Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats de BBY.N 23-mai-19 12h00 GMT


Richfield 1 septembre 2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats de Best Buy Co Inc jeudi 23 mai 2019 à 12 h 00 GMT

Best Buy Co., Inc. – PDG et directeur

Best Buy Co., Inc. – Consultant

Best Buy Co., Inc. – Vice-président de l'IR

* R. Michael Mohan

Best Buy Co., Inc. – Président et chef de l'exploitation

Oppenheimer & Co. Inc., Division de la recherche – MD et analyste principal

Telsey Advisory Group LLC – Senior MD, directeur adjoint de la recherche et analyste principal de la recherche

RBC Marchés des capitaux, Division de la recherche – Analyste du secteur MD et consommation discrétionnaire

Mesdames et messieurs, merci d'être restés là. Bienvenue à l'appel aux résultats du premier trimestre de l'exercice 2020 de Best Buy. (Instructions pour l'opérateur) Pour rappel, cet appel est en cours d'enregistrement pour lecture et sera disponible vers 13 heures. Heure de l'Est aujourd'hui. (Instructions pour l'opérateur)

Je cède maintenant la conférence à Mollie O'Brien, vice-présidente des relations avec les investisseurs. Allez-y.

Mollie O'Brien, Best Buy Co., Inc. – Vice-présidente des RI (2)

Merci et bonjour à tous. Me rejoignent aujourd'hui à l'appel d'Hubert Joly, notre président-directeur général; Corie Barry, notre directeur financier et chef de la transformation; et Mike Mohan, notre chef de l'exploitation aux États-Unis.

Au cours de la conférence téléphonique d'aujourd'hui, nous discuterons des mesures financières GAAP et non GAAP. Un rapprochement de ces mesures financières non conformes aux PCGR avec les mesures financières conformes aux PCGR les plus directement comparables et une explication de l'utilité de ces mesures financières non conformes aux PCGR sont disponibles dans le communiqué des résultats de ce matin, disponible sur notre site Web. Certaines des déclarations que nous ferons aujourd'hui sont considérées comme prospectives au sens de la loi Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations peuvent porter sur la situation financière, les initiatives commerciales, les plans de croissance, les investissements et les performances attendues de la société et sont soumises à risques et incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement de ces déclarations prospectives. Veuillez vous référer à la publication des résultats actuels de la société et à notre 10-K le plus récent pour plus d'informations sur ces risques et incertitudes. La société n'assume aucune obligation de mettre à jour ou de réviser les déclarations prospectives pour refléter des événements ou des circonstances pouvant survenir après la date de cet appel.

Je vais maintenant céder la parole à Hubert.

Hubert Joly, Best Buy Co., Inc. – Consultant (3)

Merci, Mollie, et bonjour à tous. Merci de vous joindre à nous pour ce qui est mon dernier appel en tant que PDG de cette grande entreprise. Comme vous le savez, nous avons fait une annonce passionnante le mois dernier. Le 11 juin, Corie Barry deviendra la cinquième PDG des 53 ans d'histoire de Best Buy. À ce moment-là, je passerai au poste nouvellement créé de président exécutif du conseil. De plus, le rôle de Mike Mohan sera rehaussé à mesure qu'il passera du poste de chef de l'exploitation domestique à celui de président et chef de l'exploitation de la société.

Je suis très fier de la transition harmonieuse que nous avons décidé de mettre en œuvre, car elle reflète positivement notre dynamique ainsi que l'accent que nous mettons sur le développement des cadres et la planification de la relève. Il est clairement conçu pour assurer la continuité stratégique et du leadership, et je suis reconnaissant aux membres de notre conseil d'administration pour leur diligence et leur soin dans la supervision de ce processus critique.

Avant de partager plus de réflexions sur notre transition à la direction, permettez-moi d'abord de passer en revue nos performances trimestrielles et de faire le point sur nos progrès alors que nous mettons en œuvre notre stratégie Best Buy 2020: Construire le nouveau bleu. Je passerai ensuite l'appel à Corie pour plus de détails sur nos résultats financiers et nos perspectives.

Le premier trimestre a donc été un bon trimestre et un bon début d'année. Nous avons enregistré un chiffre d'affaires de 9,14 milliards de dollars et avons augmenté nos ventes comparables d'entreprise de 1,1%, ce qui correspondait à l'extrémité supérieure de nos prévisions. Nous avons également réalisé une rentabilité meilleure que prévu. Nous avons augmenté notre taux de bénéfice d'exploitation non-GAAP de 50 points de base et réalisé un BPA dilué non-GAAP de 1,02 USD, en hausse de 24% par rapport au premier trimestre de l'année dernière. Et je tiens à remercier nos associés de toute l'entreprise pour leur travail acharné et leur dévouement dans l'obtention de ces excellents résultats.

Avant de discuter des progrès que nous avons réalisés sur notre stratégie Best Buy 2020, j'aimerais partager quelques brèves réflexions sur les tarifs douaniers sur les produits en provenance de Chine. Tout d'abord, permettez-moi de dire que l'administration a jusqu'à présent fait un très bon travail en minimisant l'impact des tarifs sur les consommateurs américains en limitant le nombre de produits de consommation sur les listes tarifaires. Ils l'ont fait en partie en prenant la participation d'entreprises comme nous. Et jusqu'à présent, nous avons été en mesure de minimiser l'impact de ces tarifs en utilisant un certain nombre de stratégies d'atténuation, notamment en achetant des produits avant la mise en œuvre des tarifs et en travaillant avec nos fournisseurs.

Deuxièmement, aucune décision n'a été prise par l'administration à ce stade sur la mise en œuvre effective des tarifs sur des catégories de produits supplémentaires. L'administration suivra un processus complet pour recueillir ses commentaires et nous avons l'intention de participer activement à ce processus pour aider l'administration à continuer de minimiser l'impact des tarifs sur les consommateurs américains. En outre, il est temps que les négociations commerciales progressent avant qu'une décision ne soit prise.

Comme Corie le discutera, nos prévisions budgétaires 2020 intègrent l'impact estimé du récent passage des tarifs de 10% à 25% sur la liste 3. Pour rappel, nous estimons que la liste 3, qui est la liste de 200 milliards de dollars entrée en vigueur en dernier Septembre, ne touche qu'environ 7% de notre coût annuel total des marchandises vendues. La plupart des produits de cette liste sont des accessoires.

Et bien que nous comprenions que la liste 4 telle que proposée est composée de nombreux articles de consommation, y compris de nombreux produits électroniques, nous pensons qu'il est prématuré de spéculer sur l'impact de nouveaux tarifs car il n'est pas clair si la liste 4 sera réellement mise en œuvre, quels produits seraient finalement inclus. , à quel rythme et à quel moment. Mais une chose est, bien sûr, certaine: comme l'ont noté d'autres détaillants, l'impact des tarifs à 25% entraînera des augmentations de prix et sera ressenti par les consommateurs américains. Nous continuerons, bien entendu, de travailler pour minimiser l'impact des négociations commerciales sur les consommateurs américains et continuerons de vous tenir au courant à ce sujet.

Permettez-moi maintenant de vous informer de nos progrès alors que nous mettons en œuvre notre stratégie Best Buy 2020 pour enrichir des vies grâce à la technologie et développer davantage notre différenciation concurrentielle.

Dans le domaine de la santé, nous continuons à faire des progrès à la fois en termes de mise à l'échelle des appareils et services grand public GreatCall et de l'avancement de notre service de surveillance commerciale en mettant l'accent sur les personnes âgées vieillissantes. Notre objectif est de permettre aux aînés de vivre plus longtemps chez eux et de réduire leurs coûts de soins de santé. Nous croyons que la combinaison de la technologie et de notre touche humaine fournie par la capacité d'accéder et d'engager les gens chez eux, est une proposition hautement pertinente et différenciée.

Nous sommes ravis de continuer à développer nos capacités pour soutenir la croissance de cette entreprise. Tout d'abord, nous ouvrirons un troisième centre de soins GreatCall en octobre. Le centre, situé à San Antonio, au Texas, emploiera 400 agents de soins et fournira une assistance téléphonique technique 24/7, des services de conciergerie et des services d'intervention urgente aux clients.

Deuxièmement, ce mois-ci, nous avons acquis une société de services de santé axée sur les seniors appelée Critical Signal Technologies, ou CST, pour aider à développer l'activité de surveillance commerciale. CST compte environ 100 000 abonnés seniors, dont certains accèdent aux services de CST à titre de prestation supplémentaire dans le cadre de leur plan Medicare Advantage. La couverture des plans Medicare Advantage est utile pour la croissance de nos activités commerciales, car elle nous permet de nous engager avec les assureurs et d'intégrer notre service dans leurs plans afin à la fois d'améliorer l'expérience de leurs membres et de les aider à réduire les coûts.

L'acquisition de CST contribuera ainsi à faciliter notre accès et notre pénétration du marché commercial. Nous sommes enthousiasmés par les perspectives de combiner les services et les relations de CST avec l'activité GreatCall existante.

Plus généralement, cette acquisition intégrée avec GreatCall complète nos capacités existantes telles que Geek Squad et In-Home Advisors pour mieux servir à la fois les personnes âgées à domicile et ceux qui les soutiennent comme des payeurs et des fournisseurs.

Au cours du premier trimestre, nous avons également continué à étendre notre programme Total Tech Support, qui offre aux membres un support illimité Geek Squad pour toute leur technologie, peu importe où et quand ils l'ont achetée. Nous continuons à augmenter la base de membres à un rythme régulier tout en exécutant notre feuille de route pour stimuler l'expérience client.

Le déploiement de notre programme de location-vente est un autre exemple du premier trimestre de la façon dont nous élargissons ce que nous faisons pour nos clients. Le financement fourni par notre carte de crédit Best Buy est un avantage important que nous offrons à nos clients, mais il y a des gens qui peuvent ne pas être intéressés à obtenir une carte de crédit ou ne peuvent pas y être admissibles en raison de faibles cotes de crédit ou, dans de nombreux cas, tout simplement aucun crédit. l'histoire.

Notre programme de location-vente offre une autre option en permettant aux clients d'effectuer des paiements périodiques sur une période déterminée, conduisant finalement à la pleine propriété du produit une fois le contrat rempli.

Au cours du trimestre, nous avons lancé l'offre dans 36 États, soit environ 70% de nos magasins et prévoyons de la déployer dans 9 autres États plus tard cette année. Les clients utilisent la possibilité d'acquérir des produits dans une grande variété de catégories, la plus importante étant l'informatique. De plus, nous avons constaté pendant le projet pilote qu'un nombre important de clients choisissent de profiter de l'option d'achat de 90 jours de Progressive Leasing, qui consiste en un paiement initial de 79 $ plus le prix de détail.

L'offre est cohérente avec notre stratégie d'enrichissement des vies grâce à la technologie en ouvrant les expériences que nous proposons à de nouveaux clients qui autrement n'auraient pas la chance d'acquérir le type de solutions que nous vendons. Dans de nombreux cas, cela nous permettra d'attraper les clients dès le début de leur historique de crédit et d'établir une relation avec eux au fil du temps. En plus d'étendre ce que nous faisons pour les clients, nous continuons à faire évoluer la façon dont nous interagissons avec nos clients à travers leurs maisons, nos magasins et numériquement.

Comme nous l'avons mentionné lors de notre dernier appel, nous développons une stratégie globale pour la maison afin de tirer parti de toutes les façons dont nous interagissons actuellement avec les clients à la maison pour créer des relations significatives et différencier davantage Best Buy.

Notre programme de consultation à domicile est l'une des façons dont nous offrons des expériences à la maison aujourd'hui. Le programme continue de se développer et il est clair que nous répondons à un besoin réel de la clientèle. Et d'un point de vue financier, nous continuons à voir des revenus par commande plus élevés et une marge brute plus élevée de ces interactions qu'en magasin et en ligne.

Nous prévoyons d'ajouter un nombre similaire de conseillers cette année comme nous l'avons fait l'année dernière, ce qui nous placerait environ 700 conseillers à la fin de l'année. De plus, nous travaillons à améliorer la productivité de nos conseillers en éliminant les processus manuels afin qu'ils puissent consacrer plus de temps à leurs clients. Par exemple, à partir du prochain trimestre, nous commencerons à automatiser nos processus de proposition et de clienteling et permettre aux clients de discuter en ligne en temps réel avec leur conseiller.

Je voudrais également dire quelques mots sur la façon dont nous transformons notre chaîne d'approvisionnement pour améliorer l'expérience de nos clients. Lorsque nous avons présenté notre plan pluriannuel lors de notre journée des investisseurs en 2017, nous avons partagé notre conviction que la grande majorité de notre assortiment devait être disponible où vous le souhaitez au plus tard le lendemain. Grâce à une combinaison d'initiatives, y compris des partenariats élargis, le déploiement de centres de commerce électronique métropolitains dans les villes clés et l'automatisation, nous continuons d'améliorer notre vitesse de livraison aux clients et d'élargir les options de livraison le jour suivant et le jour même.

Comme nous l'avons partagé au dernier trimestre, nous offrons la livraison le jour même sur des milliers d'articles dans 40 régions métropolitaines. De plus, nous offrons des options de livraison le lendemain dans 60 régions métropolitaines sur les commandes de plus de 35 $ gratuitement sans frais d'adhésion. En fait, les clients peuvent commander jusqu'à 20 heures. à Los Angeles et New York et à 17h30 dans les autres zones métropolitaines et recevront leur colis le lendemain. 77% des clients de Best Buy sont dans un code postal où nous pouvons offrir ce service aujourd'hui et des milliers de SKU sont éligibles.

En plus de nos différentes options d'expédition, tous nos clients ont également la possibilité extrêmement pratique de récupérer leurs produits dans nos magasins dans l'heure suivant la commande. Même avec toutes les options d'expédition améliorées et les améliorations disponibles pour nos clients, ils choisissent de plus en plus de récupérer leurs produits dans l'un de nos près de 1000 magasins. Ainsi, le ramassage en magasin des commandes en ligne représente désormais environ 40% de nos revenus en ligne et est en croissance.

L'automatisation est un élément important de la transformation de notre chaîne d'approvisionnement. Et à partir du quatrième trimestre de l'année dernière, nous avons déployé une nouvelle technologie de mise en boîte automatisée dans notre centre de distribution qui construit des boîtes personnalisées en temps réel pour les produits arrivant sur un tapis roulant. Plus tôt cette année, Barron's a nommé Best Buy n ° 1 sur sa liste des 100 entreprises les plus durables, et cette technologie de boxe de pointe est un exemple de nos efforts en matière de développement durable. En plus de stimuler la productivité, il réduit le gaspillage environnemental en éliminant l'excès de carton ondulé et toutes les charges d'emballage en plastique.

Dans l'ensemble, notre stratégie de chaîne d'approvisionnement consiste à tirer parti de nos actifs de magasins, de centres de distribution et de centres de commerce électronique métropolitains dans une approche de portefeuille. Cela nous permet d'optimiser la vitesse, la commodité et les coûts pour répondre aux besoins des clients au bon moment et au bon endroit. Nous sommes toujours au milieu de cette transformation pluriannuelle, mais nous aimons où nous en sommes et où nous allons.

Bien sûr, nous sommes – nous continuons également à accroître l'efficacité et à réduire les coûts afin de financer les investissements et de compenser les pressions. Au cours du premier trimestre, nous avons réalisé 75 millions de dollars de réduction des coûts et d'efficacité annualisés, ce qui porte le total cumulatif à 575 millions de dollars depuis le deuxième trimestre de l'exercice 2018. Cela correspond à notre objectif de 600 millions de dollars pour l'exercice 2021.

Avant de céder la parole à Corie, je voudrais maintenant dire quelques mots sur notre prochaine transition de direction et mon enthousiasme pour l'avenir de notre entreprise.

Le choix du moment de la transition d'un PDG est probablement plus un art qu'une science. J'ai personnellement estimé que c'était le bon moment pour moi de déclencher cette transition de leadership pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, j'ai senti que nous avions réalisé ce que j'espérais accomplir lorsque j'ai rejoint la société en 2012. Je suis fier de ce que nous avons fourni à nos clients, nos employés, nos fournisseurs, nos actionnaires et nos communautés.

Deuxièmement, je sentais que nous avions construit la profondeur et l'ampleur des talents nécessaires pour faire avancer Best Buy dans le futur. En septembre dernier, nous avons mis en place une nouvelle organisation de leadership en élevant Corie et Mike à de nouveaux rôles avec de plus grandes responsabilités. Depuis lors, j'ai été très impressionné par l'efficacité de notre équipe et de ces dirigeants.

Troisièmement, avec un objectif clair et passionnant d'enrichir des vies grâce à la technologie, nous avons entrepris il y a 2 ans de mettre en œuvre une stratégie axée sur les besoins humains clés en matière de divertissement, de productivité, de communication, d'alimentation, de sécurité, de santé et de bien-être. Nous avons essentiellement atteint nos objectifs de chiffre d'affaires et de résultat opérationnel non-GAAP pour l'exercice 2021 avec 2 ans d'avance sur le plan. Et si nous avons encore beaucoup à faire du point de vue de la transformation, il est clair que nous sommes sur la bonne voie.

Quatrièmement, nous avons annoncé notre intention d'organiser une réunion avec la communauté des investisseurs plus tard cette année. J'ai pensé qu'il était important que les dirigeants qui se tiennent devant ce public pour tracer notre feuille de route pour l'avenir soient l'équipe chargée de faire avancer cette stratégie.

Donc, dans mon nouveau rôle, je continuerai, bien entendu, à diriger le conseil d'administration. Je conseillerai et soutiendrai également Corie sur des questions clés telles que la stratégie, le renforcement des capacités, les fusions et acquisitions et les relations externes. De plus, j'assumerai certaines responsabilités à la demande de Corie dans des domaines comme les affaires gouvernementales, les relations communautaires et le développement du leadership.

En terminant, permettez-moi de dire que je ne pourrais pas être plus enthousiasmé par les opportunités qui nous attendent et confiant dans l'équipe que nous avons bâtie ainsi que dans notre talent, notre culture, notre cœur et notre âme. J'ai hâte de continuer à travailler avec Corie, notre équipe et le conseil d'administration dans mon nouveau rôle, en aidant à conduire notre stratégie et notre transformation avec un objectif en tête: atteindre notre objectif d'enrichir des vies grâce à la technologie, bien faire en faisant le bien.

Je tiens à vous remercier, nos actionnaires et les analystes qui nous couvrent, pour votre soutien au cours des 7 dernières années. J'ai beaucoup apprécié notre dialogue permanent. Nos interactions ont non seulement été stimulantes, mais elles nous ont mis au défi d'être meilleurs en tant qu'équipe de direction et en tant qu'entreprise.

De même, je tiens à remercier mes collègues pour notre collaboration et leur amitié. En travaillant ensemble, nous nous sommes retournés puis avons commencé à développer cette merveilleuse entreprise, et cela a été l'honneur de ma vie professionnelle de travailler avec vous tous comme nous l'avons fait. L'entreprise est entre de bonnes mains grâce à notre nouveau leadership et à la richesse de nos talents. Et je suis convaincu que le voyage que nous avons commencé en 2012 se poursuivra bien dans les années à venir.

Et maintenant, je suis très heureux de passer l'appel à notre directrice financière et future PDG, Corie Barry.

————————————————– ——————————

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – PDG et directrice (4)

————————————————– ——————————

Bonjour à tous. Je suis profondément reconnaissant à Hubert et aux autres membres du conseil d'administration pour leur confiance en moi et leur conviction claire que cette évolution du leadership est dans le meilleur intérêt de Best Buy et de toutes ses parties prenantes.

Il y a près de 7 ans, le conseil d'administration a pris une décision incroyablement bonne lorsqu'il a demandé à un Français sans expérience de la vente au détail de sauver cette entreprise, et il a apporté son cerveau remarquable, son énergie débordante et sa passion profonde au travail. Ma gratitude personnelle envers Hubert ne connaît pas de limites, et je suis ravi de l'avoir à proximité pour lui demander des conseils et des conseils dans son nouveau rôle de président exécutif.

En réfléchissant à mon nouveau rôle, je ne pourrais pas être plus chanceux d'avoir Mike Mohan à mes côtés en tant que président et chef de l'exploitation. J'ai travaillé en étroite collaboration avec Mike au cours des 15 dernières années, et je suis très heureux de continuer à travailler avec lui et le reste de l'équipe de direction dans ce prochain chapitre alors que nous mettons en œuvre la stratégie que nous avons aidé à construire ensemble.

En ce qui concerne mon successeur au poste de directeur financier, nous sommes au milieu du processus de recherche d'un nouveau directeur financier.

Passons maintenant aux détails financiers du premier trimestre. Avant de parler de nos résultats du premier trimestre par rapport à l'année dernière, j'aimerais parler d'eux par rapport aux attentes que nous avons partagées avec vous le trimestre dernier. Sur un chiffre d'affaires d'entreprise de 9,14 milliards USD, nous avons dégagé un bénéfice dilué non-GAAP par action de 1,02 USD. Les résultats du BPA ont dépassé nos attentes et la performance de nos revenus se situait près du haut de notre fourchette de prévisions.

Notre taux de bénéfice d'exploitation a dépassé nos attentes principalement en raison d'un taux de marge brute plus élevé et d'une solide gestion des dépenses. Un taux d'imposition effectif inférieur a également procuré un avantage d'environ 0,03 $ par rapport à nos prévisions de bénéfice par action.

Je vais maintenant parler de nos résultats du premier trimestre par rapport à l'an dernier. Les revenus des entreprises ont augmenté de 0,4% pour s'établir à 9,14 milliards de dollars, principalement en raison de l'augmentation des ventes comparables de 1,1%. Le BPA dilué non-GAAP de l'entreprise a augmenté de 0,20 USD ou 24% à 1,02 USD. Cette augmentation était principalement attribuable à la hausse du bénéfice d'exploitation, qui était attribuable à une rémunération incitative plus faible et à un avantage de 0,06 $ par action découlant de la variation nette du nombre d'actions.

Dans notre segment domestique, les revenus ont augmenté de 0,8% pour atteindre 8,48 milliards de dollars. Cette augmentation s'explique par une augmentation comparable des ventes de 1,3% et des revenus de GreatCall, qui a été acquis en octobre 2018, partiellement compensée par la perte de revenus de 105 Best Buy Mobile et de 12 fermetures de magasins grand format au cours de l'année écoulée.

Du point de vue du merchandising, les principaux moteurs de croissance des ventes comparables ont été les appareils électroménagers, qui comprennent les gros et petits appareils électroménagers, les appareils portables et les tablettes. Ces facteurs ont été en partie contrebalancés par les baisses dans notre catégorie divertissement.

Les revenus en ligne intérieurs de 1,31 milliard de dollars représentaient 15,4% des revenus nationaux, contre 13,6% l'an dernier. Sur une base comparable, notre chiffre d'affaires en ligne a augmenté de 14,5%, après une croissance de 12% au premier trimestre de l'année dernière, principalement due à des valeurs moyennes de commande plus élevées et à une augmentation du trafic.

Dans notre secteur international, les revenus ont diminué de 5,2% pour s'établir à 661 millions de dollars. Cela s'explique principalement par environ 390 points de base d'impact négatif du taux de change et une baisse des ventes comparables de 1,2%. La baisse des ventes comparables était attribuable au Canada et a été partiellement compensée par des ventes comparables positives au Mexique.

Passons maintenant à la marge brute. Le taux de marge brute des entreprises a augmenté de 40 points de base à 23,7%. Le taux de marge brute intérieure était de 23,7% contre 23,3% l'an dernier. L'augmentation de 40 points de base s'explique principalement par l'impact de la hausse du taux de marge brute de GreatCall et de l'amélioration des taux de marge sur les produits, qui comprenaient l'avantage des initiatives d'optimisation de la marge brute. Ces éléments favorables ont été partiellement compensés par des coûts de chaîne d'approvisionnement plus élevés.

Le taux de marge brute non conforme aux PCGR internationaux a augmenté de 80 points de base à 24,2%, principalement en raison d'un taux de marge brute plus élevé d'une année à l'autre au Canada, qui comprenait une amélioration des taux de marge brute dans plusieurs catégories de produits et une augmentation des revenus dans les services à taux de marge plus élevé. Catégorie.

Passons maintenant à SG&A. Les frais généraux et administratifs non conformes aux PCGR de l'entreprise s'élevaient à 1,82 milliard de dollars ou 19,9% du chiffre d'affaires, soit une baisse de 5 millions de dollars et de 10 points de base par rapport à l'année dernière en pourcentage du chiffre d'affaires. Les frais généraux non-GAAP nationaux se sont élevés à 1,66 milliard de dollars ou 19,6% du chiffre d'affaires contre 19,7% du chiffre d'affaires l'an dernier. Les dollars de frais généraux et administratifs sont restés essentiellement stables par rapport à l'an dernier, les charges d'exploitation de GreatCall ayant été principalement compensées par une charge de rémunération incitative plus faible.

Les frais généraux et administratifs internationaux non conformes aux PCGR s'élevaient à 158 millions de dollars ou 23,9% du chiffre d'affaires contre 164 millions de dollars ou 23,5% du chiffre d'affaires l'an dernier. La diminution de 6 millions $ est principalement attribuable à l'incidence favorable des taux de change, qui a été partiellement compensée par l'incidence de l'ouverture de nouveaux magasins au Mexique au cours de la dernière année.

Sur une base non-GAAP, le taux d'imposition effectif de 20,1% contre 20% l'an dernier. Par rapport à nos prévisions, le taux d'imposition effectif était d'environ 250 points de base supérieur aux prévisions, principalement en raison d'un avantage fiscal plus important lié à la rémunération à base d'actions. Du point de vue des flux de trésorerie, nous avons terminé le trimestre conformément à nos attentes.

Nous avons retourné un total de 232 millions de dollars aux actionnaires au moyen de rachats d'actions de 98 millions de dollars et de dividendes de 134 millions de dollars. Notre dividende trimestriel régulier de 0,50 $ par action représente une augmentation de 11% par rapport à l'année précédente. Comme nous l'avons annoncé au dernier trimestre, nous avons l'intention de dépenser entre 750 millions de dollars et 1 milliard de dollars en rachats d'actions au cours de l'exercice 2020.

Au premier trimestre, nous avons adopté une nouvelle norme pour la comptabilisation des contrats de location. L'incidence la plus importante de l'adoption a été la constatation d'actifs de location simple de 2,7 milliards de dollars et de passifs de location simple de 2,8 milliards de dollars, respectivement. La norme n'a pas d'incidence importante sur nos états consolidés des résultats ou des flux de trésorerie.

Enfin, je parlerai de nos perspectives. Nos prévisions initiales pour l'année complète fournies au dernier trimestre reflétaient notre impact estimé des tarifs de la liste 3 à 10%. Aujourd'hui, nous réitérons cette orientation. Il équilibre nos résultats du premier trimestre meilleurs que prévu, le fait que nous soyons en début d'année et notre meilleure estimation de l'impact associé à la récente augmentation des tarifs sur les marchandises importées de Chine.

Plus précisément, je parle de l'augmentation des tarifs de 10 à 25 p. 100 sur les produits de la liste 3 de 200 milliards de dollars qui est entrée en vigueur en septembre dernier. Notre orientation fiscale 20 n'intègre pas de liste 4.

Pour rappel, nos prévisions pour l'exercice 2020 comprennent un chiffre d'affaires de l'ordre de 42,9 milliards de dollars à 43,9 milliards de dollars et des ventes comparables de l'entreprise de 0,5% à 2,5%. Cette prévision de croissance de haut niveau est au-dessus de la meilleure pile de 2 ans en 14 ans et reflète des facteurs tels que le ralentissement cyclique anticipé de la catégorie des jeux sur console traditionnelle et la maturation continue de la catégorie des téléphones mobiles.

Nous prévoyons que notre taux de bénéfice d'exploitation non-GAAP pour les entreprises sera d'environ 4,6%, ce qui est stable par rapport aux taux de l'exercice 2019 et reflète notre objectif d'équilibrer les investissements dans notre stratégie, les pressions dans l'entreprise et les gains d'efficacité. Nous prévoyons que notre taux d'imposition effectif non-GAAP sera d'environ 24,5% et que notre BPA dilué non-GAAP sera compris entre 5,45 $ et 5,65 $.

Enfin, nous prévoyons que les dépenses en immobilisations se situeront entre 850 et 900 millions de dollars.

Je voudrais réitérer les hypothèses reflétées dans nos prévisions annuelles que nous avons partagées le trimestre dernier. Nos investissements, en particulier dans la main-d’œuvre spécialisée, la technologie et l’amortissement accru lié aux investissements stratégiques en immobilisations et aux pressions continues dans l’entreprise, seront en partie contrebalancés par une combinaison de rendements provenant de nouvelles initiatives et de réductions de coûts et d’efficacité en cours. Bien qu'il y ait des variations entre les trimestres, nos perspectives pour l'année complète supposent que la marge brute en pourcentage du chiffre d'affaires sera à peu près stable jusqu'à l'exercice 2019, car les investissements continus dans la chaîne d'approvisionnement et les coûts de transport plus élevés sont compensés par le taux de marge plus élevé de GreatCall.

On s'attend à ce que les dollars de frais généraux et administratifs augmentent en pourcentage à un seul chiffre et restent à peu près stables en pourcentage des revenus jusqu'à l'exercice 2019. L'augmentation des dépenses de GreatCall et les investissements continus dans la technologie et les salaires devraient être partiellement compensés par une charge de rémunération incitative plus faible. nous avons réinitialisé nos objectifs de rendement pour les aligner sur nos attentes pour l'exercice 2020.

Pour le deuxième trimestre en particulier, nous prévoyons les éléments suivants: un chiffre d'affaires de l'ordre de 9,5 à 9,6 milliards de dollars; Croissance des ventes comparables de l'entreprise de 1,5% à 2,5%; BPA dilué non-GAAP de 0,95 $ à 1 $; un taux d'imposition effectif non conforme aux PCGR d'environ 24,5%; et un nombre d'actions moyen pondéré dilué d'environ 269 millions d'actions.

Je voudrais apporter quelques notes de couleur pour Q2. Nous prévoyons que notre taux de marge brute au deuxième trimestre augmentera légèrement par rapport à l'année dernière. Nous nous attendons également à ce que nos dollars de frais généraux et administratifs augmentent en pourcentage dans les chiffres inférieurs à moyens. Cette augmentation des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux devrait provenir principalement de la hausse des charges d'exploitation de GreatCall et de l'augmentation des dépenses publicitaires. Bien que la hausse des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux soit partiellement compensée par une charge de rémunération incitative plus faible, l'avantage par rapport à l'an dernier devrait être considérablement inférieur à l'avantage d'une année à l'autre que nous avons réalisé au premier trimestre.

Enfin, l'acquisition de CST s'est clôturée au cours du deuxième trimestre et a été financée avec la trésorerie existante. Cette acquisition ne devrait pas avoir d'incidence importante sur nos revenus ou sur notre bénéfice d'exploitation non conforme aux PCGR au cours de cet exercice.

Je vais maintenant passer l'appel à l'opérateur pour des questions.

=================================================== ===============================

Questions et réponses

————————————————– ——————————

Opérateur (1)

————————————————– ——————————

(Instructions pour l'opérateur) Nous allons maintenant répondre à notre première question de Brian Nagel d'Oppenheimer.

————————————————– ——————————

Brian William Nagel, Oppenheimer & Co. Inc., Division de la recherche – MD et analyste principal (2)

————————————————– ——————————

Tout d'abord, félicitations à tous pour leurs nouveaux rôles. Très bien mérité. Je me demande donc, si je me limite à une question, où – ne parlez pas du programme de location-vente, Hubert, que vous avez mentionné dans vos commentaires préparés, mais nous avons commencé à le déployer maintenant. Je suppose que la question est que comment – si vous regardez ce programme, quelle pourrait être sa taille? Et le consommateur que vous servez avec cela, est-il vraiment un consommateur supplémentaire de Best Buy? Et comment devrions-nous penser, par exemple, aux ratifications financières de Best Buy à partir de ces ventes?

————————————————– ——————————

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – PDG et directrice (3)

————————————————– ——————————

Oui. Je vais donc commencer et Hubert pourra s'entasser. Je pense que ce que je commencerais en premier, c'est ce que nous voulons offrir, c'est une variété d'options d'achat pour les clients, et nous pensons que c'est vraiment important. Et vous le savez, mais je pense qu'il est important de commencer avec notre carte de crédit de marque, c'est déjà 25% des affaires que nous faisons. Vous pouvez le voir dans n'importe lequel de nos documents. C'est donc en quelque sorte notre point de départ en termes d'options d'achat pour les clients. Ce que nous aimons alors, c'est ajouter Progressive en plus de cela, car à ce que vous cherchez, il y a une autre suite de clients qui pourraient tout simplement ne pas être en mesure de se qualifier pour la carte de marque ou, franchement, ne pas vouloir et aimeraient regarder quelque chose qui est un peu différent. Nous constatons jusqu'à présent que les clients qui s'engagent dans ce programme semblent être supplémentaires par rapport à Best Buy et que ce ne sont donc pas des clients que nous avons nécessairement, pour la plupart, déjà vus ou que nous n'avons certainement pas vus depuis un certain temps.

Et vous avez entendu dans nos remarques préparées, nous sommes maintenant déployés dans près de 700 magasins, 689, donc environ 2/3 en ce moment. Nous espérons que d'ici la fin de l'année, nous pourrons nous déployer dans 9 autres États avant les vacances, ce qui nous permettra de traverser considérablement notre base de magasins. Nous ne le dimensionnons pas pour le moment et comme nous sommes toujours en train de rouler, nous apprenons beaucoup même en roulant. Comme nous l'avons dit dans nos remarques préparées, nous avons roulé à la moitié du trimestre et l'une des choses que nous savons avec certitude est que, à mesure que les magasins sont sur le programme plus longtemps, ils deviennent de plus en plus compétents autour du programme. Et donc nous aimons ce que nous voyons. Nous avons le sentiment que nous répondons vraiment à un besoin client, tout à fait conforme à la stratégie et que nous proposons une toute autre gamme d'options d'achat et nous continuerons de voir comment cela évolue au fil du temps.

————————————————– ——————————

Brian William Nagel, Oppenheimer & Co. Inc., Division de la recherche – MD et analyste principal (4)

————————————————– ——————————

Parfait. Toutes nos félicitations.

————————————————– ——————————

Opérateur (5)

————————————————– ——————————

Notre prochaine question viendra de Joseph Feldman de Telsey.

————————————————– ——————————

Joseph Isaac Feldman, Telsey Advisory Group LLC – Senior MD, Assistant Director of Research & Senior Research Analyst (6)

——————————————————————————–

Congratulations to everybody. I wanted to ask — I noticed inventory was up a little bit. Is anything going on there that you talk about? Maybe it's just bringing in goods ahead of the tariff list? Or just ready for the spring? Or anything with that?

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (7)

——————————————————————————–

Thank you, Joe. A little bit more of the latter, honestly, because if you think about when the tariffs were announced, it was actually very close to the end of our quarter. And so this is really about us making sure we felt like we're in a really good position heading into Memorial Day and then Father's Day and we were light in a couple of spots last year. And so the team had the opportunity to bring in some inventory to make sure we were well set.

The other thing that I would say, I'm incredibly impressed by our merchant demand planning team and the health of the inventory is some of the best that we've ever seen. We have very, very low at risk right now and we've been moving through the inventory at nice pace. So really nothing to read into there. Just preparing for what is a string of kind of secondary holidays that happen during Q2.

——————————————————————————–

Joseph Isaac Feldman, Telsey Advisory Group LLC – Senior MD, Assistant Director of Research & Senior Research Analyst (8)

——————————————————————————–

Got it. And then I know you'd mentioned just part of the SG&A may be being up a little bit in the second quarter. You talked about ad expenses being a little higher. Is there a different strategy that you guys are employing this year to go after some of those like Father's Day, graduation holidays? Or what would be the reason for that?

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (9)

——————————————————————————–

Oui. I think we've liked so far what we've seen in some of our newer brand positioning. And you're absolutely right if we're going to over-index in a quarter, Q2 makes a lot of sense, given the string of secondary holidays we have. You've got Memorial Day, you've got Father's Day, you've got 4th of July, even head into Prime Day later. So you've got a whole spring here, and we feel like if we're going to over-index and look for the return on that spend, this is the right period of time for us to do it and we can lift up some new and refreshed brand messaging. And so we felt like it was important time of the year for us to push a few more of our chips in on that.

——————————————————————————–

Operator (10)

——————————————————————————–

Our next question will come from Mike Baker of Deutsche Bank.

We will go to our next question from Simone Gutman (sic) (Simeon Gutman) of Morgan Stanley.

——————————————————————————–

Simeon Ari Gutman, Morgan Stanley, Research Division – Executive Director (11)

——————————————————————————–

Hubert, only fitting that my name gets like that. I think it happened on the first call that you did a long time ago. So my first question — I guess my only question is, anything surprise you about sales in the first quarter with regard to cadence, with regard to categories? And just drilling into the computing and mobile category, can we talk about laptops, desktop trends and then anything with mobile as far as replacement rate uptick in the category in general?

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (12)

——————————————————————————–

So on the overall sales cadence, it actually played relatively closely to how we thought. So if you remember how we kind of set up the quarter, we said we felt like the consumer environment remained relatively favorable, and I think most metrics would point to that continuing to be a good environment.

We did have a little bit of pause around tax refunds that we mentioned. And if you remember when we were leading into the quarter, refunds, both quantity and amount, were down about 40%. And we said we were still gauging how much of that would come back. You ended up based on the IRS data with tax return total amounts down about 2.4%. So we think that probably led to just a little bit of softness in the quarter, which again was kind of in line with how we guided for the quarter.

And it is important to note, we also — and we said we saw softer-than-expected revenue in International; now that's very much tied to the macro environment there. You can see that GDP is down in Canada and oil prices are struggling. And so you've got a bunch of things happening there that we think are more macro side. But in general, there wasn't anything that was a huge outlier.

In terms of the computing and mobile business, I'm going to take those a little bit separately. Computing, we've kind of been looking at computing and tablets together. We talked about tablets as being an area of strength, but it's a lot of the higher end, higher processing power big-gun kind of tablets, which you can imagine we kind of look at in light of computing. We didn't see a major theme in trajectory there as we think about those categories together. A little bit more strength on the tablet side, a little bit less on the computing side, but we can see people kind of making trade-offs between those 2 spaces.

From a mobile perspective, that was actually just a slightly bit better than we thought it would be, but it was still down year-over-year. And so again that's the category where we've said for a while we kind of have some moderate expectations around growth there. It's definitely maturing, and we continue to see it's a highly penetrated category where there (just isn't a ton of new reasons to buy).

——————————————————————————–

Operator (13)

——————————————————————————–

Our next question will come from Jonathan Matuszewski of Jefferies.

——————————————————————————–

Jonathan Richard Matuszewski, Jefferies LLC, Research Division – Equity Analyst (14)

——————————————————————————–

So Total Tech Support seems to have some nice momentum lately in terms of enrollments and some healthy renewal rates based on our work. Could you just spend some time talking about the bigger picture here and the behavior of a typical Total Tech Support member since you rolled out the program acknowledging the fact that the initiative is still new? So when you're looking at the data, are you able to see a lift in the number of categories that these customers shop after joining or an increase in the number of visits to the store or better online engagement or anything along those trends? And I guess related to that, when do you typically see a ramp in any of these kind of changes? Is it after they utilize the membership a few times or after they renew their membership or some other guidepost?

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (15)

——————————————————————————–

Absolument. So first, I'm just going to take one step back and say, the most important thing around Total Tech Support is we strategically like the relationship it helps us build with our customers. Now what's tricky is that we are just now lapping our nationwide rollout of Total Tech Support. So we're just starting to see in a larger quantity what do renewal rates look like, what does customer behavior look like over a year. And again, with us it's a little trickier because our customers tend to have lower frequency overall than some other retailers. So it takes us longer to figure out what are the longer-term customer behavioral implication.

We talked a little bit about it on the last call. We are definitely seeing nice usage upfront in the program and renewal rates have stuck at the levels we thought they would and so we're seeing usage in line with what we thought, we're seeing renewal rates in line with what we thought. We aren't seeing a ton of surprises, but what we just don't have a lot of data on yet is, is it pushing more purchase behavior, is it keeping people engaged with Best Buy longer? We just need a little bit longer on the program to be able to give you some more information and data around that.

In terms of what we see when we try to ramp programs like this, as you can imagine, it's not just about ramping the program because that has proficiency implications with how we sell at the stores. Our associates have done an amazing job really learning about this program and then helping customers see the true benefit of it. It's a very different service sale than anything we've done historically. And I think our associates have learned a lot over the last year and continue to just get better and better at helping a customer understand why this would be perfect for them.

I think the other thing that we are also doing behind the scenes is continuously trying to improve the customer experience both from a digital perspective, how I can self-help, how I can see what I have, how I can look up how to repair something myself, but also importantly, from how we help you, how we prioritize your service visits and how we make sure we're helping you in the moment as quickly as possible. And so I think you're going to continue to see a ramp in performance here, and it's not just proficiency, it's also how do we continue to add customer value proposition behind the scenes that makes this more and more palatable for customers as a way to engage with Best Buy.

——————————————————————————–

Operator (16)

——————————————————————————–

Our next question will come from Gregory Melich of Evercore ISI.

——————————————————————————–

Gregory Scott Melich, Evercore ISI Institutional Equities, Research Division – Senior MD (17)

——————————————————————————–

Corie, my congratulations, well deserved. So no good deed goes unpunished. Thank you for the tariff information. If you were to look at List 4 now, what percentage of your COGS would that be? It was nice to have the 7% on the current list, but could you help us on that front? And then I had a follow-up.

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (18)

——————————————————————————–

So I think the trick with List 4 is that it hasn't actually — it hasn't been defined, it hasn't even got into place, that is a lot of discussions that Hubert alluded to in his opening statement around what exactly will be included on that list and then it will go into implementation. And so it's very difficult right now given the amount of change that's happening in that list for us to size it at this point. And we haven't come out yet with any sizing on that list. I think Hubert, you might have something to add?

——————————————————————————–

Hubert Joly, Best Buy Co., Inc. – Consultant (19)

——————————————————————————–

Yes, Greg, it's — what I would highlight is that the administration is going to be going through a process of listening. And as I said in my prepared remarks, no decision has been made. I think Secretary Mnuchin yesterday made a comment about the fact that he is going to be very attentive to the impact on consumers. So this is a complex discussion. No decision has been made. Even when decisions have been made, what rate will be applied, to what products, when, the when is going to be very important. And then, of course, we've always assumed that this negotiation process with China would not be linear. And so there is the meeting at the end of June and so forth. So rather than trying to forecast something, I think that our actions today are to be engaged in the discussion process and to be as helpful as we can in support of the administration's goals to minimize the impact on U.S. consumers. So expect us to be very active on this one, with a view to be helpful.

——————————————————————————–

Gregory Scott Melich, Evercore ISI Institutional Equities, Research Division – Senior MD (20)

——————————————————————————–

Maybe given your experience with the washing machine or laundry product tariffs, maybe take us through what you think how that played out and the impact on consumers and any sort of demand response? If you can glean anything from that, that would be helpful.

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (21)

——————————————————————————–

Oui. So the appliances tariff is tricky, specifically washing machines. Definitely, the price increases were certainly, to begin with, passed on directly. Units did decline, but that impact was offset somewhat by higher prices. The hard part is I would not draw comparisons with that category because that's a category — you go buy a washing machine because of duress or need. And it doesn't have the same elasticities of some of the other products that we sell. And so I don't think that that's a great indicator of how behaviorally people will respond, and especially at the different levels 10% to 25%, I think you're going to end up with potentially some different consumer buying behaviors.

——————————————————————————–

Gregory Scott Melich, Evercore ISI Institutional Equities, Research Division – Senior MD (22)

——————————————————————————–

And also across more categories, right, because ultimately people have to make decisions?

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (23)

——————————————————————————–

Correct.

——————————————————————————–

Operator (24)

——————————————————————————–

Our next question will come from Zach Fadem of Wells Fargo.

——————————————————————————–

Zachary Robert Fadem, Wells Fargo Securities, LLC, Research Division – Senior Analyst (25)

——————————————————————————–

I just wanted to talk about the demand you've seen over the years for appliances, home theater, smart home, et cetera. And could you walk us through just how much of your business you believe is related or tied to housing? Whether you see that as a headwind today? And maybe talk about how you see home services fitting into this ecosystem?

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (26)

——————————————————————————–

Oui. So we actually — we've done some correlations with how — we actually don't have a super high correlation to housing. Some of those individual categories might have a slightly higher correlation, but we don't tend to have a very large one in total.

In terms of how we see services playing with those categories, definitely as we've grown larger TVs and large appliances, we've seen services like installation, delivery, those type of services expand materially as we have been able to grow those businesses. And so I think even part of what you're seeing and the reason people like Total Tech Support is it can help them with some of those delivery and installation experiences as they're buying these larger products. And so the nice part is we haven't seen any correlations right now in our business to housing, and we continue to see nice results in those categories.

——————————————————————————–

Hubert Joly, Best Buy Co., Inc. – Consultant (27)

——————————————————————————–

And what I would add, Corie, is that above and beyond what the market does, which we continue to be very excited about and that's the essence of our strategy, is the opportunity to deepen the relationship with our customers. We had highlighted at our Investor Day back in 2017 that our share of wallet of existing customers was around 1/4 and a lot of the initiatives we have underway are designed to strengthen and deepen and broaden the relationship with these customers. And when you have a relatively low market share, which we think is our case, then you are excited about the upside from increasing that penetration, which could very much outweigh any kind of short-term situation in the underlying macro.

——————————————————————————–

Zachary Robert Fadem, Wells Fargo Securities, LLC, Research Division – Senior Analyst (28)

——————————————————————————–

Congratulations as well.

——————————————————————————–

Operator (29)

——————————————————————————–

Our next question comes from Scott Mushkin of Wolfe Research.

——————————————————————————–

Scott Andrew Mushkin, Wolfe Research, LLC – Former MD and Senior Retail & Staples Analyst (30)

——————————————————————————–

I have a question on, I guess, more of a 2-part. Sales drivers, I want to talk about the back half of the year, how you guys are thinking of what can maybe move the needle as we get in the back half. But then I want to think more long term and kind of looking out how we should view some of the strategic initiatives like GreatCall, CST, In-Home Advisor, Total Tech Support, the move to 5G in relation to kind of how you guys are thinking about your longer-term sales growth rate?

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (31)

——————————————————————————–

Oui. So we'll start with the back half. Definitely, some of the consistent sales drivers that we've even seen coming in to the first part of the year here, we continue to see appliances as an ongoing opportunity for us and feel very well situated there. There continues to be interesting innovation in some of the other categories like what we're seeing in smart home and what we're even seeing in innovation. And you can see the different categories at different times. A new wave of tablets creates new interests, some of the new in-home automation parts creates new interest, some of the new TV, even evolutions, continued penetration in 4K and even the ability to see 8K in some of the new technologies, that continues to drive interests. And so I think we just — this combination of continued strength in some of the underlying categories like appliances and then a continued evolution of technology in a few of the other categories. We continue to see a lot of interest in the products that we carry.

Importantly, as we look ahead, I'll spend just a moment on health. I think — and we've said from day 1 even when we had our Investor Day, health is a bit of a longer-term value driver for us, but we absolutely like what we're starting to see in health. And if I could take you back for a second to why is it that we think we're uniquely well positioned in this space and why is it that we've built the relationship with GreatCall, I think importantly, number one, we've always said we feel like it's very in line with our strategy. It addresses that key human need question around health and wellness. And in particular for us, when we're really trying to get pointed around our purpose, this is a very important purpose question around helping older Americans live a more independent life in their homes with the help of technology, which aligns very well to what we're trying to accomplish overall. The space is exciting. There are 50 million people over 65, and that number is going to go 50 — more than 50% in the next 20 years. And so you have a real population of people who would like to have some help.

And then with GreatCall, we felt like we really acquired a great asset with already 900,000 members and already a good profitable business. I think importantly between the 2 companies, now what we're seeing is that we jointly bring to life a number of really interesting value-creation opportunities. We're the only place that has a nationwide footprint of in-home capabilities around technology as well as importantly, the support backbone that keeps those things running over time. We're agnostic across ecosystems, so we'll help you with whatever technology you already have and whatever technology you want to put in.

And as we bring on GreatCall's assets, their ability to help us with the human touch combined with more predictive analytics, it becomes very powerful because then you can not only start to see major medical events might happen, but we can — we have some of that human intervention that also is helpful. And so I think we're continuing to build on that thesis, and I think you can hear us every time we talk to, we get a little bit more clear about the space that we play in that we feel like no one else can. That being said, it's going to take us some time to continue to build the capabilities and then to build the footprint.

Right now, we just have a few small kind of publicly announced partnerships with Senior Whole Health of Massachusetts and long-term care insurer, CNA, which is one of the largest U.S. commercial property and casualty insurance companies. And those are a couple small proof points, and we're going to continue to try to build on those over time. I think that's likely a longer-term thesis for us, but a very exciting one in terms of a unique space where we have capabilities.

As I think about other growth mechanisms like 5G, I might actually turn it over to Mike and ask him to add a little color to what we think that could do for us.

——————————————————————————–

R. Michael Mohan, Best Buy Co., Inc. – President & COO (32)

——————————————————————————–

Scott, it's Mike. You brought up IHA and 5G, and they both apply in different ways, but we think there's some good excitement. I will start with IHA. We already know it's an incremental part to our business, and it just helps us build a deeper relationship with our customers and expand the share of wallet. So if I look at that going forward, it's an area we think we just started — we're in the first few innings of what that could look like to drive a longer, deeper relationship with customers across a whole host of products and services.

When I think about 5G, it's a place for us where we're really in a good spot to help our carrier partners and OEMs bring new technology solutions to life because this one's going to get rolled out market by market and you're going to need an environment where you can actually get into people's homes, get into people's businesses with qualified and trained teams and then use our stores for opportunities to showcase what's possible with a higher network speed zone. We're optimistic about it. It's just starting, and we think it's going to be a great journey to be a participant in.

——————————————————————————–

Hubert Joly, Best Buy Co., Inc. – Consultant (33)

——————————————————————————–

And then of course, in terms of specific numbers, that's why we have this meeting in September in Q3, where the team will have the opportunity to try to update long-term prospects, and that's something we had announced on our call at the end of February.

——————————————————————————–

Operator (34)

——————————————————————————–

Our next question will come from Scot Ciccarelli of RBC Capital Markets.

——————————————————————————–

Robert Scot Ciccarelli, RBC Capital Markets, Research Division – MD & Consumer Discretionary Sector Analyst (35)

——————————————————————————–

Unfortunately, I do have another tariff question. Corie, you have highlighted that tariffs were expected to impact about 7% of your COGS. I guess what I'm trying to figure out is, of that 7% exposure, can you help us understand how much of your mitigation process was handled or managed through vendor negotiations, basically pushing that price increase, if you will, back on to the vendors? And then how much was handled through you guys having to increase prices, just so we can kind of think about how the forward tariffs may work?

——————————————————————————–

Corie Sue Barry, Best Buy Co., Inc. – CEO & Director (36)

——————————————————————————–

Oui. So I'll try to give some color. We talked last time about some of the ways that we are going to try to mitigate tariffs. And we broke it down into a few buckets. In some cases, we obviously have worldwide vendors who might make some decisions to push that across their whole worldwide business. In some cases, we also know that we have vendors who would absorb costs as a way to retain some of the business. And then in some cases, people already moving supply chains, moving the business around, finding other ways to bring things in. And then finally, there is the question of increasing cost.

I think what's difficult is at 10% for that List 3, there are — you have a much greater ability to influence using these variety of methods. And even the absorbing method becomes easier because at 10%, and you're not sure if it's an extended period of time or a limited period of time, you might be willing to absorb that. As you move to 25%, the discussion becomes quite different because there is a much lower likelihood that you can absorb that as a vendor completely and you have to really think differently about how quickly you can actually move your supply — move your distribution. And it takes longer in the consumer electronic space.

And so I wouldn't say that what we've seen in the 10%, where I think we haven't seen as much of an impact, is applicable to the 25%. Hubert said at the prepared remarks, at a 25% level, there will be higher prices for consumers. Now what's tricky, and I think you predict from a variety of retailers, is figuring out SKU by SKU, vendor by vendor, which of those tactics are going to work and which aren't and then how that will actually play into the back half. So that's the work the team is doing and definitely, we did our very best to try to size it, but there is still a lot of work to do there.

——————————————————————————–

Hubert Joly, Best Buy Co., Inc. – Consultant (37)

——————————————————————————–

And I certainly want to comment the skills of our merchant teams, of course and given the size of the U.S. market — size of Best Buy in this market and these things do a wonderful job of navigating these wars and that's one of the — when I talk about the depth and breadth of talent of the company, that's clearly one of the areas where we have a wonderful asset.

And looking at the clock, and this is not only my last call as CEO, but the last minutes of my last call as CEO and before we end the call, let me bluntly say this. I'm clearly passing the baton, which is a French word, to Corie and her team with a very happy and a full heart and with a strong conviction that the right team is in place for this pivotal moment in Best Buy's history, and I very much look forward to watching Corie and her team do their magic. So my thanks to all of you. Have a great day. Thank you.

——————————————————————————–

Operator (38)

——————————————————————————–

Ladies and gentlemen, this concludes today's question-and-answer session. And this concludes today's call. Thank you for your participation. You may now disconnect.



Source link

Pourquoi composer une boutique virtuels ?

Il n’a ne été aussi facile d’envoyer un profession web e-commerce de nos jours, il assez de voir le nombre de plateformes web e-commerce en France pour s’en renvoyer compte. En effet, 204 000 websites actifs en 2016. En 10 ans, le nombre de sites a été multiplié par 9. Avec l’évolution des technologies, média à grand coup d’histoire de succès story, (si dans l’hypothèse ou je vous assure, mon nom c’est aussi tombé a l’intérieur du panneau) le e-commerce a longtemps été vu tel que un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le jour dans de nombreuses thématiques.