Expedia (EXPE) Transcription de l'appel sur les résultats du premier trimestre 2021


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image: The Motley Fool.

Expedia (NASDAQ: EXPE)
Appel aux résultats du T1 2021
6 mai 2021, 16h30. ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

Opérateur

Bon après-midi. Je m'appelle Anne et je serai votre organisatrice de conférence aujourd'hui. En ce moment, je souhaite la bienvenue à tous à la conférence téléphonique du premier trimestre 2021 d'Expedia Group. (Instructions pour l'opérateur) Je voudrais maintenant céder la parole à Patrick Thompson, vice-président senior et directeur financier du commerce de détail.

Merci. Allez-y.

Patrick ThompsonVice-président principal et directeur financier de la vente au détail

Bonjour, et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats financiers d'Expedia Group pour le premier trimestre terminé le 31 mars 2021. Je suis heureux d'être rejoint aujourd'hui par notre PDG, Peter Kern; et notre directeur financier, Eric Hart. La discussion suivante, y compris les réponses à vos questions, reflète le point de vue de la direction à ce jour, le 6 mai 2021 seulement. Nous n'assumons aucune obligation de mettre à jour ou de réviser ces informations.

Comme toujours, certaines des déclarations faites lors de l'appel d'aujourd'hui sont de nature prospective, généralement précédées de mots tels que nous prévoyons, nous pensons, nous prévoyons, nous sommes optimistes ou confiants ou des déclarations similaires. Veuillez vous reporter à la publication des résultats d'aujourd'hui et aux documents déposés par la société auprès de la SEC pour obtenir des informations sur les facteurs qui pourraient faire en sorte que nos résultats réels diffèrent sensiblement de ces déclarations prospectives. Vous trouverez les rapprochements des mesures non conformes aux PCGR avec les mesures conformes aux PCGR les plus comparables discutées aujourd'hui dans notre publication sur les résultats, qui est publiée sur le site Web des relations avec les investisseurs de la société à l'adresse ir.expediagroup.com. Et je vous encourage à visiter périodiquement notre site Web IR pour d'autres contenus importants.

Sauf indication contraire, toutes les références au coût des revenus, aux frais de vente et de marketing, aux frais généraux et administratifs et aux frais de technologie et de contenu excluent la rémunération à base d'actions. Et toutes les comparaisons sur cet appel seront par rapport à nos résultats pour la période comparable de 2019. Et sur ce, permettez-moi de passer l'appel à Peter.

Peter KernChef de la direction

Merci, Pat. Bonjour à tous et merci de vous joindre à notre appel. Nous avons quelques brèves remarques, puis nous répondrons aux questions. Je vais commencer par parler de l'accord Egencia, que nous avons annoncé il y a quelques jours.

Cet accord proposé est extrêmement excitant pour nous. Et dans quelques minutes, Eric partagera les détails. Mais je dirai simplement que cela met en évidence trois choses essentielles que nous essayons de faire. La première consiste à trouver la meilleure opportunité pour toutes nos entreprises.

Et dans ce cas, nous avons estimé que la combinaison d'Egencia et d'Amex GBT a créé une nouvelle entreprise combinée formidable qui pourrait se concentrer entièrement sur le client entreprise et vraiment fournir une suite de services de premier ordre pour servir ces clients. Et notre participation dans cette entreprise, nous sommes très heureux de l'avoir. Deuxièmement, nous avons signé un accord de fourniture d'hébergement et de technologie à long terme avec l'entreprise. Et vous vous en souviendrez, nous avons une grande entreprise B2B, les services partenaires d'Expedia.

Il est au cœur de notre stratégie à long terme et conduire et dynamiser le secteur dans son ensemble est une étape importante pour nous. Donc, cette offre améliore considérablement et nous donne simplement plus de débit pour continuer à innover, à la fois du côté de l'offre et de la technologie pour fournir d'excellents services à l'ensemble de l'écosystème du voyage. Et enfin, comme nous en avons parlé à l'infini au cours de la dernière année, nous essayons de simplifier notre entreprise afin de pouvoir nous concentrer sur les opportunités les plus importantes et les plus importantes. Et avec Egencia dans une nouvelle maison formidable, si cet accord devait se concrétiser, nous serons bien placés pour nous concentrer sur nos activités B2C et B2B et notre plateforme technologique de vitesse dans le reste de notre cœur de métier.

Passons aux tendances récentes. Je dirais, comme je l'ai dit, le voyage reste une étude de contrastes pour différentes géographies. Certains sont toujours fermés, certains comme les États-Unis sont assez ouverts maintenant.

Et également, une étude sur les différences entre les locations de vacances, les voyages intérieurs et les voyages internationaux. Les voyages d'affaires sont plus difficiles. L'hébergement conventionnel, en particulier dans les grandes villes, est plus difficile. C'est donc vraiment une étude des contrastes.

Cela dépend de l'endroit où vous êtes le plus fort. Nous avons grandement profité de nos activités de location saisonnière et de nos activités nationales aux États-Unis, mais d'autres aspects de l'activité demeurent encore difficiles. Je dirais que beaucoup l'ont déjà signalé, mais l'été s'annonce fort, en particulier aux États-Unis.

et sur d'autres marchés où les vaccinations sont en bonne voie. Nous constatons déjà des tendances de réservation bien au-dessus des niveaux de 2019 pour les destinations de loisirs, la plage, la montagne, etc. Et cela vaut non seulement pour les locations de vacances, mais aussi pour les hébergements conventionnels. Pour donner un peu plus de couleur sur les réservations elles-mêmes, nous avons dit lors de notre dernier appel que nous étions quelque part dans le haut 40% des réservations brutes, net des annulations, dans la période de janvier.

Cela s'est modéré à environ 20% en mars et s'est amélioré en avril. Les tendances restent donc fortes, encore une fois, tirées en grande partie par les marchés les plus solides, mais les tendances sont toujours très bonnes, et nous en sommes ravis. Je voudrais juste garder à l'esprit, bien que l'été s'annonce bien et que nous soyons ambitieux et que nous nous sentons bien au sujet de la reprise globale, que le calendrier est toujours un point d'interrogation. Nous ne savons pas à quoi ressemblera la saisonnalité tant que COVID sera là.

Et les tendances habituelles qui pourraient survenir à l'automne et à l'hiver sont encore inconnues. Ainsi, bien que nous soyons extrêmement enthousiastes à propos de l'été, il est un peu trop tôt pour prédire comment ces tendances, comme le travail à domicile, si l'école est en cours, etc., changeront les comportements de déplacement au cours des trimestres suivants. Sur le front de Vrbo et des locations de vacances en général, nous continuons à nous pencher sur cette activité. Nous avons augmenté notre part sur tous nos marchés les plus solides et avons investi massivement dans le marketing et dans l'acquisition d'hôtes.

Et nous pensons que cela continue d'être une excellente opportunité pour nous, pas seulement en ce moment, mais à l'avenir, alors que nous capitalisons sur l'acquisition de la marque et que plus de gens font l'expérience de Vrbo et séjournent dans des locations de vacances. Nous assistons à une certaine compression en été. Les gens posent souvent des questions à ce sujet. Et je dirai simplement que jusqu'à présent, nous avons vu le remplacement comme une très bonne solution.

La plupart des gens cherchent quelque chose. S'ils ne peuvent pas le trouver, ils trouveront quelque chose à proximité. Et de plus en plus, au fur et à mesure que de plus en plus de personnes sont vaccinées, elles sont disposées et heureuses de rester dans des complexes hôteliers et dans des hébergements conventionnels. Et je dirais qu'une partie d'entre eux préféreraient en fait que ce soit ainsi et que nous voyons dans ces destinations de loisirs pour l'été un nombre très élevé d'hébergement conventionnel.

Du côté du marketing, j'ai mentionné au cours des trimestres précédents que nous avons adopté un parti pris relativement conservateur sur la façon dont nous avons abordé le marketing, plutôt que de laisser un peu d'argent sur la table plutôt que d'aller trop loin avec nos skis. Mais au cours du premier trimestre, nous avons en quelque sorte changé ce biais et nous nous sommes davantage orientés, en particulier dans la seconde moitié du trimestre, vers l'investissement et pour faire face à la vague de demande que nous pensons imminente. Cela a pris la forme d'un certain nombre de déploiements de marketing de marque, y compris une toute nouvelle campagne de marketing de marque Expedia qui a débuté lors des Oscars. Nous avons relancé notre marque Orbitz en mettant l'accent sur les LGBTQIA +.

Et c'est en quelque sorte, encore une fois, une poussée alors que nous essayons de différencier les marques et de vraiment concentrer chaque marque sur son marché. Et plus tard ce mois-ci, nous avons une nouvelle campagne publicitaire estivale de Vrbo qui, à notre avis, aura un impact réel. Donc, cet investissement dans la construction de la marque est vraiment important pour nous. Nous avons déjà parlé de monter en entonnoir, de créer cet amour de marque, de pousser pour des interactions directes, une consommation directe.

Mais gardez à l'esprit que ce n'est pas un outil de contraction rapide comme le marketing de performance, nous devons donc investir au fil du temps pour le construire. Mais nous pensons qu'il a des retours sur le marketing à la performance, car les marques deviennent de plus en plus appréciées et appréciées. Nous commençons à voir des victoires. J'ai longuement parlé dans le passé de la combinaison de nos équipes de marketing de performance.

Ils ont fait le travail de yeoman et un travail formidable. Nous avons en fait mis en place un nouveau leader venu de l'extérieur et qui est un excellent nouvel ajout à l'équipe. Mais je voulais juste, je l'ai déjà dit, je voulais donner une statistique pour vous donner une idée de l'accélération que nous commençons enfin à obtenir, à savoir que 75% de nos dépenses SEM sont maintenant sur un nouveau consolidé plate-forme technique et de données. Et juste à titre de référence, à la fin de l'année dernière, c'était à 15%.

Alors ça commence à s'accélérer. Nous commençons à obtenir les victoires que nous espérions en combinant ces plates-formes. Et à mesure que nous investissons plus et devenons plus agressifs et que nous obtenons ces victoires, nous voyons notre part de clics revenir à des niveaux historiques ou plus élevés dans nos principaux produits et nos marchés clés. Nous continuons à affiner nos dépenses de marketing en général, et nous continuerons à tester et à apprendre, et il y aura un équilibre au fur et à mesure que nous apprenons.

Mais je dirai que nous avons mentionné la dernière fois lors de notre dernier appel que nous avons abandonné le méta-produit Google pour les locations de vacances. Et en fait, au cours de ce dernier trimestre, nous nous sommes éloignés des autres méta-joueurs de la location de vacances. Et jusqu'à présent, les résultats ont été excellents et aussi bons ou meilleurs que ce que nous aurions pu espérer en termes de rendements que nous avons constatés en obtenant plus de trafic direct et de trafic par d'autres moyens plus efficacement. Cela a donc été une excellente initiative, et nous continuerons de nous concentrer sur cela.

Mais encore une fois, nous serons plus à la hausse. Nous serons concentrés et inclinés dans la vague à venir. Mais cela pourrait être cahoteux et nous serons peut-être un peu en avance, mais nous pensons que le moment est venu de nous pencher et nous nous pencherons en conséquence. Sur le plan de la plate-forme et de la technique, j'ai promis de ne pas me lancer dans la narration de 100 belles histoires sur notre plate-forme technique.

Nous y faisons de grands progrès chaque jour. C'est certainement là que nous investissons le plus d'énergie, de temps et d'argent. Mais je voulais juste souligner un domaine de victoires, car cela dépend vraiment de la façon dont cela va affecter non seulement nous en tant qu'entreprise, mais aussi les clients. Et c'est dans nos produits d'IA et de données.

Nous avons récemment lancé un algorithme d'apprentissage par renforcement, qui nous permet d'alimenter différents parcours d'achat sur une page donnée pour différents clients. Et nous l'utilisons maintenant, pas universellement car, encore une fois, toute la technologie avance, et elle sera lancée comme elle peut l'être dans plus d'endroits, mais nous l'utilisons pour adapter et améliorer l'expérience client au spécifique. parcours client, opportunité de conversion et d'amélioration de l'entreprise. Mais surtout, c'est une excellente occasion d'améliorer l'expérience du client et de lui permettre de trouver plus facilement ce qu'il veut. Et dans le même ordre d'idées, nous utilisons également des données d'intelligence artificielle et de télémétrie pour suivre l'expérience client, pour suivre les points de friction et nous concentrer à nouveau sur l'élimination de cette friction de l'expérience client et la rendre excellente.

Ce sont donc des technologies de premier plan que les meilleures entreprises de commerce électronique au monde utilisent, et nous les utilisons maintenant pour améliorer nos expériences de consommation. Et c'est vraiment excitant, n'est-ce pas, pour l'entreprise, mais à bien des égards encore plus excitant que nous pouvons susciter l'amour des clients et une meilleure expérience client. Et enfin, je dirais simplement que nous bénéficions clairement de notre force relative sur certains des meilleurs marchés, la VR, les États-Unis, etc. Mais c'est un parcours cahoteux et nous espérons des réouvertures.

Je dirais l'annonce de New York. Vous vous souviendrez que nous sommes très forts dans les grandes villes et dans les voyages internationaux, qui ne se portent pas bien, mais l'annonce de l'ouverture de New York, espérons-le, des voyages internationaux entre la région EMEA et les États-Unis cet été commencera à s'ouvrir encore plus au fur et à mesure que nous avançons. Et je voudrais juste dire que c'est bien de dire que nous faisons des progrès, mais nous sommes conscients de nos amis et collègues et de tout le monde vraiment en Inde.

Nous avons une grande opération en Inde. Nous avons de nombreux collègues et membres de la famille malades, et nos pensées les accompagnent chaque jour. Et quoi que le monde puisse faire pour aider, nous faisons tout ce que nous pouvons pour aider, mais nous devons tous faire plus. Et je dirais enfin, c'est un rappel que c'est une période imprévisible.

Nous ne savons toujours pas ce qui se passe sur de nombreux marchés. Tout peut arriver. Les choses pourraient empirer avant de s'améliorer, mais nous sommes optimistes. Nous constatons de nombreuses améliorations à travers le monde et nous nous sentons bien dans le travail que nous faisons dans l'entreprise.

Donc, avec cela, je dirai simplement, espérons-le, que les vaccins continueront à être déployés. J'espère que vous avez tous vos vaccins et que vous dites à tous ceux que vous connaissez de se faire vacciner. Et nous ne doutons guère qu'au fur et à mesure que cela se poursuivra, le monde s'ouvrira et les voyages reviendront en force. Alors avec ça, je vais le transmettre à Eric.

Merci.

Eric HartDirecteur financier

Merci, Peter. Je voudrais commencer par fournir plus de détails sur l'offre ferme que nous avons reçue d'Amex GBT pour acquérir Egencia. Je fais écho aux commentaires antérieurs de Peter. Nous sommes très enthousiastes à propos de l'accord et je suis optimiste quant au succès que nous verrions de la société fusionnée.

Maintenant sur l'offre qui comprend deux pièces majeures. Premièrement, nous détenons une participation d'environ 14% dans l'entreprise combinée, en présumant la clôture, qui, selon nous, est actuellement évaluée à environ 750 millions de dollars. Deuxièmement, nous conclurions également un accord de fourniture d'hébergement de 10 ans entre Amex GBT et EPS, comme Peter l'a mentionné plus tôt. Et puis pour mettre cet accord commercial en perspective, l'accord d'approvisionnement aurait généré plus de 60 millions de dollars d'EBITDA aux volumes de 2019.

Nous prévoyons que l'accord proposé se conclura dans 9 à 12 mois. Ensuite, je voulais faire le point sur nos initiatives de réduction des coûts. En 2020, nous avons réalisé des progrès considérables dans la redimensionnement de notre base de coûts, et ces efforts se sont poursuivis au premier trimestre. Nous prévoyons toujours être dans le haut de notre fourchette de 700 millions de dollars à 750 millions de dollars pour les économies de coûts fixes par rapport à notre taux de sortie de 2019, et nous avons maintenant atteint environ 700 millions de dollars sur la base du taux d'exécution.

Nous restons convaincus que nous réaliserons en grande partie toutes ces économies de coûts cibles d'ici la fin de 2021. Comme nous l'avons mentionné précédemment, lorsque nous nous tournons vers l'avenir, nous aurons des augmentations annuelles de la base de coûts restante à partir d'éléments tels que les augmentations annuelles de la rémunération et nous prévoyons de investir dans des domaines d'activité où nous voyons des opportunités intéressantes. En ce qui concerne le coût variable des revenus, nous restons sur la bonne voie pour plus de 200 millions de dollars d'économies annuelles basées sur les niveaux de volume de 2019. Pour rappel, les trois principaux moteurs sont l'amélioration de l'économie via notre plate-forme de paiement, l'expansion de notre plate-forme de conversations pour réduire les coûts de service client et les coûts variables du cloud.

À l'instar des initiatives fixes, nous prévoyons toujours de réaliser en grande partie toutes ces économies de coûts variables d'ici la fin de 2021. Bien que les coûts soient basés sur le volume, les économies ne seront pas pleinement évidentes tant que nous n'atteindrons pas des niveaux d'activité plus normalisés. Nous avons également parlé dans le passé de l'amélioration de l'efficacité du marketing. Et nous avons continué à apporter des améliorations au premier trimestre, mais je veux être très clair, nous dépensons dans la reprise, comme Peter l'a mentionné.

En ce qui concerne le premier trimestre, nous avons augmenté nos investissements, en particulier dans la seconde moitié du trimestre, et cela s'est poursuivi également. Et nous prévoyons également une nouvelle augmentation au deuxième trimestre alors que nous cherchons à capitaliser davantage sur le rythme de la reprise des voyages, en particulier aux États-Unis. revenus jusqu'à ce que le séjour se produise. En termes de bilan, nous sommes aujourd'hui notés «investment grade».

Et alors que la reprise se poursuit, nous restons déterminés à revenir à des niveaux d'endettement plus historiques, tout en continuant de réduire notre coût du capital. Notre objectif ultime: être en position de force – être en position de force pour relancer notre programme de restitution du capital aux actionnaires, comme nous en avons parlé au début de l'année dernière. À cette fin, nous avons récemment profité de conditions de marché intéressantes et levé 1 milliard de dollars en billets non garantis à 10 ans, qui ont un coupon de 2,95% et 1 milliard de dollars en dette convertible à 5 ans à coupon 0 avec une prime de conversion de 72,5%. Ensemble, nous avons utilisé le produit des nouvelles émissions de titres de créance pour rembourser 1,7 milliard de dollars de dettes échéant en 2025 à des coupons de 7% et 6,25%.

Cela entraînera des économies annuelles d'environ 80 millions de dollars sur les taux d'intérêt. Du point de vue de la liquidité, nous avons 4,3 milliards de dollars en trésorerie non affectée et en placements à court terme, soit environ 1 milliard de dollars de plus qu'à la fin du quatrième trimestre, l'augmentation étant principalement attribuable aux flux de trésorerie disponibles positifs. Nous avons également essentiellement 2 milliards de dollars de capacité de revolver inexploitée. En ce qui concerne les réservations différées des marchands, il s'est amélioré à chaque trimestre depuis le pic de la pandémie et avec un total de 6 milliards de dollars à la fin du premier trimestre.

Nous avons été témoins de tendances récentes positives et sommes prudemment optimistes quant au rythme et à la forme de la reprise. Nous sommes également confiants dans notre position de liquidité. Et par conséquent, nous avons choisi de rembourser 50% des actions privilégiées émises en 2020 plus tard ce mois-ci. Et pour rappel, en ce qui concerne les actions privilégiées, nous avons également la possibilité de rembourser ce solde à tout moment que nous choisissons de le faire et c'est quelque chose que nous surveillerons au cours des prochains mois.

Passons maintenant au P&L. Le chiffre d'affaires total était en baisse de 52% par rapport au premier trimestre de 19, ce qui était une amélioration notable par rapport au trimestre précédent, avec un chiffre d'affaires en baisse d'environ 62% d'une année sur l'autre. Et c'est normalisé pour l'impact sur les revenus d'assurance contre les assurances qui s'est produit au quatrième trimestre de 2020 dont nous avons parlé au dernier trimestre. Les frais généraux ont totalisé environ 500 millions de dollars au premier trimestre et ont été légèrement meilleurs que prévu en raison de certains avantages liés au calendrier.

Pour rappel, nous définissons les frais généraux comme les frais généraux, la technologie et le contenu, les ventes indirectes et le marketing, tout en excluant la rémunération à base d'actions. Par la suite, nous avons apporté un changement au cours du premier trimestre dans la gestion de nos coûts de licence et de maintenance de logiciels, ce qui a conduit à un reclassement modeste aux résultats antérieurs. Nous sommes passés d'une approche décentralisée, dont nous avons déjà parlé, dans laquelle chaque équipe gère ses propres dépenses, ce qui a entraîné une augmentation des coûts et des outils redondants, à une approche beaucoup plus centralisée à travers EG. En 2020, le changement a entraîné la réaffectation d'environ 60 millions de dollars de coûts à la technologie et au contenu, la majorité provenant du coût des ventes et le reste des ventes et du marketing et des frais généraux et administratifs.

Aucun changement n'a été apporté aux coûts totaux ou au BAIIA par suite de ce reclassement. Au total, le BAIIA ajusté a été négatif de 58 millions de dollars pour le trimestre, ce qui était légèrement supérieur à nos attentes. En valeur absolue, le BAIIA ajusté a diminué d'environ 235 millions de dollars par rapport au premier trimestre de 2019, tandis que les revenus ont diminué d'environ 1,4 milliard de dollars au cours de la même période. Sur le flux de trésorerie disponible, qui a totalisé 2 milliards de dollars au T1 en données publiées.

Si vous excluez la variation de l'encaisse affectée, qui est principalement due aux réservations différées des marchands de Vrbo, le flux de trésorerie disponible était d'environ 800 millions de dollars. Pour l'avenir, nous l'avons mentionné au dernier trimestre, nous prévoyons que nos frais généraux augmenteront d'environ 50 millions de dollars de manière séquentielle entre le premier et le deuxième trimestre de cette année par rapport aux paiements de bonus et aux autres problèmes dont nous avons parlé le trimestre dernier. En conclusion, continuez à être très encouragé par les tendances récentes au sein de l'entreprise, ayez une confiance croissante dans notre position de liquidité compte tenu du changement que nous venons de faire, en particulier en remboursant la préférence, mais nous restons prudemment optimistes quant à de nouvelles améliorations de la reprise des voyages. nous nous dirigeons tout le reste de l'année. Opérateur, nous sommes prêts pour notre première question.

Questions et réponses:

Opérateur

(Instructions pour l'opérateur) Notre première question vient de la lignée de Mark Mahaney. Votre ligne est ouverte.

Mark MahaneyEvercore ISI – Analyste

Merci. J'ai deux questions. Premièrement, juste une précision Peter sur vos commentaires sur la baisse de 40 p. 100 en janvier, de 20 p. 100 en mars, s'est améliorée en avril. Je pense que vous faites simplement référence aux réservations nationales.

Si tel est le cas, pourriez-vous simplement donner le même genre de tendances sur la base des réservations mondiales? Et peut-être que j'ai mal compris cela. Et puis deuxièmement, une sorte de question de haut niveau. Si vous pensez à ce que vous faites avec l'entreprise pour aider, vous avez fait beaucoup de choses pour améliorer la structure des coûts au fur et à mesure que vous entrez et sortez du COVID. Comment décririez-vous ce que vous avez fait pour essayer d'améliorer la croissance des réservations et la croissance des revenus avant et après COVID? Selon vous, quelles sont les meilleures façons de faire en sorte que la croissance reprenne de là où l'entreprise était avant le COVID? Merci.

Peter KernChef de la direction

Merci, Mark. Bien sûr, je suis heureux d'y répondre. Tout d'abord, la réponse à votre première question est que ces chiffres sont mondiaux. C'est toute notre affaire collectivement, pas seulement les États-Unis.

Les États-Unis sont certainement plus forts, ce qui contribue à augmenter ce nombre, mais ce sont des chiffres mondiaux. En ce qui concerne au-delà de la structure des coûts, je dirais que nous faisons des tonnes de travail, et je commencerai malheureusement par réitérer tout le travail que nous faisons du côté marketing, le travail que nous faisons pour simplifier et combinez notre équipe de marketing de performance, nos outils, nos capacités, notre analyse de données C'est un énorme avantage pour nous alors que nous allons dans le futur, dans la période post-COVID et notre capacité à rivaliser dans les canaux de performance de la manière la plus efficace.

Nous pensons que nous pouvons faire mieux et faire plus du côté de la construction de la marque et créer cette relation client directe. Et puis cela saigne tout au long, bien sûr, de l'importance de bien faire le produit, d'obtenir le bon engagement, d'améliorer les applications, d'améliorer la technologie, d'utiliser l'IA pour améliorer l'expérience client. Donc, toutes ces choses sont le genre classique de cycle vertueux, pouvez-vous les faire entrer? Peux-tu les faire t'aimer? L'expérience est-elle géniale? Cela les aide-t-il à trouver ce qu'ils veulent? Il y a donc une tonne de travail. Tout ce travail dont je parle du côté de la plate-forme n'est pas une question d'efficacité, même s'il crée des gains d'efficacité.

Ce que cela crée vraiment, c'est l'agilité et la capacité de mieux servir le client et de créer un lien plus fort avec ce client, ainsi que la fidélité, la fidélité et la valeur à vie. C'est donc vraiment un exercice dans toutes les pièces, mais nous devenons plus précis sur tous les éléments, qu'il s'agisse de la proposition de marque pour chaque marque, que ce soit la proposition géographique pour chaque géo et marque et ensuite à quoi ressemble cette expérience client. la fin, par le service. Et ce sont toutes ces pièces. Nous investissons donc à tous les niveaux en termes d'énergie et de temps.

Et je pense que ces pièces commenceront à se multiplier sur elles-mêmes au fur et à mesure que nous en aurons de plus en plus de l'autre côté de la route. Il y a donc beaucoup de bon travail en cours. Certaines choses sont beaucoup plus avancées que d'autres, mais je pense que vous continuerez à voir des améliorations dans toutes ces catégories.

Mark MahaneyEvercore ISI – Analyste

D'ACCORD. Merci, Peter.

Peter KernChef de la direction

Merci.

Opérateur

Votre prochaine question vient de la ligne de Justin Post de BofA. Votre ligne est ouverte.

Justin PostBank of America Merrill Lynch – Analyste

Génial. Merci. Quelques questions. D'abord sur Vrbo, évidemment, des valorisations élevées dans ce secteur.

Vous vous demandez si vous pouvez nous aider à comprendre le pourcentage de réservations et peut-être les taux de croissance au cours du trimestre pour les réservations ou les revenus. Et puis deuxièmement, évidemment, une divulgation très intéressante sur les dépenses marketing d'Expedia. Et je crois que vous avez dit que cela pourrait être le plus important des cinq dernières années. Alors, pouvez-vous nous aider à comprendre tout d'abord, comment vous pensez de ce qui affecte l'EBITDA au deuxième trimestre? Et voyez-vous des retours marketing très positifs qui vous donnent, en quelque sorte, vous encouragent à dépenser autant? Merci.

Peter KernChef de la direction

Oui. Merci, Justin. Je vais peut-être commencer par le deuxième. Oui, je veux dire, nous avons passé pas mal de temps à élaborer une nouvelle proposition de marque, un tas de nouvelles capacités et des choses dont nous voulions parler aux consommateurs et nous n'en sommes qu'aux premières étapes du déploiement de notre campagne de marque Expedia. .

C'est une campagne de marque lourde sur plusieurs marchés, et nous pensons qu'elle offre de grandes opportunités. Mais pour être clair, le marketing de marque est en quelque sorte un art, pas seulement une science. Et il faut du temps pour payer ses récompenses. Nous pensons, cependant, qu'en étant plus en amont, en étant plus efficaces en termes de performances et en nous permettant de mettre plus d'argent dans l'entonnoir, nous pouvons générer de meilleurs rendements à long terme.

Maintenant, ce n'est pas un muscle à contraction rapide. Comme je l'ai dit, le marketing de marque n'est pas comme si vous diffusiez une bonne annonce et que demain tout le monde réserve. Il faut répéter. Il faut sombrer dans cette proposition de marque et amener tout le monde à se concentrer sur votre nom, puis cela commence à récompenser les performances.

Il commence à payer des récompenses en direct. Cela commence à être récompensé pour beaucoup de choses. Nous croyons donc en cette opportunité. Nous investirons dans cette opportunité.

Et cela prendra du temps à payer. Ce n'est pas comme la performance. Ce n'est pas comme si vous achetiez la transaction à chaque fois que vous la faites. Sur le front de Vrbo, permettez-moi de regarder le pourcentage de réservations et les taux de croissance.

Je pense donc que nous ne divisons pas ces chiffres séparément. Je dirais que Vrbo va très bien. Les États-Unis sont particulièrement forts.

Mais comme je l'ai dit, sur tous nos marchés les plus solides, nous affichons des gains de parts. Et Vrbo est clairement et les locations de vacances en général sont clairement en territoire très positif, et cela contribue à faire monter tous nos chiffres, sans aucun doute. Mais nous ne les séparons pas séparément. Et donc je pense que c'est juste que nous le considérons comme faisant partie de l'entreprise.

Et comme je l'ai déjà dit, le plan à long terme pour les Vrbo ou les locations de vacances plus généralement est de les mettre à disposition par toutes nos marques de la manière la plus optimale pour le client. Voilà donc où nous en sommes.

Eric HartDirecteur financier

Oui. Et deux choses rapides à ajouter. C'est Eric. En outre, en ce qui concerne la distribution de cet inventaire du point de vue de la location de vacances, en fin de compte via les services partenaires d'EPS ou d'Expedia, nous pensons que c'est également une opportunité significative pour nous.

Et puis du côté du marketing, si vous regardez année après année jusqu'en 2018, 2019 et ensuite 2021, nos dépenses marketing en pourcentage des revenus ont beaucoup baissé lorsque vous les comparez à celles-ci. Et pourtant, nous dépensons beaucoup pour la marque, et nous continuons également à dépenser dans les canaux de performance. Et nous constatons également, compte tenu de tout le travail que les équipes ont effectué, où nous obtenons une bonne part de voix, une part de portefeuille, si vous voulez, à un ROAS plus élevé que ce que nous avons traditionnellement vu. Il reste donc beaucoup à savoir comment cela va évoluer dans le P&L au fil du temps, comme Peter l'a mentionné, mais nous sommes plutôt satisfaits des investissements que nous faisons actuellement.

Justin PostBank of America Merrill Lynch – Analyste

Génial. Merci.

Opérateur

Votre prochaine question vient de la ligne de Lloyd Walmsley de la Deutsche Bank. Votre ligne est ouverte.

Lloyd WalmsleyDeutsche Bank – Analyste

Merci. Si nous commençons par le côté des coûts, vous avez porté le genre d'entreprise aux goujons pendant la pandémie. Que pensez-vous de votre positionnement alors que le rythme s'accélère sur le marché? Êtes-vous capable de gérer de fortes hausses de volume? Avez-vous l'impression que les choses fonctionnent de manière stable sur le plan opérationnel? Des domaines qui pourraient nécessiter un investissement? Et ensuite, un peu lorsque vous vous penchez sur la nouvelle campagne de marque, caractériseriez-vous votre posture du côté de la publicité de performance comme une sorte de penchant ou plus neutre là-bas et de vous concentrer sur le côté de la marque et en espérant que cela aura des avantages. le canal de performance qui vous permet en quelque sorte d'obtenir des gains d'efficacité là-bas? Tout ce que vous pourriez y partager serait utile.

Peter KernChef de la direction

Oui. Merci, Lloyd. Je dirais, tout d'abord, que nous ne l'avons pas descendu jusqu'aux poteaux. Nous avons fait beaucoup de choses que nous pensions être les bonnes choses à faire pour la santé à long terme de l'entreprise.

Mais nous avons investi dans beaucoup de gens, de talents, de marketing, toutes sortes de choses, de technologie. Je pense donc que nous avons fait les bonnes choses dans ce que nous pensions être la bonne façon de façonner l'entreprise. Et comme vous vous en souvenez, nous avons décidé de le faire avant même que COVID ne frappe. C'était donc le plan.

Tel a été le plan. Et nous nous sentons bien là où nous sommes allés. Y a-t-il maintenant des endroits dans lesquels nous voulons investir? Absolument. Voulons-nous attirer et retenir les meilleurs talents de notre entreprise? Absolument.

Nous prenons ces mesures. Nous avons fait appel à de nombreux nouveaux talents. Nous avons changé, comme Eric l'a fait allusion, notre structure de fonds propres et de primes pour récompenser notre personnel pour sa croissance. Nous continuerons donc d'investir dans les éléments qui stimuleront notre entreprise, dont une grande partie sont les personnes et leur capacité à créer des technologies, des outils et des produits et des services de qualité, puis des personnes pour aider à externaliser toutes les grandes choses que nous construisons sur le B2B. côté et bien sûr, côté consommateur.

Nous n'avons donc aucunement l'impression que nous sommes dans une position instable. Nous avons beaucoup de pièces mobiles. Nous essayons de changer beaucoup. Il n'en est pas question.

Et nous pensons que tout cela offre de grandes opportunités. Et allons-nous casser quelque chose en cours de route, trébucher une ou deux fois, je suis sûr que nous le ferons. Mais en général, nous nous sentons en bonne position. Et si quoi que ce soit, nous continuerons d'investir dans la croissance au fur et à mesure des rendements.

En ce qui concerne les campagnes de marque, non, nous ne voulons pas espérer que cela fonctionne et simplement transférer de l'argent. Toute notre proposition est que nous pensons pouvoir faire mieux du côté du marketing à la performance. Nous pouvons être meilleurs, être plus efficaces, être plus compétitifs. Et ce faisant, libérez du capital, si vous voulez, pour aller en amont, en amont pour pousser du côté de la marque.

Nous testons notre chemin à travers tout cela tout comme nous avons testé la méta de Google pour la réalité virtuelle et d'autres méta pour la réalité virtuelle. Cela a eu un impact vraiment positif. Nous testerons plus de choses. Nous deviendrons plus intelligents.

Et comme je l'ai mentionné il y a quelques trimestres, nous commençons à être capables, notre objectif est d'arriver au point où nous pouvons créer des algorithmes à maximiser pour le multimarque et faire des choses que nous n'avons tout simplement jamais pu faire auparavant. Voilà donc l'opportunité. Et nous nous penchons sur ces deux aspects d'un point de vue technique. Et oui, nous dépensons plus maintenant que le marché revient.

Donc, ces deux choses sont vraies, mais nous pensons que nous pouvons le faire plus efficacement. Comme Eric l'a dit, maintenez un ROAS plus élevé dans ce domaine, puis redéployez une partie de ce capital vers le front-end pour renforcer la notoriété de cette marque, où nous pensons que nous pouvons également faire mieux que ce que nous avons historiquement et dépenser cet argent plus efficacement. C'est donc encore une fois, un cycle vertueux. Nous devons faire toutes ces parties.

C'est beaucoup, mais ce n'est pas un espoir et une prière et simplement déplacer de l'argent. Nous voulons être aussi efficaces que possible et acheter une bonne croissance dans le marketing de performance et nous voulons utiliser la marque à son plus grand effet.

Lloyd WalmsleyDeutsche Bank – Analyste

Très bien. Merci.

Peter KernChef de la direction

Ouais. Merci.

Opérateur

Votre prochaine question vient de la lignée de Naved Khan de Truist Securities. Votre ligne est ouverte.

Naved KhanTruist Securities – Analyste

Oui. Merci beaucoup. Quelques questions. Alors peut-être Peter, vous parlez de ROAS.

Alors que vous découvrez où peut être le ROAS optimal, comment devrions-nous penser à la répartition de votre budget publicitaire entre les performances et la publicité de la marque dans notre perspective? À votre avis, comment cela se compare-t-il à ce qu'il était dans le passé? Et puis secondairement, vous faites un grand pas en avant vers la loyauté. I think you, in your recent announcement, talked about gaining around 25 million new loyalty members. How does that affect the P&L in terms of how you accrue for the loyalty rewards?

Peter KernChef de la direction

Oui. So maybe I'll take those in reverse again, Naved, which is on the loyalty side, we felt like there's a big opportunity, particularly in Brand Expedia, to drive loyalty. And those learnings will no doubt help other brands for us. But we felt like we were leaving a lot of customers on the side because of how we made them sign up, what they had to go through, etc.

And the truth is, for a customer, it's a much better experience if they become a loyalty member. They get to see loyalty rates. They get a lot of benefits. And in general, they consume more.

And the returns on those loyal customers are higher than the returns on people who are not members. So while there may be accounting that has to get accrued for over time, the return on that customer's performance is much greater. It's been proven over and over again in our brands. So this is really just opening up a window, making it easier and better for the customer, helping them see the benefits, allowing them to see the benefits earlier, if you will.

And I think there's nothing but upside and good stuff there so, both for the company and for the customer. As far as the ROAS goes, we talk about this a lot. We don't really know where it's going to balance out. We are trying to take as scientific an approach as we can to driving returns through our marketing area.

So it will be a bunch of learn as we go. We are testing and learning, even as we speak, a bunch of things across on and off different brands and different geographies and seeing what happens. From a performance marketing standpoint, we will be testing into brand spend as well by geography and by brand. So we're going to learn.

It's going to take some time, but we believe with the benefit of a really strong team on the brand side and a really strong team on the performance marketing side, for the first time, once we get all these things consolidated and the technology working the right way, we are going to have, it's going to be a fair fight, and we're going to be in a position to outperform the competition in a way we just haven't been for a long time.

Eric HartDirecteur financier

This is Eric. Yeah, I would add on the loyalty side, we are working through ultimately how to account for those going forward. We have robust teams. We actually have three different teams that look at and quantify it separately.

We have an internal team, a third-party provider, and then our auditors go through it as well. And so we're going to be going through that math to effectively, say, there's going to be a lot more points perhaps with a respective lower probability of redemption, at least for those that don't get actively engaged, which again, the point is getting them actively engaged in that journey, but we'll provide updates as we go through, but it is something that we're working through.

Naved KhanTruist Securities — Analyst

Helpful. Merci.

Opérateur

Your next question comes from the line of Brian Nowak from Morgan Stanley. Your line is open.

Brian NowakMorgan Stanley – Analyste

Thanks for taking my questions. I have 2. First one, Peter, sort of a high level one, when you came into your role, you outlined a number of strategic priorities, brand reorg, cost reductions, improved product merchandising, etc. Just sort of help us understand which of your priorities you think you've made the most progress on.

And then as you sort of look into '21, '22, where are there still sort of the most low-hanging fruit to continue to improve the execution of the company, both top line and within opex? Then the second one, just a little bit on marketing. Talk to us about what you're seeing on the performance marketing ROIs and your mix of overall direct traffic as you sort of head into the spring and summer. Merci.

Peter KernChef de la direction

Oui. Thanks, Brian. So on the strategic priority standpoint, I think we've made a lot of headway in many fronts. I think the hardest, biggest lift is really on the platform and the technology and the product.

And a lot of that's been organizational, getting the right pieces of the company together in the right way and organized under the right leaders so that we could drive this journey we have to drive from getting to this complicated siloed technology we had before to a much more clean, high efficiency, agile construct. So that's where the most, I would say, the most energy is going in. And frankly, it's a tale of 1,000 stories. Different parts of that journey are in different states of completeness.

But that creates, to your second question, I would say, the most opportunity going forward because every time we get a win there, and I've talked in the past, whether it's about multiple checkouts becoming one checkout or multiple identity features becoming one identity, it gives you both speed and better consumer experience and better ability to improve on that as well as efficiency and the ability to redeploy that resource to other higher return opportunities. So that's both an efficiency opportunity, but I would think of it more as the opportunity to invest that talent into new growth as we go forward. So we are still in the middle of many of those things still being fully equipped as if they were run as six or eight or 10 separate things. We will get to a place where we have one strong, robust thing and those resources can, some of those resources can get to higher-value returns.

And then as far as marketing and the other and cutting costs, again, the cost side will come from what I just described. We continue to see opportunities. Many of the things Eric's talked about that have already borne fruit in terms of cost savings, like our voice platform, etc., have much more opportunity to go and more running room. So we see that continuing to happen.

We're creating great new tools on the service side, which are creating the opportunity to serve our customers much more efficiently, not just through technology, but also through technology assisting humans. So there's all kinds of places that I think there's more opportunity to get more efficient. But we really view, I think Eric and I think about it as, it's really the opportunity to reinvest back in the business when we have those efficiencies as opposed to, do we just keep cutting for more margins. So there's plenty of opportunity on the margin side, I would say, as we reinflate with travel.

And on the flip side, we believe we've made good progress, but there's still a long way to go and a lot of opportunity. What did I miss? And sorry, on the ROIs for direct traffic, for mix and direct traffic, I would say, sort of a warning here. I think during COVID, it can be very misleading. Most of us in the travel space have seen really good numbers on direct traffic, on mobile use and all that because our most loyal customers, when we weren't marketing as much were a bigger part of our mix than they might otherwise be.

I think as we start to reinflate again in terms of a more natural travel market, those dynamics may shift somewhat. But definitely, we continue to push all-in on app usage, on direct relationships, on getting out of the auctions as much as we can. So the mix has definitely shifted in our favor in terms of direct traffic, in terms of app and mobile use, etc. But I don't want to put too much on it because I'm not sure where it's going to normalize out when the market returns globally.

Brian NowakMorgan Stanley – Analyste

That's helpful, Peter. Merci.

Peter KernChef de la direction

You bet. Merci.

Opérateur

Your next question comes from the line of Deepak Mathivanan from Wolfe Research. Your line is open.

Deepak MathivananWolfe Research — Analyst

Hey, guys. Thanks for taking the questions. A couple of ones. So first on Vrbo, can you talk about your efforts on the supply side? You talked about rotation into traditional lodging a little bit.

How are you optimizing for on the supply side during this period where demand is spiking? And then the second one, I wanted to ask about the booking window trends. Is there any notable changes now that you're seeing recovery nicely coming up? Are these mostly attributable to kind of summer bookings or is it more near-term bookings? Any color you can provide there would be helpful.

Peter KernChef de la direction

Yeahl. Thanks, Deepak. I'll take the Vrbo part of it. So we've amped up our investment in marketing and attracting Vrbo hosts, if you will, or owners.

It has been successful. We are driving it as fast as we can. There is a lot of demand, and we're focused, as you would imagine, in the most high-traffic areas where we need and can sell as much new inventory as we can get. We introduced a new product, which we called the Fast Start program, where we essentially take successful hosts that are highly rated from other platforms and we launch them quickly into our platform and instead of having to rebuild their stature as a highly reviewed host, we sort of take as a proxy their experience elsewhere, and we put them, if you will, very high in the sort and allow them to start up their business with us.

But the reality is that Vrbo hosts on balance make more than Airbnb hosts on average. And it's a great opportunity for people to monetize their assets. We think it's better than any other similarly situated one. And we think owners of properties are increasingly becoming aware of that as our brand becomes more ubiquitous and as people become more used to the products.

So all our stats make for a great sales story. We just have to get it out there, and we're spending more to get that story out there. Do you want?

Eric HartDirecteur financier

Oui. And I'll just add to that. This is Eric as well. There's also, listen, as there are compression or when there's supply selling out, if you will, there are alternatives that we're then providing.

That's part of the product experience on whether it's a nearby alternative or a peer or whatever else. So it's something that we're working from a product standpoint. In regards to your question on the booking trends, we continue to see elevated in the next 30 days unconventional lodging, but it has come down from what we saw during the, call it, the depths of the pandemic. We're continuing to see, obviously, very strong demand for the summer.

And even off a very small base, we're seeing healthy demand for the holiday period as well. So we're starting to see it extend into away from the 0 to seven days or very near term into more healthy time periods as well and more distributed to what we have seen historically. And I would say that's a similar story on the Vrbo side as well. But typically, it has longer booking cycles, and we continue to see that as well.

Deepak MathivananWolfe Research — Analyst

Got it. OK. Thanks, Peter. Thanks, Eric.

Peter KernChef de la direction

Merci.

Opérateur

Your next question comes from the line of Kevin Kopelman from Cowen. Your line is open.

Kevin KopelmanCowen and Company — Analyst

Great. Thanks a lot. I had a follow-up on the April trends that you mentioned. So you saw a pretty dramatic improvement between January and March.

Can you give us any additional color on to what extent April improved versus March because you did note that it was better. And then within that, can you talk about the U.S. a little bit more? And have you seen the total U.S. market return to growth yet versus 2019? Merci.

Peter KernChef de la direction

Yeah, sorry. Kevin, I'll — as far as April goes, I would say that we've seen modest improvement off of March. It's not linear from the negative high 40s to 20s and keep going, so don't get too excited, but it is directionally positive, and we hope and believe that will continue. Obviously, there's a lot of summer bookings through that spring period, and you can assume appropriately that has a lot to do with Americans getting vaccinated and being more comfortable booking their holidays for the summer.

So we expect something like that trend to continue for a while. But again, as I mentioned in my remarks, we need cities to open. We need international travel up. We need other things to open.

U.S. domestic travel itself cannot get us back to where we used to be on a stand-alone basis. Having said that, U.S. domestic travel is higher than U.S.

domestic travel used to be and was in 2019. We've seen that effect. And we're not disclosing the U.S. market, the market's growth or not in terms of our performance, but yes, the U.S.

is strong. It's driving a lot and it's carrying the weight for a lot of other markets that are still closed, frankly. So we feel very good about where the U.S. is.

We hope for a lot of reasons that the rest of the world comes back, not just for our business but for their own lives. But that's where we need more to open up.

Kevin KopelmanCowen and Company — Analyst

Merci. That's really helpful. And then just on Amex, did you mention expected timing on the close here?

Eric HartDirecteur financier

Expect nine to 12 months.

Kevin KopelmanCowen and Company — Analyst

OK, perfect. Thanks so much.

Peter KernChef de la direction

Merci.

Opérateur

Your next question comes from the line of Brian Fitzgerald from Wells Fargo. Your line is open.

Brian FitzgeraldWells Fargo Securities — Analyst

Thanks, guys. A couple of clarifications on Egencia. I want to ask about the enterprise value for either Egencia or all of the combined entity on the deal. And then clarification on the supply agreement.

Does that apply just to Egencia's slice of the biz or will all of that organization be relying on EPS going forward? So first one on Egencia. And then the second one was just a follow-up to Naved's question at Vrbo. If you're seeing any indications of other long-term shifts in travel behavior, maybe have you seen repeat usage, hey, what we rented last summer, we're doing again this summer or tailwinds with the inventory making inroads in urban centers and resort areas where the competition has been tougher, like California.

Eric HartDirecteur financier

Great. This is Eric. I'll take the first part of that question just around Egencia. We did mention or I mentioned in the call that we have approximately 14% ownership in the combined entity, and we estimate that to be worth $750 million.

So I think you can essentially do the backwards math to get to the overall estimated enterprise value and equity value for the business. On the commercial agreement itself, that in excess of $60 million based on 2019 volume. That is for the entire supply relationship that we will have with the combined business. And there are components of that, that's obviously Egencia and distribution that we're putting in.

And obviously, we want to have a much larger relationship with them as well. So it does represent the combined and the full estimate of that agreement.

Peter KernChef de la direction

Great. And I'll jump in on the last one, which is we haven't seen a ton to suggest that things are changing. And as you've heard me say many times, I'm loath to extrapolate too much from this COVID period. But for sure, there are a lot of new users of the Vrbo experience.

And in general, I think the data suggests they are going back to it more frequently. But again, we are in COVID and as long as you're comfortable with that use case, you're still comfortable with it. Now is that sustainable? Will people go back to resorts and other things? I've said publicly that I believe, in general, the trends of the past will continue. But one of the trends of the past was that people were getting more and more into the use case of vacation rentals.

So I think we have accelerated that. We've exposed more people to the product. And that's a good long-term trend for that category. But I don't think — and will make people consider vacation rental as part of their choices where maybe before they had not.

But I don't think we're necessarily going to be seeing a huge shift that sustains itself long-term so much as maybe a reset at a higher level for vacation rentals and then growing off of that.

Brian FitzgeraldWells Fargo Securities — Analyst

Got it. Thanks, Eric. Thanks, Peter.

Peter KernChef de la direction

You bet. Merci.

Opérateur

Your next question comes from the line of Stephen Ju from Credit Suisse. Your line is open.

Stephen JuCredit Suisse — Analyst

OK, thank you so much. So Peter I guess more of a macro question here. So as we look to maybe next year, I think there may be reasons to believe that the travel industry may be seeing elevated growth for the next few years, especially as the personal savings rate in our country seems to be at the highest it's been in probably 50, 60 years. So maybe the consumers are ready to go out there and maybe do some revenge travel.

So anything you're seeing so far in the data to customer-by-customer level or otherwise, that can either confirm or deny the notion and the activity that you're seeing? Whether they seem more willing to splash out for more luxurious accommodations or staying longer, that sort of thing? And I think you brought up reducing friction, I think in your prepared remarks. Anything you can share in terms of where you may be now in terms of rolling out real-time bookings among your Vrbo property owners and how much of the Vrbo inventory has been integrated into your OTA brands so far? Merci.

Peter KernChef de la direction

Sorry. My mic was off. I'll take a crack at the first one. Thanks for the question, Stephen.

I'm rooting for revenge travel, whatever that is. Whatever kind of travel people want to do, we're happy to accommodate it, revenge or otherwise. I think we definitely were seeing earlier in the pandemic the longer stays, certainly in the vacation rental space, etc. I think things have normalized somewhat from that.

But in general, those days are longer still on an average basis. And I think we're seeing ADRs are higher. And for us, and people are spending more. Now that's a little bit of mix, but it's also that hotels and vacation rentals and desire both places have been able to push price, and consumers have been willing to pay for it.

And I would say that revenge or otherwise, places like Miami demonstrate that there is huge pent-up demand to go to places where people can experience a relatively normal travel experience. And I don't know if you've been to Miami recently, but it is packed. The hotels are full. People are out everywhere.

Restaurants are full. So I think that and their booking levels are well above two years ago. So if you just think about that in a macro way, you say, OK, where people can travel, where they can have a normal experience where they feel like they're comfortable free, whatever your words are, there is a huge amount of demand for that. So obviously, it will spread out across the globe, as more places are like Miami.

But I think that demonstrates in a sense that there is pent-up demand for the places and the things where people can spend money.

Eric HartDirecteur financier

And this is Eric. I'll take the second part of the question just around Vrbo and getting distribution on the OTA brand. So we don't disclose the number of properties that are live on our other OTA brands. But what I will say is two things.

One is, we continue to add more properties. It was higher in Q4 than Q3, and it's higher in Q1 than it was in Q4, and so we continue to make progress. And also, we continue to increase the number of OTA brands where we're distributing that inventory. So making good progress on both of those.

What we ultimately need to do though is continuing to improve the customer experience. It is a different product. It has a different use case. As Peter mentioned, it has a different operational flow and customer experience.

And we've made progress there. We need to make more, and it is our full intention to continue to invest behind that, get that better user experience, which I think will then continue to get more properties and again, higher booking and a better customer experience. So all in all, making progress. More to do.

Stephen JuCredit Suisse — Analyst

Merci.

Peter KernChef de la direction

Merci.

Opérateur

Your next question comes from the line of Jed Kelly from Oppenheimer. Your line is open.

Jed KellyOppenheimer & Co. — Analyst

Hey. Thanks for taking my question. Just following up on some of the Vrbo. Where would you think, I guess, since you've talked to property managers over the last five years, sort of the integration with Vrbo into Expedia has probably been a little slower than they like.

So could you just give an update on how you're doing with integrating Vrbo with Expedia? And then it seems that some of these work-from-home trends could actually benefit leisure travel by giving people more flexibility. So I mean, as stuff opens up, I mean, is there any brand campaigns? Or how are you thinking of sort of leaning into this work from anywhere trends? And how can you benefit from there?

Eric HartDirecteur financier

Thanks for the question. This is Eric. Just to touch on I think I was giving some components of your first question a few moments ago. But we are improving the customer experience to invest in it.

It's something we have made progress and continue to invest on it and need to further improvement, but we're excited about the product. And I think we don't disclose the number of properties that we're distributing through our OTA brand. However, we are increasing the number. As I mentioned a couple of minutes ago, Q4 was higher than Q3, Q1 is higher than Q4, and we're also increasing the number of OTA brands where we're distributing that inventory.

So we're making progress. I think everyone on this call will agree, it was slower than we would have wanted it to be, but we're certainly putting the organization's wait behind it because we think it's a big opportunity for us.

Peter KernChef de la direction

Oui. This is Peter. I would echo that the management companies were right. It's taken us too long.

We're working hard on it. We want to change it for them, for us and for the consumer, but it's getting the right consumer experience, as Eric said, is the key thing to making it successful for all of us, and that's what we're really working on. As far as the work-from-home trends go, yes we've been leaning into this from the beginning. Vrbo was pushing a lot of sort of staycations, stay nearby, school, from home and making sure people understood what the WiFi and other things were.

So we've understood these trends to the extent we could, and we've tried to lean into that consumer interest. I think longer term, we, like every company and certainly, like every tech company are dealing with the work-from-home questions and the flexible work of the future, I think, clearly, what we've seen suggests that the world will be more flexible. And whether that means people will have the opportunity to work from other places, take longer weekends and work from somewhere, etc., we're going to have to see how that plays out. We hope it adds to travel, obviously, but it's too early to tell.

Jed KellyOppenheimer & Co. — Analyst

Merci.

Opérateur

We will take a final question coming from the line of Mario Lu from Barclays. Your line is open.

Mario LuBarclays — Analyst

Great. Thanks for taking the question. So just one on the revenue per room night. This quarter, you mentioned it was up 10% year on year, driven by the mix shift to alternative accommodations.

Just curious what was the revenue per room night if we kind of looked at it on the same room basis? Is that trending higher based on pent-up demand? And how sustainable do you think these trends are as we continue to approach 2019 levels? Merci.

Eric HartDirecteur financier

Yeah, this is Eric. As you mentioned, what we have in the release is the revenue per room night was up 10%. That is due to two primary factors: mix to Vrbo and then mix to the U.S. as well, where there's typically higher ADRs.

We don't get into the detail of breaking out individual components. But I would say, anecdotally, we're certainly seeing ADRs improve. They continue to be down relative to, call it, 2019 levels, but sequentially improving. And Vrbo is obviously seeing some nice ADR improvements just given the demand in that sector.

Mario LuBarclays — Analyst

Great. Merci.

Peter KernChef de la direction

Yup, thank you.

Duration: 59 minutes

Call participants:

Patrick ThompsonSenior Vice President and Chief Financial Officer of Retail

Peter KernChef de la direction

Eric HartDirecteur financier

Mark MahaneyEvercore ISI — Analyst

Justin PostBank of America Merrill Lynch — Analyst

Lloyd WalmsleyDeutsche Bank – Analyste

Naved KhanTruist Securities — Analyst

Brian NowakMorgan Stanley – Analyste

Deepak MathivananWolfe Research — Analyst

Kevin KopelmanCowen and Company — Analyst

Brian FitzgeraldWells Fargo Securities — Analyst

Stephen JuCredit Suisse — Analyst

Jed KellyOppenheimer & Co. — Analyst

Mario LuBarclays — Analyst

More EXPE analysis

All earnings call transcripts

This article represents the opinion of the writer, who may disagree with the “official” recommendation position of a Motley Fool premium advisory service. We’re motley! Questioning an investing thesis — even one of our own — helps us all think critically about investing and make decisions that help us become smarter, happier, and richer.



Source link

Il n’a ne été aussi facile d’envoyer un web site e-commerce de nos jours, il suffit de voir le nombre de plateformes web commerce électronique en France pour s’en remettre compte. En effet, 204 000 sites actifs en 2016. En 10 ans, le taux le montant le pourcentage de websites est multiplié par 9. Avec l’évolution des technologies, les média à grand coup d’histoire de succès story, (si si nous-mêmes vous assure, je me nomme aussi tombé a l’intérieur du panneau) le e-commerce a longtemps été vu tel que un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le jour dans thématiques.