PDG d'Ericsson sur les sources fiables, la concurrence indienne, le schéma PLI, le prix du spectre et le déploiement de la 5G, Telecom News, ET Telecom


PDG d'Ericsson sur les sources fiables, la concurrence indienne, le schéma PLI, le prix du spectre et le déploiement de la 5GEricsson préférerait gagner en Inde en battant la concurrence sur les mérites de son portefeuille de produits et des coûts compétitifs que si l'un de ses rivaux était exclu, a déclaré le président-directeur général Börje Ekholm. S'adressant au Danois Khan d'ET, Ekholm a déclaré que le fabricant suédois d'équipements de télécommunications prévoyait de faire de l'Inde un centre de fabrication mondial en incitant davantage d'acteurs de son écosystème à s'installer dans le pays. Extraits édités:

Quel rôle l'Inde a-t-elle joué au premier trimestre et tout au long de l'année dernière? Les résultats du premier trimestre mentionnent également les déploiements LTE en Inde.

Pour nous, je veux dire, tout d'abord, nous devons reconnaître que l'Inde est un très grand marché des télécommunications, vraiment, probablement le deuxième plus grand au monde. Donc pour nous, c’est un marché clé auquel faire partie, et ici nous sommes très heureux d’être partenaires avec tous les opérateurs. Mais en réalité, il est nécessaire ici de continuer à augmenter la capacité de la 4G, en fonction de la demande croissante et continue de données. Ce qui est important pour nous, c'est que cela nous aide également à conduire les futures feuilles de route, par exemple, sur la manière de rendre les solutions plus compétitives en termes de coûts.

Donc pour nous, la présence en Inde est importante et nous sommes engagés et continuerons d'investir. J'aimerais vraiment que nous soyons plus forts en Inde à l'avenir.

Ainsi, en mars, les trois opérateurs de télécommunications privés ont acheté un nouveau spectre. Comment lisez-vous le marché indien? Quelle sorte d'opportunité pouvez-vous débloquer pour Ericsson?

Nous sommes très enthousiastes à propos de la 5G. Plus d'un point de vue d'utilisation, l'Inde devrait être l'une des premières en 5G. Et cela est vraiment motivé par l'augmentation de la consommation de données que vous avez. Et pour s'adapter à cela, nous avons besoin du spectre 5G. L'Inde peut encore être l'un des premiers marchés de la 5G, simplement parce que l'économie du réseau le soutiendrait.

Mais pensez-vous que l'Inde a retardé le déploiement de la 5G?

L'Inde avance également à un bon rythme. Et si vous regardez, globalement, l'Inde n'est pas en retard dans ce sens. Je pense qu'il y a une possibilité de maintenir cela à une vitesse élevée. Je pense que tout dépend de la manière dont le spectre est libéré et doit être disponible. Je ne pense pas qu'il soit juste de dire que l'Inde est plus lente dans ce sens. Les États-Unis viennent de faire déployer la vente aux enchères sur la bande C en deux tranches à la fin de l'année et en 2023. Donc, en réalité, vous voyez que d'autres pays sont également aux prises avec cela. Donc je ne le dirais pas. Le marché indien a en fait besoin de la 5G pour la simple raison de gérer le trafic de données et de créer de nouvelles sources de revenus.

L'accès sans fil fixe est un cas d'utilisation intéressant pour l'Inde où l'infrastructure fixe n'est pas vraiment construite. L'accès sans fil fixe peut donc être un cas d'utilisation très intéressant en Inde.

Il a été question uniquement du spectre à moyenne bande en Inde. Pensez-vous que l'Inde devrait également envisager de libérer du spectre dans les autres bandes, telles que les ondes millimétriques et la bande médiane, afin que davantage de cas d'utilisation puissent être débloqués?

Avoir tout ce spectre est important. Ainsi, vous obtenez la bande basse pour la couverture, vous obtenez d'une manière, la bande moyenne pour la capacité, et vous obtenez votre onde millimétrique pour des exigences de performances ultra élevées. L'Inde devra également libérer ce spectre et disposer en fait d'un portefeuille de spectres, puis nous pourrons nous regrouper pour obtenir la meilleure expérience utilisateur en termes de couverture et de performances.

En Inde, la tarification du spectre est devenue l'un des défis pour des bandes comme 700 MHz. Les opérateurs télécoms ont également exhorté les autorités à réduire le prix de base de la 5G. Comment accédez-vous à cette situation?

C'est un peu une énigme ici. L'Inde est en bonne compagnie avec d'autres pays, n'est-ce pas, il suffit de regarder l'Europe Et ce qui est intéressant, c'est que la valeur pour l'économie d'avoir une bonne infrastructure numérique est très grande. Et nous savons que la pénétration accrue du haut débit mobile stimule en fait la croissance économique. Et il est naturel de comprendre que dans un monde où vous travaillez à distance, où vous communiquez et avez beaucoup plus de flexibilité, l'infrastructure numérique est essentielle. Et en même temps, de nombreux gouvernements essaient en fait d'extraire beaucoup de valeur sur le spectre. Le problème est que les opérateurs qui sont censés construire l'infrastructure ne font pas de retour sur investissement. Donc c'est un peu, vous savez, que vous vous faites presque des blessures, en abaissant trop le rendement pour les opérateurs. Lorsque vous faites cela, vous courez le risque de ne pas avoir l'infrastructure qui va aider l'économie en général. Donc, vous savez, je pense que les pays du monde entier ne mentionnant pas spécifiquement l'Inde ici, doivent se concentrer davantage sur la valeur de mon infrastructure numérique et comment la construire le plus rapidement possible. Cela a une valeur beaucoup plus élevée et les revenus que vous pouvez obtenir sur les sites de spectre.

Comment voyez-vous le schéma PLI pour les fournisseurs? Cela intéresse-t-il Ericsson?

Maintenant, nous cherchons à faire deux ou trois choses en Inde – une est tout d'abord, comme vous l'avez dit, Pune répond à la demande indienne d'équipement afin que nous puissions produire localement. Mais nous cherchons également à développer l'écosystème, l'écosystème des sous-fournisseurs en Inde afin que nous puissions nous approvisionner de plus en plus localement des composants entrants. Cela prendra du temps car la qualification de nouveaux fournisseurs dans notre chaîne d'approvisionnement prend un peu de temps Mais notre ambition est donc de développer l'Inde en tant que point de fabrication pour notre demande mondiale et la demande asiatique en attirant davantage de sous-fournisseurs et de fournisseurs de composants. dans notre chaîne d'approvisionnement.

La nouvelle règle de l’Inde sur les sources fiables d’équipement réseau entrera en vigueur. Comment voyez-vous cela pour Ericsson et les autres fournisseurs?

Nous préconisons depuis longtemps d'avoir une pile de confiance. L'ensemble de la pile qui comprend les équipements, les logiciels, les paramètres de fonctionnement du réseau, la protection et la qualité de vos installations réseau, etc. Toute la notion de pile de confiance, nous pensons que c'est une partie importante. Je tiens donc à le reconnaître en premier.

Mais ce n'est pas seulement le choix du fournisseur ou le choix du matériel du fournisseur. C'est en fait toute la pile, y compris tous les paramètres de fonctionnement, les pare-feu, etc., sur lesquels les opérateurs prennent des décisions. C'est important. Pour la 5G, la sécurité doit être au centre des préoccupations. C'est donc clairement un élément très important. Nous investissons donc également dans, vous savez, appelons cela des solutions de sécurité, qui peuvent contribuer à la sécurité du réseau. Nous nous concentrons donc, dans ce sens, sur le besoin du client d'avoir une connectivité fiable et sécurisée à la fin, pour y répondre. Cela créera toujours pour nous des opportunités dans lesquelles nous investissons.

Au cas où certains de vos rivaux ne seraient pas en mesure de se qualifier, voyez-vous une possibilité pour Ericsson?

Les gouvernements dirigent les politiques gouvernementales. Nous nous concentrons sur ce que nous pouvons avoir un impact, c'est-à-dire sur les solutions que j'apporte au client. Et si je peux apporter des solutions compétitives d'Ericsson, qui répondent à leurs besoins, alors nous avons une chance de gagner l'entreprise. Et, vous savez, je pense en fait que c'est la seule façon de gagner des affaires en fin de compte. Si vous gagnez en raison d'autres facteurs – vos concurrents sont limités dans l'approvisionnement et vous ne fournissez pas les meilleures solutions, alors ce n'est qu'une victoire temporaire. Ce n'est pas ainsi que bâtir l'entreprise. Donc, je préfère de beaucoup voir que nous gagnons sur nos mérites d'avoir un portefeuille de produits solide, des positions de coûts compétitives, et ensuite nous gagnerions quelle que soit la politique que les gouvernements mettent en œuvre.

En 2020 et au premier trimestre, quels secteurs d'activité ont bien performé pour Ericsson en Inde?

Nous avons continué à gagner en empreinte dans nos activités réseaux et réalisé de très bonnes performances et une très forte croissance. Donc, vous voyez que l'activité dans la région croît à deux chiffres si nous ajustons la forte couronne suédoise, ce qui a bien fonctionné. Nous investissons dans notre portefeuille cloud 5G natif et ce que nous voyons et c'est très encourageant, nous constatons une forte traction sur le marché. Donc pour moi, vous savez, le résultat financier est plus, c'est un indicateur retardé. L'indicateur avancé est que nous gagnons sur le marché. Il est donc très encourageant de voir les services numériques croître de 3%. Il est plus petit qu'un réseau, mais il se développe en fait et il grandit grâce à un portefeuille de produits compétitif. C'est ce qui rendra le plus important à long terme. Donc je pense, vous savez, quand nous regardons l'entreprise, nous suivons nos plans, nous les exécutons et les réseaux ont un meilleur trimestre, mais c'est très encourageant avec ce que nous voyons dans les services numériques.

L'Inde peut-elle percer dans le top 3 des marchés mondiaux pour Ericsson?

L'opportunité de marché est là. Il s'agit de notre capacité à exécuter et à gagner des affaires avec nos clients. Donc, pour moi, nous devons nous assurer que nous sommes compétitifs et que nous pouvons vraiment fournir les solutions qui nous permettent de gagner des parts de marché. Mon ambition est que nous soyons plus forts en Inde qu'autre chose. Mais c'est vraiment à nous de livrer.



Source link

Il n’a onques été aussi facile d’envoyer un profession web e-commerce de à nous jours, il suffit de voir le nombre de plateformes web e-commerce en France pour s’en redonner compte. En effet, 204 000 websites actifs en 2016. En 10 ans, le taux le montant le pourcentage de sites est fois 9. Avec l’évolution des technologies, les média à grand coup d’histoire de succès story, (si dans l’hypothèse ou nous-mêmes vous assure, moi c’est aussi tombé dans le panneau) le e-commerce a longtemps été vu tel que un eldorado. Du coup, une concurrence accrue est vu le jour dans thématiques.