Le gouvernement notifie de nouvelles règles pour les entités de commerce électronique, Retail News, ET Retail


Le gouvernement notifie de nouvelles règles pour les entités de commerce électroniqueNEW DELHI: Le gouvernement a notifié de nouvelles règles pour les entreprises de commerce électronique, y compris l'affichage obligatoire du «pays d'origine» sur leurs produits, et a déclaré que toute non-conformité entraînerait des poursuites pénales.

Les «  Règles de protection des consommateurs (commerce électronique), 2020 '' ont été notifiées jeudi. Les nouvelles règles seront applicables à tous les détaillants électroniques (e-commerçants) enregistrés en Inde ou à l'étranger, mais offrant des biens et des services aux consommateurs indiens.

La violation des règles entraînera des poursuites pénales en vertu de la Loi sur la protection du consommateur, 2019.

Selon les nouvelles règles, les acteurs du e-commerce devront afficher le prix total des biens et services proposés à la vente avec une ventilation des autres frais.

77071205

Ils sont également tenus de mentionner la «date d'expiration» des produits proposés à la vente et le «pays d'origine» des produits et services nécessaires pour permettre au consommateur de prendre une décision éclairée au stade du pré-achat.

Selon les règles, les acteurs du commerce électronique doivent afficher des détails sur le retour, le remboursement, l'échange, la garantie et la garantie, la livraison et l'expédition, ainsi que toute autre information pouvant être requise par les consommateurs pour prendre des décisions éclairées.

Les vendeurs proposant des biens et des services via une entité de commerce électronique de marché devront fournir les détails ci-dessus à l'entité de commerce électronique pour les afficher sur sa plate-forme ou son site Web.

En vertu des nouvelles règles, les entités de commerce électronique ne devraient pas imposer de «frais d'annulation» aux consommateurs annulant des commandes après confirmation, à moins que les vendeurs ne soient prêts à payer des frais similaires au cas où l'annulation des commandes leur serait imputable.

Ils ne sont pas non plus autorisés à «manipuler le prix» des biens et services proposés sur leurs plates-formes pour obtenir un profit déraisonnable et faire une discrimination entre les consommateurs de la même catégorie ou procéder à une classification arbitraire des consommateurs affectant leurs droits en vertu de la loi.

En outre, les entités de commerce électronique devront fournir des informations sur les méthodes de paiement disponibles, la sécurité de ces méthodes de paiement, tous les frais ou charges à payer par les utilisateurs, et les coordonnées, entre autres détails, du fournisseur de services de paiement concerné.

Cela mis à part, les entités de commerce électronique sont tenues d'afficher bien en vue à leurs utilisateurs des détails sur les «vendeurs» proposant des biens et des services, y compris le nom de leur entreprise, qu'elle soit enregistrée ou non. Ils doivent également afficher l'adresse géographique des vendeurs, le numéro de service client et toute note ou autre commentaire agrégé sur ce vendeur, entre autres, conformément aux nouvelles règles.

Ils sont également tenus de fournir un numéro de ticket pour chaque réclamation déposée, grâce auquel le consommateur peut suivre l'état de la réclamation.

Cependant, les nouvelles règles ne permettent à aucune entité de commerce électronique d'inventaire de "se présenter à tort comme un consommateur et de publier des avis sur des biens et services ou de dénaturer la qualité ou les caractéristiques de tout bien et service".

Les entités de commerce électronique chargées de l'inventaire devront également veiller à ce que les publicités pour la commercialisation de biens et services soient cohérentes avec les caractéristiques réelles, l'accès et les conditions d'utilisation de ces biens ou services.

En vertu des nouvelles règles, aucune entité de commerce électronique d'inventaire ne sera autorisée à refuser de reprendre des marchandises ou de retirer ou d'interrompre les services achetés ou acceptés d'être achetés, entre autres, sous réserve de diverses conditions.

Le 20 juillet, la secrétaire à la Consommation, Leena Nandan, avait déclaré que les règles avaient été finalisées après avoir reçu des contributions du ministère de la Promotion de l'industrie et du commerce intérieur, sous l'égide du ministère du Commerce, afin qu'elles ne contreviennent pas à la politique globale de commerce électronique. .



Source link

Pourquoi confectionner une vitrine online ?

Il n’a à la saint-glinglin été aussi facile de projeter un site web e-commerce de nos jours, il suffit de voir le taux le montant le pourcentage de websites commerce électronique en France pour s’en renvoyer compte. En effet, 204 000 sites actifs en 2016. En 10 ans, le nombre de websites a été fois 9. Avec l’évolution des technologies, les média à grand coup d’histoire de succès story, (si si nous-mêmes vous assure, je me nomme aussi tombé dans le panneau) le commerce électronique a longuement été vu comme un eldorado. Du coup, une concurrence accrue a vu le le jour dans thématiques.