L'ancienne designer de Milly Michelle Smith a une nouvelle ligne et une nouvelle vie


L'autre jour, le vent tournait autour d'un studio SoulCycle en plein air de fortune à Hudson Yards à Manhattan, mais la créatrice de mode Michelle Smith a retiré son sweat-shirt «Legalize Equality», dénudant les membres toniques. Elle avait chaud. Pour la deuxième fois ce jour-là, elle était au premier rang et au centre d'un cours de spinning enseigné par sa petite amie, l'instructrice étoile aux cheveux platine Stacey Griffith.

«Vous êtes le caillou, vous êtes l'eau, vous êtes l'ondulation», a déclaré Mme Griffith dans un casque, alors que les touristes regardaient et prenaient des photos et que Mme Smith pédalait avec diligence.

Le couple de puissance a eu des sorties plus glamour avant la pandémie – main dans la main sautant à l'eau sur la Côte d'Azur en France l'automne dernier, posant pour des selfies en bikini sur la plage de Saint Barth en février. Mais une séance d'exercice dans un centre commercial en difficulté était le paradis par rapport à ce que Mme Smith vivait il y a 18 mois dans un bureau d'entreprise à Midtown.

C'était en avril 2019, et une vingtaine d'hommes soumissionnaient pour Milly, la ligne de mode contemporaine connue pour ses robes aux couleurs vives et aux motifs audacieux qu'elle avait construites avec Andrew Oshrin, qu'elle a épousé en 2003 et dont elle s'est séparée en 2017.

Cette semaine, cependant, elle présente une nouvelle ligne de mode, nommée simplement Michelle Smith. Il diverge de Milly à presque tous les égards et est le reflet à la fois du moment actuel et de sa nouvelle vie.

Dans l'appartement de grand standing à Harlem qu'elle partage avec ses enfants, âgés de 13 et 11 ans, et souvent avec Mme Griffith, Mme Smith a décrit le soulagement des pressions du cycle de l'ancienne mode. «Au lieu de travailler à partir d’un lieu où« je dois faire une camisole à la mode », je me demande:« Comment puis-je m'exprimer le plus honnêtement à travers ce tissu », dit-elle.

Milly était un venu sur le marché contemporain des aughts, aux côtés de marques comme Alice + Olivia et Marc by Marc Jacobs. Il a été présenté à un New York défini pour les femmes par le poli distingué de Kate Spade et les aventures lubriques de Carrie Bradshaw. L'esthétique de Michelle Smith est celle d'une femme new-yorkaise plus mature qui en a fini avec les normes de tenue de bureau (laissez simplement un homme la critiquer pour ce qu'elle porte au travail – pas qu'elle quitte la maison pour travailler de toute façon). Ce n'est pas exactement androgyne, mais c'est moins ouvertement distingué. Les femmes ne le porteront pas pour être jolie pour les autres; ils le porteront pour se sentir à l'aise et sexy pour eux-mêmes.

Les robes lumineuses et fluides ont été remplacées par des vêtements de détente confortables et sexy: des pulls à manches très longues et des pantalons décontractés à enfiler, tous en cachemire, à associer et à superposer avec des caracos en soie et des robes de soirée pour la version habillée du dressing pour votre canapé.

Dans des couleurs douces (beige, noir et quelques touches de marron), toute la nouvelle ligne était suspendue sur des étagères dans l'appartement de Mme Smith, qui sert également de studio et de bureau. Un boulon de tissu noir scintillant était assis oisivement dans un coin, attendant un moment différent dans la culture. «J'étais ravie de l'utiliser, puis Covid est arrivé et je suis littéralement retournée à la planche à dessin», a-t-elle déclaré.

Démarrer une entreprise de vêtements décontractés de luxe avec des pièces qui coûtent entre 600 $ et 1000 $ pendant une pandémie marquée par une forte baisse économique pour l'Américain moyen n'est pas idéal. Elle utilise tout son argent pour démarrer, vend directement à ses clients en ligne et prendra des précommandes qui dicteront la quantité qu'elle produit.

Le stage suivant a eu lieu dans l'atelier de haute couture de Christian Dior, avenue Montaigne. Mme Smith a travaillé au deuxième étage, illustrant des robes à l'aquarelle: un exemplaire pour le client, un pour les archives. «C'était un tel rêve», dit-elle.

Manquant l'énergie de New York, cependant, elle a décidé de revenir en 1996.

Elle a obtenu un poste d'entrée de gamme dans l'équipe de conception de Gallery, une entreprise de vêtements d'extérieur. «J'adore les manteaux», dit-elle. «Un manteau est la première impression que vous faites.» Elle a été amenée par M. Oshrin, un dirigeant du côté commercial de l’entreprise qui a été impressionné par son portefeuille.

En 1998, Mme Smith a occupé un poste de design chez Helen Wang, une marque contemporaine. «C'était un nouveau secteur de marché qui me passionnait, avec des marques comme DKNY, Anna Sui et Rebecca Taylor. Je voulais pouvoir créer de beaux vêtements à la mode que je pourrais presque me permettre.

Elle a suivi attentivement l'avancement de ses créations, vendues dans les grands magasins qui n'étaient pas encore sérieusement menacés par le commerce électronique. «Les dessins sur lesquels j'ai travaillé se portaient bien et l'un d'eux a même fait la couverture d'un catalogue Neiman Marcus», a-t-elle déclaré. «Cela renforçait ma confiance.»

En 2000, Mme Smith et M. Oshrin, qui avaient commencé à sortir ensemble et à imaginer, ont lancé Milly en tant que marque de gros. «J'ai géré la conception et les aspects créatifs et Andy s'est occupé du côté financier et de la production», a-t-elle déclaré. Le plan d'affaires prévoyait que Milly réalise 1,2 million de dollars de ventes en gros la première année. Ils ont atteint la cible en trois mois.

«Je pense que Michelle a toujours fait un excellent travail en sachant comment concevoir de manière pertinente et changeante à mesure que les choses changent dans le temps», a déclaré Tracy Margolies, la principale marchande de Saks Fifth Avenue.

Milly s'est répandu à travers le pays, à Neiman Marcus et Fred Segal à Los Angeles. «Nous sortions des années 90 minimalistes avec les looks sombres de Prada et Calvin Klein. Ce que je faisais était super coloré et imprimé avec un petit clin d'œil ironique au vintage », a déclaré Mme Smith. «C'était totalement différent de ce qui se passait à l'époque.»

En 2011, Milly a ouvert son magasin sur Madison Avenue et, quelques années plus tard, un autre à East Hampton. Mme Smith a commencé à développer des relations étroites avec ses clients.

«J'allais au magasin sur Madison Avenue et nous nous asseyions dans le vestiaire et parlions de nos corps et de nos vies et de tout ce dont les femmes parlent», a déclaré Mme Brzezinski, qui anime «Morning Joe» sur MSNBC avec son mari. , Joe Scarborough, qu'elle a épousé dans une robe conçue par Mme Smith. "Michelle peut ressentir votre ambiance et a la capacité de vous aider à traduire cela dans votre propre style personnel qui est tellement parfait."

Mais approvisionner le marché contemporain, qui exigeait de nouveaux produits chaque mois, pouvait être vertigineux. «À la fin, je concevais 27 collections par an avec plus de 100 styles par collection», a déclaré Mme Smith. «C'était un carrousel fou et ça allait si vite.»

En 2013, la créatrice stressée a suivi les conseils de ses amis et a commencé à suivre des cours SoulCycle. Elle a particulièrement apprécié ceux de Mme Griffith, une des préférées de Kelly Ripa et de l'ancien entraîneur de Madonna qui a écrit un livre sur le passage de l'alcool et de la drogue au fitness.Deux tours de zéro. »

"Je ne pouvais pas croire l'énergie et la personnalité de Stacey et la façon dont elle éclairait la pièce", a déclaré Mme Smith. Les deux sont devenus amis en dehors de la classe, collaborant en 2015 sur une collection de t-shirts avec les slogans de motivation de Mme Griffith comme «Personne ne se souvient de la normale».

Mais les dépenses et la dette de Milly augmentaient à mesure que la marque tentait d’étendre son empreinte de commerce électronique tout en continuant à respecter ses obligations dans les grands magasins. Ses fondateurs ont discrètement décidé de se séparer tout en vivant et travaillant ensemble, mais la situation était intenable. «C'est juste devenu un environnement dysfonctionnel», a déclaré Mme Smith à propos de l'entreprise. «Je ne pense pas que les bonnes décisions soient prises, car vous aviez une personne qui disait« noir »et une autre qui disait« blanc ».»

M. Oshrin travaille actuellement comme consultant dans l'industrie du vêtement. «C’est une période difficile pour démarrer une entreprise», a-t-il déclaré, «mais Michelle est une designer talentueuse et possède un instinct créatif extraordinaire.»

Mme Griffith a refusé d'être interviewée pour cet article, affirmant qu'elle voulait mettre en lumière sa petite amie.

Mme Smith a travaillé sur des croquis, des ajustements et a retiré la robe de sa collection pour la garder spéciale, mais elle n'était toujours pas sûre qu'elle serait sélectionnée. "J'avais fait des manteaux pour la deuxième inauguration qui n'avaient pas été choisis, donc je ne pensais pas que c'était un slam dunk", dit-elle. Son choix «a été le moment le plus excitant de toute ma carrière de designer». (La robe sera exposée dans l'exposition de la Smithsonian's National Portrait Gallery, "Chaque œil est sur moi: Premières dames des États-Unis », qui ouvre le 13 novembre.)

C'est la seule partie de sa vie professionnelle passée à laquelle Mme Smith s'accroche, et elle trouve irritant que le nouveau propriétaire de Milly semble revendiquer le mérite de la robe, comme il l'a fait sur Instagram à des occasions comme l'anniversaire de Mme Obama. "C'est ringard", a déclaré Mme Smith. («Nous avons acheté tous les actifs de Milly et cette robe est un atout de Milly», a déclaré Mark Friedman, président-directeur général de S. Rothschild. «Je me sens mal qu'elle soit irritée, mais elle ne devrait pas l'être.»)

En août 2018, Mme Smith a été invitée à un barbecue à Montauk. Mme Griffith était là. «Nous nous sentions tous les deux très heureux d’être en présence l’un de l’autre et nous avons commencé à passer plus de temps ensemble», a déclaré Mme Smith.

Lorsque la relation est devenue suffisamment sérieuse pour le dire à ses enfants, Mme Smith a entendu son fils dire à un ami: «Attendez d'entendre celle-ci: mon père a une nouvelle petite amie et ma mère aussi.

L'année dernière, le couple l'a rendu officiel sur Instagram, publiant des photos d'eux-mêmes en étreinte au New York City Ballet. Mme Smith a sous-titré le sien «#lovewins».

Les grands magasins tombent. La mode bat son plein. L'hiver arrive. Mais ses roues tournent et elle se sent enfin à l'aise dans sa peau.

«En passant par tout ce que j’ai vécu, passant d’une jeune femme à une adulte à la fin de la quarantaine, j’ai trouvé ma propre voix et ma confiance pour m’exprimer librement dans ma vie personnelle et ma créativité», a-t-elle déclaré. «Pour la première fois, tout s'est aligné et c'est incroyable et vrai.»



Source link

Il n’a jamais été aussi facile de jeter un web site e-commerce de à nous jours, il assez de voir le taux le montant le pourcentage de websites e-commerce en France pour s’en livrer compte. En effet, 204 000 sites actifs en 2016. En 10 ans, le taux le montant le pourcentage de plateformes web est fois 9. Avec l’évolution des technologies, médias à grand coup d’histoire de succès story, (si si nous-mêmes vous assure, je suis aussi tombé a l’intérieur du panneau) le e-commerce a longuement été vu comme un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le le jour dans thématiques.