. So just — those are a couple of examples that we go after. And look, we'll play with them. The great thing about Grocery Outlet is we can test these quickly if we like what we see, we can move them both back into the company to existing stores or on a go-forward basis to new stores.

And I'd point to a few things that we've done, the walk-in cooler for refrigerated alcohol is something that you'll see throughout. The walk-in dairy, we had no dairy 20 years ago, and then we were selling it out of the deli case. Now it's in sort of a fill-from-behind case. Those are all just innovations that don't seem big, but they're big for the operator.

They're big for the consumer, and we're always trying to test things based on where the customer is and then pull them through the store design process. Test them. If we like them, great. If we don't, we throw them out and move on.

But I wouldn't want you to build in a whole bunch of sort of model increases based on this. This is something we've always done. We just thought it was important to highlight a few as they related to the East and all of our new stores.

Joe FeldmanTelsey Advisory Group — Analyst

That's helpful. Thanks.

Operator

Our next question comes from Jeremy Hamblin with Craig-Hallum. Please proceed.

Jeremy HamblinCraig-Hallum Capital Group — Analyst

Thanks. I wanted to ask a question actually about labor as it relates to your independent operators. And as we've heard many people, many restaurants and retailers having trouble with hiring, obviously, it's not something specific to your end of the business model but certainly impacts your independent operators. Wanted to get a sense for what you your hearing from them in terms of whether or not they are feeling some wage pressures, whether or not they are able to staff the stores adequately and whether or not it's caused any disruption in terms of your weekly delivery supply chain at all.

Thanks.

Eric LindbergChief Executive Officer

Yeah, hey, Jeremy, thanks for the question. This is Eric. I would say no disruption. It is a more difficult environment.

I think the biggest difference is restaurants closed down temporarily. A lot of people went away, found other jobs. And I think rehiring in this environment from scratch is very, very difficult. Our operators were in continuous operation.

If nothing else, most of them were increasing the staff they needed to handle sort of pandemic volume last year. So they have been, I think, experiencing that same difficulty, but they had a staff, and they were able to hold on to that staff. Many of them offered premium pay during this period just naturally. This wasn't compelled by any of the hero or hazard pay.

It was just sort of what they wanted to do to make sure they could retain. I'd say, operators, because they're entrepreneurs, they figure out the balance between labor and productivity. And so, as rates go up, they have to become more productive and find ways to be more efficient. We, obviously, help on the back end through technology and supply chain.

But they have all kinds of tricks up their sleeves in terms of flexible schedules, giving people time off, being a good employer, working the store themselves. They're not just owners. They're owner-operators. So they're side by side their staff.

So I would say difficult, yes. Disruptive, no. Will it return? Let's see what the stimulus does. I think it's very hard to compete against what's going on in the stimulus environment for people that are making the decision between staying home and gonna work.

But we find ourselves in that fortunate situation to have a place that people like to be employed and work productively in.

Jeremy HamblinCraig-Hallum Capital Group — Analyst

That's helpful. And just as a quick follow-up, do you have a sense for what the average pay rate is up versus, let's say, 2019 levels for your operator —

Eric LindbergChief Executive Officer

Yeah, we really don't, Jeremy, I would just offer perhaps anecdotally when I hear an operator, then it's hard to hire people, and you ask what the wage rate is. They're needing to go $1 above whoever is closed by, Starbucks, offering $16 an hour. They've got to be above that. So I might offer it's $1 or $2 an hour over where it was this time last year, but it would just be anecdotal.

Jeremy HamblinCraig-Hallum Capital Group — Analyst

Great. Thanks. Best of luck, guys.

Operator

Our next question comes from Brian McNamara with Berenberg. Please proceed.

Brian McNamaraBerenberg Bank — Analyst

Thank you for taking my question. Can you talk about the two new stores you've opened year to date in the East? I know you have one in East Norton and another one in Mount Airy. I think Mount Airy has only been open maybe 12 days, but how are they performing in their early days relative to a new store you would open out West? Thank you.

Eric LindbergChief Executive Officer

Ouais ouais ouais. It's still early innings. We are excited by the community outreach that we got, particularly just seeing that area and the excitement around that opening, engagement from the IO in that community, great customer feedback, some interesting, I'd say, sales dynamics just because of the urban nature of that store, but we're really happy with the positioning of both of those stores. I don't know if you had a chance to see him, but very, very prominent in terms of retail locations, facade, sort of immediate impact in those neighborhoods.

So way too early to call or way too early to tell in 12 days, but we're happy with what we're seeing.

Brian McNamaraBerenberg Bank — Analyst

And then, just a quick follow-up on the East. It looks like you have several job postings for potential store locations across the six or seven Mid-Atlantic states. Are buyers or supply, in general, limiting factors in terms of the pace of your build-out out East? And do you expect an acceleration in store growth in the East next year from your current three- to five-unit pace?

Eric LindbergChief Executive Officer

Oui. So let me just address the job posting comment. I think what you're saying is you're seeing probably store directors, store managers, store operator. Our recruiting team does a lot of sort of initial trolling in the — all the job posting just to sort of generate people that think of themselves as directors but haven't thought of themselves as being owners and operators.

A lot of them are able to translate over to operators. So that's why we post that way. And your second question was around just sort of additional growth in the East, three to five the number this year. Oui.

I would like to see more. I mean, we are certainly seeing a lot of Mid-Atlantic real estate opportunities. I'm not gonna put a finger on the page in terms of that number, but I would just tell you we're building the foundation, the infrastructure so that we can have more stores back there. So I think that should be our last question.

Is that right? Hey, guys, we're gonna wrap up. Thanks a lot for joining us this afternoon. Looking forward to continuing the dialogue in the coming days, so thank you very much.

Operator

(Operator signoff)

Duration: 65 minutes

Call participants:

Joseph PellandVice President of Investor Relations

Eric LindbergChief Executive Officer

RJ SheedyPresident

Charles BracherChief Financial Officer

John HeinbockelGuggenheim Partners — Analyst

Randy KonikJefferies — Analyst

Michael LasserUBS — Analyst

Krisztina KataiDeutsche Bank — Analyst

Robby OhmesBank of America Merrill Lynch — Analyst

Simeon GutmanMorgan Stanley — Analyst

Karen ShortBarclays — Analyst

Oliver ChenCowen and Company — Analyst

Joe FeldmanTelsey Advisory Group — Analyst

Jeremy HamblinCraig-Hallum Capital Group — Analyst

Brian McNamaraBerenberg Bank — Analyst

More GO analysis

All earnings call transcripts

This article represents the opinion of the writer, who may disagree with the “official” recommendation position of a Motley Fool premium advisory service. We’re motley! Questioning an investing thesis — even one of our own — helps us all think critically about investing and make decisions that help us become smarter, happier, and richer.



Source link

Il n’a ne été aussi facile d’envoyer un site commerce électronique de nos jours, il suffit de voir le nombre de websites e-commerce en France pour s’en renvoyer compte. En effet, 204 000 websites actifs en 2016. En 10 ans, le nombre de sites a été fois 9. Avec l’évolution des technologies, les média à grand coup d’histoire de succès story, (si dans l’hypothèse ou nous-mêmes vous assure, je me nomme aussi tombé a l’intérieur du panneau) le e-commerce a longuement été vu comme un eldorado. Du coup, une concurrence accrue est vu le journée dans thématiques.