Transcription de l'appel aux résultats du troisième trimestre 2020 de j2 Global Inc (JCOM)


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image: The Motley Fool.

j2 Global Inc (NASDAQ: JCOM)
Appel aux résultats du T3 2020
3 novembre 2020, 8 h 30 HE

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

Opérateur

Bonjour, mesdames et messieurs, et bienvenue à l'appel des résultats du troisième trimestre 2020 de J2 Global. Je m'appelle Paul et je serai l'opérateur qui vous assistera aujourd'hui. (Instructions pour l'opérateur) Lors de cet appel sera Vivek Shah, PDG de J2 Global; et Scott Turicchi, président et directeur financier de J2.

Je vais maintenant céder l'appel à Scott Turicchi, président et directeur financier de J2 Global. Merci, vous pouvez maintenant commencer.

Scott TuricchiPrésident et chef des finances

Merci. Bonjour, Mesdames et Messieurs, et bienvenue à la conférence téléphonique avec les investisseurs de J2 Global pour le troisième trimestre 2020. Comme l'explique l'exploitant, je suis Scott Turicchi, président et directeur financier de J2 Global. Je me joins aujourd'hui à notre PDG, Vivek Shah.

Nous avons eu un troisième trimestre fiscal exceptionnel, le meilleur de notre histoire malgré la pandémie en cours et en remettant en question non seulement les estimations des analystes, mais aussi nos propres estimations internes. Nous avons établi des records avec une marge substantielle pour les revenus, l'EBITDA, les flux de trésorerie disponibles et le bénéfice par action non-GAAP. De plus, en raison de notre forte génération de flux de trésorerie disponibles, nous avons terminé le trimestre avec plus de 665 millions de dollars de trésorerie et d'investissements après avoir dépensé 12 millions de dollars pour les fusions et acquisitions, et environ 150 millions de dollars pour les rachats d'actions, soit 2,1 millions d'actions.

Nous utiliserons la présentation comme feuille de route pour l'appel d'aujourd'hui. Une copie de la présentation est disponible sur notre site Web. Lorsque vous lancez le webcast, il y a un bouton sur le visualiseur sur le côté droit, qui vous permettra d'agrandir les diapositives. Si vous n'avez pas reçu de copie du communiqué de presse, vous pouvez y accéder via notre site Web d'entreprise à l'adresse www.j2global.com. De plus, vous pourrez accéder à la diffusion Web à partir de ce site. Après avoir terminé la présentation officielle, nous organiserons une session de questions-réponses. L'opérateur vous informera à ce moment-là des procédures pour poser une question. En outre, vous pouvez envoyer vos questions à tout moment à investor@j2global.com.

Avant de commencer nos remarques préparées, permettez-moi de lire le libellé de la règle refuge. Comme vous le savez, cet appel et la webémission comprendront des déclarations prospectives. De telles déclarations peuvent impliquer des risques et des incertitudes qui entraîneraient un écart important entre les résultats réels et les résultats anticipés. Certains de ces risques et incertitudes incluent, mais sans s'y limiter, les facteurs de risque que nous avons divulgués dans nos divers dépôts auprès de la SEC, y compris nos dépôts 10-K, les dépôts 10-Q récents, diverses déclarations de procuration et les dépôts 8-K ainsi que facteurs de risque supplémentaires que nous avons inclus dans le diaporama de cette webémission. Nous vous renvoyons aux discussions contenues dans ces documents concernant le langage de la sphère de sécurité ainsi que les déclarations prospectives.

Maintenant, permettez-moi de céder la parole à Vivek pour ses remarques liminaires.

Vivek ShahDirecteur Général

Merci, Scott, et bonjour à tous. Une fois de plus, J2 a démontré la force fondamentale de son portefeuille et la haute qualité de ses activités sous-jacentes. Nous avons largement dépassé toutes les attentes et avons été époustouflés par nos records de revenus, de BAIIA ajusté et de BPA ajusté pour le troisième trimestre.

Je ne pourrais pas être plus fier de notre organisation et du travail acharné de notre équipe dans le monde entier. Je me souviens avoir pensé il y a quelques mois que le deuxième trimestre serait un acte très difficile à suivre, mais le troisième trimestre s'est avéré spécial avec toutes nos divisions fonctionnant à plein régime, tout en parvenant à un accord pour acquérir RetailMeNot le deuxième à dernier jour du trimestre. Comme nous l'avons annoncé dans le communiqué de presse d'hier, nous sommes heureux d'annoncer que l'accord est maintenant officiellement conclu, plus à ce sujet plus tard.

Il y a eu un certain nombre de points positifs du côté des revenus au cours du trimestre. Nos activités de jeux ont augmenté d'environ 10% de manière organique, car nous avons commencé à voir l'impact positif du nouveau cycle de console sur nos activités. Nous continuons également à renforcer notre rôle de leader dans l'industrie des jeux, IGN ayant servi de partenaire de production principal pour le premier événement de la gamescom entièrement numérique, augmentant de 46 millions d'utilisateurs sur plusieurs plates-formes.

Nos activités haut débit ont également connu une croissance organique de 10%. L'activité Ekahau, qui pour rappel, vend des outils de conception et de déploiement Wi-Fi pour les espaces commerciaux, a renoué avec la croissance après avoir vu son activité impactée négativement au trimestre précédent par COVID. Sans surprise, nous continuons à établir des records de tests à Speedtest avec 1,75 milliard de tests au troisième trimestre, en hausse de 62% d'une année sur l'autre.

Nos activités chez Everyday Health ont connu un autre trimestre fantastique, avec une croissance des revenus de 25%, dont la majorité était organique. L'activité professionnelle d'Everyday Health continue de se démarquer, soutenue par notre marque MedPage, dont le trafic a augmenté de 119% d'une année sur l'autre. MedPage et ses sites soeurs ont récemment établi le réseau WebMD en tant que site Web d'information médicale le plus fréquemment visité dans une enquête auprès des médecins menée par le Decision Resources Group. De manière impressionnante, 65% des médecins aux États-Unis ont déclaré visiter nos sites.

Nous sommes également un an dans notre acquisition de BabyCenter, qui est opérationnel et financier bien en avance sur le plan. Du côté du cloud, nos activités de télécopie dans le cloud ont connu l'un de ses plus forts trimestres de croissance des revenus à 4%, l'activité de télécopie dans le cloud d'entreprise ayant augmenté de plus de 12%. Alors que les volumes de pages sont désormais essentiellement aux niveaux pré-COVID, une grande partie du trimestre était encore en dessous de la normale, ce qui rend notre performance en entreprise encore plus remarquable.

Nous pensons que notre développement de produits et nos stratégies de mise sur le marché dans le secteur de la santé portent leurs fruits, car nous remportons des contrats plus importants. Je sais que de nombreux investisseurs remettent en question la pertinence de notre activité de télécopie dans le cloud, mais je les encourage à apprécier ce que nous proposons réellement, à savoir une solution cloud pour le transfert sécurisé de documents conforme à la HIPAA, et cette solution alimente plus de 140 millions de dollars d'entreprise avec le double -digit croissance.

Au sein de notre portefeuille de cybersécurité, nos activités VPN ont augmenté de 10% de manière organique au cours du trimestre, compensées par les baisses attendues de nos activités de sauvegarde. Nous continuons d'être optimistes à long terme sur les parties de sécurité VPN, des points de terminaison et de la messagerie électronique de ce groupe, tout en continuant à gérer la sauvegarde pour la rentabilité. Nous sommes également ravis d'annoncer que nous venons d'acquérir Inspired eLearning, qui nous permet d'ajouter une formation de sensibilisation à la sécurité à notre suite de solutions de point de terminaison, de messagerie, de VPN et de sauvegarde.

Aussi forte que soit la croissance de notre chiffre d'affaires, notre BAIIA ajusté et la croissance du BPA ajusté ont été sensationnels à 14,4% et 18,8% respectivement. Plus important encore, cette croissance est essentiellement organique, car nous avons peu de fusions et acquisitions en général et les acquisitions que nous avons effectuées ont peu contribué aux bénéfices et au troisième trimestre de l'année dernière. C'est un point important alors que nous gérons l'activité pour l'EBITDA et que nous prendrons une croissance des revenus plus faible pour une croissance plus élevée des bénéfices.

Bien que j'en connaisse beaucoup dans la croissance organique des revenus de la valeur marchande, les bénéfices étant secondaires, et dans de nombreux cas inexistants, nous considérons la croissance organique des bénéfices comme l'objectif principal de nos activités. Au cours des trois premiers trimestres de cette année, dans l'un des environnements d'exploitation les plus perturbateurs et les plus difficiles imaginables, nous avons augmenté notre EBITDA ajusté de 8% et notre BPA ajusté de 9,1% sans que les fusions et acquisitions n'affectent beaucoup ces résultats. Mais les acquisitions sont essentielles à notre état d'esprit et à notre stratégie de croissance totale, c'est pourquoi je voulais passer beaucoup de temps ce matin à discuter de l'acquisition de RetailMeNot, qui, comme je l'ai mentionné, a été clôturée la semaine dernière.

C'est une entreprise que j'ai personnellement étudiée et suivie pendant plus de 10 ans. En 2010, je travaillais avec le private equity pour acquérir des entreprises qui formeraient la base d'une entreprise de médias numériques, axée sur l'aide aux consommateurs dans leurs décisions d'achat. RetailMeNot était une cible parfaite mais nous avons manqué de valorisation. Nous avons acquis Ziff Davis à la place. Depuis, nous suivons attentivement RetailMeNot, en attendant patiemment qu'une opportunité se présente. Comme le savent nos fidèles actionnaires, nous jouons le long jeu et cette situation me rappelle un autre atout pour lequel notre longue patience a été récompensée, la santé au quotidien. Et aujourd'hui, Everyday Health générera environ 100 millions de dollars d'EBITDA. Ce qui a attiré RetailMeNot pendant toutes ces années, c'est qu'il répond à deux besoins persistants et croissants. Pour le consommateur, il génère des économies grâce à la découverte d'offres et de remises. Pour le détaillant, cela produit du trafic qualifié, pensez-y comme du trafic piéton numérique. Dans le commerce de détail physique, l'emplacement et l'agglomération génèrent du trafic piétonnier, mais dans le monde des achats en ligne, chaque détaillant doit développer des méthodes pour attirer les clients.

En collaboration avec ce que l'industrie appelle les éditeurs affiliés, les détaillants en ligne se tournent de plus en plus vers eux pour générer de la demande et générer des conversions. Avant la pandémie, nous étions optimistes quant au passage à long terme du commerce physique au commerce électronique, mais la pandémie, selon nous, a considérablement et définitivement accéléré ce changement, ce qui rend le timing de cette acquisition très convaincant.

De plus, nous pensons que la pertinence des économies pour les consommateurs ne fera qu'augmenter dans un climat économique difficile. Nous sommes un éditeur affilié depuis nos débuts dans les médias numériques. Dans ma première présentation à la communauté des investisseurs juste après l'acquisition de Ziff Davis par J2, nous avons partagé une diapositive décrivant notre désir de capturer les consommateurs à chaque étape du parcours d'achat, que nous avons divisée en quatre étapes: découvrir, choisir, acheter et utiliser. Cette stratégie a été à la base de la croissance de nos revenus de marketing à la performance. Sur les 250 millions de dollars de revenus de marketing à la performance que nous réalisons en un an, près de la moitié appartient à la catégorie des publications affiliées. Cela a été un facteur de différenciation clé entre notre modèle commercial d'édition et ceux des autres.

Nous avons commencé dans les phases de découverte et de choix, en tirant parti de nos critiques et du contenu du guide d'achat chez PCMag, IGN et plus tard avec Mashable, Everyday Health, What To Expect et Baby Center. Nous sommes ensuite passés davantage à la phase de choix et d'achat avec l'acquisition – acquisitions d'Offres.com, BlackFriday.com et une série d'autres sites Black Friday. Bien que nos efforts aient fait de nous l'un des principaux éditeurs affiliés du secteur, générant environ 1 milliard de dollars de ventes au détail, l'acquisition de RetailMeNot nous place à un tout autre niveau.

Le site Web, l'application mobile et l'extension de navigateur de RetailMeNot attirent 650 millions de visites par an et génèrent 4,3 milliards de dollars de ventes au détail, soit environ 4 fois nos ventes au détail existantes. Sur une base de 12 mois, les revenus de RetailMeNot étaient d'environ 180 millions de dollars et leur pourcentage de marge EBITDA se situait dans les 30 secondes. Nos nouveaux collègues ont fait un travail fantastique en établissant RetailMeNot en tant que marque privilégiée des acheteurs et une source de trafic et de ventes de premier plan pour les détaillants. Nous pensons que notre portefeuille combiné d'actifs de commerce affilié créera de la valeur dans quatre domaines: taux de prise, marges, trafic et acquisitions futures.

Sur le taux de prise. Notre activité d'édition affiliée actuelle bénéficie d'un taux d'environ 10%, tandis que RetailMeNot est d'environ 4%. Le delta est largement dû à la différence entre les paiements pour les clics à la demande et les clics de conversion. Le premier gagnera une commission plus élevée si l'éditeur affilié est considéré comme générant un trafic supplémentaire, tandis que le second gagne une commission plus faible car l'éditeur affilié est considéré comme un moteur de conversion.

La prévention de l'abandon du panier et la génération de trafic supplémentaire sont une combinaison intéressante. Nous pensons que nos compétences et notre expérience dans la production de contenu qui génère des clics de demande lorsqu'il est distribué sur les plates-formes de RetailMeNot nous permettront de commencer à améliorer le taux de capture global de RetailMeNot. Chaque point d'amélioration du taux de prise vaudrait 43 millions de dollars de revenus annuels.

Sur le front des marges, notre portefeuille actuel de publications affiliées fonctionne à environ 10 points de plus que celui de RetailMeNot, mais RetailMeNot a toujours eu des marges aussi élevées que celles-ci. Nous pensons qu'ensemble, nous pouvons revenir à ces marges et appliquer notre stratégie de réduction de croissance bien définie et exécutée avec succès. Dans le cas de RetailMeNot, la société a poursuivi des projets non essentiels, tels que les cartes-cadeaux et en magasin, qui ont non seulement nui à la marge, mais également détourné de l'activité principale d'édition des affiliés.

Concernant le trafic, RetailMeNot a connu des défis à la fois en termes de trafic agrégé, puis de passage du poste de travail au mobile. Dans le premier cas, nous pensons que les investissements dans le contenu éditorial, en particulier le type qui stimulera la demande de clics, aideront à accroître le trafic. De plus, nous pensons que le plug-in de navigateur Deal Finder est une énorme opportunité. Il est en concurrence avec PayPal de Honey, qui est en avance sur Deal Finder dans les installations, mais ensemble, ils ont moins de 1% de pénétration des appareils connectés à Internet. En d'autres termes, nous sommes très tôt et nous pensons qu'il y a de la place pour quelques acteurs sur le marché des extensions de navigateur et nous pensons pouvoir tirer parti de l'audience médiatique de J2 de plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde pour favoriser l'adoption de Deal Finder.

Je suis également heureux d'annoncer que le litige en matière de brevets qui existait entre PayPal et Honey avec RetailMeNot a été résolu. Cela avait été un surplomb pendant un certain temps et nous sommes heureux de voir cela réglé.

En ce qui concerne le passage du bureau au mobile, nous pensons que la réorientation de la stratégie mobile pour se concentrer sur le commerce électronique mobile par opposition à l'appareil mobile utilisé pour l'échange de coupons en magasin aidera à combler l'écart de monétisation. Enfin, nous pensons que le système d'acquisition J2 peut continuer à être exploité dans l'espace de commerce affilié. Les acquisitions antérieures à RetailMeNot d'Offres.com et de nos sites Black Friday ont généré l'un des TRI les plus élevés de notre histoire d'acquisitions. Nous pensons avoir acquis RetailMeNot avec un multiple d'EBITDA attractif et nous prévoyons de fonctionner à un taux d'EBITDA annualisé de 80 millions de dollars d'ici 12 à 24 mois. L'industrie du commerce d'affiliation est fragmentée et nous voyons une opportunité de continuer à se consolider pour atteindre une échelle.

Je voudrais conclure par une autre mise à jour sur nos initiatives ESG. Comme je l'ai expliqué en détail lors de notre dernier appel, nous avons beaucoup progressé dans nos efforts ESG, en particulier dans le domaine de la diversité, de l'équité et de l'inclusion. Au troisième trimestre, nous avons annoncé un dépôt de 10 millions de dollars et pour les banques et les coopératives de crédit dirigées par des Noirs. Ces dépôts ont amélioré les capacités de prêt de ces institutions, qui servent les communautés noires et brunes à Los Angeles et à New York et dans les régions intermédiaires.

Nous avons également annoncé une extension de notre partenariat avec la NAACP, dans lequel nous engageons 6 millions de dollars de publicité sur trois ans pour soutenir le message de la principale organisation de défense des droits civils aux États-Unis.Je vous encourage à passer du temps avec la nouvelle section Responsabilité sur J2.com, où vous verrez un certain nombre de nos initiatives ESG décrites.

Nous avons également accueilli une autre nouvelle administratrice au sein de J2, Pamela Sutton-Wallace. Pam est une dirigeante de la santé hautement accomplie et reconnue au niveau national, qui occupe actuellement le poste de vice-présidente principale et chef de l'exploitation régionale du presbytérien de New York et était auparavant PDG du centre médical UVA. Compte tenu de l'importance des soins de santé pour le portefeuille de notre entreprise, l'expérience et la perspicacité de Pam dans l'industrie seront très précieuses pour l'entreprise. Comme je l'ai dit lors d'appels précédents, J2 s'est engagé à faire progresser le rafraîchissement du conseil et à s'assurer que nous avons le mélange optimal d'expérience et d'expérience au sein de notre conseil.

Maintenant, permettez-moi de rendre l'appel à Scott.

Scott TuricchiPrésident et chef des finances

Merci, Vivek. Le T3 2020 a établi un certain nombre de records financiers dont nous sommes très fiers compte tenu de la pandémie persistante, notamment les revenus, l'EBITDA ajusté, le flux de trésorerie disponible et le BPA non-GAAP. Ces résultats ont été tirés par de meilleures performances et une meilleure structure de coûts. Nous avons terminé le trimestre avec environ 665 millions de dollars de trésorerie et de placements. Après la clôture du trimestre, nous avons dépensé environ 420 millions de dollars pour acquérir RetailMeNot et remplacé nos billets cloud à 6% à échéance 2025 par de nouveaux billets à 10 ans 4,625% chez la société mère J2 Global.

Passons en revue le résumé des résultats financiers trimestriels sur la diapositive 4. Pour le troisième trimestre 2020, J2 a enregistré une augmentation de 3,7% du chiffre d'affaires par rapport au troisième trimestre 2019 à 357 millions de dollars, ce qui a dépassé nos attentes. La marge bénéficiaire brute, qui est fonction de la composition relative de nos unités d'affaires, a augmenté à 84,7% contre 82,3% au T3 2019, en partie en raison de la baisse des coûts dans le segment des médias. Nous avons vu le BAIIA augmenter de 14,4% avec un record de 154,1 millions de dollars au troisième trimestre. La marge d'EBITDA du trimestre était de 43,2%, une marge que je pourrais noter que nous ne voyons généralement qu'au quatrième trimestre, contre 39,2% il y a un an en raison de l'amélioration de la marge brute ainsi que de la maîtrise des coûts dans nos charges d'exploitation. Enfin, le BPA ajusté a augmenté d'environ 20% à 2,02 USD par action contre 1,70 USD par action pour le troisième trimestre 2019, en raison des augmentations susmentionnées de l'EBITDA et de la réduction du nombre d'actions.

Passons à la diapositive 5. Au troisième trimestre, nous avons généré un flux de trésorerie disponible record de 93,7 millions de dollars au troisième trimestre, qui comprenait 40,5 millions de dollars de paiements d'impôts estimés habituellement dus au deuxième trimestre qui ont été différés et payés au troisième trimestre, soit une augmentation d'environ 20% par rapport au troisième trimestre de 2019 C'était après que nous ayons continué à faire des investissements importants dans nos activités par le biais de 20,7 millions de dollars d'investissements. Sur les 12 derniers mois, nous avons généré 387 millions de dollars de flux de trésorerie disponibles pour une conversion des flux de trésorerie disponibles de 66,7% de notre BAIIA sur 12 mois de 580,2 millions de dollars.

Passons maintenant aux deux activités, Cloud et Médias numériques pour le troisième trimestre, comme indiqué dans la diapositive 6. Le chiffre d'affaires de l'activité Cloud pour le troisième trimestre 2020 était de 170,2 millions de dollars par rapport au même trimestre de l'année dernière. N'oubliez pas qu'au cours du trimestre, nous avons cédé nos actifs voix en Australie et en Nouvelle-Zélande, ce qui a coûté à l'activité Cloud environ 1 million de dollars de chiffre d'affaires au cours du trimestre. L'amélioration du chiffre d'affaires par rapport au deuxième trimestre est due à une meilleure utilisation de nos clients du secteur de la santé ainsi qu'à de nouvelles inscriptions dans nos différents services cloud.

Avant de passer à l'EBITDA, puisque nous n'avons plus de dette sur l'activité Cloud, nous n'allons pas allouer de frais corporate aux deux segments comme nous le faisions précédemment. Cela a été fait pour que les données financières de notre segment Cloud soient conformes pour résister à la charge financière des nuages ​​qui sont auditées chaque année. Nous pensons que cela permet une meilleure comparaison des résultats opérationnels dans la mesure où les deux secteurs d'activité ne contrôlent pas les charges du siège ni leurs allocations. L'EBITDA a augmenté d'environ 1,6% pour notre activité Cloud à 87,8 millions de dollars, contre 86,5 millions de dollars au T3 2019 après suppression des allocations d'entreprise. La marge d'EBITDA de 51,6% est en hausse d'environ 1 point de pourcentage par rapport au troisième trimestre 2019.

Notre activité médias a augmenté ses revenus de 8% à 186,7 millions de dollars et a produit 75 millions de dollars d'EBITDA ou 33,2% de croissance après suppression des allocations d'entreprise par rapport au troisième trimestre de 2019. La marge du BAIIA a augmenté de 7,6 points de pourcentage par rapport au troisième trimestre de 2019 à 42 – 40,2% en raison d'une marge élevée supplémentaire revenus, coûts réduits et structure des coûts d'exploitation améliorée.

Sur la diapositive 7, je suis heureux qu'après avoir introduit des prévisions au dernier trimestre seulement, nous relevons les prévisions pour 2020 sur la base des solides résultats du troisième trimestre ainsi que de l'inclusion de RetailMeNot pendant deux mois. Nos prévisions complètes rétablies évaluent désormais les revenus de l'année entre 1,447 milliard de dollars et 1,462 milliard de dollars, le BAIIA ajusté entre 595 millions de dollars et 605 millions de dollars et le BPA non-GAAP entre 7,85 dollars par action et 8 dollars par action. Cet emploi nous fournit le point médian et l'augmentation du chiffre d'affaires 2020, de l'EBITDA ajusté et du BPA non-GAAP de respectivement 4,6%, 6,6% et 8,7% par rapport aux prévisions précédemment publiées. Je tiens également à noter que le bas de gamme de nos estimations d'EBITDA et de BPA non GAAP dépasse les prévisions initiales haut de gamme pré-COVID de 595 millions USD d'EBITDA et 7,66 USD de BPA non GAAP.

Enfin, avant de renvoyer l'appel à l'opérateur pour des questions / réponses, je souhaite aborder notre multiple de trading actuel. Le trimestre dernier, Vivek a noté que J2 pensait que c'était un moment sans précédent pour acheter des actions J2 et nous avons agi en conséquence. Si nous examinons nos propres multiples de négociation historiques basés sur le chiffre d'affaires, l'EBITDA, le flux de trésorerie disponible et les bénéfices, nous pensons que nous sommes nettement en dessous de nos moyennes et bien en dessous de nos sommets, même si la société a plus de revenus EBITDA et de BPA qu'à tout autre moment de notre histoire. À titre d'exemple, sur une base de 12 mois, nous avons échangé 2,7 fois le chiffre d'affaires, 7,1 fois l'EBITDA ajusté, 9 fois le BPA non-GAAP et 10,4 fois le flux de trésorerie disponible, soit entre 30% et 40% de nos multiples moyens et plus de 50% de réduction sur nos sommets.

Je voudrais maintenant demander à l'opérateur de nous rejoindre pour vous expliquer comment faire la queue pour les questions.

Questions et réponses:

Opérateur

Merci. (Instructions pour l'opérateur) Et votre première question vient de Cory Carpenter de J.P. Morgan. Cory, votre ligne est en direct.

Cory CarpenterJ.P. Morgan – Analyste

Génial. Merci pour les questions. Vivek, peut-être un pour vous sur RetailMeNot et ensuite, j'aurai un suivi pour Scott également. Alors appréciez la couleur que vous avez fournie lors de l'appel et félicitations pour la clôture. J'espérais que vous pourriez simplement expliquer un peu plus certains des avantages stratégiques que RetailMeNot apporte à votre portefeuille de médias numériques, peut-être comment cela s'intègre-t-il dans vos activités existantes telles qu'Offres.com et aussi certaines des synergies que vous ' vous attendez?

Vivek ShahDirecteur Général

Merci pour la question, Cory, et bonjour. Alors regardez, comme je l'ai dit dans les remarques précédentes, c'est un espace dans lequel nous nous trouvons depuis un certain temps, l'espace de publication d'affiliation et l'espace de commerce d'affiliation. Nous le savons extrêmement bien grâce à Offres.com et nos sites Black Friday ainsi que nos sites de contenu tels que PCMag et IGN. C'est donc un espace dans lequel nous avons bien réussi, nous avons un excellent bilan, nous avons d'excellentes plateformes et RetailMeNot est le leader dans ce domaine. Et donc, nous pensons combinés, les opportunités dans les domaines dont j'ai parlé, le taux de prise et les marges, la croissance du trafic et les futures fusions et acquisitions sont assez solides. C'est donc celui qui nous passionne vraiment, c'est celui que j'ai personnellement suivi pendant un certain temps et je pense que nous pouvons faire quelque chose de vraiment spécial avec cela et nous sommes ravis d'accueillir nos collègues principalement à Austin dans l'entreprise.

Cory CarpenterJ.P. Morgan – Analyste

Génial. Et puis peut-être, Scott, juste un suivi donc sur le guide 2020 actuel mis à jour. Pourriez-vous simplement nous aider à analyser vos attentes en matière de revenus et de bénéfices sur peut-être le segment des médias numériques par rapport au cloud? Et puis, aussi, une question qui nous a beaucoup été posée sur la façon dont vous vous attendez: à quel point vous attendez que RetailMeNot contribue au trimestre? Merci.

Scott TuricchiPrésident et chef des finances

Oui, alors laissez-moi – merci, Cory. Permettez-moi d'essayer de rassembler tout cela en une sorte de réponse complète et j'ai trouvé que vous aviez fait du bon travail hier soir dans votre note. Comme Vivek l'a mentionné, le chiffre d'affaires sur 12 mois de RetailMeNot est de 180 millions de dollars, fonctionnant dans la faible marge EBITDA des années 30. Nous en aurons un sixième au cours de notre exercice actuel ou du quatrième trimestre. Comme vous l'avez noté, il y a une saisonnalité, donc nous obtiendrons un peu plus que ce pourcentage et nous devrions faire mieux sur la marge globale comme vous le verriez normalement dans nos propres activités de médias numériques.

Rappelez-vous également que nous allons perdre environ 3 à 4 millions de dollars dans le cloud, car la voix A / NZ ne fait pas partie des revenus pendant un trimestre complet par rapport au quatrième trimestre de 19. C'était au troisième trimestre pendant environ deux mois, puis nous avons également – je rappelle juste aux gens, nous avons un certain degré de saisonnalité négative dans le Cloud séquentiellement du troisième au quatrième trimestre car nous perdons quelques jours ouvrables, bien que, comme Vivek l'a mentionné, nous J'ai eu une tendance positive sur l'utilisation, ce qui peut compenser une partie de cela au moins sur une base séquentielle.

Ensuite, pour ce qui est de la marge globale, ce que nous attendons du reste des entreprises, c'est que nous les avons guidées pour qu'elles soient essentiellement stables. Ils pourraient être un peu en hausse, ils pourraient être un peu en baisse, les influenceurs seront les suivants. Nous restons un, prudents en raison de la pandémie continue et des discussions sur une deuxième vague et de son impact sur l'économie, et deuxièmement, je voudrais simplement vous rappeler qu'au cours du trimestre de l'année dernière, BabyCenter et Spiceworks ont été récemment acquis et dans le cadre de la contraction de croître, il y aura des revenus non pas au T4 2020 qui étaient au T4 2019. La compensation à cela était que nous prévoyons que nos marges d'EBITDA seront d'environ 200 points de base meilleures que l'année dernière. Ainsi, ils augmenteront non seulement d'une année à l'autre du quatrième au quatrième trimestre, mais également de manière séquentielle entre le troisième et le quatrième trimestre.

Opérateur

Merci. Et la question suivante vient de Shweta Khajuria de RBC Capital Markets. Shweta, votre ligne est en direct.

Shweta KhajuriaRBC Marchés des capitaux – Analyste

D'accord merci. Laissez-moi essayer deux choses. Pourriez-vous s'il vous plaît parler de la composition de votre conseil d'administration, est-ce que nous devrions – devrions-nous – les investisseurs s'attendre à d'autres changements? Êtes-vous satisfait des modifications que vous avez apportées? Et puis, la deuxième est la suivante: pouvez-vous s'il vous plaît parler de la tendance que vous avez observée dans votre segment médiatique tout au long du trimestre, donc des tendances séquentielles de juillet à août, d'août à septembre et ensuite, comment – ce que vous voyez au début le quatrième trimestre jusqu'à présent? Merci.

Vivek ShahDirecteur Général

Merci, Shweta. Permettez-moi de prendre le premier, Scott, et peut-être que vous prenez le second. Donc…

Scott TuricchiPrésident et chef des finances

Sûr.

Vivek ShahDirecteur Général

Permettez-moi de commencer par dire, écoutez, nous avons – nous pensons qu'un conseil d'administration fantastique apporte un ensemble diversifié de perspectives et de compétences à l'équation. Au cours des derniers mois, nous avons ajouté deux nouveaux administrateurs fantastiques, Scott Taylor, qui est officiellement l'avocat général de Symantec et apporte entre autres une excellente perspective de cybersécurité. Mais la cybersécurité, comme vous le savez, est une partie importante de notre portefeuille. Et puis, comme je l'ai dit dans nos premières remarques, Pam Sutton-Wallace vient de rejoindre le conseil d'administration, elle apporte, en tant que COO régional actuel du presbytérien de New York et ancien PDG de l'UVA Medical Center, une vue fantastique sur les soins de santé et les systèmes de santé, qui sont vraiment pertinents, évidemment pour nos activités de médias de santé au sein de Everyday Health Group ainsi que nos activités de services cloud, en particulier notre fax cloud d'entreprise.

Nous pensons donc que les nouvelles perspectives sont excellentes. Le Conseil a maintenant 10 ans, il est élargi, nous pensons que c'est le groupe approprié à avoir autour de la table, et nous en sommes donc enthousiasmés. Et je pense qu'en continu, nous allons continuer à chercher des opportunités de rafraîchir, d'apporter de nouvelles perspectives et de nous assurer que les compétences s'alignent avec l'évolution du portefeuille.

Opérateur

Merci. Et la question suivante …

Scott TuricchiPrésident et chef des finances

Génial. Alors, laissez-moi …

Vivek ShahDirecteur Général

Scott, Scott. Désolé, continuez, Scott. Deuxième question de Shweta.

Scott TuricchiPrésident et chef des finances

Ouais. Il y avait – je pense qu'elle avait une deuxième question, alors permettez-moi d'y répondre. Donc Shweta, en termes de progression des médias numériques, je dirais de suivre un chemin similaire à ce dont nous avons parlé au deuxième trimestre, qui était une amélioration séquentielle tout au long du trimestre de juin lorsque nous avons terminé le deuxième trimestre à septembre, chaque mois était meilleur que le précédent. Et jusqu'à présent, sur la base des premières preuves, je dirais que c'est également un suivi pour octobre. N'oubliez pas qu'au quatrième trimestre, nos mois les plus importants sont novembre et décembre et commencent vraiment dans environ 10 jours jusqu'à la période de Noël. Mais jusqu'à présent, nous continuons de constater des tendances d'amélioration et de raffermissement dans nos activités de médias numériques. D'accord…

Opérateur

Merci.

Scott TuricchiPrésident et chef des finances

Vous pouvez répondre à la question suivante.

Opérateur

Certainement. La question suivante vient de Nick Jones de Citigroup. Nick, votre ligne est en direct.

Nicholas JonesCitigroup – Analyste

Super, merci d'avoir répondu à la question. Je pense que c'est peut-être pour vous, Vivek, mais je suppose, pouvez-vous parler de – quand vous parlez de découverte – découvrir, choisir, acheter et utiliser, y a-t-il des opportunités dans le secteur de la santé pour faire cela? Quand je regarde Vericast, il y a des propriétés, ils ont RxSaver, nous avons récemment vu GoodRx devenir public, un peu faire la même chose, mais pour les produits pharmaceutiques, il y a des marchés de télémédecine. Existe-t-il un moyen ou une opportunité de relier votre savoir-faire et votre commerce de détail au type d'espace de santé ou existe-t-il une dynamique différente qui rend les choses plus difficiles du point de vue du référencement ou du marketing? Toutes les pensées seraient utiles.

Vivek ShahDirecteur Général

Merci Nick, c'est une excellente question. Permettez-moi donc de commencer par dire que nous faisons en fait pas mal de commerce d'affiliation au sein du Everyday Health Group. L'espace parental et grossesse avec Baby Center et What to Expect, comme vous pouvez l'imaginer, nous réussissons très bien et s'inscrit dans des catégories telles que le registre des bébés, le sang de cordon et les choses qui se rattachent aux familles qui attendent. Nous y voyons donc un volume de transactions et de rémunération assez important et nous continuons de considérer cela comme un domaine de croissance.

Dans les autres propriétés de santé, nous avons des catégories comprenant le bien-être et l'alimentation et la méditation, des entreprises d'abonnement où nous sommes rémunérés pour conduire des transactions et nous y voyons des opportunités. L'espace d'escompte pharmaceutique, qui retient beaucoup l'attention compte tenu du succès de GoodRx, est un espace dans lequel nous avons commencé à plonger nos orteils dans cette eau. Il y a des complexités là-bas, où essentiellement beaucoup d'acteurs affiliés sont vraiment des PBM, des gestionnaires de prestations pharmaceutiques eux-mêmes, et cela pourrait être un niveau trop éloigné pour nous, nous ne savons pas, nous allons devoir examiner cela.

Je pense que de manière plus appropriée, je pense qu'Everyday Health a l'opportunité de travailler avec les GoodRx du monde, ce que nous avons fait dans le partage des soins et d'autres entités dans cet espace pour être les moteurs de leurs entreprises. Ce serait donc probablement l'endroit le plus approprié pour nous asseoir, mais nous le faisons, nous voyons toutes les catégories dans lesquelles les consommateurs recherchent en ligne, comme nous le disons, pour découvrir le produit qu'ils veulent, le choisir, l'acheter et l'utiliser et où nous pouvons l'obtenir. compensé pour avoir conduit cette transaction. La catégorie santé en est donc absolument une.

Nicholas JonesCitigroup – Analyste

Génial. Merci d'avoir pris ma question.

Opérateur

Merci. Et la question suivante vient de Shyam Patil de Susquehanna. Shyam, votre ligne est en direct.

Shyam PatilSusquehanna International Group – Analyste

Merci. Salut les gars. J'avais quelques questions. Sur RetailMeNot, merci pour la couleur des revenus et des marges sur les 12 derniers mois, ainsi que du taux d'exécution futur attendu, mais j'étais juste curieux de connaître la stratégie de réduction de croissance ainsi que votre stratégie globale pour l'entreprise, y a-t-il un guide messages que vous pouvez proposer sur la manière de penser les revenus de RetailMeNot pour l'année prochaine ainsi que l'EBITDA? Et aussi, y a-t-il quelque chose que nous devrions garder à l'esprit concernant la saisonnalité des revenus et de l'EBITDA, en particulier pour RetailMeNot que nous essayons de modéliser l'année prochaine?

Scott TuricchiPrésident et chef des finances

Ouais, je pense que vous avez souligné un point important. Ainsi, le chiffre d'affaires sur 12 mois, comme nous l'avons noté, est de 180 millions de dollars. Je pense que c'est ce que nous attendons – et nous sommes évidemment encore très enracinés dans la budgétisation et ne sommes pas encore prêts à publier les orientations 2021. So I think you should expect that number to be possibly down somewhat. In 2021, as we do shrink to grow, the compensating factors, the margin should be up.

As Vivek noted, we've got about 10 percentage points in margins to gain in that business, we don't think we'll get them all next year, but certainly as we are exiting 2021 and going into 2022, we should be starting to hit a more normalized margin level. So I think that will give you some guide post.

In terms of seasonality, it's similar to our core Digital Media businesses where you're getting 30-ish percent of the revenue in Q4 and a fall-off in Q1, so I think you can impose a similar seasonality to what you've already been seeing in our Digital Media portfolio.

Vivek ShahDirecteur Général

The only thing I might — Shyam, the only thing I might add to what Scott said is, I think we have a great deal of understanding of the parts of the business that we don't think are promising and therefore might fit the shrink to grow piece. What we need to work on through our modeling and our budget process is how quickly we can achieve growth in the areas that I outlined in my early remarks. And depending on that timing, you could absolutely see an offset to the shrink to grow. So I think that's the piece that is the unknown, which is the timing around the progress we're going to make against the various pieces.

Look, we want to be very focused in the near term, we're moving into Black Friday, Cyber Monday Cyber Week, this is the peak shopping period, so in many ways, we don't want to distract anyone. I think the company needs to be focused on executing well in the next two months and then, I think we'll be in a better position to start to put in place the various growth strategies and ideas that we have. So look, give us a little bit of time to unpack that and I think by the time we are issuing guidance next year, we'll have a very clean answer.

Shyam PatilSusquehanna International Group — Analyst

Thanks, it's very helpful. I have one follow-up. Just on the fax business, the growth rates you called out were very impressive. Can you just talk about that opportunity going forward. And just particularly, how do you think about the growth opportunity within fax overall as well as corporate fax and then within that, just the healthcare business?

Vivek ShahDirecteur Général

Look I've said it many times I'm not sure if anyone ever really registers it, but we have now $140 million plus corporate fax business with double-digit organic growth, this is not new. And it's a fantastic opportunity and I think as more and more of healthcare looks to shift to the cloud, we're going to be a beneficiary. And the fact remains that for HIPAA compliance reasons and interoperability reasons, fax is a preferred method of document delivery and transfer. So we continue to be bullish in that aspect of the business.

And as I've said, I think if we had described this as I've got an HCIT business growing double-digits organically at $140 million operating at ridiculously high margins trying to solve healthcare interoperability, it probably — that'd be worth more than all J2. Like when we say it's facts, for some reason, that what I just said and what proceeded that somehow gets — falls away. So we're bullish, we think it's a great business, I've always said it's a great business.

Shyam PatilSusquehanna International Group — Analyst

Génial. Thanks, guys.

Operator

Merci. And the next question is coming from James Fish from Piper Sandler. James, your line is live.

James FishPiper Sandler — Analyst

Hey, Vivek and Scott. Congrats on a great quarter and closing RetailMeNot, really impressive results. But Scott, this is the largest buyback that is larger than the last seven years combined that we've seen. Is it that you're seeing less opportunity in M&A closures or just more opportunity in your own shares, which based on your commentary and valuation would suggest the latter? And while we are kind of thinking about it today, if we do have a blue sweep, is there any impact to how your taxes might change here?

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

So I think you kind of answered your own question, Jim, is that, and the beauty of our capitalization is we were able to do both. Obviously, we closed a few small deals in the quarter, we've now closed what will be our second largest transaction in the company's history of RetailMeNot, and at the same time, we were able to buyback an excess of 2 million shares, $150 million. And really, it's driven by that chart on Slide 8 that I put up, which is the tremendous discount, whether you look at the average multiples of J2 or the highs and we'd argue probably the highs would be more relevant than the averages, find that to be very compelling and very competitive with investing money in assets. So because of how we are high free cash flow oriented, because our capitalization is such, it afford us the ability to do both. We will continue to look at both sets of capital allocation activities.

In terms of the blue wave and taxes, the Biden plan, there is a lot of unanswered questions and details that are left out. Certainly, the headline is that corporate taxes would go up from the stated 21% to 28%. So you can, at one level, look at a 7 percentage point increase. Having said that though, the details are really the function of what happens to the mechanics of what happened in 2017, there's things like guilty and deep that were put in place. Do those remain, do they come out? We still maintain our international tax structure, so might that become more relevant again to the extent that the rates go up and provide some degree of offset. Right now, the plan is far too sketchy, it's far too high level to know what the impact would be other than it's likely that the taxes in the aggregate of what you've sort through it all would be higher than they are under the current 2017 Tax Reform Act. But the degree of magnitude is really unknowable.

James FishPiper Sandler — Analyst

Yeah, understood. It's still only election day today after all. And then, just some housekeeping items. Can we get a breakdown within the Digital Media business, I know it's in the Q between advertising and subscription? And then, any…

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

Sure.

James FishPiper Sandler — Analyst

…Update as to the cross-selling programs that have been going on in Cloud Services, and if there are any bundles that are especially working well?

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

Sure. So the first one, you're going to see that it's about a 74% for the quarter of performance-based marketing, and the display advertising in video having a slight lead over performance-based marketing about 26% of subscriptions. You will see that on the Q, which hopefully will be filed either Friday or Monday. And Vivek, you may want to address what's been going on in Cloud with some of the bundles.

Vivek ShahDirecteur Général

Ouais. So the — we've been doing a fair amount of testing between our backup, endpoint, email and VPN packaging. We've seen some really good success in some ARPA increase as well as just what we think will be improved retention. It's still early to really understand that because it's — you kind of need a whole contract year to go by. I will also say that we're continuing to look at acquiring new solutions that can be built into the suite. So I mentioned Inspired eLearning, which closed yesterday, which is security awareness training. And so, security awareness training, and for everyone on this call has done it, your company provides to a third party like IeL training around basically not clicking on bad links in emails and on the web. And so, packaging that in, we also think it's going to be an interesting upsell and cross-sell opportunity and it was a piece of our suite that we were missing. The people we compete with, particularly, in email security have all done acquisitions in this space. And so, we're excited to have that as well within the lineup.

James FishPiper Sandler — Analyst

Understood. Congrats again, guys.

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

Merci.

Vivek ShahDirecteur Général

Merci.

Operator

Merci. And the next question is coming from Daniel Ives from Wedbush. Daniel, your line is live.

Daniel IvesWedbush Securities — Analyst

Yeah, thanks. Could you talk about especially on healthcare pharma, I think you tend to see six to nine months in advance on the advertising front, could you just maybe talk about some of those trends that you're seeing obviously stable to strong but just maybe talk about that?

Vivek ShahDirecteur Général

Ouais. Hey, Dan. So the pharma market continues to be very strong. It's — as I've said in the past, it's in two markets, there is the direct-to-consumer market, DTC, and then there is the direct-to-provider market, DTP. On the consumer side, I think increasingly, pharma are shifting dollars from traditional television to digital and so that's why we're seeing double-digit organic growth in our consumer business. As I've said in the past, we're seeing the same dynamic, possibly even more profoundly in our professional business anchored by MedPage where the traditional marketing vehicle or mechanism was — were pharma sales reps visiting pharma — visiting physicians' offices, that really has stopped or come to a pretty significant — to a low — to a small crawl. And that, now they're looking for digital solutions to reach physicians and as I pointed out in our prepared remarks, our position and penetration of physicians is really remarkable. We're neck and neck with Medscape, which had always been the market leader and so we feel very good about that. So we continue to feel bullish about the pharma market, which is material for our media business.

Daniel IvesWedbush Securities — Analyst

Génial. And then maybe, Scott, you could hit this. I mean, obviously, when the pandemic — when pandemic first started and there was a perception from an M&A perspective that was really going to slow you guys down just given the typical model, especially on larger deals. Obviously, we've seen a deal this quarter, but could you maybe just talk about that, I mean, going forward in terms of bigger M&A due diligence to way the team is, have you guys adjusted now it seems to a new norm that won't stop you from larger, much more significant M&A?

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

I think the answer — Vivek may want to chime in. The answer is absolutely yes to that. As you know, and as we pointed out in Q2, we thought it was prudent given all of the uncertainty in both work-from-home for our own company and employees as well as how it would impact not only our own businesses but target businesses we were look at — looking at to put a pause on. But then, as we saw our own success in working from home and the productivity actually remaining very strong, the M&A team began to refocus first on things that we had looked at in the more recent past, so we had some knowledge of it but now, they've gone full bore. I mean, so we are completely engaged in M&A, obviously, we did the few small tuck-ins during the quarter that we already announced as part of an earlier release, of course, we've talked a lot about RetailMeNot.

But I think on a going-forward basis where really, there's the three types of M&A that remain very prevalent. So we have those small deals that are tuck-ins that you saw us do in Q3, those are very much garden variety, easy to execute almost in any environment. I'd say we have a very nice pipeline of the mid-sized deals, think of the BabyCenters, the Spiceworks we did last year and then, we have a group of the more RetailMeNot size deals, some a little larger, some a little smaller. As I always caution people, there is always a lower probability on those deals, some of them are competitive and some of them when we get due diligence, we just cannot affirm the price that is being expected by the seller.

Daniel IvesWedbush Securities — Analyst

Génial. Great quarter. Thanks.

Vivek ShahDirecteur Général

Merci.

Operator

Merci. And the next question is coming from Saket Kalia from Barclays Capital. Saket, your line is live.

Saket KaliaBarclays — Analyst

Excellent. Hey guys, thanks for taking my questions here. Vivek, maybe just to start with you. A lot of talk about RetailMeNot so far, so sorry to beat a dead horse, but I thought the math that you walked through earlier was interesting, I was wondering if you'd just recap it a little bit high level. I think it was about $43 million in incremental revenue per point of take rate improvement. Can you just walk through that math again? And why you think there is room for upside there on that take rate?

And maybe as part of that, sort of reconcile that for me with the commentary around shrink to grow. It feels like that's — there is incremental revenue opportunity, but we've talked a lot about shrink to grow, so can you just recap what parts of the businesses are shrinking, where it seems like a part of the business might actually grow? The…

Vivek ShahDirecteur Général

Ouais.

Saket KaliaBarclays — Analyst

There's a lot, does it all makes sense?

Vivek ShahDirecteur Général

Yeah, it does. Thank you, Saket, for the question and it's a good one. So the way we get at every point equaling $43 million of annual revenue is that RetailMeNot's current annualized retail sales for which it receives a 4% commission is $4.3 billion, so that's simple math. And so the idea is, and as I said, our properties which produce about $1 billion of retail sales so far less than RetailMeNot enjoy a 10% take rate and the difference really comes down to, or you view it as — is producing demand or you view it as preventing cart abandonment. And the way to shift upmarket from cart abandonment to demand — and by the way, both are very valuable, so don't get me wrong, we want to do both and we're excited to have both, but it doesn't mean that you can't, at RetailMeNot, start to present deals versus presenting coupons, and that's the difference.

There is a difference between a user at a checkout experience saying, you know what, I'm going to apply a coupon and it creates a conversion event versus a consumer seeing a deal on a product that they weren't otherwise considering and the fact that the product is a quality deal and a quality product drives them to purchase. And that — and that's more of what our existing assets have accomplished. They didn't start that way, we evolved them. Offers.com was a lot like a RetailMeNot, coupon-driven, we've been able to evolve that asset. So we have confidence in our ability to evolve RetailMeNot.

Then in your question about, well, if that's going to generate incremental revenue, but then they're going to be certain businesses that you start to pull away from, as I said, it's a timing issue. The things we're going to pull away from you can do pretty quickly, right. The things we're going to grow into take time. And so, it's just a matter of what is that timing going to be when we say, hey, listen in-store isn't that attractive for us, let's dial that back, that can happen immediately. The process by which generating content, distributing content, negotiating new rates with retailers, that takes time. That doesn't happen overnight.

So in my mind, you gave us 12 months on this and I think we're going to get to a very interesting place where we have eradicated the revenues that generate no earnings, generate loss and at the same time, we start to see the upswing on our growth initiatives. And this is precisely what we've done in this space a couple of times before, so we have a lot of confidence in it.

Saket KaliaBarclays — Analyst

Got it. Very clear and helpful. Scott, maybe for you for my follow-up. Maybe looking at the organic business, EBITDA in the digital — in Digital Media in particular, was better, I think you mentioned a point earlier, that 40% margin really isn't seen outside of a Q4. They really want to dial into sort of the gross margin piece, because I think that's been up and sort of approaching this 90% level for a couple of quarters now. And so the question is, is this maybe related to some of those BabyCenter synergies for example shining through or is there something related to pricing? I guess I'm trying to understand if we feel that that gross margin excluding RetailMeNot of course, is sustainable organically in your view.

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

Yeah, I think, and yeah, I appreciate the question there. So the answer is sort of, yes, yes, across the board. As Vivek mentioned, and I think we talked about it the last quarter, BabyCenter achieved its integration in terms of its financial integration status earlier than expected. That's only improving, so we're getting the full benefit of that in Q3. Also though, go back to what we talked about in Q2 in terms of the various programs we put in place that affected both cost of goods sold as well as opex. And so, it had to do with, in essence, a complete renegotiation of all of our contracts. So that did affect COGS, we did not to just remind people do a RIF, so it did not affect the employee component of that, but it did affect the vendor piece of it.

And then — so we do think that all, or substantially all of it is sustainable as it relates to the core business, obviously there'll be work to be done to bring those safe programs to RetailMeNot.

Saket KaliaBarclays — Analyst

Got it. Very helpful. Thanks, guys.

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

Merci.

Operator

Merci. And the next question is coming from James Breen from William Blair. James, your line is live.

Jim BreenWilliam Blair & Company — Analyst

Well, thanks for taking the question. Just a couple. Can you just talk about sort of the revenue breakdown in the Digital Media side between the different types of advertising, subscription, etc. and how you've seen that trend in — you'd mentioned, there's strength in gaming. And then, just a couple for Scott, you did do a few other acquisitions in the quarter, wondering if you could tell us on how much you spent on those three? And then also, how much is left on the buyback? Thanks.

Vivek ShahDirecteur Général

Yeah, sure. Let me — well, I'll be quick and start. Just on the advertising side, advertising was up about 10% year-over-year, we had organic growth at Everyday Health and gaming and Ookla. We also did have some benefit from some M&A from prior periods. We do have some challenges on the lead-gen side, on the B2B side, that's still not at the level we'd like it to be. We think this has been the one area the advertising business that's had COVID and pandemic-related challenges.

I want to point out something very important though. We get little to no election advertising and that has been a major boost in the advertising numbers of other Digital Media businesses. So we are performing at this level. Our display is up 13% as part of the advertising, so advertising was display and performance marketing. This is our eighth consecutive quarter of growth. Those who have been around the company a while remember a time when display was a concern and we have gotten past that.

And then, just on the subscription side, media subscription side, we're roughly mid-single digits, which is a deceleration in the media subscription business, part of that is kind of some competitive headwinds in the gaming subscription space, but that's been offset and it doesn't show up here per se but in our increased games publishing at Humble, that's become a much more material and important part of that businesses' strategy, which is to be a publisher of gains versus just to having the subscription service.

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

And then, Jim, in terms of the second question, the deals that we closed during Q3, we spent about $8 million on those, so as you can tell, they're small tuck-ins. This does not include obviously RetailMeNot or IeL, which Vivek mentioned in his opening remarks, we just closed yesterday, which will be Q4 deals. And then, in terms of the stock buyback, we initiated a 10 million share program at the end of last quarter meaning Q2. So we have now purchased 2 million shares under that program, so 8 million shares remain.

Jim BreenWilliam Blair & Company — Analyst

Great, thank you.

Operator

Merci. And the next question is coming from Will Power calling from Baird. Will, your line is live.

William V. PowerRobert W. Baird & Co. — Analyst

Okay, great. Thanks. Yeah, I guess I'll try to fit in a couple of questions here. Maybe just following up just quickly on the media subscription comment. We are looking at kind of mid single-digit growth, does that include Ookla or is Ookla separate from that? I guess I'm kind of curious what you're seeing at Ookla, it sounds like really good download trends. And how can 5G perhaps positively impact that? So just trying to get little more color on that piece of the business to start.

Vivek ShahDirecteur Général

Yeah, so the Ookla business is in — much of Ookla business is inside of that. The advertising portion of the Ookla business is not inside that. It's interesting, we are seeing extraordinarily high levels of testing volume, which is not surprising, obviously, which improves the data set, it doesn't necessarily convert point for point in terms of revenue, but it is strengthening our already strong market position in terms of data capture and we think that as 5G rolls out, you're going to have the same volume of increased testing and I think it will allow us to produce new data sets for which we can charge incrementally. So I do think that will be a tailwind for the Ookla business.

And then, I think, look, the one that you didn't mention but I'm going to mention just because it's related is Ekahau. Ekahau really was impacted by the fact that what it sells really couldn't be used at the height of at least the first wave, which was office buildings being shut down, but we're seeing a really nice recovery there, and I think in understanding that when people do return to offices, the Wi-Fi needs to be as strong as it's ever been as there is still a contemplation that even inside of offices, you're going to have high broadband usage with video conferencing. The video conferencing activity will continue we think to be meaningful, not just because people are working from home because I think when you have the mixture, the hybrid, which is what we're seeing in a lot of businesses where your people in an office, and people at home, they are still going to video conference, and that's going to put more I think strain on broadband networks. And so, a business like Ekahau I think will thrive in an environment like that.

William V. PowerRobert W. Baird & Co. — Analyst

Ouais. Okay, makes sense. I guess second question, Vivek, you had I guess targeted $80 million in EBITDA for RetailMeNot in the next 18-month kind of rough timeframe, I think. Maybe just talk about the key drivers, is that, how much of that's revenue improvement take rate, other things along those lines versus cost opportunities, the strength to grow piece? I'm just trying to get a sense for maybe what the lowest hanging fruit is there and kind of the confidence level of reaching that target.

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

Will, I'd just say it's all of that. I think that the — I think we'll certainly see margin earlier as we deprioritize low to negative margin businesses i.e. shrink to grow. I think we will start to see the benefits of take rate and traffic, but that's going to take longer, that doesn't happen overnight, but it will happen, we believe, within that 12 to 24 month time frame. And then, the gravy would be future M&A on the platform, right.

So in my opinion, there is an order of battle, it's not any different than our typical order of battle and so you go at the things that you can deprioritize first and then you build in the other pieces. And so again, I think by February when we have our next call, I think we'll have a better sense of the pace and timing of the organic opportunities around take rate and traffic.

William V. PowerRobert W. Baird & Co. — Analyst

Great, thank you.

Vivek ShahDirecteur Général

Merci.

Operator

Merci. I would now like to turn the call back to Scott Turicchi for any closing remarks.

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

Merci beaucoup. We appreciate all of you joining us today for our Q3 earnings call, unpacking the results as well as getting a deeper dive on RetailMeNot. As usual, we will be at a number of conferences, albeit virtual between now and the end of the year. So look for press releases to announce those conferences. Also, we will be doing a variety of non-deal roadshow activity virtual, of course. And so, if you have any follow-up questions or interest please reach out to me or to Vivek or to one of our analysts and we'd be happy to facilitate a conversation. And then, we would expect our next regularly scheduled earnings call to be approximately in the second week of February to announce Q4 results and then release 2021 guidance. Merci.

Vivek ShahDirecteur Général

Merci.

Operator

(Operator Closing Remarks)

Duration: 64 minutes

Call participants:

Scott TuricchiPresident and Chief Financial Officer

Vivek ShahDirecteur Général

Cory CarpenterJ.P. Morgan — Analyst

Shweta KhajuriaRBC Capital Markets — Analyst

Nicholas JonesCitigroup — Analyst

Shyam PatilSusquehanna International Group — Analyst

James FishPiper Sandler — Analyst

Daniel IvesWedbush Securities — Analyst

Saket KaliaBarclays — Analyst

Jim BreenWilliam Blair & Company — Analyst

William V. PowerRobert W. Baird & Co. — Analyst

More JCOM analysis

All earnings call transcripts


AlphaStreet Logo



Source link

Il n’a onques été aussi facile d’envoyer un emploi web commerce électronique de à nous jours, il assez de voir le nombre de websites commerce électronique en France pour s’en remettre compte. En effet, 204 000 websites actifs en 2016. En 10 ans, le taux le montant le pourcentage de sites est multiplié par 9. Avec l’évolution des technologies, médias à grand coup d’histoire de succès story, (si dans l’hypothèse ou je vous assure, moi c’est aussi tombé a l’intérieur du panneau) le commerce électronique est longtemps été vu tel que un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le jour dans thématiques.