Les appels de l'IAMAI se rencontrent sur le nouveau système de paiement Google Play Store, Telecom News, ET Telecom


Les appels IAMAI se rencontrent sur le nouveau système de paiement Google Play StoreNew Delhi: les développeurs et les acteurs de la passerelle de paiement critiquant les nouvelles politiques d'achat in-app de Google selon lesquelles ceux qui utilisent Play Store pour vendre des services numériques devront utiliser le système de paiement intégré du géant de la technologie, l'Internet and Mobile Association of India ( IAMAI) a annoncé mardi avoir convoqué très prochainement une réunion de ses membres fondateurs pour délibérer sur la situation.

Google a été confronté à de fortes réactions de la part des développeurs du monde entier après avoir annoncé qu'il appliquerait son propre système de facturation intégré, qui facture des frais de 30% à tous les développeurs d'applications.

Selon l'IAMAI, en tant qu'agrégateur de paiement, actuellement sans licence, mais bientôt sous licence en Inde, Google Billing System peut choisir les instruments de paiement avec lesquels il fonctionnerait et ceux avec lesquels il ne le ferait pas.

"Le nouveau projet de directives RBI sur les agrégateurs de paiement permet également cette liberté. Le facteur aggravant pour de nombreux fondateurs est la politique actuelle de partage des revenus du Play Store", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Google a déclaré lundi dans un article de blog: "Nous avons clarifié le libellé de notre politique de paiement pour qu'il soit plus explicite que tous les développeurs vendant des produits numériques dans leurs applications sont tenus d'utiliser le système de facturation de Google Play.

Le géant de la technologie a ajouté qu'il donnerait aux développeurs d'applications une période de grâce d'un an pour adopter le système, tandis qu'il commencera à appliquer le système de facturation sur les nouvelles applications du Play Store à partir du 20 janvier 2021.

"Tout simplement parce que Google possède la porte et la passerelle vers l'écosystème numérique de ce pays, ils ne devraient pas agir arbitrairement et appliquer leurs règles et réglementations qui sont contraires aux lois de notre pays", a déclaré Vishwas Patel, fondateur de CCAvenues et président du Conseil des paiements. de l'Inde.

"En outre, ils ne peuvent pas forcer les développeurs / propriétaires d'applications indiens vendant des services numériques à utiliser obligatoirement le système de facturation et de paiement de Google et à facturer 30% de MDR", a-t-il ajouté.

Google, pour sa part, a précisé que le changement de politique n'affecterait pas la majorité des développeurs d'applications, car près de 97% de ceux qui vendent des produits numériques utilisent déjà le système de facturation de Play.

"La position de Google devant les tribunaux est qu'elle n'a pas besoin de l'autorisation RBI car elle n'est pas un opérateur de système de paiement et ici, elle oblige les applications indiennes à utiliser uniquement les systèmes de facturation et de paiement propriétaires de Google. Google ne devrait pas exercer sa position dominante, mais plutôt autoriser un niveau terrain de jeu pour tout le monde dans l'écosystème », a déclaré Patel.

Selon l'IAMAI, prima Facie, l'annonce de Google aujourd'hui même si légale n'est certainement pas anodine.

«Pour de nombreux fondateurs de start-up indiennes, cela fait redouter le modèle de partage des revenus pas si ancien et profondément problématique entre les fournisseurs de services VAS (principalement des biens numériques) et les opérateurs télécoms, a-t-il déclaré.

Les opérateurs télécoms ont pris jusqu'à 70 pour cent de part de revenus des sociétés de SAV sous prétexte de découverte, de marketing et de collecte.

"En Inde, 98 pour cent des gens utilisent l'Internet mobile et plus de 90 pour cent des gens utilisent des téléphones Android, ce qui donne à Google le contrôle de nombreuses couches entre les clients et leurs fournisseurs de services", a souligné l'IAMAI.



Source link

Pourquoi composer une boutique sur la toile ?

On voit clairement qu’il est plausible de se lancer dépourvu argent et sans connaissance technique particulière. Je vous conseille de vous lancer en dropshipping et de particulièrement ne pas mettre trop d’argent sur votre site. Il vous faut absolument avoir un budget marchéage pour fonder venir les internautes sur votre boutique : c’est le ligament de la guerre. Car comme nous-mêmes l’ai dit, vous avez la possibilité avoir la plus belle boutique. Sans trafic, vous ne ferez jamais de chiffre d’affaires. Une fois que vous aurez testé, votre marché vous allez pouvoir alors obtenir un stock.