Transcription de l'appel aux résultats du deuxième trimestre 2020 de Companhia Brasileira de Distribuicao (CBD)


Logo de casquette de bouffon avec bulle de pensée.

Source de l'image: The Motley Fool.

Companhia Brasileira de Distribuicao (NYSE: CBD)
Appel aux résultats du T2 2020
31 juil.2020, 21h30. ET

Contenu:

  • Remarques préparées
  • Questions et réponses
  • Appelez les participants

Remarques préparées:

Opérateur

Bonjour et merci d'avoir attendu. Bienvenue à la conférence téléphonique de GPA pour présenter les résultats du deuxième trimestre de 2020. Cet événement est également diffusé par webcast, accessible sur www.gpari.com.br. Avec la présentation respective, la sélection de diapositives sera gérée par vous. Il y aura une fonction de rediffusion pour cet appel sur le site. Nous vous informons que le communiqué de presse de la société est également disponible sur son site Internet IR. (Instructions pour l'opérateur)

Avant de continuer, permettez-moi de mentionner que des déclarations prospectives sont faites en vertu de la sphère de sécurité du Securities Litigation Reform Act de 1996. Les déclarations prospectives sont basées sur les croyances et les hypothèses de la direction de GPA, et sur les informations actuellement disponibles sur la société . Ils impliquent des risques, des incertitudes et des hypothèses, car ils se rapportent à des événements futurs et, par conséquent, dépendent de circonstances qui peuvent ou non se produire dans le futur. Les investisseurs doivent comprendre que les conditions économiques générales, les conditions de l'industrie et d'autres facteurs d'exploitation pourraient également affecter les résultats futurs de GPA et pourraient faire en sorte que nos résultats diffèrent sensiblement de ceux exprimés dans ces déclarations prospectives.

Je voudrais maintenant céder la parole à Mme Ana Carolina Bastos, responsable des relations avec les investisseurs de la société.

Ana Carolina BastosResponsable des relations investisseurs

Bonjour et bienvenue à notre conférence téléphonique. Je tiens à vous remercier tous pour votre temps et votre participation et j'espère que vous êtes tous en bonne santé et en sécurité. Nous avons Ronaldo de notre conseil d'administration; Peter, notre PDG, Christophe, notre directeur financier; Belmiro, PDG d'Assai et PDG de Multivarejo. Une brève représentation de notre présentation du deuxième trimestre, puis nous allons ouvrir pour questions et réponses.

Je voudrais maintenant donner la parole pour nos premières considérations à notre PDG.

Peter Paul Lorenco EstermannDirecteur Général

Bonjour mesdames et messieurs. Et merci beaucoup d'avoir participé à nos résultats du deuxième trimestre. Je ferai une brève introduction, puis je laisserai Christophe continuer avec les informations détaillées, suivi de Faical et Belmiro qui aborderont le développement d'Assai dans les opérations de vente au détail. Je voudrais commencer à souligner que nous avons clôturé notre deuxième trimestre avec un chiffre d'affaires brut consolidé de 22,9 milliards de BRL, soit une croissance de 61,1% du chiffre d'affaires total. C'est la conséquence d'un travail plus fort sur les opérations de Multivarejo, d'une performance Assai plus forte et d'une performance positive de nos opérations, la collaboration à nos activités qui a conduit à une diminution de nos dépenses nous menant à nos résultats actuels. Nous voyons l'EBITDA augmenter dans toutes nos activités avec des marges très saines. Nous constatons une amélioration opérationnelle et une activité de notre stratégie commerciale, grâce à notre travail plus soutenu au cours des derniers mois en ajustant notre portefeuille de magasins avec les conversions à Assai, Extra, certains magasins de rénovation. Et je vous rappelle que la proximité en performance depuis plusieurs trimestres, notre plante à la croissance, grâce à notre plateforme digitale, qui est un levier très important pour nos résultats. Un tel ensemble d'actions nous a conduit à un résultat net de 274 millions de dollars avec cette croissance de plus de 322% par rapport au deuxième trimestre 2019. Je tiens également à souligner nos investissements consolidés à très fort volume, ce qui est trop en avance sur le volume plus élevé. Qu'en est-il des opérations brésiliennes? Belmiro va entrer dans les détails à ce sujet. Mais Assai a montré une maturation rapide des magasins ouverts au cours des 24 derniers mois, soit 1,9 milliard de BRL de plus que l'an dernier avec une croissance de 26,4 de notre chiffre d'affaires total. Et le cash and carry est très résistant montrant une grande capacité à s'adapter au scénario actuel, en s'adaptant aux besoins de nos clients.

Assai son équipe est très efficace et affirmée. Multivarejo nous voyons 20,7% hors pharmacies avec une très bonne performance toutes marques et une très forte tentative sur les sous-marchés. Le e-commerce a quasiment quadruplé au cours de ce trimestre sur une base déjà assez élevée et ceci est le résultat d'un travail très constant de productivité, d'efficacité opérationnelle avec un service renforcé pour livrer nos services. Si nous essayons de comprendre notre activité numérique annuelle en tenant compte du commerce électronique et de la livraison James, qui est notre application de livraison, nous pourrions atteindre 0,5 milliard de BRL. Et ici, nous parlons – nous ne parlons plus d'une initiative de démarrage. Nous parlons ici d'une entreprise avec un revenu très important dans le secteur alimentaire. Et pas seulement cela, c'est une entreprise très rentable. Notre activité e-commerce a aujourd'hui une marge beaucoup plus élevée, la moyenne du marché de détail et ceci est le résultat d'un travail sur lequel nous travaillons depuis trois ans. Nous avons des coûts et nous faisons de notre mieux pour maintenir un très bon niveau de services. Quant aux opérations internationales. nous avons clôturé notre deuxième trimestre avec des résultats positifs en Colombie même compte tenu des adversités qui sont un réflexe de restrictions de circulation tant que nous avons tout cet isolement. En plus d'une performance élevée en Uruguay, qui est le deuxième marché le plus élevé en termes de performance. Le commerce en ligne est un levier de croissance très important. La plate-forme omnicanale a enregistré un trafic quatre fois plus élevé en Colombie au deuxième trimestre par rapport à l'année précédente, et une croissance du commerce électronique de 191% sur les ventes, plus de 40 millions de visites et quatre 14,7 participations à l'entreprise très réussie et 11,1% à juste en le secteur alimentaire et c'est une référence très importante en Uruguay a connu une croissance du commerce électronique de 116%.

Ce sont des formats très innovants en croissance de 15,3%, Khadija repère une croissance de 27% et tous ces modèles ils collaborent fortement pour des résultats positifs pour le groupe dans son ensemble. La pandémie force des changements importants pour le groupe GPA et des changements rapides pour différentes raisons où nous devons atteindre un niveau différent avec un regard différent. Il s'agit d'un niveau très typique affectant tous les niveaux de consommation et de production et qui ne serait pas différent dans le segment du commerce de détail qui a été largement impacté. Nous avons dû comprendre et déployer différents canaux opérationnels, atteindre la différence en anticipant nos actions dans un délai d'un ou deux ans, protéger nos collaborateurs, prendre soin de nos clients et de tous ceux qui sont avec nous – qui sont nos consommateurs. Nous avons gardé nos services à notre population – les services essentiels ont été maintenus à nos services avec le confort et la sécurité. C'est un nouveau look, c'est une nouvelle tentative, une nouvelle façon de penser et de servir nos clients. Une autre façon de consommer. Nous avons maintenant des habitudes différentes, acheter via internet pour que cela fasse partie de notre routine ne se fait pas que de temps en temps. Maintenant, nous achetons tout de la viande, des légumes, des boissons, du riz et des haricots, tout est acheté en ligne. Nous avons de nouveaux utilisateurs, ceux qui avaient l'habitude d'acheter en ligne et qui avaient maintenant augmenté leur fréquence et le ticket moyen a également augmenté. Nous avons une vision très positive de ce canal de commerce électronique et le domaine d'exploitation maintenant du complexe alimentaire est une marge concurrentielle très importante, qui sera – encore plus notre canal numérique à court terme. Dans ce contexte, nous avons des marques vraiment fortes. Nous voulons offrir la commodité, là où la livraison, nous voulions étendre notre purée où nous pouvons offrir du temps de partage, nous voulons offrir un service intégré très opportun à notre entreprise.

Nous avons confirmé chaque jour une stratégie multicanal, multirégionale et multiformat visant à l'aligner sur notre robuste système éco-numérique, ce qui nous amène à un niveau très différent pour différentes étapes avec une très grande cohérence. Nous sommes pleinement conscients que notre stratégie commerciale doit faire face à la nouvelle dynamique d'achat et de vente, qui nous aidera à continuer à être très rentables et à préserver notre trésorerie et à prioriser le niveau de services que nous avons dans notre objectif. Le travail que nous avons accompli pour structurer notre entreprise et l'entreprise a conduit aux résultats que nous présentons ici aujourd'hui. Nous sommes totalement convaincus que nous suivons la bonne voie. Nous nous sommes bien préparés, à nous adapter et à faire face au scénario dans les mois à venir, malgré toutes les incertitudes dont vous êtes conscient. Je remercie notre équipe pour l'effort qu'elle a fourni. Ils ont été totalement dédiés aux défis. Ils ne se lassent jamais. Ils sont en première ligne dans nos magasins et nos centres de distribution. Mais ils sont également dans différents domaines de soutien opérationnel et dans les bureaux. Je vous remercie tous. Et allons de l'avant avec force et discipline, afin que nous puissions faire face aux prochains défis.

Je cède maintenant la parole à Christophe. Il fera sa présentation sur les résultats financiers.

Cristophe José HidalgoDirecteur financier et directeur des relations avec les investisseurs

Merci, Peter. Bonjour à tous. Merci d'avoir participé à notre appel. Je vais commencer ma présentation en abordant les points saillants de nos résultats consolidés. Je commencerai par la diapositive numéro 10, où nous pouvons voir les résultats consolidés, avec une croissance expressive du chiffre d'affaires global de plus de 61% avec 19,3% en pro forma, totalisant près de 23 milliards de BRL de ventes brutes au deuxième trimestre. Des réalisations d'importation ont été observées pour l'ensemble du groupe avec un point culminant sur la bonne performance des ventes de GPA Brésil, avec une croissance globale de 21,1%, ce qui est supérieur à la performance du marché sur cette période. C'est le résultat de l'expansion réussie d'Assai et de la solide consolidation – je suis désolé – de notre système numérique. La Colombie, l'Uruguay et l'Argentine ont connu une croissance constante des opérations, malgré un scénario avec beaucoup de verrouillage, et des limitations aux mouvements et aux mouvements communs de la population. Ainsi, au Brésil et à l'international, nous avons également eu des résultats consolidés positifs. C'est un pilier stratégique important, et c'est une opération qui s'est avérée rentable pour l'entreprise. La marge brute était de 60% supérieure à celle de la même période l'an dernier. Les marges brutes atteignent en fait 21,7%, reflétant la deuxième meilleure marge de Multivarejo. Cela indique les marges constantes présentées par Assai, ainsi que la forte contribution d'Exito. Les dépenses ont diminué au cours du trimestre. Il s'agit d'une diminution importante de nos frais fixes, en raison des niveaux de ventes élevés atteints et qui se conjuguent aux efforts de réduction des dépenses dans toute l'entreprise. L'EBITDA a augmenté de 83% pour atteindre une marge de 6,6% supérieure d'un point à celle de l'an dernier, confirmant une tendance positive des opérations tant au Brésil que dans le groupe Exito. Nous avons clôturé le premier trimestre avec un bénéfice net, hors effets des ventes de Multivarejo de l'année précédente et donc, le bénéfice net a atteint 274 millions. Il s'agissait d'une multiplication par quatre, en fait encore plus élevée que lorsque nous la comparons à l'année précédente. Cela démontre les améliorations opérationnelles observées dans toute l'entreprise, les stratégies affirmées adoptent dès le début de l'année. A la fin de ce trimestre, nous avons obtenu de bons résultats. Je vais commenter un peu la performance d'Exito, et je vais passer à Belmiro qui en parlera.

Belmiro je te retourne?

Belmiro de Figueiredo GomesDirecteur général de Cash and Carry Business

Merci Christophe. Merci, Peter. Bonjour à tous. Merci d'avoir participé à notre conférence. Peter a mis en évidence notre rapport ainsi que Christophe. Nous avons eu le meilleur trimestre avec 1,9 milliard, près de 2 milliards, par rapport au même trimestre l'année dernière dans le scénario actuel que nous traversons, et bien sûr, pour nous, cela a été un jalon très important et c'est aussi un résultat des stratégies qui ont été lancées auparavant au tout début de l’année et avant le début de la pandémie. Nous avons un scénario très difficile, surtout parce que l'impact sur notre service était très peu pertinent. Les utilisateurs de notre chaîne, qui ont une forte participation dans nos espaces de vente avec les écoles, les garderies, les hôtels et tout, ont tous souffert de l'impact de la pandémie. Et donc cela affecte les volumes de ventes et les volumes de stock. Nous avons défini des stratégies pour aboutir à un gain de ventes, Assai a vendu beaucoup, a atteint de nouveaux clients. Alors qu'en plus de compenser les autres clients qui n'achetaient pas, de nouveaux clients sont arrivés. Nous avions des activités très fortes. La chaîne a continué à travailler avec de petits et très petits entrepreneurs. Et cela nous a permis de poursuivre nos activités. Il y avait un mouvement très fort également dans le domaine de l'emballage. Pour que vous ayez une idée, nous avons vendu de 2 à 3 millions de dollars de produits par mois. Nous avons eu une augmentation et fonctionné avec une moyenne d'actualisation de 20% et par conséquent, nous avons opéré sans profit dans certains domaines, afin que nous puissions être plus proches de nos clients. En plus de cela, nous avons des produits spécifiques qui sont spécifiques. Et ils ont reçu une attention toute particulière dans certains produits, par exemple le riz, nous pouvons le vendre au consommateur final, mais cela ne peut pas être fait pour la margarine et l'huile, et d'autres. Nous avons donc créé une promotion spéciale pour nos clients. En plus des aspects très positifs devant ce public, nous reprendrons nos activités et nous aurons une participation accrue. Et ces dernières semaines, lorsque nous avons rouvert, nous avons pu démontrer une stratégie très affirmée.

Nous avons également eu des activités de soutien et dans l'État de Bahia, nous avons eu une distribution avec un gouvernement d'État et distribué plus de 200 000 paniers alimentaires de base. Et nous avons aidé le gouvernement de l'État à distribuer. Nous avons également fait un effort pour répondre aux demandes des personnes physiques qui voulaient donner de la nourriture. Tout cela était basé sur un mouvement de solidarité. Nous avons distribué un panier de base de près d'un million de dollars qui nous a aidés à créer une image positive auprès d'un client et nous a également fourni une base pour reprendre nos activités. Avec cela, nous échelonnons les ventes historiques de 9 milliards de BRL au deuxième trimestre. Pour vous donner une idée, ces 9 milliards de BRL, soit 8% de plus qu'au quatrième trimestre de l'année dernière, témoignent de l'affirmation d'Assai et surtout de la conquête de nouveaux clients. Je voudrais également souligner que nous sommes touchés par le soutien du gouvernement au public plus informel. Ce public n'a pas acheté et ne peut pas acheter ses achats mensuels. Et ils ont pu voir à quel point c'était bon pour eux de pouvoir acheter de plus grandes quantités. Et la perception des prix inférieurs avec lesquels notre chaîne fonctionne par rapport aux chaînes supplémentaires est beaucoup plus affirmée que lorsque nous achetons pour remplacer dans le mois. Donc, au cours de cette période au cours des cinq dernières années, nous avons eu un taux de nouveaux clients moins élevé. En plus de cela, les nouveaux magasins qui ont été ouverts l'année précédente, surtout par rapport à l'année dernière et l'année précédente, nous avons continué à investir fortement avec des prix bas et la vente d'Assai. Nous avons déjà une participation importante. Mais nous avons également un grand marché dans l'état de Maranhao. Nous traversons donc une phase très importante où nous nous développons ou pratiquons.

Et en cette période de pandémie, nous avons gardé nos prix bas, nos stratégies, nos services, en essayant d'être plus proche du client en termes de prix, que ce soit le consommateur final ou une entreprise. Cette stratégie s'est avérée bien fonctionner, malgré toute la situation actuelle avec les écoles, les églises, toutes fermées. Nous avons eu un volume de ventes supérieur aux attentes atteignant 26,5, 26,4 je suis désolé, contre l'attente que nous avions au début de l'année pour croître de 20%. Le bénéfice brut a augmenté de 26% par rapport aux années précédentes. Et même avec une pandémie et la perte de ce canal, nous avons eu une augmentation des ventes de 10%. Nous n'avons pas pu obtenir une croissance plus élevée car différentes activités ont entraîné une diminution du nombre de personnes à Assai car vous suivez probablement nos résultats, la meilleure performance par mètre carré du marché était supérieure à 4000, et évidemment chaque fois que nous avons des restrictions. mesures, nous en subissons également l’impact. Nous avons donc suivi toutes les recommandations du gouvernement, mais vous pouvez avoir une idée que nous ne pourrions pas énumérer tous les défis auxquels nous avons dû faire face au deuxième trimestre. Et pour ceux qui travaillent dans plus de 22 États et capitales, différentes capitales, nous avions une stratégie très réussie avec une augmentation de 10%. Et sans une limitation du nombre d'employés, nous aurions eu des résultats encore meilleurs, car nous devons prendre en compte des facteurs tels que l'espace de stationnement et des choses comme ça. Nous avons donc eu une légère baisse par rapport à l'année précédente.

Mais nous avons eu un gain de part. Cela a été fait au deuxième trimestre, la chaîne a augmenté de 18% et nous avons augmenté de 26,4%. Et cela – mais l'Assai est très fort par rapport à tous les autres acteurs et nos concurrents. Et les dépenses? Nous avons eu des impacts car nous avons dû réduire la capacité de nos magasins, car nos temps de magasin étaient, en quelque sorte, réduits et des investissements supplémentaires étaient nécessaires dans notre secteur quel que soit le service et nous devons être très prudents avec nos fournisseurs, avec nos collaborateurs , et nous avions un plus grand nombre d'employés temporaires, car certains de nos employés étaient absents à cause de la pandémie. Et comme nous nous y attendions, nous avons eu une augmentation du nombre de consommateurs individuels. Même si nous avons déployé un certain nombre d'efforts, de partage des réalisations et des dépenses, ils sont passés de 9,7 l'an dernier à 9,1 cette année. Notre EBITDA augmente désormais de 7%. Ainsi, nos ventes ont augmenté de 26, et notre EBITDA de 30%, et notre taux passe de 7% à 7,3%, ce qui représente un impact très significatif car nous ouvrons plus de 39 nouvelles adresses et notre activité de représentation et notre mission est assez importante en les conditions des nouveaux magasins représentaient 17% de nos ventes, elles sont une conséquence de nos nouvelles unités. Si la pandémie – nous n'avons pas eu d'impact sur les opérations de nos clients. Nous avons réussi à maintenir nos politiques de prix bas. Même ce sont des catégories telles que le secteur alimentaire, c'est un secteur qui n'a pas changé ses prix, et on évite autant que possible l'augmentation des prix. Et au cours du troisième trimestre, nous nous sommes rencontrés – l'idée est de continuer à gagner la participation du point de vue des consommateurs et de gagner à nouveau cette part de marché.

Nous avons eu deux nouvelles ouvertures, ou notre première unité dans l'État de Maranhao et une autre dans l'État du Mato Grosso do Sul, et nous avons un calendrier très renforcé pour de nouvelles ouvertures pour ce deuxième semestre Notre première unité sera ouverte dans l'État de Roraima et de la ville de Boa Vista. Cash and carry canal qui était un canal – qui était très rentable pendant les pandémies. Et nous nous attendions à ce que le canal cash and carry soit désormais plus solide en raison d'un certain nombre de problèmes. En raison de l'évolution des prix et des problèmes économiques, nous sommes pleinement convaincus que le care cash and carry est un canal qui continuera de croître au Brésil et de nouvelles unités seront ouvertes d'ici ce semestre, où de nouveaux points de vente devraient ouvrir d'ici l'année prochaine. En fait, 40 nouveaux points de vente prévoient d'ouvrir d'ici 2021. Et nous devons remercier profondément notre équipe, qui a consacré son temps pendant cette période très difficile. Mais ils ont pleinement consacré leur temps en première ligne pour pouvoir travailler plus dur pour – travailler dans le secteur alimentaire en première ligne pour pouvoir travailler plus dur pour ouvrir ce nouveau point de vente. Je dois donc vous remercier tous pour votre temps et votre dévouement. Assai a une culture très forte et l'engagement de l'équipe est tout simplement incroyable et cela a été confirmé dans les opérations commerciales, les clients des ressources humaines, la satisfaction des consommateurs, la gestion, l'administration, les affaires, tout le monde a collaboré profondément et un effort conjoint a répondu à ces résultats positifs. Merci beaucoup pour cet effort conjoint et nos ventes ont vraiment doublé pendant cette période. Donc, nous sommes vraiment reconnaissants à vous tous pour ces résultats très efficaces et positifs. Merci à votre travail acharné. Toujours à propos d'Assai et pour clôturer, nous avons enregistré une amélioration de 53% sur les 13 premiers lots de ce projet, qui a doublé leurs ventes dans les magasins Pao de Acucar.

Ces unités ils sont principalement concentrés dans la campagne de l'état de San Paolo, et principalement autour de ces trois nouveaux magasins. Le modèle de supermarché est un format très important. Et il y a une habitude à changer ces dernières années. Dans nos magasins Pao de Acucar, ils changent de format et nous allons continuer. L'idée aujourd'hui dans l'état de San Paolo est d'améliorer nos revenus et le secteur, dans son ensemble, a un chiffre d'affaires de 100 milliards de BRL. Les grandes entreprises ont la responsabilité de détenir la part de ces revenus, et cela représente une belle opportunité pour notre groupe de continuer à s'améliorer. Il s'agit d'un format à faible coût. Les 13 premiers magasins avec lesquels ils travaillent ont un chiffre d'affaires d'exploitation inférieur à 5%. Et ce faible niveau de dépenses nous fait croire que c'est le bon format, en particulier pour les villes de campagne de l'état de San Paolo. Cela a été très efficace et nous sommes convaincus que ce format d'achat et de vente est le format approprié pour notre meilleure pénétration. Nous avons également redémarré les opérations de livraison dans l'opération d'achat et de vente. Il s'agit d'un canal très important, qui ne complète pas seulement les magasins qui se trouvent dans les villes de plus de 170 millions d'habitants – 107 000 habitants je devrais dire.

Je devrais remercier l'équipe pour toutes les réalisations actuelles au cours du troisième trimestre, et merci beaucoup, et avec cela, je voudrais maintenant passer la parole à Faical. Je vous remercie.

Jorge FaicalDirecteur général de Multivarejo

Merci, Belmiro, et bonjour, mesdames et messieurs. C'est un grand honneur d'être ici pour partager avec vous les résultats de Multivarejo. Comme nous l'avons mentionné au cours des trimestres précédents, Multivarejo affiche une amélioration progressive depuis le dernier trimestre 2019. Au cours de ce dernier trimestre, nous avons atteint une croissance de près de 14% du total des opérations, 15,8% des ventes pour les magasins comparables. Et si nous déployons des détaillants et non des pharmacies, nous augmentons de 23%. C'était une croissance virtuelle réalisée dans tous les canaux, tous les formats. Un tel résultat est surtout la conséquence d'un travail acharné, que nous avons commencé il y a quelques mois, en fait il y a un an, grâce à trois facteurs. Tout d'abord, nous optimisons notre portefeuille, nous avons réajusté nos ajustements Pao de Acucar de Pao de Acucar à Compre Bem. C'était l'un des facteurs. Deuxième numéro, nous avions rénové nos supermarchés. Une fois que nous voyons un très fort changement de comportement des consommateurs, et nos choses, ils se sont adaptés très rapidement à ce changement de comportement des clients. Et en tant que troisième pilier de ces facteurs, notre segment en ligne qui a connu une croissance significative, Multivarejo améliore sa marge brute, son chiffre d'affaires brut et son EBITDA ajusté après ce trimestre qui augmente séquentiellement. Le premier EBITDA ajusté du premier trimestre a connu une évolution de 29,9% en valeur nominale de près de 30% bien supérieure à nos ventes, ventes que je venais de mentionner. Nous avions atteint une marge de 7,7, soit 1,1 au-dessus du deuxième trimestre de l'année dernière. Un tel EBITDA est la conséquence d'un niveau élevé de valeurs de vente, mais il ne faut pas seulement tenir compte de l'efficacité opérationnelle. Permettez-moi également de souligner que nous avons gagné des parts de marché pendant tout le trimestre.

Notre audit des niveaux de part de marché par Nielsen était d'environ un point de pourcentage, en particulier pour les hypermarchés. Même si les consommateurs ont changé leur comportement d'achat en réduisant considérablement leur fréquence, ils achètent maintenant beaucoup plus qu'auparavant. Et c'est exactement pourquoi nous constatons un gain de part de marché beaucoup plus élevé dans les résultats de Multivarejo. Et le format hypermarché? Hypermarché à l'étranger 22,4 de croissance des ventes à magasins comparables des segments de l'alimentation en ligne. Et ce sont 22,4% des ventes à magasins comparables, ils n'incluent pas le segment non alimentaire en ligne. Ici, nous avons juste un segment non alimentaire hors ligne. Encore une fois, c'est un modèle de haute conformité, car il s'agit d'un format qui comprend toutes les catégories textile, boulangerie, boucherie ne faisant que confirmer et soutenir ce que nous appelons le guichet unique. Les consommateurs ici réduisent les canaux de visites que les consommateurs qui visiteraient iraient – achèteraient auprès de différents canaux. Les hypermarchés sont devenus un canal où les clients pouvaient simplement acheter tout en un seul guichet. Je voudrais également souligner Pao de Acucar. Pao de Acucar et leurs ventes atteignant 15,1% de croissance, notamment pour les magasins rénovés Concept G7 réalisé en croissance de 19,7%, et ils représentent 46 magasins représentant actuellement 41% du chiffre d'affaires total pour ce type de format. Nous avons quelque peu changé notre dynamique commerciale pendant cette période. Nous avons maintenant une sorte de magasin, qui est davantage destiné au réapprovisionnement. Nous avons une dynamique différente pour ce nouveau format, où nous avons une belle promotion lors des ventes en ligne et hors ligne, où nous avons vendu en une seule journée 230 000 bouteilles de vin.

C'est une idée claire, qui prouve que nous pouvons considérer qu'en tant qu'omnicanal de notre portefeuille, les ventes en ligne rien que pour Pao de Acucar, elles représentent actuellement plus de 15% de notre chiffre d'affaires total pour ce format de vente spécifique 15.3. Il y a assez de positif, n'est-ce pas? Et que dire des supermarchés et de l'importance des supermarchés pendant cette période et de l'importance des magasins de quartier. Le marché des compléments connaît une croissance de 18% pendant cette période, très forte, grâce à ces magasins rénovés, magasins rénovés l'an dernier. Et ce nouveau modèle a été privilégié par un nombre nouveau ou accru de personnes dans les rues. Donc, ces quartiers ces magasins étaient très proches des consommateurs, car nous avons vu une augmentation du trafic dans les rues. Et pendant deux années consécutives, nous voyons une croissance à deux chiffres car cela est direct dans les magasins et nous sommes très fiers de voir un résultat aussi positif et maintenant le changer pour la nouvelle proximité de format, nous voyons une croissance très importante à 25,6. Même si l'impact sur le nombre de personnes dans les rues est de 18% de nos commerces de proximité, ce sont les soi-disant magasins de passage. Ceux qui sont plus proches du métro, des arrêts de bus, des centres commerciaux, ou peut-être à proximité de certains bureaux. Ils n'ont pas été touchés. Ils ont eu des performances négatives pendant cette période. Mais même s'ils ont eu une croissance de 25,6 et qu'ils sont des ventes, ils compensent en quelque sorte ce format. Permettez-moi de souligner le commerce électronique auquel nous avons dû nous adapter au début de la pandémie. La demande par le commerce électronique a été très forte début mars. Nous avons pu nous adapter très fortement.

J'ai pu parler des chiffres que nous avions. Et j'aimerais vous rappeler que depuis 1995, nous avons le commerce électronique. Au cours des 10 dernières années, nous avons accéléré les investissements, créé la base et les bases pour que nous soyons là où nous en sommes. Nous ne sommes pas une start-up. Nous sommes à l'échelle. Nous avons une entreprise rentable. Nous avons une base de référence très robuste les années précédentes et même lorsque cela – avec cette base de référence robuste, nous avons augmenté de 72% juste pour briser cette croissance. En avril, nous avons eu une augmentation de 240%, en mai 280%, en juin 300%. Nous avons eu des augmentations mensuelles. Nous avons poursuivi cette croissance en juillet. Et juste pour vous donner une idée, notre segment en ligne a quadruplé au deuxième trimestre. Lorsque nous avons fermé le mois de juin, le 30 juin, nous avions déjà vendu 25% de plus que l'année sainte 2019. On parle de ventes robustes. Nous en sommes très satisfaits, notamment en raison de la capacité à s'adapter à la demande. Aujourd'hui, nous avons des niveaux de services proches de l'excellence, supérieurs à 95% lorsque les approvisionnements effectués par le magasin ou par les villes et bien sûr cette forte demande s'est accélérée. Nous avons accéléré de nouveaux projets, de nouveaux investissements. Nous prévoyions d'ouvrir, par exemple, 50 magasins cette année, 15 nouveaux magasins ou une livraison depuis le segment des magasins. Nous sommes passés de 93 à 291. Ainsi, au lieu des 50, nous avons ouvert près de 200 magasins en un seul trimestre. Cette croissance nous a permis de répondre à la demande et nous continuons d'augmenter le nombre de magasins avec sa modalité express, qui représente désormais plus de 70% de notre facturation, facturation totale. Et bien sûr, cela accompagne la croissance de James. James a augmenté de 1 200% sur 1 000% et le nombre de demandes ou de commandes par rapport au même trimestre l'année dernière.

Et ils ont maintenant 226 magasins, en même temps nous avons ouvert deux nouveaux CD pour le e-commerce l'un en brésilien, l'autre à Rio de Janeiro. Il est important de le souligner. Quand on parle de James, James est une société du groupe. Il appartient à GPA avec le fait que le contact est entre le client et le propriétaire. C'est une plateforme de commerce électronique, mais c'est aussi une plateforme d'exécution. Et je tiens à souligner que cela, avec ce contact direct avec le client, nous pouvons stocker toutes les informations avec cette connexion que nous avons avec un client. Et c'est un aspect très stratégique pour nous. Et maintenant en parlant de nos données, nous ajoutons déjà plus de 20 millions de clients à notre programme de fidélité. Nous savons que 20 millions ne sont pas la base la plus élevée et le marché brésilien, mais c'est peut-être celui qui a le plus d'informations disponibles en raison de la fréquence élevée, du taux de récurrence élevé de nos consommateurs, qui nous permet d'avoir cet actif numérique comme nous l'appelons. Nous avons des données clients, qui sont extrêmement importantes pour notre croissance et pour la croissance de notre écosystème numérique. En plus de l'énorme base de données, nous avons près de 1000 magasins, qui sont des actifs stratégiques. Notre opération a un modèle intégré en ligne et hors ligne. Cela garantit que nous aurons la rentabilité du commerce électronique. Comme Peter l'a mentionné au début, je le souligne encore une fois. Donc c'est notre marge est positive, mais pas seulement ça, notre marge éditée est au-dessus du marché de détail. Et par conséquent, nous voulons accélérer cette activité pour la prochaine période. Maintenant, en parlant un peu Cheftime, cela, nous savons qu'avec la pandémie et le nouveau style de vie que cela implique, les gens sont beaucoup plus isolés.

Ils passent beaucoup plus de temps à la maison. Et donc, lorsque vous utilisez cette opportunité avec un nouveau style de vie et que nous vous encourageons à le faire vous-même, le rôle du chef à la maison, nous avons eu une augmentation de 260% des résultats au cours de cette période, notamment en raison de la commodité de cuisiner à la maison. . Nous avons déjà mis la livraison de repas prêts à partir. Nous avons nos propres modèles et ils sont livrés par James. Cela a été très réussi. Nous allons l'accélérer pour Rio et Sao paulo en particulier. Nous allons encore développer notre commerce électronique. Comme je l'ai déjà mentionné, que ce soit Cheftime, James, notre propre commerce électronique, nous allons l'étendre à différentes régions stratégiques. Avec la saturation des différents marchés, nous avons trois nouveaux centres de distribution dans d'autres régions du pays. Nous l'avons déjà annoncé. Et quelque chose pour le début du troisième trimestre et le quatrième trimestre, nous avons des transactions déjà conclues avec différents propriétaires de magasins, de sorte que nous commencerons à nous débattre dans ce domaine – à partir du deuxième trimestre de cette année. Lorsque nous combinerons l'ensemble des ventes et nos résultats, nous réaliserons plus d'un milliard de ventes cette année dans notre secteur du e-commerce alimentaire, rien que cette année. Et nous ne vendons que de la nourriture dans ce segment pour le moment. Un aspect important pour avancer vers la fin de ma présentation, je devrais également parler un peu de nos propres marques. Nous avons eu une part dans ce trimestre de 19% de nos ventes. C'est un atout. C'est un différentiel concurrentiel. And it's very important for the strategies of multi event Asia, especially now, in the future quarters when we know that consumers will try to obtain good value for money products and smart choices. In this period, not only did we freeze our prices of our own brand, but we also gave a 15% decrease, compared to what — compared to the prices we used in the past, with a Qualita brand.

The Qualita brand had a growth that makes us very proud. It grew 52%.And this is another example of having — the importance of having capital growth. We continue offering a value proposal. Promotions on TV remained, of course we didn't encourage crowding of people, but we offer competitive prices, in each format, in respect to our consumers. Avoiding speculation, we're very happy with our management capacity in all of our businesses. We are starting the third quarter with a positive performance. The future scenario is full of uncertainties, volatilities, we expect to find many of them, but we are well prepared, rest assured, we have had a different operations, so that we can come in really strong, in this third quarter. We're also very optimistic as Ronaldo says, we are optimistic, but we're cautious as well. We continue adjusting our portfolio and by January 21, we expect to conclude the 45 conversions of super two grocery stores. And at the end of this year, we will conclude all of the supermarket conversions. We will convert about 10 stores approximately to the G7 Pao de Acucar format, our expansion is anticipated for Pao de Acucar in approximately three to four stores. And for Minuto we will have approximately 10 new stores by the end of the year. All of the figures are to be confirmed with more effective numbers. I'd like to remind you that, our assets are very well placed. We have very clear business guidance, we know very well what we want to achieve in the future. We're very happy with the way the business has been developed. And with the results of motivation, as Pete mentioned here, and I would also like to highlight Special thanks to team, who is participating in this call right now. We're very proud of the results achieved in this quarter.

I would also like to thank the different teams, for their exceptional results, especially those who work in the stores. Even in face of a risk to their own house and their families, we did not have to shut down any store during this period. This represents over 90% of our total number of employees at Multivarejo. So this team has proved that this food segment is essential for the economy. There's a lot of social responsibility involved. And I would like to thank our whole team for the wonderful result we achieved in this quarter.

I now turn over again to Peter.

Peter Paul Lorenco EstermannChief Executive Officer

Well, thank you, Belmiro. Congratulations for the good results in Brazil. And now, we're going to talk a little bit about Colombia, and Exito in Colombia, Uruguay and Argentina. We had a good quarter in terms of growth for Exito both in Colombia and Uruguay. We also had a good quarter, when we see the evolution of operational profitability of the business units in which we break down. In slide number 13, we can see the gross revenue reaching 5.8 billion in the second quarter with a growth of 72% compared to the pro forma in the previous year and 6% growth when we compare the same-stores. The quarter was marked by a strong development in Uruguay and Colombia, especially. The online channel had four times more traffic in Colombia. So there was a fourfold increase, representing almost 12% of total sales for the Exito group. And that includes GMV, since in Colombia, it is already going and when we analyze the gross revenue, we have 22.2% increase when compared to the pro forma in the previous year and we had a positive impact by some accounting reclassifications of costs and expenses which were reformatted in the third quarter last year. And then when we — if we were to exclude this effect, there would be a pressure on the margin. We had to take into account the development of the businesses during the pandemic and this complimentary has — is more easily seen in Colombia than in Brazil. When we see our expenses on sales and administration, a total of BRL887 million, and this reflects the same classification, which was mentioned by our gross margin, and that effect, it includes, again, overall expenditures.

And we see a significant downgrades in the sales percentage. As a consequence, a total of BRL424 million with a positive margin of 8.1% and a growth of 7.7 percentage points in relation to our previous year, the same period and that was a significant improvement for GPA group as a whole. Financial results, we have BRL473 million during the quarter, which is equivalent to 2.4% of our sales. And that considers the effect, which is aligned to what we see on our first quarter aligned to our expectations. And last but not least, and to conclude this presentation and our earnings results, we have the indebtedness of level in the past quarter. It's quite — it's much better than what we expected right in the beginning of this quarter. This is a result of a very strong cash generation in the first semester and also the monetization of some assets in the first semester, that depreciation we see a stronger reduction and deleveraging of BRL1.5 billion in comparison to the first quarter of this year, reaching 2.2 to food apps (Phonetic), which we relate as been appropriated considering how robust operations are in our group and we have a low turn — cash to turn around and we believe that will be kept quite low in the long run. Additionally, we have — we expect that we will have deleverage in the next quarter. Also because we have a depreciation and amortization of our business considering opportunities related to monetization as we still have a very important assets a — portfolio of assets to monetization. We have a cash position very robust a total of BRL7.7 billion in our cash position for this quarter, which makes us feel quite comfortable and confident. And we feel really prepared to face our future in a very positive manner.

I would like to conclude and thank you all for your participation and the earnings results presentation is done now. And the Q&A session is open. Thank you so much for your participation.

Questions and Answers:

Operator

(Operator Instructions) First question is from Thiago, Itau.

Thiago MacruzItau — Analyst

Good morning, ladies and gentlemen. I have two questions. First about e-commerce. We can see a very robust performance on the sales channel. Could you elaborate a little bit about the new customers contribution to that new channel? If part of the — what is the percentage of growth from customers from your own base and from a different baseline and if there was any sales cannibalization between physical sales and e-commerce sales? My second question now has to do with cash & carry, which is also very robust in terms of stock line. But I'm quite curious about investments on food service line. During the pandemic, as that environment was less competitive as some players, they had to guarantee their traffic over the stores. Do you have any disclaimer about gross margins in that sense? If and — if competition had impaired or made any sort of pressure over it? And how do you understand and evaluate clients dynamic to — the model? As now we see a higher percentage of clients as individuals. How are you considering that new format and if that will somehow impact the e-commerce and economics as a whole? Je vous remercie.

Peter Paul Lorenco EstermannChief Executive Officer

Thank you very much for your questions. I'll try to answer your first question, addressing e-commerce. 15% of our sales during the e-commerce period. They were thanks to new clients in the company. Those CPF is of those individuals who bought from our e-commerce 5% there were not CPF that we had identified before as prior customers. So we define them as being new customers in the — for GPA. And other 45% of customers they are new in the online channel. They used to buy just from our physical stores, and now they are buying also from the online channel. So some of those 46% they buy online and offline. So these sort of customers they're supposed to be the best ones, because they purchase from both channels. Once, we see that mix up off and online channel, this is a type of customer, who buys 2.3 fold higher than before, with the offline channel only, so the omni-channel concentrates more purchases from consumers perspective. Belmiro will answer the second part of your question.

Belmiro de Figueiredo GomesChief Executive Officer of Cash and Carry Business

Performance, we see a very important performance improvement. Of course, if we compare two the previous year, we have a price increase last year — last year same period of time. We didn't have — we had a different dynamic last year, which raised a reality –which raised the — different from the reality. Each company has adopted a different strategy. In our case, for instance, we kept a maintenance of our operations especially, and the physical stores. We may estimate average where our market average revenues of 9 million for new stores and a total of 18 million revenue, and we respected that margin ramp and we also respect a new market enters cash carrier per se is a market that works on price maintenance every single day. But there is a participation of new units and by new participations, we may decrease gross margin. Especially, when we understand our stores spark and some of the dynamics that we applied for sales is strategy. And Assai growth, the sales was much higher, our average sales regionally speaking and globally speaking and each company adopts its own strategy. In our case, in addition to look after sales for the quarter, we also implemented with excellence of relationship with our customers, allowing us to increase and advance it to third and fourth quarter.

So we have not just, we have to understand the picture as a whole to offset that. 26.5% rate, what to expect for the future. It's difficult to forecast, because we have a new market facing lots of changes and the additional economical pressure that we may face considering sales and some additional factors. Some customers will keep on buying online, but that's not a reality to our Brazilian population. And some others will have markets paid out — paid out and others will go online. And so far as we have been observing, we guess that for the third quarter that will be the format, where we expect that many customers, they will go over that sector. And by that, we don't mean just individuals. We are talking also about corporate, although interest rates are low in that case is worthwhile buy through cash and carry without buying a large volume of an order. So we expect from now on to have a very positive opening channel for opening new stores and to have a much higher conversion rate and cash and carry historically speaking will help us and that economic uncertainty globally speaking will lead to a sales price reduction. I hope I answered your question.

Thiago MacruzItau — Analyst

Thank you, Belmiro and Faical answers. Thanks a lot.

Operator

Our next question is from Joseph Giordano from JPMorgan Bank.

Joseph GiordanoJPMorgan Bank — Analyst

Hello, everyone. Good morning. I have a couple of questions about COVID expenses? How about over time hygiene? And I believe that work shifts in the hyper markets and supermarkets they are facing some changes. Could you elaborate a little bit more about these topics? And within those non recurrent expenses, at what extent should we see non recurrent expenses? And at what extent should we see the nature of those expenses and now stepping to a more strategic and operating aspects middle to long run? Could you please Belmiro tell us about the digital leverage opportunities within Assai especially considering all this tooling that you had before developed in the Multivarejo segment? Je vous remercie.

Belmiro de Figueiredo GomesChief Executive Officer of Cash and Carry Business

Good morning Joseph and thank you for your question. Generally speaking, your question about COVID expenses, we classified expenses and some other expenses in the Brazilian territory expenses. They showed different performance between the beginning and the end of the quarter, where Brazil expenses volume they represent.

Operator

Please just wait we are reconnecting our speakers line. We were offline. Je vous remercie. Why Christophe is not back?

Belmiro de Figueiredo GomesChief Executive Officer of Cash and Carry Business

I'd like to talk about our campaign and tele sales and the way we operate with our clients. The end consumer issue, we've evaluated, we've evaluated that the best format for us to try to meet the needs of our clients is by Multivarejo and because the costs do not change a lot, the cost of the industry doesn't change a lot. The value proposal wouldn't change much. We would just say OK you're buying from Assai website or from Pao de Acucar website. The concepts are basically the same. We no longer have to take into account the format, the different formats. We would end up creating an undesirable competition in our channels if we did that. Paula has a huge expertise in this area. And we believe that we're doing it the way we should and perhaps in the future, we will do something so that the client will say, OK, I want to see a size of brand that I'm buying or you know, this is the only change we would have. That's why we believe that the way the group has been dealing with it is the best way to do it. We've already had a situation in the past. But of course, one of the things for you to bring in more clients would be something that we've been facing from the beginning of the pandemic. We have clients who cannot come in the store, because of the availability of space.

But we have to be careful. But that doesn't change what we're doing in e-commerce. And the delivery cost is the same. That's why we believe that it's the best way to do — the way we're doing it right now. Well, thank you very much, Belmiro, I'm sorry, I fell — but I'm back, my connection fail actually, and I'm back here, and we had an impact in Brazil in this quarter, and I would like to highlight that these expenses are almost totally concentrated in the beginning of the quarter, and we can see that there was a strong decrease curve in the quarter. So that actually, this amount is almost insignificant in June. In other words, if we try to project, what we should expect for the future, and the impact, I would say that it's going to be neuter or very marginal to clarify our vision of the other expenses for the year. I'd like to reiterate that you can see that other expenses had a strong decrease. I also reiterate a reduction of these expenses, and it will be at a BRL250 million as indicated before. And I would also like to say that these other expenses were actually benefited by the sales of assets that were concluded in this quarter. But we have used this capital gain to provision for the effects or actually to accelerate the portfolio restructuring activities. And we'll have to take into account to the effect of the stores that are going to be closed in the upcoming weeks or months. I am talking about five items that should be taken into account. We had four supers that were sold, one — so we have expectations of improvement of our portfolio.

Joseph GiordanoJPMorgan Bank — Analyst

Perfect. Regarding Exito, Christophe, I don't think we got the answer. What, excuse me, I'm talking about to the expenses with the integration of Exito?

Cristophe Jose HidalgoChief Financial Officer and Investor Relations Officer

Well, it's almost a neuter and this quarter, our expenses are based on three pillars. The first one, the COVID expenses, I just talked about. We have capital gain resulting from the sales. This capital gain is almost totally compensated by the provisions or the actions we took to prepare our portfolio. We sold six drug stores and four supermarkets. And this effect with the sales of assets and anticipation of the structuring or restructuring of our expenses this effect was almost neuter. They are actually already neuter. We have five million of consolidated impact.

Joseph GiordanoJPMorgan Bank — Analyst

Perfect, I see. I get it.

Operator

The next question is from Gustavo Oliveira from UBS.

Gustavo OliveiraUBS — Analyst

Hello, good morning, everyone. I thank you for your question. I have some questions here. First one is about the performance of the G7 stores. We know that people go to the stores less frequently now and we have all of this concept of experience in the G7 stores which is not being used as it could. Why is the performance so much better? Is it because of their location? I thought they should have had a more normalized performance right now, because there is no store experience right now. And the other question is, that is it's becoming clear and you mentioned that in Exito, there is a non-food aspect in e-commerce. And here in Brazil for historical reasons, you don't really have this non-food segment in your e-commerce. Could you choose your agreement with Multivarejo to enable you to take over this non-food area in e-commerce? And I also want to know, if you think that that is really important I just wanted to know what your opinion is about this. And the last question going back to the other expenses. How much do you have in capital gain Cristophe, that you could report now for the second or I'm sorry for the third or fourth quarter based on the assets that you already had. I just wanted to know what that positive impact is going to be? Je vous remercie.

Peter Paul Lorenco EstermannChief Executive Officer

Thank you for your question Gustavo. About the G7 first of all we have to talk about experience in the stores whenever we say that it's a format to dedicated to experience, it is dedicated to the pleasure of the purchase experience because there are a lot more attractions for example, fruits, vegetables, or the butchers with the different cuts of beef or the cheese, the wine area for example. This is an area that has increased a lot during the pandemic. So whenever we talk about experience, it doesn't mean that we're talking about getting royalties that are not part of the date to day of our consumers the only section in Pao de Acucar (Phonetic) that had a decrease. And also in G7 was the cafeteria and restaurant area. We had to close them. I talked a lot about adaptations, it means getting all of the employees who worked at the cafeterias and restaurants and we transferred these people to the operations in the kitchens for chef time, for example, with our dishes that are ready to go, or their activity in e-commerce so that we could foster it. The G7 store had very pleasant benefits. This whole area of the cold cuts, frozen foods refrigerated foods which have increased a lot during the pandemic and also the wine area. So when I say experience it's something that was used during the pandemic and quite the other way around, we were able to convert a lot more visits to these bakeries butchers that would go to their neighborhood stores and they now all go to Pao de Acucar because they can get everything in a single place. I hope I have answered your question

Gustavo OliveiraUBS — Analyst

Thank you,

Ana Carolina BastosResponsable des relations investisseurs

Gustavo, Ana here. We created at the end of last year, the so called innovation and transformation committing digital transformation I mean, we hired a specialist in e-commerce, a Harvard professor, with whom we have worked closely. We understand that we have different tools, as mentioned by Faisal. We have James. It enables us to have an important differential. We have two apps. As clearly mentioned by Faisal, the client base might not be the biggest, but it is a very wealthy one. We also have stick and a partnership with Droga Raia. We are also — we also have chef time. We have different tools that were created. They worked independently and in this innovation committee, we had an meeting on Monday this week. In this digital innovation committee, we're trying to analyze how we can better serve our consumers, focusing on providing the best channel for our consumers. We are evaluating the marketplace. We will start with a marketplace of course, including the categories that have a higher client demand and that have a margin as Faisal mentioned that will allow our business to evolve in a positive manner. We know how important it is for us to continue this process and we know how important client satisfaction is. Faisal's sales answer was very objective. We have 15% of new clients, but we have almost 50% of clients who use our physical stores and use e-commerce as well. It is essential for us to have all of the possibilities. It is also essential that we have a very high consumer satisfaction level. This is what we're trying to achieve and this is how we will continue working to guarantee that we will have a profitable e-commerce with client satisfaction.

Cristophe Jose HidalgoChief Financial Officer and Investor Relations Officer

Gustavo is still about your question and expectations. Of course, the year is not done yet. We still have some months to go. And what I can tell you so far is that the minimum that we are considering those transactions that are under its final phase, it will reach maybe something closer to BRL100 million or maybe something above that as we have enough assets. We have mature assets and the total GPA assets, they go over — they surpass BRL3 million. So, once we go forward in that optimization, we'll be able to guarantee additional BRL100 million. All these additional costs gains will allow us to confirm that we'll be around the range of BRL200 million and BRL250 million expenses for the year. And such mature assets monetization, they do not aim only to have a capital gain, but rather to reduce expenses impact and assets monetization that represents how the assets turn around to guarantee good outcomes returns and to the leverage our cash flow assets, capital gain is not necessarily what takes us forward. We have all the reasons for that as well.

Operator

Our next question is from Bob Ford, Bank of America.

Bob FordBank of America — Analyst

Good morning, everyone and congratulations for your earning results. Ronaldo it seems that everything was going fine during the quarter. How about discounts? What are you considering terms of cost or discounts? Does it make sense to monetize assets from GPA perspective? And how would you implement those resources?

Ronaldo Iabrudi dos Santos PereiraCo Vice-president

Hello, Bob. Good morning. And thank you. Thank you for your timely question. You know quite well that our interest in monetizing this asset. Last week, we had a send-off a board meeting and the business shows a very positive growth. We know that in Europe, the pandemic is anticipating our reality in five weeks around. So they are after e-commerce purchase that is a reality and we see a very positive quarter as well. So we see as a priority Latin America, we do understand that Latin America is our priority. We have a very strategic, go to Latin America, there will be an appropriate time, which is a market time that offers such an opportunity, and we are highly interested in monetize that assets. We haven't got any opportunity right now on the table that I can tell you right now. But as part of our strategy as we left Via Varejo, our strategy is to keep our business in the food services with a main focus in Latin America.

Bob FordBank of America — Analyst

Thank you, Ronaldo. That is quite clear. Belmiro, the Compre Bem growth was just amazing. What were your main learnings that you could share for the group as a whole?

Belmiro de Figueiredo GomesChief Executive Officer of Cash and Carry Business

Hi, Bob. Exactly, we share different practices for all line is Compre Bem is a sort of disruptive model due to cost, so we are including all different goals for Extra (Phonetic) and Compre Bem. They are different brands one is supermarket with a main focus in the market, which is Extra and Compre Bem Compre Bem is more related to stores and a number of all other aspects as part of this model so they can operate strongly in the countryside, in the interior cities of the state where we see a much greater opportunity of growth. The state of Sao Paulo as I told you has a revenue of BRL100 billion that is a giant market with a great ability of a penetration in some sizes, some cities which are not cities for cash and carry model but they can operate in a supermodel style and depending on distribution model you end up losing some advantages. So we are just such a model under the Compre Bem model to operate specifically in the countryside cities. The goods they are received directly at the shops and we do as logistic a cost as they are much higher. So we prefer to, to work a different logistic model.

Bob FordBank of America — Analyst

Thank you, Bill Mira, for your answer. And once again, congratulations for your results.

Operator

Next question from Tobias, Citibank.

Tobias StingelimCitibank — Analyst

Good morning, everyone. And Congrats. Congratulations for your results. How do you see sales from now on? Second quarter had exceeded your expectations, July is going fine. But you know, economies opening we have vouchers which may be a very strong aspect in our demand level. Would like to understand a little bit more, how are you preparing yourself to this macro sales scenario? During this quarter marketing could not be so aggressive. You could not throw so much promotions. What are your goals from now on? What did you have in mind? Je vous remercie.

Jorge FaicalChief Executive Officer of Multivarejo

Tobias, thank you for your question. This is Faical. I will answer part of your question and Belmiro will add to it. We adapt our goals to each one of our business. With that in mind, we have been very cautious to adjust our operations, our administrative logistic and marketing expenses. So we would be very careful. In case we have a exacerbation in our economic scenario. If we step into some crisis, we are prepared for that, especially if that happens suddenly. We believe that consumers behavior to fear, to go outside to be confined in their homes to be isolated, not to go outside as frequent as they used to. This is a behavior which will last some time, a few more months will blast. What we expect in our promotional environment is to be a little bit more frequent and intensive than the previous months. We do expect sometimes of trade down for smaller packages, as well as for those products similar to our quality brands, as part of our smarter choices, we see some trends in that sense. And we already see a trend in that sense with a stronger concentration. When salaries are paid or with the distribution of Corona voucher, and we have a backup plan for each one of those vouchers. Pao de Acucar has a plan for look looking for exclusivity. We also have a pricing modernization plan for each one of our stores.

Each one of our formats are getting prepared to be ready for retail sales participation and increase our share and there is a certain level of pressure in each one of those activities. But we are quite prepared for each one of those activities. Actually, we have been preparing ourselves for the past two months. Je vous remercie. Thank you, Faical for your question. Our numbers on the second quarter they see and they support how convenient cash and carry can be. So obviously, governmental money and we believe the part of customers that came in through cash and carry, they will stay. Conversely, we see Food Services coming back. Brazil is a country of continental dimensional. And once the economy is released, we still see different scenarios. We have a totally different scope. And we are still under the peak of our crisis. Even though we are facing a privilege setting despite all the crisis and the Pandemic, now we see a different behavior. Before customers they were not visiting at all our physical stores, but now we see an increase. Last weekend actually, we had a much higher number of physical presence at our stores, and we believe that will keep growing from now on. We — before we had a number of collaborators that were hospitalized. Now there is no one. Everyone is quite healthy, and we believe that there will be a return scenario, increasing activities soon and the fact that, you have consumers, users, provider, sellers, that we will allow us to change our strategy and maybe to adapt to the market.

The idea is to keep our consumers, consumers that came, and maybe we can get back to those that had left and maybe regain these consumers during the third quarter. The goal is to expand our market share, and to increase our market participation beyond our limits. Our forecast shows a performance to segment over the third quarter with the much greater opportunities. We also perceive at summary economy sectors. Some of the investments that were in the fixed investments now, they are much more in the real estate markets. We see much — we see more investments in the real estate. And that is an impact accelerating economic activities. And this format we believe that this new format is the created format to allocate and leverage our business. Thank you all. Yes to be yes, there is a certain trend for gallery and shopping center revenue increase, also fill sales. They are not decreasing at least, so they are reaching that regular level. And we believe that e-commerce is not going backwards. All the country it will keep going forward. Je vous remercie.

Tobias StingelimCitibank — Analyst

Perfect. Merci beaucoup.

Operator

Good afternoon. The next question is from Irma Sgarz from Goldman Sachs.

Irma SgarzGoldman Sachs — Analyst

Good morning. Thank you for taking my question. I have two quick answers. First, when we analyze, what is going on in Europe with the reopening, I'd like to know what lessons could you transfer to the digital E-market, which is has been different in the current environment. We have innovation to take into account. But what are the initiatives that you're planning to keep this moment as it is. And also to reinforce this recovery curve in an environment that when things normalize and consumers will not only look for One Stop Shops. The other question is about, the competitive environment, and about the regional networks that we've seen. We've seen strong activity. And I'd like to know how you see this activity. You have gained more market in the regional activity. So where have you gained more market actually? Merci beaucoup.

Jorge FaicalChief Executive Officer of Multivarejo

Good morning. And thank you for your question. I will try to answer, part of your question about hypermarkets. We are prepared first of all, we believe that the One Stop Shop movement will remain for at least another quarter. We strongly believe, that it will probably even move into the fourth quarter, because of the drastic difference we've had with in our descending curve, in the pandemic. Brazil has not reduced its death curve. It is still stagnated. And we think that here in Brazil, it will be slower. Hypermarket remains stable somehow, for a while, at least. The competitive environment is a little bit more aggressive with multinational networks and competitors — regional competitors. We can see the — during the pandemic, the regional networks have decreased a little bit their promotional activities. And therefore the effect or impact will not be very strong in that third quarter. But we are changing some things, especially our promotional dynamics, which used to be more concentrated on the television for example, on Wednesdays and Saturdays, we continue doing that. We also intend to have more horizontal stores. Clients are looking for advantage of a one stop shop. They're not thinking about their mail or the beef they buy. And this is the expectation of our consumers.

And that's why we are changing our promotional calendars and dynamics. We're also changing our assortments in our stores. We have open even more space for the participation of our own brand products. We are focusing a little bit less on other strategies. We're focusing on smart choices with that. We decrease a little bit — our focus, especially in the islands, in the terminals and the promotional areas with products that costs less than BRL10 or BRL8, we're trying to be more aggressive. In addition to that, of course, hypermarkets now go into a phase of deacceleration of e-commerce Fanta. Sucre has a 15% shares as I mentioned sooner and hypermarkets reach a 4% or 3% of eCommerce shares. We know that they have a huge potential because each hypermarket works as a distribution center. And this is something we're betting on strongly for the hypermarkets in this second quarter. And I hope I have answered your question. I already talked about the regional differences. I also hope — I hope I have answered your questions. Please feel free to comment.

Operator

The next question comes from Victor, Credit Suisse.

Victor SaragiottoCredit Suisse — Analyst

Hello everyone. I have a question. We've seen non-food becoming very irrelevant in the second quarter. We had different close competitors. I want to understand how, things worked in June and July, so that we could analyze the relevance with — competition with open competitors, private labels. I also noticed there was a way you change the account of the private label in your product mix. We always thought the private label were products with a higher margin. So I would like to know how they stand right now. And what is the impact it has in your percent margin? Merci beaucoup.

Belmiro de Figueiredo GomesChief Executive Officer of Cash and Carry Business

First of all, regarding non food items in hypermarkets, from the very beginning of the pandemic, we already, we expected it to be accelerated in the second quarter, and then it would decrease a little bit, especially in the open stores. And the — we knew that we would go up and then down, somehow, we prepared our cash carefully. We believed that this very high two digit results would not remain for a very long time, but we have a very long, a very large stock and this was an assertive strategy. Even with some de-acceleration, we can say that we had some in June and July. When the market started reopening, the level of growth remains high, specially because of the hypermarket activities focusing on people who are staying home longer. They are, for example, buying television for their children's bedrooms smaller TV, TVs and they are also exchanging their older household appliances into newer ones, and so the habit of cooking at home and being locked down also affects sales of microwaves and small appliances. The sales pace has been very positive. We believe that we can keep a positive level of two-digits to the end of the year.

We still have some volatility. But, it is a category that will have a positive impact on hypermarket to the end of the year. We have no questions about that. Regarding our own brands made some changes in our accounting criteria and what is considered our own brand or not, especially to help us face the market. In the past, we did not include our non-perishable products such as vegetables and butchers. And we started including our private labels in this, assessments and with that, our share goes up. And if you compare the new criteria to the old criteria, it goes up 3 points. We reached a share of 19% and our new shared goal for the end of the year is 23%. Keeping the same curve that we had already informed in the beginning of the year when we had our fourth quarter of 2019. The margins have been higher in all of the segments of our private label. So, in addition to being in an excellent smart choice option for our consumers, it is an option to increase the gross margin and the retail business. And that's why we are accelerating this segment of our private label. Merci beaucoup.

Operator

The Q&A session is now over. We'd like to turn over for the final considerations of the company.

Ana Carolina BastosResponsable des relations investisseurs

Well, I would like to once again thank you all for your presence in our call. I'd like to close by saying that I will keep the expansion plan for this year. And as you have been able to follow our results, we may have some changes on dates, but that will not have any impact on our short and long-term strategy. We remain tall and strong with our plans. We also remained tall and strong with our solidarity campaigns and it's important to highlight that. So far, we have donated by means of our group and our foundation GPA and the mobilization of our clients. Over three tons of food, personal hygiene and cleaning product, we have supplied over 20,000 families throughout Brazil in 21 states including our federal district. Another important initiative this quarter was that, we started participating along with Avon Institute in a plan to support the combat against domestic violence, female domestic violence. Establishing relationship channels, communication channels, making them available to people. And for you to have an idea, we've had over 50,000 access to these channels in less than one month by using the different apps.

This only shows how important this services is. For the upcoming months, we also are very optimistic with the performance of our business as highlighted by Faical and Belmiro, in Brazil and in our Exito donut work. We're totally aware of the challenge we have ahead of us. Furthermore, we understand, as you have seen, that we are well prepared for the challenges we may have in the short and mid term. We closed July with positive results. We have important challenges ahead of us for our brands, for our strategies, our team, and our clients, make a lot of difference for us to continue believing that we are on the right track. And so, I thank you all. I hope you have a beautiful afternoon. And that you may remain healthy. If you allow me, I would quickly like to thank our team, the Assai team, the Multivarejo team and the Exito team have done exceptional work, made a huge effort, Belmiro and Faical were pinpoint when they thanked them, but I would formally like to thank them. We played an important role in Brazil and in Latin America in providing essential services. We tried to provide safety to our clients. Tobias asked a question.

We are — and Faical also commented about it. We're being careful. Nobody really knows what will happen in the future, but we were very happy optimistic. We have faced this moment with innovation that generates a lot of confidence in the company in terms of the company's ability to generate good results. Until July the results were very positive. I think that, both the cash and carry channel and information provided by Belmiro when he gave his answer to Tobias shows that we have a very positive perspective ahead of us, just as Multivarejo and e-commerce above all, with information provided by Faical. This brings us a very positive perspective in Brazil. Tobias also mentioned it. Exito had an 11% share in e-commerce. These are aspects that make us confident with very positive growth perspective ahead of us. I also have to thank our providers. We were well aligned from the very beginning of this crisis and it enabled us to avoid supply problems in Brazil and therefore I would like to thank the whole team and you in special. Thank you all. Good afternoon.

Operator

(Operator Closing Remarks)

Duration: 120 minutes

Call participants:

Ana Carolina BastosResponsable des relations investisseurs

Peter Paul Lorenco EstermannChief Executive Officer

Cristophe Jose HidalgoChief Financial Officer and Investor Relations Officer

Belmiro de Figueiredo GomesChief Executive Officer of Cash and Carry Business

Jorge FaicalChief Executive Officer of Multivarejo

Ronaldo Iabrudi dos Santos PereiraCo Vice-president

Thiago MacruzItau — Analyst

Joseph GiordanoJPMorgan Bank — Analyst

Gustavo OliveiraUBS — Analyst

Bob FordBank of America — Analyst

Tobias StingelimCitibank — Analyst

Irma SgarzGoldman Sachs — Analyst

Victor SaragiottoCredit Suisse — Analyst

More CBD analysis

All earnings call transcripts


AlphaStreet Logo



Source link

Un état commerce électronique permet de se lancer à moindres frais en rapport aux entreprises classiques. De plus, vous pouvez vous lancer bien plus rapidement. La gestion d’un lieu e-commerce ne demande pas de présence physique à un endroit précis, sauf peut-être quant au stockage et la préparation des commandes que vous avez la possibilité tout à fait externaliser, mais également mieux si vous ne possédez pas de silo (on en parlera plus tard dans l’article).