Mécanisme de recours des consommateurs en Inde


La protection des consommateurs en Inde a une histoire riche et son intérêt se fait sentir à travers les âges. Les mouvements de consommateurs en Inde ont évolué au fil des siècles et ont finalement été institutionnalisés en 1986 avec la promulgation de la Loi de 1986 sur la protection des consommateurs. La première et principale responsabilité du gouvernement est d'assurer un règlement sans heurt et facile des griefs des consommateurs. Si le gouvernement est vain à rectifier les atrocités des consommateurs, les consommateurs se tournent vers les tribunaux et les forums pour leurs demandes. Pour étudier les mouvements de consommateurs en Inde, il est important d'examiner le mécanisme de réparation des consommateurs présent dans le pays, qui est brièvement discuté dans la première section de cet article.

Les consommateurs sont l’épine dorsale de l’économie de chaque pays et il incombe au gouvernement de contrôler les producteurs afin que les consommateurs ne souffrent pas. Les lois sur la protection des consommateurs en Inde sont encore un peu vagues et complexes, ce qui les rend inefficaces. Pour rendre les lois plus efficaces, les consommateurs devraient être informés de leurs droits et obligations, car l’obstacle majeur à l’efficacité de la protection des consommateurs est leur inconscience de leurs droits.

La consommation a toujours fait partie intégrante de toute société. Avec l'avènement de l'hyper-industrialisation, il y a forcément des lacunes auxquelles les producteurs doivent faire face. Pour réparer efficacement leurs dommages, les gens doivent se mobiliser ensemble et parler en tant que communauté.

La Loi de 1986 sur la protection des consommateurs a été promulguée une législation bienveillante qui énonce les droits des consommateurs et aborde le mécanisme de réparation des consommateurs. Il a permis aux consommateurs ordinaires d'opter pour un redressement rapide et moins coûteux de leurs plaintes. (1) Bien qu'il y ait eu de nombreuses législations protégeant les consommateurs avant l'indépendance comme la Sale of Goods Act, 1930, Contract Act, 1872, c'est la première fois que une attention particulière a été accordée aux consommateurs en général.

La Commission nationale de règlement des litiges de consommation (NCDRC) a été créée en vertu de la loi de 1986 sur la protection des consommateurs. Il s'agit d'un organisme quasi judiciaire composé d'un président et de onze membres. Il a 3 types de juridiction, à savoir l'original, l'appel et la révision. (2) En vertu de la Loi sur la protection du consommateur, le NCDRC a le droit de connaître des cas des gouvernements central et des États parce qu'ils sont qualifiés de «plaignant» en vertu de l'article 2 (b) (iii) de l'acte. Les plaintes sont traitées sous la supervision du Greffier par des officiers du NCDRC avant de les placer devant les bancs de l’Honble pour audition. Le président est le chef du corps et peut répartir les juges à chaque banc selon sa discrétion. En vertu de l’article 23 de la loi sur la protection des consommateurs, le plaignant peut déposer une requête en révision devant la Cour suprême de l’Inde. La décharge des fonctions est régie par les règles de protection des consommateurs, 2017. Le ministère de la consommation alloue un budget au NCDRC et cela se reflète dans la demande de subventions du ministère de la consommation. Toutes les informations concernant les affaires, les commissions, les statuts et le fonctionnement des tribunaux sont disponibles sur le site Web du NCDRC conformément à la loi sur le droit à l'information. Toutes les informations concernant la Commission nationale sont fournies dans les 30 jours.

Le NCDRC a le pouvoir de connaître des cas où l'indemnité réclamée est supérieure à un crore et de tout recours contre la commission d'État. Il peut également prononcer des ordonnances à l'encontre des affaires jugées par toute commission d'État où il estime que la procédure appropriée n'est pas respectée ou lorsqu'il estime que le tribunal a exercé un pouvoir ultra vires.

Rôle des ONG envers la protection des consommateurs

La protection des consommateurs est d'une importance superlative en Inde en tant que population si l'Inde ne cesse d'augmenter. Ils exigent chaque jour une variété de biens et de services, et la demande est en constante augmentation. Ici, nous pouvons voir le nombre de cas remplis par les consommateurs au cours de l'année 2017-18. Cette amélioration drastique dans le classement des cas est due à la sensibilisation qui se propage à travers divers forums, comme les publicités, les brochures, les rassemblements, les médias sociaux et diverses autres plateformes. Ici, nous examinons brièvement ce que la protection des consommateurs implique en Inde.

Les ONG ont toujours fait partie intégrante des mouvements de consommateurs en Inde et dans le monde entier. Ils ont ouvert la voie pour susciter une prise de conscience des violations des droits des consommateurs et ont inculqué le sens de la justice au peuple pour réclamer une compensation pour les mêmes. Le rôle des ONG ou des organisations de consommateurs est d'une importance capitale car, un consommateur général n'est pas toujours au courant de ses droits et même s'ils le sont, ils n'ont pas suffisamment de moyens ou de compréhension du fonctionnement des différentes procédures prévues par la loi. La loi de 1986 sur la protection des consommateurs a rendu très opportun le dépôt de plaintes et la demande de dommages et intérêts par les consommateurs, mais cela est en grande partie inconnu de la population réelle des consommateurs, ce qui les maintient dans l'ignorance. Les ONG entrent en jeu ici. Il existe plusieurs ONG à travers l'Inde qui travaillent à la protection des consommateurs. Certaines des célèbres ONG sont VOICE, Common Cause, Consumer Awareness, Protection and Education Council of Karnataka, Consumer Guidance Society India.La nécessité pour les ONG et les autorités d'autorégulation de la mise en œuvre des droits des consommateurs est d'une importance suprême. Ils sont nécessaires car:

Conscience

L'une des principales raisons du manque de sensibilisation à la protection des consommateurs est le manque d'éducation et de vigilance. L'éducation facilite la sensibilisation. En raison du manque d'éducation, les consommateurs souffrent en silence sans réclamer la mise en œuvre de leurs droits. Le graphique de l'enquête réalisée par CUTS International illustre le manque de sensibilisation de la population des consommateurs. (3)

Une enquête a été réalisée par CUTS International pour tester la sensibilisation du consommateur indien, les conclusions sont les suivantes: (4)

  • Sensibilisation aux différents régimes gouvernementaux.
  • 20% connaissaient la loi sur la protection des consommateurs.
  • Plus de 50% n'étaient même pas au courant de la campagne «Jago Grahak Jago».
  • 40% étaient au courant de la loi sur la sécurité alimentaire.
  • TARI a été reconnu par 27% des gens, Electricity Regulatory Commission a été reconnu par 26%.

Les citadins sont plus conscients de leurs droits, c'est pourquoi les ONG devraient travailler sur le terrain avec les villageois pour faire connaître leurs droits.

Recherche:

Pour représenter efficacement leurs griefs devant le tribunal des consommateurs, les consommateurs doivent avoir les connaissances et les compétences suffisantes pour mener la recherche. Beaucoup, si les griefs des consommateurs peuvent être résolus avec diverses enquêtes et études. Maintenant, une certaine organisation étudie la teneur en plomb des jouets pour enfants. Ces types d'études ne peuvent être menés qu'avec des recherches et des compétences appropriées. Il s'agit d'une compétence qui nécessite d'être développée. Par conséquent, avec l'aide des ONG, les consommateurs peuvent classer et contester les cas de manière ingénieuse. un consommateur ne peut pas toujours effectuer divers tests de laboratoire ou des recherches avancées qui nécessitent des capitaux ainsi que des connaissances, ici les ONG peuvent le faire et aider à accélérer la mise en œuvre des droits des consommateurs. Dans le graphique ci-dessous, il représente la sensibilisation des consommateurs aux différentes lois en vigueur. Étant donné que les consommateurs ne connaissent pas bien l'un d'eux, la nécessité pour les ONG de les aider en matière de recherche est impérative.

Conseils:

Les consommateurs ne sont pas toujours au courant des lois qui leur sont destinées; avec les ONG, l'aide juridique devient plus accessible au grand public. Les ONG peuvent trouver et nommer des personnes qui connaissent bien les lois du pays et peuvent les représenter et les aider à classer les affaires. De plus, ils observent la mise en œuvre des lois par les autorités locales qui ont été adoptées par les législateurs. Ils peuvent déposer des litiges d'intérêt public et travailler à représenter le sentiment commun des gens devant le tribunal.

Publication et médias:

Le mouvement des consommateurs a gagné du terrain grâce aux différentes campagnes de sensibilisation organisées par les ONG. Ils font pression sur le gouvernement pour qu'il sensibilise le public. Nous voyons des publicités comme «Jago Grahak Jago» à la télévision et nous voyons de nombreux livrets, rapports, etc. Grâce à eux, les consommateurs peuvent communiquer leurs griefs et élever leur voix contre les mauvaises pratiques. Dans le monde actuel du numérique et de la technologie, ils exploitent des blogs et des portails en ligne pour rester en contact avec les rapports au niveau du sol et encourager les consommateurs à utiliser ce moyen pour les contacter pour obtenir de l'aide. Ils organisent également diverses réunions publiques pour défendre le consumérisme et mener des négociations ouvertes où la communauté des consommateurs peut se rencontrer et discuter de leurs préoccupations. Certaines sources affirment que les consommateurs sont plus susceptibles d'être informés de leurs droits par le biais des téléviseurs. (5)

Représentation unanime des ONG

Il existe de nombreuses ONG dans toute l'Inde. Si toutes les ONG se réunissent à l'unanimité sous la même bannière et font avancer le mouvement des consommateurs, alors le mouvement sera plus efficace qu'il ne l'est aujourd'hui en raison de l'approche spécifique aux régions des ONG. En plus de s'attaquer aux problèmes des personnes sur le terrain, ils devraient se rassembler et déposer des DIP qui gagneront en traction et feront pression sur le gouvernement pour qu'il agisse rapidement.

PIL remplis par les ONG:

Le moyen le plus efficace de faire entendre la voix du consommateur passe par les moyens de la loi. Il y a de nombreuses affaires traitées quotidiennement, nous allons ici discuter de certains des jugements marquants des LIP remplis par les ONG.

Afcons Infrastructure Ans Ors.v. Cherian Verkay Construction Et Ors.– Dans cette affaire, le tribunal a jugé que la convention d'arbitrage est obligatoire pour le règlement des différends. À aucun moment de la procédure, le tribunal ne peut obliger les parties à demander le jugement nécessaire. Le consentement des deux parties est important pour l'arbitrage en vertu de l'article 89 du CPC.

Indian Medical Association contre V.P. Shantha & Ors.– Dans ce cas, il a été jugé que les médecins relèveraient de la loi sur la protection des consommateurs même s'ils sont réglementés par l'Indian Medical Association. La négligence médicale est donc devenue inexcusable.

Autorité de développement de Lucknow c. MK Gupta – Dans ce cas, la Cour suprême a jugé que toutes les fonctions rendues aux consommateurs relèvent de la définition de la loi sur la protection des consommateurs. Même si le service est fourni par les autorités légales, les consommateurs ont droit à une compensation.

Rôle du gouvernement

Le début du mouvement de consommation en Inde remonte aux années 1960 et 1970, alors qu'il existait des pratiques rampantes de pratiques commerciales sans principes et déloyales comme les pénuries alimentaires, le marketing noir, la thésaurisation, la falsification des produits alimentaires et de l'huile comestible. Tout cela a conduit à la propagation d'un mouvement de consommateurs, jusque-là les organisations de consommateurs limitées étaient juste impliquées dans la rédaction d'articles et de brochures. Il n'y avait aucun système juridique en place pour tenir le vendeur responsable et la maxime «vendeur de mise en garde» n'a pas de valeur légale. Il incombait toujours au consommateur de connaître le produit ou le service auquel il était abonné. Le mouvement des consommateurs du monde entier a pris de l’accélération et l’Inde était en retard. En raison de la pression et de la poursuite active des ONG et des autorités d'autorégulation, une mesure monumentale a été prise par le gouvernement indien et il a adopté la loi de 1986 sur la protection des consommateurs lors de la session de 1986 du Parlement. Cette législation est devenue un jalon dans les législations sociétales et commerciales du pays. En plus de cela, de nombreuses lois ont été adoptées pour répondre aux intérêts de la mise en œuvre des droits des consommateurs, dont la loi sur les normes de poids et mesures, la loi sur le MRTP, la loi sur les produits essentiels et la loi sur la prévention de la falsification des aliments. Mais ces lois n'étaient ni pénales ni préemptives dans leur approche et ne mettaient pas à disposition des procès rapides et l'élimination des griefs des consommateurs peinés.

Chaire nationale des consommateurs:

Pour la première fois dans l'histoire, le ministère indien de la Consommation, de l'Alimentation et de la Distribution publique, le ministère indien de la Consommation a créé une chaire des consommateurs dirigée par le professeur Ashok Patil. (6) Il dirigera le chaise pendant 3 ans. Cette mesure, prise par le gouvernement central, sera monumentale pour la prolongation du mouvement des consommateurs en Inde. Cette chaise a été mise en place pour offrir au consommateur un mode efficace d'accès à la justice auquel il a droit.

Jago Grahak Jago:

Il s'agit d'une initiative lancée par le gouvernement de l'Inde en 1983. (7) Il s'agissait d'une initiative visant à sensibiliser les consommateurs aux divers biens et services qu'ils utilisent dans leur vie quotidienne. Grâce à ce portail, les consommateurs peuvent enregistrer des plaintes. Ils présentent également de nombreuses publicités à la télévision pour sensibiliser les consommateurs aux pratiques commerciales déloyales. La campagne Jago Grahak Jago était connue de 51% de la population, en raison de son utilisation des médias pour communiquer les différents recours prévus par la Loi sur la protection du consommateur.

Service d'assistance aux consommateurs national

Il y a 13 ans, en mars 2005, dans le cadre de la campagne «JagoGrahakJago», le Département de la consommation a lancé une ligne d'assistance aux consommateurs pour fournir une assistance aux consommateurs. Il s'agit de rendre la mise en œuvre de COPRA plus efficace. Les consommateurs peuvent demander de l'aide concernant leurs griefs en appelant simplement le National Consumer Helpline.

Même après de nombreux efforts des autorités d'autorégulation et l'intervention du gouvernement, les réponses reçues ne sont que de 21%. Par conséquent, en Inde, nous devons redoubler d'efforts pour diffuser la vigilance concernant les droits des consommateurs et leur violation ainsi que le mode à adopter pour répondre aux préoccupations des consommateurs.

Il s'agit de la répartition des domaines de divers griefs des consommateurs. (8) La plupart des plaintes enregistrées par le NCH concernaient le secteur du commerce électronique, 19%. Examinons-le en détail.

Travailler à réduire les retards et à améliorer la satisfaction des consommateurs:

Parmi les nombreux points à l'ordre du jour du gouvernement, il devrait également accorder une importance considérable à la réduction des délais devant le tribunal de la consommation. En raison des retards, la volonté des consommateurs de déposer une plainte se détériore.

Travailler à améliorer la satisfaction des consommateurs

Les graphiques ci-dessous illustrent le niveau de satisfaction des consommateurs à l'égard des mécanismes de réparation de la griveance et reflètent leur expérience au sein du forum des consommateurs. (9) Une énorme proportion de personnes n'est pas entièrement satisfaite du mécanisme en place, ce qui donne au gouvernement des raisons suffisantes pour l'améliorer.

Griefs sur le commerce électronique

Aujourd'hui, les griefs concernant le marché de la consommation en ligne sont à un niveau élevé. En effet, le 21st siècle avance vers l'ère numérique. Le graphique ci-dessous précise l'augmentation du nombre de plaintes des consommateurs en 2015-2016 et 2016-2017. (10) Le gouvernement peut mettre en place une autre ligne d'assistance qui traitera ces cas sans ambiguïté.

Nous avons une affaire qui a été remplie par le Telecom Watchdog contre les géants en ligne Amazon et Flipkart. L'approuvé que ces géants du commerce électronique violaient les normes d'investissement étranger direct. Ils ont contourné les normes de l’IED en dirigeant les produits populaires à des taux très réduits par le biais de «vendeurs contrôlés» par procuration, ce qui a poussé les petites entreprises à quitter le marché. La Haute Cour de New Delhi a récemment publié un avis aux deux sociétés.

Cross Comparaison nationale des attitudes des consommateurs

Différents pays ont différents mécanismes en place pour gérer les mouvements de consommateurs. Alors que les économies les plus développées ont une institution établie en matière de protection des consommateurs, les pays en développement comme l'Inde sont encore au stade naissant de développer leurs forums de consommateurs. Dans cette section, nous étudierons cette même distinction et comment elle a vu le jour.

L'étape primordiale pour garantir la protection des droits des consommateurs est que les consommateurs sachent quels sont leurs droits et comment ils peuvent être appliqués. À cet égard, le ministère. Of Education, Pennsylvanie, États-Unis, avait publié un manuel intitulé «Consumer Education Organisation and Implementation». Dans le cadre de cette sensibilisation des consommateurs, très peu de documentation est fournie en Inde. (11) Cette différence est que la sensibilisation est de première importance pour l'amélioration de la culture de consommation en Inde.

Un autre aspect de la différence entre les États-Unis et l'Inde est l'application des lois concernant la protection des consommateurs. Aux États-Unis, la sous-unité de la Federal Trade Commission, le Bureau of Consumer Protection, utilise les dernières technologies pour faciliter facilement la protection des consommateurs, l'Inde est toujours à la traîne dans le traitement des plaintes. L'Occident a développé des systèmes d'intelligence artificielle hautement développés tels que les Robocalls et des protocoles de réponse automatisés qui aident le consommateur à déposer une plainte facilement et efficacement. Cela revient à nouveau à la question de la sensibilisation des citoyens aux droits des consommateurs.

Le règlement des affaires est un autre facteur qui joue un rôle important dans la protection des consommateurs. L'élimination rapide des étuis est indispensable dans les cas de protection des consommateurs afin que le consommateur ne souffre pas. Aux États-Unis, l'accent est mis sur l'élimination rapide des cas, mais en Inde, le processus est malheureusement retardé par de nombreuses complexités telles que les tests de laboratoire, l'indisponibilité des dates, etc. Alors que la période d'élimination spécifiée est de trois à cinq mois dans les statuts, les dates de deux audiences ultérieures sont bien distinctes en Inde.

Aux États-Unis, la protection des consommateurs se concentre sur l'économie de l'information. Sous la bonne information, la concurrence obligerait les vendeurs à produire des produits de haute qualité qui répondent aux normes de sécurité dans tous les aspects. En Inde, parce que les bonnes informations sur les normes de sécurité sont encore vagues et complexes, la plupart du temps, il y a un conflit entre différentes lois. (12) Un exemple de diffusion d'informations concerne le kilométrage d'une automobile. Les fabricants doivent divulguer le kilométrage réel qu'une automobile peut donner et non le kilométrage que l'automobile accorderait dans des conditions idéales.

Le droit au choix est un autre sujet de préoccupation pour le marché de consommation indien. Le droit de choix signifie la disponibilité de produits à un prix compétitif et équitable dans tous les lieux. La culture compétitive de l'Occident s'est développée au fil des siècles alors qu'en Inde elle est encore à ses balbutiements. En 1969, l'analyse comparative des magazines était devenue la norme en Occident. Les rapports des consommateurs détenaient une grande part du droit au choix, ouvrant la voie à la vente de magazines. En Inde, cette révolution est apportée par des plateformes en ligne où les prix sont constamment contrôlés et contrôlés.

Pour maintenir la pression sur le gouvernement, il est important d'avoir des organisations de consommateurs. Bien qu'il existe plus de 100 000 organisations de consommateurs enregistrées aux États-Unis (13), il existe environ 8 000 organisations de consommateurs en Inde. Cela montre que l'Inde est loin derrière les États-Unis en termes de recours des consommateurs. En raison de l'écart entre le consommateur et le système de réparation, la majeure partie de la protection des consommateurs n'est pas déposée. Alors que les organisations de consommateurs aux États-Unis veillent à ce que toutes les personnes lésées obtiennent justice, pour le nombre limité d'organisations en Inde, il est difficile de placer tous les consommateurs sous le spectre de la protection des consommateurs.

Les forums de consommateurs n'ont pas réussi à lutter contre l'augmentation des litiges de consommation. Plus de 4,5 affaires de lakh sont en instance devant les tribunaux, ce qui suggère la condition misérable des recours des consommateurs en Inde. Pour s'attaquer à ce problème, le gouvernement. doivent prendre des mesures immédiates telles que la surveillance de la disponibilité des juges, contribuer à la R&D afin que les tests de laboratoire ne perdent pas le temps des tribunaux, établissant plus de bancs dans chaque partie de l'État à travers le pays. Il y a eu de nombreux cas historiques en vertu de la Loi sur la protection du consommateur, dont certains:

  • Administrateur en chef, H.U.D.A. & Anr. v. Shakuntla Devi : Dans ce cas, la Cour suprême a jugé que pour avoir droit à réparation, il fallait prouver le dommage.
  • Charan Singh c. Healing Touch Hospital et autres: La Cour suprême a statué que les dommages-intérêts dépendent des faits de chaque affaire. Aucune règle rigide ne peut être définie pour une application universelle.
  • Om Prakash c. Reliance General Insurance : La Cour suprême a jugé que la compagnie d'assurance ne peut pas rejeter sa responsabilité pour des raisons techniques.
  • Manjeet Singh c. National Insurance Company Ltd. & Anr.: Il a été jugé que la compagnie d'assurance est tenue d'accepter la responsabilité du véhicule détourné.
  • Shri Rajendra Agarwal c. Shoppers Stop Limited: L'ICC a jugé que les griefs individuels des consommateurs ne pouvaient pas être traités comme des problèmes de concurrence.
  • New India Assurance Co. Ltd. c. Hilli Multipurpose Cold Storage Pvt. Ltd.: Il a été jugé que la partie défenderesse devait répondre dans un délai de 15 jours.
  • Dr M. Kochar vs Ispita Seal: NCDRC a déclaré qu'aucun remède n'est pas une négligence médicale.
  • M / S Emaar MGF Land Limited & Anr. v. Aftab Singh: La Cour suprême a jugé que la clause compromissoire n'empêche pas le consommateur de déposer une plainte auprès du forum des consommateurs.
  • Karnataka Power Transmission Corporation c. Ashok Iron Works Private Limited: La Cour suprême a jugé que la fourniture d'électricité n'est pas considérée comme une «vente» en vertu de la loi.
  • État de l'U.P. et Ors. v. Tous U.P. Association du barreau de la protection des consommateurs: La Cour suprême a ordonné à tous les États d'élaborer des règles et règlements pour une meilleure mise en œuvre de la loi sur la protection des consommateurs.

Mouvements de consommation dans différents domaines

Telecom

Habituellement, la protection des consommateurs dans le secteur des télécommunications est imposée par des accords de licence ou une loi sur les télécommunications. Les principales dispositions de la loi visent à améliorer les choix des consommateurs, à réduire les prix, à obtenir une meilleure qualité et à éviter l'exploitation. Dans JK Mittal contre Union of India, la Haute Cour de Delhi a jugé que l'intimé n'était pas une autorité télégraphique en vertu de la loi sur le télégraphe de 1885. La Cour suprême avait donné une interprétation large dans laquelle elle a déclaré que la loi sur la protection des consommateurs s'ajoutait et non dans dérogation à toute loi actuellement en vigueur. La haute cour de Delhi a jugé la poursuite maintenable dans les forums de consommateurs. Grâce à cette affaire, il a été établi que les poursuites contre les sociétés de télécommunications privées pouvaient être maintenues dans les forums de consommateurs. (14)

Soins de santé

Les soins de santé sont l'un des secteurs les plus controversés où les droits des consommateurs doivent être protégés. Dans la loi de 2019 sur la protection des consommateurs, le gouvernement indien a supprimé le mot «soins de santé» qui a été ajouté dans le projet de loi. Il y avait un énorme mouvement de consommateurs concernant la suppression du mot soins de santé parce que la négligence médicale fait partie intégrante du consumérisme en Inde et en supprimant le mot, il était interprété que la responsabilité des médecins était diminuée, mais comme cela a été exposé dans le Indian Medical Association contre V.P. Shantha & Ors Dans ce cas, le mot inclut également la négligence médicale dans la nouvelle définition des services (15).

Industrie alimentaire

L'industrie alimentaire est le 5e la plus grande industrie en Inde. La Food Safety and Standards Authority of India a lancé la campagne Food Smart pour sensibiliser les consommateurs à la sécurité alimentaire. Le cas marquant de Nestlé Noodles, Maggie, témoignait du droit à la connaissance et du droit à une alimentation saine. Dans le cas, il a été signalé que les nouilles n'étaient pas nocives pour la santé et que la teneur en plomb était bien dans les limites. (16) Cette affaire sert d'exemple où les mouvements de consommateurs sont les plus efficaces et fournissent à la société une perspective de justice pour les consommateurs.

Conclusion

Au cours de cet article, nous avons vu comment les mouvements de consommateurs sont passés de la simple conceptualisation à l'institutionnalisation. La protection des consommateurs est une nécessité dans un pays dominé par les consommateurs comme l'Inde. Les mouvements de consommateurs contribuent largement à résoudre le problème de la protection des consommateurs. Ce n'est que lorsque les citoyens d'un pays se dressent contre un gouvernement paresseux que la voix des consommateurs peut être renforcée.

Cet article portait sur le mécanisme de recours des consommateurs dans notre pays. Différentes agences ont des rôles différents à jouer et le gouvernement a le devoir de résoudre dûment tous les différends. En étudiant le mécanisme de recours des consommateurs dans d'autres pays, nous avons constaté les retards. Bien que notre gouvernement ait pris diverses mesures pour résoudre les litiges de consommation, il reste encore un long chemin à parcourir en cas de protection des consommateurs.

Le rôle des ONG dans l'éradication d'un mal social est d'une importance capitale et c'est également le cas pour la protection des consommateurs. De nombreuses ONG s'efforcent de rendre justice aux consommateurs. Pour rendre le travail des ONG plus efficace, le gouvernement a le devoir de leur fournir les fonds nécessaires pour le faire.

Pendant que le gouvernement fait sa part, il est également nécessaire que les consommateurs soient conscients de leurs droits et agissent en conséquence. Le gouvernement ne peut rien faire si les consommateurs ne prennent pas de mesures actives pour contrôler le problème de l’exploitation des consommateurs. Par conséquent, il est du devoir moral du gouvernement et du consommateur d'agir en faveur de la protection des consommateurs.


(1) Commission nationale de réparation des litiges de consommation, «History» (NCDRC) consulté le 29 novembre 2019.

(2) Commission nationale de réparation des litiges de consommation, «Details Under Right To Information Act-2005» (NCDRC) consulté le 29 novembre 2019.

(3) CUTS International, «Report: State of Consumer Affairs India» (CUTS International, 2012). consulté le 28 novembre 2019.

(4) CUTS International, «Report: State of Consumer Affairs India» (CUTS International, 2012). consulté le 28 novembre 2019.

(5) CUTS International, «Report: State of Consumer Affairs India» (CUTS International, 2012). consulté le 28 novembre 2019.

(6) Apurva Singh, «Prof. Ashok R Patil, professeur de droit, NLSIU, nommé membre du Central Consumer Protection Council »(SSC Online, 19 novembre 2018)

consulté le 27 novembre 2019

(7) Gouvernement indien, «Jago Grahak Jago plains portal»

consulté le 27 novembre 2019

(8) Gouvernement indien, «Consumer Helpline»consulté le 29 novembre 2019

(9) CUTS International, «Report: State of Consumer Affairs India» (CUTS International, 2012). consulté le 28 novembre 2019.

(10) Gouvernement indien, «Consumer Helpline»consulté le 29 novembre 2019

(11) Sanjay Kaptan, «Consumer Movement in India: Issues and Problems» (Sarup & Sons, 1st edn, 2013) consulté le 30 novembre 2019.

(12) Journal of Institutional and Theoretical Economics, «Regulation: Analysis and Experience in West Germany and the U.S.A .: A Symposium» (octobre 1983), p. 527-544, consulté le 26 novembre 2019.

(13) Yakoob C., «  A study on the impact of the consumer protection act 1986 on consumer movement, with special reference to northern districts of Kerala '' (Department of Commerce and Management Studies, University of Calicut, 1998), consulté le 25 novembre 2019. .

(14) Ashok R. Patil, «Consumer Protection Law» (Annual Survey of Indian Law, The Indian Law Institute, 2016), p. 319-346, consulté le 24 novembre 2019.

(15) Dipak Dash, «Le projet de loi sur les consommateurs supprime les soins de santé des services» (Times of India, 2 juin 2019) consulté le 29 novembre 2019.

(16) Samanwaya Rautray, «Maggi Controversy: SC revives the govt's cost against Nestle India in NCDRC» (Economic Times, 4 janvier 2019) consulté le 24 novembre 2019.



Source link

On voit clairement qu’il est probable de se lancer sans argent et sans connaissance technique particulière. Je vous conseille de vous jeter en dropshipping et de principalement ne pas mettre trop d’argent sur votre site. Il vous faut spécialement avoir un budget marchéage pour provoquer venir visiteurs sur votre boutique : c’est le tendon de la guerre. Car tel que nous-mêmes l’ai dit, vous avez la possibilité avoir la plus belle boutique. Sans trafic, vous ne ferez onques de chiffre d’affaires. Une que vous aurez testé, votre marché vous pourrez alors brocanter un stock.