Transcription de l'appel sur les résultats du T1 2021 sur Facebook (FB)


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image: The Motley Fool.

Facebook (NASDAQ: FB)
Appel aux résultats du T1 2021
28 avr.2021, 17h00. ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

Opérateur

Bon après-midi. Je m'appelle France et je serai votre organisateur de conférence aujourd'hui. En ce moment, je souhaite la bienvenue à tous à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2021 de Facebook. (Instructions pour l'opérateur) Cet appel sera enregistré.

Merci beaucoup. Mme Deborah Crawford, vice-présidente des relations avec les investisseurs de Facebook, vous pouvez commencer.

Deborah CrawfordVice-président des relations avec les investisseurs

Merci. Bonjour et bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre de Facebook. Me rejoignent aujourd'hui pour discuter de nos résultats: Mark Zuckerberg, PDG; Sheryl Sandberg, chef de l'exploitation; et Dave Wehner, directeur financier. Avant de commencer, j'aimerais profiter de cette occasion pour vous rappeler que nos remarques d'aujourd'hui comprendront des déclarations prospectives.

Les résultats réels peuvent différer sensiblement de ceux envisagés dans ces déclarations prospectives. Les facteurs susceptibles de faire varier sensiblement ces résultats sont exposés dans le communiqué de presse d'aujourd'hui et dans notre rapport annuel sur formulaire 10-K déposé auprès de la SEC. Toutes les déclarations prospectives que nous faisons lors de cet appel sont basées sur des hypothèses à ce jour, et nous ne nous engageons pas à mettre à jour ces déclarations à la suite de nouvelles informations ou d'événements futurs. Au cours de cet appel, nous pouvons présenter des mesures financières GAAP et non GAAP.

Un rapprochement des mesures GAAP et non GAAP est inclus dans le communiqué de presse sur les résultats d'aujourd'hui. Le communiqué de presse et une présentation aux investisseurs qui l'accompagne sont disponibles sur notre site Web à l'adresse investor.fb.com. Et maintenant, j'aimerais passer l'appel à Mark.

Mark ZuckerbergChef de la direction

Salut à tous, et merci de vous joindre à nous aujourd'hui. Avant de commencer, je veux juste prendre un moment pour dire que nous sommes très préoccupés par la situation du COVID en Inde et aussi au Brésil. J'espère que nous pourrons bientôt maîtriser ce virus. Et en attendant, nous nous concentrons sur ce que nous pouvons faire pour y contribuer.

Passons maintenant aux résultats. C'était un autre bon trimestre. Plus de 2,7 milliards de personnes utilisent désormais une ou plusieurs de nos applications chaque jour, et plus de 200 millions d'entreprises utilisent nos outils pour atteindre leurs clients. Et cette année a été intense et je suis fier que nous continuions à offrir de la valeur aux personnes et aux entreprises du monde entier.

Aujourd'hui, au cours des deux derniers trimestres, notre entreprise a mieux performé que prévu. Et cela nous a donné la confiance nécessaire pour augmenter nos investissements de manière significative et dans quelques domaines clés qui ont le potentiel de changer la trajectoire de l'entreprise à long terme. Donc, lors de l'appel d'aujourd'hui, je vais parler des opportunités que nous recherchons dans la réalité augmentée et virtuelle et autour du commerce, de la messagerie commerciale et des créateurs. Alors d'abord, parlons de la construction de la prochaine plate-forme informatique.

Maintenant, je crois que la réalité augmentée et virtuelle va permettre un sentiment de présence plus profond dans la connexion sociale que n'importe quelle plate-forme existante. Ils joueront un rôle important dans la manière dont nous interagirons avec les ordinateurs à l'avenir. Nous allons donc continuer à investir massivement dans la construction de la meilleure expérience cette année, et cela représente une part importante de la croissance globale de notre budget R&D. Quest 2 se porte mieux que ce à quoi nous nous attendions, même après les fêtes de fin d'année.

Nous continuons à voir un bon engagement et nous continuons à expédier des mises à jour qui améliorent et améliorent Quest, y compris Air Link, qui permet la diffusion sans fil de jeux et de contenu à partir de PC et la prise en charge de taux de rafraîchissement de 120 hertz. La réalisation de la haute qualité de Quest dans un format sans fil a été une avancée majeure. Avoir des fils enroulés autour de vous brise vraiment le sentiment de présence en immersion. Et la technologie pour offrir une excellente expérience sans fil est très avancée, et la plupart des entreprises ne seront pas en mesure de fournir cela.

Mais nous pensons que c'est la barre minimale pour une expérience de haute qualité. Ce trimestre, nous avons également partagé davantage sur nos futurs investissements, y compris les interfaces neuronales pour interagir avec la RA. Et nous avons commencé à tester notre nouveau système d'avatar, qui sera un élément clé de la façon dont les gens s'expriment et se connectent. Une tendance intéressante est que nous voyons l'écosystème des applications s'étendre au-delà des jeux dans d'autres catégories également.

Les applications les plus utilisées sont sociales, ce qui correspond à notre théorie originale sur les raisons pour lesquelles nous voulions créer cette plate-forme en premier lieu. Nous voyons également des applications de productivité et même de fitness. Ainsi, par exemple, nous avons lancé un outil permettant aux gens de s'abonner à des services comme FitXR pour faire de la boxe et de la danse en VR, comme ils le feraient pour faire du vélo sur Peloton. Nous avons lancé App Lab afin que les développeurs puissent envoyer les premières versions de leurs applications directement aux consommateurs sans avoir à passer par le magasin Oculus.

Et entre l'App Lab et la diffusion en continu à partir de PC, nous sommes pionniers d'un modèle de magasin d'applications beaucoup plus ouvert que ce qui est actuellement disponible sur les téléphones aujourd'hui. Aujourd'hui, avec le temps, je m'attends à ce que la réalité augmentée et virtuelle débloque une valeur considérable, à la fois dans la vie des gens et dans l'économie en général. Il y a encore un long chemin à parcourir ici, et la plupart de nos investissements pour faire ce travail sont en avance sur nous. Mais je pense que les commentaires que nous recevons de nos produits nous donnent plus confiance que nos prévisions pour l'avenir se produiront ici et que nous nous concentrons sur les bons domaines.

Au-delà de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle, je souhaite souligner certaines des autres opportunités à long terme sur lesquelles nous nous concentrons vraiment, en particulier dans le commerce et la messagerie d'entreprise. Le commerce se développe dans nos services depuis un certain temps, mais il est devenu beaucoup plus important à mesure que la pandémie a accéléré un changement plus large vers les entreprises qui se déplacent en ligne. Au cours de la dernière année, nous avons vu des vitrines en ligne rester ouvertes, même lorsque les magasins physiques étaient fermés. Et à l'avenir, le commerce en ligne continuera d'offrir une expérience de plus en plus personnalisée et pratique.

Les publicités commerciales continuent de très bien fonctionner et génèrent une part significative de notre activité globale. Nous avons fait de Marketplace l'un des principaux services au monde permettant aux gens d'acheter et de vendre. Et je suis heureux de partager aujourd'hui que plus d'un milliard de personnes visitent Marketplace chaque mois. Et maintenant, nous investissons dans la construction pour l'avenir du commerce, nous avons donc lancé des boutiques l'année dernière.

Et comme je l'ai récemment partagé, il y a maintenant plus d'un million de boutiques actives par mois et plus de 250 millions de boutiques et de visiteurs par mois. Nous nous concentrons également sur la création d'outils de commerce natifs supplémentaires dans nos applications. Nous avons récemment mis à jour le catalogue WhatsApp, afin que les entreprises puissent les tenir à jour à partir de leurs ordinateurs et inclure ce qui est en stock. Nous avons lancé des paniers sur WhatsApp l'année dernière et les gens les ont utilisés pour envoyer des commandes plus de 5 millions de fois.

Nous construisons également une infrastructure plus large pour soutenir le commerce, des paiements au service client et à l'assistance. Et WhatsApp Payments est maintenant en ligne en Inde, et nous avons également obtenu l'approbation au Brésil pour un lancement prochain. Nous commençons à voir un changement significatif dans la façon dont les gens communiquent avec les entreprises. Pour beaucoup de gens, le commerce en ligne concerne moins les sites Web et les magasins que la messagerie.

Les gens veulent donc obtenir de l'aide et effectuer des achats directement à partir d'un chat. Les petites entreprises veulent montrer leurs produits et prendre des commandes via des messages, et les grandes entreprises veulent une infrastructure fiable et sécurisée pour communiquer avec leurs clients. Les entreprises utilisant l'API métier WhatsApp envoient déjà plus de 100 millions de messages par jour. Au cours de l'année dernière, au plus fort du COVID, le nombre total de conversations quotidiennes entre les personnes et les entreprises sur Messenger et Instagram a augmenté de plus de 40%.

Plus de 3 millions d'annonceurs utilisent déjà des annonces cliquables pour diriger les internautes vers Messenger. Et depuis que nous avons lancé les publicités click-to-WhatsApp, près d'un million d'annonceurs ont également commencé à les utiliser. Et maintenant, l'étape suivante consiste à rendre possible la création de ces publicités click-to-WhatsApp à partir de – directement dans l'application professionnelle WhatsApp. La prochaine étape consiste à faciliter l'adoption de tous ces services par les entreprises et à leur donner les outils capables de gérer les messages et les relations clients.

Notre acquisition de clients passe par des approbations réglementaires et nous sommes impatients d'offrir aux entreprises un moyen natif de gérer leurs relations clients sur notre plate-forme. Maintenant, je veux être clair que nous avons un long chemin à parcourir pour créer une plate-forme de commerce complète pour l'ensemble de nos services. Et c'est un voyage de plusieurs années, mais je suis très déterminé à y arriver. Ce système de commerce moderne va rassembler un certain nombre de domaines dans lesquels nous avons déjà des offres solides telles que les publicités, les outils communautaires et la messagerie, avec des domaines tels que les magasins, la messagerie et les paiements professionnels sur lesquels nous nous concentrons maintenant.

Dans ce cadre, nous investissons également davantage dans la création d'un meilleur support client pour nos produits. Au cours des dernières années, nous nous sommes beaucoup concentrés sur la modération de contenu et le travail de confidentialité. Et je considère le support client comme le prochain pilier du travail de confiance et de sécurité pour nos services. Le dernier domaine dont je veux parler aujourd'hui concerne les créateurs.

Je pense qu'une vision positive de l'avenir de l'économie est celle où plus de gens peuvent faire un travail créatif qui leur plaît plutôt que des emplois qu'ils n'aiment pas. Et pour y arriver, nous devons développer les outils de création et de monétisation pour soutenir cette économie des créateurs. Les gens créent un ensemble de contenu incroyablement diversifié à travers nos services, de l'écriture longue durée aux conversations en direct en passant par les documentaires et les filtres de réalité augmentée. Et notre objectif est de soutenir la gamme complète de l'expression humaine et d'être la meilleure plateforme permettant à des millions de créateurs de gagner leur vie.

Maintenant, une partie de cela va être de fournir une suite d'outils et de produits qui couvrent toutes les façons dont les gens veulent créer et consommer du contenu. Je crois qu'à l'intersection de chaque type de média et de chaque taille d'audience, il y a une expérience fascinante à construire. Par exemple, j'ai récemment discuté de notre feuille de route audio. Et nous prenons déjà en charge les appels audio pour la communication audio privée, mais maintenant nous construisons également des salles audio en direct, ce qui, à notre avis, sera particulièrement utile pour les groupes et les communautés.

Nous créons des extraits sonores pour partager et consommer largement des clips audio de forme courte, et nous prenons en charge les podcasts pour le partage et l'écoute de l'audio de longue durée. Et nous nous associons également à Spotify pour lancer un lecteur de musique dans l'application Facebook. Nous devons donc également associer ces expériences à des options simples de monétisation, qu'il s'agisse d'abonnements, de pourboires ou de permettre aux créateurs de donner des recommandations de produits et d'activer le commerce. Et avec Instagram et Facebook, nous avons une capacité unique à rassembler les créateurs et le commerce, et nous en partagerons plus à ce sujet plus tard cette année.

Maintenant, ensemble, ces efforts autour des créateurs, du commerce et de la prochaine plate-forme informatique sont quelques-uns des grands domaines que nous doublions à l'avenir. Et dans chacun de ces domaines, il existe une occasion unique d'aider les gens à se connecter de manière plus profonde et de soutenir une économie plus forte pour tous. Je suis convaincu que notre travail dans tous ces domaines contribuera à accélérer certaines des tendances émergentes positives que nous observons dans le monde. Et maintenant je vais le remettre à Sheryl.

Sheryl SandbergPrésident directeur général

Merci, Mark, et bonjour à tous. J'espère que vous êtes tous sains et saufs. Ce fut un très bon trimestre pour notre entreprise. Notre chiffre d'affaires total pour le premier trimestre était de 26,2 milliards de dollars, soit une augmentation de 48% d'une année à l'autre.

Nous avons connu une bonne croissance dans toutes les régions et nous continuons à voir de bons résultats dans les secteurs verticaux qui ont bien performé pendant la pandémie, comme le commerce électronique, la vente au détail et le CPG. Notre performance a été tirée, en grande partie, par la transformation numérique continue alors que de plus en plus d'entreprises se connectent en ligne. Pendant des années, nous avons investi dans des produits et des outils pour accompagner ce changement. Et ces investissements ont aidé de nombreuses entreprises à se réinventer pendant la pandémie.

L'un des meilleurs aspects de mon travail est de rencontrer des propriétaires de PME et d'entendre ce qu'ils pensent. Beaucoup d'entre eux me disent comment ils ont utilisé Facebook pour s'adapter et grandir. Lors d'une table ronde virtuelle avec des PME de Detroit ce trimestre, j'ai parlé à La'Asia Johnson, qui dirige une entreprise de soins de la peau entièrement naturelle appelée Elle Jae Essentials. Lorsque COVID a frappé et qu'elle a dû fermer son magasin, elle a créé un groupe Facebook appelé The Garden, qui compte maintenant plus de 1000 membres.

Ils lui donnent des idées de produits. Et quand elle fait les projets qu'ils suggèrent, comme elle le dit, ils se vendent plus vite qu'elle ne peut les garder en rayon. En pivotant en ligne, elle a pu remplacer tous les revenus qu'elle a perdus dans son magasin. J'ai également parlé à Ita Reyes, qui dirige un studio de yoga à Ann Arbor, à proximité.

Elle a commencé à faire des cours en plein air pendant la pandémie et avait besoin de faire passer le mot. Elle n'avait pas les moyens de faire de la publicité auprès de tout le monde dans la ville, et tout le monde dans la ville ne veut pas faire de yoga, alors elle utilise des publicités personnalisées. Cela lui permet de faire de la publicité auprès des personnes de la région intéressées par le yoga ou la méditation. Tout est fait d'une manière protégée par la confidentialité.

Nous montrons son annonce à ces personnes, et nous ne partageons pas leurs informations avec elle, puis elles s'inscrivent à ses cours. Comme tout le monde, les propriétaires d'entreprise à qui je parle veulent savoir ce qui va se passer ensuite. Beaucoup sont tous en ligne. Ainsi, même lorsque les choses rouvriront complètement, ils veulent pouvoir faire plus en ligne qu'auparavant.

Il est donc compréhensible qu'ils nous demandent ce que nous pouvons faire pour les aider, non seulement maintenant, mais à long terme. Une partie de la réponse consiste à continuer à améliorer nos outils et nos produits et à en créer de nouveaux pour répondre à leurs besoins. Et cela les aide en partie à naviguer dans les vents contraires qui s'annoncent, qu'il s'agisse des changements iOS 14 ou des réglementations potentielles. Sur la première partie, les outils et les produits.

Nous sommes tous aussi. Dès le premier jour de COVID, nous avons accéléré notre travail pour aider les gens à acheter et à vendre en ligne. Au départ, nous nous sommes concentrés sur la bonne expérience pour les vendeurs. Comme Mark l'a dit, nous avons lancé des boutiques il y a près d'un an.

Nous avons continué à développer de nouvelles fonctionnalités pour aider à personnaliser l'expérience d'achat et avons travaillé avec des partenaires pour rendre les transactions aussi transparentes que possible. Et nous avons créé de nouveaux formats comme le shopping en direct, qui donnent vie aux expériences commerciales uniques que nos plateformes peuvent offrir. Désormais, nous nous efforçons également d'offrir une expérience adaptée aux consommateurs. Nous déployons l'onglet Boutique dans plus de pays et explorons de nouveaux formats immersifs tels que les étiquettes de produits et les autocollants qui permettent à plus de gens de faire des achats avec des créateurs et des marques qu'ils aiment.

Nous développons et améliorons constamment nos produits publicitaires pour aider les entreprises à atteindre les gens là où ils se trouvent et à obtenir le meilleur retour sur investissement possible. Nous continuons de constater une forte croissance des publicités Stories et des publicités vidéo, dans lesquelles nous avons investi massivement. Nous avons également constaté une forte croissance des publicités dans Facebook Watch, qui compte désormais plus de 1,25 milliard de visiteurs chaque mois. À mesure que le nombre de personnes qui regardent des vidéos augmente, nous développons davantage d'opportunités pour les entreprises et les créateurs de les atteindre.

Nous étendons les événements en ligne payants à plus de pays. Nous permettons à davantage de personnes de diffuser des annonces diffusées en continu, y compris des vidéos en direct. Et nous développons des publicités sous forme de vidéos courtes, où nous testons la capacité des créateurs de contenu à monétiser leurs histoires Facebook avec des publicités qui ressemblent à des autocollants. Sur la deuxième partie, les vents contraires.

Oui, il y a des défis à relever en matière de publicité personnalisée, et nous avons été assez ouverts à ce sujet. Nous faisons énormément de travail pour nous préparer. Nous travaillons avec nos clients pour implémenter l'API d'Apple et notre propre API de mesure des événements agrégés afin d'atténuer l'impact des modifications d'iOS 14. Nous reconstruisons des éléments significatifs de notre technologie publicitaire afin que notre système continue de fonctionner lorsque nous aurons accès à moins de données à l'avenir.

Et nous participons à des collaborations à long terme avec des organismes de l'industrie comme le W3C sur des initiatives telles que les technologies améliorant la confidentialité qui offrent des expériences personnalisées tout en limitant l'accès aux informations des gens. Il nous incombe également de continuer à faire valoir que la publicité personnalisée est bonne pour les particuliers et les entreprises et de mieux expliquer son fonctionnement afin que les gens se rendent compte que les publicités personnalisées sont protégées par la confidentialité. Les petites entreprises n'ont pas besoin de comprendre l'alphabet des acronymes auxquels elles doivent se conformer, mais elles doivent être convaincues qu'elles peuvent toujours utiliser nos outils pour atteindre les personnes qui souhaitent acheter ce qu'elles vendent dans un manière sûre de confidentialité. Nous sommes convaincus qu'ils le peuvent et qu'ils peuvent continuer à obtenir d'excellents résultats à mesure que la publicité numérique évolue.

Avec le déploiement des vaccins, il y a des raisons d'espérer. Mais la pandémie continue de causer de véritables chagrins et des difficultés pour les populations de nombreux pays. Et en particulier, comme Mark, mes pensées vont à nos amis et collègues en Inde et au Brésil en ce moment. Si l'année dernière nous a appris quelque chose, c'est de ne pas faire d'hypothèses et de ne pas s'attendre à ce que les choses s'améliorent pour tout le monde en même temps.

Quoi qu'il arrive, nous continuerons à garder les gens connectés, à soutenir la réponse de santé publique et à investir dans des moyens de soutenir les entreprises maintenant et à long terme. Je veux terminer en disant à quel point je suis reconnaissant à toutes les entreprises qui travaillent avec nous, grandes et petites, dont nous apprenons chaque jour, et à nos incroyables équipes qui ont soutenu des millions d'entreprises à travers cette période mouvementée et les ont mises en place pour succès maintenant et dans le futur. Passons maintenant à Dave.

Dave WehnerDirecteur financier

Merci Sheryl et bon après-midi à tous. Le premier trimestre a été un bon trimestre pour notre activité, tiré par une croissance soutenue de l'économie numérique et par notre succès continu à aider les entreprises à interagir avec les consommateurs dans l'ensemble de nos services. Commençons par nos métriques de communauté. Nous estimons qu'environ 2,7 milliards de personnes ont utilisé au moins un de nos services quotidiennement en mars et qu'environ 3,4 milliards de personnes en ont utilisé au moins un chaque mois.

Notez que ces mesures de la famille Q1 reflètent de nouvelles données issues d'enquêtes récentes auprès des utilisateurs. De plus amples détails sur nos statistiques familiales sont inclus dans les diapositives sur les revenus sur notre site Web IR. Notre communauté mondiale a continué de croître, alors même que nous avons enregistré une croissance élevée des utilisateurs au premier trimestre de l'année dernière liée à la pandémie. Les utilisateurs actifs quotidiens de Facebook ont ​​atteint 1,88 milliard, en hausse de 8% ou 144 millions par rapport à l'année dernière.

Les DAU représentaient environ 66% des 2,85 milliards d'utilisateurs actifs mensuels en mars. Les MAU ont augmenté de 250 millions ou 10% par rapport à l'année dernière. Passons aux finances. Toutes les comparaisons sont effectuées sur une base annuelle, sauf indication contraire.

Le chiffre d'affaires total du T1 s'est établi à 26,2 milliards de dollars, en hausse de 48% ou 44% à taux de change constant. Nous avons bénéficié d'un vent arrière de change. Et si les taux de change étaient restés constants avec le premier trimestre de l'année dernière, le chiffre d'affaires total aurait été inférieur de 706 millions de dollars. Le chiffre d'affaires publicitaire du premier trimestre s'est élevé à 25,4 milliards de dollars, en hausse de 46% ou 42% à taux de change constant.

La croissance des revenus publicitaires a été largement tirée par la vigueur continue des marchés verticaux de produits tels que le commerce en ligne. La croissance a été généralisée pour toutes les tailles d'annonceurs, avec une force particulière des annonceurs de petite et moyenne taille. La croissance de nos revenus publicitaires d'une année à l'autre a également profité des vents contraires de la demande liés à la pandémie en mars de l'année dernière. Sur la base de la géographie de l'utilisateur, la croissance des revenus publicitaires s'est accélérée dans toutes les régions.

La croissance a été la plus forte en Europe avec 53%. Le reste du monde, l'Asie-Pacifique, les États-Unis et le Canada ont augmenté respectivement de 47%, 46% et 42%. L'Europe et l'Asie-Pacifique ont bénéficié des vents contraires des devises, tandis que le reste du monde a continué de faire face à des vents contraires de change.

Au premier trimestre, le nombre total d'impressions d'annonces générées dans nos services a augmenté de 12% et le prix moyen par annonce a augmenté de 30%. La croissance des impressions a été tirée à la fois par Instagram et Facebook. L'augmentation du prix moyen par annonce est principalement attribuable à des niveaux de prix déprimés par rapport à il y a un an, ainsi qu'à une forte demande des annonceurs. Les autres revenus se sont élevés à 732 millions de dollars, en hausse de 146%, grâce à la poursuite des fortes ventes de Quest 2.

Nous avons été encouragés par la force soutenue que nous constatons avec les ventes de Quest 2 depuis son lancement en octobre. Passons maintenant aux dépenses. Les dépenses totales du premier trimestre se sont chiffrées à 14,8 milliards de dollars, en hausse de 25% par rapport à l'an dernier. En ce qui concerne les éléments de campagne spécifiques, le coût des revenus a augmenté de 48%, principalement en raison des investissements dans l'infrastructure de base, des coûts matériels liés aux ventes de Quest 2 et des paiements aux partenaires.

La R&D a augmenté de 29%, principalement grâce à l'embauche pour soutenir nos produits de base et les efforts de matériel grand public. Le marketing et les ventes ont augmenté de 2%, la croissance des embauches étant partiellement compensée par une baisse des dépenses de marketing. Enfin, les frais généraux et administratifs ont augmenté de 2%, la croissance des frais de personnel étant partiellement compensée par la hausse des frais de créances douteuses liées à COVID au premier trimestre de l'année dernière. Nous avons ajouté plus de 2 000 nouvelles embauches nettes au premier trimestre, principalement dans les fonctions techniques.

Nous avons terminé le trimestre avec plus de 60 600 employés à temps plein, en hausse de 26% par rapport à l'an dernier. Le bénéfice d'exploitation du premier trimestre s'est établi à 11,4 milliards de dollars, ce qui représente une marge d'exploitation de 43%. Notre taux d'imposition était de 17%. Le bénéfice net était de 9,5 milliards de dollars ou 3,30 dollars par action.

Les dépenses en immobilisations, y compris les contrats de location-acquisition, se sont élevées à 4,4 milliards de dollars, en raison des investissements dans les centres de données, les serveurs, l'infrastructure réseau et les bureaux. Le flux de trésorerie disponible était de 7,8 milliards de dollars. Nous avons racheté 4,1 milliards de dollars de nos actions ordinaires de catégorie A au premier trimestre, et nous avons terminé le trimestre avec 64,2 milliards de dollars en espèces et en titres négociables. En termes de durabilité, je suis heureux d'annoncer que les opérations mondiales de Facebook ont ​​désormais atteint zéro émission nette et sont soutenues à 100% par les énergies renouvelables.

Il s'agit d'une étape importante pour notre entreprise, mais nous reconnaissons également qu'il reste du travail à faire dans les années à venir. Et nous restons attachés à notre prochain objectif de décarbonation de l'ensemble de notre chaîne de valeur en 2030. Des informations supplémentaires sur nos efforts en cours dans les domaines environnemental, social et de la gouvernance sont disponibles dans notre déclaration de procuration récemment déposée. Passons maintenant aux perspectives.

Nous sommes satisfaits de la vigueur de la croissance de nos revenus publicitaires au premier trimestre 2021, qui a été tirée par une augmentation de 30% d'une année à l'autre du prix moyen par annonce et une augmentation de 12% du nombre d'annonces livrées. Nous prévoyons que la croissance des revenus publicitaires continuera d'être principalement tirée par les prix pendant le reste de 2021. Nous prévoyons que la croissance totale des revenus du deuxième trimestre 2021 d'une année à l'autre restera stable ou s'accélérera légèrement par rapport au taux de croissance du premier trimestre de 2021. 2021 alors que nous rattrapons le ralentissement de la croissance liée à la pandémie au cours du deuxième trimestre de 2020. Aux troisième et quatrième trimestres de 2021, nous prévoyons que les taux de croissance des revenus totaux d'une année à l'autre ralentiront considérablement de manière séquentielle alors que nous traversons des périodes de croissance de plus en plus forte.

Nous continuons de nous attendre à une augmentation des vents contraires du ciblage publicitaire en 2021 en raison des changements réglementaires et de plate-forme, notamment la mise à jour iOS 14.5 récemment lancée, qui devrait commencer à avoir un impact au deuxième trimestre. Ceci est pris en compte dans nos perspectives. L'incertitude persiste quant à la viabilité des transferts de données transatlantiques à la lumière des récents développements réglementaires européens, et comme les entreprises d'un large éventail de secteurs, nous surveillons de près l'impact potentiel sur nos opérations européennes au fur et à mesure que ces développements progressent. Passons maintenant aux dépenses.

Nous prévoyons que les dépenses totales pour 2021 se situeront entre 70 et 73 milliards de dollars, actualisées par rapport à nos prévisions antérieures de 68 à 73 milliards de dollars. La croissance des dépenses d'une année à l'autre est tirée par les investissements dans les talents techniques et produits, les infrastructures et les coûts liés aux consommateurs. Nous restons déterminés à investir pour une croissance à long terme, et nos perspectives de dépenses reflètent la force sous-jacente de notre entreprise et les opportunités d'investissement intéressantes que nous voyons dans nos produits, y compris le matériel grand public. Nous prévoyons que les dépenses en immobilisations pour 2021 se situeront entre 19 et 21 milliards de dollars, en baisse par rapport à notre estimation antérieure de 21 à 23 milliards de dollars.

Nos dépenses en immobilisations sont principalement motivées par nos investissements dans les centres de données, les serveurs, l'infrastructure réseau et les bureaux. Passons maintenant à la fiscalité. Nous continuons de nous attendre à ce que notre taux d'imposition pour toute l'année 2021 se situe à un niveau très élevé. Pour terminer, la pandémie de l'année écoulée a présenté des défis incroyables à notre communauté mondiale.

Pendant ce temps, nous avons travaillé pour aider les entreprises et les consommateurs à rester connectés. Nous restons concentrés sur l'aide aux personnes et aux entreprises dans la transition hors de la pandémie à mesure que de plus en plus de régions rouvriront. Sur ce, France, ouvrons l'appel aux questions.

Questions et réponses:

Opérateur

Merci. Nous allons maintenant ouvrir les lignes pour une session de questions-réponses. (Instructions pour l'opérateur) Notre première question proviendra de la lignée de Brian Nowak avec Morgan Stanley. Allez-y.

Brian NowakMorgan Stanley – Analyste

Merci d'avoir pris ma question. J'en ai deux. Le premier, juste curieux d'un petit rapport d'auto-évaluation si vous voulez faire du commerce. Vous avez fait beaucoup de progrès autour du million de boutiques, 250 millions de visiteurs de la boutique, où diriez-vous que vous avez fait le plus de progrès pour les annonceurs et les commerçants jusqu'à présent.

Et alors que vous regardez en quelque sorte dans la moitié arrière et dans 22, quels sont les plus grands domaines d'innovation sur lesquels vous vous concentrez vraiment pour continuer à augmenter ce nombre? Peut-être parler de l'option de monétisation non publicitaire? Et la deuxième que j'ai eue est autour de nous – je sais que c'est au début de la réouverture, mais je serais curieux d'entendre ce que vous voyez du point de vue de l'engagement ou du temps passé par votre base d'utilisateurs dans les régions du monde qui un peu plus rouvert et comment tu penses à ça dans la moitié arrière?

Sheryl SandbergPrésident directeur général

Je peux commencer par le premier. Il y a donc déjà beaucoup d'activité commerciale sur notre plateforme. Vous savez, les gens découvrent vraiment de nombreux produits grâce à nos flux et à nos histoires publicitaires – à travers nos publicités dans le flux et les histoires. C'est notre plus grand secteur publicitaire.

COVID l'a vraiment accéléré, mais c'est l'une des verticales à la croissance la plus rapide que nous ayons eue au cours des cinq dernières années. Et nous pensons que Facebook génère aujourd'hui des centaines de milliards de dollars de GMV de commerce électronique hors site grâce à notre activité de publicité. Nous avons donc certainement fait une tonne de progrès là-bas. Et nos objectifs à l'avenir sont, nous voulons continuer à être le meilleur endroit pour faire de la publicité.

Nous allons devoir travailler pour faire cela, comme je l'ai mentionné dans mes remarques, que nous pouvons toujours utiliser les données d'une manière sûre pour la vie privée, diffuser les bonnes publicités à la bonne personne au bon moment, mais nous pensons que nous sont des leaders du marché ici. L'autre travail que nous faisons, et Mark en a parlé dans ses remarques et moi aussi, est de faciliter la vente sur notre plateforme. Maintenant, l'expérience d'achat est vraiment bien définie dans d'autres endroits, et nous sommes plus tardifs que nous ne l'étions avec les publicités. Nous savons donc que nous avons beaucoup de travail à faire.

Nous travaillons avec des partenaires pour développer certaines des parties de l'expérience dans lesquelles nous ne sommes pas aussi experts, et nous intégrons des produits comme les magasins. Nous avons plus d'un million de magasins actifs et plus de 250 millions de personnes interagissant avec la marchandise par mois. Nous avons donc fait de bons progrès. Mais nous reconnaissons que parvenir à une expérience de transaction vraiment transparente nécessitera du travail de notre côté, et nous allons continuer à y investir.

Je pense qu'un autre domaine dans lequel nous devons faire plus est que nous devons améliorer l'expérience du consommateur pour aider les gens à effectuer des transactions sur la plate-forme. Vous savez, nous avons fait, je pense, plus de travail du côté des affaires, du côté de l'intégration. Et maintenant, nous nous efforçons de continuer à construire cela et de continuer à développer l'expérience du consommateur. Vous savez, dans un avenir prévisible, comme la grande majorité de nos revenus dans ce domaine et que le commerce vertical est si important pour nous, nous n'avons pas besoin du commerce lui-même ou des frais pour devenir une grande partie de ce qui se passe dans afin de rendre l'investissement rentable, mais nous devons vraiment nous concentrer sur l'aide à plus d'entreprises se déplaçant en ligne et avoir une excellente expérience sur notre plate-forme.

Et cela, en plus de cela, en fait un investissement très intéressant pour nous.

Dave WehnerDirecteur financier

Brian, c'est Dave. Je vais répondre à la deuxième question. Donc, vous savez, je pense, vous savez, en gros, ce que nous voyons, ce ne sont que des tendances d'engagement qui reviennent à un niveau plus normalisé. Donc, si vous pensez à l'année écoulée, cela a été assez bruyant à cause du COVID.

Au premier trimestre de 2020, nous avons constaté une augmentation significative de l'engagement en raison de la pandémie. Et nous avons vu certaines de ces tendances s'atténuer au fur et à mesure que l'année avançait, et nous avons vu, vous savez, la réduction progressive des verrouillages. Je ne pense pas que rien, vous savez, soit extrêmement dramatique, mais c'est certainement quelque chose que nous voyons dans les tendances de l'engagement. Et c'est l'un des facteurs qui font que le prix est un plus gros moteur de croissance du côté des revenus en raison de la croissance des impressions plus faible.

Et je dirais que COVID est certainement un facteur à cet égard. Sur le plan des revenus, je pense que là-bas, nous constatons, vous savez, une forte demande continue de produits et même – et ensuite nous voyons les dépenses de services revenir. Donc, vous savez, je pense que c'est une sorte de paysage rapide de ce que nous voyons avec les impacts du COVID.

Opérateur

Notre prochaine question vient de la ligne de Justin Post avec Bank of America. Allez-y.

Justin PostBank of America Merrill Lynch – Analyste

Super merci. Peut-être un pour Mark et un pour Dave. Je pense qu'il y a eu des questions sur l'engagement simplement parce que vous voyez la forte croissance de choses comme TikTok ou peut-être Snap, mais vous avez construit des super plates-formes au sein de Facebook avec l'utilisation de Watch sur les marchés. Pourriez-vous commenter ce que vous voyez avec l'engagement global? Et à mesure que les gens utilisent ces nouvelles plates-formes, est-ce que le temps consacré à d'autres facteurs augmente? Et puis la deuxième question peut-être à Dave, des surprises avec la mise à jour iOS 14-5? Et des commentaires sur ce que vous – ce que vous avez vu avec les utilisateurs qui ont déjà désactivé le suivi avant cette mise à jour? Merci.

Dave WehnerDirecteur financier

Hé, Justin, c'est Dave. Ouais, je peux prendre – je peux prendre les deux. Donc oui, sur le front de la croissance des impressions, je pense que nous voyons quelques facteurs. Nous avons parlé de l'impact COVID et du retour à des niveaux plus normaux, ce qui affecte une partie de la croissance des impressions.

Le deuxième facteur que nous constatons, et cela répond en quelque sorte à votre question, c'est que nous constatons un engagement très fort sur la vidéo, en particulier à l'échelle internationale. Et c'est – vous savez, nous en sommes ravis. J'en citerai quelques exemples. Je dirais Facebook Watch, nous avons parlé des 1,25 milliard d'utilisateurs.

De plus, Reels commence à gagner du terrain – et se débrouille bien sur Instagram. Maintenant, la vidéo a actuellement, vous le savez, relativement moins d'impressions sur la base du temps passé. Cela joue donc également dans les tendances de l'engagement. Et enfin, je dirais, vous savez, que nous assistons à la concurrence dans le fil d'actualité de la part de nos propres produits vidéo et des produits d'autres également.

C'est donc en tenir compte. Et puis votre deuxième question concernait les surprises avec iOS 14.5. Ecoute, je pense que c'est vraiment tôt. Ils ont juste commencé à déployer la mise à jour.

So it's sort of very, very low kind of penetration rates of the new OS at this point. But, you know, a couple of things. I'd say, you know, we, you know, continue to be concerned about the impact that this update is going to have on the ability of small businesses to use their advertising budgets effectively. You know, that said, the impact on our own business, we think, will be manageable.

You know, we continue to expect it will be a headwind for the remainder of the year, but we're making encouraging progress, as Sheryl mentioned, on our own solutions to help advertisers navigate these changes. And that includes helping advertisers work with the Apple API, as well as our own approach to using aggregated data for targeting and measurement that we call Aggregated Events Management. So the goal there is really to maintain it in the long run, even improve performance with less data. So — and then I'd also add that just in addition to these mitigations, we're also just seeing very strong overall ad demand, which is contributing to a more positive outlook for 2021.

And I would say, just overall, the impact of these — the specific iOS 14 changes are one element of some of the challenges with Apple. But we think the impact of the Apple approach is really much bigger than this particular update around third-party data usage. Apple has a number of private APIs on hardware and software that advantage their own products and services in ways that are challenging, and, you know, we face that issue with — in places like our messaging products and even with the hardware products we're launching. So, you know, we generally don't think that this closed approach is the best one for the industry from an innovation perspective.

Go ahead France, next question.

Opérateur

Our next question from Doug Anmuth with J.P. Morgan. Allez-y.

Doug AnmuthJ.P. Morgan — Analyst

Thanks for taking the question. One for Mark. Mark, you highlighted the three areas where you're doubling down across AR and VR, commerce, and the creator economy. Hope you could talk about whether you view these efforts has helping Facebook control its destiny more as a platform, perhaps giving you more first-party data, and whether they insulate you from other ecosystems over time? Merci.

Mark ZuckerbergChef de la direction

Sûr. I can talk about that. I think we mostly think about these things from the perspective of improving the experiences that we can build. So, you know, augmented and virtual reality, I have thought about for a long time because I think that it's sort of the holy grail of delivering a sense of presence and the type of social experiences that you would want to build.

So, you now, right now, and I guess for the whole history of the company, we've been constrained to a web browser. And now, in some cases, this increasingly restrictive, you know, mobile app rules. But I think that this future environment where you're going to be able to feel like you're really present with someone else, that's going to be really powerful. And it's going to unlock a bunch of experiences that we wanted to build for a long time, and that's what I'm really excited about.

Similarly, on the commerce side, you know, I mean, part of this is motivated by wanting to help out, you know, small businesses and different businesses sell more across our platform. And a lot of it is also just about making the consumer experience better, right? So right now, a lot of times, you'll click on an ad, you'll see an interesting ad, and it'll take you to a website, and the website won't necessarily have full context on who you are. The payment experience will be clunky in doing that. And there's just an opportunity, I think, to make that all a lot more seamless.

And when it is seamless, it bodes as a better experience for the people using it, but then it also converts better for the businesses and performs better. So I think the way we're going to approach this is largely from, you know, starting with having built out this very robust ad system and then just basically working our way down the experience from there. So making it so businesses and creators can have shops and — but the ads can then link into shops and have a native shopping experience. And then over time, we will also increasingly – you know, as our payment systems get better and better and more people have credentials on file, you know, I would imagine that going all the way through the funnel will become an increasing part of what people do, and that will both be a better experience for consumers and convert better for businesses.

Similar story on the creator side here. You know, our main goal is not necessarily that the creator economy is a major business by itself, you know? But if we become the best place for creators to make a living, then I think that's going to mean that there's better content across the services and better opportunities for community building and engaging people, and that's what we care about. But of course, you know, if there's more engagement and if creators are finding that there are good opportunities to monetize, then they'll engage more with our business products, too, and there will be some opportunity there. But — so I kind of think about all this stuff from the perspective of improving the products.

And I think that that's going to lead to a lot of benefits for all of the stakeholders over the next several years.

Dave WehnerDirecteur financier

Thanks, Mark. France, we can go ahead and go to the next question.

Opérateur

Our next question is from the line of Ross Sandler with Barclays. Allez-y.

Ross SandlerBarclays Investment Bank — Analyst

Hey. Question for Mark. So this — I think recently this week, there were congressional hearings on this concept of algorithmic amplification or how algorithms on Facebook or Instagram surface content to kind of maximize engagement, and sometimes that means some of the more controversial content is what gets surfaced. So first off, is that a fair characterization? And if you guys were forced to maybe change up the way all these algorithms work, what might — what kind of impact will then actually have on engagement? I mean 10 years ago, the new seat was coming for the whole story.

But now we're talking about many different areas within the apps. So how much is from this, you know, algorithmic driven content versus utility-style engagement like, you know, going into Messenger or going into marketplace or something that's just kind of an everyday behavior? Merci beaucoup.

Mark ZuckerbergChef de la direction

Sûr. I can start taking this some, and then Wehner, you can jump in if you want to add anything. Overall, I think that the narrative that you are pointing to is dramatically overstated by critics. We do not optimize our systems to increase the amount of time spent in News Feed.

I explicitly do not give our News Feed team or the Instagram feed team goals around time spent. Our belief is that if we build a product that is more valuable, then people will engage more. But you should start by trying to build something that's more valuable, not by trying to increase the time that people are spending. So we've done that for years, and I think it's yielded good results.

So from that perspective, yes, I know that what you're saying is something that, you know, some folks like to throw around and say. But I actually think that the more that, you know, different regulators or other folks dig into this, I actually think that our practices here are quite robust. And we don't want extreme – you know, extremist content or any of that stuff on our services. So, you know, if anything, to the contrary of trying to promote that, we go out of our way to try to reduce that.

And I think that that – you know, contrary to what a lot of these other folks say is it is actually in our business interest to reduce it because people don't like it, right? I mean, consumers don't like it. Advertisers don't want to be near it. So I don't actually think that this kind of narrative about the company is accurate. And we've tried hard to dispel it.

I don't think we've been super successful of that. We will continue trying to work on that. But just to kind of be clear about how I see things, that's the basic download. You know, I think News Feed is still a huge part of the products and the home feed in Instagram.

But increasingly, Stories is a big deal in Instagram. A lot of people are using Explore and IGTV. Video and Watch on Facebook are quite big. And as you say, a lot of people spend a lot of their time and attention on messaging apps and private interfaces like that as well.

So I think that there are a lot of different things that people are doing across the services. But Wehner can jump in with any more color on that, that he wants to add.

Dave WehnerDirecteur financier

I mean, the only thing I'd add to yours, Mark, is that, you know, I think more than anyone else in the industry, we invest on the safety and security side to sort of keep bad content, you know, off the site before it gets ranked and put into what people see. So, you know, we've got 35,000 — over 35,000 people on the safety and security side. You know, we've got the most robust set of content policies out there. We do a quarterly call, public call around our content review, process, and procedures.

So I think that on the front, before it even gets into the algorithm, I think, you know, we really do more than anyone else in the industry on the safety and security front to prevent things like, you know, misinformation and, you know, a bad content going into the system in the first place.

Opérateur

Our next question is from the line of Youssef Squali with Truist Securities. Allez-y.

Youssef SqualiTruist Securities — Analyst

Great, thank you very much. I have a two-part question on VR for Mark. Mark, you've been talking about VR for a long time now, every — basically every quarter. I was just wondering what happened this particular quarter that's compelling you to want to double down on virtual reality.

What was the realization this quarter that may be — made you want to do that? And I guess more importantly and related, is there a need for Facebook to perhaps want to own a studio or maybe a series of studios to accelerate the rollout of content, which should help drive adoption because the other friction point is price and you've already lowered the unit to 299, which is a very compelling price? Merci.

Mark ZuckerbergChef de la direction

I can start with this, and then Wehner can jump in on the second point if you want to add anything. In terms of what changed, I think the big piece here is that Quest 2 is doing quite well. I don't want to overstate it because I think compared to, you know, platforms that are kind of large, massive successes today, it's still, obviously, on the small end. But there's been a very real inflection in terms of adoption and engagement that we're seeing with Quest 2.

It feels like there's something about the quality bar that we hit and the price that we hit and the fact that we're able to do that in a wireless form factor. But I think it's just — first of all, it's going to be really hard for anyone else, I think, to meet those different attributes. You know, some other folks might try to ship something that they claim is higher quality but has a wire. And I just don't think that consumers are going to want to go for that.

So we'll see how all of that plays out. But I also just look at how the team is executing and the products that we have in the pipeline. And I want to make sure that we can really go all in and deliver this. But I do admit Quest 2 has been a meaningful step-up from Quest 1 in terms of the progress that we're seeing.

And content is definitely a part of this. And, you know, we have a team internally that's focused on both first party — I guess it's all, first-party, second-party, and third-party content and making partnerships with studios. And that certainly is a big part of this. I think Quest has, I think, by far, the best lineup of VR content.

And I think the road map of what's ahead is even more exciting, some of the stuff that's coming over the next few years.

Dave WehnerDirecteur financier

Yeah, Mark, I wouldn't have much else to add other than to just say that we've repeatedly called out investments in FRL. Facebook Reality Labs is one of the major investment drivers in our expense outlook. So it's not the first time that we sort of put a spotlight on that. It's been an ongoing investment area.

And studios, as Mark said, and content is an important part of that. France, we can go to the next question.

Opérateur

Our next question is from John Blackledge with Cowen. Allez-y.

John BlackledgeCowen and Company — Analyst

Great, thanks. Two questions. One on the AR/VR Mark. As you're building and investing in the platform, you know, kind of what do you expect AR VR to be more widely adopted? You know, what kind of ultimately drives the fast-paced accelerating consumer adoption? And then the second question for Dave.

Cost growth was lower than expected in 1Q. You slightly raised full year at the midpoint. Any — anything there that you could call out? Thank you.

Mark ZuckerbergChef de la direction

So I'll take the first piece, and then, Dave, maybe you can take the second piece. In terms of when these platforms will be more adopted, I think a lot of it is about form factor and use cases. I mean, Quest 2, I think, is — we kind of hit a key point, but I think that they're still further that we want to go on the form factor of that. But I think the wireless part is key.

So I'll just say that again. So I think that there's a lot that you can do in terms of getting products that might have better graphics or something. But with a wire, it really hurts the sense of immersion because you don't want to like have a wire wrapped around your neck while you're doing all this stuff. But the other big piece is the use cases, which is why I called out in my remarks in the beginning that one of the promising signs that we're seeing is that it is expanding out beyond games.

Now it's still, you know, primarily games. But, you know, when we started on this journey, you know, a lot of the reason why I said that I thought it made sense for us to invest in this is because I expect virtual and augmented reality to be some of the most social platforms that get built. And the fact that, you know, a number of the most engaging experiences on the platforms today are social and a lot of the top games are social, I think, is really promising. But also seeing things in terms of productivity and (Audio gap) like I mentioned, is just really promising that you're seeing the early signs of this becoming a broader platform.

So there's — again, I don't want to overstate any of this because, you know, it's all quite early still, and all these things need to develop out, but those are very promising signs from my perspective. And as those keep on developing out, then I think the platforms will be broadly applicable to more people. And then the other thing I'd say is that we haven't really even gotten there on AR yet, right? I think virtual reality, the form factor constraints, I think, are a little less than what you're going to have an augmented reality, where in virtual reality, I think you need to get to a high-quality wireless experience. In augmented reality, you're going to really need a pair of glasses that look like normal-looking glasses in order for that to hit a mainstream acceptance.

And that, I think, is going to be one of the hardest technical challenges of the decade. It's basically fitting a supercomputer in the frame of glasses. So I'm – you know, I find not a very exciting problem to work on. And I think that once that's achievable, the potential on that is going to be quite big.

Dave WehnerDirecteur financier

And then, John, it's Dave. Just on the Q1 total expenses, you know, I called out some of the items in my comments. But I think you've got a couple of factors. One was, you know, marketing spend was relatively lower compared to Q1 of last year where growth was lower.

And then also, you — we had a bad debt expense that, I think, was not unique for Facebook. I think you see this in some other companies as well that we took in Q1 of last year related to our expectations on collectibility around COVID. So that's factoring into some of the compares on the growth rates as well. And then as you look at the remainder of the year, a couple of things.

One is the strength of the business, in general, is giving us confidence, and we're looking for areas to invest more. So we're continuing to invest in research and development across the priorities that Mark outlined in his comments. And then as well, we'll see a pickup in things like marketing in the remainder of the year. So that's what's driving the acceleration of expense growth as you look forward.

And then the COVID compares are a little bit — there's just different expense lines that COVID impacts. So it's a little noisy from that as well. France, you can go to the next question.

Opérateur

Thank you. Our next question from Lloyd Walmsley with the Deutsche Bank. Allez-y.

Lloyd WalmsleyDeutsche Bank — Analyst

Merci. Two questions. First, Sheryl, in the past, you've talked about advertising being kind of a relative ROI gain. So when you think about the shift from iOS changes perhaps going from like an operational short-term headwind to potentially a tailwind as other outlets for advertising lose ROI on a relative basis, like is that something that happens in months, in quarters, in a year? Like talk about how you see that potentially evolving.

And then second one, Sheryl, you also talked about starting to invest more in building out the consumer experience on the shopping side. So maybe you can just walk us through some of the things you think Facebook can uniquely bring into e-commerce that might make for a newer, better user experience. Is that AR/VR? Is that — what are some of the things that could really make Facebook stand out for consumers on e-commerce?

Sheryl SandbergChief Operating Officer

So on the first, the relative ROI, you're exactly right. You know, people are going to advertise. They're going to advertise on TV, on radio, on billboards, on different online platforms, and they're looking for relative ROI. That means a signal goes down and it goes down everywhere we're competing, you know, differently.

You know, our goal is to make sure that we can still do personalized ads. We do think that our relative competitive advantage has been that our ads are more personalized. And that's really important because, you know, as in some of the examples I shared, most small businesses, you know, the yoga studio in Detroit can't afford to advertise to everyone in Detroit, much less everyone in Michigan, much less everyone in the U.S. And so advertising using who lives there and who's likely to be interested in yoga and meditation is really important.

We believe we will still be relatively better positioned. You know, virtual – you know, based to — not all players, right, because we're not running the platforms, but based on many, we're still going to do better at that than a lot of digital players. We're still going to do better at that than TV or radio. But when signal goes down, we're going to have to rebuild that capability, and that's what I talked about.

In terms of the timing you asked specifically, we really don't know. The iOS 14 changes are really new. Regulatory changes that might happen at a state level or a global or a regional level or a national level haven't happened yet. So we'll have to see.

And I don't have a real sense of what those changes will be, what their impact will be right now. But we are very focused on competing for those ad dollars and doing it, as well as we can. In the consumer experience on the shopping side, where we are right now is we launched the shop — a lot of the shopping tools, and we've had broad business adoption, and that's been good. You know, we don't offer the full suite of tools that a lot of other places do.

But more and more, we have shops functionality that people are adopting. We really need to work on the consumer side of the experience. I do think we have a unique opportunity there. You know, you asked again, like what is our — I think — this is my language, not yours, but I think you were asking like what is our sustainable competitive advantage here.

We have a lot of people doing a lot of activity. We increasingly have people looking for products. We increasingly have people finding products. And so we've always been strong at the top of the funnel.

Can we move people down the funnel? We think we can. But that's going to take work, and it's also going to take some time for people to get used to that. But in terms of the long-run competitive advantage, we have a lot of people looking for a lot of things, sharing a lot of things, and continuing to find things they really like. And so I'm very optimistic about our opportunity here, but it's going to take real work.

Dave WehnerDirecteur financier

France, you can go ahead and go to the next question.

Opérateur

Our next question is from Colin Sebastian with Baird. Allez-y.

Colin SébastienBaird – Analyste

All right, thanks, good afternoon. First, Mark, maybe as another follow-up on VR and AR and the connection or synergies you see between Reality Labs and the other priorities you mentioned around commerce, communications, and creation. I'm curious if those are collaborative initiatives internally. Or are they still somewhat siloed as far as product plans and development is concerned? And then secondly, an area of connective tissue as well, I think, is unified payments.

I'm just curious how important that will be to enable the shopping and transactions on the platform and what role that diem and other digital currencies may play in that effort? Thank you.

Mark ZuckerbergChef de la direction

Yeah, they're good questions. I think right now, I think the trajectory of this is that when you're very early on in the platform, it's helpful to centralize a bunch of that development close together in the organization. But then as things start to build out and you want to get the full energy of the different app teams involved in building for this, then you want to decentralize it more. So — so right now, it's still more on the centralized side.

But I'd say that over the next year or two, we're certainly going to generate more of that work out across the company and have more of the work that we do be building toward these different platforms. And to your point on the other kinds of services that are important for commerce, payments, both things like Facebook Pay and, you know, eventually, hopefully, we'll be launching Novi and — sorry, diem soon, that, I think, is going to be a pretty big thing, too. And that's very important for all the reasons that you're saying. Commerce, across all these platforms, is going to be very important.

And certainly, in a platform that we're building like this, we want to enable payments very easily to make it to that — the economics all work out for developers.

Deborah CrawfordVice President of Investor Relations

Operator, I think we have time for one last question.

Opérateur

Very good. Our last question will be from the line of Michael Nathanson with MoffettNathanson. Allez-y.

Michael NathansonMoffettNathanson — Analyst

Thanks so much. I have one for Mark and one for Dave. So Mark, on the comments about the creator economy, I'm interested, given how many people are focusing on different parts of your creative economy, where do you see the opportunity? And what do you think you can be — you could add as the biggest value add for creators that's not being done today? And then, Dave, on pricing in the auction, I know that it's up because of the easy comparison last year. If you look at pricing on a two-year stack, it's actually up nicely.

And over the years, you've been telling us pricing is going down because of mix shift by product and geographies. So can you give an update on what actually drove pricing maybe on a two-year basis to be that much better than it's been on trend? Merci.

Mark ZuckerbergChef de la direction

I can start off by talking about the creator economy piece. I know there are a few important components here that creators need. One, are the creative tools to be able to share the full range of expression, right? So from any kind of writing to audio, to video, to, you know, all these different mediums. Then the second is connecting that work with a large audience of people and helping people find their audience and community.

And then the third is monetization. And I'd say that, you know, we're probably strongest on the second two of those today. And I think we have creative tools, and we will invest more in building those. But when it comes to helping people reach the largest audience or finding their specific audience, I think we are world-class at that.

I think we're the best at that. And then in terms of monetization, I also think that as our business results show, we are very efficient at that. And if we can put that to work for creators to help them make money from their work, then that can help achieve this goal of enabling millions of people to make a living through this kind of creative work. So I think on those two pieces, especially on the monetization side and on helping people connect with their specific community and getting as much distribution as possible, I think that we're going to do some really great and unique work to help a lot of creators out.

And then we'll build out the broader suite of tools, too, but I think that those two places are really where we enter this from.

Dave WehnerDirecteur financier

And Michael, I'll take the second question about pricing. You know, I think the really simple story on pricing is that, you know, demand has just been higher than we expected for ads. And I think it's – you know, if you had to pick one vertical, it would be commerce that outperformed. But it's a — and that dovetails nicely, obviously, with our commerce efforts.

But it's really been a broader story than that. Really, almost every vertical was very strong. I think we're still kind of – you know, we're still seeing recovery in some of the verticals that were weaker from COVID like travel. But we're starting to see, you know, I think, some signs of life there in some other verticals that were negatively impacted by COVID.

But the — but really just strong across-the-board demand for ads has been what's driven it for us. I think the two-year compare that you talked about, you know, is a helpful compare because there's a lot of noise in our year-over-year revenue growth rates when you look just at 2020 compared to 2021. And if you do sort of a two-year compare, I think — and looked at the year-over-year growth rates by quarter, you know, I think we'd expect a more normalized rate of deceleration of growth, not just all of the bouncing around from the weak quarters that we're going to have and then I think correspondingly stronger quarters as the year progresses from a compare basis into 2020. But yes, the simple story, advertiser demand, better than we expected.

Deborah CrawfordVice President of Investor Relations

Génial. Thank you again for joining us today. We appreciate your time, and we look forward to speaking with you again.

Opérateur

(Approbation de l'opérateur)

Duration: 63 minutes

Appelez les participants:

Deborah CrawfordVice President of Investor Relations

Mark ZuckerbergChef de la direction

Sheryl SandbergChief Operating Officer

Dave WehnerDirecteur financier

Brian NowakMorgan Stanley — Analyst

Justin PostBank of America Merrill Lynch — Analyst

Doug AnmuthJ.P. Morgan — Analyst

Ross SandlerBarclays Investment Bank — Analyst

Youssef SqualiTruist Securities — Analyst

John BlackledgeCowen and Company — Analyst

Lloyd WalmsleyDeutsche Bank — Analyst

Colin SébastienBaird – Analyste

Michael NathansonMoffettNathanson — Analyst

More FB analysis

Tous les relevés de notes des appels relatifs aux revenus

Cet article représente l'opinion de l'auteur, qui peut être en désaccord avec la position de recommandation «officielle» d'un service de conseil de prime Motley Fool. Nous sommes hétéroclites! Remettre en question une thèse d'investissement – même l'une des nôtres – nous aide tous à réfléchir de manière critique à l'investissement et à prendre des décisions qui nous aident à devenir plus intelligents, plus heureux et plus riches.



Source link

On voit clairement qu’il est vraisemblable de se lancer rapidement dépourvu argent et sans connaissance technique particulière. Je vous conseille de vous jeter en dropshipping et de spécialement ne pas mettre trop d’argent sur votre site. Il vous faut surtout avoir un budget marchéage pour provoquer venir visiteurs sur votre boutique : c’est le tendon de la guerre. Car tel que nous-mêmes l’ai dit, vous pouvez avoir la plus belle boutique. Sans trafic, vous ne ferez onques de chiffre d’affaires. Une fois que vous aurez testé, votre marché vous pourrez alors prendre un stock.