Transcription de l'appel aux résultats du T4 2020 de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CNI)


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image: The Motley Fool.

Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (NYSE: CNI)
Appel aux résultats du T4 2020
26 janv.2021, 16h30. ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

Opérateur

Mesdames et messieurs, la conférence téléphonique sur les résultats financiers du quatrième trimestre et de l'exercice 2020 du CN débutera momentanément.

Je voudrais vous rappeler que les remarques d'aujourd'hui contiennent des déclarations prospectives au sens des lois sur les valeurs mobilières applicables. De tels énoncés sont fondés sur des hypothèses qui pourraient ne pas se concrétiser et sont assujettis aux risques décrits dans le communiqué de presse sur les résultats financiers du quatrième trimestre et de l'exercice 2020 complet du CN et dans les documents de présentation aux analystes qui se trouvent sur le site Web du CN. En tant que tels, les résultats réels pourraient différer considérablement. Les rapprochements pour toute mesure non conforme aux PCGR sont également affichés sur le site Web du CN à www.cn.ca. Veuillez patienter, votre appel commencera sous peu.

Bienvenue à la conférence téléphonique sur les résultats financiers du quatrième trimestre et de l'exercice 2020 du CN.

Je voudrais maintenant céder la parole à Paul Butcher, vice-président, Relations avec les investisseurs. Mesdames et messieurs, monsieur Butcher.

Paul BoucherVice-président, relations avec les investisseurs

Merci Simon. Bonjour à tous, et merci de vous joindre à nous pour la conférence téléphonique du CN sur les résultats financiers du quatrième trimestre et de l'année 2020. Je voudrais vous rappeler les commentaires déjà formulés au sujet des déclarations prospectives.

Je suis accompagné aujourd'hui de JJ Ruest, notre président et chef de la direction; Ghislain Houle, notre vice-président exécutif et chef des finances; Rob Reilly, notre vice-président exécutif et chef de l'exploitation; Keith Reardon, notre vice-président principal, Chaîne d'approvisionnement des produits de consommation; et James Cairns, notre vice-président principal, Chaîne d'approvisionnement Rail Centric.

Je tiens à vous rappeler de vous limiter à une seule question afin que chacun ait la possibilité de participer à la session de questions / réponses. L'équipe IR sera disponible après l'appel pour toute question complémentaire.

J'ai maintenant le plaisir de passer l'appel au président et chef de la direction du CN, JJ Ruest.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Bien merci. Merci, Paul, et bon après-midi à tous. Au CN, nous vous souhaitons à tous une année 2021 sûre, saine et constructive.Je reviens sur 2020, une année de blocus, un printemps de COVID, un été de reprise des affaires forte mais inégale, et une année où nos cheminots sont devenus vraiment essentiels travailleurs, une année où nos gens produisent autant que la société, produisent pour le CN, et pour cela, je leur remercie personnellement tous.

La reprise des affaires se poursuivra. Les volumes sont stables et forts au CN. Certains secteurs restent problématiques, mais nos mesures opérationnelles s'améliorent et l'équipe commerciale a un plan d'action pour travailler sur le rendement de notre nouveau mix d'activités. Nous sommes optimistes pour 2021, en particulier pour l'économie et le PIB du second semestre. Nous sommes plus prudents à propos du premier trimestre, surtout en ce qui concerne le verrouillage et la mise en quarantaine préventive de nos employés d'exploitation dans les communautés où nous opérons. Cette reprise a un mix d'activités différent. Certains marchés se sont rétablis très rapidement en forme de V, comme les biens de consommation arrivant à terre via nos cinq ports et certains marchés qu'ils dépriment comme le brut et les produits de raffinage. Et un marché a été tout simplement solide comme une pierre et ce serait l'exportation de céréales au Canada et aux États-Unis.

Nous avons terminé 2020 solide. Nous avons généré un flux de trésorerie disponible record de plus de 3,2 milliards de dollars pour l'année. La croissance du BPA ajusté au quatrième trimestre était de 14%. Nous avons des économies de carburant à la pointe de l'industrie et la croissance du volume de nos revenus en tonnes-milles était de 10%.

Aujourd'hui, nous montrons notre confiance dans l'avenir en rétablissant nos orientations, en annonçant une augmentation du dividende de 7%, en reprenant le rachat d'actions et en investissant pour accélérer la technologie de nos opérations et en investissant dans les connectivités avec nos clients, en termes simples, en investissant dans le long terme.

Sur ce, je vais passer la parole à Rob. Rob?

Robert E. ReillyVice-président exécutif et chef de l'exploitation

D'accord. Merci JJ. Et je tiens également à remercier les femmes et les hommes du CN pour leurs efforts, non seulement ce trimestre, mais aussi au cours de cette année vraiment sans précédent. Alors que de nombreuses personnes dans le monde et même sur cet appel ont pu travailler à distance, nos cheminots se sont présentés jour après jour pour transporter le fret de nos clients. Je suis extrêmement fier du travail réalisé cette année par l'équipe.

Nous continuons à bâtir sur l'élan que nous avons sorti du troisième trimestre après la reprise du volume, et nous sommes optimistes quant à l'avenir et sommes prêts à gérer le volume qui nous attend. Au cours du quatrième trimestre, nous avons connu une augmentation de volume de 10%, mais grâce à l'exécution disciplinée du plan par l'équipe, les départs d'équipages correspondants n'ont augmenté que de 4%. Nous avons également vu à la fois la longueur et le poids de notre train améliorer le transport de plus de marchandises avec moins de départs d'équipage tout en maximisant l'utilisation de notre parc de locomotives.

La productivité de notre main-d'œuvre brute pour les trains et les locomotives s'est améliorée de 19% d'une année à l'autre, car nous transportions plus de marchandises avec moins de personnes. Nos effectifs dans le transport ont baissé de 8%, l'ingénierie de 7%, la mécanique de 11% et les opérations de réseau de 20%.

L'équipe a également livré pour nos clients des records de tous les temps pour le mouvement du grain canadien pendant 10 mois consécutifs. Et en janvier ici, depuis hier, nous avons déjà établi un autre record pour le 11 mois consécutif. Tout cela, tout en gérant efficacement les augmentations de volume de propane, de bois d'œuvre et d'intermodalité, le chemin de fer continue de bien fonctionner. Nous continuons de relever la barre de l'efficacité énergétique, en nous améliorant de 6% par rapport au même trimestre de l'année dernière et en réalisant une amélioration de plus de 4% pour toute l'année.

Les efforts de l'équipe cette année nous ont permis d'éviter près de 300 000 tonnes d'émissions de CO2 et nous ont permis d'économiser près de 60 millions de dollars canadiens grâce à nos seules initiatives d'efficacité énergétique cette année. Le CN continue d'être le chef de file en matière d'efficacité énergétique de tous les chemins de fer nord-américains.

La sécurité est la valeur fondamentale du CN, nous avons pu améliorer notre taux de blessures corporelles de 15% pour l'année, tandis que notre taux d'accidents s'est également amélioré de 18%. Nous avons un engagement sans compromis envers la sécurité des opérations, en nous assurant que le CN sera le chemin de fer le plus sûr possible pour nos cheminots, nos clients et les collectivités dans lesquelles nous opérons.

Au cours du trimestre, nous continuons de nous préparer pour l'avenir en augmentant notre capacité dans l'Ouest canadien en réalisant trois voies d'évitement supplémentaires sur la route vers le port de Prince Rupert. Nous avons un avantage stratégique à Prince Rupert, et nous prévoyons tirer parti de cet avantage en ayant la capacité disponible pour faire face à la croissance prévue au cours de la prochaine décennie.

Alors que nous nous tournons vers l'avenir, nous sommes prêts pour la croissance prévue et nous continuerons de livrer en toute sécurité à nos clients. Nous élargirons notre leadership en matière d'efficacité énergétique et de réduction des émissions de carbone. Nous nous appuierons sur notre solide base de principes PSR avec l'évolution du transport ferroviaire régulier numérisé, DSR, améliorant la sécurité, l'efficacité et l'expérience client avec le CN.

Nos voitures d'inspection des voies autonomes et nos portails d'inspection autonomes leur ajouteront la technologie de nouvelle génération en 2021, étendant leur impact positif sur la sécurité de notre chemin de fer, tandis que notre technologie de dispositif portable continuera d'éliminer des millions de pages imprimées de papier chaque année et d'améliorer notre relation client. prestations de service.

En transmettant cette information à James, je veux à nouveau reconnaître l'extraordinaire résilience de notre réseau CN et de nos employés qui ont contribué à produire ces résultats. James?

James CairnsVice-président principal, Chaîne d'approvisionnement Rail Centric

Merci, Rob. Au cours du quatrième trimestre, nous avons commencé à voir une reprise de la demande plus équilibrée, de nombreux marchés de wagons complets se rapprochant ou dépassant les niveaux pré-COVID. Dans l'ensemble, notre franchise de wagons complets a terminé l'année en force, établissant plusieurs nouveaux records en décembre. Les chargements liés à l'énergie, qui ont tendance à être beaucoup plus longs, sont toujours bien en deçà des niveaux de 2019 et ont eu un impact négatif compensé sur le rendement pour le trimestre.

Les grains, tant canadiens qu'américains, sont demeurés solides au quatrième trimestre. Et comme Rob l'a mentionné, nous avons établi de nouveaux records pour le grain canadien chaque mois du trimestre. Nous avons vu de fortes expéditions de potasse au cours du trimestre, et le marché de décembre a enregistré un record absolu pour les expéditions nationales de potasse alors que nous avons augmenté notre part de marché.

Les volumes de bois d'œuvre et de panneaux ont été solides au cours du trimestre, établissant un record en décembre, un record de 6% de plus que notre précédent record établi en 2015. Les volumes de propane pour le trimestre, tant à l'intérieur qu'à l'exportation ont été un point positif, les exportations de propane d'AltaGas dépassant 53 000 barils par jour en décembre.

Au quatrième trimestre, les revenus du brut ont baissé de près de 65%, mais nous avons constaté une augmentation du pourcentage relatif de brut lourd, qui représentait près de 60% de nos revenus de brut au cours du trimestre, démontrant la résilience de notre franchise de brut lourd.

Les volumes de charbon exportés aux États-Unis ont augmenté de près de 40% pour le trimestre, tandis que le charbon canadien a été affecté par la fermeture temporaire des mines CST et Coal Valley et la fermeture permanente de la mine Teck Cardinal River. En résumé, la dynamique positive observée au quatrième trimestre et en décembre, en particulier, nous positionne bien pour 2021, où nous prévoyons une amélioration continue de notre mix et de notre rendement.

La gestion intelligente de la capacité et des prix sera le thème de 2021. Nous avons introduit plusieurs nouveaux programmes commerciaux de vente aux enchères de voitures, des prix saisonniers et des prix de seuil qui créent une flexibilité pour ajuster les prix pour répondre à la demande croissante du marché. De plus, la baisse des volumes de brut léger à vitesse limitée au premier trimestre nous aidera à protéger la fluidité du réseau en hiver et à créer une capacité pour un transport plus rapide et une marge plus élevée. Cette année, nous prévoyons voir une vigueur continue du bois et des panneaux avec une forte demande de logements, ainsi que des réparations et des rénovations poussant le réapprovisionnement des stocks plus tôt que d'habitude. Nous continuons de nous concentrer sur la transformation plus rapide des actifs pour améliorer le rendement et répondre à la demande.

On s'attend à ce que les céréales canadiennes et américaines soient des moteurs de croissance en 2021. La récolte canadienne actuelle était à tout moment record, et il reste encore plus de céréales à transporter. La demande de céréales américaines est tirée par des prix à l'exportation élevés pour le soja et le maïs. Nous sommes bien placés pour transporter plus de céréales au Canada et aux États-Unis. D'ici la fin du premier trimestre, nous aurons plus de 4 200 nouveaux wagons-trémies de grande capacité circuler sur notre réseau. Nous continuerons également de profiter de l'augmentation de 50% de la capacité d'exportation de grain de Vancouver, tous desservis exclusivement et physiquement par le CN, ce qui nous permettra de transporter plus de grain plus rapidement en utilisant moins de ressources.

La portée de notre réseau sur trois côtes contribue à une croissance durable du nombre de wagons en tant qu'avantage structurel à long terme qui ne peut être reproduit. Les volumes d'exportation de propane via Prince Rupert continueront de croître à mesure que la nouvelle installation d'exportation de Pembina sera mise en service et que l'élan d'AltaGas se poursuivra. Les volumes de charbon exportés aux États-Unis augmenteront au premier trimestre, sous l'effet du transfert du nouveau coke de pétrole de Chicago vers la côte américaine du golfe du Mexique. Ray-Mont Logistics ouvrira une nouvelle usine d'ensachage en plastique pour l'exportation à Mobile, en Alabama, à la fin de 2021.

Une fois de plus, nous avons démontré comment notre portée tri-côtière unique relie les producteurs aux marchés finaux souhaitables. Nous continuons de tarifer avant l'inflation des coûts ferroviaires et de maintenir une approche disciplinée de la gestion du rendement afin d'optimiser l'utilisation de notre réseau.

Sur ce, je cède la parole à Keith.

Keith Donald ReardonVice-président principal, chaîne d'approvisionnement des produits de consommation

Merci, James. La participation du CN à la forte reprise économique axée sur la consommation s'est poursuivie au quatrième trimestre. Nous avons géré des volumes portuaires records au quatrième trimestre combiné, les ports de la côte ouest de Prince Rupert et de Vancouver ont augmenté d'un peu moins de 17% par rapport à 2019, et avons établi un record trimestriel sans précédent. Halifax et Montréal combinées ont augmenté d'un peu plus de 5% par rapport à 2019, établissant un record au quatrième trimestre.

Les affaires nationales ont également été fortes, car les achats de produits d'épicerie, de commerce électronique et de consommation ont stimulé la nouvelle économie. Nos volumes combinés de conteneurs ont conduit l'ensemble des chemins de fer et la croissance pour le quatrième trimestre à environ 15% par rapport à 2019. Les volumes de 2021 sont solides au cours de la troisième semaine et devraient se maintenir à ces niveaux au moins jusqu'à la fin du premier trimestre.

Dans l'automobile, nous avons une baisse des volumes d'une année à l'autre et une amélioration de la rentabilité par unité. Des facteurs macroéconomiques, des retards dans les lancements de produits SUV et une certaine démarketing des volumes liés à la marge bénéficiaire ont entraîné la baisse des volumes. Nous avons progressé dans la correction des déséquilibres des trains portuaires du troisième trimestre en raison de la forte augmentation des importations et du manque d'exportations vers les ports.

Les efforts conjoints en cours ont augmenté la taille des trains, l'utilisation des créneaux horaires et l'équilibre des trains, leviers clés de rentabilité. Au quatrième trimestre, les initiatives de gestion du rendement ont produit une amélioration des marges d'une année à l'autre pour l'intermodal et l'automobile. La densification des trains, l'élimination des événements de travail en ligne et dans les terminaux, la réduction de MT mile améliorée en termes d'efficacité, dans les conteneurs, dans la manutention automatique et nos terminaux sont quelques-unes des nombreuses initiatives que nous continuerons de mener en 2021.

Les solutions technologiques de nos services porte-à-porte du premier et du dernier kilomètre permettent de réaliser d'importantes économies de carburant et d'améliorer la décarbonisation. La collaboration avec nos partenaires de la chaîne d'approvisionnement pour étendre leurs passerelles dans notre réseau a produit une opportunité de croissance significative. Nos équipes travaillent en permanence sur des infrastructures clés et des initiatives technologiques qui améliorent nos coûts de chaîne d'approvisionnement et notre niveau de service.

Avec un climat de demande robuste en 2021, nous nous concentrons sur la meilleure utilisation de notre capacité, tout en tarifant nos services en fonction de la valeur économique créée par notre réseau unique de trois côtes.

Je vais maintenant la transmettre à Ghislain pour les perspectives financières.

Ghislain HouleVice-président exécutif et directeur financier

Merci, Keith, et bonne soirée à tous. Mes commentaires commenceront à la page 11 de la présentation par les faits saillants de notre solide performance au quatrième trimestre. Au cours du trimestre, nous avons assisté à d'importantes améliorations de volume à la fois séquentiellement et d'une année à l'autre et continuons de redimensionner nos ressources pour la reprise, tout en restant disciplinés et concentrés sur un contrôle strict de nos coûts. Les volumes en termes de RTM ont augmenté de 10% par rapport à l'année dernière, tandis que les revenus ont augmenté de 2% à près de 3,7 milliards CAD, impactés par les changements continus du mix d'activités.

Le résultat opérationnel est en hausse de 16% par rapport à l'an dernier. Notre ratio d'exploitation était de 61,4%, soit une amélioration de 380 points de base par rapport au ratio d'exploitation ajusté l'an dernier. Le bénéfice net a augmenté d'environ 150 millions CAD avec un BPA dilué de 1,43 CAD, 17% de plus que l'an dernier. En excluant notre provision pour réaménagement des effectifs en 2019, notre BPA dilué ajusté a augmenté de 14% par rapport à l'an dernier. Les taux de change n'ont pas eu d'incidence importante sur nos résultats financiers du trimestre.

Passant à la page 12, permettez-moi de souligner quelques-unes de nos principales catégories de dépenses. Les dépenses de main-d'œuvre et d'avantages sociaux ont été essentiellement stables par rapport à l'an dernier. Cela s'explique principalement par une rémunération incitative et une charge de retraite plus élevées, compensées par un réaménagement des effectifs en 2019 et une diminution de l'effectif moyen de 8% en 2020, soit 2200 employés en moins.

Les achats de services et les frais de matériel ont diminué de 4% par rapport à l'an dernier, principalement en raison de la baisse des services externalisés et des coûts des incidents, partiellement compensés par des frais de réparation et d'entretien plus élevés. Les frais de carburant ont été inférieurs de 25% à ceux de l'an dernier, en raison d'une baisse de 27% des prix et d'une amélioration de plus de 6% de l'efficacité énergétique, partiellement compensée par une augmentation de 9% des charges de travail.

Permettez-moi maintenant de passer à nos résultats annuels à la page 13. Je suis très fier de notre performance qui a encore une fois démontré notre résilience et notre capacité à nous adapter à des conditions qui changent rapidement dans un temps sans précédent. Nous avons terminé 2020 avec des revenus proches de 14 milliards CAD, soit 7% de moins qu'en 2019. Nos charges d'exploitation ont été inférieures de 3% à celles de l'année dernière, ce qui a entraîné une baisse de 15% du bénéfice d'exploitation par rapport à 2019. Notre ratio d'exploitation ajusté s'est établi à 61,9%, essentiellement stable avec celui de 2019. ratio d'exploitation ajusté. En excluant les événements non récurrents non récurrents des deux années, notre BPA dilué ajusté s'est établi à 5,31 CAD, soit 8% de moins qu'en 2019.

Passons maintenant à la trésorerie à la page 14. Nous avons généré un flux de trésorerie disponible de plus de 3,2 milliards CAD pour l'ensemble de l'année. Hors remboursement d'impôt de 330 millions CAD lié à la loi américaine Cares Act, les nouvelles règles de report rétrospectives de la nouvelle loi, le flux de trésorerie disponible était proche de 2,9 milliards CAD. Bien qu'il y ait encore beaucoup d'incertitude et d'instabilité dans l'environnement actuel, nous voyons des signes économiques positifs et nous restons confiants quant aux perspectives de cette société. Cela dit, nous sommes heureux de rétablir nos perspectives financières pour 2021, qui sont résumées à la page 15.

La demande actuelle pour 2021 dont James et Keith ont parlé devrait se traduire par une croissance du volume à un chiffre à un chiffre en termes de RTM pour l'année complète par rapport à 2020, avec une tarification avant l'inflation ferroviaire au minimum et en poursuivant notre forte concentration sur la gestion des rendements.

Avec cela, nous prévoyons de générer une croissance du BPA dans la fourchette élevée à un chiffre par rapport au BPA dilué ajusté 2020 de 5,31 CAD. Cela suppose un taux de change moyen du dollar canadien par rapport au dollar américain d'environ 0,80 CAD pour l'année complète contre environ 0,75 CAD en 2020, générant un vent contraire d'environ 0,20 CAD à 0,25 CAD sur le BPA d'une année à l'autre.

Notre enveloppe de capital pour 2021 est d'environ 3 milliards CAD avec des initiatives visant à accroître la capacité dans l'Ouest canadien, à favoriser la croissance et à continuer d'investir dans la technologie alors que nous passons à un modèle de transport ferroviaire régulier numérisé. Avec cela, nous prévoyons de générer un flux de trésorerie disponible de l'ordre de 3 à 3,3 milliards de dollars canadiens, ce qui continuera à stimuler l'amélioration de la conversion des flux de trésorerie disponibles.

Enfin, nous sommes heureux d'annoncer que notre conseil d'administration a approuvé une augmentation du dividende de 7% pour 2021. Cela représente la 25e année consécutive d'augmentation du dividende depuis l'introduction en bourse de 1995, procurant des rendements constants aux actionnaires année après année. Le conseil a également approuvé un nouveau programme de rachat d'actions pouvant aller jusqu'à 14 millions d'actions pour un montant allant jusqu'à 1,5 milliard CAD à restituer dans le cadre d'une offre publique de rachat dans le cours normal des activités du 1er février 2021 au 31 janvier 2022 et nous prévoyons de reprendre les rachats. prochaine semaine. Nous soutenons la reprise, tout en maîtrisant nos coûts et nous restons confiants dans notre capacité à apporter de la valeur à nos actionnaires de long terme.

Sur cette note, revenons à vous, JJ.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Eh bien, merci, Ghislain. Et avant de passer à la question, je veux juste utiliser quelques secondes pour faire quelques remarques de clôture. Notre objectif est très clair. Nous évaluons au minimum l'inflation, nous gérons les rendements et la productivité à la fois, nous générons des flux de trésorerie disponibles stables et solides. Nous sommes un leader pour intégrer la technologie dans l'exploitation ferroviaire et l'expérience des clients, et nous avons un programme ESG solide et large. Le CN est un jeu d'investisseurs à long terme axé sur une croissance durable et rentable.

Avec cet opérateur, nous vous reviendrons pour répondre aux questions des analystes.

Questions et réponses:

Opérateur

Je vous remercie. (Instructions pour l'opérateur) Et votre première question vient de la lignée de Fadi Chamoun avec BMO. Votre ligne est ouverte.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Bonjour, Fadi.

Fadi ChamounBMO Marchés des capitaux – Analyste

Bonne après-midi. Merci d'avoir répondu à ma question. Peut-être que sur cette histoire de mélange et de rendement et en quelque sorte à l'approche de 2021, je veux dire que le rendement par RTM a diminué, je pense, de 1% au deuxième trimestre et est passé à 3% au troisième trimestre et à 6% au quatrième trimestre. Pouvez-vous nous donner un peu de – une sorte de contexte sur ce qui cause cela – plus spécifiquement dans les catégories et comment devrions-nous penser à ce rendement au premier semestre 2021? Et je suppose que c'est probablement l'un des facteurs pour lesquels l'effet de levier d'exploitation impliqué dans les directives semble un peu atténué. Et il y a les facteurs qui sont en quelque sorte des avoirs qui exercent un effet de levier, si vous pouvez nous expliquer également ces facteurs?

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Ouais. Merci, Fadi. C'est donc un aspect important, certainement nous – et nous le reconnaissons. Je pense donc que James pourrait probablement fournir de bonnes couleurs sur le mix, mais aussi sur le plan d'action que nous avons en terme de travail sur le mix de notre nouveau livre d'affaires. James?

James CairnsVice-président principal, Chaîne d'approvisionnement Rail Centric

Ouais. Eh bien, merci pour la question, Fadi. Lorsque nous sommes sortis de COVID, nous avons constaté une reprise plus rapide de notre activité de produits de consommation, c'est notre activité intermodale que nous avons constatée dans le domaine des wagons. La production industrielle en tant qu'indicateur clé de la croissance du nombre de wagons continue de s'améliorer et notre mix s'améliore – il revient à des niveaux historiques. En pensant au troisième trimestre, nous avons déplacé environ 59% de notre activité avec des wagons complets, au quatrième trimestre, ce qui a fait en sorte que 74% de nos activités étaient des wagons complets, alors que la production industrielle reprenait et soyez rassurés, nous allons continuer à faire avancer les choses. croissance du nombre de wagons, portée par les améliorations de la production industrielle nord-américaine.

Nous travaillons également à faire notre propre chance et à améliorer le rendement dans chaque segment. Par exemple, du côté des wagons complets, nous avons volontairement réduit le brut léger à vitesse limitée jusqu'en décembre, puis au premier trimestre pour créer une capacité pour le fret à marge plus élevée circulant pendant les mois d'hiver où la capacité, comme vous le savez, est précieuse.

En plus de cela, nous avons un certain nombre d'initiatives de rendement commercial qui protègent la capacité afin de garantir que nous pouvons transporter le fret le plus rentable alors que nous voyons le rythme de la reprise s'accélérer. Alors que nous entrons dans la seconde moitié de l'année, je pense que les choses se rétablissent à coup sûr et nous voulons nous assurer que nous avons la capacité protégée pour transporter le fret à la marge la plus élevée. Merci pour ça, Fadi.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Merci, Fadi. Et le mix est un aspect important, et nous y travaillons très dur.

Fadi ChamounBMO Marchés des capitaux – Analyste

D'accord.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Je vous remercie.

Fadi ChamounBMO Marchés des capitaux – Analyste

L'autre partie de la question, juste l'autre partie de la question, comme du côté des coûts, y a-t-il quelque chose du côté des pensions ou du coût par comp ou quelque chose du genre qui pourrait en quelque sorte conserver cet effet de levier opérationnel jusqu'en 2021.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

D'accord. Donc, depuis Fadi, vous êtes le premier à poser la question. Nous le ferons en deux parties, mais je demanderai à tout le monde de se concentrer sur un point. Du côté des coûts, Ghislain?

Ghislain HouleVice-président exécutif et directeur financier

Ouais. Fadi, du côté des coûts, nous avons des vents contraires. Nous avons des vents contraires d'environ 200 millions CAD liés à l'amortissement et à la rémunération incitative. Et je dirais que c'est environ 50-50. Et du côté des retraites, je dirais que nous avons un vent arrière très insignifiant en 2021 par rapport à 2020. Donc non, rien à signaler d'énormes sur les retraites, mais certainement 200 millions CAD de vents contraires de coûts à venir en 2021. Merci, Fadi.

Fadi ChamounBMO Marchés des capitaux – Analyste

Je vous remercie.

Opérateur

Je vous remercie. Votre prochaine question vient de la lignée de Chris Wetherbee avec Citi. Votre ligne est ouverte.

Chris WetherbeeCitigroup – Analyste

Hé, merci les gars. Peut-être que si je peux me faufiler, sur cette ligne pendant une minute en pensant simplement au rapport de fonctionnement et certainement si vous voulez fournir de la couleur vers 2021, ce serait génial. Et j'imagine que la situation dans son ensemble peut-être plus grande, alors que vous pensez aux opportunités de croissance sur le réseau, allons-nous voir des années où il y a peut-être des opportunités de revenus à parts égales ainsi que des opportunités de ratio d'exploitation. Je pense que je pense en quelque sorte à ce point de référence 60 qui existe, à savoir si vous avez la capacité de dépasser ce niveau inférieur, que voyez-vous d'une possibilité de revenus qui existe?

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Ouais. Chris, très bonne question. Donc, définitivement, au CN, nous n'avons pas de problème de volume. Le volume est une opportunité, mais en ce qui concerne le ratio d'exploitation, Rob, vous voulez en parler.

Robert E. ReillyVice-président exécutif et chef de l'exploitation

Ouais, absolument. Et merci pour la question, Chris. Oui, je pense qu'il y a des opportunités ici alors que nous examinons 2021. En ce qui concerne le ratio d'exploitation, nous visons certainement un ratio d'exploitation annuel complet en dessous de 60. Et nous pensons que c'est réalisable. Au-delà de certains des vents contraires structurels dont Ghislain a parlé, il y a des défis non opérationnels en matière d'amortissement et de compensation et même certains des vents contraires qui se mélangent dans ce sens.

Nous avons trouvé des moyens de sortir de la récupération de volume pour faire les choses plus efficacement. Une partie de ce que vous voyez dans l'effectif et certaines de ces gains d'efficacité sont structurelles. Mais nous voyons toujours des opportunités en 2021, la vitesse des wagons, la vitesse des trains, la longueur des trains. Nous voyons des possibilités d'améliorer les trois au début de cette année. Nous continuerons à conduire – même si nous sommes le chef de file en matière d'efficacité énergétique, nous continuerons de l'améliorer ici en 2021.

Nous sommes donc optimistes à ce sujet. Tout cela avec le travail main dans la main avec James et Keith et ce qu'ils font en haut de la ligne qui nous aideront. Nous nous concentrons sur les gens, le carburant et les achats et nous nous concentrons sur les trois pour essayer de rendre cette structure de coûts aussi efficace que possible. Mais très, très optimiste à l'approche de 2021, merci pour la question.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Merci Chris.

Opérateur

Votre prochaine question vient de la lignée de Cherilyn Radbourne de Valeurs Mobilières TD. Votre ligne est ouverte.

Cherilyn RadbourneValeurs Mobilières TD – Analyste

Merci beaucoup et bon après-midi. Je voulais poser une question sur l'agenda technologique, qui, selon moi, devrait générer des économies de 200 à 400 millions de dollars canadiens au fil du temps, et j'apprécie que ces économies sont chargées en amont. Mais j'étais simplement curieux de savoir s'ils commencent à se cristalliser plus pleinement à mesure que vous avancez dans ce sens? Merci.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Ouais. Merci Cherilyn. Très bonne question. C'est l'un de nos objectifs pour cette année et les années à venir. Et nous faisons des progrès significatifs, notamment en ce qui concerne la maintenance préventive. Vous voulez donner un exemple à Rob de certains des avantages dont nous bénéficions actuellement en ce moment, et peut-être parler de quelque chose que nous avons à l'esprit pour 2021.

Robert E. ReillyVice-président exécutif et chef de l'exploitation

Ouais, absolument. Merci pour la question, Cherilyn. Donc, plus précisément, lorsque vous parlez des portails dans les wagons AIPRP, nous connaissons quatre cas au cours des 12 derniers mois concernant des déraillements de cause de voie que des wagons AIPRP auraient évités s'ils avaient roulé. Et maintenant, nous les avons au cours de 2020 couvrant l'ensemble de notre noyau principal, de l'Atlantique au Pacifique en passant par le golfe. Alors que nous entrons en 2021 et que nous prenons quelques voitures de plus, nous commencerons à nous développer dans nos succursales. Donc, en ce qui concerne la sécurité et la réduction des accidents de train, nous avons constaté une diminution du coût des accidents de train et aussi du nombre d'accidents de train.

Et sur les portails eux-mêmes, nous sommes à peu près à la moitié de notre développement d'algorithmes, mais chaque semaine et chaque jour, je peux vous dire que nos portails trouvent en fait des défauts que l'œil humain n'est pas. Et ils rendent notre chemin de fer plus sûr. Nous continuerons à développer cela ici en 2021 à mesure que nous ajouterons des caméras à nos portails, puis nous réévaluerons au fur et à mesure que nous avancerons. Merci pour la question.

Cherilyn RadbourneValeurs Mobilières TD – Analyste

Je vous remercie.

Opérateur

Votre prochaine question vient de la lignée de Ken Hoexter avec Bank of America. Votre ligne est ouverte.

Ken HoexterBank of America – Analyste

Génial. Bonne après-midi. Salut, JJ. Je suis juste un peu surpris, je ne pense pas avoir entendu autant de fois le terme «coûts structurels» du CN lors d'un appel, c'était les autres rails. Mais laissez-moi passer du côté brut, pensez-vous – pour revenir aux commentaires de James et Keith avant, pensez-vous que vous êtes conservateur sur la croissance étant donné le besoin d'investissements occidentaux comme, est-ce quelque chose qui vous ralentit? chasser plus de volume en 2021 ou n'est-ce pas un problème, c'est plus le marché.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Alors disons James si oui – pas James, Keith si vous voulez en parler, je veux dire qu'il y a une croissance des volumes au CN, jusqu'à ce que cela ne manque pas. Mais nous voulons aussi gérer ce qui nous arrive. Keith?

Keith Donald ReardonVice-président principal, chaîne d'approvisionnement des produits de consommation

Oui. Merci pour la question, Ken. Nous avons d'autres cours que nous servons bien. Nous avons vu une croissance à Halifax et nous voyons en fait certaines – des opportunités au premier et au deuxième trimestre là-bas et peut-être avons-nous de nouveaux services. Eh bien, nous le ferons.

Nous voyons également dans la côte du Golfe une opportunité pour un autre service que nous apportons – nous avons augmenté nos activités au T3, T4. Nous tirons également parti de nos produits TransX et H&R, l'une des choses que nous avons pu faire est de faire croître le consommateur et le marché de la réfrigération, mais nous avons des plans de croissance dans l'Ouest avec nos clients, que ce soit via Rupert ou Vancouver. Nous essayons donc de grandir, Ken. Nous travaillons simplement avec Rob et son équipe pour le gérer de manière efficace et efficiente. Nous voulons nous assurer de fournir un bon service à nos clients jour après jour. Alors nous allons grandir.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Ouais, Ken, si je peux demander, à Q1, nous sommes un peu plus conservateurs car il y a encore beaucoup de choses qui pourraient arriver avec le COVID et le vaccin, et vous savez soit les choses commencent à aller dans la bonne direction, soit nous pourrions glisser un bit. Mais quand nous regardons la seconde moitié, vous devez croire que la pandémie aura – sera plus sous contrôle. Et nous sommes beaucoup plus optimistes au second semestre, surtout comme James l'a mentionné plus tôt du côté des produits industriels, du côté des wagons complets, et c'est une bonne affaire pour le CN. Nous verrons donc comment l'hiver se déroule dans le COVID. Mais je pense jusqu'ici tout va bien. Nous sommes 10% au-dessus du RTM depuis le début de l'année. Et les produits céréaliers, intermodaux et forestiers du CN sont actuellement très solides. Merci pour la question.

Opérateur

Votre prochaine question vient de la lignée de Benoit Poirier avec Desjardins. Votre ligne est ouverte.

Benoit PoirierDesjardins Capital – Analyste

Ouais. Bonjour à tous. En ce qui concerne Milton, vous venez de recevoir l'approbation pour le projet de pôle logistique. Pourriez-vous peut-être parler de la prochaine étape, du déploiement des capitaux et de son impact sur le flux de votre réseau à l'avenir? Merci beaucoup.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Merci Benoit. Et oui, nous avons obtenu l'approbation. Keith, voulez-vous parler de la prochaine étape à partir d'ici.

Keith Donald ReardonVice-président principal, chaîne d'approvisionnement des produits de consommation

Oui. Merci JJ et merci Benoit. Oui, nous sommes très heureux de l'approbation que nous avons reçue la semaine dernière. Nous savons qu'il y a encore quelques petites étapes à franchir que nous allons franchir ici au cours des prochains mois, mais nous prévoyons que la construction commencera en 2021. Nous constatons que ce nouveau terminal nous permettra d'étendre notre capacité en le GTHA. Cela nous permettra de fournir un meilleur service, cela nous permettra d'avoir un meilleur coût de prestation de ce service et, encore une fois, cela augmentera notre capacité. Comment nous – quels trains nous traversons là-bas et ce genre de choses est encore à venir car il faudra probablement environ deux ans avant que ce soit terminé, Benoit.

Benoit PoirierDesjardins Capital – Analyste

D'accord, parfait. Merci beaucoup.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Je vous remercie.

Keith Donald ReardonVice-président principal, chaîne d'approvisionnement des produits de consommation

Je vous remercie.

Opérateur

Votre prochaine question vient de la ligne de Scott Group avec Wolfe Research. Votre ligne est ouverte.

Groupe ScottWolfe Research – Analyste

Salut les gars. Merci.

Jean-Jacques RuestPrésident et chef de la direction

Bonjour Scott.

Groupe ScottWolfe Research — Analyst

So I just want to make sure I'm understanding the model and pieces right, Ghislain. So if we have mid single-digit RTM and some price in the buyback and you get to a sub 60 OR (Phonetic), it gets you above — it gets you to at least double-digit earnings growth. Maybe just are we missing something there, any thoughts for us? Je vous remercie.

Ghislain HouleVice-président exécutif et directeur financier

Yeah. No, listen, I mean, as you know, we have a big headwind on FX that I talked in my remarks, Scott. And I'll just remind you of the rule of thumb. It is every cent of appreciation of the Canadian dollar to the US dollar is CAD0.05 of EPS on an annualized basis and it's CAD35 million of net income. So I mean, if you back that in and we are assuming that this FX will create a headwind of anywhere between CAD0.20 and CAD0.25, and we're assuming that FX will remain at CAD0.80. Now god knows where it's going to be, but that's what we're assuming. So if you adjust for that, I mean we would be in the double-digit range to your point. So the FX is really a big headwind for us at this point in time and we'll see how it evolves during the year. Thanks, Scott, for your question.

Scott GroupWolfe Research — Analyst

D'accord.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Yeah. So it's high single-digit, but if it was at constant FX, we would be at double-digit. It's CAD0.25 of EPS at CAD0.80. Thank you, Scott.

Opérateur

Your next question comes from the line of Konark Gupta with Scotiabank. Votre ligne est ouverte.

Konark GuptaScotiabank Global Banking and Markets — Analyst

Thanks, and good afternoon. My question is on capacity. As obviously several container terminals on your network expand capacity or target growth and you're obviously seeing some industrial economy recovery here. Would you say, I think, the 20% kind of capital intensity on the lots that you kind of boil down to this year and maybe in the future. Will that be enough to prepare for potential opportunities you have in 2021 and beyond?

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Rob, do you want to talk about network capacity especially through Rupert and Vancouver?

Robert E. ReillyExecutive Vice President and Chief Operating Officer

Yeah, absolutely. And Konark, I just want to make sure I understood it, you also asked about Container Hub capacity (Speech Overlap).

Konark GuptaScotiabank Global Banking and Markets — Analyst

Yeah, absolutely. And I'm talking about the total capital envelope that comes up with your expansion of plastics?

Robert E. ReillyExecutive Vice President and Chief Operating Officer

Yeah, absolutely. In terms of the main mine capacity, we continue — as I said in my opening remarks, continued to expand our capacity particularly headed to the Port of Prince Rupert. But really, you'll see our focused investment in terms of mainline capacity going forward as it is last year and continuing West of Edmonton. We see the growth opportunities in Western Canada, both in Rupert and Vancouver, and we'll continue to prepare to handle that. From a container terminal standpoint, I don't know Keith — Keith on here maybe do you want to add a few things.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Keith?

Keith Donald ReardonSenior Vice President, Consumer Product Supply Chain

S Thanks, Rob. Thanks, Konark. Yes, we do have plans. We're going to finish up our construction process at our new terminal just outside of Minneapolis. We're also expanding and making some improvements in Chicago. We have a couple of things that we're doing here in Brampton, we have some things we're doing in Calgary, Edmonton. So all of these minor expansions or some updates to some of our terminals are all in the capital plan.

Konark GuptaScotiabank Global Banking and Markets — Analyst

Je vous remercie.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Je vous remercie.

Opérateur

Your next question comes from the line of Walter Spracklin with RBC. Votre ligne est ouverte.

Walter SpracklinRBC Capital Markets — Analyst

Yeah. Merci beaucoup. Good afternoon, everyone. And I was wondering if you could talk a little bit about some of the inputs into your labor cost side. I know you mentioned the pension, but can you give us some color on how you see headcount evolving through the year certainly going through winter now? And whether that is aiming to come off and a little bit on your kind of total cost per employee, I know you didn't pay out all your bonuses this year and what kind of headwind — certainly if you hit your targets here, what kind of headwind would we be looking at in terms of bonus payments for next year?

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

D'accord. So, thank you, Walter. So maybe on the headcount and the operating — the ratio of people to volume, do you want to take that Rob, and then Ghislain can finish it regarding the replenishment of the bonus. Rob?

Robert E. ReillyExecutive Vice President and Chief Operating Officer

Yeah, absolutely. And when you look at some of our operating functions, mechanical engineering, NetOps, we'll see those that headcount remain muted. Some of the changes we made will continue to produce dividends going forward. On the train and the engine standpoint, crew members will continue to grow that headcount as volume dictates, but we'll do it at a lesser rate than the increase in volume. Good example is Q3 to Q4, and a sequential growth, we saw 12% growth in volume and only a 5% headcount. So we will be hiring to handle the volume, particularly in the second half of the year, but it won't be at the same rate as the volume increase design.

Ghislain HouleVice-président exécutif et directeur financier

Yeah, maybe on your second part, Walter, of your question, so as I said previously, we have CAD200 million of cost headwinds next year, CAD100 million is incentive compensation. So it's really the replenishment of our bonus. So obviously when you look at the average comp per employee, then you should expect that to be slightly up because again you will have more incentive compensation per employee next year than we have this year.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Appreciate the time. Thank you, Walter.

Ghislain HouleVice-président exécutif et directeur financier

Thanks, Walter.

Opérateur

Your next question comes from the line of David Vernon with Bernstein. Votre ligne est ouverte.

David VernonBernstein — Analyst

Hey, good afternoon, guys. Wondering if you could talk about this margin topic outside of the framework of 2021. You guys have put a lot of money into technology capacity efficiency. Sounds like the revenue side, you're managing yields pretty well. As you think about where you're going to be running the railroad in the next three to four years, what should we be expecting as far as kind of how those investments in technology and things play into the business? Is this going to be a case of it helping you to accelerate growth or should we be thinking that you're going to be running the business in some of that that mid to high 50s range on an operating ratio perspective?

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

So broadly speaking, David, they'll be coming, so they maybe have enough commercial effort on getting better value for our product, and as well as on the cost. But do you want to talk about incremental margin, Ghislain?

Ghislain HouleVice-président exécutif et directeur financier

I can talk a little bit about your question on margins, David, and also on technology. I think we're quite bullish on technology. I think that as you know in the last Analyst Day we said, and I think Cherilyn asked the question about the benefits, and we told people 200 to 400, we're still tracking that very, very well. I think first and foremost that technology will really improve safety. That's first and foremost. So the productivity and efficiency in the cost take-out is a byproduct, very good byproduct. Don't get me wrong, but really it's safety. I mean if we can fully automate all the inspection we do of track and of train, I mean it's incredible what we can do in terms of reducing accident costs and solidifying our social license to operate.

So I think with the effective deployment and the value created deployment of technology, absolutely you can expect in the next few years that our margins will improve, absolutely. And we've said that when we talked about this a few years ago, that unfortunately in IT and in technology, the benefits are back-end loaded because you need to build it and test it before it actually produce, but now we can see it starting producing and you should see that in the next — in the next two years and that will really not only produce the savings and produce — improve the margins to where we need to be, but also it will fundamentally change the way we do business at CN and we're quite bullish about it.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

And if I might add, I mean it's high time for rail industry to adapt technology and automation. It's also high time for the rail industry to really define ESG in a much broader perspective and that we are very much focused on those two area, also meaning technology and ESG will be way beyond just fuel efficiency.

David VernonBernstein — Analyst

And then just — and this is more of a follow-up in the second question. But as you think about that rate of change, are we thinking that it starts to accelerate in the next two to three years, in the next three to five? I'm just trying to get a sense of where I should be directing investors in terms of expectations on how quickly this can develop?

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

I think we're starting to see benefits coming in this year, and then it will continue to accelerate. I mean, we didn't have a lot of benefits before because again you need to build it before you actually can see. But Rob has got some good examples on how we use the ATIP car and how we use the portal, and it's coming in loud and clear. So stay tuned, but we're quite excited and quite bullish about it.

Keith Donald ReardonSenior Vice President, Consumer Product Supply Chain

Yeah. So maybe simply said, as Rob said earlier, an OR that starts with a five is very achievable at CN. Despite the CAD200 million, (Indecipherable) that Ghislain was talking about on depreciation and replenishment of bonus, the team is capable of doing that. Thank you, David.

David VernonBernstein — Analyst

Je vous remercie.

Opérateur

Your next question comes from the line of Steve Hansen with Raymond James. Votre ligne est ouverte.

Steve HansenRaymond James — Analyst

Yeah. Good evening, guys. Just a quick one on the coal side, if I may. I don't think we've seen real net growth in your coal business for some time now, and you've obviously got some contract, which is coming over your way. Can you maybe give us a bit better perspective on what we should expect here going forward both with the new-tech business, it's ready to go live soon as well as the broader set of opportunities you guys have, I know you've spoken of some export opportunities, just trying to frame that in the context of not a segment that we've seen a lot of growth in recently? Thanks.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Thank you, Steve. Good question. And James is our expert in coal that we have a couple of puts and take in that market. James, do you want to give some more color?

James CairnsSenior Vice President, Rail Centric Supply Chain

Yeah, I would say coal is looking very good, very strong for CN in 2021. The tech deal I think we're all familiar with that. April is going to be our go time for the tech deal, and we should see a fairly rapid ramp up to pull volumes with that tech deal. Part of that tech deal was some significant investments we made in unlocking capacity on the North Shore and Vancouver. And because we made those investments, now we're well positioned to move more grain in the North Shore, more products in North Shore and looking at growing our volumes beyond just the core business.

Also when you look at US coal, US coal is really going to be a significant tailwind for CN as we move into 2021, a very strong export program. The pricing for export thermal and metallurgical coal seems to be favorable if you look at the futures, certainly above our customers breakeven. And last, I'd like to say that we've got two coal plants, one metallurgical, one thermal, that were shuttered in on CN in 2020, and looking at the forward curve on pricing, it's favorable for one or both of those new — I'm sorry, one or both of those coal plants to restart. So, we're pretty bullish on what the outlook is going to be for coal on the CN network through 2021. Thank you for the question.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Maybe while we're talking about bulk, Rob, do you want to talk about how we're doing this month in terms of grain?

Robert E. ReillyExecutive Vice President and Chief Operating Officer

Yeah. As I mentioned, we set 10 straight monthly records, all-time monthly records in terms of moving Canadian grain. January, we've actually already exceeded the all-time January record. So we're well positioned. We're bringing on new high-capacity cars, just like we did in the latter half of 2020. We have more of those come in, which will help further that, but we're in really good position and we continue to handle it.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Yeah. Six days ago, we've already exceeded all-time record in grain export. Thank you, Steve.

Opérateur

Your next question comes from the line of Jon Chappell with Evercore ISI. Votre ligne est ouverte.

Jon ChappellEvercore ISI — Analyst

Je vous remercie. Good afternoon. Rob, earlier you addressed the cadence around bringing headcount back on slower than volumes. But the term managing capacity and the excitement around volumes, especially in the second half of the year, has come up a few times. When you think about other parts of the cost structure, so equipment locomotives whether leased or owned cars, etc, etc, should we think about it the same way as the T&E labor continuing to bring it on in anticipation of a recovery in the business, but still at a slower pace, and then kind of wait and see the whites of the eyes on volume before you really move on bringing some of those costs back.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Yeah, Rob?

Robert E. ReillyExecutive Vice President and Chief Operating Officer

Yeah, really good question. And the short answer to that is yes, think about it the same way. We will make sure the volumes there as we bring resources on, whether that's equipment, people, and we'll continue to build capacity for it. As we see the car miles and train speed improve that will also help in terms of our car velocity and trains. As I look at it so far this month and the months almost out, we're operating really well right now. We're up double digits in terms of volume, car velocity is up double digits, train speeds up, train lengths up. So we are seeing some of the fruits of the labor here in late Q3, early Q4 and we plan on building on that momentum here as we go through it.

You can say, we really haven't had a winner. Well, we've had three straight days of nearly minus 40 in Manitoba and Saskatchewan. And however we see some degradation in a minor way to some of those key metrics. We're are well positioned to respond to it and we don't see it. We see a quick recovery. So really off to a very strong start this year and we plan on building on that momentum. Thanks.

Jon ChappellEvercore ISI — Analyst

That's great. Thank you, Rob.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Thank you, Jon. Je vous remercie.

Opérateur

Your next question comes from the line of Brian Ossenbeck with JP Morgan. Votre ligne est ouverte.

Brian OssenbeckJP Morgan — Analyst

Hey, good afternoon. Merci d'avoir répondu à la question. Maybe one on price. You know, there's a lot of new initiatives, I think, James mentioned. Maybe help us if you can give an example of how those are being deployed in some of the early results. And then I guess looking past maybe offsetting the management of mix a bit, do you think that these things are something you can push further on in terms of price, maybe go a little bit higher than inflation as you mentioned JJ volumes, not a problem. So, looking to see your willingness to maybe pull the pricing lever to mitigate some of those challenges and also to get recoup of the capital spent and the accelerated tech investment?

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Very good question, Brian. So, James, you're starting, after that, Keith, if you could also compliment. James?

James CairnsSenior Vice President, Rail Centric Supply Chain

Yeah. Thank you, Brian. Just talking about yield a little bit. I mean we've got a number of initiatives. I think I talked about a couple of my opening remarks. I'll give you a couple of more examples. On the iron ore side of our business, iron ore volume was up 22% in the fourth quarter, in its part because of some yield initiatives we have under way with new fleet, longer trains, more efficient trains. With the new fleet, we deployed where we have them in place, we can move 15% more iron ore using the same resources, allows us to take out a train start a week and do the same amount of iron ore, so that's been successful.

Also on the grain side of things, I mean grain has just been an outstanding example of how we can put a detailed focus on the business and get some really, really good outcome. The outcome we're looking for here is moving more grain for our grain customers. And this is a combination of deploying the new cars, rightsizing our unit trains to match horsepower, so that we don't leave any empty spots available that we could have moved.

And its customer investment and country infrastructure allow us to run very efficient long unit trains. And new signings on the CN side of things that we can accommodate this additional grain growth and not deteriorate our velocity on the network. Another example might be some seasonal pricing that we put in place. As you know Q1 every year is a capacity constraint. So where we can, we want to drive traffic that would prefer to run in Q1 and in the Q4 where we have the capacity to move it.

So we did that quite successfully, particularly on the frac sand side of the business. So these are all activities that are undergoing to great capacities, so we can move more freight or create the opportunity to move the best paying freight where we have capacity (Indecipherable). It's pretty exciting time at CN as we embark on this renewed focus on yield, I would say. Je vous remercie.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Keith?

Keith Donald ReardonSenior Vice President, Consumer Product Supply Chain

Oui. So, Brian, we are focused on yield and we're focused on price. And we have a lot of cross-functional teams actually in the intermodal. And then Rob's shop, Doug Ryhorchuk and others where we're working on those yield programs. I mentioned quite a few of the operational side earlier. But on the commercial side, we also have yield programs in place and price program.

On the yield side, it's making sure that the right containers are getting on the right trains. We've worked with our customers. They want capacity. So we're working with them to get them the right capacity in the right gateways. We've moved some trains around some stuff that was maybe in one gateway, we've moved it to another gateway to densify that train. All of that together, and then as Rob is talking about, we're running the railroad better. We're able to go out and get more price, and our target is inflation plus pricing in all that we do, not just one or two customers, but in all that we do.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Thank you, Brian.

Brian OssenbeckJP Morgan — Analyst

D'accord. Je vous remercie.

Opérateur

Your next question comes from the line of Tom Wadewitz with UBS. Votre ligne est ouverte.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Hello, Tom.

Tom WadewitzUBS — Analyst

Yeah. Hi, JJ. I guess this question maybe a little bit of a variation on the one you were just talking about. But I just want to think of your franchise and how you run it? I think you guys have a lot of potential for kind of leading the industry in RTM growth, the volume growth or at least being at the high end. And your forecast is somewhat muted given easy comps are reaching second quarter. I understand the quality revenue, but is there — I guess is there a capacity consideration that's meaningful too or is there an element that says we can be — there can be upside scenarios that are maybe likely or maybe it's a little bit conservative on volume. I guess I'm just surprised there isn't maybe a base case that's stronger on the volume side. So I'm wondering if you could talk a little bit more about that?

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

D'accord. Tom, so it's a very good question, maybe I'll take that one. So we are a bit conservative at Q1. We would like CDI of the Q1 economy, we would like the CDI of how the pandemic will evolve, whether or not at some point we may have a number of employees in quarantine and that might affect the capacity in our network. So far so good, but it's — I mean it's — we're in lockdown in Montreal today since it had a curfew overnight. So that's not necessarily a usual thing.

We are very, very confident that when the pandemic start to be controlled with vaccination, and vaccinations get me a little slow in kind of the US, there should be a strong economy for us on the other side, whether the industrial product and the consumer is already very solid. So volume at CN is not a problem, volume at CN is a strength. We have enough crews to run our train. We want to be sure they all stay healthy and don't have too many of them in quarantine. And after that, we'll see.

We — I think so, on the capacity side, there is capacity at CN, there is also a very conscious effort at CN to recognize capacity is precious. Capacity costs money. And we'd like to see intermodal vessel coming to our port, but we want to be sure that they pay the price, the price to pay, especially when its business that it may not be there 12 months from now, because it's obviously coming from US West Coast port as well. And we wanted to be sure we protect capacity for propane going for West Coast, coal going into West coast, grain going to the West Coast. So there is a mindset of doing some arbitrage, if you wish, into what we do first and what we do second. Long-term business first and the business that may, may not be there 12 months from now. If we do it, we would want to be paid at a higher price for a different price than normal contract business.

So as we do all that, which is a bit of a new sport at CN, because let's face it, our port business has become almost too good. I mean, it's — and also it was imbalanced early days, because we basically had lots of imports and no export, which is not the most way to — when you run an imbalance network, it's — it cost little money. So, are we conservative? No. Ask us again in April.

Tom WadewitzUBS — Analyst

Right. D'accord. Thanks. Thanks for the perspective.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Thank you, Tom.

Opérateur

Your next question comes from the line of Brandon Oglenski with Barclays. Votre ligne est ouverte.

Brandon OglenskiBarclays — Analyst

Hey. Good afternoon, everyone, and thanks for taking my questions. So I guess, JJ, following up on that or maybe this one is better for Keith, but can you talk about the competitive dynamic specifically in international and domestic intermodal markets? I think we saw another large contract go to your competitor at the end of the year, is that part of the conservative outlook on volume as well?

Keith Donald ReardonSenior Vice President, Consumer Product Supply Chain

So, Brandon, I guess, I'll take that one. Just not to correct you, but the large customer that you're talking about will hold the majority of that volume moving forward. It was not a winner-take-all type of thing. In fact, we picked and choose what we wanted and where we wanted it that fit into our network. We've been working very hard on that contract. It's not complete yet, but we will definitely get our — more than fair share.

With regard to the domestic business, we are always competing, but the types of products and services that we have and the geography that we serve has served us very well during COVID, but I think there is a reason why you saw our growth in Q4 and why you see the growth in Q1 being our industry leading. So we're satisfied with our products or services and we love our network. Thanks, Brandon.

Brandon OglenskiBarclays — Analyst

Thanks for the clarification.

Opérateur

Your next question comes from the line of Allison Landry with Credit Suisse. Votre ligne est ouverte.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Good afternoon, Allison.

Allison LandryCredit Suisse — Analyst

Allison for William. Good afternoon. So I just wanted to ask about the potential for M&A mix related space. We've obviously seen some activity recently and historically, CN have been relatively active. So if you could maybe speak to you any opportunities that might be a strategic fit for CN that you see and then sort of specifically as we think about the growth potential at Halifax and in Eastern Canada and perhaps if you could comment on CSX acquisition of the Pan Am and if there are — you see any commercial opportunities there that you could benefit from? Je vous remercie.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

You want to talk about M&A activities or joint venture, Ghislain.

Ghislain HouleVice-président exécutif et directeur financier

I can talk to overall, Allison. Thanks for the question of M&A. I mean, as you know, we're always on the look out to do M&A. I mean it needs to fit our network. We're not — we don't want to diversify for the pleasure of diversification. That's not our game. For whatever we can add to our network either extending our reach or that we can put more business on our network, we're always on the look out. And I mean we have a list that we're following up and nothing really that is really hot right now, but it's certainly on our radar screen. We want that. I mean, part of our strategy is on inorganic growth. So that's — we're following up on that, for sure, and if it allows us to get to market that today we can get, because of our reach and obviously it makes a lot of sense. Hence why we also want to keep a strong balance sheet. We want to keep a strong balance sheet, because not only we saw the value of it during the pandemic in 2020, but also because if there is a deal coming in we can act very, very quickly and do it on an all-cash basis and be successful.

So, I mean, we're on the look out. I mean if something makes sense and fit our network and fit our strategy, it needs to fit our strategy long term, then obviously we can move very quickly on it.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Yeah. So we have a small team that look at that all the time and we don't wait for phone calls to come in, we also make some outbound calls and we'll see what the future holds. Thank you, Allison.

Allison LandryCredit Suisse — Analyst

Je vous remercie.

Opérateur

Your next question comes from the line of Bascome Majors with Susquehanna. Votre ligne est ouverte.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Hello, Bascome.

Bascome MajorsSusquehanna International Group — Analyst

Yeah. Thanks for taking — yeah, good afternoon, and thanks for taking my question. The extent sort of the Jon's question, a bit further out, I mean you've embraced the supply chain collaboration and share gains driven strategy for a decade now and we're approaching the point where every other Class 1 rail is going to enter a steady state of running their version of the Hunter Harrison operating, for instance, (Indecipherable) that underpin what you do at CN and in operating ratio that reflects that. As the industry pivots kind of from this operational realignment too, so maybe a broader and more consistent growth strategy, does this open up some modal share opportunities for CN and the industry as a whole for, say, the next three years versus the last three, just strategically how do you think about that? Thanks.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Yeah. Je vous remercie. It's a very good question. It's — and it's certainly does so. We — that's one of the reason when we look at the capex and when we look at implementing technology, we just — they will talk just about railroad operation, life inspection in the locomotive are eventually equipment different than diesel. But we also talk about — we want to invest into the customers' experience, where we would automate and digitize the customer experience in a way that they want us to provide services to them. And, in that case, doing that also with other supply chain partner in the supply chain like port operators or shipping line or rental company.

So definitely the CN story long term is one of growth, profitable growth, profitable growth from an existing account and profitable growth from new accounts and some of these new accounts buy company with the competition, but they might very well also come from supply chain that we're not part of it to date. But the reality is, at CN, at least at CN, we believe that investing in technology that relates to the supply chain experience people being able to track their product, from A to Z and not just at CN but when they're on the — coming to us or via port — or going back to a port is very much part of how the long-term future of the company is.

So if we do joint venture or acquisition, some of them might be technology related, but some of them might be with partners like port operators and whatnot. So the evolution of PSR, it gets into digitizing the scheduled railroading but also into bringing the element of service and the scheduled railroading that's also closer to what the customers expect, which means that it's visibility and control to their freight beyond the rail before the rail and after the rail as well.

We actually have a group that's really working on that very actively. This morning the Board approved two promotion in our technology group. One of them is a person who is going to be very strong on automation of rail operation and the other one is very strong in terms of that automating the supply chain related to the supply chain services that we offer to our customers.

So good question, Bascome, because it really talks about the future of CN and the future of the industry. Je vous remercie.

Bascome MajorsSusquehanna International Group — Analyst

Je vous remercie.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

We have time for more question, Paul? No? 5:30.

Opérateur

Je vous remercie. This is Simon, I would like to turn the meeting back over to yourself, Mr. Jacques.

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Je vous remercie. Thank you for all of you to joining us today. And, as usual, we wanted to have as many of you to ask questions and then making good use of your time. So thank you for your time, and then we'll see you again in three months. Je vous remercie.

Opérateur

(Operator Closing Remarks)

Duration: 64 minutes

Call participants:

Paul ButcherVice President, Investor Relations

Jean-Jacques RuestPresident and Chief Executive Officer

Robert E. ReillyExecutive Vice President and Chief Operating Officer

James CairnsSenior Vice President, Rail Centric Supply Chain

Keith Donald ReardonSenior Vice President, Consumer Product Supply Chain

Ghislain HouleVice-président exécutif et directeur financier

Fadi ChamounBMO Capital Markets — Analyst

Chris WetherbeeCitigroup — Analyst

Cherilyn RadbourneTD Securities — Analyst

Ken HoexterBank of America — Analyst

Benoit PoirierDesjardins Capital — Analyst

Scott GroupWolfe Research — Analyst

Konark GuptaScotiabank Global Banking and Markets — Analyst

Walter SpracklinRBC Capital Markets — Analyst

David VernonBernstein — Analyst

Steve HansenRaymond James — Analyst

Jon ChappellEvercore ISI — Analyst

Brian OssenbeckJP Morgan — Analyst

Tom WadewitzUBS — Analyst

Brandon OglenskiBarclays — Analyst

Allison LandryCredit Suisse — Analyst

Bascome MajorsSusquehanna International Group — Analyst

More CNI analysis

All earnings call transcripts


AlphaStreet Logo



Source link

Un site e-commerce donne l’opportunité de se lancer à moindres frais parmi rapport aux entreprises classiques. De plus, vous pouvez vous lancer autrement rapidement. La contrôle d’un endroit e-commerce ne demande pas de présence physique à un endroit précis, sauf peut-être quant à stockage et la préparation des commandes que vous avez la possibilité tout à fait externaliser, mais aussi mieux dans l’hypothèse ou vous ne possédez pas de modération (on en parlera plus tard dans l’article).